Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vichy et la France libre au Mexique

 | 
Denis Rolland

Cinquième partie. La latinité : réalité, mythe et propagande

Chapitre XII. Lettres de créance du gaullisme dans le cercle latin

Texte intégral

Un axe officiel de propagande

1La latinité devient durant la guerre le tranchant d’une arme tournée contre le gouvernement de Vichy ; elle doit en entamer le crédit jusqu’à le priver de ce souffle vital que lui apporte la commisération et l’indulgence des démocraties...

  • 1 L/ d. 266 (97,) cnae à service d’information.

2La latinité, arme de propagande, au Mexique et ce n’est pas original bien sûr. Mais ce duel n’est tel qu’en apparence : d’une part, d’autres enjeux, internationaux, en déterminent partiellement l’issue ; d’autre part, ce combat rapidement inégal, oppose le plus souvent des procureurs bien organisés à de bien timides avocats. Tandis que même les sinarquistes utilisent le nom de « Laval » comme injure politique ! [130], les représentants du gouvernement de Vichy ne sont de fait qu’exceptionnellement mis en cause personnellement, et remplissent leur fonction d’avocat généralement avec pondération : esquives plus ou moins élégantes, parades silencieuses et démentis pondérés, presque jamais contre-attaques virulentes. C’est un régime adultère que font comparaître au banc des accusés les membres de plus en plus nombreux de la France libre mexicaine et les réfugiés espagnols. Car, « dans ce poste, écrit le ministre britannique à México, existe depuis les premières heures la plus étroite coopération avec la France, de telle sorte que cette question ne présente aucun problème au Mexique ». Surtout, « la majorité des classes cultivées et aisées du Mexique est francophile et il est certain que notre propre propagande a bénéficié de cet étroit contact que nous avons maintenu avec la colonie française »1. Ainsi, la propagande britannique bénéficie, au cours de la guerre, de la francophilie des élites mexicaines et de l’union, derrière les leaders de la France libre, de la quasi-totalité de la colonie française du Mexique. Etonnant détour de la latinité ! Le contexte de naissance de la latinité est depuis longtemps oublié.

3L’idée de la France défendue par la France libre joue donc un rôle primordial dans une œuvre de propagande étrangère pourtant bien menée et alors même que, politiquement, le poids international de la France est presque réduit à néant ! Paradoxe lié à cet énorme atout que représente un acquis culturel séculaire à usure lente énorme, potentiel historique peu dépendant de la conjoncture. Seuls, la dilution, l’oubli et la non-exploitation prolongée par la France d’un tel acquis menacent, avec l’intromission d’une autre culture aux moyens plus puissants, ce potentiel d’influence ; influence vis-à-vis d’un pays, de ses représentants gouvernementaux et d’autres observateurs étrangers.

4L’importance d’une analyse de ce phénomène d’influence et de ses vecteurs en période de crise extrême repose sur le fait que nous sommes, durant ces années de guerre, à un point de rupture essentiel de la chronologie des relations franco-mexicaines : en deçà du pays réel, les élites mexicaines de la période étudiée sont les dernières à comporter des membres de la génération formée pendant et par le Porfiriat. Un système de formation francophile s’épuise donc lentement : une analyse fine d’un ensemble important de biographies permettrait de confirmer définitivement cette hypothèse. La voie est précisément tracée par les travaux du professeur F.X. Guerra [63 b].

5La période de la Seconde Guerre mondiale et de l’immédiat après-guerre est celle où l’on peut déterminer l’enracinement, le renouvellement ou le non-renouvellement de ce sentiment de francophilie. L’ardent mais fragile mouvement de propagande française, amorcé en 1939 et finalement dynamisé par les événements de 1940, tient ainsi son importance au fait qu’il intervient à un moment critique de l’influence française : non pas celui lié aux circonstances, aussi graves soient-elles, mais le moment où une génération risque d’emporter avec elle outre-tombe un acquis culturel.

6Il n’est cependant pas question d’affirmer que cet acquis culturel intimement lié à la France constitue définitivement la base obligée de l’influence, du rayonnement ou de la propagande française au Mexique.

7Aujourd’hui, l’image de la France est essentiellement culturelle — voire de plus en plus d’histoire culturelle seulement — ; et cette image est confirmée par un sondage récent organisé au Mexique à la demande d’institutions officielles françaises. La lutte contre cette image est d’ailleurs ces dernières années devenue l’un des axes d’une des timides propagandes officielles françaises. Dans le domaine particulier de « l’action linguistique », une institution scientifique officielle française prit pour slogan « le français ne sert pas seulement à entrer dans les musées »... La même année à México, un discours du ministre français du Commerce extérieur participait également et de manière très véhémente à cette tentative de décentrage de l’image de la France au Mexique.

8Peu importe, en l’occurrence, le terme choisi (propagande ou influence ?). L’ensemble des relations franco-mexicaines est, depuis la fin du Porfiriat, entré en récession et n’a jamais récupéré sensiblement avant 1940 ; ce n’est toutefois par une raison suffisante de désespérer aujourd’hui : l’expérience « Soustelle-Médioni » de 1940-1942 suivie de la création de l’IFAL et de nombreuses « alliances » témoignent au moins d’un sursaut possible.

9Constatons enfin que, dans la trilogie Mexique, France, Grande-Bretagne précisée par les événements, trois points seulement dinstinguent fondamentalement la France libre de la Grande-Bretagne :

  • la France n’a pas de contentieux économique notable avec le Mexique,
  • la France a — ou a eu — un rayonnement culturel, institutionnel, politique et philosophique que l’Angleterre n’a pas ou n’a pas eu,
  • la France, seule, peut jouer la carte de la communauté latine.

10La France libre, en choisissant le thème de la latinité comme l’un des axes directeurs de sa propagande, visait non seulement un point névralgique de la personnalité du francophile mexicain comme de tout intellectuel mexicain, mais également le renouvellement d’un sentiment menacé de déshérence au Mexique : la francophilie. Jacques Soustelle définissait ainsi en septembre 1940 les orientations de sa propagande :

« Le problème français n’intéresse pas seulement les Français, mais le monde entier. On ne saurait concevoir un monde civilisé sans une France libre et fidèle à sa tradition latine, libérale et humaniste »...

  • 2 L/ d. 266 (58,) 20-09-1941.

11Il préparait l’après-guerre, indiquant que cette propagande de septembre 1940 devait insister sur le fait « qu’après la guerre, la France libérée reprendrait son rôle traditionnel de lien entre l’Europe et l’Amérique latine, à laquelle elle est unie par l’histoire et par une civilisation commune »2. En période de rupture grave, il est logique d’insister en compensation sur les facteurs de continuité ; encore y a-t-il là l’écueil à éviter des dernières années de la IIIe République, étant donnée l’unanimité de l’opprobe mexicaine et française. La propagande gaulliste utilisa le concept de latinité à des fins de propagande parce qu’il avait un « écho » au Mexique — ce terme d’écho étant la qualification minimale d’un phénomène aussi productif. Jacques Soustelle soulignait dans ses directives de propagande qu’un monde civilisé ne se concevait pas sans une France fidèle à sa tradition latine ; or les Français au Mexique pouvaient lire dans la presse locale des textes d’une part mentionnant le cliché, même menacé de désuétude : France = pays universel des libertés et pays des libertés universelles ; d’autre part assimilant les idées de libertés, fondamentales et universelles, et de latinité. Mais cette accumulation-assimilation de concepts pousse encore plus loin ses racines :

  • 3 L/ d. 266 29-01-1942, Soustelle à de Gaulle.

« Dans des pays francophiles mais anti-britanniques comme le Mexique, dans cette Amérique latine qui, sous les apparences et même derrière les réalités de la collaboration continentale, demeure méfiante et nerveuse à l’égard du grand voisin anglo-saxon, nous avons un double rôle à jouer : d’abord, comme représentant de la culture latine parmi les Alliés, présenter les thèmes de la propagande antitotalitaire que (les Latino-Américains) sachent écouter ; ensuite, malgré l’importance prise par l’aspect proprement américain des problèmes de la guerre, faire comprendre nos positions européennes dès maintenant et en vue de l’avenir »3.

12Car, « au Mexique, la crainte du puissant voisin du Nord » contribue-t-elle « à maintenir des liens étroits, affectifs et intellectuels avec l’Europe latine » [22] ? Cette interrogation d’un animateur des relations franco-mexicaines de l’après-guerre, le professeur François Chevalier, trouve, pendant la Deuxième Guerre mondiale, un net écho.

La singularité latine du gaullisme vis-à-vis d’alliés anglo-saxons

13L'utilisation du concept latin pour la mise en œuvre de la propagande gaulliste au Mexique repose aussi sur

  • la constatation du manque traditionnel de faveur du « gringo » ;
  • le sentiment qu’il était nécessaire de lutter sur le même terrain (anti-gringo) que la propagande de l’Axe pour mieux la contrebalancer, la contrecarrer ;
  • la constatation qu’une éventuelle victoire alliée serait, pour la France, d’abord une victoire anglo-saxone ; qu’il était impératif en conséquence de se démarquer autant que possible d’un vainqueur potentiellement omnipotent pour conserver, en Amérique latine même, des cartes crédibles dans la perspective de l’après-guerre.

14Mais, parce qu’elle fut le pays d’accueil de la France libre, parce qu’au Mexique la coopération franco-britannique se poursuivit presque sans rupture malgré l’armistice, parce qu’il n’existait pas de commune mesure entre la « yankeephobie » et l’anglophobie éventuelle des Mexicains, parce qu’elle ne pèserait jamais le même poids que les Etats-Unis dans le futur après-guerre, la Grande-Bretagne fut exclue de cette différence soulignée par la propagande française entre monde anglo-saxon et monde latin.

15A l’opposé, tant que Jacques Soustelle dirigea la délégation de la France libre à México, la manière d’agir du gouvernement de Washington fut soumise à de très vives critiques tandis qu’à Washington on s’inquièta de cette France libre mexicaine. Maurice Garreau-Dombasle adopta logiquement, après son long séjour américain, une position moins tranchée. Jacques Soustelle écrivait au début de 1942, à un moment où les relations entre le département d’Etat américain de Cordell Hull et les « soi-disant Français libres » [139, p. 335] étaient pour le moins tendues :

  • 4 L/ Idem 3.

« La propagande nord-américaine (...) ne se distingue pas par son habileté et se montre au contraire fertile en bévues.
Pour ne citer qu’un exemple, il est bien clair que le bombardement de Manille par les Japonais aurait dû servir d’occasion pour faire appel à la solidarité hispanique face à la destruction du bastion espagnol et catholique des Philippines par l’envahisseur asiatique. Or les articles inspirés (par les Etats-Unis) publiés ici s’entêtaient au contraire à présenter les Philippines comme un territoire des Etats-Unis et à en rappeler la conquête dans la guerre contre l’Espagne, coopérant ainsi d’une façon remarquable avec la propagande phalangiste, qui a salué la chute de Manille comme une vengeance du monde hispanique contre l’anglo-saxon, et montré le Japon comme l’instrument providentiel de cette vengeance longtemps attendue »4.

16Critique non dénuée de sens, même si l’on peut douter que les Philippines fussent encore en 1940 « le bastion espagnol et catholique » de l’époque coloniale.

17Toutefois, la manière dont il fallait utiliser la différence entre mondes anglo-saxon et latin fit l’objet d’échanges de correspondance entre Londres et México. Grandin de l’Eprevier écrit ainsi à Soustelle en mars 1942 :

  • 5 L/ d. 264 27-03-1942, Grandin à Soustelle.

« A notre avis, nous n’arriverons pas au but que nous nous proposons, c’est-à-dire la reconnaissance complète du Comité national par les deux Amériques, en opposant les tendances latines et anglo-saxonnes. Mais nous avons intérêt à faire sentir aux Etats-Unis que les appuis considérables et les forces morales dont nous disposons en Amérique du Sud peuvent être utilement mises à profit par eux par notre intermédiaire. C’est avec la plus grande prudence que ce jeu doit être conduit, afin de ne pas éveiller chez les Républiques latines, comme aux Etats-Unis, des craintes et des susceptibilités, qui risqueraient de se retourner contre nous »5.

18On perçut en effet à Londres comme à México, en milieu français comme en milieu mexicain, que l’on ne pouvait en aucun cas, s’aliéner durablement l’allié nord-américain. Cette préoccupation était clairement résumée dans les propos de l’ambassadeur du Mexique à Cuba, Rubén Romero, le 15 avril 1943 :

  • 6 L/ d. 264 (286) 16-04-1943, Grousset (La Havane) à cnae.

« Les peuples de l’Amérique latine répondent avec tiédeur à l’appel urgent de leur destin. Ils ne sont pas encore décidés, en dépit de l’heure avancée, à prendre des positions de combat. Mais les peuples de l’Amérique latine savent-ils même pourquoi l’on se bat ? Quel sera leur futur ? (...) Nous voyons avancer les Etats-Unis comme un géant héroïque qui sort d’Amérique et combat intrépidement pour notre idéal, mais à mesure que le géant croît, son ombre se projette sur nous et nous fait peur...
Que notre intelligence (...) exige que, de même qu’il s’établit déjà des projets d’après-guerre concernant les malheureux pays vaincus par l’Axe, de même se tracent pour le futur de l’Amérique latine des plans respectables garantissant leurs droits à la liberté, à l’administration autonome (...) et au libre commerce ! »6.

19Prononcées par le représentant d’un des rares pays latino-américains en guerre contre l’Axe à cette date, ces paroles acquièrent pour l’historien une acuité toute particulière et soulignent l’étroite marge de manœuvre réelle d’une propagande étrangère utilisant le concept de latinité. Cela, en dépit d’une opinion publique latino-américaine aux réactions sans doute plus épidermiques vis-à-vis des Etats-Unis que chacun des gouvernements concernés. Mais encore faudrait-il, au Mexique, distinguer au moins entre une « yankeephobie » politique traditionnelle, superficielle et circonstancielle, et une éventuelle « yankeephobie » plus viscérale et populaire à la fois.

20Plus tard, alors que se profilait l’issue de la guerre, les interrogations demeuraient. Si l’on constata pendant l’été 1944 une tendance manifeste à la consolidation des relations interaméricaines dans le cadre de la solidarité continentale, se dessinait néanmoins une orientation vers la constitution d’un bloc des Républiques latines qui tendrait à s’opposer de plus en plus au groupe Etats-Unis-Canada. Cette deuxième tendance, manifestement provoquée par le désir des nations latines de résister à l’emprise croissante du « bon voisin » du Nord (notamment en matière économique et culturelle), se cristallisait autour du Mexique que son évolution politique et son progrès industriel et social devait désigner pour jouer ce rôle de « leader » du bloc américain latin. L’Argentine « jalousait » toutefois et « dans un sens tout différent » la position directrice du bloc latino-américain à laquelle aspirait le Mexique. Néanmoins, la tendance qui semblait devoir marquer l’évolution politique des nations américaines était la suivante :

  • 7 A/ d. 1127 (93) 21-08-1944, Vaisse à cnae Alger.

« Renforcement de l’unité continentale au sein de laquelle s’accentue toutefois l’antagonisme des deux blocs latin et saxon »7.

21Pour la France libre, devenue Gouvernement provisoire de la République française, le problème de la propagande change radicalement de perspective : il ne s’agit plus, en faisant appel à la communauté latine, d’obtenir une reconnaissance internationale par le moyen de reconnaissances nationales ; depuis décembre 1942, ce résultat était obtenu au Mexique. Les modalités politiques et économiques de reconstruction d’un pays étaient alors en jeu ; pour cela, les interlocuteurs essentiels étaient moins nombreux et la propagande politique française au Mexique ne pouvait ni ne devait plus utiliser les mêmes procédés : la libération de la France étant en cours, l’opinion publique redevint plus difficilement mobilisable ; les pays anglo-saxons pouvaient encore décider de l’avenir tant politique (national et international) qu’économique de la France.

22En outre, et plus simplement, la priorité n’était plus à la propagande internationale, d’autant que les bases d’un renouvellement vital des relations franco-mexicaines étaient d’ores et déjà solides avec, en particulier, l’émergence parmi les membres de générations nouvelles, non formées par l’éducation porfirienne, d’un sentiment revivifié d’appartenance à la communauté latine.

Latinidad vs sajonismo : une thérapie de l’influence anglo-saxonne

23Il est cependant malaisé, une fois la période de crise extrême passée, d’évaluer un changement qualitatif des relations franco-mexicaines ; il est également difficile, sur une courte période, fragmentée de surcroît, de noter une évolution, spécialement dans le langage et la manière d’agir de la diplomatie française à l’égard du Mexique.

24Très exploitée par des groupes divers, la référence ou l’appel à la latinité, ce cheval de Troie des grandes batailles, est au Mexique après 1943 moins fréquente et moins agressive dans les faits, les discours et la presse. Les enjeux se sont modifiés et l’intervention quasi-thérapeutique du concept de latinité, essentielle au cœur de la crise, est plus circonscrite sinon.

25On peut, en effet, concevoir la revendication française d’une communauté latine comme une thérapie destinée à faire face à l’excroissance anglo-saxonne. Dans le cas précis de la Seconde Guerre mondiale, plus de 90 % du commerce extérieur mexicain durant cette période concernent les seuls Etats-Unis [130, p. 154] : l’évaluation parle d’elle-même. Ainsi, l’attachement français au concept de latinité peut à la limite être considéré comme un acharnement thérapeutique sur un sujet dans un état critique, voire désespéré. Toutefois, la revendication « latine » peut aussi être une médication donnée préventivement au « malade » mexicain, dans le cas où la progression sans précédent de l’influence « gangreneuse » anglo-saxonne provoquerait chez le patient un mécanisme de rejet allergique : la latinité apparaît ainsi comme un soutien, une assistance médicale de la « bonne » conscience nationaliste mexicaine face à des circonstances « adverses », jugées inéluctables désormais. La latinité est dans ce cas un alibi à large spectre entretenu par le « médecin » français qui espère, en retour, que quelques zones résiduelles « saines » lui seront réservées. Le « médecin » européen a-t-il conscience de l’effet de sa prescription ? Ne fournit-il pas à sa bonne conscience un alibi facile face à la déshérence de son influence.

26Dans les années 1940, les capacités d’influence économique de la France sont presque nulles au Mexique, où le faible investissement économique français est en partie fossile (dommages révolutionnaires), où son influence politique est faible, surtout superficielle dans la pratique politique mexicaine (références à la Révolution et à ses institutions) ; l’alibi culturel, pour réels que soient ses fondements, est une médication de bonne volonté mais d’impuissance : l’Institut français d’Amérique latine est bien créé, mais l’on projette, dès sa création, de le fermer pour des raisons financières ! et cette rumeur est à la fin des années 1980 loin d’être dissipée... Il ne faut dès lors pas s’attendre à ce que, même bien disposé comme c’est souvent le cas, le patient mexicain, conscient de sa situation géopolitique et de celle de la France, l’accepte pour mieux que cela : il sait bien que les moyens essentiels de son développement, de sa croissance à poursuivre sont ailleurs. Un seul pays peut à l’issue du conflit et de la reconstruction provoquer son développement ou son asphyxie : les Etats-Unis ; la transfusion culturelle d’outre-océan, aussi réciproque soit-elle dorénavant, n’agit plus qu’à la manière d’un analgésique, d’un dérivatif culturel.

27Dans ce domaine culturel pourtant, se manifestent les résistances ou les retards les plus tenaces à l’influence nord-américaine et l’attachement le plus profond à la communauté latine. Les intellectuels mexicains soutiennent l’Institut français d’Amérique latine pendant de nombreuses années, en font un lieu longtemps « à la mode ». Mais ces résistances ne constituent-elles pas un épiphénomène, voire un phénomène terminal, dans la mesure surtout où le domaine culturel est le plus intrinsèquement lié à un acquis historique ? De ce fait et pour de multiples autres raisons, les cadres économiques et politiques de la nation mexicaine ne font plus nécessairement, ni majoritairement, le choix effectif de la latinité, même s’il demeure opportun de manier l’idée en certaines circonstances.

28Au début de la révolution mexicaine, l’idée pouvait avoir une autre résonance et efficacité. L’historien F. Katz [232] a montré que l’Europe n’avait pas démissionné, n’avait pas accepté le caractère inexorable du phénomène américain, imbue qu’elle était de sa réelle puissance. A l’issue de la Deuxième Guerre mondiale, il est impossible de ne pas constater, sinon l’implacabilité ou l’irréversibilité, du moins l’ampleur du phénomène de déclin européen relatif. Et la résistance de certains intellectuels est de faible importance en comparaison du poids de la majeure partie des cadres économiques et politiques du pays, qui vise au réalisme. L’idéal du maître ne semble plus devoir être systématiquement celui de la Sorbonne, d’Oxford ou de Heidelberg, mais, de plus en plus, celui d’Harvard ou de Princeton, au moins dans les domaines économiques et scientifiques. Dans ces derniers domaines, l’étudiant mexicain des années 1980, soucieux de poursuivre ses études à l’étranger, ne se tourne que très marginalement vers les contrées latines : plus que jamais au Mexique, la latinité s’enferme après la Deuxième Guerre mondiale dans le domaine culturel, où sa primauté est même désormais fortement contestée : les Etats-Unis passent nettement au premier rang de la création culturelle contemporaine aux yeux des Mexicains. Les échanges entre un des plus grands peintres mexicains, Siqueiros, et Jackson Pollock sont un des multiples témoignages possibles de ce relai culturel purement continental. La latinité tend de ce fait à devenir un phénomène strictement historique. Le métissage, cette caractéristique culturelle primordiale du Mexique, n’est pas achevé au xxe siècle, mais se fait par adjonction, superposition d’un rameau culturel tiers.

29Il est vrai cependant que la guerre, avec l’inversion des rapports de force qu’elle a provoquée, même conjoncturellement, avec surtout le changement de personnel « diplomatique », a modifié profondément les perceptions réciproques. Et, dans ce cadre, l’utilisation implicite et explicite du concept de latinité par les représentants de la France libre et par leurs alliés mexicains a notablement contribué à cette construction d’un dialogue moins déséquilibré ; dialogue dont l’aboutissement le plus achevé sera peut-être le célèbre « la mano en la mano » prononcé par le général de Gaulle au balcon du Palais national à México en 1964.

30C’est peut-être dans cette continuité qu’il faut inscrire la visite du président François Mitterrand à Cancún, l’année même de son élection, en 1981... Car, et c’est l’un des aspects que nous souhaitons souligner, cette revendication « latine », pour autant qu’elle soit liée aux principes issus de 1789, est une revendication de consensus politique, du côté mexicain comme du côté français.

31Déjà, le général de Gaulle écrivait au président Manuel Avila Camacho le 26 mai 1942, au lendemain de la déclaration de guerre du Mexique aux pays de l’Axe :

  • 8 L/ d. 264 (176) 26-05-1942, cnf à Médioni.

« La participation du Mexique au conflit et demain à la victoire commune vient resserrer les liens qui unissent la France aux nations latines d’Amérique.
La patrie d’Hidalgo et de Morelos se montre fidèle à sa glorieuse tradition en se dressant contre l’ennemi commun (...) et en prenant les armes pour la défense des libertés humaines. Il représente l’avant-garde de l’Amérique latine »8.

  • 9 L/ d. 266 (20) 23-12-1942, Médioni à cnae.
  • 10 L/ d. 26 (32) (45) 04-12-1942, de Gaulle à Manuel Avila Camacho.

32Quelques mois plus tard, lors de la rupture diplomatique entre le Mexique et le gouvernement de Vichy, le président des Etats-Unis mexicains déclarait que « les Français pouvaient avoir confiance absolue » en son pays « qui a toujours aimé la France »9 ; le chef des Français libres répondait que cette décision affirmait « à la face du monde la force des liens qui unissent le peuple français et le peuple mexicain dans leur commun attachement aux idéaux de démocratie »10.

33Que devint alors le sens de la « latinité » dans les relations franco-mexicaines ?

  • Ideal superior de esa convivencia » ? [Jaime Torres Bodet, 184 b, no 1]
  • Amitié naturelle de la France et du Mexique » ? [184 b, no 4].

34Laissons pour conclure parler un Mexicain, S. Martinez Cairo, puis un groupe de Français dans les dernières années de la guerre :

« La France est l’unique nation latine qui figurera parmi les grandes puissances de l’après-guerre, et en assumant avec courage sa responsabilité de gardienne de la culture latine, elle nous accueille de nouveau comme une grande mère spirituelle (...), flamme sacrée qui proclame la survie de l’esprit latin ».

35La latinité ?

« Une présence universelle », « une intelligence réciproque », « une fraternité ». « Notre bien commun » [184 b, no 1].

36Mais la lucidité demeurait, avec néanmoins une pointe de nostalgie envers cette vieille « chose » :

« Il y a encore des personnes en Europe qui ne savent pas faire la différence entre l’Amérique et l’américanisme, qui ne voient pas l’admirable récolte que la semence latine a fait lever du sol du Nouveau Continent. Il y a de même des personnes en Amérique qui, tout en rendant hommage au glorieux passé de la France, de l’Espagne, proclament la décadence de ces nations mères, atteintes, selon ces mêmes personnes, de dégénérescence morale...
Il est cependant nécessaire de savoir que personne ne peut se vanter de posséder le monopole de la civilisation. L’Europe, seule, peut encore briller à la face du monde, et l’Amérique, seule, peut l’étonner. Un moment...
Un moment seulement. Le maître est condamné à périr à son tour. L’apprenti sorcier, qui libère les forces de l’enchantement en méprisant l’antique sagesse qui les a engendrées, se condamne à la ruine...
Nous défendons ainsi âprement notre bien commun. Au sein de la grande patrie latine, il y a de la place pour toutes les originalités, pour toutes nos aspirations. Point n’est besoin d’imiter qui que ce soit » [184 b, no5].

37Quant à la mise en œuvre ultérieure de la latinité entre France et Mexique, le monde attend « plus qu’une délimitation de frontière et de zones d’influence, qu’un réseau d’accords pour l’exploitation et le commerce de ses produits, en un mot qu’un système de sécurité transitoire ». Selon le remarquable ministre mexicain J. Torres Bodet, lequel s’inscrit parmi les fondateurs d’un style de politique extérieure à l’avenir prospère, le monde « aspire à l’établissement d’un nouvel ordre de rapports entre les nations... » [184 b, no 3]. C’est cela aussi que comprirent et promurent de toute leur énergie ces pionniers de la diplomatie française que furent Jacques Soustelle, Gilbert Médioni, et beaucoup d’autres avec eux, les circonstances... aidant.

***

38Remarquons enfin qu’en dépit des aléas de conjoncture dans les relations franco-mexicaines — et franco-latino-américaines — le concept a la vie dure : jamais peut-être la latinité n’a été aussi à la mode en France que dans ces dix dernières années ! Pourtant, tandis que certains représentants français en venaient à solliciter « l’aide de l’Amérique latine pour créer un bloc d’autodéfense culturelle... », l’éminent intellectuel mexicain Leopoldo Zea faisait part, en 1984, de ses interrogations sur la signification pour les Latino-Américains des célébrations liées à deux dates clés pour l’histoire mondiale : 1789 et 1492 [361]. L’identité ou les identités de l’Amérique latine passent par ce questionnement, tandis que les pays d’Europe doivent s’interroger sur les relations entre leur passé et leur devenir de métropoles culturelles.

Notes

1 L/ d. 266 (97,) cnae à service d’information.

2 L/ d. 266 (58,) 20-09-1941.

3 L/ d. 266 29-01-1942, Soustelle à de Gaulle.

4 L/ Idem 3.

5 L/ d. 264 27-03-1942, Grandin à Soustelle.

6 L/ d. 264 (286) 16-04-1943, Grousset (La Havane) à cnae.

7 A/ d. 1127 (93) 21-08-1944, Vaisse à cnae Alger.

8 L/ d. 264 (176) 26-05-1942, cnf à Médioni.

9 L/ d. 266 (20) 23-12-1942, Médioni à cnae.

10 L/ d. 26 (32) (45) 04-12-1942, de Gaulle à Manuel Avila Camacho.

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540