Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Amérique latine et le latino-américanisme en France

 | 
Jacques Chonchol
, 
Guy Martinière

Première partie. Sciences et sociétés

Texte intégral

LES PRINCIPALES TRANSFORMATIONS DES SOCIÉTÉS LATINO-AMÉRICAINES DEPUIS LES ANNÉES 1950

1Développer, renforcer, en France, une recherche en coopération utile aux peuples et aux nations d’Amérique latine implique que l’on ait d’abord en mémoire quelques notions fondamentales : quelles sont les principales caractéristiques de l’évolution actuelle des sociétés latino-américaines ? Quels sont les problèmes cruciaux qui se posent, aujourd’hui, aux peuples de cette région ? Comment ces peuples envisagent-ils leur avenir ?

2Les réponses sont d’une extrême difficulté et la vie remplie d’imprévus. Mais essayer de prendre la mesure des grandes transformations que les sociétés latino-américaines connaissent depuis un quart de siècle constitue un élément essentiel des problématiques nouvelles que les chercheurs en sciences sociales et humaines posent pour analyser et comprendre ces civilisations.

3Or, depuis les années 1950, les sociétés latino-américaines ont subi de profondes transformations dans la dimension et le mode de vie de leur population, dans leur système économique, leur situation sociale, leurs institutions politiques.

La croissance démographique

  • 1 Le taux moyen annuel de croissance a baissé de 2,8 % de 1960-1965 à 2,5 % en 1975-1980.

4La croissance démographique considérable apparaît bien comme une des mutations premières de ces sociétés. La population de la région, en effet, a plus que doublé, passant de 160 millions de personnes en 1950 à quelque 360 millions en 1982. Malgré une diminution importante du rythme de sa croissance depuis le début des années 1960, qui continuera à baisser dans les années à venir, cette population devrait atteindre 600 millions de personnes à la fin du siècle1. Entre 1950 et l’an 2000, cette population aura donc été multipliée par quatre. À lui seul, le Brésil comptera alors 200 millions de personnes et le Mexique dépassera les 100 millions. Toutefois, la diminution du taux de croissance de cette population implique déjà la perception d’un certain vieillissement. La proportion des personnes adultes, — entre 14 et 65 ans —, passera de 56 % en 1980 à 60 % en l’an 2000. Le problème des emplois de la population en âge de travailler, déjà préoccupant aujourd’hui, risque ainsi de se voir aggravé à moins que des politiques tendant à résorber le sous-emploi et à créer de nouveaux débouchés pour les chômeurs ne soient mis en œuvre avec rigueur et continuité. Cette croissance démographique a profondément modifié le paysage urbain.

L’urbanisation et ses problèmes

  • 2 Rapport sur le développement dans le monde, BIRD, 1982.

5Depuis trente ans en effet, l’urbanisation est devenue explosive. La population vivant dans les villes est passée de 41 % en 1950 à 68 % en 1982. En chiffres absolus, cette population urbaine s’est multipliée par quatre, passant de 66 à 245 millions de personnes. Toutefois, la concentration extrême de cette population urbaine dans quelques très grandes villes pose des problèmes particuliers. Les villes comptant un million d’habitants en 1950 sont aujourd’hui de véritables mégalopoles rassemblant sur le continent 55 millions de personnes. La plupart de ces mégalopoles abritent plus du tiers, voire plus de la moitié de la population d’un pays. Par exemple, en 1980, selon les données de la Banque mondiale, 56 % de la population urbaine d’Haïti vivait à Port-au-Prince, 44 % de celle de la Bolivie à La Paz, 47 % de celle du Nicaragua à Managua, 39 % de celle du Pérou à Lima, 54 % de celle de la République Dominicaine à Santo Domingo, 44 % de celle du Paraguay à Asuncion, 66 % de celle de Panama dans la ville de Panama, 32 % de celle du Mexique à Mexico, 44 % de celle du Chili à Santiago, 45 % de celle de l’Argentine à Buenos-Aires, 52 % de celle de l’Uruguay à Montevideo et 26 % de celle du Venezuela à Caracas2.

6Ainsi, la population de ces grandes villes latino-américaines s’accroît de façon démesurée. Mexico, dont la population était inférieure à 3 millions d’habitants en 1950, comptait 15 millions en 1980 et devrait atteindre, à son rythme actuel de croissance, 31 millions d’habitants à la fin du siècle. Sao Paulo est passé de 2,5 millions d’habitants en 1950 à 13,5 en 1980 et atteindrait 26 millions en l’an 2000. Lima, avec 1,1 million d’habitants en 1950, atteignait déjà 4,7 millions en 1980 et pourrait totaliser près de 9 millions d’habitants à la fin du siècle. Rio de Janeiro qui rassemblait 2,9 millions de personnes en 1950 et 10,7 millions en 1980, pourrait compter 19 millions en l’an 2000. Buenos-Aires avec 5,3 millions en 1950 et 10,1 en 1980 deviendrait une ville de plus de 12 millions d’habitants à la fin du siècle. Santiago du Chili, passé de 1,3 million en 1950 à 3,9 en 1980, pourrait atteindre 5,6 millions d’habitants. Au rythme actuel de l’urbanisation, on peut estimer que les villes latino-américaines devraient regrouper 500 millions de personnes à l’aube du xxie siècle, dont la moitié se trouverait rassemblée dans quelques 17 mégalopoles.

7Une urbanisation aussi explosive ne peut manquer d’aggraver les problèmes d’emploi et les conditions sociales de la population.

  • 3 Paul Bairoch : « Empleo y grandes ciudades : problemas y perspectivas », in Revista international (...)

8Des études récentes ont montré que la criminalité augmente considérablement dans les villes de plus d’un million d’habitants. Au-delà de 500 000 personnes, les conditions de logement se dégradent rapidement ; entre 400 000 et 600 000 habitants, les problèmes de circulation s’aggravent ; les risques de contamination menacent à partir de 600 000 habitants et les perspectives d’emploi, résultant de la diversification des activités, s’amenuisent lorsque le seuil d’un million de personnes est franchi3.

9Le sous-emploi de la force de travail qui était, dans le passé, un phénomène essentiellement rural, tend à devenir aujourd’hui un phénomène urbain. En 1950, 55 % de l’ensemble de la force de travail latino-américaine était rurale. En 1980, cette proportion tombe à 35 %. Ce rapide déplacement de population active, des régions rurales vers les villes, implique un transfert du sous-emploi rural vers un sous-emploi urbain, et ce, malgré l’existence de secteurs économiques générateurs d’une importante main-d’œuvre. Le « secteur informel urbain », domaine des services inférieurs et autres activités économiques irrégulières faiblement rémunérés, sorte de voile jeté sur le chômage urbain, constitue un exemple flagrant de ce phénomène. En 1950, 13,6 % de la population active de la région dépendait de ce secteur. En 1980, 20 % d’une force de travail en augmentation constante survit dans ce secteur informel.

10Un autre effet pervers de cette urbanisation concentrée se relève dans le sort misérable réservé aux populations. Pollution, logements indécents, insalubrité rapprochent les conditions de ces hommes de celles du prolétariat urbain que les pays industriels ont connu aux xviie et xixe siècles.

11Au début des années 1970, 40 % de la population de Lima vivait dans des taudis et des bidonvilles ; 42 % de la population de Caracas, 46 % de celle de Mexico, 50 % de celle de Buenos-Aires et 60 % de celle de Bogota connaissaient une situation analogue. Cette proportion augmente continuellement. À Rio de Janeiro, en 1950, les habitants des « favelas » constituaient 7 % de la population de la ville. Trente ans plus tard, leur nombre a été multiplié par 10 et aujourd’hui un « carioque » sur trois est devenu un « favelado ».

12Mais cette explosion urbaine ne doit pas dissimuler une remarquable modernisation agricole, réalisée en fait contre les paysans.

Les mutations de l’agriculture

13L’agriculture latino-américaine est entrée dans un processus de rapide modernisation. De grands changements ont été opérés, aussi bien à l’intérieur du système agricole, que dans les rapports avec l’ensemble du système social et économique. L’accroissement de la production tout d’abord a été remarquable. Le taux moyen annuel de croissance de l’ensemble des produits agricoles s’est élevé à 3,1 % entre 1965 et 1979 et se situait à 3,3 % entre 1971 et 1980 pour l’élevage. Les surfaces cultivées ont plus que doublé, passant d’un peu plus de 50 millions d’hectares cultivés au début des armées 1950 à 106 millions d’hectares en 1975. Le nombre des tracteurs utilisés a augmenté de 715 000 unités entre 1952 et 1977. Alors que 5,5 kg d’engrais étaient seulement utilisés par hectare en 1951 pour fertiliser les sols, 45 kg étaient employés en 1975. L’augmentation de la production s’explique par l’accroissement des surfaces cultivées mais aussi par une meilleure productivité. Des liens très étroits entre l’agriculture et le système agro-industriel interne et multinational ont contribué à orienter cette production agricole vers un secteur commercial déterminé.

14Les conséquences de cette modernisation pour les 127 millions de personnes qui dépendaient de l’agriculture ont accentué les déséquilibres de la société rurale. On peut estimer aujourd’hui que cette société comprend 37 millions de paysans au Mexique et en Amérique centrale, 10 millions dans les Caraïbes, 24 millions dans les pays andins, 6 millions dans le bassin de la Plata (Argentine, Chili et Uruguay) et 50 millions au Brésil, au Paraguay, en Guyane et au Surinam. Or, entre 1950 et 1976, près de 40 millions de paysans ont été obligés d’émigrer, de partir des campagnes et d’aller vivre dans les villes.

15Il faut bien reconnaître que cette modernisation a surtout profité aux entreprises multinationales de l’agro-industrie, aux classes moyennes urbaines, aux bourgeoisies industrielles et commerçantes et à certains groupes traditionnels ou récents de grands agriculteurs latino-américains. Par contre, elle a souvent été nuisible à la grande majorité de la population rurale. En effet, cette modernisation ne s’est pas accompagnée de changements significatifs dans les structures agraires, dans les modèles de développement latino-américains.

16La persistance de la concentration latifondiaire de la terre n’a pas provoqué une amélioration de la productivité des terres contrôlées par les paysans. Cette situation s’est même aggravée aujourd’hui en dépit de la très forte urbanisation. Parmi les travailleurs agricoles qui restent à la campagne, se produit une considérable différenciation sociale dans laquelle on peut d’abord distinguer les travailleurs fixes permanents, dotés d’une certaine spécialisation et qui sont les seuls à avoir vu s’améliorer leur situation socio-économique. Ils ne constituent pourtant qu’une minorité. Les travailleurs saisonniers qui vivent à l’extérieur des entreprises agricoles ne perçoivent quant à eux qu’une rémunération salariale inférieure à l’augmentation du coût de la vie. Or, ils constituent une catégorie de travailleurs agricoles dont le nombre va croissant, de même que les semi-prolétaires. Ces derniers ne disposent que de terres précaires de type « minifundia » et sont obligés de compléter leurs revenus en effectuant des travaux irréguliers à l’extérieur de leurs exploitations. Ils deviennent alors des migrants temporaires. Enfin, les petits producteurs, paysans indépendants, soit propriétaires de leurs terres, soit fermiers ou métayers, reçoivent très peu d’appui de la part des institutions de développement et sont, en outre, privés de tout accès au crédit institutionnel. En dépit de ces difficultés, ils réalisent un apport fondamental à la production vivrière des différents pays, qui se révèle, de plus en plus souvent, insuffisante à la satisfaction de nouveaux besoins alimentaires. En fait, en dépit de la modernisation — ou grâce à elle ? — la distribution très inégale des revenus à l’intérieur du monde rural d’une part, entre les villes et les campagnes d’autre part, s’est maintenue. Pour l’ensemble de l’Amérique latine, en 1980, chaque paysan gagnait en moyenne 25 % du revenu d’un travailleur urbain, voire 20 % dans certains pays comme le Mexique, l’Amérique centrale, dans les Caraïbes ou au Brésil. Au sein même du secteur agricole, ces revenus étaient répartis très inégalement. Cette crise de la société rurale est la conséquence, à la fois, de la place secondaire réservée à l’agriculture dans la plupart des actions de développement — insuffisance des investissements économiques et sociaux, extraction d’excédents agricoles au profit d’autres secteurs économiques — et des priorités établies dans l’élaboration des politiques agricoles menées par les gouvernements. Ces politiques ont donc favorisé des formes très spécifiques de modernisation et de fonctionnement du système commercial agricole, ne faisant qu’ajouter à une concentration foncière déjà existante. Les agriculteurs ayant accès aux crédits bancaires, aux nouvelles technologies, aux infrastructures construites par l’État — comme l’irrigation —, à une politique des prix favorables à leurs produits et à des conditions satisfaisantes de commercialisation, ne représentent qu’une minorité de l’ensemble du monde rural.

17Les choix de la plupart des États, effectués en faveur d’une agriculture d’exportation, et le mépris observé à l’égard du développement d’une agriculture vivrière, productrice d’aliments de base, subsistent. Cette situation semble due tant aux déficits des balances commerciales qu’à la nouvelle vogue des doctrines ultra-libérales, favorables à l’ouverture au marché mondial. Il en résulte une dépendance accrue de l’Amérique latine vis-à-vis de l’extérieur pour satisfaire ces besoins alimentaires de base. Cette prédominance de l’agriculture d’exportation qui, en Amérique latine, est constituée surtout par des produits tropicaux, a créé et développé une économie de plantation renforçant du même coup la monoproduction et le sous-emploi saisonnier. Mais la mutation la plus spectaculaire connue par l’Amérique latine depuis trente ans est l’industrialisation.

La croissance industrielle et les crises de développement

18La plupart des États d’Amérique latine ont privilégié les stratégies d’industrialisation. Des résultats spectaculaires ont été obtenus, à tel point que plusieurs pays latino-américains sont parvenus à un stade de relative maturité industrielle. La formation d’un prolétariat important, doté d’un esprit critique, leur donne la possibilité de passer à des niveaux supérieurs d’industrialisation. Ainsi, entre 1950 et 1980, la part de l’industrie manufacturière dans la croissance du PIB pour l’ensemble de la région passe de 20 % à 26 %, voire même 28 %. Le taux moyen annuel de la croissance industrielle atteint 6,5 %.

  • 4 «Estrategia de desarrollo sectorial para los años ochenta: Industria y Agricultura», in Estudios e (...)

19Mais cette industrialisation apparaît très hétérogène. Cette croissance industrielle générale de l’Amérique latine a surtout contribué à l’essor de certains pays et accentué en leur sein les différences régionales. Le Brésil et le Mexique représentaient à eux seuls, en 1950, 42 % de l’ensemble de l’industrie latino-américaine. Leur prépondérance s’est trouvée accentuée et ils contrôlaient, en 1980, 63 % de la population industrielle du continent. En revanche, l’Argentine, qui représentait 31 % de l’industrie de la région en 1950, voyait sa part réduite à 15 % trente ans plus tard. À eux seuls toutefois, ces trois pays monopolisent aujourd’hui près de 80 % de l’industrie latino-américaine4.

20Cependant, depuis la crise des années 1970, le dynamisme industriel du continent faiblit. Le taux moyen annuel de croissance qui était de 6,3 % entre 1950 et 1965, puis de 8 % entre 1965 et 1974, a chuté à 4,5 % entre 1974 et 1980. Entre 1981 et 1983, cette dégradation s’accentue considérablement. La crise économique mondiale a des répercussions profondes sur la croissance industrielle d’un continent qui cherche aujourd’hui de nouvelles voies, de nouvelles orientations.

21Pendant les années 1950-1965, l’industrie manufacturière s’orientait surtout vers les marchés internes, favorisant ainsi une industrialisation rapide. Lors des années suivantes, de 1965 à 1974, cette industrialisation s’est accélérée sous l’impulsion de la croissance de l’économie mondiale, contribuant à améliorer les déséquilibres des termes d’échange et répondant aux disponibilités financières externes des pays latino-américains. Entre 1962 et 1973, les exportations industrielles des grands pays latino-américains ont augmenté à un taux annuel de plus de 20 %. En revanche, de 1974 à 1980, la baisse considérable du taux d’industrialisation apparaît liée non seulement à la crise de l’économie internationale — hausse des prix du pétrole, baisse de la demande externe de la part des pays industrialisés, protectionnisme de ceux-ci —, mais aussi à un changement des politiques locales d’industrialisation. Les pays latino-américains ont surtout cherché à fonder le plus exclusivement possible leur croissance industrielle sur l’exportation, diminuant d’autant la demande interne qu’un revenu de plus en plus inégalement réparti ne parvenait plus à dynamiser.

22Toutefois, cette croissance industrielle n’a pas été sans modifier profondément l’appareil productif. La production de biens d’équipement, de machines et de produits manufacturés de longue durée — automobile, électro-ménager... — a augmenté considérablement, ainsi que celle des produits chimiques, des dérivés du pétrole, du caoutchouc, des plastiques et des métaux de base. L’émergence de ces nouveaux secteurs a permis de discerner en Amérique latine une nouvelle phase d’industrialisation en amont de la production de biens non durables qui ont subi la crise de plein fouet. Mais il serait abusif de conclure que, malgré les succès évidents de cette industrialisation entreprise sous l’impulsion de l’État, voire dans certains pays, d’une bourgeoisie locale, la structure industrielle aurait atteint les caractéristiques essentielles d’une économie développée : enchaînements verticaux de la production à l’intérieur du système industriel, liaison spatiale de l’ensemble des activités économiques d’un même pays, intégration de l’économie dans un marché commun régional.

23En dépit des progrès réalisés, la dépendance de l’Amérique latine à l’égard des entreprises multinationales s’est trouvée accrue, même dans le secteur des biens d’équipement et de produits intermédiaires. Dans certains cas, même, — le Chili à partir de 1973 et l’Argentine de 1976 —, les politiques antérieures des États visant à favoriser l’industrialisation ont été abandonnées sous l’emprise des théories économiques ultra-libérales. Au Chili, la production industrielle qui avait augmenté constamment entre 1960 et 1972 diminua fortement ensuite pour revenir en 1982 au niveau des années 1965-1966.

24Le secteur bénéficiaire d’une telle désaffection industrielle a bien été le secteur des activités tertiaires dont les liens avec le centre économique mondial se sont trouvés renforcés. Cette croissance industrielle connaît donc actuellement un important palier. Des blocages existent que la crise internationale a révélés et que l’on peut identifier ainsi : hétérogénéité croissante dans la situation industrielle des différents États ou régions d’un même pays ; dépendance technologique externe et nécessité de développer les technologies appropriées surtout dans le domaine des produits de consommation ; retard du secteur des produits intermédiaires et des biens d’équipement ; déséquilibre du commerce extérieur au profit des grands pays industrialisés ; insuffisance du processus d’intégration industrielle entre pays latino-américains ; dépendance croissante à l’égard des entreprises multinationales notamment dans des secteurs de haute technologie, etc. La diversité des réponses que les pays d’Amérique latine apporteront pour résoudre ces difficultés est certes assez grande, mais il y a fort à parier que l’intensification des échanges entre les communautés scientifiques de nos pays et le codéveloppement de recherches scientifiques et technologiques paraissent susceptibles d’aider à élaborer certaines solutions.

La dette extérieure et les déséquilibres financiers

25Toutefois, un panorama des transformations fondamentales des économies latino-américaines serait incomplet si l’on ne prenait pas la mesure du poids croissant que l’augmentation de la dette extérieure fait subir à leurs équilibres internes, surtout depuis une dizaine d’années.

26Cette situation semble due à la conjonction de plusieurs facteurs : des déficits commerciaux croissants, le recours pour combler ces déficits à des emprunts auprès de banques privées des pays industrialisés qui disposaient au début des années 1970 d’importantes ressources financières provenant du recyclage des excédents pétroliers, une stratégie de croissance fondée délibérément sur l’endettement externe, la hausse des taux d’intérêts sur le marché mondial résultant de la politique économique des États-Unis.

27Les déficits des balances des comptes sont passés, pour l’ensemble des pays de la région, d’une moyenne annuelle de 7,4 milliards de dollars en 1971-1973 à 27,4 milliards en 1980.

28L’endettement extérieur qui était de 107 milliards de dollars à la fin de l’année 1977, s’élevait à 274 milliards fin 1982 et était estimé à 330 milliards en 1983.

29Alors que, au début des années 1960, une grande partie de la dette était constituée par des crédits à long et moyen terme obtenus auprès des grandes banques internationales — BIRD, BID... —, plus de la moitié, parfois même le tiers de la dette de pays comme l’Argentine, le Brésil, le Chili, le Mexique, le Venezuela était constituée en 1980 par des crédits à court terme, concédés par des banques privées.

30Le coefficient du service de la dette, c’est-à-dire, le rapport entre le paiement des intérêts et les revenus des exportations s’est élevé de 20 % à 30 % entre 1977 et 1981.

31Pour essayer de couvrir en partie ces besoins, les pays d’Amérique latine dans leur ensemble ont pris alors des séries de mesures à la fois susceptibles de leur permettre d’avoir un nouveau recours au marché international des capitaux et de rechercher par tous les moyens un excédent de leur balance commerciale. Il en est résulté, ces deux dernières années, un nouveau bond spectaculaire de l’endettement à court terme et l’extraordinaire augmentation du montant du paiement des seuls intérêts consécutifs aux taux de plus en plus élevés que pratiquait le marché financier international. Dans ces conditions, il devenait illusoire d’envisager de rembourser le principal de la dette. Même, le seul paiement des intérêts devenait de plus en plus aléatoire par le moyen de l’excédent commercial. Ainsi, en 1980-1981, plus de 80 % des nouveaux crédits obtenus par les pays latino-américains se sont trouvés destinés à couvrir le remboursement des intérêts. Des pays comme le Chili, l’Argentine, le Brésil ou le Mexique auraient dû consacrer en 1983 près de 50 % de la valeur totale de leurs exportations au paiement des seuls intérêts. Les échéances de remboursement du capital et des intérêts étaient évaluées par la Banque mondiale à 53 milliards de dollars pour l’ensemble de l’Amérique latine en 1983. Sans reéchelonnement, l’Amérique latine devrait débourser entre 1983 et 1989 plus de 250 milliards de dollars. Quant à l’effort entrepris pour améliorer le solde positif de la balance commerciale, il atteignait un seuil critique en matière de réduction d’importations. Si les importations ont été réduites de 30 % en moyenne en 1983, le risque est devenu aigu de poursuivre une politique de forte contraction de la demande interne, déjà très inégalement répartie. On constate par exemple que, pour la première fois depuis la crise des années 1929, le produit intérieur régional a chuté de près de 1 % en 1982, et de 3,3 % en 1983. Une telle situation ne peut perdurer sans conséquence grave pour le nouvel appareil productif constitué depuis trente ans et qui ne tourne, dans certains cas, qu’aux 2/3 de sa capacité. Une telle situation est aussi susceptible de provoquer des mouvements sociaux d’envergure dont l’irruption peut avoir des conséquences graves sur l’équilibre politique précaire des vingt-quatre pays d’Amérique latine.

Les bouleversements sociaux

  • 5 En utilisant pour cela le résumé d’un groupe de travail sur les changements sociaux en Amérique la (...)

32De telles mutations démographiques et économiques n’ont pas été sans modifier notablement les structures sociales, en particulier dans le domaine urbain5. L’explosion urbaine a favorisé l’émergence d’un système de valeurs communes, renforçant du même coup l’intégration des populations et le sentiment d’unité nationale. La mobilisation et la participation sociales s’en sont trouvées accrues. Mais le phénomène ne doit pas faire illusion. L’urbanisation implique aussi des conséquences négatives. Ainsi, a-t-elle véhiculé et permis la pénétration dans toutes les couches sociales des mythes de la société de consommation. Elle a aussi engendré des problèmes de marginalité sociale.

33D’autre part, les formes choisies pour stimuler l’industrialisation n’ont permis l’intégration au monde du travail que d’une fraction réduite de la population. Le secteur « moderne » où règnent la rationalité, les attitudes et les comportements des sociétés industrielles tranche et s’oppose au reste du système socio-économique traditionnel.

34De plus, l’expansion du secteur tertiaire, en particulier des services de l’Etat, a suivi une courbe de croissance plus rapide que celle des secteurs primaire et secondaire. L’Etat, pouvant ainsi jouer un rôle actif dans la redistribution des revenus, a favorisé, par le biais de ses politiques sociales — éducation, santé, sécurité sociale — les classes moyennes urbaines au détriment des classes populaires et rurales.

35En matière d’éducation et de culture, un double phénomène s’est produit. L’analphabétisme a reculé, l’enseignement secondaire et universitaire s’est systématisé, des codes linguistiques officiels se sont imposés à des populations utilisant encore leurs langues autochtones. Mais, parallèlement, les exclus des systèmes éducatifs ont vu augmenter leur marginalité sociale. Utilisant avec générosité divers moyens de contrainte, les Etats ont pesé de tout leur poids sur la société pour lui imprimer leurs idéologies. Une minorité, liée à l’Etat, concentre entre ses mains pouvoir, capital et connaissances. Ce phénomène semble d’ailleurs à l’origine du développement d’un nouveau système de classes sociales. De plus, la multiplicité des réalités nationales est accentuée par l’interaction de plusieurs phénomènes : différences originelles, différences de dimension et de potentialité écomonique des divers pays, décalage dans le temps des différentes politiques de développement. Ainsi, les généralisations concernant l’ensemble de la région latino-américaine deviennent de plus en plus équivoques et dénuées de sens. Les spécificités nationales éclatent au grand jour.

36De même, les grandes catégories d’emploi ne constituent plus, à elles seules, des indices valables pour situer la position sociale des individus dans les structures du pouvoir politique, social ou économique. Les relations de production sont en effet devenues très complexes du fait de la diversification de l’appareil productif, de l’expansion du marché et de la professionnalisation de nombre de services. Malgré ces imbrications, des différences notables subsistent, voire même s’accentuent entre les individus qui évoluent dans les secteurs économiques modernes et ceux qui sont placés dans les secteurs informels et ruraux.

37La classe des entrepreneurs se modernise, se fortifie au détriment de l’État, des multinationales et des oligarchies traditionnelles. Ces entrepreneurs constituent l’élément unificateur d’une bourgeoisie qui recherche un développement capitaliste accéléré.

38Par contre, les classes moyennes sont devenues de véritables mosaïques d’identités économiques et culturelles avec des intérêts, des projets et des réalisations qui varient selon les différents contextes politiques. Les orientations sont ambiguës, variables et très difficiles à prédire. La classe ouvrière se dessine avec moins de netteté qu’auparavant dans sa spécificité prolétarienne. D’abord, elle se superpose avec les classes moyennes en raison de la prolifération des petits emplois dans des activités non manuelles, le commerce et les services divers. Ensuite, elle vient s’ajouter au sous-prolétariat en raison d’activités informelles, mal intégrées au système de production et à la société moderne.

39La paysannerie se destructure, victime des migrations massives en direction des villes, d’autres régions frontalières ou d’autres pays. Cet exode temporaire ou définitif est commandé par des impératifs de survie. Mais la plupart du temps, les paysans exilés restent misérables. Ainsi, au début des années 1970, on estimait que les deux tiers des foyers ruraux avaient des revenus inférieurs au prix minimum des produits alimentaires nécessaires à la subsistance d’une famille.

40Parallèlement, de nouveaux groupes sociaux s’affirment qui ont une influence décisive sur les choix de société. Ces nouveaux acteurs semblent être le résultat des changements intervenus dans la distribution des revenus, dans l’apparition d’emplois réservés, dans l’accès à l’information, et aux moyens de communication. L’émergence de cette classe sociale explique aussi l’évolution d’institutions traditionnelles comme l’Église ou les Forces armées.

41Face au renforcement des États, détenteurs du pouvoir de contrainte, du capital mais aussi du pouvoir scientifique et technologique, la société civile œuvre au renforcement des organisations populaires de base, réclame une participation accrue aux décisions qui la concernent et milite en faveur de l’autonomie culturelle des minorités indigènes.

42Enfin, les effets de l’internationalisation des économies et des cultures latino-américaines, perceptibles à travers les conséquences de la dépendance technologique, financière et culturelle, génèrent la constitution de nouvelles alliances entre les bourgeoisies, les classes moyennes sensibles aux aspirations de la société de consommation et les élites financières ou industrielles des pays développés. En réaction contre cette dépendance, de nouvelles alliances de classes s’ébauchent, aspirant à l’affirmation d’une autonomie nationale construite selon des modèles de société qui renforceraient le processus de démocratisation.

Apogée et déclin des régimes autoritaires ; les sociétés civiles

43Dans les années 1960-1970, on constate en Amérique latine le passage généralisé des régimes politiques populistes à des régimes autoritaires, puis l’incapacité totale de ces derniers à résoudre les problèmes sociaux et économiques posés. Cette faillite a encouragé les sociétés civiles à exiger une démocratisation des régimes politiques. À la suite de l’instauration du régime autoritaire au Brésil en 1964 et de la prise du pouvoir par des militaires populistes au Pérou en 1968, les années 1971 à 1976 constituent le point culminant dans la phase d’installation des régimes militaires en Amérique latine : Bolivie en 1971, Chili et Uruguay en 1973, Argentine en 1976. Le tableau serait incomplet si l’on n’évoquait pas le régime militaire équatorien, les gouvernements militaires du Guatemala, du Salvador et du Honduras et les dictatures personnelles et sanglantes de Stroessner au Paraguay, de Somoza au Nicaragua et Duvalier à Haïti. Même dans les pays où les militaires ne participaient pas directement au pouvoir, comme la Colombie, leur influence politique était devenue déterminante. Au début de 1977, au nom du progrès économique, de l’ordre public, des frontières « idéologiques », de l’anticommunisme et de la lutte contre la subversion, les régimes autoritaires, personnalisés ou instaurés par l’institution militaire hiérarchisée, contrôlaient la vie politique des deux tiers de la population latino-américaine.

44Cette militarisation des systèmes politiques n’aurait pu être réalisée sans l’échec des gouvernements populistes, qui, dans leur majorité, n’étaient pas parvenus à concilier des intérêts économiques et sociaux gravement menacés par l’inflation et les tensions sociales les plus aiguës. Les revendications populaires, désormais animées par les forces de gauche, entraient en contradiction ouverte avec les intérêts des bourgeoisies et de classes moyennes nationales ainsi qu’avec ceux des multinationales. D’autre part, la menace de nationalisation de nombreuses entreprises d’origine surtout nord-américaine, incita le gouvernement des États-Unis à déstabiliser les régimes populistes. Ainsi se développa au sein des forces armées latino-américaines l’influence de la doctrine dite de la « sécurité nationale » instituant sa vision d’un monde bipolaire, opposant l’Occident capitaliste et chrétien à la menace de subversion communiste en provenance de l’URSS.

45Une des principales caractéristiques de ces nouveaux régimes militaires fut de dépersonnaliser un pouvoir autoritaire jusqu’alors instauré grâce à l’action personnelle de dictateurs traditionnels : les « caudillos ». La prise de pouvoir par l’armée ne s’effectuait plus au profit d’un seul homme mais de l’ensemble de l’institution. Celle-ci assurait ses missions. Elle était non seulement chargée de la défense des frontières et de l’ordre intérieur, mais aussi de la direction et de l’orientation des choix politiques et économiques des pays pour surmonter la faillite, la corruption et l’incapacité des politiciens civils. L’armée se considérait comme la conscience et la détentrice de l’intérêt des nations.

46Ainsi, la « sécurité nationale » était intimement liée à l’expansion accélérée de l’économie et au bien-être des peuples qui ne manquerait pas d’en résulter. L’accroissement rapide du revenu garantirait la puissance de la nation. La modernité des régimes militaires apparaissait comme la réponse appropriée du camp occidental — et des États-Unis en particulier — face aux incohérences d’un Tiers monde manipulé par Moscou. En dépit de quelques succès partiels, la permanence de régimes autoritaires, la concentration du pouvoir politique et économique entre les mains des militaires sont aujourd’hui remises en cause. Le bilan économique est pour le moins contesté et les militaires cèdent de plus ou moins bon gré le pouvoir aux civils. Certes, la situation demeure tendue au Pérou et en Argentine par exemple, mais la pression des sociétés civiles s’exercent de plus en plus nettement. Si des îlots dictatoriaux trouvent encore la possibilité d’exister en Amérique centrale — Guatemala —, dans les Caraïbes — Haïti — ou en Amérique du Sud — Paraguay —, certains régimes militaires forts apparaissent de plus en plus contestés — Chili — et d’autres ont remis le pouvoir aux civils — Brésil, Uruguay.

47On peut donc considérer aujourd’hui, que le poids des forces sociales et politiques favorables à une redémocratisation du continent pèse davantage que celui des forces aspirant à maintenir et consolider les régimes autoritaires.

48Évidemment, les principales transformations des sociétés d’Amérique latine si brièvement décrites, ne se limitent pas aux quelques aspects ainsi évoqués à grands traits. La plupart de ces phénomènes sont d’ailleurs très insuffisamment connus ; mais leur complexité même ne doit pas faire oublier les nouvelles perspectives dans lesquelles la coopération scientifique entre chercheurs des deux rives de l’Atlantique latin s’intègre et peut se développer. Au demeurant, un des aspects fondamentaux de ces transformations des sociétés latino-américaines à mettre en relation avec les projets de codéveloppement scientifique entre la France et l’Amérique latine, pourrait bien être l’important essor que l’éducation a connu sur le continent ces trente dernières années, particulièrement l’essor de l’enseignement supérieur. Car le temps n’est plus où quelques professeurs européens, brillants produits d’universités prestigieuses, se transplantaient en Amérique latine pour inculquer les connaissances de base à des élites en âge de franchir la porte d’entrée des facultés dont l’Amérique latine inaugura les créations dans les années 1920-1930...

L’ESSOR DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR EN AMÉRIQUE LATINE : LA FORMATION D’UNE POPULATION ÉTUDIANTE A LA RECHERCHE ET PAR LA RECHERCHE

49Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, mais surtout à partir des années 1960, l’Amérique latine a connu un important développement de l’éducation. Le diagnostic sévère, établi à propos de l’analphabétisme, a contribué à mettre sur pied une politique tendant à promouvoir l’école élémentaire. Grâce à l’effort entrepris, le taux de scolarisation a augmenté dans tous les pays, en dépit d’un accroissement démographique particulièrement important.

  • 6 Juan Carlos Tedesco : « Développement et éducation en Amérique latine », étude réalisée dans le ca (...)

50Certes, le problème des exclus du système d’enseignement demeure aigu. Il se pose en particulier en milieu rural. On a même pu constater, récemment que le taux de croissance de la scolarité primaire entre 1970 et 1975 a baissé par rapport à la période précédente. Mais la question de l’alphabétisation des enfants jusqu’à 12 ans est en partie résolue : l’augmentation quantitative du nombre d’enfants ayant accès à la scolarité élémentaire (premier degré) apparaît spectaculaire6.

51En dépit de très nombreux blocages limitant de façon notable l’accès à l’enseignement secondaire, un essor comparable et significatif a permis l’accès au second degré d’une masse imposante de jeunes. Des facteurs très divers expliquent ce phénomène : la pression des couches moyennes pour obtenir une scolarité prolongée, instrument le plus accessible de mobilité sociale ; le fonctionnement particulier des décisions politiques en fonction de la capacité à exercer une pression sur le pouvoir local et de l’accès à l’information sur le fonctionnement de la bureaucratie...

52D’une façon générale, on constate que les classes moyennes urbaines s’attachent à maîtriser du mieux possible l’expansion de ce système d’enseignement qui engendre à son tour une fuite en avant sur le marché du travail dont les exigences en matière de formation s’accroissent avec la modernisation de l’économie. Certes, là comme ailleurs, les formations techniques et professionnelles attirent davantage les couches sociales inférieures et d’importants goulots d’étranglement limitent l’accès à l’enseignement supérieur. Mais l’idée selon laquelle le développement de l’éducation est un facteur essentiel de la croissance économique, a singulièrement contribué à modifier profondément l’institution scolaire ; elle n’est pas étrangère à l’essor du nombre des universités. Au Brésil par exemple, en 1982, on comptabilisait 65 universités et 817 établissements divers d’enseignement supérieur. En 1978-79, il existait un étudiant pour mille habitants, dont près du tiers se destinait aux carrières de l’enseignement. D’autres pays comme le Mexique ou l’Argentine dépassaient le seuil de 500 000 étudiants. Dans son ensemble, l’Amérique latine comptait près de trois millions d’étudiants dont les 2/3 étaient scolarisés dans trois seuls pays : le Brésil, le Mexique et l’Argentine.

53Sur ce total, on peut considérer qu’au seuil des années 1980, 1 500 000 étudiants se trouvaient concernés, de près ou de loin, par un enseignement de sciences sociales et humaines, conçu dans une perspective large, c’est-à-dire incluant, outre les sciences de l’éducation, les lettres, le droit et les sciences du comportement, les formations pour le secteur tertiaire, l’administration des entreprises, l’architecture et l’agriculture.

  • 7 Dans l’abondante littérature consacrée à ce sujet, on lira avec profit la mise au point récente de (...)

54Toutefois, il est bien évident que le développement de l’éducation n’implique pas, ipso facto, celui de la recherche. D’autant que cette éducation demeure parfois d’une qualité très inégale. Mais il faut reconnaître que la création des études de doctorat a entraîné, surtout depuis une quinzaine d’années, un nombre important d’étudiants vers un considérable développement de la recherche. Dès lors, la formation d’une nouvelle génération de chercheurs latino-américains a contribué à promouvoir un essor exceptionnel des sciences sociales en « latino-américanisant » les problèmes scientifiques. Désormais, l’ensemble des pays d’Amérique latine dispose, quantitativement et qualitativement, d’un potentiel de recherche universitaire de bon niveau, parfois à l’avant-garde des recherches de pointe, innovant même dans quelques secteurs comme les théories de la dépendance7. Des pays comme le Brésil, le Mexique, l’Argentine, voire le Venezuela accèdent à un véritable statut parmi les pays qui investissent dans la formation d’une catégorie spécifique d’étudiants pour la recherche. Ce potentiel scientifique dans le domaine des sciences sociales n’est-il pas même quelque peu surdéveloppé par rapport au niveau de développement industriel et technologique qui n’épuise que très partiellement l’utilisation des facultés latentes ?

55En dépit des problèmes politiques aigus qui touchent au premier chef les communautés scientifiques et obligent souvent les chercheurs à pratiquer une mobilité nuisible à l’ancrage d’un véritable réseau national d’institutions scientifiques, le potentiel de formation par la recherche dans les pays d’Amérique latine est donc devenu très compétitif. Dans certains cas, le rôle joué par la communauté scientifique dans le processus de redémocratisation de l’Amérique latine a même été essentiel. L’exemple du Brésil paraît, à cet égard, significatif et l’on se plait dans les cercles politiques à louer les mérites de la Société brésilienne pour les progrès de la science (S.B.P.C.).

56Bien sûr, les gouvernements de nombreux pays industrialisés ont continué d’offrir aux étudiants latino-américains des crédits pour poursuivre leurs études à l’étranger, en particulier leurs thèses de doctorat. Des efforts importants ont même été consentis pour accroître le nombre de bourses. Les États-Unis par exemple, ont attiré le plus grand nombre de candidats, d’autant plus que les études latino-américanistes sont présentes un peu partout dans les universités nord-américaines. En 1978-1979, près de 33 000 étudiants latino-américains poursuivaient leurs études aux États-Unis. Mais l’attrait de l’Europe occidentale n’est pas négligeable : la France avait accueilli environ 6 500 étudiants latino-américains à cette même époque. Leur nombre était sensiblement identique quatre ans plus tard. Plus des deux tiers d’entre eux suivaient des études de lettres, droit et sciences économiques.

57Dans l’ensemble, au seuil des années 1980, environ 62 000 étudiants latino-américains poursuivaient des études à l’étranger. Par rapport aux effectifs totaux, cette proportion d’étudiants apparaît, à première vue, assez faible, de l’ordre de 2 %.

tableau no 1. répartition des étudiants en amérique latine par type de programme (1978-1979)

tableau no 1. répartition des étudiants en amérique latine par type de programme (1978-1979)

D’après Philippe Rossillon : Un milliard de Latins en l’an 2000. Étude de démographie linguistique sur la situation présente et l’avenir des langues latines, Paris, L’Harmattan-Union latine, 1983, 359 p.

tableau no 2. les étudiants latino-américain a l'étranger (1978-1979) D’après Philippe Rossillon : Un milliard de Latins en l’an 2000, o.c.

tableau no 2. les étudiants latino-américain a l'étranger (1978-1979) D’après Philippe Rossillon : Un milliard de Latins en l’an 2000, o.c.

58Dans cet éventail, deux cas semblent intéressant à souligner : alors que 6,4 % des étudiants cubains poursuivaient leurs études hors de l’île, particulièrement en URSS, seulement 0,5 % d’étudiants brésiliens étaient inscrits dans des universités étrangères, à peu près équitablement répartis entre l’Europe et les États-Unis. On peut donc constater que l’essor de l’enseignement supérieur en Amérique latine a considérablement réduit, en valeur relative, le flux prépondérant exercé par les pays industrialisés encore entre les deux guerres mondiales.

59Toutefois, une part importante de cette attraction demeure au niveau de la formation par la recherche, ne serait-ce que parce qu’un pourcentage notable des étudiants latino-américains, inscrits dans les universités des pays industrialisés, prépare des thèses de doctorat. L’augmentation quantitative du nombre des étudiants en Amérique latine n’a donc pas tari le flux des candidats docteurs dans les universités des pays du centre. Ces derniers continuent de jouer un rôle non négligeable dans la formation à la recherche et par la recherche de jeunes étudiants latino-américains même si, quantitativement, le nombre des chercheurs qui travaillent en Amérique latine dans le secteur des sciences sociales et humaines sur l’Amérique latine, est devenu, depuis trente ans, nettement supérieur à la population des chercheurs des pays industrialisés dont les travaux concernent cette aire culturelle.

L’EXISTENCE D’UN IMPORTANT POTENTIEL DE RECHERCHE EN AMÉRIQUE LATINE ET L’ÉVOLUTION DES STRUCTURES DE LA RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES

60Les structures et l’organisation de la recherche en Amérique latine sont naturellement marquées par le niveau de développement des structures économiques, politiques, sociales et culturelles de la région. Elles ont donc une place et une fonction sensiblement distinctes des structures européennes, même si des ressemblances apparaissent dans le schéma de fonctionnement et d’orientation de tel ou tel organisme.

La naissance du professionnel de la recherche

  • 8 Dans le cas du Brésil cf. Segio Miceli : Les intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945), Pa (...)

61L’émergence de cette catégorie particulière d’intellectuel qu’est le chercheur professionnel s’est affirmée, en Amérique latine, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et surtout dans les années 1960. La naissance du chercheur comme celle de l’universitaire est donc particulièrement récente, tout au plus une génération. Le rôle joué par cette première génération de chercheurs, nés entre 1945 et 1960, a considérablement modifié les rapports établis dans les années 1920-1945 entre les intellectuels et la recherche scientifique d’une part, les intellectuels et le pouvoir d’autre part8. L’analyse des questions posées par ces nouveaux intellectuels pour comprendre les grandes transformations que leurs sociétés ont connues ces trente dernières années, apparaît bien comme la pierre de touche des projets d’établissements d’une nouvelle recherche en coopération entre la France et l’Amérique latine.

tableau no 3. études menées en france par les étudiants étrangers en provenance des pays en voie de développement

tableau no 3. études menées en france par les étudiants étrangers en provenance des pays en voie de développement

Statistiques du SIGES (MEN) année universitaire 1982/83.
D’après la formation à la recherche des jeunes des pays en voie de développement, ministère de la Recherche et de la Technologie, janvier 1984.

tableau n 4. bourses d’études de niveau recherche accordées par le ministère des relations extérieures a des étudiants étrangers en provenance des pays en voie de développement (hors champ) en 1982

tableau n 4. bourses d’études de niveau recherche accordées par le ministère des relations extérieures a des étudiants étrangers en provenance des pays en voie de développement (hors champ) en 1982

(Statistiques D.G.R.C.S.T. - Services Moyens et Méthodes 1982)
Total bourses d’études PED tous cycles confondus = 7 410 D’après la formation à la recherche..., o.c.

62Les trois principaux pays qui ont misé sur la formation par la recherche et la formation à la recherche d’une nouvelle génération de jeunes étudiants — le Brésil, le Mexique et l’Argentine — ont créé des structures de recherche sous l’impulsion de l’État. Dans les années 1960, des conseils de la science et de la technologie se sont multipliés dans la plupart des pays et ont contribué à mettre en œuvre cette politique de la science que le niveau de développement rendait nécessaire. Ainsi, de tels organismes publics comme par exemple, le Consejo nacional de ciencia y tecnologia (CONACYT) au Mexique, le Consejo nacional de investigaciones cientificas y tècnicas (CONICET) en Argentine, le Centro nacional de pesquisas (CNPQ) au Brésil, ont-ils contribué à promouvoir l’émergence de ce type social particulier qu’est le chercheur scientifique, complément de l’universitaire. Sensible à l’essor de ces organismes publics de recherche s’efforçant d’impulser et de coordonner en Amérique latine une recherche scientifique aussi bien dans le secteur des sciences exactes que dans celui des sciences sociales, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), en France, a signé plusieurs accords de coopération. Tel a été le cas en particulier d’un accord signé en 1972 entre le CNRS et le CONACYT puis en 1975 entre le CNRS et le CNPQ.

63Toutefois, la coordination de la recherche à partir d’organismes publics pose en Amérique latine des problèmes particuliers et le profil de carrière des chercheurs professionnels est loin de reproduire à l’identique le modèle français.

64Une des spécificités de l’organisation de la recherche en Amérique latine a été la constitution de nombreux organismes ou laboratoires privés, non dépendants du financement de l’Etat. L’essor de tels organismes où s’effectuent le plus souvent les recherches vives, a même été particulièrement spectaculaire depuis une vingtaine d’années, surtout dans le domaine des sciences sociales. Il est vrai que cet essor a été rendu nécessaire par la mobilité extrême que l’évolution des situations politiques propres à chaque pays d’Amérique latine imposait à la communauté des chercheurs scientifiques. Cet essor a, paradoxalement, renforcé les liens entre le développement de la recherche fondamentale et le développement de la recherche appliquée. Il a aussi permis à la communauté scientifique nationale de tel ou tel pays d’établir des relations privilégiées avec des organismes régionaux de recherche créés dans la perspective d’une politique d’intégration latino-américaine.

65On peut d’ailleurs considérer que les bouleversements politiques des années 1960-1970 ont « favorisé » une régionalisation des problématiques, des méthodes et des théories. De nombreux chercheurs ont dû quitter leur pays et trouver un organisme d’accueil dans la région. Le Chili des années 1960, par exemple, a reçu de nombreux chercheurs en provenance des pays du cône sud. Le Mexique des années 1970 est devenu à son tour un important foyer de développement scientifique. D’une façon générale, les pays qui ont connu une certaine stabilité démocratique, — Mexique, Venezuela, Colombie... —, ont bénéficié du développement d’une recherche scientifique de haut niveau, inattendu même dans certains cas. Dans les pays où s’amorce un processus de redémocratisation, la recherche en sciences sociales retrouve, peu à peu, la place qui lui revient. Le développement des sciences sociales est alors singulièrement renforcé par le processus de retour dans leur pays des chercheurs qui ont été confrontés à d’autres méthodes de recherche et de travail pendant leur période d’exil.

La diversité des structures de recherche

66Schématiquement, on peut distinguer en Amérique latine trois périodes marquantes dans l’évolution des structures d’une recherche scientifique dynamique dans le domaine des sciences sociales.

  • 9 Cf. Denis Rolland : Amérique latine. Guide des organisations internationales et de leurs publicati (...)

67Les organismes publics nationaux de recherche et les institutions internationales à vocation régionale. — Entre 1945 et 1965, la prise en compte par l’État des nécessités de développement économique et technologique des pays d’Amérique latine génère des politiques nationales de la science et de la technologie qui se concrétisent par la création d’organismes publics de recherche s’articulant autour de presque toutes les disciplines reconnues comme majeures. Ces initiatives nationales se révèlent parfaitement complémentaires d’initiatives d’organismes internationaux, dépendants d’une manière ou d’une autre de l’Organisation des Nations Unies (ONU) ou de l’Organisation des États Américains (OEA), à vocation d’intégration régionale. Les premiers véritables chercheurs scientifiques professionnels latino-américains commencent à œuvrer dans le cadre de telles structures dont la dynamique d’évolution se révélera très inégale. Tel est le cas en particulier des organismes publics nationaux de recherche comme le CNPQ au Brésil, ou le CONACYT au Mexique... Tel est le cas aussi d’organismes intergouvemementaux à vocation régionale comme la Faculté latino-américaine de sciences sociales — FLACSO —, l’Institut latino-américain de planification économique et sociale — ILPES — où le sort accordé aux disciplines de sciences sociales apparaît privilégié9. Au moment où la recherche universitaire est en train de poser les bases d’une formation de nouveaux cadres supérieurs, le potentiel de recherche latino-américain s’affirme mais il faut reconnaître que les structures les plus dynamiques dans le domaine des sciences sociales où évoluent de jeunes chercheurs ayant quelque chose à dire dans la communauté scientifique internationale, paraissent bien être les universités et quelques organismes régionaux. La spécificité de certains organismes mérite une attention soutenue.

68Créée en 1957, la FLACSO est un organisme international, intergouvememental, de caractère régional et autonome, constitué pour développer la coopération entre l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et les pays latino-américains et des Caraïbes afin de favoriser l’enseignement, la recherche et l’assistance technique dans le secteur des sciences sociales. La prépondérance de l’UNESCO a été très forte pendant une dizaine d’années. Sous l’impulsion de plusieurs pays membres, la FLACSO connaît, depuis 1974, une influence notable au sein de la communauté scientifique des chercheurs latino-américains. Certes, le nombre des experts ne comprend qu’une centaine de scientifiques mais le rayonnement des programmes de recherche dépasse le seul cadre des sièges de la Faculté installés au Chili, au Mexique, au Costa-Rica, en Équateur, en Argentine et au Brésil.

69Les objectifs de la FLACSO sont d’impulser l’essor des recherches en sciences sociales qui contribuent au développement et à l’intégration de l’Amérique latine, en assurant la formation de spécialistes de haut niveau, — maîtrise, doctorat —, en définissant des axes prioritaires de recherche coordonnés et comparés concernant l’ensemble de l’Amérique latine, en aidant à la diffusion des résultats de ces recherches scientifiques nationales et internationales et en encourageant au sein des communautés la promotion du matériel d’enseignement et d’éducation dans la région. La formation annuelle interdisciplinaire de 150 étudiants en maîtrise-doctorat s’oriente plus particulièrement aujourd’hui autour de six thèmes prioritaires : l’histoire régionale et sa diversité sous-régionale ; les relations internationales entre pays d’Amérique latine et de l’Amérique latine avec d’autres régions du monde ; l’analyse du processus d’intégration régionale y compris dans ses aspects culturels ; les recherches comparées en matière de politique agraire ; le développement des politiques d’éducation, de santé, d’environnement et d’urbanisme ; l’analyse des facteurs de démocratisation et de dynamisation des sociétés civiles en comparant les dynamiques des mouvements sociaux et des partis politiques. Disposant en 1982 d’un budget d’intervention dont le financement provient de sept États membres, d’organismes internationaux — UNESCO, Programme des Nations-Unies pour le développement — et de divers gouvernements et institutions, la FLACSO exerce une forte influence sur les orientations des recherches en sciences sociales réalisées par les chercheurs de chaque pays grâce à l’efficacité de ses centres régionaux qui constituent de véritables relais. La FLACSO est en train d’acquérir actuellement la masse critique lui permettant d’entreprendre la constitution d’un véritable réseau international de recherche, de stockage d’informations et de diffusion des connaissances.

70L’Institut latino-américain de planification économique et sociale — ILPES — a été créé en 1962 au Chili. Combinant étroitement la fonction de formation et la fonction de recherche, l’ILPES a joué un rôle essentiel dans le développement des études de planification en Amérique latine. L’Institut a fortement contribué au rayonnement des analyses économiques théoriques et appliquées, imaginées par les spécialistes de la Commission économique pour l’Amérique latine — CEPAL —, l’une des cinq commissions établies par les Nations Unies pour analyser les origines et la nature des problèmes régionaux de développement. L’ILPES a d’ailleurs été formellement incorporé en 1974 à la CEPAL comme institution permanente et bénéficie de subventions du PNUD. Incontestablement, l’ILPES a été un des principaux creusets où les problématiques de la dépendance ont été élaborées et où les politiques de planification modemisatrices se sont mesurées à l’impact des structures économiques archaïques de l’Amérique latine. Bon nombre d’économistes et de sociologues latino-américains de réputation internationale ont été associés, à un moment ou à un autre de leur carrière, aux équipes de l’ILPES. D’une certaine manière, cet Institut a permis aux chercheurs latino-américains d’impulser tout un ensemble de travaux de planification régionale et sectorielle, incluant des perspectives de programmation du secteur public et de secteurs sociaux, largement alternatif aux analyses réalisées par les équipes « monétaristes » formées dans les centres de recherche nord-américains proches des lignes de force présentées par le Fonds monétaire international — FMI —. L’impact des théories néolibérales dans les années 1970 n’a pas empêché les économistes de l’ILPES d’approfondir leurs recherches sur les rapports entre les économies latino-américaines et l’économie mondiale, le rôle et la place du secteur public dans le processus de développement économique national, l’enjeu des transferts de technologie, les conséquences du nouvel ordre économique international... Le choc de la crise économique mondiale sur les économies latino-américaines et les perspectives de changement social que projette, dans une certaine mesure, l’effet de redémocratisation des sociétés, ont contribué à remettre « quelques idées en place », selon la belle formule de Fernando Henrique Cardoso et à confirmer le renom international de l’ILPES que seuls les aléas de la vie politique latino-américaine avaient, quelque temps, contestés.

71Les centres de recherche privés non « académiques ». — Précisément, entre 1965 et 1980, les bouleversements politiques subis par plusieurs pays d’Amérique latine en raison de l’instauration de régimes militaires et de l’influence des idées néo-libérales, ont entraîné un certain hiatus entre le nécessaire développement d’un potentiel national de recherche et la communauté scientifique opposée dans sa globalité aux choix des décideurs de l’Etat. Certes, de tels aléas n’ont pas bouleversé ces pays au même moment et tous n’ont pas été concernés. Les conséquences n’en n’ont pas moins provoqué divers flux migratoires notables de chercheurs, obligés de s’établir dans des pays connaissant une certaine stabilité démocratique qui ont vu alors leur potentiel scientifique croître singulièrement. Le rayonnement international alors acquis par le Mexique s’en est trouvé par exemple considérablement renforcé. Toutefois, dans les pays qui ont subi de tels bouleversements politiques, la communauté scientifique nationale a été obligée d’imaginer de nouvelles structures d’organisation de la recherche pour compenser les blocages administratifs et le déclin du développement des recherches vives dans les organismes publics ou les universités.

72Deux nouvelles structures ont en grande partie aidé les chercheurs à surmonter leurs difficultés et conserver l’indépendance de leurs propos. L’une, de dimension régionale et non gouvernementale, le Conseil latino-américain des sciences sociales — CLACSO —, a été créée en 1967. L’autre, véritable explosion d’institutions ou de groupes de travail privés, parfois informels, ne bénéficiant d’aucune ressources gouvernementales, a constitué un réseau parallèle aux réseaux officiels, devenant l’instrument privilégié de nouveaux noyaux de réflexion et de recherche.

73Le CLACSO est une institution regroupant des centres de recherche en sciences sociales et bénéficiant d’un statut consultatif de l’UNESCO. L’originalité du Conseil apparaît dans le fait qu’il n’a aucun lien institutionnel avec les gouvernements de la région, tout en favorisant le développement de la coopération et de la communication entre les centres adhérents. D’une certaine manière, le CLACSO joue un rôle de coordination informelle du potentiel de recherche latino-américain en sciences sociales grâce à l’activité de base exercée par les chercheurs au sein de leurs centres de recherche. Ce rôle de rassembleur s’exerce en définissant le plus démocratiquement possible des thèmes considérés comme prioritaires et en mettant en œuvre des catégories d’analyse spécifiques à la situation des pays étudiés. Dans cette perspective, le CLACSO s’attache à démarquer la communauté scientifique latino-américaine des modèles d’interprétation et d’analyse élaborés pour comprendre essentiellement d’autres civilisations ; il contribue à écarter les approches sociologiques des réalités latino-américaines, des effets d’imitation provoqués par la prépondérance des écoles sociologiques nord-américaines.

74Sa représentativité est fonction du nombre des centres de recherche qui ont décidé d’être membres du Conseil. En 1982, plus de 90 centres de recherche, souvent parmi les plus renommés, établis dans 17 pays, étaient membres du CLACSO. Une production scientifique notable, réalisée dans ces centres, bénéficie du « label CLACSO », dans la mesure où des commissions et des groupes de travail instaurés sur des thèmes prioritaires ont été à même de discuter les travaux réalisés ou en cours. Des projets d’études spécialement initiés par le CLACSO sont entrepris par des chercheurs latino-américains bénéficiant d’une bourse spécifique. Des aides appropriées sont accordées soit à des chercheurs individuels, soit à des laboratoires, pour surmonter des difficultés passagères liées à l’élaboration de leurs recherches.

  • 10 Maria Grossi : « Bilan des Sciences sociales en Amérique latine », in David et Goliath..., mai-aoû (...)

75Mais le CLACSO s’attache aussi à promouvoir des travaux réalisés par des chercheurs latino-américains sur des sociétés appartenant à d’autres aires culturelles, particulièrement les pays industrialisés, afin de stimuler la coopération interrégionale et de « sortir » la communauté scientifique d’Amérique latine d’une perspective trop exclusivement « latino-américaniste ». Dans une large mesure, la dynamique de création d’institutions privées, informelles et non gouvernementales, qui est apparue comme la réponse de la communauté scientifique latino-américaine aux blocages de la recherche vive dans les institutions officielles, a contribué à la renommée internationale du CLACSO. L’instauration de plusieurs régimes militaires mais aussi la crise de confiance qui a frappé les intellectuels latino-américains porteurs d’une vision optimiste des possibilités nationales de développement et de modernisation face à la prépondérance des idées néo-libérales, sont devenues le terreau sur lequel ont pu naître les noyaux officieux de recherche caractérisant les institutions des années 1965-1980. Toutefois, la multiplication des centres privés n’est pas seulement observable dans les pays soumis à des régimes militaires autoritaires. Ils apparaissent aussi là où les activités de recherche scientifique se sont poursuivies normalement comme au Mexique et continuent de se maintenir dans des pays qui connaissent un processus de redémocratisation comme au Brésil ou en Argentine10.

76Dresser une carte, même grossière, de l’existence de ces centres de recherche privés constitue une véritable gageure. Tout au plus, peut-on donner en exemple l’activité de quelques-uns d’entre eux, sachant l’extrême diversité des situations, l’inégalité de leurs ressources financières, voire l’inégalité des travaux réalisés en leur sein. Nombre de travaux sont d’ailleurs restés dans l’ombre, en l’état de littérature grise de diffusion restreinte, au mieux ronéotés. D’autres, en raison d’une politique de diffusion adaptée à l’élargissement du débat scientifique dans la société, ont été largement accessibles au grand public. Néanmoins, l’existence de tels centres où se sont affirmées, souvent sous le feu de la critique et dans une atmosphère de risques certains, des problématiques nouvelles, a permis d’assurer, dans tel ou tel pays, une continuité minimale de survie de la recherche scientifique. Anciens talents déjà confirmés ou jeunes chercheurs encore anonymes ont été ainsi confrontés à des techniques nouvelles, stimulés par la précarité des situations et l’urgence des tâches à accomplir. Tel a été le cas en particulier de l’un des plus célèbres d’entre eux, le Centro brasileiro de analise e planejamento — CEBRAP — fondé à Sao Paulo sous l’impulsion de Fernando Henrique Cardoso, qui est devenu un véritable creuset de la recherche économique, sociologique et anthropologique du Brésil et un laboratoire d’application des idées originales de la CEPAL. D’autres comme le Centro de estudios economicos y sociales del tercer mundo — CEESTEM — ou le Centro de investigaeion y docencia économicas — CIDE — créés au Mexique n’ont pas connu les difficultés d’une recherche semi-clandestine et ont contribué à dynamiser une recherche officielle dans un pays où, pourtant, les organismes publics n’ont jamais été coupés des recherches vives.

77Sans envisager une exhaustivité quelconque, on peut mentionner dans presque chacun des pays l’existence de tel ou tel centre de ce type contribuant à marquer du sceau de la créativité les recherches en sciences sociales autour de noyaux pluridisciplinaires composés d’équipes à effectif restreint, parfois même « élitiste », souvent riches de réflexion théorique avancée et de praticiens des mouvements sociaux. On peut citer par exemple au Brésil, outre le CEBRAP, le Centro de estudos de cultura contemporanea — CEDEC — l’Instituto de estudos economicos, sociais e politicos — IDESP — ; en Argentine, le Centro de estudios de estado y sociedad — CEDES —, le Centro de estudios de poblacion — CENEP —, le Centro de investigaciones sociales sobre el estado y la administracion — CISEA —, la Fondation Bariloche ; au Chili, l’Academia de humanismo cristiano, la Corporacion de investigaciones economicas para latinoamerica — CIEPLAN — ; au Pérou, le Centro de estudios y promocion del desarrollo — DESCO —, l’Instituto de estados peruanos — IEP —, le Centro de investigacion, documentacion y asesoria poblacionel — CIDAP — ; en Uruguay, le Centro latino-americano de economia humana — CLAEH —, le Centro de investigaciones economicas — CINVE —, le Centro interdisciplinario de estudios sobre desarrollo Uruguay — CIEDUR — ; en Bolivie, le Centro de estudios de la realidad economica y social — CERES — ; en Colombie, le Centro de investigacion y educacion popular — CINEP — ; en Equateur, le Centro de planificacion y estudios sociales — CEPLAES — ; au Venezuela, le Centro Pellin de comunicacion social et le Centro de reflexion y planificacion educativa — CERPE —...

78Depuis quelques années, en marge de l’influence du CLACSO, un mouvement de coordination affirmé renforce l’activité de ces centres privés dont l’autonomie demeure toutefois une règle absolue. Les rencontres entre chercheurs se multiplient et des contributions originales sont le fruit d’études réalisées en commun. Par exemple, un projet de recherche établi entre le CEDEC, le CIDE, le DESCO et la FLACSO concernant les acteurs des mouvements sociaux, le développement de la société civile et l’impact des partis politiques doit permettre de comparer l’évolution des situations au Brésil, au Mexique, au Pérou et au Chili, appréhendant les perspectives d’action des communautés chrétiennes de base, des mouvements professionnels, du nouveau rôle social des femmes...

79D’une façon générale, les thèmes privilégiés des recherches entreprises par ces centres privés reflètent la préoccupation de comprendre les changements intervenus dans la région et d’orienter les efforts vers l’élaboration de perspectives alternatives de développement national. Des recherches sur la démocratie et les conditions sociales de sa mise en œuvre, sur les styles de développement et les modèles de société civile, sur les mouvements culturels et l’identité culturelle, sur les formes alternatives de communication sociale, sur le développement rural, l’intégration entre les sociétés agraire et urbaine, la reconstitution du mouvement ouvrier... ont fait l’objet de nombreuses publications et témoignent de la vivacité des débats et combats de la communauté scientifique latino-américaine œuvrant dans le cadre de telles institutions.

80Au demeurant, de tels débats ont largement contribué à redonner de nouvelles perspectives à ce qu’il est convenu d’appeler les « recherches académiques » entreprises dans un cadre public. Les contacts plus ou moins réguliers entre les chercheurs des centres privés et les chercheurs travaillant dans les institutions universitaires ou les organismes publics de recherche, ont provoqué une phase nouvelle d’organisation de la recherche en Amérique latine dont les perspectives paraissent riches d’avenir.

81À cet égard, il n’est pas inutile de citer les activités récentes de l’Institut latino-américain d’études transnationales — ILET — créé à Mexico dans les années 1975-1977 et transféré au Chili. L’ILET s’attache particulièrement à étudier les conséquences politiques et technologiques de l’impact des sociétés multinationales sur les économies nationales des pays en voie de développement, particulièrement en Amérique latine. Les recherches ont surtout porté sur l’État et les classes sociales des pays d’accueil du phénomène de la transnationalisation de l’économie mondiale. Éclaté en trois centres travaillant en coopération, à Buenos-Aires — le Centre d’économie transnationale —, à Lima — Le Centre d’études sur la culture transnationale — et à Mexico — le Centre de politique transnationale —, l’ILET accorde une place prépondérante à l’approche interdisciplinaire intégrant au témoin économique une dimension culturelle et politique, prenant en considération les approches originales générées par les aspirations à un nouvel ordre international de la communication et de l’information.

L’INTERPELLATION ACTUELLE DES CHERCHEURS LATINO-AMÉRICAINS POUR CONSTRUIRE EN FRANCE UNE AUTRE POLITIQUE DE COOPÉRATION SCIENTIFIQUE

  • 11 Francisco Delich : « Discours prononcé lors de la séance inaugurale » des Etats Généraux de la rec (...)

82L’Amérique latine a donc vu naître, en trente ans, un potentiel de recherche qui a désormais conquis sa place au sein de la communauté scientifique internationale. Ce potentiel de recherche reflète à sa manière les principales transformations des sociétés latino-américaines elles-mêmes, avec leurs problèmes spécifiques mais aussi avec leur créativité. Francisco Delich, secrétaire exécutif du CLACSO, lors de la séance inaugurale des Etats généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France le 27 mai 1983, témoignait de cette existence. Il évoquait, en termes saisissants, la mesure de cette mutation : « On avait en Amérique latine au début des années 1960 deux, peut-être trois cours de qualité, soulignait-il. Maintenant, nous avons comptabilisé au CLACSO plus de deux cents cours de doctorat dans les disciplines de sciences sociales... Le CLACSO, fondé en 1967, n’avait alors que trente centres de recherche d’une certaine importance ; il en a maintenant quatre-vingt-dix parmi les plus importants d’Amérique latine. Nous pouvons mobiliser des milliers de chercheurs. Nous avons vingt-cinq groupes de travail permanents, quatre cents, cinq cents chercheurs de haut niveau, même international, pour se pencher sur des sujets de plus en plus complexes. Donc, nous avons atteint, me semble-t-il, un niveau très élevé »11.

  • 12 Ibidem pp. 63-64.

83Mais, il apparaît toutefois que les conséquences de cette mutation de la recherche latino-américaine n’ont pas été véritablement mesurées en dehors de l’Amérique latine, particulièrement en France. Aussi, les responsables de la politique scientifique des pays latino-américains se trouvent dans l’obligation de dénoncer certains clichés européocentriques toujours présents à l’esprit de nombreux membres de la communauté scientifique internationale qui continuent de penser trop souvent la politique de coopération en termes caduques. Francisco Delich enfonce le clou, à sa manière : « Des pays comme l’Argentine, le Brésil, le Mexique, en 1980 seulement, selon les statistiques, ont dépensé plus de quatre milliards de dollars dans la recherche, dont une bonne partie dans les sciences sociales ! Donc, ce ne sont pas des pays où il s’agit de bâtir des institutions, ni d’arriver comme des messies avec les nouvelles qui viennent d’Europe. Là n’est pas la situation ! On se situe à un autre niveau. Le problème pour nous maintenant ce n’est pas la quantité, ce ne sont pas les sujets... Il n’y a aucun domaine important dans les sciences sociales où il n’existe en Amérique latine un grand programme spécifique de recherche... Le problème n’est pas de trouver de nouveaux secteurs pour la recherche. Il faut changer de perspective. Il faut transformer la quantité en qualité. Ces centaines de centres de recherches, ces milliers de gens voués à la recherche commencent à penser en des termes de systématisation et de nouvelles perspectives »12.

  • 13 Ibidem, pp. 66-67.

84Dès lors, les projets nouveaux de recherche en coopération entre la France et l’Amérique latine doivent être conçus dans le cadre d’une autre politique. Cette nouvelle politique de coopération scientifique, selon les chercheurs latino-américains, peut s’articuler autour de la constitution et de l’association d’équipes de recherche travaillant ensemble de part et d’autre de l’Atlantique. Ces associations, désormais nécessaires à l’élaboration actuelle de la connaissance, doivent aider à dépasser le stade pionnier de la recherche en solitaire, de la recherche individuelle. Ces associations d’équipes se réalisent sur la base de projets d’analyse comparative interdisciplinaire entre les sociétés, dans la perspective d’une mondialisation des problèmes. L’époque de la spécificité du laboratoire latino-américain, dont les chercheurs européens ont longuement décortiqué l’exotisme, a vécu. Francisco Delich conclut : « Après la nécessité d’association et de comparaison, je voudrais dire, finalement, qu’il faut que nous fassions un effort pour nous sortir, nous tous, de nos paroisses respectives. Il faut penser que l’on est en train de construire une planète, où les sociétés se trouvent de plus en plus proches les unes des autres. Cela ne veut pas dire qu’on va perdre nos particularités nationales, régionales ou autres. Les particularités sont, et peut-être doivent, rester pour assurer ce que nous désirons le plus, la démocratie. Mais, il y a aussi une tendance historique “d’homogénéisation” de la société et nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ce phénomène. Non seulement nous ne pouvons pas fermer les yeux, mais nous devons devenir l’avant-garde de cette pensée qui cherche à définir une nouvelle société. Voilà ce que nous voulions vous proposer à vous tous, Français et nous-mêmes, Latino-américains »13.

LE DÉFI FRANÇAIS D’UNE NOUVELLE POLITIQUE DE RECHERCHE EN COOPÉRATION AVEC L’AMÉRIQUE LATINE (1981-1984)

  • 14 Alain Touraine : « France-Amérique latine. De la défense d’un héritage au co-développement culture (...)
  • 15 La loi d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la (...)

85Cette interpellation des chercheurs latino-américains pour construire une autre politique de coopération avec la France dans le domaine des sciences sociales vient à son heure. La tenue même des États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France, qui a mobilisé à Paris pendant trois jours, les 27, 28 et 29 mai 1983, près de mille chercheurs et enseignants, a constitué sur ce point une tribune idéale. Non seulement la communauté scientifique, en France, mais aussi les pouvoirs publics, à différents niveaux et aux échelons les plus élevés de la hiérarchie administrative et des responsables politiques, ont répondu à ce défi. Mais la conscience paraît désormais prise que la France, selon la belle formule du sociologue Alain Touraine, se trouve en mesure de passer de la « défense d’un héritage au codéveloppement culturel »14. Lors de ces premiers mois de l’année 1983, riches d’espérance, les hommes soumettent les idées au service d’une nouvelle politique de coopération scientifique avec l’Amérique latine, au moment où une nouvelle politique générale d’orientation et de programmation de la recherche comme de l’enseignement supérieur est en train d’être mise en pratique15.

Une nouvelle politique de la recherche et de l’enseignement supérieur en France

  • 16 Jean-Pierre Chevènement : « Préface » aux Actes du Colloque national Recherche et Technologie (13- (...)

86En 1981-1982, la politique française en matière de recherche et de technologie a été profondément renouvelée. La Loi d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique, votée le 15 juillet 1982, a été élaborée à partir d’un immense débat organisé au sein de la communauté scientifique. « Trente-et-une Assises régionales dans toute la métropole et les départements et territoires d’outremer, une intense activité de réflexion, l’élaboration de milliers de contributions par les organismes de recherche, les universités, les entreprises, les syndicats, les organisations professionnelles, la tenue d’une dizaine de journées d’études sectorielles, la participation de dizaines de milliers de chercheurs, de techniciens, d’industriels, d’élus et de responsables économiques, sociaux et culturels, soulignait le ministre d’État, ministre de la Recherche et de la Technologie, M. Jean-Pierre Chevènement, ont créé un mouvement sans précédent dans l’histoire de la recherche française. Plusieurs milliers de textes ont été rédigés souvent d’une très grande richesse : ils constituent un témoignage éclatant du besoin qu’avait la communauté scientifique et technique de s’exprimer, de contribuer directement en pleine conscience à analyser le présent et à construire l’avenir »16.

  • 17 Ibidem, p. 5.
  • 18 Ibidem, p. 5.

87Le point culminant de ce débat a été le colloque national de la recherche et de la technologie qui s’est tenu à Paris du 13 au 16 janvier 1982. Les principaux objectifs de ce colloque étaient clairement définis : « restaurer l’alliance de la science et de la démocratie, indiquait Jean-Pierre Chevènement, créer dans la communauté scientifique et dans l’ensemble des pays les conditions favorables à l’émergence des idées nouvelles et de l’innovation, au développement, à la diffusion des connaissances et à l’application de la science »17. Quant aux enjeux de cette nouvelle politique, ils étaient indiqués en ces termes par le ministre de la Recherche : « Le président de la République et le gouvernement ont décidé de faire de la recherche et du développement technologique une priorité nationale. Explorer toutes les grandes voies de l’avenir, faire de l’accès à la connaissance scientifique et technologique une des conditions de base du progrès économique et social, coopérer avec les pays du Tiers-Monde pour qu’ils maîtrisent mieux leur développement, tels sont les principaux enjeux de cette nouvelle politique »18.

88Cette politique n’aurait pu être mise en œuvre sans une évaluation du nouveau rôle d’entraînement imparti à deux secteurs déterminés de la recherche qui, dans le cadre de la coopération scientifique avec l’Amérique latine, sont appelés à exercer une fonction première : la place des sciences de l’homme et de la société en France et celle de la recherche dans le développement de la coopération avec le Tiers-Monde.

La place des sciences de l'homme et de la société

  • 19 Maurice Godelier : Actes des États Généraux... o.c., pp. 41-42.

89Maurice Godelier, directeur scientifique du département des sciences de l’homme et de la société du CNRS, attirait en ces termes l’attention des participants aux États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine, sur la place nouvelle des sciences de l’homme et de la société en France dans la politique de recherche : « les infrastructures de recherche dans les sciences de l’homme et de la société... étaient extrêmement déprimées il y a deux ans. La baisse des moyens affectés à cette discipline a été de l’ordre de 25 % entre 1975 et 1981. Depuis deux ans, c’est à une rupture de cette chute, à un rétablissement de la situation que nous avons essayé de procéder, grâce à une série d’initiatives venues du gouvernement et qui sont fondamentales à la fois pour la recherche et l’enseignement : la Loi d’orientation et de programmation qui augmente de 1,5 % à 2,5 % d’ici en 1985 la part du revenu national affectée à la recherche ; l’affectation des moyens supplémentaires pour reconstituer les infrastructures ; et surtout, en tout cas pour le secteur des sciences de l’homme et de la société, la volonté clairement manifestée de développer la connaissance des sociétés, tout aussi fondamentale que la connaissance de la nature »19.

  • 20 Maurice Godelier : « Les sciences de l’homme et de la société en France. Analyse et propositions p (...)

90En fait, l’essor, à partir de 1981, de la recherche en sciences de l’homme n’aurait pu être possible sans la phase de création et d’organisation des principales structures administratives de la recherche qui avait trouvé ses origines en France un peu avant puis après la Seconde guerre mondiale. Cet essor connut un certain renouveau, surtout dans le domaine universitaire, au lendemain des événements de mai-juin 1968. Mais il fut enrayé à partir de 1975-1976 pour différentes raisons que le rapport remis au ministre de la Recherche et de l’Industrie en 1982 par Maurice Godelier, intitulé Les sciences de l’homme et de la société en France. Analyse et propositions pour une politique nouvelle, explicitait en ces termes : « Depuis la Seconde Guerre mondiale, on a assisté en France à un vaste développement des sciences de l’homme et de la société. Elles ont progressé dans leurs méthodes et dans leur rigueur, elles ont élargi leur champ de recherche, elles ont été contraintes de se diversifier à l’intérieur d’elles-mêmes ou de céder la place à de nouvelles venues et à de nouveaux points de vue. Bien sûr, à la source de ce développement, il y avait la dynamique nouvelle issue de l’effort de la nation pour se reconstruire et croître à nouveau après les dévastations de la guerre... Créé par le Front populaire, reparu en 1945, le CNRS, doté d’une forte organisation en 1955, est devenu rapidement l’instrument principal du progrès de la recherche française dans de très nombreuses disciplines appartenant tant aux sciences exactes qu’aux sciences de l’homme. Mais, à côté du CNRS, les Universités se multipliaient ou se renforçaient, et la recherche universitaire allait elle aussi innover, ouvrir de nouveaux chantiers, créer des équipes et des laboratoires dont l’originalité était reconnue par le CNRS qui se les associait (1966). Dans bien des domaines des sciences de l’homme — l’histoire, les disciplines littéraires, par exemple — l’Université est aujourd’hui encore le support principal de la recherche. Au cours de ces années, on a donc assisté à la naissance, au développement de nouvelles disciplines ou à la mutation d’anciennes qui ont produit ce qui constitue encore aujourd’hui des points d’excellence ou des points forts des sciences françaises sur le plan international. Citons, sans souci d’être exhaustif et sans ordre, la démographie historique, l’histoire économique et sociale, l’économie mathématique, la linguistique, l’anthropologie à mesure qu’elle se séparait de la philosophie et de la sociologie et devenait discipline de terrain, les sciences politiques, quand elles s’émancipaient de la tutelle des sciences juridiques... »20.

  • 21 Ibidem, pp. 19-20.

91L’auteur de ce rapport concluait : « Le mouvement se prolongea jusqu’en 1970, recevant d’ailleurs des événements de 1968 une impulsion nouvelle, car ce fut là l’occasion pour beaucoup de courants de pensées jusqu’alors combattus ou dénigrés par les écoles dominantes, de s’affirmer au grand jour. Ce furent aussi les événements de 1968 et la part qu’y avaient prises les Universités et les universitaires — particulièrement ceux des sciences de l’homme et de la société — qui firent, largement à tort comme nous le voyons aujourd’hui, apparaître les sciences sociales avant tout comme des instruments de subversion politique et de contestation sociale. Dès lors, un effort particulièrement résolu fut fait par l’ancien régime pour les neutraliser et les réorienter. En 1980, cette neutralisation était presque arrivée à son terme, avec les décisions d’Alice Saunier Séité de supprimer une grande partie des DEA existant dans les sciences de l’homme et de la société, pour ne conserver qu’une minorité d’entre eux, souvent placés entre les mains de personnalités politiques qui, pour diverses raisons, avaient la confiance du pouvoir. Et lorsque vers les années 1975, se firent sentir les premiers effets massifs de la crise qui touche les pays occidentaux, les sciences sociales furent les premières à être sacrifiées. De 1976 à 1981, pour ne donner qu’un exemple, on a assisté au CNRS à une diminution de 25,8 % en francs constants du budget des sciences sociales — salaires et équipements immobiliers non inclus. Pendant la même période, la croissance en volume des moyens par chercheur du CNRS, est de moins 53,9 % pour le secteur des sciences sociales, moins 23,5 % pour le secteur humanités. On comprendra pourquoi, au terme de cette dernière décennie, l’infrastructure matérielle de la recherche dans les sciences de l’homme et de la société se trouve profondément détériorée »21.

La prise en considération de la recherche en coopération avec le Tiers-Monde

  • 22 Lettre de M. Jean-Pierre Chevènement, ministre d’État, ministre de la Recherche et de la Technolog (...)

92Si la place des sciences de l’homme et de la société dans la politique générale de la recherche a été réhabilitée en France à partir de 1981, les horizons de cette politique se trouvent modifiés en particulier grâce à la nouvelle prise en considération de la coopération scientifique avec le Tiers-Monde. La Loi d’orientation et de programmation de la recherche donne à la recherche en coopération avec les pays du Tiers-Monde une dimension spécifique en introduisant la « recherche scientifique et l’innovation technologique au service du développement des pays en voie de développement » dans les sept programmes mobilisateurs du gouvernement. Lorsque le 17 novembre 1981, le ministre d’État, ministre de la Recherche et de la Technologie, indiquait au professeur Jacques Berque, en le chargeant de présider une mission « Recherche, technologie et progrès en coopération », la « toute particulière importance que le gouvernement attachait à ce travail », il tenait à préciser : « Nous souhaitons donner un élan politique nouveau à la coopération scientifique et technologique entre la France et l’ensemble des pays du Tiers-Monde. Ce nouvel élan passe non seulement par un important accroissement de l’effort français... mais aussi et surtout par une redéfinition de nos modèles et de nos structures d’intervention, par un redéploiement géographique et thématique de notre politique, par une mobilisation de tout notre appareil scientifique et technologique national pour répondre aux véritables besoins de nos partenaires dans leur marche vers un authentique développement national »22.

  • 23 Jacques Berque : « Recherche et coopération avec le Tiers-Monde », Rapport au ministre de la Reche (...)

93La perspective était, dès lors, tout à fait originale ; Jacques Berque tînt à la conduire en précisant : « Toute maîtrise de développement, tout choix technologique, sont liés, dans une société, à la conscience qu’elle a, donc à l’analyse qu’elle fait d’elle-même. Trop souvent une société, autant que sous-développée, est sous-analysée, parce qu’incomprise, dédaignée de ses propres fils, délaissée dans ses vrais potentiels. Coopérer, cela signifie “travailler ensemble” avec un souci de bénéfice mutuel. La coopération doit être considérée comme un échange où l’intérêt est réciproque, même si les termes de cet échange, en volume de financement et en nature des services échangés, ne sont pas équivalents. Elle ne saurait se concevoir comme une simple nécessité humanitaire ou l’instrument de l’apurement d’un contentieux entre nantis et anciens colonisés. Elle est fondamentalement, à la fois un devoir de solidarité, une nécessité économique et une nécessité politique et sociale dans la mesure où l’existence et la permanence du gouffre entre pays pauvres et pays nantis sont génératrices d’inévitables conflits »23.

  • 24 Ibidem, p. 25.

94Dans l’esprit de Jacques Berque, une telle coopération scientifique ne pouvait, ne devait être que l’élément déterminant d’un véritable dialogue de civilisations. « Une coopération, écrivait-il dans son rapport, ne consiste nullement en transferts, ni d’objets, ni de pratiques, ni même de méthodes, mais de procédures exploratoires postulant en fait un dialogue de civilisations. De ce dialogue, il n’est pas dit que tous les éléments soient tous présents dans notre propre système. À moyen et plus encore à long terme, c’est donc la créativité de la pensée et de la recherche française, voire de la société française en tout domaine, qui fournit la matière et suscitera la demande d’une coopération »24.

  • 25 Ibidem, p. 23.

95Ainsi, à partir d’une telle perspective, de nouvelles frontières, de nouveaux horizons devaient être inscrits dans les changements profonds des attitudes et des institutions. « Il faut notamment, insistait Jacques Berque, substituer une optique mondiale à celle de l’hexagone, du pré-carré ou du repli euro-africain. Cela ne signifie certes pas l’abandon des partenaires anciens et fidèles, mais l’affectation de nouveaux moyens et de nouveaux horizons. Cela signifie encore et surtout le renouvellement des méthodes comme celui des finalités »25.

  • 26 Ibidem, pp. 36-37.

96Dans ces conditions, Jacques Berque ne pouvait que profondément regretter l’abandon du message d’universalisme qui avait représenté un des points forts de l’ouverture au monde de l’Université française au XIXe siècle et au début du XXe siècle, même si la politique coloniale l’avait en grande partie détourné dans une perspective « impérialiste ». En tout état de cause, l’effritement progressif de la recherche et de la coopération finit par déboucher sur une concentration des moyens dans le cadre géographique quasi-exclusif de l’empire et des prolongements de l’héritage colonial. « Pour la plupart des pays nés de l’empire africain de la France, constatait Jacques Berque, la “décolonisation” s’est traduite par un accroissement de la présence française : augmentation du nombre d’expatriés, développement des affaires et des échanges, multiplication des actions de coopération technique, mise en place de financements divers adoptant des formes variées, garanties dans les domaines de la monnaie et de la défense. Certains gouvernements en place sont attachés à cet ordre des choses et n’acceptent pas que puissent être mises en cause ces relations privilégiées. D’où le maintien d’un potentiel qui représente actuellement plus de 60 % des moyens de notre coopération scientifique. Ce potentiel doit-il encore être accru, ce qui conduirait à la réduction de la marge de manœuvre disponible pour agir ailleurs ? Doit-il surtout être modifié dans ses objectifs et procédures ? Probablement. C’est là où la “coopération à l’ancienne” doit s’effacer, où la substitution doit disparaître pour laisser place à l’échange avec des partenaires plus autonomes et indépendants »26.

97Une des premières conséquences de cette nouvelle politique transparaît donc dans le choix d’un redéploiement géographique. Et ce redéploiement devient le garant de l’efficacité même de la recherche en coopération. « La coopération scientifique et technologique entre la France et l’ensemble du Tiers-Monde, conclut Jacques Berque, passe à l’évidence par un redéploiement géographique : les conditions issues du passé colonial ont conduit à concentrer les actions sur une petite fraction de la population des trois continents et à localiser ces interventions surtout sur le continent africain, accessoirement dans la zone antillaise. Affirmer la volonté d’une politique mondiale de notre pays dans le cadre de rapports plus équitables entre le Nord et le Sud, impose une modification du dispositif. La politique de recherche en coopération sera dialogue entre les trois continents, ou ne sera pas. Car nous devons faire intervenir une optique nouvelle liée moins à des intérêts établis en tant que tels, ou à des souvenirs, pour respectables qu’ils soient, qu’à un projet planétaire, et fondé non pas sur un “partage du monde”, mais sur sa reconstruction par tous. » Ne peut-on considérer que de telles analyses se trouvent en harmonie avec les interpellations du secrétaire général exécutif du CLACSO, Francisco Delich, lors de la séance inaugurale des État généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine ?

Tiers-Monde, identités culturelles et latinité : le sens d’un débat

98L’ouverture de la France à une recherche en coopération universaliste avec le Tiers-Monde doit donc permettre de sortir la communauté scientifique d’un pré-carré aux dimensions de l’ancien empire colonial. Certes, il serait tout à fait erroné de conclure que la communauté scientifique en France se soit laissée attirer trop exclusivement par cette ancienne coopération liée avec l’Afrique, même si des moyens parmi les plus importants, ont été accordés à cette zone prioritaire des années 1950-1980. La prise en compte par la communauté scientifique de l’enjeu international que constitue la recherche en coopération avec le Tiers-Monde ne doit pas dissimuler la place accordée par les scientifiques eux-mêmes au développement des relations scientifiques européennes, ni celle accordée à l’approfondissement des relations avec les États-Unis d’Amérique ou le Japon. La connaissance des pays de l’OCDE demeure toutefois très parcellaire en France et la perspective d’un grand projet culturel extérieur évoquée avec vigueur par Jacques Thibau a connu bien des incertitudes.

  • 27 Maurice Delarue : « Crise aux relations extérieures ». La « restructuration » de la direction des (...)

99Sans entrer dans le détail des débats d’orientation concernant les problèmes de redéploiement géographique de la recherche en coopération, il suffit de remarquer combien les effets d’un tel débat ont marqué jusqu’à la structuration même des ministères. En 1982, comme l’indiquait le journaliste Maurice Delarue, la délimitation des zones prioritaires de la coopération a fait l’objet d’une lutte politique intense : « Lors de la formation du gouvernement Mauroy, écrivait-il dans Le Monde le 25 septembre 1982, le ministère traditionnel de la coopération — avec principalement les anciennes colonies françaises — a été supprimé. Un ministre, M. Jean-Pierre Cot, a été “délégué” auprès du ministre des Relations Extérieures M. Claude Cheysson, pour s’occuper non seulement de la coopération avec l’ancien domaine de la rue Monsieur, mais du développement dans tout le Tiers-Monde. Commence alors une interminable “bataille de rues” entre la rue Monsieur et la rue La Pérouse, avec un enjeu politique. La rue Monsieur soutenue par le parti socialiste, a un rôle politique très marqué ; il s’agit d’aider le Tiers-Monde ; la rue La Pérouse a une fonction plus neutre : il s’agit d’assurer le rayonnement de la langue et de la culture française dans le monde, aussi bien au Chili qu’en Pologne, à la limite abstraction faite des régimes... La rue Monsieur a reçu en partage la coopération technique... Fallait-il ou non diviser les missions à l’étranger entre coopération et culture ? » Le débat a été provisoirement clos, selon le journaliste, par une constatation du ministre des Relations Extérieures. « Un État ne pouvant prétendre à une action dans le monde que si sa politique est unique, M. Cheysson s’est justement employé, comme ses prédécesseurs, à rassembler au sein de son ministère toutes les “relations extérieures”... même si d’autres ministères ont créé des directions internationales : les affaires culturelles de M. Lang, la recherche scientifique de M. Chevènement, l’éducation nationale de M. Savary »27.

  • 28 Allocution de M. Jean-Pierre Cot, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, c (...)

100Aussi lorsque Jean-Pierre Cot, ministre délégué auprès du ministre des Relations Extérieures, chargé de la coopération et du développement, intervenait lors du Colloque national de la recherche et de la technologie, devant la commission no 6, intitulée « l’enjeu international », il n’hésitait pas à conclure : « La coopération scientifique ne peut se définir que dans un dialogue avec nos partenaires, même si nous devons avoir des idées sur la politique que nous voulons mener. Ce dialogue, nous allons l’établir en premier lieu avec l’Afrique, avec l’OUA, avec un séminaire qui se déroulera à Nice dans quelques jours et qui poursuivra les travaux du Colloque »28.

  • 29 Jean-Pierre Cot : A l’épreuve du pouvoir. Le tiers-mondisme pour quoi faire ! Paris, Le Seuil, 198 (...)
  • 30 Jacques Berque : « Recherche et coopération », o.c., p. 23.
  • 31 Maurice Godelier : Discours reproduit in Actes Etats généraux..., o.c., p. 42.

101Si l’on admet, comme il le confie lui-même, à quel point Jean-Pierre Cot souhaitait faire sortir la coopération du domaine prioritaire africain, on mesure toutes les difficultés susceptibles d’entraver le redéploiement géographique de la recherche en coopération à la dimension des trois mondes29. Ainsi, afin de « cesser d’être des héritiers pour devenir des fondateurs » selon la belle formule de Jacques Berque30 il apparaît que, dans cette politique, ce que Maurice Godelier appelait « la volonté d’une collaboration avec les pays d’Amérique latine... présente dès le départ », lors de son discours inaugural prononcé à l’occasion des États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine, se soit trouvé dans l’obligation, pour se faire bien entendre, de s’appuyer sur les échos rencontrés par cette manifestation latino-américaniste31.

102Certes, la dimension culturelle des recherches entreprises sur les pays d’Amérique latine n’entraîne pas ipso facto le chercheur en sciences sociales — historien géographe, sociologue... — à se transformer en latino-américaniste. Autrement dit, la tenue de ces États généraux a permis d’ouvrir un nouveau dialogue interdisciplinaire entre chercheurs en sciences sociales travaillant sur l’Amérique latine, que ces chercheurs se considèrent latino-américanistes ou non. Les États généraux ont en même temps ouvert la voie à un dialogue entre chercheurs en sciences sociales et chercheurs en sciences exactes travaillant avec leurs collègues latino-américains soit sur des terrains tropicaux — santé, biologie, géologie, agronomie —, soit sur des terrains sans frontière — mathématiques, physique, chimie... — Toutefois, l’approche de la recherche en coopération à partir d’une dimension culturelle a exercé une influence notable parmi les chercheurs en sciences humaines qui n’hésitent pas à se qualifier, entre eux, d’africanistes, d’orientalistes, d’américanistes, voire de latino-américanistes, afin de mieux définir le champs privilégié de leurs études concernant l’un des trois continents. Or, cette approche de la recherche en coopération à partir des critères culturels fondés sur un « partage » du monde en « aires culturelles » en l’occurrence la « latinité » ou la « latino-américanité », connaît en 1982-1983 une nouvelle vitalité.

  • 32 A. Mattelart, X. Delcourt, M. Mattelart : La culture contre la démocratie ? L’audiovisuel à l’heur (...)

103En juin 1982, par exemple, s’est tenue à Venise une réunion à laquelle participaient les ministres de la Culture du Brésil, de l’Espagne, de la France, de l’Italie, du Mexique et du Portugal qui se déclaraient partisans de promouvoir « une coopération entre les pays de langue d’origine latine ». Les ministres ont fait valoir qu’ils étaient conscients de « l’apport de la culture latine comme un élément de formation de leurs identités culturelles et du rôle des liens culturels dans l’affirmation et le développement de ces identités ». La déclaration finale de la Conférence de Venise ajoutait que « le succès du dialogue entre les cultures est étroitement lié au succès d’une coopération visant à établir un équilibre des potentiels de création, de diffusion, d’échanges et de protection des produits culturels ». Ce fut précisément dans cette perspective, ont fait remarquer A. Mattelart, X. Delcourt et M. Mattelart, que « la France fut chargée d’explorer la possibilité de construire un “espace audiovisuel latin Une mission a été dès lors créée par le ministère de la Culture, en accord avec les propositions faites par le groupe Interlatina sous la présidence de M. Gabriel Garcia Marquez, afin d’entreprendre une recherche qui s’est déroulée entre le 15 novembre 1982 et le 30 juin 1983 ». Le rapport, consigné par Armand Mattelart, Xavier Delcourt et Michèle Mattelart, a présenté la problématique de l’espace culturel latin en ces termes : « Qu’est-ce que la culture aujourd’hui, à l’ère des économies mondialisées ? Si cette question ne semble guère préoccuper les milieux “cultivés” européens, elle est en revanche à l’ordre du jour dans le monde industriel et dans les négociations internationales. Un nouveau vocabulaire diplomatique émerge qui, à partir de l’audiovisuel, redessine des aires culturelles à vocation politique et commerciale : “espace audiovisuel européen”, “espace africain”, “espace maghrébin”, “espace francophone”, “espace méditerranéen”... Sous le terme œcuménique d’espace coexistent cependant des projets dont les genèses économiques et sociales ne se recoupent pas nécessairement... L’ambiguïté de l’expression “espace audiovisuel latin”, devenue politiquement opératoire avant d’être définie dans son contenu et surtout dans sa complexité, n’échappe à personne. Le paramètre linguistique retenu comme plus petit commun dénominateur, dessine une aire géographique où le statut de “langue d’origine latine” est déjà fort différent : langue officielle considérée ou non comme langue nationale, langue d’usage minoritaire ou majoritaire... Pour de nombreux pays, et, dans d’autres, pour de nombreuses minorités politiques et culturelles, l’introduction d’une langue « latine » officielle ou d’usage, est le fruit de dominations dont le souvenir et la réalité sont loin d’être effacés. Il ne saurait donc être question qu’au nom “du dialogue entre les cultures”, la “latinité” apparaisse comme un moyen d’oblitérer — ou de reconduire — l’histoire de ces échanges inégaux »32.

  • 33 Sur ce point on consultera avec profit les Actes du Colloque « Unité et diversité de l’Amérique la (...)
  • 34 Intervention de M. Jack Lang, ministre de la Culture à Mexico le 27 juillet 1982, cité d’après A. (...)
  • 35 Ibidem, p. 10.

104Quand on connaît les enjeux, passés et présents, qui ont contribué à l’émergence du concept opératoire de latinité33 on ne peut que souscrire aux vœux des trois rapporteurs, sachant toutefois à quel point l’identité culturelle demeure un terrain conflictuel. À cet égard, les interventions de M. Lang, ministre français de la Culture, présentées le 27 juillet à Mexico, soit quelques semaines après la Conférence de Venise, ont été diversement appréciées dans Le Monde diplomatique : « Culture et économie : même combat, déclarait le ministre. Inutile de se voiler les yeux et de se réfugier dans l’angélisme, la réalité est là, incontestable... La création culturelle et artistique... est victime aujourd’hui d’un système de domination financière multinationale contre lequel il faut s’organiser... Notre destin est-il de devenir les vassaux de l’immense empire du profit ? Nous souhaitons que cette conférence soit l’occasion pour les peuples, à travers leurs gouvernements, d’appeler à une véritable résistance culturelle. À une véritable croisade contre cette domination. Contre — appelons les choses par leur nom — cet impérialisme financier et intellectuel »34. Pourtant, remarquent les auteurs du Rapport sur l’espace audiovisuel latin « à l’heure où se redéfinissent les rapports politiques, industriels et financiers dans le monde, un nouvel “espace” ne peut naître que dans la confrontation d’expériences, mais aussi d’héritages historiques, culturels et économiques différents. Cette mise en commun d’idées, de réalités, de projets multiples — souvent antagonistes — est un préalable indispensable à la présentation des diversités dans cette recherche de nouvelles formes de coopération »35.

105Aussi, compte tenu des redéploiements géographiques possibles de la politique de recherche en coopération et de l’intérêt culturel accru pour la latinité, il ne paraissait pas anormal que les travaux des États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France de mai 1983, s’attachant à montrer l’apport de la communauté des latino-américanistes à l’étude et à la compréhension de l’Amérique latine au sein de la communauté scientifique, aient rencontré quelques échos favorables auprès des décideurs politiques.

  • 36 « Adresse » de M. Alain Savary, ministre de l’Education nationale aux organisateurs et aux partici (...)

106Dans le texte de l’« adresse » que le ministre de l’Éducation nationale a fait parvenir aux organisateurs et participants, on peut lire par exemple : « Je tiens à féliciter l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine et les équipes du groupe de recherches coordonnées sur l’Amérique latine du CNRS d’avoir organisé ces États généraux qui s’insèrent dans le grand mouvement de réflexion et de concentration engagé depuis deux ans sur les missions des établissements d’enseignement supérieur, en particulier à l’égard du Tiers-Monde. Vous connaissez l’attention amicale que la France et son gouvernement portent à l’Amérique latine : la visite du Président Mitterrand au Mexique, le discours de Cancun, nos prises de position sur la situation en Amérique centrale et dans le cône sud en témoignent. Ces États généraux arrivent au moment très opportun où l’évolution récente des pays latino-américains et le renforcement de leurs sociétés civiles permettent d’envisager un renforcement de la collaboration scientifique avec la France, plus intense, plus confiante. Malgré l’influence que la culture française a eue en Amérique latine et les liens affectifs et intellectuels qui se sont créés entre nos milieux universitaires respectifs, le rayonnement scientifique de la France, au cours des dernières décennies, a diminué. Nous devons, aujourd’hui, concluait le ministre de l’Éducation nationale, renverser cette tendance et construire une nouvelle coopération en nous ouvrant à la culture et aux scientifiques latino-américains et en élaborant ensemble des programmes de recherche et de formation. La présence aujourd’hui parmi vous d’un si grand nombre de scientifiques et de responsables d’organismes latino-américains prestigieux me semble le signe de cette volonté commune de coopérer, d’élargir nos échanges dans les domaines scientifiques et culturels fondamentaux. J’entends que la Direction de la coopération et des relations internationales du ministère contribue vigoureusement à cette action et s’attache à mobiliser le potentiel du système éducatif au service de la coopération de la France avec l’Amérique latine »36.

107Dans une large mesure, cette adresse du ministre de l’Éducation nationale pouvait illustrer certaines remarques de Jacques Thibau aspirant à proposer le projet culturel extérieur de la France. Soulignant combien la coopération en matière de recherche, et notamment la coopération universitaire, reste éparpillé et par trop centré sur certaines zones géographiques et sur certaines disciplines, le directeur général des relations culturelles, scientifiques et techniques du ministère des Relations extérieures déclarait en substance : « Des pans entiers de la recherche universitaire dans le monde nous échappent C’est ainsi qu’il faut par exemple corriger d’urgence cette erreur qui nous a fait trop longtemps négliger le travail de haut niveau réalisé dans de nombreuses universités d’Amérique latine. L’écho que pourrait avoir sur place ou en France des recherches communes, notamment sur l’histoire et les sciences humaines, traduirait avec éclat notre souci d’aider à l’expression des identités culturelles ».

Le défi des latino-américanistes français

108Le problème des recherches entreprises par des chercheurs en sciences sociales sur une aire culturelle déterminée, l’Amérique latine, sa dynamique interdisciplinaire, sa caractéristique latino-américaniste, a donc été une des questions essentielles débattue par les participants des Etats généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France. Cette question s’est ainsi trouvée posée au moment où les chercheurs latino-américains, effectuant le bilan de leurs propres recherches, après avoir pendant trente ans « latino-américanisé » les sciences sociales « importées » dans leur pays, aspirent à découvrir d’autres horizons de coopération scientifique. Cette question s’est aussi trouvée posée dans un contexte politique tout à fait nouveau en France depuis 1981, à un moment où les chercheurs latino-américanistes venaient de mesurer le poids de leur relatif isolement.

  • 37 Alain Rouquié : « La recherche latino-américaniste en France par les chercheurs de l’AFSSAL. Prése (...)

109Certes, les latino-américanistes en France avaient souffert, comme l’ensemble de leurs collègues de sciences sociales, de la diminution sensible de moyens qu’une politique de recherche, orientée vers d’autres priorités, avait provoquée dans les années 1975-1980. Mais ils avaient été aussi, au sein de la communauté scientifique, parmi les premiers à dresser un bilan critique de cette situation et n’avaient pas hésité à profiter de quelques opportunités nouvelles, voire à les provoquer. En 1978, les chercheurs latino-américanistes en sciences sociales avaient créé une association — l’Association française des sciences sociales sur l’Amérique latine (AFSSAL) — afin de « faciliter l’information entre chercheurs sur l’Amérique latine, évitant ainsi les doubles emplois et des travaux inutiles, et de coordonner si possible les efforts »37. L’AFSSAL, sous l’impulsion de l’historien Frédéric Mauro, sans disposer d’aucune aide officielle ni d’infrastructure, a rapidement connu un certain succès dans la communauté scientifique concernée, montrant à quel point l’initiative correspondait à un besoin. Elle commençait même, deux ans plus tard, à être « sinon reconnue du moins connue par les pouvoirs publics », selon l’expression d’un de ses animateurs, Alain Rouquié.

  • 38 Ibidem, p. 3.
  • 39 Ibidem, p. 3.

110En 1979, l’AFSSAL avait pris une initiative notable : « Association de chercheurs, précisait Alain Rouquié, il était normal que notre première initiative consiste à nous interroger sur nous-mêmes et notre domaine. C’est pourquoi nous avons organisé le 24 novembre 1979, une journée d’étude destinée à esquisser un bilan critique de la recherche latino-américaniste en France dans les vingt dernières années »38. Dans le texte de présentation des actes de cette journée, Alain Rouquié tenait à préciser : « nous pensons que cette publication vient particulièrement à point, dans le sillage des actions entreprises par la Mission de la recherche du ministère des Universités et qui ont abouti notamment au Répertoire no 1 des recherches latino-américanistes et à l’inventaire des thèses et mémoires soutenus ces trois dernières années et publiés conjointement dans Caravelle et les Cahiers des Amériques latines »39.

  • 40 Ibidem, p. 4.

111L’objectif scientifique de cette opération était clair : « les articles s’efforcent de faire le point de manière critique sur les forces et les faiblesses de la recherche dans les différentes zones géographiques du sous-continent. Il ne s’agit ni de catalogues ni d’inventaires mais plutôt d’évaluations qualitatives — et parfois quantitatives — pour lesquelles l’AFSSAL a laissé toute liberté aux auteurs... Ces pages de réflexion sur les grands axes et les tendances majeures de la production française, sur ces singularités et ses défaillances, ne constituent en aucune sorte un palmarès. Elles comportent des lacunes, des oublis... mais la logique de notre entreprise... ne nous permettait pas d’éviter tous les écueils »40. Incontestablement, la somme d’expériences acquises lors de cette journée d’étude du 24 novembre 1979 organisée dans des conditions difficiles par l’AFSSAL, a été extrêmement enrichissante et utile à la communauté scientifique latino-américaniste française. Bon nombre des animateurs des États généraux de mai 1983 ont d’ailleurs été des participants actifs de cette journée de l’AFSSAL. La complémentarité de ces deux manifestations est évidente : après avoir présenté les travaux latino-américanistes autour d’une perspective régionale et culturelle en 1979, les recherches latino-américaines se trouvaient présentées autour d’une perspective « disciplinaire » en 1983. D’ailleurs, les premières conclusions du bilan critique de 1979 ont permis aux organisateurs des États généraux de poser tout de suite les véritables questions aux décideurs.

  • 41 Ibidem, p. 4.
  • 42 Ibidem, p. 4.

112Il sera possible de mieux mesurer l’impact de cette journée d’étude de 1979 en prenant connaissance de la présentation d’Alain Rouquié : « de l’ensemble des données présentées dans le dossier, nous pouvons tirer un certain nombre d’enseignements. Le premier est que, somme toute, la production latino-américaniste française ne se porte pas si mal. On est même étonné par sa richesse et sa relative diversité. Force est de conclure qu’il existe un potentiel peu connu et mal exploité en raison même des difficultés d’information et des cloisonnements institutionnels. Les rapports confirment par ailleurs, poursuivait Alain Rouquié, des déséquilibres disciplinaires connus : géographes et “littéraires” l’emportent, à la différence de ce qui se passe dans les autres pays européens, sur les spécialistes des sciences sociales au sens strict. En outre, les différents pays ou secteurs géographiques sont très inégalement traités. Les zones les mieux couvertes par les latino-américanistes français tributaires d’une grande tradition ethnologique, correspondent aux zones d’implantation des grandes cultures précolombiennes. La mise en place de structures d’accueil dans les pays privilégiés — IFAL au Mexique, Institut français d’études andines à Lima — a permis ainsi le développement de la recherche dans toutes les disciplines. On peut penser que l’absence de ces infrastructures rend compte du caractère limité de la production concernant d’autres régions. D’autres facteurs sont évidemment à retenir : la dispersion ou la faible signification politique des États des Antilles et de l’Amérique centrale aux yeux des “décideurs” français — en dépit de l’attrait cubain — peuvent expliquer le peu d’intérêt des chercheurs pour la Méditerranée Américaine »41. N’oublions pas que ces lignes ont été écrites fin 1979 et que, si les effets de la révolution sandiniste au Nicaragua ont modifié depuis cet intérêt, l’absence d’une connaissance scientifique du terrain peut jouer sur la perception des problèmes d’Amérique centrale par l’opinion publique européenne. Alain Rouquié continuait : « La distance mais aussi les discontinuités politiques et les incertitudes universitaires en Argentine s’ajoutant à l’absence de structures d’accueil... donnent pour le Rio de la Plata une production relativement clairsemée. Le Brésil avec son implantation « missionnaire » des années trente est, quant à lui, à mi-chemin entre les zones étudiées et les régions négligées »42.

113Depuis la tenue de cette journée d’étude, la communauté latino-américaniste en France avait donc bien pris la mesure de ses points forts et de ses points faibles. Le diagnostic allait être généralisé, établi au grand jour grâce à la tribune exceptionnelle représentée par la participation massive — surprenante par son nombre aux dires des latino-américanistes eux-mêmes — de tous ceux qui en France s’attachent à mieux connaître et mieux faire connaître dans les communautés scientifique et universitaires l’Amérique latine.

  • 43 Ibidem pp. 4-5.

114Toutefois, les conclusions d’Alain Rouquié présentant le bilan des travaux de la journée d’étude de l’AFSSAL, ont constitué alors un petit « scandale » dans les milieux traditionalistes du latino-américanisme français. « Le développement des organismes de recherche universitaire ou non en Amérique latine, la présence temporaire de nombreux latino-américains de haut niveau dans la recherche française, écrivait le politologue français, impliquent l’établissement de nouvelles relations entre notre champ d’étude. L’Amérique latine n’est plus un “laboratoire”, une table rase intellectuelle à notre disposition et les chercheurs occidentaux fiers de leurs méthodes ne peuvent l’aborder avec une attitude de supériorité conquérante. La production latino-américaine est aujourd’hui telle par sa qualité et son abondance que les chercheurs français se doivent de travailler avec leurs collègues sur le terrain en tentant de s’intégrer aux équipes locales. La recherche passe donc désormais par la collaboration intellectuelle et par des accords qui sont du domaine des relations internationales. L’ère des échanges unilatéraux ou inégaux en matière de sciences sociales et à jamais révolue. La coopération au contraire avec des échanges d’enseignants et de chercheurs dans les deux sens ne peut qu’être féconde. C’est en tout cas la voie qui s’impose à nous »43 Telle semblait bien en tout cas la voie dans laquelle les réformes institutionnelles et les programmations des politiques scientifique, technique et culturelle, dont les États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France ont révélé la véritable nature à la mesure du défi d’aujourd’hui, paraissent s’engager.

Notes

1 Le taux moyen annuel de croissance a baissé de 2,8 % de 1960-1965 à 2,5 % en 1975-1980.

2 Rapport sur le développement dans le monde, BIRD, 1982.

3 Paul Bairoch : « Empleo y grandes ciudades : problemas y perspectivas », in Revista international del Trabajo, no 5, O.I.T., Genève, 1982.

4 «Estrategia de desarrollo sectorial para los años ochenta: Industria y Agricultura», in Estudios e Informes de la CEPAL, no 9, Santiago de Chile, 1981.

5 En utilisant pour cela le résumé d’un groupe de travail sur les changements sociaux en Amérique latine réuni à la CEPAL en novembre 1982. Voir : « Tres decadas de cambios sociales en America latina. Notas sobre la Economia y el desarrollo en America latina », no 374, CEPAL, Santiago de Chile, Enero-Marzo, 1983.

6 Juan Carlos Tedesco : « Développement et éducation en Amérique latine », étude réalisée dans le cadre d’un projet UNESCO-CEPAL-PNUD et du même auteur : « Une évaluation du système d’enseignement » in Amérique latine, no 14, avril-juin, 1983, revue du CETRAL, dossier « Éducation en Amérique latine : entre la reproduction et l’intervention », pp. 21-70. Dans le même ordre d’idées cf. le rapport d’Angela Neves « Éducation et formation » présenté aux États généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France, Actes, t. I, pp. 329-347.

7 Dans l’abondante littérature consacrée à ce sujet, on lira avec profit la mise au point récente de F.H. Cardoso : Les idées à leur place. Le concept de développement en Amérique latine, Paris, A.M. Métailié, 1984, 205 p. (coll. Brasilia).

8 Dans le cas du Brésil cf. Segio Miceli : Les intellectuels et le pouvoir au Brésil (1920-1945), Paris, Ed. de la Maison des sciences de l’Homme, 1981.

9 Cf. Denis Rolland : Amérique latine. Guide des organisations internationales et de leurs publications, Paris, L’Harmattan, 1983, 223 p. (avant-propos de Jean D. Jurgensen. Préface de F. Chevalier).

10 Maria Grossi : « Bilan des Sciences sociales en Amérique latine », in David et Goliath..., mai-août 1982.

11 Francisco Delich : « Discours prononcé lors de la séance inaugurale » des Etats Généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France, Actes, Tome 1, pp. 62-63, Paris, 1984, IHEAL-GRECO 26, 2 tomes, 825 p.

12 Ibidem pp. 63-64.

13 Ibidem, pp. 66-67.

14 Alain Touraine : « France-Amérique latine. De la défense d’un héritage au co-développement culturel », Rapport à Monsieur le Premier ministre, mars, 1983.

15 La loi d’orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France a été votée par le parlement le 15 juillet 1982. Cette loi no 82-610 a été publiée au Journal officiel le 16 juillet 1982. La loi no 84-52 du 26 janvier 1984 sur l’enseignement supérieur (Travaux préparatoires) a été publiée au Journal officiel le 27 janvier 1984.

16 Jean-Pierre Chevènement : « Préface » aux Actes du Colloque national Recherche et Technologie (13-16 janvier 1982), p. 5. Ministère de la Recherche et de la Technologie, La Documentation française, 1982.

17 Ibidem, p. 5.

18 Ibidem, p. 5.

19 Maurice Godelier : Actes des États Généraux... o.c., pp. 41-42.

20 Maurice Godelier : « Les sciences de l’homme et de la société en France. Analyse et propositions pour une politique nouvelle », Rapport au ministre de la Recherche et de l’Industrie. La Documentation française. Collection des rapports officiels, p. 19, Paris, 1982, 559 p. ainsi que les rapports complémentaires, Paris, 1982, 211 p.

21 Ibidem, pp. 19-20.

22 Lettre de M. Jean-Pierre Chevènement, ministre d’État, ministre de la Recherche et de la Technologie à M. Jacques Berque du 17 novembre 1981, reproduite in Jacques Berque : « Recherche et coopération avec le Tiers-Monde », Rapport au ministre de la Recherche et de l’Industrie, La Documentation française, collection des rapports officiels, p. 4, Paris, 1982, 121 p.

23 Jacques Berque : « Recherche et coopération avec le Tiers-Monde », Rapport au ministre de la Recherche et de l’Industrie, p. 22, La Documentation française, Paris, 1982, 121 p.

24 Ibidem, p. 25.

25 Ibidem, p. 23.

26 Ibidem, pp. 36-37.

27 Maurice Delarue : « Crise aux relations extérieures ». La « restructuration » de la direction des relations culturelles est mise en cause par des « énarques » et par des « syndicalistes », in Le Monde, 25 septembre 1982, p. 5. Par ailleurs, le Projet culturel extérieur de la France, ministère des Relations extérieures, La Documentation Française, 1984. 150 p.

28 Allocution de M. Jean-Pierre Cot, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures, chargé de la Coopération et du Développement devant la commission de l’Enjeu international, in Actes du colloque national Recherche et Technologie, o.c., pp. 86-87.

29 Jean-Pierre Cot : A l’épreuve du pouvoir. Le tiers-mondisme pour quoi faire ! Paris, Le Seuil, 1984, 225 p.

30 Jacques Berque : « Recherche et coopération », o.c., p. 23.

31 Maurice Godelier : Discours reproduit in Actes Etats généraux..., o.c., p. 42.

32 A. Mattelart, X. Delcourt, M. Mattelart : La culture contre la démocratie ? L’audiovisuel à l’heure transnationale, pp. 5-10, Paris, La Découverte 1983, 225 p.

33 Sur ce point on consultera avec profit les Actes du Colloque « Unité et diversité de l’Amérique latine », 2 tomes, organisé à Bordeaux du 15 au 18 septembre 1982, par la Maison des Pays Ibériques, le Centre d’Etudes de géographie tropicale (CEGET) et le CNRS, en particulier le tome 2, consacré aux « Idéologies et cultures » et « Langues et littératures à la recherche de leur identité ». On pourra lire par ailleurs Guy Martinière : « Interrogation. La “latinité” de l’Amérique », Le Monde diplomatique, juillet 1982 et le chapitre II intitulé « L’intervention d’un concept opératoire. La latinité de l’Amérique », pp. 25-38 de l’ouvrage du même auteur : Aspects de la coopération franco-brésilienne. Transplantation culturelle et stratégie de la modernité. Paris-Grenoble, Editions de la Maison des Sciences de l’homme — Presses universitaires, 1982, 224 p.

34 Intervention de M. Jack Lang, ministre de la Culture à Mexico le 27 juillet 1982, cité d’après A. Mattelart..., o.c., pp. 28-29.

35 Ibidem, p. 10.

36 « Adresse » de M. Alain Savary, ministre de l’Education nationale aux organisateurs et aux participants des Etats généraux de ta recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France, in Actes..., o.c., pp. 31-32.

37 Alain Rouquié : « La recherche latino-américaniste en France par les chercheurs de l’AFSSAL. Présentation », p. 3 in Cahiers des Amériques latines, no 21-22, série sciences de l’homme, 1980, pp. 1-79. En 1979, lé bureau de l’AFSSAL se composait ainsi : président : Frédéric Mauro, historien ; vice-présidents : Denis-Clair Lambert, économiste ; Claude Collin-Delavaud, géographe ; Nathan Wachtel, ethno-historien ; secrétaire général : Alain Rouquié, politologue ; secrétaire général adjoint : Jean Revel-Mouroz, géographe ; trésorier : Daniel Pécaut, sociologue ; trésorier-adjoint : François-Xavier Guerra, historien. Les articles dans ce numéro des Cahiers des Amériques latines outre la présentation d’Alain Rouquié étaient les suivants : J. Revel-Mouroz : « Note sur les recherches françaises en sciences sociales sur le Mexique (1960-1980), pp. 7-22 ; H. Favre : « La recherche française en sciences sociales sur les pays andins (Pérou, Bolivie, Equateur », pp. 23-30 ; F. Mauro : « Les études françaises sur l’Amérique centrale et les Antilles », pp. 31-38 ; G. Bourdé : « Aperçu de la recherche française concernant les pays de La Plata (1953-1978) »), pp. 39-47 ; G. Martinière : « Principales orientations des recherches réalisées en France sur le Brésil dans le domaine des sciences sociales (1960-1980) », pp. 49-71 ; A. Rouquié, P. Verdevoye : « Quelques réflexions sur les recherches dans le domaine de la “civilisation latino-américaine” », pp. 73-75 ; M. Bouissou : « État de la recherche sur l’Amérique latine en matière juridique », pp. 77-79.

38 Ibidem, p. 3.

39 Ibidem, p. 3.

40 Ibidem, p. 4.

41 Ibidem, p. 4.

42 Ibidem, p. 4.

43 Ibidem pp. 4-5.

Table des illustrations

Titre tableau no 1. répartition des étudiants en amérique latine par type de programme (1978-1979)
Légende D’après Philippe Rossillon : Un milliard de Latins en l’an 2000. Étude de démographie linguistique sur la situation présente et l’avenir des langues latines, Paris, L’Harmattan-Union latine, 1983, 359 p.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3369/img-1.jpg
Fichier image/, 407k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3369/img-2.jpg
Fichier image/, 389k
Titre tableau no 2. les étudiants latino-américain a l'étranger (1978-1979) D’après Philippe Rossillon : Un milliard de Latins en l’an 2000, o.c.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3369/img-3.jpg
Fichier image/, 372k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3369/img-4.jpg
Fichier image/, 289k
Titre tableau no 3. études menées en france par les étudiants étrangers en provenance des pays en voie de développement
Légende Statistiques du SIGES (MEN) année universitaire 1982/83.D’après la formation à la recherche des jeunes des pays en voie de développement, ministère de la Recherche et de la Technologie, janvier 1984.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3369/img-5.jpg
Fichier image/, 151k
Titre tableau n 4. bourses d’études de niveau recherche accordées par le ministère des relations extérieures a des étudiants étrangers en provenance des pays en voie de développement (hors champ) en 1982
Légende (Statistiques D.G.R.C.S.T. - Services Moyens et Méthodes 1982)Total bourses d’études PED tous cycles confondus = 7 410 D’après la formation à la recherche..., o.c.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3369/img-6.jpg
Fichier image/, 109k

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540