Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vichy et la France libre au Mexique

 | 
Denis Rolland

Troisième partie. Le temps des maturations, février 1941-décembre 1941

Chapitre V. L’enjeu stratégique mexicain et la dualité française février-avril 1941

Texte intégral

La difficile succession d’Albert Bodard : Gilbert Arvengas

1Lorsqu’en France, Laval avait pris le contrôle des Affaires étrangères, le 27 octobre 1940, il avait presque totalement éliminé de sa politique l’idée de maintenir des relations solides avec l’Angleterre. Après son départ, le 13 décembre, cette idée retrouva pourtant quelque souffle lorsque Pierre-Etienne Flandin prit le portefeuille des Affaires étrangères et que les Etats-Unis nommèrent un ambassadeur auprès de Vichy, l’amiral Leahy. En France, comme en Angleterre, l’on maintint quelques consuls de l’autre nation, afin d’entretenir des relations résiduelles. Mais, rapidement, l’impuissance de Flandin à rencontrer le moindre responsable nazi le condamna...

  • 1 Stehlin, Paul, Témoignage pour l’histoire, Paris, 1964, p. 307.

2A México, au début de février 1941, l’anglophile Albert Bodard est remplacé. Gilbert Arvengas, nommé par Vichy sous Flandin, lui succède. Son arrivée au Mexique coïncide avec la démission de Flandin le 9 février et son remplacement, le lendemain, par l’amiral Darlan. Celui qui, avec le maréchal Pétain, va présider aux destinées de la France pendant plus d’un an est à la fois vice-président du Conseil, ministre de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de l’Information ; charges qui s’ajoutent à la Marine dont il tenait déjà le portefeuille — tout en restant grand amiral de la flotte, c’est-à-dire commandant en chef ! « Il possède des atouts que Laval n’a pas. Il a le prestige du chef militaire qui n’a pas été battu. Il peut faire participer la France à une victoire rapide de l’Allemagne sur la Grande-Bretagne »1.

3C’est dans ces circonstances, connues à México, que le nouveau ministre français venant de Vichy, Gilbert Arvengas, arrive en poste (grâce à un dépôt de « papiers », sa carrière est bien connue de l’historien). Il est précédé, d’une part, d’un préjugé défavorable : la colonie française reste attachée à l’ancien ministre Albert Bodard dont la mise à la retraite a été, nous l’avons vu, fort mal perçue ; d’autre part, d’une campagne de presse très hostile. Cette dernière s’ouvre avec la parution le 8 décembre 1940 d’un article du New York Herald Tribune largement répercuté à México et intitulé : « les Nazis imposent le renvoi du ministre de France à México ».

  • 2 V/ 05-04-1941, no 51, Arvengas.

4Selon son auteur, O’Brine, le successeur du ministre évincé Albert Bodard ne peut être qu’un homme ayant l’aval de Berlin ; on attend donc qu’il « apporte son appui aux intérêts totalitaires au Mexique ». Gilbert Arvengas s’efforcerait « de rompre l’attachement professé par la colonie française à l’égard du mouvement France libre du général de Gaulle ». Si le nouveau ministre français n’a pris connaissance que cinq mois plus tard de cet article, en avril 19412, il sait par contre dès son arrivée qu’aussitôt connue sa nomination, à l’automne 1940, le bruit a été répandu au Mexique que « le mouvement diplomatique français était soumis à l’agrément de l’Allemagne » ; qu’il viendrait au Mexique avec « une mission spéciale de collaboration avec les Allemands » de México ; que « sa longue carrière enfin en Allemagne faisait présumer ses sympathies à l’égard de ce pays ». Et tandis que les presses américaine et cubaine s’étaient fait l’écho avec plus ou moins de précision de ces bruits désobligeants, la presse mexicaine avait repris globalement l’article et les accusations du New York Herald Tribune. Au Mexique, la nomination d’Arvengas, bien qu’agréée officiellement par le gouvernement mexicain, apparaît donc comme une décision assez scandaleuse, dans les milieux favorables aux Alliés du moins, décision en tout cas impropre à réactiver les relations franco-mexicaines.

5En se rendant à México via Washington début 1941, Gilbert Arvengas s’entretint dans la capitale fédérale des Etats-Unis avec l’ambassadeur de Vichy Henry-Haye : ce dernier lui montra une lettre où il était indiqué que le nouveau ministre français était une sorte d’agent allemand, qu’il avait épousé une Allemande de Brême, que ses enfants ne parlaient que l’allemand. Or, « ce licencié en droit et en hec » entré en 1920 dans la carrière diplomatique et qui fut en poste de 1925 à 1939 en Allemagne et en Pologne n’est assurément pas cet « agent allemand » : toute sa correspondance diplomatique extérieure atteste de son mépris et de son aversion pour le régime et les méthodes nazis (Papiers « Arvengas » du mae). Il doit donc d’emblée se défendre sur un plan personnel et s’obliger bientôt à un certain nombre de démarches considérées par la légation allemande (qui transmet à Wiesbaden) et par Vichy comme des faux-pas.

6L’installation au Mexique du nouveau ministre n’est donc, on le comprend, guère facile, ni l’accueil cordial. Néanmoins, Arvengas pense pouvoir affirmer, moins de quinze jours après son arrivée :

  • 3 V/21-02-1941, no 17, Arvengas.

« Maintenant que les Français, au fur et à mesure qu’ils prennent contact avec moi, s’aperçoivent que je suis très loin d’être l’agent germanophile qu’ils croyaient appelé à représenter ici la France, j’ai lieu de penser qu’une évolution favorable s’accomplit3. »

7Toutefois, cette évolution de la position de la colonie française dans un sens moins hostile à Gilbert Arvengas n’est pas linéaire. Le journal initiateur de la campagne contre Arvengas en décembre 1940, reprend et développe ses accusations le 30 mars 1941 : Jack O’Brine, du New York Herald Tribune, écrit que les agents de Hitler au Mexique ont « trouvé un appui dans le nouveau ministre de France, nommé par le gouvernement de Vichy » :

« Les chefs du mouvement France libre à México soutiennent que le nouveau Ministre a entrepris de convaincre les 6 000 Français du Mexique qu’il fallait appuyer le combat mené par Hitler pour l’instauration d’un nouvel ordre mondial. Il apparaît qu’Arvengas se heurte à deux grands obstacles, le premier étant que la très grande majorité des Français vivant au Mexique sont pro-Anglais, et l’autre que le ressentiment dû au renvoi de Bodard par les nazis est encore très vif, Bodard étant extrêmement estimé par la Colonie.
« Les correspondants de presse à México City attachent une signification spéciale à l’activité du Ministre de France, car elle a coïncidé avec une pression accrue des agents totalitaires dont la mission est de rompre l’unité de la défense panaméricaine. Les cercles diplomatiques neutres ont commenté le fait que le gouvernement de Vichy avait envoyé au Mexique un homme qui paraissait connaître personnellement la plupart des agents de Hitler. »

  • 4 V/1941, Arventas.

8La part de la calomnie est évidente dans cet article, sans doute inspiré par la France libre ; il vise à contrecarrer l’évolution de l’opinion française au Mexique en faveur d’Arvengas ; en remarquera ici le canal choisi, délibérément ou non, par la propagande française libre : diffuser une information aux Etats-Unis afin qu’elle soit (presque immanquablement) reprise par l’ensemble de la presse mexicaine. « Je suis très loin d’être l’agent germanophile... » déclare G. Arvengas4 ; mais le ministre français Gilbert Arvengas est obligé de donner fin mars aux principaux journaux de México un démenti catégorique. Publié dans le journal français du Mexique du premier avril, il y est augmenté d’un commentaire accommodant. Ce démenti n’est pas du goût de tous ; puisque, transmis à Vichy par le ministre lui-même, il provoque, nous le verrons, une réaction déterminante du ministère de tutelle à Vichy. La propagande française atteint donc parfaitement le but recherché : Arvengas est détaché de Vichy.

9Le 4 avril 1941, Arvengas prononce encore un discours apaisant, conciliateur : « il est certes beau, déclare-t-il, que le patriotisme soit passionné ; mais il est également bon que le patriotisme soit éclairé. Quand nous voulons juger une situation, si nous constatons que certains éléments nous font défaut, sachons réserver notre jugement. N’ajoutons pas, conclut-il, aux malheurs de notre patrie par les discussions qui engendrent le désordre et la désunion. » Mais, la correspondance privée du ministre l’atteste, malgré une dernière apologie publique du Maréchal, la foi conquérante « vichyste » d’Arvengas est définitivement ébranlée4bis.

10Cependant, les enjeux essentiels sont ailleurs, ce que mettent en évidence au Mexique les préoccupations majeures de la diplomatie française.

Les démocraties au chevet de la neutralité mexicaine

11a) Les Etats-Unis et le rôle stratégique du Mexique — De plus en plus, le ministre français au Mexique agit essentiellement en observateur local et stratégique de la politique américaine des Etats-Unis : la majeure partie de la correspondance envoyée à Vichy concerne l’évolution des rapports Mexique-Etats-Unis... Observateur d’autant plus précis en 1941 qu’il suit les premiers pas du nouveau gouvernement Manuel Avila Camacho.

  • 5 V/ 14-02-1941, t.nos 23-24, Arvengas.

12Dans le domaine économique d’abord, la légation de France dirigée par Gilbert Arvengas s’intéresse de fort près aux négociations qui se « poursuivent activement entre les Etats-Unis et le Mexique, en vue de la conclusion d’un accord destiné à régler un certain nombre de questions pendantes »5. Les premières correspondances signées du nouveau ministre concernent le seul domaine économique d’où la France métropolitaine est désormais totalement exclue. Or cette « résolution des questions pendantes » entre les deux Etats américains est le prélude obligé à toute négociation commerciale entre les deux Etats. L’expansion de la guerre en Europe et sa conséquence, la perte de certains marchés ouverts aux producteurs mexicains, rendent chaque fois plus impérieuse la signature d’un accord entre le Mexique et les Etats-Unis. Marché potentiel le plus vaste pour l’économie mexicaine, les Etats-Unis se sont de fait convertis en un fournisseur monopolisateur de la plupart des importations mexicaines. Toutefois, si le secrétaire d’Etat Sumner Welles ordonne dès février 1941 que l’on commence les études et les négociations concernant un futur accord commercial entre les deux pays, il maintient que la conclusion d’un tel accord reste liée à la signature d’un accord global sur tous les différends et donc nécessairement pétroliers [130, p. 156]. Ajoutons enfin que les Etats-Unis se montrent soucieux d’éviter l’achat par les puissances de l’Axe de certaines productions mexicaines ; soucieux aussi de garantir l’approvisionnement des Alliés.

  • 6 Naw, rg, 711. 12/1541, Boal au Sec. d’Etat, 24-01-1941.

13Il est dans cette perpective logique que le nouveau secrétaire d’Etat mexicain aux Relations extérieures mette à profit l’un de ses premiers contacts avec l’ambassade nord-américaine : il signale à l’attaché américain que le président Avila Camacho considère la signature immédiate d’un accord commercial global comme une manifestation, pour son opinion publique, d’une amélioration des relations entre les deux pays ne se résumant pas à de vaines paroles6.

14Le pétrole demeure ainsi au centre des préoccupations des représentations étrangères au Mexique, 7e producteur mondial en 1940 : le premier rapport signé Gilbert Arvengas y est consacré. Sur les 40 % exportés (50 000 bbl/j) de la production pétrolière mexicaine, la majorité est absorbée par des sociétés nord-américaines. Quelques jours après le souhait ouvertement exprimé de Manuel Avila Camacho de voir se concrétiser l’amélioration des rapports entre les deux pays, son ministre des Relations extérieures fait savoir au représentant de Washington, Josephus Daniels, que le Japon désire acquérir du pétrole mexicain (il en absorbe 177 000 bbl en 1940) [130, p. 32]. La réaction du gouvernement nord-américain ne se fait pas attendre : en février 1941 s’engagent des négociations entre les deux pays ; négociations d’autant plus sérieuses que, même si deux compagnies des Etats-Unis absorbent une partie considérable de la production pétrolière exportée mexicaine, des quantités importantes de ce pétrole restent disponibles sur le marché mondial. Bien qu’étant tout à fait à l’écart des négociations menées à ce sujet et de leurs éventuelles répercussions immédiates, le ministre français écrit en mars 1941 :

  • 7 V/ 24-03-1941, no34, Arvengas.

« L’esprit de conciliation manifesté par l’administration du président Avila Camacho et les assouplissements qu’il a décidé d’apporter à la réglementation en vigueur permettent d’envisager un renouveau dans l’industrie pétrolière dans ce pays. Si les ressentiments des Compagnies pétrolières parviennent à être apaisés, le mouvement d’exportation du pétrole mexicain pourra être avantageusement repris. Il est fait allusion, dès maintenant, à des achats de pétrole par les Etats-Unis, par Cuba et même par l’Australie. Un navire anglais était, il y a peu de temps, à Tampico où il chargeait plusieurs milliers de tonnes d’asphalte dont un explosif serait extrait en Grande-Bretagne...
Avec l’augmentation du volume des exportations, et le maintien de la paix sociale à l’intérieur, toutes les conditions se trouveraient réunies pour justifier les prévisions optimistes qui ont été formulées, en ce qui concerne l’avenir économique du Mexique, lors de l’avénement du nouveau président7 ».

15Toutefois, cette remarquable évolution des relations économiques entre les Etats-Unis et le Mexique est intrinsèquement liée à l’évolution de la situation internationale. Elle est liée à la prise en compte par les Etats-Unis de données stratégiques et militaires. Dans ce drame, le ministre français joue le rôle strictement limité d’un figurant impuissant : même si, pour des raisons diverses (protocole, tradition, sentiment francophile, souci du moyen terme...), il est ménagé respectueusement. Sa capacité d’influence, son crédit sont plus qu’entamés, étant donnée notamment la situation de la France de 1941.

16Dans le domaine militaire, étroitement lié au domaine économique, l’observation par la légation français des relations Mexique-Etats-Unis est très attentive ; on mesure les conséquences éventuelles :

  • au Mexique sur la colonie française, son activité économique, d’éventuelles listes de prohibition ou « listes noires », et surtout sur l’attitude du gouvernement mexicain à l’égard de la France libre ;
  • en France de l’éventuelle entrée en guerre des Etats-Unis contre l’Allemagne et le Japon.

17La moindre évolution des rapports militaires Mexique/Etats-Unis suscite ainsi la rédaction d’un rapport français, alors même que la légation ne possède, depuis juin 1940, ni attaché militaire ni attaché militaire adjoint : tous deux ont été démobilisés et ont rallié la France libre dès la première heure.

18L’ambassadeur des Etats-Unis, Josephus Daniels déclare le 5 janvier 1941 :

« Les relations entre le Mexique et les Etats-Unis sont meilleures que jamais et elles s’améliorent chaque jour davantage.
Il nous reste encore beaucoup de problèmes à résoudre. Nous en avons déjà réglé quelques-uns et nous travaillons à la solution des autres. »

19Le nouveau ministre des Relations extérieures mexicain, Ezequiel Padilla, déclare dans le même mois de janvier 1941 :

  • 8 V/ 05-01-1941, no 4, Bodard.

« Les avions militaires américains n’auront plus besoin désormais d’aucune autorisation pour survoler le territoire mexicain ni pour atterrir au Mexique, lorsqu’ils se rendront à Panama ou ailleurs8. »

  • 9 Secretaria de Relaciones Exteriores, Memoria 1940-1941, México, pp. 66-69.
  • 10 V/ 14-01—1942. no 11, Clauzel.
  • 11 V/ 24-02-1941, no 18, Arvengas et [54b] et [67], pp. 240-255.

20Cette participation à la défense continentale, telle qu’elle a pu être définie lors des conférences interaméricaines, réalise les prévisions des observateurs étrangers en ce qui concernait le candidat-président Manuel Avila Camacho : ce dernier ne déclare-t-il pas « qu’une politique basée exclusivement sur des rancœurs du passé serait paralytique » ?9 Ainsi, les gouvernements des Etats-Unis et du Mexique font savoir le 4 mars 1941 que « des conversations sont engagées à Washington entre les attachés militaire, naval et aéronautique auprès de l’ambassade du Mexique et des représentants du gouvernement des Etats-Unis. L’éventuelle assistance que les deux pays devraient se prêter en cas de guerre ou d’agression contre l’un d’eux10 » est au cœur des entretiens, suivis avec le plus vif intérêt par l’opinion publique11. Parallèlement, les organisations, très proches du gouvernement, que sont le prm et la ctm organisent des campagnes d’explication de la politique gouvernementale au printemps 1941 !

  • 12 V/ 02-04-1941, t. no 62, Arvengas.

21Le secrétaire d’Etat aux Relations extérieures mexicain affirme « en des termes pathétiques le 1er avril 1941 la volonté du Mexique de collaborer à la défense continentale et à la lutte des démocraties12 ». Les faits entérinent publiquement cette déclaration d’intention : le même jour est publiée « la nouvelle de la conclusion d’un accord avec les Etats-Unis au terme duquel les avions militaires d’un pays pourront utiliser (...) les bases aériennes de l’autre ». Fait remarquable, cette annonce ne déclenche presqu’aucune réaction d’une opinion pourtant traditionnellement américanophobe : la même nouvelle en Uruguay provoquera un peu plus tard de très vives réactions. Cela donne encore une fois la preuve de l’efficacité de l’encadrement social mexicain.

  • 13 V/ 13-05-1941, no 77, Arvengas.

22Bien qu’à ses débuts, la coopération économique et militaire est donc devenue effective entre le Mexique et les Etats-Unis. « L’attitude du Mexique à l’égard des événements mondiaux n’est, dans ses grandes lignes, qu’un reflet de la politique de Washington », écrit le ministre de Vichy à México après avoir constaté la volonté conciliatrice du gouvernement mexicain : en effet, lors de la troisième conférence des Caraïbes, le délégué mexicain, Isidro Fabela, malgré son désaccord, ne prit pas position contre les Etats-Unis13.

23Les deux discours américains de politique étrangère expriment des concordances très marquées quant aux événements européens ; l’attitude des deux gouvernements vis-à-vis du gouvernement de Vichy converge aussi sur la plupart des points essentiels. Toutefois, pour des raisons qui tiennent aussi à la formation et à l’information des opinions publiques des deux pays, les positions du Mexique et des Etats-Unis divergent sensiblement quant à la France libre...

24b) Le consensus mexicain sur la Grande-Bretagne. Nord-américain ou mexicain, les deux discours américains n’ont sur la France libre que peu de bases communes. Ils s’accordent cependant à l’unisson au début de 1941 pour faire l’apologie de la résistance britannique. Il n’y a pourtant pas de « racines » britanniques au Mexique ; sauf dans le domaine juridique peut-être, peu d’héritage culturel, comme il peut en être question pour la France — ou les Etats-Unis désormais ; pas « d’amitié » traditionnelle ou de chapitre d’histoire commun. Au contraire, Mexique et Grande-Bretagne ont ensemble un contentieux encore présent dans la mémoire collective mexicaine : la nationalisation des pétroles sous le gouvernement Cárdenas fut l’occasion d’importantes démonstrations de la vitalité d’un sentiment de rejet visant, dans le sillage des Etats-Unis, la Grande-Bretagne.

25La guerre et les négociations menées par certaines compagnies pétrolières nord-américaines avec le gouvernement mexicain ont considérablement effrité la volonté de la Grande-Bretagne de s’opposer à toute négociation avec México. Celle-ci peut s’engager, alors même que le Blitz s’abat sur les rives de la Tamise. Du côté mexicain, la tension est concentrée essentiellement et traditionnellement sur les relations avec le grand voisin continental, sur la guerre, avec la fermeture des marchés de l’Axe, puis sur la volonté de décrispation évidente des relations avec ce même voisin... Sont alors minimisés les antécédents conflictuels des relations mexicano-britanniques, face à « l’héroïque résistance du peuple anglais », présentée quotidiennement par les agences de presse nord-américaines aux lecteurs mexicains.

  • 14 V/ 1209—1941, - no 125, Arvengas.
    La dépêche du 23-05-1941, no 29 n’existe pas dans les cartons acc (...)

26Par une dépêche aujourd’hui disparue des archives françaises, mais citée par d’autres, le représentant à México de la France de Vichy, Gilbert Arvengas, confirmait que l’opinion mexicaine dans son ensemble éprouve en 1941 une sympathie croissante pour la cause britannique. L’absence de rapports diplomatiques entre les deux pays est considérée comme une survivance regrettable du conflit pétrolier de 1938 (mais cette absence est de fait compensée par une hypertrophie des consulats). « Si une formule transactionnelle parvenait à être trouvée sur ce sujet avec les Anglais, écrit Arvengas, comme il est question qu’elle le soit prochainement avec les Américains, le motif qui a provoqué la suspension des relations diplomatiques entre le Mexique et la Grande-Bretagne aurait disparu14 ». Cette constatation a d’autant plus de valeur qu’elle vient d’un ministre nommé en remplacement d’Albert Bodard, écarté pour anglophilie notoire et obstinée, et qu’elle fait partie d’une dépêche aux tonalités étrangement anglophiles (ceci ne semblait pas être initialement caractéristique du ministre).

  • 15 V/ 18-04-1941, Arvengas. Rochat répond de Vichy le 29 que désormais seule la légation de Washingto (...)

27Arvengas, comme son prédécesseur un semestre auparavant, note, mais dans des termes plus anodins, qu’un « certain flottement » existe dans la transmission des informations de Vichy : celles-ci lui arrivent, épisodiquement, soit de Washington, soit du Guatemala15... Comme Albert Bodard qui constatait amèrement à l’automne de 1940 qu’il ne recevait presque plus d’information de France, dès avril 1941, Gilbert Arvengas ne reçoit plus que l’information minimale sur la situation intérieure française ; son information paraît filtrée par les postes guatémaltèque et états-uniens : leurs diplomates, en effet, sont sans nul doute plus inconditionnels du régime de Vichy — moins gênés (ou influencés) aussi par le développement local de la France libre.

Une expansion solide de la France libre (février-avril 1941)

28Resserrement des liens Mexique-démocraties, Mexique-Grande-Bretagne... La logique conduit à une à tolérance particulièrement étendue de la France libre et de ses agissements à México ; ceci d’autant plus que la colonie ne manifeste pas, comme aux Etats-Unis, de conflits internes exacerbés [133].

  • 16 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

29La colonie française du Mexique est « presque entièrement acquise au mouvement de Gaulle » à l’arrivée en poste d’Arvengas, selon ses propres termes16. Elle est en outre solidement unie derrière l’ancien ministre de France Albert Bodard dont elle se sent solidaire ; certaines ambiguïtés que nous examinerons plus loin prennent ici leur source. Bodard, rompant avec son attitude réservée à l’égard de la France libre, se livre dès l’arrivée de son successeur le 9 février à une campagne contre lui ; il adhère en même temps avec éclat à la France libre. Nommé par le Comité central, président d’honneur, il entre alors en conflit avec son ancien surbordonné Jacques Soustelle. Deux personnalités s’affrontent ; le temps pour Soustelle de faire revenir le Comité sur sa décision ; car, écrit-il, Bodard fait « courir au Mouvement le risque d’apparaître comme une machine de guerre personnelle de l’ancien ministre contre le nouveau ». Il semblerait surtout, outre un conflit d’ambitions, que Soustelle reproche à l’ex-ministre sa tiédeur de l’automne 1940.

  • 17 L/ d. 264 (14), 16-04-1941, Soustelle à de Gaulle.

30La ferveur initiale de la colonie entourant le mouvement France libre s’en trouve attiédie et la colonie, un moment divisée ; la situation est d’autant moins claire que le nouveau ministre se montre conciliant17 :

« Il s’efforcerait de répandre le bruit qu’il désire ardemment la victoire des Alliés ; il a fait prévenir, par deux membres de la légation sympathisants de la France libre, Soustelle qu’il ne cherchera “jamais à faire prendre des mesures contre les Français libres du Mexique”. »

  • 18 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

31Qu’advient-il alors de la colonie française ? Plus en rivalité économique — et ostentatoire — avec son homologue allemande qu’avec la frêle colonie britannique, elle est plus sensible également, étant coupée de la métropole, aux pressions de l’énorme fournisseur et marché du nord. Cette colonie, à la tradition républicaine très fortement ancrée, s’est fait un devoir de se rallier au mouvement de la France libre établi en Angleterre et de refuser de voir dans le gouvernement établi à Vichy le vrai gouvernement de la France. La propagande de la France libre est pour beaucoup dans cette perception de la France de Vichy qui ne peut que satisfaire les représentants britanniques. Tous les rapports politiques du représentant de Vichy durant le premier semestre de 1941 insistent sur le rôle moteur de la propagande gaulliste et « de certains éléments, avides de jeter le trouble dans l’esprit » de la colonie18, qui assimilent patriotisme et « gaullisme » ; voilà pourquoi Gilbert Arvengas pense initialement que la situation est réversible, à condition d’expliquer différemment la situation de la France de Pétain. Mais c’est faire relativement peu de cas des fondements politiques et économiques de la colonie que de penser que cette tentative puisse conduire plus loin qu’à une certaine distanciation entre la colonie et le mouvement emmené par Jacques Soustelle, Gilbert Médioni et George Pinson. L’épisode « Giraud » en sera la plus sûre et éphémère démonstration : contrairement à ce qui se passera alors dans la plupart des autres pays d’Amérique latine, la colonie française saura éviter l’éclatement, après des soubresauts sérieux.

32Vichy, avec peu d’opiniâtreté il est vrai, n’obtiendra jamais plus à México qu’une considération attentive souvent proche de la commisération. Albert Bodard ne réclamait-il pas dès janvier 1941 « l’indulgence en faveur d’un gouvernement incapable d’agir librement » ?... Surtout après les événements de Syrie, dont nous reparlerons.

33Pour comprendre l’attitude de la colonie française en cette période charnière, il faut enfin prendre en compte son sentiment assez profond de loyauté envers le gouvernement mexicain.

  • 19 L/ d. 264 (14), 16-04-1941, Soustelle à de Gaulle.
  • 20 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

34Du 15 au 28 janvier 1941, le policier Guichard est chargé par Vichy et l’ambassade à Washington d’enquêter sur la colonie et le personnel de la légation, du Mexique ; cette mission se solde par un constat d’impuissance : gouvernement mexicain et légation de France font front contre l’émissaire répressif de Vichy qui n’est pas autorisé à pénétrer en territoire mexicain19. La majorité des Français du Mexique « fait des vœux ardents pour la victoire de l’Angleterre » et ne peut « s’empêcher d’applaudir à la présence de formations militaires françaises aux côtés des Anglais20 ». Ainsi, la France libre et ses représentants au Mexique doivent travailler dans le sens d’une réactivation officielle des liens entre Albion et Tenochtitlan, la force de la France libre au Mexique étant — comme à Londres — viscéralement liée à celle de la Grande-Bretagne. Les Britanniques savent quant à eux qu’ils bénéficient grandement au Mexique de cet élan de patriotisme « gaulliste ».

35Le 15 mars 1941, Jacques Soustelle revient de son premier séjour auprès du général de Gaulle ; dynamisé, vivifié, avec des objectifs essentiels mieux cernés son prestige personnel au Mexique ressort grandi de cette « aventure » transocéanique, de ses rencontres avec l’homme du 18 juin 1940. Il revient de Londres en leader incontesté d’une grande partie de la colonie. Arrivant à México le 15 mars, il est accueilli à la gare ferroviaire par de nombreuses personnalités françaises, mexicaines et alliées, par les représentants diplomatiques de Grande-Bretagne, de Pologne, et de Belgique et par la presse. Quelques heures plus tard, une réception est organisée en son honneur dans les bureaux du Comité central de la France libre au 16 bis de la rue Marsella, dans l’actuelle Zone Rose (Colonia Juarez).

36Cet accueil a été soigneusement préparé par Gilbert Médioni et les Français libres, à des fins évidentes de propagande : le temps des honneurs n’est pas encore venu ; il s’agit de tirer profit d’une occasion unique pour concentrer l’attention des Mexicains et des Français du Mexique sur le mouvement France libre, son leader londonien et son représentant dûment investi.

37Le surlendemain, puis le 24, le 31 mars et le 13 avril le Comité central de la France libre se réunit pour faire le point de la situation au Mexique et à Londres : avec l’aide du Dr Médioni qui s’est chargé de la direction de la propagande et du secrétariat administratif pendant son absence, Jacques Soustelle reprend contact avec les affaires locales.

  • 21 L/ d. 264, 15-04-1941, Soustelle à de Gaulle.

38Le 25 mars, environ 500 Français libres et sympathisants de la capitale se réunissent en assemblée générale ; ce nombre est relativement important, puisqu’il s’agit de personnes acceptant de manifester publiquement leur sympathie21. Après avoir rendu compte de sa gestion, le comité donne la parole à Jacques Soustelle ; il prononce en français une allocution, dont le schéma est ensuite repris de nombreuses fois en province :

  1. description de son séjour à Londres, du Quartier général, de l’organisation des ffl ;
  2. explication de l’attitude de la France libre envers Vichy, durant laquelle l’orateur s’abstient d’attaquer la personne du maréchal Pétain ; procès détaillé de la « collaboration » ;
  3. appel à l’union des Français et des amis de la France autour du général de Gaulle.
  • 22 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

39Incontestablement, cet apport d’expérience vécue, de détails sur le général de l’appel du 18 juin, joint à l’assurance d’une personne désormais bien connue et revenant d’une ville « assiégée » par l’aviation allemande produisent une impression favorable dans les milieux français, même « chez ceux qui marquaient récemment quelque froideur ». Le représentant de Vichy constate cette évolution dans les termes suivants : « Des critiques sévères se font à nouveau entendre à l’adresse du gouvernement français qui, depuis le mois de décembre 1940, était considéré avec une faveur croissante »22.

  • 23 V/ 24-03-1941,/no 49, Arvengas.

40Après le limogeage de Laval qui avait entretenu un temps l’illusion d’un gouvernement de Vichy maître en sa demeure, l’amiral Darlan, au pouvoir en France depuis le 10 février, croit à la victoire de l’Allemagne ; les réflexes britanniques face à lui-même et à « son œuvre » ont stimulé en lui un sentiment qui existait déjà : la haine de l’Angleterre [139, p. 284]. Et voilà qu’au Mexique un homme connu revient d’Albion et déclare qu’il croit en sa victoire ! « M. Soustelle se montre plus franchement optimiste sur la situation de l’Angleterre qu’il ne paraissait l’être avant son départ23 », écrit le représentant de Vichy.

  • 24 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

41Fondant son optimisme sur « l’appui des Etats-Unis » et « plus encore sur le moral de la population anglaise », Jacques Soustelle contribue à affermir au Mexique « le désir de la victoire anglaise » et « la conviction que l’Allemagne ne peut plus gagner la guerre ». Cette conviction, dans la colonie française du Mexique comme dans la population mexicaine, se renforce tellement que le ministre de Vichy — dont le supérieur hiérarchique croit en la victoire de l’Allemagne — avoue qu’il pense lui aussi que le vent a tourné ; cela, après un discours très anglophobe de l’amiral Darlan concernant le blocus, discours qui n’a pas fait une forte impression au Mexique, sauf, peut-être, a contrario : « Beaucoup de Français se montrent aussi très émus de la nouvelle tension des rapports franco-anglais survenus alors que le destin paraît tourner en faveur de nos anciens alliés24 », commente Gilbert Arvengas. Comment alors imaginer que la majeure partie de la colonie française n’en soit pas elle aussi convaincue et que, de ce fait, elle manifeste à la France libre une ouverte sympathie ? L’information, la propagande ont joué leur rôle...

42A Washington, comme à New York, la dissidence française n’est pas unie et les représentants du général de Gaulle se dissocient parfois des ordres qu’ils reçoivent [193]. A México où il faut encore souligner l’homogénéité originelle de la colonie barcelonnette, facteur durable de cohésion, la colonie française n’exacerbe pas ses divisions éventuelles ; ce sont plutôt les représentants mêmes du gouvernement français de Vichy qui éprouvent des difficultés à soutenir vis-à-vis de la colonie les vues de leur gouvernement.

  • 25 L/ d. 264 (10), 16-03-1941, Soustelle.
  • 26 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

43A l’issue de l’assemblée générale des Français libres du 25 mars 1941, Jacques Soustelle écrit : « Non seulement l’Assemblée a accueilli chaleureusement ces paroles, mais encore j’ai pu m’assurer qu’elles ont été ensuite colportées et commentées favorablement dans les milieux français, même chez ceux qui nous avaient marqué récemment une certaine froideur25 ». Le ministre français constate quant à lui que le gouvernement de Vichy ne jouit plus de « la faveur croissante » dont il était l’objet depuis décembre 194026...

44Laval était le 13 décembre déchu de ses fonctions et arrêté ; le 7 janvier 1941, l’ambassadeur américain Leahy arrivait à Vichy : l’année 1941 est caractérisée par une grande activité américaine à Vichy. Sumner Welles écrit à l’ambassadeur britannique cette réponse, caractéristique des ordres de priorité de la diplomatie américaine :

« Il me semble qu’il serait difficile pour les Etats-Unis de maintenir des relations diplomatiques avec Vichy, et, ce qui serait beaucoup plus important, avec les autorités d’Afrique du Nord, si ce gouvernement accordait au Comité français libre quelque chose qui ressemblerait à une reconnaissance officielle » [139, p. 297].

  • 27 Idem 25.

45De Gaulle, non efficacement soutenu par la colonie française des Etats-Unis, passe loin derrière Weygand aux yeux de Washington ; cette priorité accordée par les Etats-Unis se manifeste au Mexique par une opposition nord-américaine à la propagande gaulliste et la prise en main d’une information en faveur de Vichy. « Pendant mon séjour à Londres, écrit J. Soustelle27, nos compatriotes ont été fortement impressionnés par les innombrables articles de la presse américaine, reproduits ici, concernant la prétendue “résistance” de Vichy à Hitler. A mon arrivée, j’ai trouvé parmi nos plus fervents adhérents une confusion d’esprit telle que certains allaient jusqu’à déclarer : “je suis à la fois pour la France libre et pour Vichy”, ou encore “Au fond, de Gaulle et Pétain doivent être d’accord”. »

46On comprend dès lors pourquoi Arvengas estimait possible un retournement de l’opinion de la colonie en sa faveur, sans avoir réellement les moyens d’une contre-offensive sérieuse. Toutefois, continue J. Soustelle, « sans attaquer de front Vichy ni surtout le maréchal, j’ai entrepris de faire le procès de la politique de “collaboration” et de faire grand bruit dans la presse autour de l’infiltration allemande en Afrique du Nord. Par articles, communiqués, circulaires, conversations privées et allocutions à México et ailleurs, j’ai repris inlassablement ce thème que Vichy, “que le Maréchal le veuille ou non”, fait la politique de l’Allemagne. Depuis, les déclarations de Darlan, l’incident d’Algérie (...), le passage des troupes allemandes d’Italie à Tripoli, sont venus renforcer notre position à tel point que nous pouvons aujourd’hui prendre l’offensive avec succès ». Et Arvengas confirme en écrivant quinze jours plus tard :

  • 28 Idem 26.

« L’attitude actuelle du gouvernement français n’est plus bien comprise et déconcerte beaucoup d’amis de notre pays28. »

47Il est vrai que la France libre multiplie les forums et les rassemblements : après la réception du 15 mars à México, celle du 20 à Puebla ; après l’assemblée générale dans la capitale du 25, prise de parole officielle chez le consul général grec aux côtés des ministres de Pologne et de Hollande, du consul général britannique et d’importantes personnalités mexicaines ; le 27 mars à Toluca, réunion du Comité local « France libre » et de ses adhérents, suivie d’une conférence de Jacques Soustelle en espagnol ; les 29 et 30, conférences publiques, devant quelque mille personnes, et réunions privées à Guadalajara la deuxième ville « française » du Mexique ; le 2 avril réception organisée par Jacques Soustelle en tant que « représentant du général de Gaulle » à México avec les représentants officiels de sept pays (Grande-Bretagne, Belgique, Hollande, Pologne, Grèce, Etats-Unis — l’attaché militaire et le premier secrétaire — et bien sûr Mexique) ; le 3 avril à Ciudad-Mendoza et à Río Blanco, le 4 à Veracruz ; puis encore le 6 à Veracruz pour l’inauguration d’émissions de radio « La voix de la France libre », etc. Le Comité central de la France libre au Mexique, aidé des comités locaux et de ses sympathisants, met donc à profit le retour de J. Soustelle et les différents événements européens qui infirment l’idée d’une « résistance » du gouvernement de Vichy. Il exploite ainsi avec une extrême efficacité un terrain que Londres rend méthodiquement fertile. Le modeste noyau des Français libres et de leurs sympathisants actifs se dépense sans restreindre ses efforts.

  • 29 V/ 02-04-1941, no 60, Arvengas.
    08-04-1941, no 72, Arvengas.
    09-04-1941, no 73, Arvengas.
    29-04-1941, (...)

48Cette campagne est menée avec une acuité d’autant plus certaine que le gouvernement mexicain durcit sa position vis-à-vis de l’Axe. Le 1er avril le gouvernement de Manuel Avila Camacho ordonne la saisie de 12 navires italiens et allemands (10 et 2 respectivement), suivant en cela l’exemple des Etats-Unis29. Le Diario de la Guerra, journal de propagande allemande édité en espagnol, est provisoirement interdit dans les premiers jours d’avril. Une surveillance spéciale est mise en place à la frontière méridionale du Mexique pour empêcher l’entrée au Mexique d’un « agent supérieur » de la Gestapo opérant en Amérique centrale. Une quarantaine d’étrangers sont mis en état d’arrestation — dont bon nombre de communistes espagnols, jugés dangereux. Enfin, tandis que le ministre mexicain en Allemagne, le général Azcarate, est rappelé à México le 9, pour information, le gouvernement mexicain prend possession des navires italiens et allemands en précisant que ceux-ci seront utilisés pour les besoins nationaux ; dans ce cas précis, le gouvernement mexicain anticipe même nettement sur les Etats-Unis (mais il est hautement probable que Washington ait été consulté avant de rendre publique cette décision — les archives du Congrès le laissent amplement supposer) ! La propagande de la France libre bénéficie donc de la politique suivie par le gouvernement mexicain, laquelle justifie indirectement une partie de son argumentation.

49Réciproquement, le gouvernement mexicain et une grande partie des cadres politiques du pays s’avouent déroutés par la politique de Vichy ; c’est ce que rapporte le ministre de France, peu suspect de déformation minorante, le 4 avril :

  • 30 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

« Au cours de conversations que j’ai eues ces derniers jours, en particulier avec de hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, j’ai recueilli nettement l’impression que l’attitude actuelle du gouvernement français n’était plus bien comprise et déconcertait beaucoup d’amis de notre pays.
Le désir de la victoire anglaise est devenu ici quasi unanime et la conviction que l’Allemagne ne peut plus gagner la guerre est de plus en plus répandue, surtout depuis que l’Amérique a pris une attitude très résolue. Aussi se montre-t-on très ému en apprenant qu’au moment où l’Angleterre remporte des victoires par lesquelles, dit-on couramment, les Français doivent se sentir vengés, un incident naval franco-anglais n’a pas pu être évité. Le sous-secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, qui est nettement francophile, m’a dit hier matin au cours d’un entretien très amical : “Il est pourtant bien évident que les Anglais ne cherchent pas la guerre avec la France. Ce sont les Allemands qui veulent vous entraîner à la guerre contre l’Angleterre, surtout afin de pouvoir disposer de votre flotte”...30. »

50Est-ce à dire que le Mexique partage unanimement ces convictions et que, de ce fait, la propagande gaulliste rencontre partout et toujours un terrain, si ce n’est favorable, du moins rarement hostile ? Deux faits prouvent le contraire... Une violente manifestation d’étudiants (en médecine et droit surtout) a lieu à México le mercredi 19 mars : elle est organisée pour protester contre les déclarations favorables aux démocraties (et en premier lieu aux Etats-Unis) du secrétaire d’Etat Padilla. Selon la version officielle, diffusée par la presse, c’est « une manœuvre de personnes irresponsables » servant « d’instruments à des agents d’intérêts étrangers ». L’attaché de presse de la légation allemande, Arturo Dietrich, n’est peut-être pas étranger aux fait incriminés. Mais, manipulés ou non, des étudiants, animés par un sentiment de « yankeephobie » ou par des idéologies anti-impérialistes — l’un n’excluant pas l’autre — ont manifesté sur leur propre initiative dans la capitale leur opposition aux projets gouvernementaux.

  • 31 L/ d. 264 (12), 15-04-1941, Soustelle à daee.

51Second fait, une campagne par tracts et par conversations « d’une violence inouïe » est menée en avril 1941 dans tous les milieux populaires et jusque dans les villages les plus reculés contre la politique pro-alliée du gouvernement ; cette dernière est présentée comme « l’esclave des Etats-Unis » ou « le valet de l’impérialisme américain ». Campagne vraisemblablement suscitée par la légation allemande, elle est pour des raisons de politique intérieure secondée activement entre autres par un important secteur de l’extrême gauche mexicaine plus ou moins lié à l’influence communiste. Les milieux français libres notent « une xénophobie et une nervosité croissante à l’égard des Alliés », dans les milieux populaires : les « Alliés sont indistinctement accusés de se faire les agents de Washington ». Bien que la police mexicaine entreprenne alors une « purge » contre des éléments « nazis », Jacques Soustelle écrit à Londres qu’il « faut s’attendre à de sérieuses difficultés dans un proche avenir » : car « aucun sentiment n’est plus profondément ancré dans l’opinion populaire que la haine des Etats-Unis... »31 Si une grande partie des élites mexicaines urbaines affirme donc son adhésion à la cause des démocraties, les milieux populaires et les cercles d’influence de la troisième internationale maintiennent en 1941 leur opposition à « la guerre impérialiste ».

52Deux points importants résultent des constatations précédentes : les Français libres de México ne s’illusionnent pas quant à l’ampleur de la tâche à accomplir pour unir toute l’opinion publique mexicaine derrière la cause de la France libre (de là l’objectif restreint de « l’opinion qui compte ») ; les rapports de México pour Carlton Gardens ne dissimulent en rien les difficultés rencontrées.

53A son retour de Londres, en mars 1941, J. Soustelle constate pourtant que les tâches du Centre mexicain de la France libre se sont développées « d’une manière extraordinairement rapide » : la correspondance avec les comités mexicains sympathisants et avec ceux de la zone centre-américaine est extrêmement active ; les visiteurs ne cessent de se présenter — tout comme à la délégation de New York — ; les contacts avec la presse et avec les milieux mexicains s’intensifient... Et Jacques Soustelle d’ajouter que ces contacts « demandent un temps énorme dans un pays où l’exactitude est inconnue » ! « Pour bien faire, ajoute-t-il, il faudrait en même temps parcourir tous les Etats de la République comme je l’ai fait seulement en partie ». Ce constat de l’insuffisance permanente des moyens de la propagande est confirmé plusieurs fois, dans la correspondance entre México et Londres ; l’activité est devenue telle que souvent des tâches importantes et délicates comme les contacts officiels souffrent de l’accumulation de travaux urgents de caractère administratif ou d’information.

54Peu de personnes assument en pratique l’ensemble de ces fonctions de propagande : visites et contacts, rédaction des articles et des émissions de radio, correspondance avec l’intérieur du Mexique et avec l’Amérique centrale sont assurés depuis l’été 1940 exclusivement par Médioni et Soustelle, assistés d’une dactylographe, d’un expéditionnaire et d’un garçon de bureau.

  • 32 Idem 31.

55Des aides ponctuelles sont bien fournies, comme pour la mise sous enveloppe des 10 000 bulletins France libre ; mais, pour les tâches décrites plus haut, Jacques Soustelle explique qu’il est « impossible de compter sur aucune collaboration : en effet, la colonie française se compose de commerçants, très pris par leurs affaires et qui ne peuvent pas (...) aider à diriger la propagande, à écrire des articles ou à visiter les fonctionnaires influents32 ». L’argument, peu convaincant, montre la prudente réserve de la colonie française face à un engagement trop direct ou personnel. Néanmoins, J. Soustelle précise qu’il a pu organiser de façon satisfaisante la retransmission par México des bulletins de nouvelles et des instructions de propagande émanant de Londres, « de façon à créer entre tous les Comités français libres de la zone centre-américaine une véritable unité de vues » (l’auteur du rapport se décerne au passage un satisfecit implicite). Mais il ajoute en avril 1941 à propos de cette insuffisance des « permanents » :

« J’ai tenu à mettre la direction des Affaires extérieures au courant de cette situation que mon prochain départ pour l’Amérique centrale et du Sud aggravera encore. Je ne vois pas d’autre solution pour l’instant que de continuer dans les conditions actuelles, tout en essayant de trouver un nouveau collaborateur remplissant les conditions nécessaires. »

56Jusqu’au départ définitif de J. Soustelle pour Londres, G. Médioni et lui continueront à assumer seuls ces responsabilités. Pourtant, il est certain que la colonie ne manque ni de personnalités, ni de potentialités : deux anciens ministres de France sont à México sans activité (dont A. Bodard) ; plusieurs anciens fonctionnaires des services diplomatiques et consulaires ont ou vont démissionner avant ce terme ; enfin, les membres du contingent parti en juin 1940 vers une France qui signa trop tôt son armistice n’avaient pas été jugés indispensables au bon fonctionnement de la colonie et pourraient donc, en théorie, exercer, après leur retour, quelque fonction au sein de la délégation... L’expression « conditions nécessaires » n’étant nulle part développée, il nous est difficile de savoir pourquoi le ou les collaborateurs nécessaires n’ont pas été recrutés ; n’ont certes pas facilité ce recrutement des contraintes budgétaires, l’exemple de la dispersion des énergies nord-américaines, voire la personnalité même des deux meneurs de la propagande française libre, y compris leur non-appartenance à cette colonie « barcelonnette » en cours de « mexicanisation ».

  • 33 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

57Dans une colonie où « les sympathies gaullistes ne seraient dans l’ensemble pas telles qu’elle ne puisse être ramenée à d’autres sentiments »33, est sensible une certaine volonté des Franco-Mexicains de ne pas prendre de position gênante pour le gouvernement mexicain et les affaires françaises, de ne pas se compromettre très explicitement avec le mouvement gaulliste, enfin de ne pas s’aliéner trop le gouvernement de Vichy qui incarne certaines valeurs traditionnelles (christianisme, corporatisme...) de la colonie ; cette dernière respecte le ministre de Vichy, Gilbert Arvengas, d’autant qu’il la « protège » en quelque sorte : « Je craindrais, je le répète, qu’à brusquer nos compatriotes par des mises en demeure on ne contrariât une évolution favorable », écrit le ministre à ses supérieurs de la métropole en février 1941.

58Le journal français du Mexique, organe de la colonie française du Mexique, est à cet égard un excellent baromètre. Dirigé par Vincent, il est l’organe de la colonie ; il est aussi, traditionnellement, la voix de la légation de France, qui le subventionne. En juillet 1940, à la demande directe et pressante de Vichy, Jacques Soustelle y est interdit de publication : le journal maintient toutefois une position aussi neutre que possible entre Vichy et Londres. En ce début de printemps 1941, le journal publie indistinctement ce que lui fournissent la légation de France et la délégation de la France libre ; son animateur se soucie essentiellement de maintenir un équilibre judicieux et s’abstient de toute attaque contre le maréchal. Ce n’est qu’en août 1941, lorsque Vichy ordonnera à son représentant de cesser toute relation avec le journal clairement acquis, si ce n’est au gaullisme, du moins à ses thèses, que cet équilibre fragile sera rompu. Car l’union à tout prix prévaut, pour l’extérieur au moins, au sein de la colonie : l’assemblée générale de la Chambre de commerce française du 12 mai 1941, présidée par le ministre Arvengas, rend néanmoins un vibrant hommage à son prédécesseur Albert Bodard et s’affirme « convaincue que la France ne pourra être libérée de l’immonde étreinte allemande que par le triomphe définitif des armes britanniques » ! Tout en ne se séparant pas du représentant de Vichy — qui est sévèrement rappelé à l’ordre par Vichy pour sa participation à l’assemblée générale —, la colonie condamne implicitement la collaboration prônée par le gouvernement de Vichy et maintient sa représentation dans le Comité interallié.

  • 34 V/ 02-06-1941, no 81, Arvengas.

59Cette position si peu « neutraliste » d’une Chambre de commerce au demeurant assez conservatrice, tout comme celle du ministre de Vichy qui la préside, est, on le comprend, à la merci du premier événement important34. Inversement, situation et force de la France libre au Mexique sont intrinséquement liées aux positions commerciales et à l’anglophilie (peut-être la germanophobie) de la colonie. Cet accommodement original de la contradiction est vraisemblablement l’une des différences essentielles entre la colonie et la population de la France métropolitaine ; il est vrai que la colonie du Mexique n’a cependant pas subi le traumatisme de la défaite.

***

  • 35 L/ d. 266 (14), 15-04-1941, Soustelle ; les pages qui suivent la note doivent beaucoup à ce rappor (...)

60En fonction de ce qui précède, la propagande de la France libre s’oriente ainsi, avant les événements de Syrie de mai 194135 : pendant les mois de janvier et de février 1941, la presse américaine a refusé l’opinion selon laquelle le gouvernement de Vichy résisterait à l’Allemagne ; pour la France libre, cette « illusion largement répandue » a contribué à créer « une dangereuse confusion » tant chez les Français du Mexique que dans l’opinion mexicaine.

61Comprenant qu’il n’est pas possible de remonter ce courant d’emblée en attaquant brutalement Vichy et convaincus que les événements finiront par leur donner raison, Soustelle et Médioni conduisent en mars et avril leur propagande selon les lignes suivantes :

  • Nul plus que nous ne souhaite de croire aux bonnes intentions de Vichy ; mais “l’enfer est pavé de bonne intentions” ».
  • Le gouvernement de Vichy est prisonnier.
  • A côté de Pétain, il y a Darlan, beaucoup plus dangereux que Laval lui-même.
  • En attendant, ouvrons les yeux à la réalité de la “collaboration” ; infiltration allemande au Maroc et en Syrie, attaques de plus en plus violentes contre les Français libres, etc. » (Note du 15 avril 1941).

62Cette position d’attente permet à la France libre de México de ne pas perdre de terrain — sans en gagner cependant ; c’est l’« évolution favorable » notée par le ministre de Vichy — jusqu’aux événements ultérieurs : déclaration très anglophobe de Darlan à propos de blocus, « qui ne semble pas avoir produit une forte impression ici » ; incident d’Algérie ; arrestation d’Egal, etc. S’appuyant sur ces faits, des attaques « extrêmement violentes » sont lancées par personnes et presse interposées, généralement contre le gouvernement de Vichy ; Arvengas en minimise l’importance dans ses rapports à Vichy. Ces attaques sont mêlées le plus souvent d’appels à l’union, union chère à la colonie, mais qui « ne peut se faire autour de la “collaboration” », déclare la France libre. Cette tactique permet de présenter à l’opinion mexicaine une opposition à Vichy largement unie ; elle semble réussir assez bien, au moment où les événements lui prêtent main-forte, début mai.

63La presse mexicaine évolue de plus en plus rapidement, sans jamais avoir connu, depuis 1940, de réelle transition « vichyste » : « autant la presse se montrait germanophile il y a environ un an, autant elle se montre maintenant favorable », écrit Jacques Soustelle sans préciser explicitement s’il s’agit de presse « favorable » aux Alliés ou « favorable » à la France libre en particulier ; peut-être reflète-t-il en cela la presse mexicaine qui tend à confondre tant Vichy et l’Axe que la Grande-Bretagne et la France libre. Ainsi, certains organes de presse passent sans intermédiaire d’une germanophilie et d’une anglophobie plus ou moins latentes à l’enthousiasme simultané pour les Alliés et la France libre du général de Gaulle : or, cette évolution participe d’un mouvement plus vaste ; le Mexicain « moyen » détermine apparemment son comportement de politique étrangère en fonction de son rapport aux Etats-Unis ; en 1941, la plupart des éléments visibles l’inscrivent dans le camp des démocraties, sans qu’un autre choix soit possible. Plus immédiatement, cette évolution de la presse mexicaine est due à la pression des Etats-Unis et du gouvernement mexicain ; à la pression économique exercée par les maisons françaises et alliées (publicité) souvent par l’intermédiaire du Comité inter-allié ; au développement graduel de la propagande de la France libre qui prend progressivement — et modestement — sa place au sein des sources d’informations internationales de la presse mexicaine.

64La presse de la capitale peut alors être divisée comme suit en avril 1941 en fonction de sa conduite à l’égard de la France libre :

  1. Journaux d’information à grand tirage : Excelsior, conservateur modéré, favorable ; Universal, gouvernemental, plutôt neutre mais de plus en plus ouvertement en faveur de la France libre ; Novedades catholique, très favorable à la France libre et inversement très hostile au gouvernement de Vichy ; Ultimas Noticias, quotidien de l’après-midi, est neutre depuis que Soustelle et Médioni ont obtenu la mise à l’écart de son précédent directeur par personnalités mexicaines interposées ; Universal Gráfico également de l’après-midi, est neutre.
  2. Journaux « officiels » : le Nacional, organe du gouvernement, est favorable à la France libre : il publie par exemple, lors du retour de Soustelle de Londres, une interview du « représentant du général de Gaulle ». Le Popular, organe des syndicats, reproduit en bonne place les informations fournies par le Centre de propagande de la rue Marsella et publie assez souvent des articles contre la politique du gouvernement de Vichy.
  3. Journaux d’information d’importance secondaire : la Prensa, journal illustré lu surtout par les catégories les moins favorisées de la population alphabétisée, conserve une attitude neutre : cependant, grâce à l’un de ses rédacteurs qui sert de « contact » au Centre de propagande, la Prensa publie parfois des articles nettement favorables à la France libre que la rédaction — ce n’est pas un sujet essentiel — laisse passer. Le Diano de la Guerra, de l’après-midi, violemment germanophile et indirectement subventionné par la légation allemande, est supprimé le 28 mars par décision du président de la République.
  4. Revues illustrées : C’est dans ce domaine que la propagande de la France libre est la plus faible ; cela est dû aux exigences particulièrement élevées de ces revues, plus indépendantes, qui demandent une « aide » en publicité « tout à fait disproportionnée avec leur tirage réel », écrit Jacques Soustelle. Seuls les Américains, le Comité interallié et surtout les services de propagande allemands sont capables d’une intervention sensible et efficace. Cependant, grâce encore une fois à des contacts personnels le Centre France libre parvient à faire publier de temps à autres de bons articles (interviews dans Orbe et Así par exemple).
  5. Journaux et revues contrôlés directement par le Comité interallié de propagande et par le Centre de propagande de la France libre : Il s’agit d’abord de Candil, hebdomadaire satirique anti-nazi et « gaulliste » qui tire ses numéros à 12 000 exemplaires ; malheureusement, il n’existe plus à notre connaissance de collection un tant soit peu complète de cet hebdomadaire permettant une analyse précise de son contenu. Claridades, ensuite, est un hebdomadaire sportif et taurin à grand tirage dont les deux comités rédigent apparemment tous les articles de politique internationale. La Gaceta de la Guerra, qui semble faire suite aux « Documentos y Comentarios de la Guerra », tire en avril 20 000 exemplaires hebdomadaires.

65Enfin, il faut considérer à part le journal français : son attitude demeure hésitante, son directeur Vincent tentant aussi bien de publier le matériel de Vichy que celui de la France libre ; cette situation « devra s’éclaircir prochainement », tranche le délégué de la France libre.

  • 36 V/ 05-04-1941, no 51, Arvengas.
    29-04-1941, no 69, Arvengas.
    03-05-1941, no 81, Arvengas.

66Il est à remarquer que la légation de France ne se livre à aucune propagande réelle : elle « n’a pas de bureau de presse, ne donne pas de communiqués, ne paie pas d’articles », écrit J. Soustelle. Pourtant, il n’est pas tout à fait exact que la légation de France ne donne pas de temps à autres des communiqués à la presse ; Gilbert Arvengas en mentionne plusieurs36 que la presse diffuse, quoique fort timidement le plus souvent : il semble que la légation ne se soit pas souciée d’entourer ses communiqués du maximum de publicité ; de fait, la plupart des communiqués annoncés par Arvengas à Vichy n’ont à notre connaissance pas été retenus par la presse mexicaine ! Quoi qu’il en soit, cette petite restriction aux affirmations de Soustelle n’infirme pas sensiblement le fait que « la légation de France ne se livre à aucune propagande ». La légation ne saurait du reste compter sur un appui financier sensible de la colonie ; celui-ci est acquis au Comité interallié et, en second lieu, à la France libre. La légation se borne à transmettre un service d’extraits de presse qui n’est reproduit régulièrement que par le journal français sous des titres prudents tels que Revue éclectique de la presse. Aucun journal ne publie d’informations ou de commentaires favorables à Vichy issus de la légation : au début de l’hiver 1940-1941, l’essentiel du matériel favorable à Vichy publié par la presse mexicaine provenait des journaux américains.

67Il nous faut, avant de conclure cette analyse de la position internationale de la presse mexicaine et de ses rapports avec les propagandes étrangères, envisager le cas spécifique de :

68f) La presse des Etats. Elle est caractérisée généralement par sa faiblesse financière ; elle publie généralement des informations américaines (ap et up), ainsi que des informations anta, désormais Reuteur-afi.

69En ce qui concerne les articles, la plupart des journaux de province accueille désormais volontiers ce qu’on leur propose, pourvu que ces articles leur soient donnés gratuitement et qu’ils ne s’opposent pas radicalement à leurs positions politiques. Le Servido Mundial, agence pseudo-indépendante dirigée par un Français favorable à la France libre, Alexis Lousteau, exploite cette possibilité et distribue chaque mois 3 ou 4 articles à 25 ou 30 journaux ; il assure ainsi à la France libre de 75 à 120 publications favorables mensuelles. L’organisation allemande de propagande centrée autour du service de presse de la légation et de l’agence dnb paraît être sérieusement concurrencée dorénavant sur ce terrain de la presse provinciale, à l’exception de certaines villes où la population allemande est importante (Yucatán...). Jacques Soustelle écrit même que « l’organisation allemande ne semble pas avoir réussi à nous battre sur ce terrain » : cela semblerait refléter surtout d’une part les progrès enregistrés par la propagande du Comité interallié, à base principalement britannique, depuis 1940 et d’autre part une meilleure implantation provinciale des colonies françaises « orphelines ».

70Nous ne disposons toutefois d’aucun élément substantiel permettant d’évaluer les éventuels progrès de la propagande française libre radiodiffusée pour le premier semestre de 1941.

71Le rôle du Centre mexicain de la France libre pour l'Amérique centrale et les Caraïbes peut, par contre, être correctement cerné.

72En effet est envoyé de México, par télégrammes, lettre-avion ou courrier ordinaire, à tous les comités France libre de la zone, c’est-à-dire :

Bogotá, Colombie

Comayagua, Honduras

San José, Costa-Rica

Managua, Nicaragua

La Havane, Cuba

Colon, Panamá

San Salvador, El Salvador

Mayagüez, Puerto-Rico

Guatemala, Guatemala

San Pedro de Marcorís, Rep. Dominicaine

Port-au-Prince, Haïti

Caracas, Venezuela

73le matériel suivant :

  • Câbles reçus de Londres
  • Causeries radio et autre matériel de Londres.
  • Les propres causeries radio de la France libre mexicaine.
  • Les « Documents de la France libre ».
  • Des publications diverses et le Bulletin de la France libre mexicaine.

74Le rôle de coordination régionale du Centre de propagande France libre de México est visiblement renforcé sur l’initiative de Londres à partir du retour de Soustelle ; la aussi, malgré la dispersion géographique des différents comités à coordonner, l’écueil new-yorkais est évité, la coordination réussie. L’habileté, la formation à la propagande et la forte personnalité du délégué n’y ont pas peu contribué : Soustelle se préoccupe précisément dès son retour dans la capitale mexicaine d’organiser un voyage en Amérique du Sud, en Amérique centrale et dans les Caraïbes, auprès des différents « comités France libre » dépendants du Centre de México. Une rencontre avec Albert Ledoux, ex-premier secrétaire à Montevideo [13, I, p. 32], responsable de la propagande de la France libre en Amérique du Sud, est en outre prévue au Pérou afin que les homologues coordonnent au mieux leur propagande dans chaque district. Le départ du délégué, initialement prévu pour le 7 avril, est repoussé à la fin du mois en raison de la lenteur des consulats concernés à délivrer les visas de tourisme nécessaires.

75Avant les événements de Syrie et la signature des Protocoles de Paris les 27 et 28 mai, la situation des relations franco-mexicaines peut donc ainsi se résumer :

  • Le gouvernement mexicain s’affirme très nettement en faveur des Alliés ; il va même jusqu’à contourner la défiance traditionnelle des Mexicains vis-à-vis de leurs voisins du nord en anticipant sur certaines mesures pro-alliées du gouvernement des Etats-Unis.
  • L’opinion publique, en retard par rapport au gouvernement, évolue lentement dans le même sens, sous l’effet conjugué de propagandes nationales et étrangères.
  • La haute considération de la France au Mexique qui est essentiellement le fait, au Mexique, des intellectuels se reporte — du moins ce qu’il en reste — sur la France libre, la position du gouvernement de Vichy n’étant plus comprise.
  • L’activité de propagande quasi nulle de la légation de Vichy laisse le champ ouvert à celle de la France libre, bien vue du gouvernement mexicain dans son ensemble : l’obstacle traditionnel, la propagande allemande, n’est plus rédhibitoire ; les aléas des relations Churchill-de Gaulle ne semblent plus pouvoir affecter durablement la propagande française ; la principale et puissante menace sur la propagande française libre et ses moyens très limités vient désormais des Etats-Unis et de leurs activités de propagande en cours d’organisation.

La saisie par le gouvernement mexicain de douze navires allemands et italiens
Le 1er avril 1941, le gouvernement mexicain saisit douze navires allemands et italiens réfugiés dans ses ports ; un an plus tard, un navire pétrolier français, le Mérope, subira un sort identique. Ces navires sont :
— à Tampico, les cargos italiens « Marino Odero » (5 479 tonnes) et « Stelvio » (4 962 tonnes) ; les pétroliers italiens « Lucifero » (4 500 tonnes), « Genovano » (6 066 tonnes), « Fede » (7 884 tonnes), « Atlas » (2 005 tonnes), « Americano » (7 008 tonnes), « Vigor » (6 510 tonnes), « Tuscania » (6 904 tonnes) et le paquebot allemand de la Hamburg Amerika Linie « Orinoco » (9 660 tonnes).
— à Veracruz, le cargo italien « Giorgio Fascio » (6 735 tonnes) et l’allemand « Hameln » dont le tonnage n’a pu être précisé.
Au total, c’est donc un tonnage de 58 059 tonnes appartenant à l’Italie qui est donc saisi par les autorités mexicaines pour être bientôt affrété sous pavillon mexicain ; et environ 15 000 tonnes appartenant à l’Allemagne.
L’occupation de ces bâtiments de l'Axe, synchrone des mêmes mesures prises par les Etats-Unis, fut effectuée par des contingents de troupes fédérales et de fusiliers marins.
Avant l’arrivée du détachement mexicain à bord du pétrolier « Atlas », chargé de 2 000 tonnes de trinitrotoluène (tnt), l’équipage ouvrit les valves des cales et coula le navire dans le port de Tampico. L’équipage fut débarqué militairement et tenu à la disposition des autorités mexicaines ; une instruction judiciaire fut ouverte contre le commandant du navire et ceux des membres de son équipage responsables de ce sabotage.
L’« Atlas » fut par la suite rapidement renfloué par les services techniques du port de Tampico et déchargé de ses explosifs. Par ailleurs, la machinerie de l’« Orinoco » subit également, avant l’occupation par les troupes mexicaines, des destructions.
Le Secrétariat d’Etat aux Relations extérieures déclara le premier avril dans un communiqué à la presse que l’occupation des navires des puissances de l’Axe avait été décidée comme « mesure de protection » en vue d’éviter le sabotage de ces navires.
Les ministres d’Allemagne et d’Italie au Mexique protestèrent auprès du gouvernement mexicain contre la saisie de leurs bâtiments respectifs : par deux notes en date des 2 et 4 avril, la légation du Reich réclama la révocation immédiate de la décision ainsi que la libération et le libre réembarquement des équipages. Par note du 2 avril, la légation d’Italie, dans l’attente d’instructions précises du gouvernement de Rome, protesta formellement contre l’occupation « injustifiée » des dix navires italiens. La presse mexicaine dans son ensemble suivit avec attention les développements de cette affaire qui opposa gravement pour la première fois les gouvernements de l’Axe et du Mexique, ce dernier faisant appel à l’étonnant nationalisme mexicain contre les assertions — « ingérences » — des légations d’Allemagne et d’Italie,
Le Secrétaire d’Etat aux Relations extérieures, E. Padilla, répondit le 7 avril à ces diverses notes, exposant « que selon les lois mexicaines et les règles de droit international universellement acceptées, le gouvernement mexicain était responsable — à l’exclusion de tout autre — de la sécurité des ports et eaux territoriales de la République ; que les sabotages qu’auraient pu commettre les commandants des navires de l’Axe réfugiés dans les ports mexicains n’auraient pas constitué seulement une violation de la souveraineté du Mexique, mais aussi une grave perturbation de l’ordre dans ces ports ; que le sabotage exécuté à bord de l’« Atlas » prouvait que ces craintes étaient fondées ; qu’en conséquence, le gouvernement mexicain considérait comme entièrement justifiée l’attitude qu’il s'était vu dans la nécessité d’adopter et regrettait de ne pouvoir satisfaire aux exigences des gouvernements allemand et italien ».
Le 8 avril, le président Manuel Avila Camacho signa un décret aux termes duquel :
1) Le ministère des Affaires étrangères (sre) notifiait aux représentants diplomatiques des Etats belligérants possédant des bateaux immobilisés dans les ports mexicains que le gouvernement des Etats-Unis mexicains avait saisi ces bateaux en vue de les utiliser pour le commerce maritime de haute mer et decabotage.
2) Le ministère de la Marine procéderait à l’immatriculation de ces bateaux et à leur inventaire.
3) Le ministère de l’Intérieur prendrait les mesures nécessaires pour que les officiers et les hommes d’équipage des bateaux saisis puissent rester dans le pays ou se rendre dans leur pays d’origine, s’ils en avaient la possibilité.
4) Le ministère des Finances fixerait l’indemnité à verser pour chacun des bateaux saisis. Les indemnités seraient versées à la fin de la guerre.
Ce décret était précédé d’un exposé des motifs où il était établi :
que l’état de guerre provoquait une profonde perturbation du commerce maritime mondial, laquelle affectait gravement les pays neutres ;
— que le commerce maritime était actuellement impossible entre les neutres et que ceux-ci étaient dans l’impossibilité de se ravitailler pour leurs besoins les plus vitaux ;
— que le Mexique était l’un des pays qui souffrait le plus de cet état de choses, car, d’une part, il avait un besoin absolu de produits transportés par bateaux, et, d’autre part, il ne possédait pas une marine de haute mer ;
— que si des mesures rapides et efficaces n’étaient pas prises, l'économie mexicaine subirait des conséquences désastreuses ;
— que la doctrine internationale reconnaissait aux Etats belligérants le droit de réquisitionner pour leur propre usage les bateaux appartenant à des Etats neutres pourvu que les propriétaires reçussent une juste compensation ;
— que les principes les plus élémentaires de justice et d’équité devaient reconnaître ce même droit aux Etats neutres, puisque les guerres modernes faisaient subir aux Etats neutres des dommages aussi grands qu’aux Etats belligérants ;
,... — que reconnaître aux neutres le droit de réquisition était une petite compensation des dommages qu’ils subissaient ;
— que pour éviter des actes de sabotage, le gouvernement mexicain s’était vu dans la nécessité de prendre sous sa garde les bateaux de pavillons belligérants immobilisés dans ses ports ;
— que la dévolution de ces bateaux à leurs équipages aurait créé de nouveau la situation dangereuse que l’on avait voulu éviter par leur occupation ;
— que si le Mexique n’utilisait pas ces bateaux, leurs propriétaires ne pourraient pas les utiliser, eux non plus, tant que durerait la guerre, de sorte qu’il se créerait une situation négative qui n’avantagerait personne et qui obligerait les autorités mexicaines à maintenir à bord de ces bateaux un service de garde très coûteux et sans aucune compensation.
En exécution de ce décret, dont l’aspect sophistique est assez évident, les douze navires concernés ont été placés le 10 avril sous pavillon mexicain. Les sept pétroliers italiens ont été remis en mai à la Compagnie mexicaine des Pétroles en vue d’assurer les services de distribution entre les ports du golfe du Mexique et pour rechercher de nouveaux débouchés pour le pétrole mexicain en Amérique centrale et du Sud. Tous les navires ont été rebaptisés et naviguèrent donc ultérieurement sous des noms différents. C’est ainsi que le « Potrero de Llano », torpillé au large de Miami le 13 mai 1942 au soir, vraisemblablement par un sous-marin allemand, n’était autre que le « Lucifero » italien saisi en avril 1941. Les navires saisis sont donc bien mis en service le plus rapidement possible au bénéfice, en particulier, du pétrole mexicain dont la situation commerciale n’est toujours pas, en 1941, brillante.
Les quatre cargos ont été utilisés, selon toute vraisemblance, pour le service du cabotage dans le golfe du Mexique. Quant au paquebot « Orinoco », les autorités mexicaines envisageaient en avril 1941 de l’utiliser pour le service d’une nouvelle ligne mexicaine de navigation entre Veracruz, La Havane et New York...
Il est à remarquer, pour conclure,
1) qu’en devançant les Etats-Unis en ce qui concerne l’étendue des mesures prises à l’égard des navires des puissances de l’Axe, le gouvernement mexicain a sans doute voulu échapper au reproche que lui adressent sans cesse ses adversaires de suivre trop docilement les instructions de Washington ;
2) que si ces mesures constituent, du point de vue juridique, une curieuse interprétation du vieux droit d'angarie, du point de vue commercial, cette attitude paraît aisément justifiable et couvre d’un aspect légal cette coopération mexicaine à l’action concertée des républiques américaines contre la marine marchande des pays totalitaires ;
3) que dès le 25 mars, un sénateur (T.L. Calcaneo) avait demandé au Sénat que le gouvernement mexicain mît l’embargo sur les navires italiens réfugiés au Mexique en paiement d’une somme de 35 millions de pesos qui n’aurait pas été payée par le gouvernement italien en contrepartie des livraisons de pétrole effectuées par le Mexique ; cela en exécution des contrats commerciaux de troc conclus avec certaines firmes italiennes pour la livraison de trois bateaux-citernes promis à la Compagnie mexicaine des Pétroles.
Le lendemain 26 mars 1941, la légation d’Italie déclarait dans un communiqué à la presse que « l’Italie ne devait rien au Mexique ; que les difficultés rencontrées par l’Italie pour livrer les navires pétroliers construits pour le compte du gouvernement mexicain à Gênes n’étaient pas imputables au gouvernement italien ; que la balance des comptes relatifs aux contrats de troc conclus entre les deux pays présentant un solde créditeur de 911 744, 57 $ US, la Compagnie mexicaine des pétroles devait encore des livraisons de pétrole équivalentes à l’Italie ».
Or, d’après des renseignements recueillis par le ministre Gilbert Arvengas, l’Italie serait réellement débitrice en 1941 envers le Mexique, d’une somme de l’ordre de 17 millions de pesos, variant suivant que l’on comptabilise ou non dans le solde les trois bateaux non livrés mais achevés. Le problème ne resta pas longtemps dans l’incertitude car le gouvernement italien, en réponse à la saisie de ses bateaux, saisit de son côté début avril les trois bateaux en question.
Quant à l’Allemagne, sa dette, au titre de contrats de troc, pour non-livraison de matériel industriel commandé en échange de livraisons de pétrole mexicain représenterait selon les sources déjà citées une somme de 50 millions de pesos décomposée comme suit :
— 14 millions pour le matériel électrique destiné à la station hydraulique d’Ixtapantongo.
— 15 pour le matériel (machines, tuyautage, poutres, etc.) destiné à la station hydraulique « El Azucar » (Tamaulipas).
— 25 millions pour divers autres contrats de fournitures industrielles non exécutés.

Notes

1 Stehlin, Paul, Témoignage pour l’histoire, Paris, 1964, p. 307.

2 V/ 05-04-1941, no 51, Arvengas.

3 V/21-02-1941, no 17, Arvengas.

4 V/1941, Arventas.

5 V/ 14-02-1941, t.nos 23-24, Arvengas.

6 Naw, rg, 711. 12/1541, Boal au Sec. d’Etat, 24-01-1941.

7 V/ 24-03-1941, no34, Arvengas.

8 V/ 05-01-1941, no 4, Bodard.

9 Secretaria de Relaciones Exteriores, Memoria 1940-1941, México, pp. 66-69.

10 V/ 14-01—1942. no 11, Clauzel.

11 V/ 24-02-1941, no 18, Arvengas et [54b] et [67], pp. 240-255.

12 V/ 02-04-1941, t. no 62, Arvengas.

13 V/ 13-05-1941, no 77, Arvengas.

14 V/ 1209—1941, - no 125, Arvengas.
La dépêche du 23-05-1941, no 29 n’existe pas dans les cartons accessibles.

15 V/ 18-04-1941, Arvengas. Rochat répond de Vichy le 29 que désormais seule la légation de Washington transmettra ; ce problème de transmission du courrier se pose à l'échelle du continent américain tout entier.

16 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

17 L/ d. 264 (14), 16-04-1941, Soustelle à de Gaulle.

18 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

19 L/ d. 264 (14), 16-04-1941, Soustelle à de Gaulle.

20 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

21 L/ d. 264, 15-04-1941, Soustelle à de Gaulle.

22 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

23 V/ 24-03-1941,/no 49, Arvengas.

24 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

25 L/ d. 264 (10), 16-03-1941, Soustelle.

26 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

27 Idem 25.

28 Idem 26.

29 V/ 02-04-1941, no 60, Arvengas.
08-04-1941, no 72, Arvengas.
09-04-1941, no 73, Arvengas.
29-04-1941, no 71, Arvengas.
03-04-1941, no 48, Arvengas.

30 V/ 04-04-1941, no 67, Arvengas.

31 L/ d. 264 (12), 15-04-1941, Soustelle à daee.

32 Idem 31.

33 V/ 21-02-1941, no 17, Arvengas.

34 V/ 02-06-1941, no 81, Arvengas.

35 L/ d. 266 (14), 15-04-1941, Soustelle ; les pages qui suivent la note doivent beaucoup à ce rapport.

36 V/ 05-04-1941, no 51, Arvengas.
29-04-1941, no 69, Arvengas.
03-05-1941, no 81, Arvengas.

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540