Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’Amérique latine et le latino-américanisme en France

 | 
Jacques Chonchol
, 
Guy Martinière

Préface

Antoine Blanca

Testo integrale

1Depuis plusieurs décennies, la France animée d’une bienveillante indifférence, a par trop négligé les liens culturels et scientifiques privilégiés qui l’unissaient à l’Amérique latine. Certes, la France a su imposer sa présence culturelle sur le continent grâce aux Alliances françaises, aux lycées et instituts, toujours existants, mais elle n’en donne pas moins d’elle-même une image trop passéiste. Davantage perçue par les anciennes générations latino-américaines comme le théâtre de la grande Révolution de 1789, la société française, entrée de plain-pied dans le xxie siècle, semble presque une inconnue pour les hommes d’aujourd’hui.

2Evidemment, il faut compter avec tous ceux qui, exilés, ont trouvé dans notre pays une terre d’accueil. De retour dans leur nation, ils sauront remédier à cette méconnaissance des peuples. Mais il faut aller plus loin. Inlassablement, il faut informer les peuples latino-américains. Nos grands organismes de recherche, nos universités sont disposés à des échanges de connaissances. Comment résister au tête-à-tête avec les Etats-Unis, comment mettre un frein au quadrillage effectué par le dispositif de recherche nord-américain sinon en recherchant un nouveau dialogue avec d’autres partenaires ?

3L’objectif des Etats généraux de la recherche et de l’enseignement sur l’Amérique latine en France qui se sont tenus avec succès à Paris les 27, 28 et 29 mai 1983, était donc de contribuer à une meilleure connaissance réciproque. En apparence, la situation en France, paraissait défier les lois de la logique. Les pouvoirs publics n’accordent en effet à l’Amérique latine qu’une place très insuffisante dans leurs préoccupations. La part, modeste, réservée à l’enseignement de l’espagnol, la percée, tardive, de l’enseignement du portugais, en sont des preuves manifestes. Toutefois, la production des thèses sur l’Amérique latine ne cesse d’augmenter. Entre 1954 et 1982, 3 500 thèses et mémoires ont été répertoriés. Le CNRS a recensé plus de 550 chercheurs latino-américanistes reconnus et près de 850 spécialistes ont participé activement en 1983 aux travaux de ces Etats généraux de la recherche sur l’Amérique latine.

4Un potentiel existe donc, loin d’être négligeable. La France représente une des alternatives, européenne et latine, à la domination américaine. Il est grand temps de forger de solides bases pour assurer la coopération suivie qu’appellent de leurs vœux les scientifiques latino-américains et leurs collègues français. L’effort engagé, en mai 1981, doit être poursuivi, afin qu’une information scientifique et technique à double sens s’instaure, que les centres d’accueil et d’échanges se multiplient, que les lacunes de la recherche, brillamment dépistées, soient comblées en commun.

5Modernisation, coopération scientifique bilatérale, équipes de recherche constituée sur une base égalitaire : tels sont bien les maîtres mots des années à venir. Les échanges d’information, le va-et-vient permanent entre chercheurs et universitaires doivent constituer le fondement de nouvelles relations, mettant ainsi un terme à un paternalisme et à un sentimentalisme qui ont, certes, contribué à l’éclosion d’un sentiment d’amitié entre nos peuples, mais paraissent aujourd’hui hors de propos. Le diagnostic, les projets que les deux auteurs de cet ouvrage livrent au public, traduisent les inquiétudes et les espérances d’une communauté scientifique vivante qui apporte sa pierre à la coopération internationale. La France et l’Amérique latine peuvent y jouer un rôle essentiel. L’Amérique latine, comme nous, est peuplée d’hommes et de femmes majeurs qui luttent pour construire la société de demain, celle de l’indépendance technologique. Dans cette bataille, la France peut apporter sa contribution. Dans ce combat, vous me trouverez toujours à vos côtés.

© Éditions de l’IHEAL, 1985

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540