Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vichy et la France libre au Mexique

 | 
Denis Rolland

Quatrième partie. De la rupture Mexique-pays de l’axe à la reconnaissance du comité national français, décembre 1941-novembre 1942

Chapitre VII. De la rupture à la guerre entre le Mexique et l’axe décembre 1941-mai 1942

Texte intégral

Un pressentiment mexicain de Pearl Harbor ? Pablo Neruda et Jacques Soustelle

1Dès juin 1940, le général de Gaulle n’avait-il pas annoncé que la guerre deviendrait mondiale ? Le 7 décembre 1941, les Etats-Unis sont plongés dans la guerre par le Japon et Hitler « prend les devants » en la leur déclarant à son tour le 8, suivi de Mussolini. La déclaration de guerre du Japon et de l’Allemagne aux Etats-Unis remet nécessairement en cause la neutralité, même bienveillante, du Mexique. La déclaration de guerre de l’Allemagne aux Etats-Unis soulève à nouveau aussi la question de la neutralité du gouvernement de Vichy.

2Dans ses mémoires, le poète et diplomate Pablo Neruda — alors consul général du Chili à México — écrit à propos de ces événements :

  • 1 Neruda, Pablo, J’avoue que j’ai vécu, Paris, 1975, p. 212.

« Un jour,... je reçus la visite de sept Japonais qui demandaient d’urgence un visa pour le Chili. Ils venaient de la côte des Etats-Unis, de San Francisco, de Los Angeles, et d’autres ports1 [7]. »

  • 2 Ibid. p. 213.

3L’ancien consul en France chargé de l’immigration espagnole expose ensuite les démarches entreprises par les Japonais pour sortir rapidement du Mexique. D’une manière très romanesque, il écrit que, très vite, il comprit l’importance de « l’affaire » : elle mettait en scène un « réseau d’espionnage » évacuant le continent devant « l’imminence » de la déclaration de guerre. Il prit « aussitôt contact, poursuit-il, avec les délégués officiels du général de Gaulle, accrédités auprès du gouvernement mexicain » afin qu’ils « se couvrent de succès en dévoilant le secret de ces agents nippons ». Neruda, cependant, achève son récit en signalant qu’il se heurta à « l’impassibilité des représentants gaullistes ». « Soustelle ne s’intéressa pas à l’affaire. Les Français refusèrent d’agir [...] Une semaine plus tard le monde, en se réveillant, apprenait le bouleversement de Pearl Harbor »2.

4Mais « les Mémoires du mémorialiste ne sont pas les Mémoires du poète ». Lorsque Pablo Neruda, de son vrai nom Neftali Ricardo Reyes, écrit que Soustelle et Médioni sont « accrédités » auprès du gouvernement mexicain, il anticipe d’un an la situation exacte des représentants du général de Gaulle à México : ceux-ci, réfugiés politiques, n’ont en décembre 1941 aucun statut réellement officiel en dépit des divers accomodements du gouvernement de Manuel Avila Camacho et de la compréhension du ministre de l’Intérieur, Miguel Alemán.

  • 3 V/ 05-12-1941, no 168, Arvengas.

5Autre réserve au texte de Neruda, en décembre 1941, l’imminence de la guerre dans le Pacifique n’est qu’un secret de Polichinelle : seuls la date, le lieu et les modalités de déclenchement du conflit restent encore inconnus. Que des citoyens japonais quittent le territoire des Etats-Unis semble normal, étant donné le contexte de crise entre les deux nations. Il serait en outre étonnant que les services compétents nord-américains n’aient pas remarqué la sortie de leur territoire de ces ressortissants de l’Empire du Soleil levant, d’autant que ce mouvement d’accélération de l’émigration japonaise est perceptible ailleurs. Il n’est donc pas certain qu’en cette circonstance les représentants français se soient « couverts de gloire » en révélant ce que presque tout le monde savait. En outre, la date de déclaration des hostilités et ses modalités n’en demeureraient pas moins inconnues, combien même — ce qui est très improbable — les Japonais suspects en auraient été précisément avertis. Le ministre français à México n’écrit-il pas, par exemple, à Vichy le 5 décembre 1941 qu’interrogé « sur les rumeurs suivant lesquelles la colonie japonaise du Mexique se préparait à quitter le pays, le ministre du Japon a répondu qu’il s’agissait uniquement d’une vingtaine d’individus dont les permis de séjour venaient à expiration »3. Enfin, le consul général du Chili Neruda est profondément isolé de ses collègues diplomates : on ne fréquente pas un « communiste ». S’il s’attribue dans cette affaire un « rôle historique » contestable [7, p. 213], il a certainement pu paraître sur le moment un peu trop extravagant et imaginatif pour être crédible sans méfiance... Neruda le laisse d’ailleurs entendre dans les dernières phrases citées ci-dessus.

6Le dimanche 7 décembre, Jacques Soustelle est à La Havane, pour « résoudre une difficulté locale ». Un « ami français » lui apprend au téléphone que « les Japonais viennent de bombarder Pearl Harbor » [13, p. 269].

Les politiques françaises à l’épreuve de la rupture Mexique/Axe

La France libre et la politique continentale mexicaine

  • 4 V/ 03-10-1942, no 199, Clauzel.

7L’attaque japonaise du 7 décembre contre Pearl Harbor modifie radicalement la situation existante : selon les propres termes du président Avila Camacho, « elle inaugure une seconde période » de l’activité extérieure de son gouvernement à laquelle correspondent de « nouvelles mesures »4. Celles-ci, de prébelligérance (rupture des relations diplomatiques, blocage de fonds, révision des naturalisations...), sont proches de celles prises par la Colombie ou le Venezuela. Mais, par leur modération, elles se distinguent de celles des petits pays des Antilles et de l’Amérique centrale : dès le 12 décembre, Cuba, Haïti, la République Dominicaine, le Guatemala, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa-Rica et Panama se trouvent en état de guerre avec l’Axe.

Chronologie succincte de la rupture Mexique/Axe
7 décembre 1941 Attaque japonaise sur Pearl Harbor
Le Mexique condamne « l’agression perpétrée contre les Etats-Unis »,
Le Mexique « réitère sa fidélité aux engagements contractés lors des assemblées interaméricaines de Panama et de La Havane ainsi que son sincère désir de collaborer à la défense du continent ».
8 décembre 1941 Le Mexique rompt ses relations diplomatiques et consulaires avec le Japon. La légation du Portugal prend en charge les intérêts japonais au Mexique ; le gouvernement suédois, ceux du Mexique au Japon. Gel des fonds japonais au Mexique.
10 décembre 1941 Création de la zone militaire du Pacifique sous le contrôle du général Lázaro Cárdenas.
11 décembre 1941 Le Mexique rompt ses relations diplomatiques et consulaires avec l’Italie et l’Allemagne. Le consulat général de Suisse prend en charge les intérêts italiens au Mexique ; le gouvernement suédois prend en charge les intérêts mexicains en Allemagne et en Italie et les intérêts allemands au Mexique.
Gel des fonds allemands et italiens au Mexique.
Suspension de la délivrance de lettres de naturalisation aux ressortissants des pays de l’Axe et révision de toutes celles accordées depuis le 31 décembre 1938 (complétée par un texte du 2 janvier).
16 décembre 1941 Le Mexique rompt avec la Hongrie (entrée en guerre contre les Etats-Unis).
18 décembre 1941 Le Mexique dénonce le traité d’amitié conclu avec la Bulgarie.
27 décembre 1941 Un décret est promulgué d’après lequel le gouvernement mexicain ne considère pas comme belligérantes les nations américaines en guerre avec des pays d'autres continents (navires et hydravions militaires pourront mouiller et se ravitailler dans les ports mexicains, et, « en cas d’urgence notoire », des forces américaines pourront transiter par le Mexique).
13/14 janvier 1942 Création d’une Commission de défense commune mexicano-américaine (en conformité avec la déclaration 15 de la Conférence Interaméricaine de La Havane).
22 Mai 1942 Etat de guerre entre le Mexique et les pays de l’Axe.
1er juin 1942 Les représentants diplomatiques mexicains en poste en Allemagne en décembre 1941, libérés, arrivent sur le continent américain.

  • 5 L/ d. 264 87), (12-12-1941, Soustelle à cnae.

8Cette différence tient notamment à deux raisons ; d’une part à un facteur géographique : l’importance politique et économique de pays comme le Venezuela ou le Mexique ; d’autre part à l’opinion publique. Dans les milieux diplomatiques circule l’idée que ces pays n’iront « pas plus loin dans la voie de la guerre contre l’Axe », et « chercheront, en tout cas, à se maintenir dans cette situation autant qu’ils le pourront »5 ; car, « au Mexique notamment, l’état de l’opinion publique n’est guère favorable à la guerre ». La réaction la plus courante dans l’opinion à cette rupture diplomatique est celle-ci : « Ne nous laissons pas entraîner à la guerre pour sauver l’impérialisme nord-américain ». Les succès remportés par les Japonais lors de leur attaque brusquée contre Hawaï et d’autres territoires du Pacifique contribuent à renforcer cette tendance ; il n’est pas alors rare de voir des Mexicains « reconnaître de fortes chances de victoire aux Japonais » ; même l’optimisme de Jacques Soustelle quant à l’issue de la guerre, manifesté pendant le premier semestre de 1941, semble entamé au Mexique au lendemain de Pearl Harbor.

9En fait, le gouvernement mexicain aborde la seconde étape de la préparation de son opinion publique [99, p. 76] : préparation à la déclaration de guerre, qui devra intervenir ultérieurement si la situation l’exige. Mais cette préparation de l’opinion publique s’inscrit dans une politique plus large, et commencée bien avant, de rapprochement économique et économique avec les Etats-Unis, d’inscription effective dans cette Amérique du Nord qui, pour la première fois, a nécessairement besoin d’un Mexique fournisseur fiable et allié. Les objectifs essentiels de la politique de Manuel Avila Camacho, après quinze mois de gouvernement, sont donc :

  • le développement économique et politique du Mexique dans le cadre d’un système d’économie libérale très proche du modèle nord-américain ;

  • le rapprochement inhérent avec les Etats-Unis, dans la perspective de devenir le partenaire de ceux-ci, la guerre les contraignant à terme à de substantielles concessions ;

  • l’ambition et la grandeur nationales sont donc les thèmes exaltés en toile de fond de celui du péril extérieur extra-continental.

  • 6 V/ 14-01-1941, no 8, Clauzel.
    21-02-1942, n
    o 50, Clauzel.
    Les diplomates sont internés dans un hôtel (...)

10Enveloppé dans une phraséologie de circonstance, se discerne toujours le désir de s’intégrer dans l’ordre américain, « sur un pied d’égalité et sans rien sacrifier des caractéristiques nationales ». « Les circonstances actuelles fortifient le sens qu’a le Mexique de l’importance du rôle qu’il peut jouer, au voisinage des Etats-Unis, comme première puissance hispano-américaine ». [EN 19-01-1942] L’accord économique du 19 novembre puis celui du 1er décembre entre le Mexique et les Etats-Unis avaient déjà permis au gouvernement mexicain de justifier sa politique hémisphérique vis-à-vis de l’opinion publique. L’internement, par le gouvernement allemand, de tous les fonctionnaires mexicains qui se trouvent à Berlin6 conforte le gouvernement mexicain dans son argumentation : l’ennemi est extra-continental, tandis que les négociations continentales visent au développement économique du pays ; la décision allemande affectant en l’occurrence la plupart des pays du continent, l’ennemi est même anti-continental, aubaine pour les propagandes « continentales ».

  • 7 V/ 03-10-1942, no 199, Clauzel.
    13-01-1942, n
    o 6, Clauzel.
    14-01-1942, n
    o 11, Clauzel.

11Lors du traditionnel message de Nouvel An, le président Avila Camacho déclare au sujet de la Conférence de Rio de Janeiro : « La délégation mexicaine attache une importance particulière (...) à la défense économique de l’hémisphère et à la nécessité d’assurer le ravitaillement du pays en articles indispensables au redressement de son économie comme au développement de son industrie » ; déclaration similaire à celles de beaucoup d’autres responsables politiques du continent. Cette solidarité continentale qu’Ezequiel Padilla disait déjà « solidement enracinée dans la conscience politique du Mexique » [98, p. 73], comme pour en convaincre un pays indécis, est réaffirmée lors de la Conférence interaméricaine tenue au Brésil du 15 au 28 janvier 1942 : la délégation mexicaine maintient sur les principes une ligne de politique étrangère héritée du cardénisme et souligne sa volonté nationale ; parmi les projets présentés à l’assemblée par le Mexique et incorporés dans les résolutions finales de la Conférence, l’un porte pourtant sur la solidarité économique continentale et un autre sur la production continentale de matières premières stratégiques7. La presse mexicaine se fait logiquement et largement l’écho des déclarations de politique économique de Rio de Janeiro, et insiste sur les « réussites » de la diplomatie mexicaine qui sait se faire entendre des Etats-Unis.

  • 8 L/ d. 264 (88) 12-12-1941, Soustelle à cnae.

12La rupture entre le Mexique et les pays de l’Axe est l’occasion pour la France libre mexicaine de rappeler tant l’attitude du Comité national que l’importance potentielle de cet allié. Le 12 décembre, la presse de la capitale publie en bonne place la déclaration du Comité sur l’entrée en guerre des Etats-Unis et des renseignements fournis par le bureau de la France libre sur les possessions du Pacifique et le rôle du contre-amiral Thierry d’Argenlieu. De plus, les spéculations vont bon train dans les milieux politiques au sujet de l’attitude qu’adopteront les Etats-Unis et les autres républiques américaines envers Vichy et la France libre. « L’opinion la plus répandue est que la rupture des relations avec Vichy et la reconnaissance du Comité national français peuvent être considérablement accélérées. Pourtant, il ne manque pas de gens pour croire que les Etats-Unis chercheront à prolonger le statu quo »8.

  • 9 L/ d. 264 (94) 12-01-1942, Soustelle à cnae.
    d. 266 (87) 14-01-1942, Soustelle à cnae.
    d. 266 (85) 02 (...)

13Ce dernier n’étant pas démenti par Washington, la situation évolue peu à México. Si le 12 janvier 1942, la législature de México DF vote à l’unanimité une résolution demandant au gouvernement fédéral de reconnaître le CNF, au moins comme belligérant ; si l’un des plus fervents amis mexicains de la France libre part à Londres en qualité de correspondant de guerre ; si les moyens de la propagande française libre augmentent quelque peu (versement par le CNF de fonds de réimpression) et si la voix de Jacques Soustelle est de plus en plus écoutée à Londres, le gouvernement mexicain n’en conserve pas moins, sans modification notable, son attitude réservée de sympathie attentive à l’égard de la France libre, sur le modèle de l’attitude nord-américaine mais avec une francophilie plus chaleureuse9 et moins embarrassée d’objectifs stratégiques.

  • 10 L/ d. 264 (90) 05-01-1942, Soustelle à cnae.

14Le 23 décembre dans la soirée, les Forces navales françaises libres, commandées par l’amiral Muselier, débarquant à Saint-Pierre-et-Miquelon, sans coup férir. Les Etats-Unis protestent. La réaction mexicaine, comparée à la violente réaction de Washington, confirme l’attitude de neutralité discrètement et officieusement bienveillante du gouvernement à l’égard de la France libre. En effet, la dernière et spectaculaire action des Français libres en 1941 est accueillie au Mexique avec sympathie mais aussi inquiétude ; avec sympathie, « car personne n’a songé un instant, écrit Soustelle, à douter du bien-fondé de notre action » ; avec inquiétude, poursuit-il, « car la protestation du Département d’Etat trouble, dans un pays où l’on n’a guère tendance à annuler d’un trait de plume les résultats obtenus ». Au Mexique, les nombreux ennemis des Etats-Unis veillent : pour eux, la protestation des Etats-Unis est le prétexte à la mise en doute des intentions véritables du gouvernement de Roosevelt dans le conflit. S’il en avait jamais eu l’intention, le gouvernement mexicain aurait pu faire fond sur cette réaction ; mais les ennemis déclarés des Etats-Unis sont aussi généralement des opposants au gouvernement de Manuel Avila Camacho ; à divers points de vue, ce dernier n’a donc pas intérêt à se démarquer de Washington. Par contre, peu s’en faut, écrit J. Soustelle, que les milieux germanophiles et anti-américains ne deviennent sympathisants de la France libre en réaction contre le Département d’Etat10 !

  • 11 L/ d. 264 (88) 12-12-1941, Soustelle à cnae.

15L’incident clos, le travail habituel de la France libre reprend. Inquiet des éventuelles répercussions d’une rupture entre le gouvernement mexicain et celui de Vichy, le délégué du cnf à México propose « d’intervenir » dès la mi-décembre pour que, « si besoin est », l’on établisse « une discrimination entre les Français libres et ceux qui sont demeurés partisans de Vichy » : dans le cas du blocage possible des fonds français du Mexique, par exemple11 ou dans le cas de consignes générales anti-françaises.

  • 12 Ibid 11.

16Dans un tout autre domaine, pour Soustelle, administrateur d’un vaste ensemble régional, l’entrée en guerre des Etats-Unis implique une dernière conséquence : la France libre ne peut plus recruter de volontaires originaires des pays qui ont suivi Washington dans la guerre (Cubains, Haïtiens, Nicaraguayens...) ; ce recrutement serait désormais contraire aux mesures militaires prises par ces pays12. Il s’agit donc de négocier désormais d’éventuels arrangements, pays par pays.

17Pendant le printemps 1942 au Mexique, comme ailleurs, le mouvement de la France libre connaît un « obscur mais constant progrès » [139, p. 3431.

Une légation française sans ministre mais plus volontaire

18Pour la France de Vichy, les premiers mois de 1942 marquent, selon l’expression de Du Moulin de Labarthète, l’« effilochage » de Darlan. A l’extérieur comme à l’intérieur, la « courte étoile de l’amiral » pâlit. La déclaration de guerre de l’Allemagne aux Etats-Unis soulève de nouveau la question de la neutralité de Vichy, de son positionnement international : la France doit-elle rompre la liaison avec Washington « utile matériellement et diplomatiquement » [148, p. 129] ?

  • 13 V/ 18-12-1941, no 224, Arvengas.

19Le secrétariat d’Etat aux Relations extérieures mexicain suit attentivement l’évolution des rapports entre Vichy et Washington. Darlan est forcément opposé à toute rupture. Si Hitler ne semble guère avoir envie de pousser Vichy à entrer en guerre, en décembre 1941 [148, p. 129], il est désormais plus difficile pour Darlan de rester en bons termes avec les Etats-Unis, maintenant qu’ils sont en guerre et non plus neutres. Au printemps de 1942, l’amiral est pris dans des tenailles qui vont se refermant. « L’une des branches, c’est qu’il n’a pas pu améliorer les conditions de vie des Français (...). L’autre branche, c’est que la neutralité de la France est compromise par les menaces toujours plus lourdes que les Etats-Unis et l’Allemagne font peser sur sa marine et son empire » [148, p. 132]. Ce dernier fait préoccupe beaucoup la presse mexicaine, guidée dans son intérêt, il est vrai, par le flot des agences de presse nord-américaines. Certes, la protestation du gouvernement français contre les nouvelles exécutions de Français par les troupes d’occupation13 provoque à la mi-décembre une éphémère impression favorable au Mexique dans les milieux gouvernementaux, journalistiques ou français, impression à peine renouvelée par le discours « semi-énergique » du maréchal Pétain le 1er janvier 1942 [138, p. 384] : il est trop tard au Mexique pour que les paroles d’« exil partiel », de « demi-liberté » prononcées par le vieux maréchal puissent susciter une volte-face d’une opinion modestement intéressée par ce qui se passe en France métropolitaine.

  • 14 Papiers d’agents, Arvengas vol. 8 (137-138), 30-10-1941, Arvengas.
  • 15 V/ 16-01-1942, no 13, Clauzel.
  • 16 Idem 14.

20Le départ fin décembre 1941 du ministre Gilbert Arvengas et son remplacement par le chargé d’affaires Ghislain Glauzel n’avaient-ils pas donné lieu, selon la volonté d’Arvengas lui-même14, à un « minimum de commentaires »15 ? Le jeune premier secrétaire qui prend la tête de la légation en janvier 1942 « n’a pas estimé opportun, en tant que fonctionnaire, d’adopter une attitude contraire au gouvernement qu’il représente » écrit un journaliste proche de la France libre ; propos confirmés par le protagoniste16. « Il ne s’agit que de continuer à servir la “maison”, indépendamment des changements qui interviennent chaque jour dans la politique internationale » [E 12-01-42]. Un document confié à nos soins par M. Ghislain Clauzel confirme cette position, mais il s’agit d’une plaidoirie a posteriori :

  • 17 Note de G. Clauzel, présentée en révision de l’ordonnance d’épuration du 27 juin 1944 (archives du (...)

« J’avais alors la responsabilité personnelle et exclusive, à Mexico, de difficiles négociations concernant la sauvegarde d’importants intérêts français et je considérais que mon premier devoir était de les mener à bien. Ce fut avec une grande amertume et sans illusion sur la gratitude que l’on m’en tiendrait dans l’avenir, que je m’inclinais alors devant l’ordre de priorité que me dictait ma conscience...
« Aussi longtemps que je remplissais au Mexique des fonctions officielles, avec mission de défendre auprès du gouvernement mexicain les intérêts particuliers et généraux des Français dans ce pays, mon devoir indiscutable et immédiat était de sacrifier mes préférences à l’exécution de cette mission17. »

21Jusqu’où le sens du devoir des fonctionnaires de l’Etat devait-il aller en ces circonstances ? La réponse a été mille fois abordée et sous tous les angles possibles ; nous nous abstiendrons donc d’en formuler une autre qui n’apporterait sans doute rien au débat général. Que le premier secrétaire ait été à partir du 1er janvier 1942 seul responsable de la légation et, à ce titre, seul responsable français dûment accrédité auprès des autorités mexicaines, cela est indiscutable ; qu’il ait été de ce fait le seul officiellement en charge des intérêts de la colonie française, cela est indéniable également et confirmé par l’abondance de la correspondance archivée concernant les intérêts économiques des Français du Mexique.

22Deux points de l’argumentation du diplomate peuvent être néanmoins discutés, étant du domaine du spéculatif ou de l’invérifiable : l’importance réelle des « difficiles négociations concernant la sauvegarde d’importants intérêts français » ; et le fait que le chargé d’affaires ad interim ait été ou non l’objet d’une « démarche formelle l’invitant à rejoindre les rangs de la France libre ».

23En ce qui concerne d’une part les « difficiles négociations », exceptées la sauvegarde des intérêts et capitaux français (éviter qu’ils ne soient gelés, expropriés...) et surtout l’affaire du pétrolier Mérope, réquisitionné par le Mexique, mais postérieure à la prise en charge de la légation par G. Clauzel, l’historien ne décèle aucun autre objet de négociations : l’argument mentionné semble donc second par rapport à la décision individuelle de continuer ou de cesser, en tant que fonctionnaire ou personne, à servir la « maison » indépendamment des changements politiques nationaux ou internationaux ; ne disposant souvent pas de toute l’information nécessaire pour expliquer ou comprendre chacune des positions de Vichy, le chargé d’affaires préfère semble-t-il penser que les détracteurs mexicains de Vichy, mal informés ou mal intentionnés, se trompent.

24En ce qui concerne le fait qu’il n’aurait jamais été l’objet d’une « démarche formelle l’invitant à rejoindre les rangs de la France libre », l’argument ne semble pas déterminant : dans une situation nette de rupture, si ce n’est de conflit, entre le chargé d’affaires et une grande partie de la colonie française, il est assez compréhensible que celui-ci n’ait pas été, en tant que représentant « trop » fidèle de Vichy, sollicité pour rejoindre ceux à qui il s’opposait nettement : les Français libres.

  • 18 V/ 23-10-1941, no 155, Arvengas.

25En position difficile, le chargé d’affaires manifeste parfois quelque humeur. S’il écrivait le 23 octobre 1941 sous la signature de son chef de poste : « Estimeraient-ils... (les gaullistes) qu’un pays comme le Mexique, qui est assez connu de par le monde pour ses révolutions et ses coups d’Etat, est particulièrement qualifié pour se poser en interprète méticuleux du droit constitutionnel français ? »18, il manifeste en 1942 à l’égard des intellectuels mexicains des sentiments voisins : « Les classes intellectuelles du Mexique sont nourries de la propagande anglo-saxonne et gaulliste, qui dénature tout ce qui se rapporte à l’action du maréchal. Ces Mexicains aiment la France d’un amour platonique qui serait sans doute plus intense encore s’ils pouvaient pleurer sur sa tombe définitivement close ».

  • 19 V/ 18-02-1942, no 49, Clauzel.

26Car le chargé d’affaires ne manifeste pas la bienveillante sympathie de ses prédécesseurs à l’égard des élites mexicaines ; c’est peut-être cela qu’il sous-entend lorsqu’il écrit en février 1942 : « Les circonstances particulières à notre représentation diplomatique au Mexique au cours des deux dernières années ne rendent pas le redressement du courant d’opinion facile »19.

  • 20 Note de G. Clauzel, opus cit.

27Pourtant, il affirme après la guerre : « ... Au cours de cette période, je suis resté en contact constant avec celui que je considérais toujours comme mon chef direct, M. Arvengas, tout en entretenant d’ailleurs des relations amicales avec les deux prédécesseurs de celui-ci, MM. Goiran et Bodard. Les uns et les autres, bien informés de nos intérêts au Mexique, mesuraient exactement la portée de ma tâche, son caractère ingrat et sa nécessité »20. L’esprit de corps des diplomates vient au secours, après la guerre, de ceux ayant fait, avec suffisamment de discrétion, le « mauvais » choix.

  • 21 V/ 24-02-1942, no 54, Clauzel.

28Si entretenir des relations amicales n’est pas incompatible avec le fait d’avoir des opinions fortement divergentes, s’il est vrai que le sentiment d’appartenance à un même corps prime souvent en France sur toute autre considération, il n’en reste pas moins que le premier secrétaire désigne sans détour dans sa correspondance les Français libres comme les « adversaires »21 d’un gouvernement dont il se fait l’avocat convaincu ; et parmi ces Français libres, l’ex-ministre Albert Bodard...

  • 22 V/ 27-03-1942, no 77, Clauzel.

29Le Journal français du Mexique, il est vrai acquis à la France libre depuis l’année précédente, est taxé de « malveillance » par la légation de Vichy au printemps 1942, alors même qu’il est considéré comme l’organe de la colonie22. Enfin, dans le courant du mois de mars, le délégué de la France libre pour le Mexique, le Centre-Amérique et les Antilles écrit :

  • 23 L/ d. 264 (114) 06-03-1942, Soustelle à cnae.

« M. Clauzel, chargé d’affaires depuis le départ de M. Arvengas cherche visiblement à s’acquérir des titres à la reconnaissance de Vichy et à réagir contre l’isolement complet où se trouve maintenant la légation qu’il dirige...23. »

30Toutes les informations convergent : le premier secrétaire est isolé, privé du soutien apparent de la colonie, évité des officiels mexicains ; mais il cherche à revaloriser son poste et le gouvernement qu’il représente, sans prosélytisme exacerbé, mais avec une bonne volonté évidente, au moins jusqu’au retour de Laval au pouvoir, le 18 avril 1942.

31C’est ainsi que si nous paraît acceptable dès janvier 1942 l’affirmation selon laquelle :

« Je dois dire que, sans collaborateur, démuni de tout appui, j’ai mis tout mon amour-propre à faire mon métier le plus honorablement possible et à faire bénéficier mes compatriotes, quels qu’ils soient, de la confiance et de l’estime qui m’étaient témoignées, à titre personnel, par le gouvernement mexicain et les autorités alliées »,

32celles-ci nous paraissent plus contestables :

  • 24 Note de G. Clauzel, opus cit.

« Je me suis borné à expédier les affaires courantes », et « pour tout ce qui n’entrait pas dans ces strictes attributions de défense des intérêts français, pour tout ce qui touchait à l’expression de la politique française, je puis dire que je faisais entièrement confiance à la représentation du Comité français de libération nationale et que mon attitude se caractérisait non seulement par la plus grande réserve, mais par l’effacement le plus voulu24. »

  • 25 L/ d. 164 (132) 19-03-1942, Arvengas à de Boissieu.
    19-01-1942, de Boissieu à Arvengas.

33Ces affirmations semblent prématurées, même avant la démission en France de l’amiral Darlan : le premier secrétaire chargé de la légation de France aurait demandé aux autorités mexicaines l’expulsion de Jacques Soustelle puis celle de Gilbert Médioni (peut-être sur ordre de Vichy)25. Rappelons enfin que Gilbert Arvengas, l’ancien ministre que le chargé d’affaires considèrerait toujours comme son chef direct, écrit au capitaine de Boissieu des Forces françaises libres le 19 mars 1942 qu’il « incline à penser que Vichy n’ira pas plus avant, peut-être au contraire » et qu’en conséquence il ne se rallie pas à la France libre.

34Le 17 avril 1942 à Vichy, l’amiral Darlan démissionne de sa fonction essentielle de vice-président du Conseil. « Le retour de Laval n’a pas été, au début, imposé par l’Allemagne. C’est Laval, et Laval seul, qui s’est lancé dans la partie, qui a réussi son coup », écrit Du Moulin de Labarthète [138, p. 394]. Laval est convaincu que l’Allemagne ne sera pas battue, que la guerre se terminera par un compromis, que l’Europe se fédérera ; en conséquence, les relations de la France et de l’Allemagne doivent être bonnes et sincères, « mais la France a un intérêt majeur à ne pas participer à la guerre » [139, p. 342].

  • 26 L/ d. 264 (143) 20-04-1942, no 38, Soustelle à cnae.

35A l’annonce, le 19 avril, du retour de Faval à Vichy, la presse et l’opinion mexicaines réagissent vivement : réactions unanimes favorables à la France libre. Fe même jour est publiée en bonne place une information assortie de commentaires souvent favorables à la France libre : Vichy rejette la réponse de Sumner Welles à la protestation pour la création d’un consulat américain à Brazzaville. Fa tension entre Vichy et Washington provoque le 15 de vives réactions dans la presse mexicaine, principalement alimentée par les grands organes américains ; Excelsior publie cependant un article, inspiré par la délégation France libre, qui « rappelle » le rôle de « couverture » « assigné par Faval au maréchal Pétain » dès avant l’Armistice26... Fa presse du 16 continue la publication, sous des titres sans indulgence, d’informations relatives à la crise de Vichy et au régime « collaborationiste » ; dans le Popular du 16, une caricature très sévère sous le titre « Pétain lèche ses chaînes » représente Faval, la swastika au bras et le fouet en main, dressant un chien enchaîné coiffé d’un képi à croix gammée ; Faval dit « Danse, Maréchal, Danse ! » ; et cette caricature n’est pas isolée au sein de la production purement mexicaine, non reprise de la presse nord-américaine.

  • 27 V/ 20-04-1942, no 41, Clauzel.

36Enfin, tandis que la presse mexicaine condamne à l’unisson le retour de Faval au pouvoir et exprime de vives inquiétudes quant à la neutralité de la France de Vichy, est vigoureusement réactivée la campagne dans les milieux parlementaires en faveur d’une rupture diplomatique avec Vichy ; son impact est néanmoins discutable : le ministre des Affaires étrangères fait déclarer à la presse le 21 avril que le Mexique, « fidèle aux décisions des conférences panaméricaines, conformera son attitude à celle des Etats-Unis si ceux-ci suspendent leurs relations avec le gouvernement français ». Il ajoute que, « jusqu’à nouvel ordre, le ministre du Mexique demeurera à Vichy »27. Fa situation n’évolue donc pas d’une manière significative avant la déclaration de guerre du Mexique à l’Axe et, surtout, avant la rupture entre la France de Vichy et les Etats-Unis.

La presse mexicaine et la politique du gouvernement de Vichy (mars 1942)
le rôle circonstanciel de la propagande gaulliste dans le flot des dépêches des agences de presse des Etats-Unis.
Assez nombreux articles concernant surtout :
— la question de la cession des bases africaines aux pays de l’Axe,
— l’utilisation de la flotte française par l’Italie et l’Allemagne,
— l’intensification de la collaboration avec l’Axe,
— le procès de Riom, — la fluctuation des relations entre Washington et Vichy,
— le débarquement d’un officier allemand à la Guadeloupe.
Parmi ces articles,
Novedades du 5 mars titre « Les colonies françaises d’Afrique sont au service de Hitler ». « Dakar et les possessions du gouvernement de Vichy sous le contrôle des Allemands ».
Excelsior du 5 reproduit une dépêche du New York Times sous le titre « On craint que la France ne combatte aux côtés de l’Axe ». Edmond Sigler titre le même jour « Ni à Vichy, ni à Washington, on ne désire une rupture des relations diplomatiques... ».
Novedades du 6 publie un article du Herald Tribune où l’on compare « le visage sombre des hommes de Vichy et le prestige dont jouissent auprès des populations noires les chefs militaires qui se sont consacrés à l’idéal incarné par le général de Gaulle ».
Un autre article exprime l’inquiétude des milieux alliés en ce qui concerne l’éventuelle cession de Madagascar au Japon, alors même que la veille un démenti a été publié.
Novedades du 7 parle de « la collaboration Vichy-Tokyo en ce qui concerne Madagascar ».
Universal du 11 publie une dépêche de Londres sur le même sujet, montrant que la reconnaissance partielle de la souveraineté du CNF (dans le Pacifique) par les Etats-Unis comporte de sérieux risques d’inciter les pays de l’Axe à attaquer certains points stratégiques (Madagascar, Dakar, Casablanca).
El Popular annonce le même jour que les Anglais occuperont Madagascar. Universal du 14 reproduit un article nord-américain traitant du même problème et préconisant une intervention américaine préventive.
Novedades du 15 revient sur cette question.
Excelsior du 20 titre « Grande inquiétude au sujet de Madagascar ». Novedades du 22 évoque les visées allemandes sur les territoires français d’Amérique.
Novedades du 21 titre « Les Etats-Unis menacent à mots couverts d’occuper la Martinique ».
Excelsior du même jour analyse le retour à Toulon pour réarmement du Dunkerque en montrant de nouveau la nécessité pour les Alliés de s'emparer de cette flotte avant l’Allemagne.
Universal « La France ne livrera pas ses navires de guerre à l’Allemagne ». Excelsior « Les relations des Etats-Unis avec Vichy se normalisent ».
El Nacional « Cordialité entre les Etats-Unis et Vichy ».
Universal du 26 estime fatale la rupture entre Vichy et Washington.
Excelsior du 30 pense cependant que la politique de Washington est la plus efficace et donne de bons résultats.
Novedades du 29 titre à propos des entrevues Laval/Pétain, « P. Laval, collaborera avec Pétain et servira les Allemands ».
Novedades du 13 reprend les propos de G. Tabouis sur le procès de Riom, désignant Pétain comme le « plus grand responsable ».
Novedades du 17 titre « La France de Pétain est liée à l’Axe » et publie le 20 une sévère caricature ;
le 25 mars un long article sous le titre « La politique sociale de Pétain a échoué. Le peuple français hait le nazisme et demeure patriote ».
La presse mexicaine et le retour de Laval au pouvoir : avril 1942
Exemples de titres représentatifs
14 avril
Novedas
 : Dure pression de l’Allemagne sur Pétain.
Popular : Hitler imposera de nouveaux membres au gouvernement fantoche de Pétain.
Universal : Pétain menace : on exige qu’il définisse son attitude.
Prensa : Le moment de l’épreuve arrive pour la France...
Universal Gráfico : On craint que P. Laval ne livre la flotte. Une plus étroite collaboration de la France avec l’Allemagne amènera le retour de Laval...
Ultimas Noticias : Une mauvaise impression à Londres pour la nomination à Vichy du pro-allemand Laval.
Journal français du Mexique : Pétain cède. Laval rentre dans le gouvernement.
15 avril
Nacional
 : La rupture entre Washington et Vichy est imminente.
Universal : Une tempête autour de l’entrée de Laval dans le cabinet, qui fut exigée de Pétain par Hitler.
Novedades : La France dans les mains de l’Allemagne. Complète capitulation de Vichy. Washington et Vichy vont vers la rupture...
Popular : L’admission de Laval dans son « gouvernement » fait apparaître définitivement Pétain comme valet de Hitler.
Ultimas Noticias : La Martinique et Madagascar sous la surveillance des Alliés (UN matin). Entière solidarité avec les pays totalitaires (UN soir).
16 avril
Excelsior :
C'est Laval et non Pétain qui dirigera désormais la politique de la France. On affirme que demain l’ambassadeur Leahy annoncera son rappel.
Prensa : Commotion provoquée par le retour de Laval au pouvoir.
Nacional : Laval forme son nouveau gouvernement fantoche à Paris. Vichy cédera aux nazis la flotte française et le chemin de fer Strasbourg Marseille.
Novedades-Popular... :caricatures.
17 avril
Universal : Vague de terreur provoquée en France par le retour de Laval... Prensa : Laval revient au pouvoir dans une vague de terrorisme et de haine. Actes de sabotage et de rebellion en France.
Novedades : La France proteste contre Laval. Véritable domination du pays par l’ami d’Hitler. Washington et Vichy, la rupture ?
Excelsior : L’arrivée de Laval au gouvernement produit le chaos en France.
18 avril
Prensa
 : Très grave situation politique en France.
Novedades : La France menacée. Hitler provoque la guerre civile.
Excelsior : Laval travaille pour l'alliance avec l’Allemagne. — 19 avril
Popular :
Pétain ratifie le cabinet Laval. 15 traîtres s’alignent...
Prensa : Le gouvernement de Pétain dit que Laval sauvera la France.
Novedades : Dramatique appel de Pétain.
— 21 avril
Popular : Laval a consacré la livraison de la France au Führer Hitler.
Novedades : Laval a fait profession de foi nazie.
Excelsior : L’héritier de la défaite.
23 avril
Excelsior :
La seconde bataille de France. La terreur règne à Madagascar.
24 avril
Nacional :
La menace de Vichy.
28 avril
Popular
 : Parfaite entente entre Vichy et Tokyo.

L’expansion de la propagande du Comité national français et ses problèmes

37Le 24 décembre 1941, les Forces françaises libres ralliaient Saint-Pierre-et-Miquelon. Le 1er janvier 1942, Jean Moulin était parachuté au-dessus de la France ; le 17, naissait le Bureau commun de renseignement des armées. Début février, Leclerc contrôlait pour la France libre les oasis du Fezzan. Tandis que l’offensive allemande contre l’URSS s’enlisait devant Moscou, le mouvement du général de Gaulle affirmait par des éléments tangibles au monde son existence. Les mouvements de soutien à l’étranger trouvaient là leur justification explicite.

  • 28 L/ d. 266 (84) 02-12-1941, Lavergne à cnae.
  • 29 L/ d. 266 (87) 14-01-1942, Soustelle à cnae.
    (95) 10-02-1942, cnae (Londres) à Soustelle (México).

38Au Mexique, « les résultats obtenus sont remarquables (...). Le gouvernement ne cache pas sa sympathie » à la cause de la France libre28. Le 3 décembre 1941, le président Manuel Avila Camacho ne recevait-il pas Jacques Soustelle ? Le ralliement de Saint-Pierre-et-Miquelon n’avait suscité que des réactions favorables au Mexique ; et le 12 janvier demande était faite par la législature de México d’une reconnaissance officielle mexicaine de la France libre. Le 10 février enfin, le correspondant de guerre du quotidien Novedades et vice-président du Comité central de la France libre à México, Gonzalez Montesinos, était reçu une première fois « longuement » par le général de Gaulle à Carlton Gardens : il envoyait de longs articles enthousiastes à la presse mexicaine à grand tirage29.

  • 30 L/ d. 266 (99) 21-02-1942, Soustelle à cnae.
    (85) 02-01-1942, cnae à Soustelle.
    (96) 10-02-1942, Sous (...)

39Le premier semestre de 1942 voit la France libre mexicaine perfectionner sa modeste organisation et disposer de moyens légèrement accrus : si d’un côté le trésorier du Comité central libre a versé à la date du 21 février 1942, 7 950 £ au compte bancaire du général de Gaulle à México destinés à soutenir l’organisation londonienne, de l’autre des fonds sont alloués par l’organisation centrale à la délégation mexicaine afin de simplifier la diffusion d’éléments de propagande de Londres vers México : ces fonds doivent permettre aux Comités de réimprimer et distribuer les documents qui leur sont envoyés et qu’ils jugent opportun de diffuser ; les instructions précisent que la délégation à México et les comités prendront ensuite les décisions adéquates et nécessaires (les fonds sont attribués mensuellement). Les animateurs de la France libre mexicaine obtiennent une plus grande efficacité grâce à une autonomie plus importante de la délégation régionale du cnf : des photos envoyées de Londres par le cnae sont reproduites sur des plaques de projection destinées aux cinémas de province ; l’hebdomadaire France libre passe de 22 000 à 25 000 exemplaires... Ainsi, le 3 janvier 1942 le ministre britannique à México déclare que « grâce aux efforts de l’excellente organisation d’information de M. Soustelle », la propagande de Vichy est « pratiquement inexistante » au Mexique. « Il y a un an environ, une ou deux chroniques dans la presse étaient écrites par des éléments non-sympathisants de la colonie française, mais aujourd’hui une telle propagande a entièrement cessé »30.

  • 31 V/ 24-02-1942, no 55, Clauzel.

40Cette expansion de la France libre se traduit par des manifestations de soutien à des niveaux de plus en plus élevés du milieu politique mexicain. Le frère du président, Maximino Avila Camacho, alors considéré comme un présidentiable possible, ne participe-t-il pas ainsi à un banquet organisé en son honneur le 21 février ? Initiative du Comité mexicain « Pro Francia Libre » et du Comité interallié, ce banquet rassemble deux ministres présidentiables du gouvernement mexicain, Maximino Avila Camacho, ministre des Communications et Ezequiel Padilla, ministre des Relations extérieures, de nombreuses personnalités mexicaines et le ministre de Grande-Bretagne. Selon le représentant de Vichy, la présence des deux ministres mexicains « témoigne surtout des attaches du général Maximino Avila Camacho avec les riches Libanais locaux et du désir du ministre des Relations extérieures de plaire au frère du président ». Devant tous néanmoins, Jacques Soustelle fait l’éloge des chefs de gouvernements alliés et du général de Gaulle ; le ministre de Vichy qualifie ces propos de « regrettables »31. Le 16 avril, Soustelle signale à Londres que le gouverneur francophile de l’Etat de México, Isidro Fabela, vient d’accepter la présidence d’honneur du Comité France libre de Toluca ; le procureur général du même Etat accepte quant à lui un autre poste honorifique du même comité.

  • 32 L/ d. 264 (140), 16-04-1942, Soustelle à cnae.
    V/ 24-02-1942, no 55, Clauzel.

41Il est vrai qu’après les bombardements de Curaçao, d’Oruba et de Port-of-Spain par des sous-marins non identifiés, l’opinion mexicaine évolue aussi : ces bombardements diffusent l’idée que les opérations militaires ne se déroulent plus seulement dans des théâtres « dont ils peuvent à la rigueur se désintéresser en raison de leur éloignement »32.

  • 33 L/ d. 264 (108), 19-02-1942, cnae (Londres) à de Gaulle (Londres).

42Une note du Commissariat national aux Affaires étrangères, pour le général de Gaulle, résume ainsi la situation mexicaine du début de 1942 : « L’attitude du Mexique à notre égard, d’abord douteuse, nous est devenue extrêmement favorable après l’arrivée de M. Soustelle qui y a accompli un remarquable travail d’information et de propagande. Avec l’Uruguay, le Mexique est aujourd’hui notre meilleur allié en Amérique espagnole. Si les Etats-Unis ne s’y opposaient pas, le Mexique serait certainement le premier Etat latin d’Amérique à voter cette reconnaissance33 ».

43Trois événements viennent cependant troubler les progrès de la France libre au Mexique : Tout d’abord, la venue de l’écrivain Jules Romains au Mexique, invité par Alfonso Reyes et l’université autonome de México ; la propagande américaine et les aléas des relations entre la France libre et le gouvernement de Washington ; la nomination de Jacques Soustelle à la direction de l’information à Brazzaville.

Jules Romains au Mexique

44L’auteur de « Knock » ou de « La vie unanime » arrive, dans un pays où il « est volontiers pris comme un oracle » ; il vient des Etats-Unis officiellement pour prononcer à l’université une série de cinq conférences, le 23 février 1942.

45Le 20 mai 1941, Jules Romains avait proposé à d’autres émigrés français connus des Etats-Unis de créer un comité national français des Etats-Unis, lequel n’aurait pas été soumis à la France libre, mais parallèle ; l’affaire avait tourné court, « sans doute parce qu’il était absurde de penser qu’un groupuscule d’académiciens pourrait se dresser face à un général de blindés entouré d’héroïques volontaires ; ou parce qu’on se souvenait d’avoir vu naguère Jules Romains militer au Comité France-Allemagne, avec Abetz et Brinon » [139, p. 217]. Lors de son arrivée au Mexique, la délégation mexicaine de la France libre lui consacre un numéro de sa revue France libre, pensant « effacer ainsi les différends qu’il a aux Etats-Unis avec les milieux de France Forever » ; de fait, le début de son séjour est plutôt encourageant avec des déclarations « fort favorables à la France libre » — « ce qui constitue une excellente propagande » —, bien que l’écrivain, selon Jacques Soustelle, « conserve quelques illusions sur les hommes de Vichy ». Mais Gilbert Médioni dresse, le 3 juin 1942, un amer constat d’échec :

« Nous nous sommes rendu compte (...) que nous avions échoué dans le but que nous nous étions proposé. »

46En effet, l’écrivain ne s’est pas inscrit « au mouvement France libre » soulève sans cesse des questions de rétribution du travail qu’il pourrait fournir en faveur de la France libre ou des Alliés ; surtout, il se manifeste par « un véritable pamphlet anti-britannique, anti-belge et un plaidoyer en faveur de ceux qu’il appelle “ses amis Chautemps et Dalladier” ».

47Les relations entre la délégation de la France libre à México et Jules Romains se sont donc rapidement dégradées malgré la bonne volonté initiale manifeste de la première. Une lettre privée d’une Américaine à une Française interceptée par la censure américaine est à cet égard fort révélatrice :

« Votre Jules Romains s’est rapidement affirmé comme l’un des hommes les plus naïfs du pays. La colonie française est agitée de passions mais pour une fois unie dans sa haine. »

  • 34 L/ d. 266 (106), 24-02-1942, Soustelle à cnae.
    (161), 03-06-1942,
    Soustelle à cnae.
    d. 264 (208) copi (...)

48Romains s’est de plus aliéné la sympathie des ministres de Pologne et de Belgique d’une manière peu élégante et publique. Pourtant, l’écrivain restera à México jusqu’à la fin de la guerre, grâce à l’hospitalité d’Alfonso Reyes. Mais de ce séjour, rien ou presque ne transparaît dans une oeuvre cependant largement continuée au Mexique : cette constatation décevra nombre de Mexicains francophiles qui lui avaient réservé un accueil très chaleureux34.

La propagande américaine

49Le 31 novembre 1941, l’ambassadeur des Etats-Unis au Mexique, Josephus Daniels, démissionne. Depuis 1933, cet ambassadeur avait su se faire apprécier des autorités du pays où il avait été nommé en dépit d’un passé difficilement conciliable avec la charge : en effet, ministre de la marine, il ordonna pendant la Première Guerre mondiale le débarquement de troupes nord-américaines à Veracruz [2] ! Le cadre général des relations américano-mexicaines évolue rapidement : le 7 décembre, les Etats-Unis sont en guerre contre l’Axe. Le 14 février 1942, arrive à México le nouvel ambassadeur des Etats-Unis, George Messersmith, un diplomate habile au long passé diplomatique.

50Jusqu’à l’entrée en guerre des Etats-Unis, la propagande « alliée » et anti-totalitaire au Mexique dépendait dans la pratique essentiellement du Comité interallié et de la délégation de la France libre ; c’est-à-dire, en substance, de Marett, représentant du British Ministry of Information, et de la petite équipe de Jacques Soustelle. Travaillant en étroite collaboration, cette propagande avait réussi à conquérir une position de premier plan dans la presse et la radio mexicaines, et à influencer l’opinion publique par la distribution massive de journaux et de tracts, la projection de films, etc.

  • 35 L/ d. 266 (90) 29-01-1942, Soustelle à cnae.

51Face à ce travail de fourmi, l’impressionnante machine de presse nord-américaine diffuse quotidiennement sa masse d’informations ; les câbles entre la côte est des Etats-Unis et la capitale mexicaine se multiplient ; l'Universal et Novedades acquièrent fin 1941 des fils directs avec Associated Press et United Press. Cependant, il n’existe point de propagande organisée au Mexique par le gouvernement des Etats-Unis35. Selon le délégué du CNF, c’est en octobre ou novembre 1941 seulement que l’Ambassade des Etats-Unis entreprend de combler cette lacune, avec la contribution des Nord-Américains résidant au Mexique ; les archives américaines datent néanmoins le premier contact entre le gouvernement nord-américain et la presse mexicaine de mai 1941 : en est-on alors à l’étape d’information ? Les archives laissent entendre qu’il s’agit d’un programme de publicité mis en œuvre par le coordinateur des Affaires américaines, Nelson A. Rockefeller. Alors que le poids énorme de la publicité commerciale américaine aurait permis d’agir efficacement sur la presse, cette publicité demeurait jusqu’alors sans coordination ; « il n’est pas rare, écrit Jacques Soustelle, qu’un journal germanophile bénéficie d’annonces de maisons de commerce des Etats-Unis » ; dans la perspective du Comité interallié, cela est désespérant.

52Dans les derniers mois de 1941, la colonie nord-américaine forme un comité, dont le président, Ellis, directeur de l’agence General Motors, prend contact avec le délégué de la France libre à México. Il confesse clairement, selon ce dernier, que « ni lui, ni ses collègues n’entendent rien à la propagande », et qu’ils ne pourront songer à intervenir efficacement avant de longs mois. Bob Marett et Jacques Soustelle essaient ainsi d’obtenir une collaboration effective du comité américain en l’amenant, par exemple, à boycotter les journaux pro-allemands (ou, du moins, trop peu favorables aux Alliés) ou à donner des annonces à la presse pro-alliée. Cette tentative ne se solde pas par des résultats importants.

53Pourtant, l’information et la propagande des Etats-Unis se développent dorénavant à un rythme soutenu. Il n’existe cependant pas d’organisme unique centralisant ces diverses tâches.

54— Le Secrétariat d’Etat, par le canal de ses ambassades et très nombreux consulats fonctionne comme une remarquable, et unique en Amérique latine, toile d’araignée pour une information dans l’ensemble de qualité satisfaisante. En 1938 a été créée la Division des relations culturelles (Division of Cultural Relations), dirigée en 1941 par Charles A. Thomson ; celui-ci recense en novembre 1941 trois types de propagande possible : la propagande destructive, qui utilise l’information pour brouiller puis subjuguer le pays (type nazi), la propagande constructive, qui cherche à orienter la manière de penser dans le sens souhaité par le pays propagandiste, enfin le type de propagande adopté officiellement par le Secrétariat d’Etat pour l’Amérique latine et dont le but est de créer un état d’esprit favorable, une « compréhension » ; c’est le type d’art diplomatique pratiqué par Josephus Daniels et son successeur ; on ne voit cependant pas bien les autres résultats de cette propagande, exceptés les échanges d’étudiants et de professeurs, simple application de la Convention de Buenos Aires d’ailleurs, et les invitations faites à des personnalités mexicaines puis à des officiers supérieurs de séjourner aux Etats-Unis.

55— Le Secrétariat d’Etat à la Justice dispose d’un canal d’information fonctionnant au Mexique comme dans la plupart des pays d’Amérique latine : le Federal Bureau of Investigation (FBI) d’Edgar Hoover ; presque toute activité jugée subversive — et beaucoup le sont —, presque toute personne ayant résidé ou transité ou devant se rendre aux Etats-Unis fait l’objet d’une suspicion préalable (totalitarisme, nazisme, communisme) et d’un ou plusieurs rapports à Washington. Notre expérience de ces archives tend cependant à en minorer l’intérêt immédiat, le niveau de formation, voire de compétence, des agents du FBI en Amérique latine semblant dans l’ensemble peu élevé : les rapports, apprennent souvent peu de choses par rapport à la presse locale et ne semblent pas utiliser de critères sérieux de sélection de l’information ; la moindre dénonciation, le moindre « bruit » est rapporté aussitôt à Washington avec un zèle qui n’a fréquemment d’égal que la naïveté. L’historien y trouve néanmoins satisfaction puisque ces rapports fidèles des « ragots » locaux permettent parfois d’identifier les circuits, formels ou non, d’intoxication des canaux d’information étrangers : rien ne semble plus facile, pour un Français libre, pour un service secret totalitaire ou pour une entreprise nord-américaine malveillante que de faire durablement suspecter par les services américains tel ou tel individu que l’on veut discréditer ou dont on veut paralyser les déplacements ; il suffit de laisser courir le bruit que c’est un agent secret de Vichy, de Berlin ou de Rome...

56— En 1938, à l’initiative du président Roosevelt avait été créé un Comité interdépartemental de Coopération avec les républiques américaines (Interdeparmental Comittee on Co operation with the American Republics) représentant vingt départements ou agences gouvernementaux : Treasury Department, Departments of Agriculture, Commerce, Justice, Interior, Navy Department, Tariff Commission, Export-Import Bank... Mais en 1940 aucun fonds n’avait été accordé pour réaliser des programmes d’échanges.

57— C’est aussi sur l’initiative présidentielle que le Conseil national de défense créa le 16 août 1940 l'Office de coordination des relations commerciales et culturelles entre les républiques américaines (occcrbar) ; il s’agissait de mettre au point et de réaliser un programme visant à renforcer la solidarité continentale et, par suite, de susciter l’idée d’une coopération inter-américaine. Dirigé par Nelson A. Rockefeller, il se transforme le 30 juillet 1941 en un Office du Coordinateur des Affaires Interaméricaines (ociaa) directement dépendant de la présidence de la république et disposant de pouvoirs élargis. C’est cette organisation que l’on voit fonctionner au Mexique en 1941 aussi bien dans le domaine de l’information que dans celui de la propagande. L’Office de ce proche du président qu’est le jeune Nelson A. Rockefeller envoie au Mexique un observateur, Corson, qualifié par J. Soustelle de « personnage sympathique mais totalement inefficient derrière une façade de méthodique activité » ; « les seuls résultats de son travail, selon la même source, sont depuis des mois l’envoi à Washington d’innombrables rapports fondés sur des informations plus ou moins dignes de foi, et quelques mesures pratiques fort inopportunes »... Mais en l’état actuel de nos recherches et parce qu’aussi les Archives nationales de Washington (Rg 229) sont finalement trop lacunaires, il est difficile de savoir exactement de quelles mesures il s’agit et quel est le contenu de ces rapports. On verra toutefois plus loin les effets de la propagande nord-américaine sur la presse américaine.

58Participent également à l’information des organes gouvernementaux :

  • le ministère de la guerre, par l’intermédiaire de sa division d’information (Military intelligence, G-2) : mais son domaine d’intervention est depuis l’été 1940 officiellement limité à l’Europe, l’Afrique et à la zone du canal de Panama ;

  • le ministère de la marine (Navy department), limité quant à lui, dans le domaine de l’information et de la propagande, au Pacifique intervient donc réellement — sans laisser beaucoup de traces archivées apparemment — au Mexique ;

  • et, depuis juillet 1941, la Coordination de l’information de William J. Donovan (coi), mieux connue sous son nom de 1942, Office of Strategic Services (oss), ancêtre de l’actuelle cia.

59En 1941 donc, on assiste à une mise en place et à une mise au point des différents réseaux d’information et de propagande au Mexique : les Etats-Unis fourbissent leurs armes puissantes, souffrant toutefois d’un mal pernicieux : un sensible cloisonnement, lié à la forte personnalité de chacun des organismes, qui débouche sur une coopération difficile.

60Telle est la situation quand l’attaque de Pearl Harbor jette les Etats-Unis dans la guerre. La question de la collaboration entre le Comité d’interallié (et la Délégation de la France libre) d’une part, et les Américains d’autre part, se trouve posée. Or, depuis décembre 1941 et pendant les premiers mois de 1942, ce problème, loin de progresser vers une solution, n’a fait que s’en éloigner. Cette attitude locale est l’expression partielle d’un double phénomène politique plus vaste : d’une part, l’attitude générale du Secrétariat d’Etat et du président des Etats-Unis à l’égard du général de Gaulle et du mouvement français libre ; d’autre part, écrit J. Soustelle, « les Etats-Unis en guerre tendent à considérer toute l’Amérique latine comme leur zone d’influence, et, plutôt que de coopérer avec la propagande et l’information des Alliés, ils seraient enclins à rechercher pour eux-mêmes la domination complète de la presse, de la radio et de toutes les sources d’information ». Plus que jamais, la descendance de la doctrine Monroe est assurée. Ainsi :

  • Les grands journaux quotidiens mexicains acquièrent fin 1941 des fils directs avec des agences de presse nord-américaines (Universal, avec UP ; Novedades avec AP). Les frais élevés de ce nouveau service sont payés, directement ou indirectement, sous forme de prêts bancaires, par le gouvernement américain : pour les services français et britanniques, c’est un sérieux coup porté à l’agence de presse anta représentant Reuter et afi.

  • Le « Servicio Mundial », nous l’avons vu, distribue aux journaux de l’intérieur du Mexique et de l’Amérique centrale des articles et des photographies favorables aux Alliés en général et à la France libre en particulier ; fonctionnant à base de contacts personnels et d’arrangements amiables, ce service donne de bons résultats pour une dépense modérée. Or, sous la direction de Corson, un service américain analogue commence à opérer, mais en obtenant l’insertion de ses articles par le paiement de sommes élevées, en argent ou en annonces. La délégation de la France libre à México calcule que l’insertion d’un seul « papier » dans une vingtaine de journaux coûte environ 600 pesos mex. à Corson, alors que le même service coûte environ 40 pesos mex. au Comité interallié ou à la France libre. Pour Jacques Soustelle, outre le gaspillage que représente cette surenchère, elle a pour effet de fermer la presse des Etats à la propagande franco-anglaise, car il est clair que les éditeurs d’une feuille de province, toujours plus ou moins besogneuse, préfèrent publier un article américain moyennant 20 ou 30 pesos, plutôt que d’en publier un gratuitement.

  • La même surenchère s’observe dans le domaine des rédacteurs ; alors que la France libre ou le Comité interallié paie 20 ou 30 pesos un article à un journaliste de talent moyen, Corson le paie 60 pesos : de ce fait, certains collaborateurs habituels des Français et des Britanniques font défection.

  • Les propagandes anglo-françaises et américaines adoptent de plus des méthodes opposées. Le Comité interallié lutte contre les journaux pro-nazis en les boycottant et en leur retirant toutes les annonces des milieux alliés ; dans certaines localités, il combat ainsi le journal germanophile et aide au contraire l'organe pro-allié : c’est le cas à Tampico, où le Mundo est boycotté par le Comité interallié, étant 100 % pro-allemand, au contraire de la Tribuna, soutenue par celui-ci.

Les réseaux d’information des Etats-Unis

Les réseaux d’information des Etats-Unis

61Or, en janvier 1942 les Américains adoptent une attitude contraire : gagner à leur cause, à n’importe quel prix, les journaux pro-allemands, et laisser de côté la presse amie. Il n’est « nullement impossible, écrit J. Soustelle, que cet appel à la vénalité n’obtienne immédiatement quelques résultats apparents ; mais une telle politique, exposant ses auteurs à un chantage toujours renouvelé, ne saurait donner à la longue que des effets nuisibles »... Surtout pour les propagandistes aux maigres possibilités financières. D’autres faits analogues pourraient être cités. Quoi qu’il en soit, la propagande des Etats-Unis se développe rapidement depuis l'automne 1941, avec de très importants moyens financiers : destinés à contrôler tout ce qui est information au sud du Rio Bravo et donc à éliminer toute concurrence, y compris celle de ses alliés : Anglais et Français libres la jugent « désastreuse ». Cette politique, observable au Mexique, est, somme toute, assez caractéristique de la politique générale de Washington, que la France libre soit ou non en cause.

62Néanmoins, cette propagande se heurte malgré ses moyens aux préjugés des Mexicains sur les citoyens des Etats-Unis, l’impérialisme et la civilisation anglo-saxonne dans son ensemble. Qui plus est, des informations ou des analyses transmises directement de New York ont, dans certains cas, des effets radicalement opposé à New York et à México : ainsi, lors du débarquement japonais à Manille, la presse des Etats-Unis présente les Philippines comme un territoire des Etats-Unis ; la presse mexicaine reprend aussitôt le même discours et donne donc implicitement raison à la propagande phalangiste du Mexique qui salue la chute de Manille, ancienne colonie espagnole, comme une vengeance du monde hispanique contre le monde anglo-saxon, le Japon étant l’instrument providentiel de cette vengeance de l’hispanité ! Par une simple adaptation du discours, cet événement aurait pu être présenté dans un Mexique très catholique comme la destruction d’un ancien bastion espagnol et catholique du Pacifique ; à ce titre, l’événement aurait constitué un appel à la solidarité hispanique face à l’envahisseur nippon : mais la distillation automatique de l’information nord-américaine au Mexique n’a pas permis cette utilisation.

63Enfin, ce cloisonnement des centres de progagande alliés s’exacerbe avec le déclenchement, début mai 1942, d’une violente campagne de la presse mexicaine contre la France libre. Excelsior et Novedades le 5 mai, suivis de la revue Hoy, le 9, et de l’Universal, le 18, publient des articles incendiaires contre la politique britannique et contre les dirigeants et la politique du Comité national français...

64Quels sont les fondements de ce soudain embrasement ?

65En mars, l’affaire Muselier avait profondément agité le Comité national français. Le retour de Laval au pouvoir en France après la démission de Darlan le 17 avril, s’il provoqua le rappel de l’ambassadeur américain à Vichy, Leahy, « ne fit aucun bien à la France libre », que Leahy n’aimait pas [139, p. 341]. Américains et Français libres entrent en conflit larvé en Nouvelle-Calédonie dans la première semaine de mai. Enfin, après l’embarquement britannique à Diego Suarez le 5 mai, l’affaire de Madagascar empoisonne les relations entre les alliés franco-britanniques : le général de Gaulle déclare au ministre des Affaires étrangères britanniques Anthony Eden : « Vous ne vous soutenez qu’à moitié : les Américains font tout ce qu’ils peuvent pour nous nuire... Si les conditions actuelles durent, un jour ou l’autre, nous nous disloquerons » [139, p. 347]. Au Mexique, la campagne de presse contre la France libre est très directement liée à la position adoptée par le gouvernement américain et aux prises de position de la presse nord-américaine : les articles parus à México [Nov. 5 mai, Hoy, 9 mai, « Laval n’est pas un traître »] sont pour la plupart publiés en même temps dans la presse au Nord du Rio Grande, depuis le Times ou News Week jusqu’à la presse de province comme ha Opinion de Los Angeles...

66La délégation de la France libre riposte énergiquement à cette campagne « malfaisante » par des articles intitulés par exemple « Les Semeurs de discorde », « Bêtise ou ambition ? », « La cinquième colonne à l’œuvre » ou « Machiavélisme inopportun »...

67La campagne américaine cesse cependant le 18 mai, parce que son intensité diminue aux Etats-Unis ; en raison peut-être aussi des démarches auprès de l’ambassade américaine de Gilbert Médioni, délégué-adjoint du CNF à México ; ces démarches cherchent à « faire sentir aux Etats-Unis que les appuis considérables et les forces morales dont (la France libre) dispose en Amérique (...) peuvent être utilement mises à profit par eux par son intermédiaire ».

  • 36 naw, RG, 59-711-12/ 1592, Bursley à Duggan, 03-05-1941.
    L/ d. 266 (90), 29-01-1942, Soustelle à cnae (...)

68Reflets des relations entre Washington et Carlton Gardens, l’épicentre de la France libre, les relations au Mexique entre les services de propagande américains et Soustelle sont marquées du signe d’une coexistence parfois tendue, mais peu souvent agressive. Pourtant, même après la rupture entre México et Vichy, le 9 novembre 1942, on ne peut au Mexique parler de collaboration entre les services d’information et de propagande nord-américains et français libres. La politique de Washington à l’égard de la France libre est respectée au Mexique36.

La fin de la mission de J. Soustelle au Mexique

69A la fin du mois de juillet 1940, le général de Gaulle ordonnait au sous-lieutenant Jacques Soustelle de rester à México le temps d’y organiser un mouvement de soutien efficace à la cause de la France libre. Début décembre 1941, le capitaine Lavergne des FFL, en mission au Mexique, écrit au Commissariat national aux Affaires étrangères : « les résultats obtenus sont remarquables ; pour cette raison, il serait malvenu de déplacer Soustelle ». Lavergne répond là à une demande de renseignements formulée par Londres sur un éventuel déplacement, une éventuelle promotion du jeune capitaine Soustelle. L’ethnologue ne dissimule en effet pas dans sa correspondance que l’essentiel du travail demandé en juillet 1940 est réalisé, voire dépassé ; en conséquence, il s’estime disponible pour toute autre mission puisque des personnes compétentes — à commencer par Gilbert Médioni — sont prêtes à prendre en charge la délégation. Le 2 décembre 1941, le capitaine Lavergne envoyait sa dépêche au Commissariat aux Affaires étrangères l’assurant de la qualité du travail accompli.

  • 37 L/ d. 266 (97), 18-02-1942, cnae à service d’information.
  • 38 L/ d. 264 (108), 19-02-1942, note du cnae pour le général de Gaulle.

70Cette satisfaction n’est jamais démentie. Le 18 février 1942 par exemple, le Commissariat aux Affaires étrangères transmet au service de l’information un communiqué britannique signalant « l’excellente organisation de propagande de M. Soustelle »37. Le lendemain, le général de Gaulle se fait remettre une note du Commissariat aux Affaires étrangères sur la position du Mexique à l’égard de la France libre ; cette note mentionne que « l’attitude du Mexique (...), d’abord douteuse, (...) est devenue extrêmement favorable après l’arrivée de M. Soustelle, qui y a accompli un remarquable travail d’information et de propagande38 ».

71Le 8 décembre 1941, le délégué du CNF pour l’Amérique centrale, le Mexique et les Antilles, alors en voyage à La Havane, reçut de Londres un télégramme : on lui « annonçait que le général de Gaulle l’avait désigné pour prendre la direction de la nouvelle station de Radio-Brazzaville » : on espérait mettre en service au printemps 1942 cette station « qui serait la voix de la France libre dans le monde ». Plus tard, le général de Gaulle s’adresse directement à Jacques Soustelle pour préciser la tâche qu’il aura à accomplir à Brazzaville. « J’attache à cette mission la plus haute importance et c’est pourquoi je vous ai choisi » écrit le général de Gaulle [4, p. 206].

72Au lendemain donc de Pearl Harbor, Soustelle, prévenu de sa nouvelle affectation, décide de rentrer à México puis « de se rendre aux Etats-Unis pour y préparer son voyage vers l’Afrique ». Au moment du débarquement de l’amiral Muselier à Saint-Pierre-et-Miquelon le 24 décembre 1941, Jacques Soustelle se trouve à New York [13, p. 269]. Il y prépare son voyage, puis revient au Mexique. Mais, « une ou deux fois, au début de 1942 », le futur « directeur de l’information française avec siège à Brazzaville » [4, p. 206] se rend à Washington : de fausses alertes lui font boucler sa valise pour aller prendre un avion à bord duquel, au dernier moment, il n’a plus de place » [13, p. 273] ; la mauvaise volonté des Etats-Unis semble flagrante. Finalement un banquet lui est offert à México le 18 avril par le Bloc des Ouvriers intellectuels mexicains « à l’occasion de son prochain départ » [en, 19-04-42] : de fait, la signature disparaît définitivement des archives sous la cote « Mexique » après le 20 avril 1942.

73Le 25 mai, Soustelle est à Londres. Il y reste finalement en fonction, sans occuper jamais son poste à Brazzaville. Ainsi s’est achevé le premier moment, au Mexique, si l’on excepte ses activités « militantes » d’avant-guerre, de ce qui deviendra une brillante carrière politique. Jusqu’alors, le terme de carrière est inadéquat car, contrairement à certaines accusations, un homme sensé ne pouvait pas commencer de manière délibérée une carrière politique comme « dissident » en juin 1940 ; seule une cohérence politique personnelle était en jeu.

  • 39 L/ d. 264 (208), lettre du 23-04-1942.

74Les relations franco-mexicaines ont pris, sous l’impulsion de Jacques Soustelle et de quelques autres, dont Gilbert Médioni, un essor nouveau que le départ du premier n’affaiblit pas : Gilbert Médioni poursuit dans l’immédiat l’œuvre dont il est le co-fondateur, avec les autres animateurs mexicains de la France libre. Mais, contrairement aux rumeurs circulant dans les milieux français libres, Médioni n’est pas nommé délégué du cnf à México39 : il conserve son statut d’adjoint tout en assumant la direction effective de la délégation jusqu’à l’arrivée, le 24 juillet, du nouveau délégué. Pour la colonie cependant, et la chronologie des événements lui donnera raison à l’automne, ce délégué venu de Washington avec son bagage d’amertume ne remplacera pas réellement les fondateurs de la France libre mexicaine : le délégué adjoint Gilbert Médioni recevra la reconnaissance du Comité national français par le gouvernement mexicain, en l’absence de son supérieur hiérarchique. Mais n’anticipons pas.

La France libre au Mexique

75Renseignements issus de la compilation des archives du ministère des relations extérieures, à Paris.

1) Nombre d’adhérents à la France libre dans la colonie française

avril

1941

plus de 1 550 inscrits

mai

environ 1 700 inscrits

juillet

1 820

août

2 030

septembre

2 128

octobre

2 200

décembre

2 300

effectif approximatif de la colonie : 6 000 individus

2) Liste des Comités France libre dépendants de la délégation de México en juin 1942

Colombie

Haïti (2)

Porto-Rico

Trinidad

Costa-Rica

Honduras

République

Venezuela

Cuba (2)

Nicaragua

Dominicaine

Guatemala

Panama

Salvador

3) Liste des Comités « intérieurs » de la France libre au Mexique, avec le nom de leur président, juin 1942

Campeche

Labadie d’Arcé

Oaxaca

G. Alvarez

Cordoba

Laffite

Orizaba

A. Audirac

Guadalajara

F. Fava

Puebla

O. Ehrlingen

Guaymas

Torcuato Marcor

Rio Blanco/

Hermosillo

Béraud

Ciudad Mendoza

M. Dubernard

Jalapa

Dr Rendon Dominguez

Tampico

E. de Michelon

Linares

Carlos Galan

Tierra Blanca

J.G. Villalobos

Manuel Acuna

L. Stivalet

Toluca

H. Duverdun

Merida

M. Martinez Palma

Tuxpan

E. Zamora

Monterrey

Prof. José Kipper

Veracruz

J. Chambonnet

Villahermosa

R. Pascual

México : Comité central : G. Pinson

4) Liste des délégués « intérieurs » de la France libre au Mexique, juin 1942

Basse Californie/Santa Rosalia

Nopper

Chihuahua

A. Reynaud

Coahuila

A. Baille

Durango

A. Mathieu

Guanajuato

J. Pons

Guerrero

N. Scott

Michoacan

Audiffred

Morelos

S. Bautista

Queretaro

L. Proal

San Luis Potosi

H. Coulon

Sinaloa

A. Bonurdel/M. Reynaud

Sonora

E. Bouvet

Vichy, la France libre et les Français du Mexique. (Essai de représentation graphique de l'opinion moyenne de la colonie française du Mexique)

Vichy, la France libre et les Français du Mexique. (Essai de représentation graphique de l'opinion moyenne de la colonie française du Mexique)

Sources : graphique réalisé
1) après dépouillement total et confrontation des deux correspondances diplomatiques du gouvernement de Vichy et de la « France libre » — Londres cnf — avec leur représentant respectif à México ;
2) grâce aux renseignements fournis par la presse des Etats-Unis et du Mexique ;
3) après vérifications auprès de témoins ou acteurs.

Situation de la colonie française pendant le premier semestre de 1942
Environ 6 000 personnes dont la moitié à México
Economie
Les affaires françaises qui fonctionnent sur place sans qu’il leur soit nécessaire d’importer des matières premières ou des produits manufacturés de France n’ont pas souffert du conflit ; ainsi, les grands magasins de « nouveautés » du Mexique ou les fabriques de cotonnades bénéficient au contraire de la fermeture de certains courants d’importation ; (ces entreprises ne sont françaises que par le capital investi et par le personnel de maîtrise). La même situation est constatable en Colombie.
Les maisons de représentation des produits français et d’importation se trouvent au contraire dans une situation critique (vins, liqueurs, produits pharmaceutiques). La compagnie générale transatlantique est aussi dans ce cas : en janvier 1942, trois de ses bureaux régionaux ferment (México, San Salvador, La Havane) et le quatrième, Colon, est mis en veilleuse.
Les listes noires n’ont pas affecté directement les entreprises françaises dans la mesure où aucun français n’y figure (à l’exception de deux maisons de représentation de produits pharmaceutiques qui en ont été retirées presque immédiatement). Toutefois, les commerçants gaullistes, sans exception, ont rompu toute relation avec les firmes placées sur les listes britannique et nord-américaine. Cela a coûté fort cher (il n’est pas possible de chiffrer combien) aux représentants français de produits pharmaceutiques et de parfumerie : en effet, en temps normal avant la guerre, leurs principaux clients étaient précisément les drogueries allemandes, qui dominent au Mexique le commerce de ces articles (les droguistes allemands de 1/2 gros totalisaient à eux seuls 80 % du chiffre d’affaires total de certaines maisons françaises, selon certaines estimations).
Il n’est pas douteux que les produits français n’aient perdu dès 1942 une grande partie du marché dont ils disposaient. Les vins américains ou chiliens remplacent les vins français ; le whisky se substitue au cognac, les parfums de New York ou des contrefaçons locales à bon marché détrônent les parfums de Paris qui n’arrivent plus et dont les stocks achèvent de s’épuiser ; l’article de nouveauté vient de New York, des Etats-Unis, et les Allemands même, grâce à des stocks énormes, à leur fabrication locale (Bayer à México) et aux circuits qu'ils mettent habilement en place pour éluder les listes noires, sont en mesure de combattre les produits pharmaceutiques français chaque jour plus rares et plus chers.
Le 19 janvier 1942 cependant, le Secrétariat d’Etat aux relations extérieures déclare à Rio de Janeiro que « les Espagnols et les Français résidant au Mexique ont craint, sans fondement, que des actions de caractère économique qui puissent leur être préjudiciables dérivent de la Conférence de Rio de Janeiro... Ceux qui observent les lois mexicaines n’ont absolument rien à craindre ».
Plus tard, le Secrétaire d’Etat aux Finances (Hacienda), ayant convoqué les représentants de la Chambre de Commerce française leur déclare que le gouvernement mexicain n’a pas l’intention d’adopter des mesures restrictives à l’égard des Français, parce qu’il a confiance en leur loyauté. Le président lui-même confirme verbalement cette décision. Il faut remarquer, pour finir, qu’un avis du chargé d’affaires britannique publié par la presse mexicaine du 22 novembre 1941 faisait savoir que les relations commerciales entre la Grande-Bretagne et la France, occupée ou non occupée, étaient interdites : la Chambre de commerce française écrit à ce sujet que « cette interdiction est pour ses sociétaires du Mexique toute platonique, puisqu’ils ne peuvent rien expédier à leur malheureux pays pas plus qu’ils ne peuvent rien en recevoir ». Afin de pallier d’éventuelles décisions mexicaines, un certain nombre d’entreprises françaises a opéré des transferts fictifs d’avoirs (notamment pour certaines compagnies d’assurances) ou a « mexicanisé » des filiales.
L'immigration
Pendant le second conflit mondial, le Mexique est l’une des terres privilégiées d’exil des Européens. Tout comme d’autres colonies étrangères, la colonie française s’enfle de nombreux réfugiés. Dans les premiers jours de janvier, est publié un nouveau règlement concernant l’immigration au Mexique : « seront acceptés sans limitation aucune (pour l’année 1942) les nationaux d’Espagne et des pays d’Amérique ; les nationaux de tous les autres pays seront acceptés jusqu’à la concurrence de 100 par pays ». Assortis de multiples conditions en fonction de l’activité professionnelle des futurs immigrants (destinées à protéger les Mexicains), ce règlement est assez sévère par rapport aux procédures mexicaines habituelles. Pour les réfugiés politiques, sont admis comme « asilés politiques » les étrangers qui pour des questions politiques ou religieuses fuiraient des persécutions mettant en danger leur liberté ou leur vie ; le ministère de l’Intérieur fixera l’asile où ils devront résider et les activités auxquelles ils pourront se consacrer ». En outre, le ministère de l'Intérieur se réserve un pouvoir discrétionnaire pour refuser l’admission d’étrangers, annuler les permis donnés et fixer aux étrangers admis des lieux où établir leur résidence (le 29 janvier l’immigration ou l’émigration de ressortissants italiens, allemands et japonais est ainsi totalement suspendue sine die). Il faut toutefois remarquer que cette réglementation est autant une réponse à une opinion publique dans ce cas facilement xénophobe qu’une réponse aux événements internationaux. Selon les diverses informations recueillies, le règlement semble d’ailleurs avoir été appliqué aux Français avec une très grande modération.

Sources : J. Soustelle, Envers et contre tout, opus cit.
A. Taracena, La vida en México..., opus cit.
De très nombreux articles de la presse mexicain ;
Le Journal Français du Mexique, du samedi 23 mai 1942 notamment. Et
mae, G-1939-1945, Mexique, Vichy, 16-08-1941 no 164/166, Arvengas à mae
mae,
G-1939-1945, Mexique, Vichy, 01-08-1941 tno 145/6, Arvengas à mae
mae,
G-1939-1945, Mexique, Vichy, 02-08-1941 no 108, Arvengas à mae
mae,
G-1939-1945, Mexique, Vichy, 30-01-1942 no 26et 28, Clauzel à mae
mae,
G-1939-1945, Mexique, Vichy, 15-02-1942 no 12, Clauzel à mae
mae,
G-1939-1945, Mexique, Vichy, 25-02-1942 no 122 annexe, Clauzel à mae
mae,
G-1939-1945, Mexique, Londres CNF, D. 264 (98 à 102), 26-01-1942, Soustelle à cnae + annexe de Georges Pinson.

LA PRESSE MEXICAINE ET LA FRANCE 1939-1942

LA PRESSE MEXICAINE ET LA FRANCE 1939-1942

LEGENDE
P Propagande étrangère
C Conservateur
M Modéré
R Radical
OG Organe gouvernemental
OS Organe syndical
1 Très favorable à l’Axe
2 Favorable à l’Axe
3 Neutre
4 Favorable aux Al liés
5 Très favorable aux Alliés
1 Très favorable à Vichy
2 Favorable à Vichy
3 Neutre
4 Favorable à la France libre
5 Très favorable à la France libre
X Anti-britannique
1 Comentarios de la Guerra
2 Tendance estimée moyenne
Tableau établi :
- pour la presse par sondages dans la presse à l’Hemeroteca nacional de México et grâce aux indications contenues dans la correspondance diplomatique française.
- pour la radio, essentiellement grâce aux rapports de propagande des agents de la France libre à México (MAE, Mexique, Londres CNF, d.264 et 266).

Notes

1 Neruda, Pablo, J’avoue que j’ai vécu, Paris, 1975, p. 212.

2 Ibid. p. 213.

3 V/ 05-12-1941, no 168, Arvengas.

4 V/ 03-10-1942, no 199, Clauzel.

5 L/ d. 264 87), (12-12-1941, Soustelle à cnae.

6 V/ 14-01-1941, no 8, Clauzel.
21-02-1942, n
o 50, Clauzel.
Les diplomates sont internés dans un hôtel de Bad-Neuheim, en Allemagne.

7 V/ 03-10-1942, no 199, Clauzel.
13-01-1942, n
o 6, Clauzel.
14-01-1942, n
o 11, Clauzel.

8 L/ d. 264 (88) 12-12-1941, Soustelle à cnae.

9 L/ d. 264 (94) 12-01-1942, Soustelle à cnae.
d. 266 (87) 14-01-1942, Soustelle à cnae.
d. 266 (85) 02-01-1942, Soustelle à cnae.
129) (14-04-1942, cnae à service d’information (Londres).

10 L/ d. 264 (90) 05-01-1942, Soustelle à cnae.

11 L/ d. 264 (88) 12-12-1941, Soustelle à cnae.

12 Ibid 11.

13 V/ 18-12-1941, no 224, Arvengas.

14 Papiers d’agents, Arvengas vol. 8 (137-138), 30-10-1941, Arvengas.

15 V/ 16-01-1942, no 13, Clauzel.

16 Idem 14.

17 Note de G. Clauzel, présentée en révision de l’ordonnance d’épuration du 27 juin 1944 (archives du diplomate).

18 V/ 23-10-1941, no 155, Arvengas.

19 V/ 18-02-1942, no 49, Clauzel.

20 Note de G. Clauzel, opus cit.

21 V/ 24-02-1942, no 54, Clauzel.

22 V/ 27-03-1942, no 77, Clauzel.

23 L/ d. 264 (114) 06-03-1942, Soustelle à cnae.

24 Note de G. Clauzel, opus cit.

25 L/ d. 164 (132) 19-03-1942, Arvengas à de Boissieu.
19-01-1942, de Boissieu à Arvengas.

26 L/ d. 264 (143) 20-04-1942, no 38, Soustelle à cnae.

27 V/ 20-04-1942, no 41, Clauzel.

28 L/ d. 266 (84) 02-12-1941, Lavergne à cnae.

29 L/ d. 266 (87) 14-01-1942, Soustelle à cnae.
(95) 10-02-1942, cnae (Londres) à Soustelle (México).

30 L/ d. 266 (99) 21-02-1942, Soustelle à cnae.
(85) 02-01-1942, cnae à Soustelle.
(96) 10-02-1942, Soustelle à cnae.
(97) 18-02-1942, cnae à service d’information.
(98) 18-02-1942, Soustelle à cnae.

31 V/ 24-02-1942, no 55, Clauzel.

32 L/ d. 264 (140), 16-04-1942, Soustelle à cnae.
V/ 24-02-1942, no 55, Clauzel.

33 L/ d. 264 (108), 19-02-1942, cnae (Londres) à de Gaulle (Londres).

34 L/ d. 266 (106), 24-02-1942, Soustelle à cnae.
(161), 03-06-1942,
Soustelle à cnae.
d. 264 (208) copie d’une lettre privée.

35 L/ d. 266 (90) 29-01-1942, Soustelle à cnae.

36 naw, RG, 59-711-12/ 1592, Bursley à Duggan, 03-05-1941.
L/ d. 266 (90), 29-01-1942, Soustelle à cnae.
d. 264 27-03-1942, Grandin à Soustelle.

37 L/ d. 266 (97), 18-02-1942, cnae à service d’information.

38 L/ d. 264 (108), 19-02-1942, note du cnae pour le général de Gaulle.

39 L/ d. 264 (208), lettre du 23-04-1942.

Table des illustrations

Titre Les réseaux d’information des Etats-Unis
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Vichy, la France libre et les Français du Mexique. (Essai de représentation graphique de l'opinion moyenne de la colonie française du Mexique)
Légende Sources : graphique réalisé1) après dépouillement total et confrontation des deux correspondances diplomatiques du gouvernement de Vichy et de la « France libre » — Londres cnf — avec leur représentant respectif à México ;2) grâce aux renseignements fournis par la presse des Etats-Unis et du Mexique ;3) après vérifications auprès de témoins ou acteurs.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre LA PRESSE MEXICAINE ET LA FRANCE 1939-1942
Légende LEGENDEP Propagande étrangèreC ConservateurM ModéréR RadicalOG Organe gouvernementalOS Organe syndical1 Très favorable à l’Axe2 Favorable à l’Axe3 Neutre4 Favorable aux Al liés5 Très favorable aux Alliés1 Très favorable à Vichy2 Favorable à Vichy3 Neutre4 Favorable à la France libre5 Très favorable à la France libreX Anti-britannique1 Comentarios de la Guerra2 Tendance estimée moyenneTableau établi :- pour la presse par sondages dans la presse à l’Hemeroteca nacional de México et grâce aux indications contenues dans la correspondance diplomatique française.- pour la radio, essentiellement grâce aux rapports de propagande des agents de la France libre à México (MAE, Mexique, Londres CNF, d.264 et 266).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540