Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vichy et la France libre au Mexique

 | 
Denis Rolland

Première partie. La veillée d’armes, printemps 1939-juin 1940

Chapitre premier. Le Mexique, la France et l’aube de la guerre

Texte intégral

La médiocre situation des relations franco-mexicaines en 1939

1Au moment de l’Indépendance, la Nouvelle-Espagne, qui se voulait mexicaine, cherchait à s’ouvrir sur un monde qui n’était plus uniquement l’Europe à travers l’Espagne. Cette tentative d’européanisation se faisait, soit par imitation directe de l’Europe, notamment de la France, soit par imitation seconde à travers cette espèce de surgeon que constituaient à cette époque les Etats-Unis. L’imitation de la France était aisément perceptible au Mexique avant 1910, qu’il s’agît au xixe siècle de milieux conservateurs, Santa-Anna par exemple, ou de libéraux, tels Juarez, Melchior Ocampo, Porfirio Díaz... Ce dernier, métis, fut l’un de ceux, dans un pays métis, qui contribuèrent le plus à européaniser et particulièrement à franciser le Mexique, ou tout au moins un certain nombre d’éléments de la société mexicaine ; car il existait alors une évidente discordance entre la strate de la société modelée par l’influence française et les structures sociales profondes de la nation [300, 301]. Cette influence de la France au Mexique fut dynamisée au xixe siècle par l’implantation de la plus importante colonie française de l’étranger : pour l’essentiel originaires d’une petite vallée des Basses-Alpes, celle de la haute Ubaye et de Barcelonnette, et fidèles aux idéaux républicains, ces Français constituèrent un véritable « empire » textile et devinrent en quelques décennies les financiers de l’Etat mexicain ; la Banque du Mexique est ainsi contrôlée par des intérêts français à l’orée du xxe siècle.

2Après le Porfiriat (1976-1910) et l’exil, parisien, de Don Porfirio, la Révolution. Commencée en 1910, elle est à terme et d’une certaine manière le rejet du positivisme et de tous les éléments importés, surimposés à la réalité sociale mexicaine. Mais, et ce n’est pas là la moindre contradiction apparente de ces événements, ce rejet est opéré par des acteurs fréquemment formés eux-mêmes au creuset d’une éducation positiviste. Pays fondamentalement métis, le Mexique finit par reconnaître qu’il n’est ni un reflet de l’Europe, ni vraiment une future Amérique du Nord [164] ; qu’il est encore à la recherche de sa véritable personnalité, d’une personnalité diplomatique propre. Cependant, avec les troubles révolutionnaires du début du xxe siècle, c’est une image profondément dégradée du gouvernement mexicain qui s’impose progressivement aux opinions publiques des pays industrialisés, au point de devenir ce truisme caractéristique des années 1930, aux Etats-Unis comme en Europe : Mexique perpétuellement agité par des soubresauts révolutionnaires. On retrouve cette image aussi bien dans certaines correspondances diplomatiques nord-américaines que dans les propos rapportés par Hermann Rauschning dans son livre Hitler m’a dit ou dans la littérature populaire européenne — jusque dans la bande dessinée naissante, qu’on songe, par exemple, aux Pieds Nickelés au Mexique !

3Réciproquement, la Première Guerre mondiale suscite au Mexique des interrogations redoublées : l’Europe est-elle encore en état de dicter avec autant de force qu’auparavant ses directives spirituelles ? L’écrivain francophile Alfonso Reyes écrit que si « subsiste, dans l’élite, (...) une vive attention à l’égard des choses d’Europe », l’opinion mexicaine pense que cette Europe « se perd dans la déliquescence » [171]. En France, la première conflagration mondiale et ses conséquences politiques et financières engendrent une conception profondément modifiée des relations franco-mexicaines : les relations avec le Mexique sont désormais traitées pour les affaires majeures comme un appendice des relations avec les Etats-Unis. Des années 1920 à la fin de la décennie suivante, les principales décisions diplomatiques françaises à l’égard du Mexique tendent à prendre d’abord le chemin de Washington, consultée chaque fois que cela paraît utile ou nécessaire, dont on ne saurait outrepasser explicitement le rôle admis de protagoniste régionale, et qui prend en charge, avec les siens propres, la défense des intérêts français : ainsi, la Commission internationale des banquiers chargée de régler le problème de l’indemnisation des intérêts étrangers lésés lors de la Révolution est en fait contrôlée par la Banque Morgan.

4Fait significatif de cette nette prise en considération de la doctrine continentale de Monroe par le gouvernement français, les attachés militaire, naval et aéronautique de France au Mexique résident tous à Washington ; et cela jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale ; seul l’attaché commercial reste en poste à México. Ainsi les effets de la doctrine panaméricaine de Monroe entrent dans la pratique diplomatique française pendant l’entre-deux-guerres. C’est par ce biais que l’on comprend le mieux le déclin de la puissance française dès l’aurore de la Première Guerre mondiale.

5Jusqu’au premier après-guerre, les intérêts et une « américanophobie » (sentiment européen de supériorité et d’antériorité culturelles) latente d’une partie de la colonie française du Mexique pouvaient imprimer aux relations étudiées une orientation d’autant plus différente que la colonie possédait traditionnellement son représentant attitré aux Assemblées. En fonction de ce nouveau principe de base qu’est alors la prise en considération obligatoire de la première puissance mondiale, la diplomatie française s’efforce ensuite de défendre les intérêts de sa colonie, décimée dans ses forces vives par la guerre (près de la moitié des mobilisés et engagés), et de ses investisseurs privés, considérablement lésés par les événements révolutionnaires. Fruit d’un rayonnement culturel maximal passé, mais dont le déclin n’est encore que minoritairement perçu, quelques Mexicains se sont engagés dans l’armée française : en témoigne une plaque commémorative apposée aujourd’hui sur les murs de Barcelonnette. L’idée que « l’Europe ne donne plus le bon exemple » [171, p. 57] fait néanmoins son chemin au Mexique, jusqu’à être ouvertement exprimée à la tribune de la Société des Nations quelques années plus tard.

6La France, pourtant, s’était empressée de reconnaître et de soutenir le premier président du Mexique révolutionnaire, Madero (1911-1913), lequel avait étudié en France ; puis son assassin et successeur Huerta, indien huichol sorti du rang (1913-1914). Elle escomptait une stabilisation rapide du nouveau pouvoir dans la logique d’une succession prévue et parfois souhaitée d’un gouvernement porfirien sclérosé. Mais, échaudée par ses déconvenues, la France tarda ensuite à reconnaître Carranza (1915-1920), militaire peu suspect de francophile contrairement à la majorité des élites mexicaines traditionnelles ; Carranza, plutôt germanophile, ne le reprocha pas peu à la France.

7Cette évolution nouvelle, que l’on saisit nettement sous le gouvernement carranciste, procède de deux données, fondamentales pour la compréhension de l’histoire des relations franco-mexicaines de 1915 à 1940. D’une part, cinq années de troubles successifs ont détruit le crédit du gouvernement mexicain auprès des autorités françaises ; ces dernières se laissent dominer par un sentiment viscéral de défiance à l’égard du Mexique, défiance renforcé après la révolution russe. défiance devient, au moins jusqu’au début des années 1930, un poncif unanimement admis de la culture générale européenne. D’autre part, beaucoup plus que sous le porfiriat, la sourde concurrence en territoire mexicain des deux propagandes allemande et française, plus encore que celle des intérêts économiques, tend à obérer partiellement l’activité diplomatique française au Mexique déjà soumise à la diagonale nord-américaine ; l’éventuelle germanophilie de Carranza peut dans ce sens être interprétée en tant qu'épiphénomène des propagandes.

8La fin de la Première Guerre mondiale et la période de reconstruction en France enterrinent donc le recul de l’influence française au Mexique et le déclin des relations envisagées. La normalisation des relations diplomatiques, entre 1921 et 1923, n’entraîne pas de changement notoire des échanges commerciaux entre les deux pays : ils retrouvent à peine, en francs constants, en 1938 leur niveau de 1914... La colonie française, numériquement amoindrie (900 hommes en 1918 contre 3 787 en 1910), surtout comparativement aux autres colonies étrangères, est dans l’ensemble animée d’une vitalité moin conquérante ; les liens, notamment dans l’éducation des enfants, se relâchent avec la mère-patrie ; le mouvement migratoire France-Mexique se tarit progressivement, parfois à l’initiative même des émigrés ! Le marché mexicain est, pour la France de l’entre-deux guerres, un marché à redécouvrir... La réduction en 1938 du nombre des circonscriptions consulaires de la France au Mexique, de trois à une, concrétise ce mouvement de recul.

9Le Front populaire ne suscite qu’un bref enthousiasme du Mexique cardeniste qui participe cependant à l’exposition universelle de Paris en 1937 ; espoir vite déçu par l’attitude neutraliste française dans le conflit espagnol ; de son côté, la France est rapidement absorbée par ses préparatifs de belligérance.

10La France est le dernier pays touché par la crise économique dite « de 1929 », et à un degré moindre que les autres pays capitalistes. Pourtant, les déficiences du parlementarisme y sont telles que les difficultés économiques et sociales débouchent sur une véritable crise de régime. La paralysie de l’exécutif jointe à une véritable « dictature » des Chambres contribuent à l’accroissement rapide du nombre des détracteurs du régime parlementaire.

11Après la chute du second gouvernement Blum, en avril 1938, Edouard Daladier devient président du Conseil. Il rompt avec la majorité de Front populaire, s’appuie sur la droite et fait entrer des modérés dans son cabinet. A l’exception de mesures financières et natalistes, ses préoccupations sont essentiellement d’ordre extérieur, avec en particulier Munich et l’affaire polonaise ; mais un ordre extérieur très concentré sur l’Europe.

Un Mexique post-révolutionnaire ?

12Pendant le sexennat cardeniste, la plupart des structures du Mexique actuel — économiques, sociales, et syndicales, politiques, et culturelles — se mettent en place. Formé en 1934, « le gouvernement du général Cárdenas constitue un immense pas vers la gauche », selon une historiographie mexicaine unanime ; c’est « le moment culminant de la Révolution mexicaine »... Jamais auparavant, il est vrai, on n’avait distribué effectivement de terres avec un rythme aussi soutenu ; jamais, les hommes au pouvoir ne s’étaient préoccupés avec autant de conviction apparente du mouvement ouvrier ; les biens des compagnies pétrolières furent expropriés. La politique internationale mexicaine se voulut alors « sans faille ». Et le vigoureux gouvernement Cárdenas, s’il commit des erreurs, obtint aussi d’importants succès qu’il sut valoriser auprès de son opinion publique.

13L’un des contemporains, pourtant des plus perspicaces, Jesús Silva Herzog, décrit ainsi en 1942 dans la revue « Cuadernos Americanos » le gouvernement de Lázaro Cárdenas, au moment où sa légende est en gestation : « Il parvint à ce que la liberté règne dans tout le pays ; il respecta la vie humaine et fit du Mexique le refuge de tous les persécutés du monde. Durant les derniers mois de son gouvernement, il assuma la crise de la Révolution » [95]. L’histoire immédiate voisine alors au Mexique avec l’hagiographie, dont se saisira l’historiographie officielle, ou avec le pamphlet... Quelques années plus tard, le même auteur développe son idée de « crise de la Révolution » ; « la Révolution mexicaine est à présent un fait historique », écrit-il [94]. Le sexennat de l’héritier officiel de Cardenas, Manuel Avila Camacho, en apporte de nouvelles preuves.

14Or le Mexique de 1939 est un Mexique en proie à de réelles difficultés financières et économiques, nationales et internationales : le coût de la politique sociale cardeniste joint au délicat placement de la production pétrolière consécutif à la récente nationalisation sont directement à l’origine de ces difficultés. Mais, intérieurement, le gouvernement s’est nettement affermi, même si l’équilibre atteint reste fragile : le pouvoir ne semble plus à la merci de vicissitudes révolutionnaires, tandis que le charisme personnel du président élargit de manière significative la légitimité apparente de ce pouvoir. En politique étrangère, le Mexique s’affirme à la fin des années 1930 par le canal du droit international ; il tient tête, sur la base d’arguments légaux et constitutionnels, aux investisseurs étrangers lésés par les expropriations pétrolière et ferroviaire ; il les invite, qui plus est, à négocier. Mais, dans la perspective européenne ou nord-américaine, ces démarches ne sont certes pas à verser au crédit du Mexique !

15Cependant, le Mexique continue imperturbablement à dénoncer avec énergie les violations du droit international (Anschluss...), à soutenir effectivement l’Espagne républicaine, dans la limite de ses peu importants moyens, enfin à affirmer son respect intransigeant des principes démocratiques. Il n’en demeure pas moins que c’est son identité révolutionnaire qu’il continue à afficher et proclamer avant tout : qu’est-ce à dire en 1939, près de trois décennies après le déclenchement de cette Révolution ?

161989. Pour l’historiographie officielle mexicaine, la révolution se poursuit encore : ses détracteurs sont nombreux. Quant à la mythologie cardeniste, elle fait aujourd’hui du président Cárdenas le dernier des présidents révolutionnaires — et non le moindre —. Le parti révolutionnaire institutionnel (pri), issu du parti de la Révolution mexicaine (prm) de Cárdenas, fait encore plonger les racines de sa légitimité vers ces années 1930, celles de l’administration « révolutionnaire » de Cárdenas ; refusant de renoncer aujourd’hui à l’épithète « révolutionnaire », il maintient cette fiction par le biais d’une historiographie et d’un langage politique fossilisés à cet effet.

17En fait, la majorité des historiens arrête à la fin du mandat présidentiel de Cárdenas la période dite de la « révolution » ; c’est par exemple le cas du livre français classique de Jean Meyer intitulé précisément « la révolution mexicaine ». Dans cette perspective, notre étude se situerait donc de part et d’autre d’une rupture entre période révolutionnaire et période post-révolutionnaire.

18Qu’en est-il de cette césure et, plus généralement, du devenir de cette Révolution mexicaine ? Quelles sont, pendant la période étudiée, la nature et les mécanismes du pouvoir mexicain ? Comment fonctionnent et s’imbriquent alors les « mécaniques » gouvernementale et diplomatique ? A quel moment et pourquoi opérer le découpage « fin de révolution » ? Quels sont surtout, dans ce domaine, les fondements de la perception diplomatique française du Mexique, puisque là seulement est notre sujet d’étude ?

19Pour les historiens marxistes, la révolution mexicaine est une révolution bourgeoise [242]. Pour d’autres, non « suspects » de marxisme, elle est « au contraire » une révolution populaire [94, 95]. Plus encore que pour la Révolution française, les épithètes sont délicats à attribuer, surtout d’une manière chronologiquement globale ; mais, une fois déterminé l’épithète, il fixe un cadre possible aux césures chronologiques. Une majorité d’historiens s’accorde néanmoins pour affirmer que la révolution mexicaine est une révolution « démocratico-libérale, agraire et anti-impérialiste ». M. François-Xavier Guerra a sans nul doute fourni récemment les modèles d’interprétation les moins réducteurs et les plus satisfaisants [63 b], qu’il est donc inutile de reprendre ici.

20Si l’on adopte modestement le modèle conceptuel de la théorie politique classique qui distingue avec bien des schématismes entre révolutions politique et sociale, la révolution mexicaine apparaît bien plus comme une révolution politique : elle met fin à un régime oligarchique, le porfiriat, qui, d’une certaine manière, bloquait le développement du capitalisme [56]. Mais la révolution mexicaine se déclenche en 1910 dans un contexte international où l’Etat se transforme en Etat de masse (avec la formation des partis, la consolidation des mouvements ouvriers et l’apparition de mouvements révolutionnaires de caractère international). Dès le début, les troubles paysans donnent à la révolution mexicaine ce caractère de phénomène de masse ; la révolution a été faite par les (ou grâce aux) « masses » populaires : ce sont toutefois les classes moyennes rurales et urbaines qui ont donné à la révolution une grande part de son impulsion et de sa direction. L’historien mexicain Arnaldo Córdova en déduit que cette révolution, loin d’être une révolution sociale, constitue à proprement parler une forme, inédite dans l’histoire, de révolution politique : une révolution populiste. En effet, les gouvernements de la révolution mexicaine n’ont jamais remis en cause le droit à la propriété privée ; même pendant l’administration cardeniste, il ne s’agit nullement d’abattre le régime de la propriété privée mais d’améliorer la situation des paysans sans terre et de maintenir un consensus à la base d’un gouvernement post-révolutionnaire.

21Les constitutionalistes (Carranza, Obregón) portèrent un coup fatal à la révolution : ils créèrent un régime social destiné de fait à écarter les risques et l’idée de révolution sociale en manipulant certains secteurs sociaux par l’intermédiaire de la satisfaction de demandes limitées. Ainsi, entre 1929 et 1938, la population fut de plus en plus étroitement contrôlée par un système corporatif « révolutionnaire » proposé par le parti officiel et les organisations syndicales, semi-officielles.

22Dans ce cadre, le régime se donne pour objectif politique implicite d’institutionnaliser progressivement le système de gouvernement paternaliste et autoritaire : l’exécutif est doté de pouvoirs extraordinaires permanents : sont prévus et utilisés notamment le contrôle de la propriété privée (art. 27 de la constitution de 1917) et l’arbitrage présidentiel de dernier recours de tous les conflits (art. 123). De l’autoritarisme issu du charisme du caudillo révolutionnaire, l’on passe ainsi à l’autoritarisme de la fonction présidentielle.

23Réaliser un modèle de développement capitaliste fondé sur la défense du principe de la propriété privée et de la libre entreprise et sur une politique de conciliation des différents groupes sociaux, tel est l’objectif socio-économique du régime mis en place. Ce développement est toujours conçu comme « relativement indépendant » ; mais, jamais, il n’est réellement question de rompre la relation de dépendance. Le nationalisme mexicain cherche alors seulement à améliorer les termes de l’échange avec ce qu’il désigne souvent sous le mot « d’impérialisme » ; la révolution et le nationalisme qu’elle suscite engendrent une négociation, et non une rupture, avec le monde capitaliste. Si, avant 1938, le développement du Mexique a pu être combattu par les secteurs mexicains et étrangers liés surtout au pétrole, après 1938 le capitalisme étranger intervient dans les différentes sphères de l’activité économique du pays et s’associe au capitalisme national. La relation de dépendance, bien qu’ayant changé de forme, perdure ; on voit en outre mal comment il pourrait en être autrement.

24Un autre point permet de préciser cette transition de la révolution à la période post-révolutionnaire et d’expliquer certains comportements de politique étrangère des gouvernements mexicains étudiés. La forme sous laquelle s’effectue au Mexique la mobilisation des masses est celle qui donne au populisme réformiste mexicain sa vitalité spécifique. Obregón bénéficie, contre Carranza, non seulement de l’appui de l’armée mais aussi de celui de l’organisation syndicale la plus puissante du moment, la crom de Luis Morones ; mais Obregón président (1920-1924) favorise ensuite le développement de forces concurrentes. Plus généralement, chaque élément social agit alors pour son propre compte, tout en gardant une étroite relation avec les cadres de l’Etat et plus spécialement avec le président. Depuis Porfirio Díaz (l’affaire du Rio Blanco) et surtout depuis Obregón, ouvriers et patrons ont, par exemple, pris l’habitude de recourir à l’arbitrage présidentiel. Sous Callès (1924-1928) et Portes Gil (1928-1930), la manipulation des masses par le gouvernement, par l’intermédiaire des organisations populaires, est de plus en plus manifeste.

25La création et l’organisation du parti officiel sont à cet égard significatives. Lorsque Callès annonce devant le Congrès que l’heure est venue d’abandonner définitivement le « régime des caudillos » et d’entrer dans un « régime institutionnel » [88, pp. 806, 810], lorsqu’il se prononce pour l’établissement de « réels partis nationaux organiques » n’annonce-t-il pas, avec la disparition ou la mutation du caudillisme, la fin de la période révolutionnaire ? En mars 1929, l’organisation du Parti national de la révolution (pnr) répond à l’objectif gouvernemental de réunir en un seul bloc des forces dispersées : sous l’officiel Comité exécutif national du parti, c’est l’autorité du président Callès qui transparaît. L’exécutif est alors partagé entre le président et le parti de la révolution, ce dernier étant prédominant. En 1931, l’appareil bureaucratique du parti est en place. En 1933, l’obligatoire dissolution des groupements intégrés initialement au parti renforce et sa centralisation et le pouvoir effectif du président, tout en diminuant celui des leaders des groupements. Si le parti officiel acquiert ce caractère corporatiste populaire, c’est le résultat de nouvelles mobilisations de masse favorisées par la lutte que se livrent, à l’intérieur comme à l’extérieur, l’élément militaire institutionnel et les « classes » moyennes, schématiquement et respectivement incarnées par Cárdenas et Callès. L’organisation des masses menée depuis 1933 aboutit en mars 1938 à la création d’un parti élitiste, unificateur, où sont finalement intégrés les quatre secteurs de base organisés, ouvrier (ctm), paysan (cnc), « populaire » (instituteurs, employés de bureau) et militaire ; en 1938 en effet, le PNR se transforme en Parti de la révolution mexicaine (prm) et englobe alors la majorité des secteurs organisés de la nation ; la « mécanique cardeniste » est en place. Léviathan, l’Etat révolutionnaire est devenu Etat national, intégrant toutes les composantes de la nation ; le président incarne l’Etat : le système politique mexicain est clairement devenu présidentiel, avec prédominance du président sur le parti. L’aspect formel l’emporte sur le contenu révolutionnaire, et la démocratie indirecte ou fonctionnelle, conçue à partir de l’union des groupes sociaux de base et non à partir du modèle individualiste, devient une structure bureaucratique.

26Quelques jours avant la transformation du pnr en prm, le gouvernement Cárdenas a décrété l’expropriation des compagnies pétrolières, le 18 mars 1938 : à partir de cette date, il n’y a plus de grande mobilisation populaire ; et le parti officiel entre sans équivoque dans sa phase institutionnelle. Avec ces événements, « s’achève le cycle de formation et de consolidation du populisme » ; significativement, l’historien Cordova ne parle plus après 1938 de « révolution populiste » mais de « populisme » [56]. Avec Cárdenas, pendant son mandat, s’achève définitivement le processus révolutionnaire : il paraît alors difficile de parler de « seconde révolution » [79], d’autant que la politique cardeniste est en définitive éminemment favorable au développement du capitalisme, dans la continuité d’un processus engagé depuis la seconde moitié du xixe siècle avec les lois de « Réforma » et le développement « sauvage » du porfiriat [59 c]. En 1946, la transformation du prm en Parti révolutionnaire institutionnel (pri) consacre une évolution post-révolutionnaire.

27Mais avec Cárdenas s’impose aussi « la fiction populiste d’un gouvernement et d’un Etat qui procéderaient d’un parti entièrement populaire » [56, p. 40]. Quant aux organisations patronales et des secteurs politiquement marginaux, elles se convertissent en secteurs politiques élitistes qui ont une relation exclusive et quasi-secrète avec l’Etat. Pendant les années 1930, les groupes sociaux et leurs conflits sont en cours d’institutionalisation, tandis que la stabilité politique assure la base du développement. Au non-interventionisme porfirien (relatif peu avant sa chute) s’est substitué un ordre post-révolutionnaire caractérisé par un système de relations où chaque catégorie sociale promeut ses intérêts dans un mouvement de réajustement permanent, mais où l’Etat et le président sont les maîtres arbitres. L’équilibre du pouvoir mexicain, sous Cárdenas et au-delà, se conçoit donc comme un compromis entre l’Etat et les organisations corporatistes, syndicales, politiques, patronales... moyennant l’obtention d’emplois publiques, de crédits, de subsides divers, d’octroi de terres... « C’est à Cárdenas que revient le mérite d’avoir construit dans ses termes essentiels et permanents le contrat social populiste qui a consolidé la stabilité politique et sociale du Mexique » [56, p. 44]. L’étonnante capacité du système politique mexicain à assimiler en son sein toutes les élites quelles que soient leurs origines, est issue, depuis, du fonctionnement de ce contrat.

28Lázaro Cárdenas livre ainsi à Manuel Avila Camacho et ses successeurs d’une part une organisation politique perfectionnée de manière institutionnelle dans laquelle le caudillisme et tout pouvoir personnel sont nivelés ; d’autre part, une expérience de gouvernement incluant et nécessitant une relation directe avec les organisations ouvrières et paysannes.

29Peut-on en conclure que caudillisme et présidentialisme constitutionnel sont au Mexique deux manifestations successives d’un même phénomène ? Le caudillisme est un » élément, une émanation des sociétés traditionnelles ; le présidentialisme au contraire fait partie des mouvements sociaux de modernisation ou d’occidentalisation. En outre, le présidentialisme s’impose à la société mexicaine dans la lutte contre le caudillisme et particulièrement à la fin de cette lutte. Obregón et Callès furent les plus ardents dans cette lutte qui s’achève avec l’exil forcé de Callès (10 juin 1935). Sous ce dernier, l’armée est devenue une institution, c’est-à-dire un organisme lié seulement à l’exécutif par des liens politiques, sans chef au charisme important. Ce passage du caudillisme au présidentialisme est donc aussi celui de la phase révolutionnaire à la phase institutionnelle et, par là même, post-révolutionnaire. Le fait, souvent ignoré — ou négligé —, que Cárdenas ait pu revenir sur certaines de ses décisions les plus radicales aux dépens des syndicats confirme cette transition : le 23 juin 1937, les Chemins de fer « nationaux » du Mexique sont nationalisés ; le 23 avril 1938, l’administration en est confiée à l’Administration ouvrière des Chemins de fer, autrement dit au syndicat maison ; en avril 1940, l’administration ouvrière catastrophique est transformée en simple appendice de l’appareil étatique, sans réaction notable ! Le « virage à droite » que le remarquable écrivain Carlos Fuentes attribuait à la présidence d’Avila Camacho appartient en fait à la dynamique du processus enclenché par le cardenisme, dynamique qui tend en réalité à démentir la notion même de « virage » [576].

30Fait remarquable de cette transition post-révolutionnaire, plutôt que la personnalité, pourtant marquante, du président, c’est l’institution qui incarne le présidentialisme. Néanmoins, que le pouvoir de Cárdenas ne soit plus marqué au sceau de son seul charisme personnel ou d’un caudillisme nouvelle manière, ne signifie pas pour autant que la perception extérieure du pouvoir ait changé ou que les relations personnelles de parenté ou de « compadrazgo » aient disparu de la société mexicaine ; ce sont deux problèmes distincts ; il n’y a pas nécessairement de contradiction entre les deux phénomènes lorsque, par exemple, des liens typiques du caudillisme se développent, par-delà la fonction présidentielle, entre celui qui incarne cette fonction et un quelconque autre interlocuteur.

31A la veille de la Seconde Guerre mondiale, le Mexique n’est plus un pays révolutionnaire ; il se prétend toujours un pays révolutionnaire ; il passe encore auprès de la diplomatie française pour un pays révolutionnaire, du moins potentiellement, et donc dangereux ; moins que jamais il ne cherche à rompre sa relation de dépendance, mais à en modifier profondément les termes ; les nationalisations cardenistes ont enfin permis de créer un centre d’intérêt national réunissant les secteurs nationalistes du pays et les masses mobilisables. Ce centre d’intérêt commun, outre les avantages que peut en tirer un gouvernement dans le domaine social intérieur, peut être ultérieurement et à n’importe quel moment mobilisé, opposé à une pression extérieure, dans le cadre nullement révolutionnaire de négociations internationales.

32Ainsi se présente l’ensemble des facteurs conditionnant les relations franco-mexicaines à l’aube du second conflit mondial. En 1939, le long processus de dégradation de ces relations entamé au moins dès les premières années de la révolution mexicaine, se poursuit sans renouvellement réel des perspectives. Lorsque l’invasion de la Pologne par l’Allemagne enclenche en Europe le mécanisme de guerre, aucun changement notable n’est en vue.

Des opinions sans enthousiasme

  • 1 W. Shirer, A Berlin, Journal d’un correspondant américain, Paris, 1946, pp. 189-197.

33Le 3 septembre 1939, on ne part pas en France comme en 1914 selon la légende « la fleur au fusil »... « Les Français sont tristes et ont raison de l’être » [133, p. 17]. Cette « apathie » est partagée par les Allemands1.

34Le Nouveau Monde regarde avec un sentiment de compassion, voire de supériorité, cette vieille Europe qui affirme une nouvelle fois son intention d’en découdre. « L’Europe ne nous donne plus le bon exemple ; ses conseils politiques ne méritent plus d’être entendus » [171]. Déjà en 1936, le fer de lance de la francophilie Alfonso Reyes, un des intellectuels mexicains les plus brillants de sa génération, se demandait si « l’Europe était encore en état de dicter (aux Latino-Américains) avec autant de force ses directives spirituelles » [171]. L’ouverture du conflit en Europe confirme pour le moins ces interrogations.

35Certes le Mexique suit avec attention l’évolution des événements en Europe : la presse de toutes tendances l’atteste. Mais la montée de la tension intra-européenne depuis 1938 et, surtout, cette « drôle de guerre » patente à partir d’octobre de l’année suivante relèguent le plus souvent en page intérieure la description du conflit latent. Réciproquement et antérieurement, la presse française s’est fermée, en règle générale, à toute information, même lapidaire, en provenance du Mexique : les affaires intérieures et européennes ainsi que leurs corollaires mobilisent désormais tous les regards.

36On est alors en droit de s’interroger sur l’importance relative des relations franco-mexicaines en 1939. Le seul ouvrage publié sur Le Mexique dans la Deuxième Guerre mondiale, ouvrage mexicain pionnier [130], ne mentionne que sept fois la France : encore s’agit-il le plus souvent de la question du règlement de la dette extérieure mexicaine et des négociations inhérentes où la France est théoriquement présente ; puis viennent de très brèves allusions à son écroulement militaire de juin 1940 ; point de mention de Vichy, de Pétain ou de Laval, de Soustelle ou du général de Gaulle ; une seule, en note, de la France libre.

37On constate donc d’une part le faible poids de la diplomatie française au Mexique dans le cadre global de ses relations internationales et la pâle image que peut en avoir l’opinion mexicaine de la fin des années 1930. Ainsi, se trouve nettement bornée l’étude des relations franco-mexicaines : celle-ci doit se garder de tout européocentrisme accusé. En revanche, l’horizon de toute étude franco-mexicaine doit être ouvert impérativement à des perspectives multilatérales, essentielles à la compréhension du phénomène considéré.

38Mais on constate d’autre part une certaine constante de l’historiographie mexicaine des dernières décennies : la France n’intéresse plus beaucoup, aujourd’hui, les historiens mexicains travaillant sur des périodes postérieures au porfiriat ; est-ce là une juste conception de la hiérarchie des puissances et des relations du Mexique ? N’est-ce pas là le fruit de l’influence « actuelle » au Mexique du grand voisin du Nord, et, plus insidieusement, de son historiographie ? Ne serait-ce pas aussi une sorte de complexe nord-américain de « l’orphelin » mexicain ? La hiérarchie réelle des événements ne suffit pas tout à fait à expliquer ce phénomène, lié principalement à une projection sur le passé d’une situation actuelle : cela, notamment parce que, pendant la Seconde Guerre mondiale, la dépendance économique du Mexique vis-à-vis des Etats-Unis devient presque exclusive.

  • 2 A/vol. 17, 11-09-1939, Goiran.

39A l’automne de 1939 toutefois, l’opinion mexicaine considérée à travers la presse confirme son relatif désintérêt de la chose européenne. Le 11 septembre 1939, le gouvernement mexicain proclame quant à lui très haut sa neutralité par la voix du sous-secrétaire d’Etat, Ramón Beteta ; cette neutralité, « purement militaire », n’entrave pas la liberté commerciale du Mexique2. Le 1er septembre, le président Lázaro Cárdenas prend lui-même position en ces termes :

  • 3 A/vol. 17, 01-09-1939, Goiran.

« Le gouvernement que je préside déclare sa résolution de rester neutre dans cette dispute et de régler sa conduite d’après les normes établies par le droit international3 »

40Propos pondérés, sans nul doute, par une opinion publique mexicaine non acquise aux démocraties en guerre et par la propre politique de Washington. L’opinion publique, essentiellement urbaine, revêt en effet une importance non négligeable quoique difficilement évaluable avec finesse : même dans un pays au régime très fortement présidentiel, une conduite de politique étrangère ne s’arrête pas à la décision prise, mais comporte sa mise en œuvre [24, p. 128]. Au Mexique, de nombreux élements se conjuguent et forment un bloc hétérogène et néanmoins solide de sympathies à l’égard des puissances de l’Axe : la traditionnelle méfiance inspirée du souvenir des amputations territoriales de 1847, la crainte d’une mobilisation en masse ou générale, traumatisme populaire de la récente révolution ; l’inquiétude de se voir engagé dans un conflit que la population urbaine ou rurale perçoit mal du seul fait de son éloignement géographique ; la sympathie « machiste » éprouvée pour des nations capables de défier des « puissances » ; la sympathie pour des nations comme l’Italie, l’Allemagne ou le Japon contribuant à surmonter l’embargo pétrolier anglo-américain, surtout lorsque celles-ci font savoir que leurs adversaires sont aussi ceux des Mexicains ; la propagande allemande et l’habileté diplomatique japonaise... Tout ceci s’oppose évidemment à une éventuelle collaboration explicite du Mexique avec les Etats-Unis et, partiellement au moins, avec l’Europe démocratique si peu offensive et unie. On conçoit dès lors l’habileté des gouvernements Cárdenas puis Avila Camacho qui parviennent quelques années plus tard à mener le Mexique, sans opposition grave, à une participation au conflit aux côtés des démocraties et à l’engagement militaire, même tardif, dans le Pacifique.

  • 4 A/vol. 17, 02-09-1939, Goiran.
  • 5 A/vol. 17, 11-09-1939, Goiran.

41En 1939, le Mexique est loin d’avoir choisi clairement son camp : son intérêt demeure avant tout de ne pas devancer les Etats-Unis dans une probable prise de position en faveur des démocraties afin de bénéficier de sa neutralité et de négocier au plus haut prix son soutien. L’ambassadeur des Etats-Unis à México, Josephus Daniels, maillon essentiel de la diplomatie nord-américaine en Amérique latine, écrit que l'« on craint que le Mexique puisse servir de base d’opération pour le Japon et l’Allemagne » et que « l’opinion publique, favorable aux nazis et aux fascistes », puisse créer des difficultés [2, pp. 497, 283]. L’ambassadeur rappelle à ce propos, et de manière significative, « l’affaire du télégrame Zimmermann ». Quant au représentant français à México, le ministre Henri Goiran, il croit « devoir appeler l’attention [de ses supérieurs] sur la répercussion économique que la guerre va avoir pour le Mexique en entravant ses exportations de pétrole à destination de l’Allemagne. Si les Alliés, poursuit le ministre, ne se substituent pas à l'Allemagne pour les achats de pétrole mexicain, il en résultera un mécontentement que la propagande ennemie ne manquera pas d’exploiter contre nous »4. Le Secrétaire d’Etat mexicain R. Beteta déclare ainsi le 11 septembre à H. Goiran « qu’il compte sur des commandes françaises de pétrole »5 : « Coordonnons, ajoute-t-il à part, tous nos efforts pour augmenter notre production et faire en sorte que notre peuple souffre le moins possible des difficultés économiques qui pourraient être une conséquence de la guerre. Bien que ne participant pas à la lutte, nous nous réservons le droit de faire profiter ceux des combattants qui méritent notre sympathie de l’excès de notre production, y compris les matières premières, le pétrole, les minerais et les fibres (...) au cours d’une lutte qui met en jeu l’avenir politique du monde ».

42Le représentant français en conclut — sans doute quelque peu hâtivement — que « le Gouvernement mexicain est incontestablement favorable à la France ». Il ajoute toutefois que, « le Mexique ne demandant qu’à vendre aux nations démocratiques, (...) si celles-ci négligent ses offres de service, il sera amené, par nécessité économique, à s’entendre avec des neutres, sans autrement se préoccuper de la destination des expéditions. La France est alliée à l’Angleterre, certes, mais l’opinion publique mexicaine est envers cette dernière pour le moins « assez réservée », en raison du passif pétrolier et de l’intransigeance britannique lors de la nationalisation de 1938 ; en outre, certains groupements, dont le mouvement sinarquiste, parfois évoqué comme un « fascisme mexicain » [78], ne cachent pas certaines affinités pro-fascistes.

  • 6 G/07-09-1939, Gabaudan.

43En septembre 1939, la succession présidentielle s’annonce déjà au Mexique. Quelles qu’en soient les modalités précises, cette perspective rend impérative la prise en considération attentive d’une opinion publique, particulièrement sensible aux fluctuations économiques. Le gouvernement mexicain de Lázaro Cárdenas doit assurer plus que jamais la continuité de ses exportations, source essentielle de revenus de l’Etat mexicain... C’est ce qu’illustre, par exemple, une démarche du sous-secrétaire d’Etat aux Finances, Villasenor ; il convoque l’attaché commercial français André Gabaudan quatre jours après la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne. Le responsable mexicain expose alors « le plus vif désir de son gouvernement d’engager dès que possible des négociations avec le gouvernement français pour le placement de son pétrole en France »6.

44La question pétrolière demeure depuis 1938 au centre des préoccupations intérieures et extérieures mexicaines ; car cet élément prépondérant de la balance commerciale est aussi un puissant catalyseur de l’opinion publique : parce qu’il influe sur la situation intérieure économique et sociale ; parce que le président Cárdenas a su faire du succès de cette nationalisation un des éléments imprescriptibles du nationalisme mexicain ; parce que le président a enfin lié sa personne à la réussite de l’entreprise et que le consensus qu’il a alors suscité autour de lui et de la nation en dépend.

  • 7 G/10-08-1939, no 111, Goiran.
  • 8 M. Kaplan, System and process in international politics, New York, 1964. L’historien rencontre des (...)

45Le gouvernement de Lázaro Cárdenas, soucieux de ne pas ébranler son crédit, doit également trouver une solution pour stopper le processus inflationniste ; processus qu’il a d’ailleurs grandement contribué, par sa politique économique et sociale généreuse, à accélérer : dans la logique d’un phénomène tristement connu aujourd’hui, en septembre 1939, le dollar des Etats-Unis s’échange à plus de 6 pesos contre 3,60 en février 19387. La majorité des importations mexicaines consistant en produits manufacturés vendus et réglés en dollars, toute la population mexicaine intégrée dans l’économie de marché est directement atteinte, du moins dans son pouvoir d’achat. Et, précisément, cette population compose, selon les critères habituels, l’opinion publique dans son acception la plus large8.

46Mais, comme l’écrit le ministre français à México en 1941, « il y a l’opinion qui compte et celle qui ne compte pas » ; vision réductrice peut-être ; il est néanmoins illusoire de vouloir assimiler le citoyen du District fédéral et l’indien d’un pueblo de la sierra. Autrement dit, parmi les opinions perceptibles par l’historien comme par le contemporain, il est nécessaire d’évaluer tant la force des moteurs éventuels de cette opinion dite « publique » que les liens entre l’opinion, les groupes de pression et le pouvoir. Parmi les grands sentiments communs de cette opinion, la « yankeephobie » ; toutefois, la modernisation de l’appareil productif mexicain, sur des modes nord-américains de surcroît, et l’uniformisation lente de certains modèles de culture chez les élites dirigeantes vident peu à peu de son sens et de son contenu initiaux ce sentiment, sans en altérer généralement la façade : il se transforme fréquemment en contenance officielle ou en argument de politique strictement intérieure vis-à-vis d’une opinion évoluant moins vite que les élites culturelles et politiques ; car cette opinion est élémentairement formée à l’histoire par le nationalisme, ou, plus encore, formée au nationalisme par l’histoire (guerres, pertes territoriales...), par la perception d’une différence sociale incarnée par le « gringo » et par les rappels incessants d’une dépendance économique réelle. Pour ces raisons au moins, l’opinion publique mexicaine ne peut être totalement réduite à un reflet de la pensée des élites politiques, syndicales, économiques et culturelles et, facteur concomittant, des composantes de la presse. Aucun écrit, dans un pays d’analphabétisme encore fort en dépit de sensibles progrès, ne permet donc d’appréhender globalement une réalité que l’historien doit manier avec précaution.

47L’écrivain mexicain Luis Gonzalez évoque ainsi l’influence nouvelle de la radio sur la formation et l’information de l’opinion mexicaine en milieu rural :

  • 9 L. Gonzalez, Les barrières de la solitude, Paris, 1977, p. 175.

« La radio était connue à San José depuis 1938, puisque David Sanchez, l’homme du progrès, en avait acheté une ; et beaucoup allaient chez lui pour écouter de la musique ou les informations. A partir de 1939, une dizaine de personnes s’y réunit chaque jour pour entendre les nouvelles de la guerre mondiale. Parmi ces personnes (les plus influentes du village), deux seulement souhaitent la victoire des Alliés. Les autres, traditionnellement contre le parti des voisins du Nord, applaudissent aux victoires de la guerre éclair hitlérienne, dans l’espoir que la nation mexicaine jouira enfin de son indépendance si les troupes de l’Axe écrasent les Etats-Unis9. »

***

48En mars 1939, le ministre français à México expose la position de l’opinion mexicaine à l’égard de son pays, avec lequel les liens culturels se sont profondément distendus :

  • 10 Voir 3.
  • 11 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

« Bien que les sympathies naturelles du Mexique allassent aux nations démocratiques comme l’Angleterre, la France et les Etats-Unis, la question des pétroles et les événements politiques qui se sont déroulés en Europe sont en quelque sorte venus contrarier ce courant de sympathies. Les notes anglaises, la fermeture des marchés français aux pétroles mexicains, l’attitude de la presse, le jugement du tribunal du Havre confirmant les saisies opérées par les compagnies10, ont profondément froissé le sentiment national mexicain. Pour ce qui est des événements politiques, l’opinion publique et même le Gouvernement ont été déçus par l’impuissance où se sont trouvées les nations démocratiques d’empêcher l’annexion de l’Autriche, le démembrement de la Tchécoslovaquie, la chute du Gouvernement républicain en Espagne. Il n’est pas jusqu’à la nouvelle orientation politique du Gouvernement français qui n’ait déconcerté le Gouvernement du général Cárdenas11. »

49Et si les liens culturels se sont peu à peu distendus, laissant cependant une ambiance favorable, les relations commerciales franco-mexicaines vivent les derniers jours d’un passé glorieux.

Une occasion gâchée : la France et l’économie mexicaine ?

501939 : près de 600 millions de pesos investis par les Français au Mexique (capital investi avant 1911 pour l’essentiel) ; plus de 30 millions de pesos d’immeubles ou maisons appartenant à des Français.

51Ces deux chiffres donnent une idée de l’importance passée des relations économiques et financières franco-mexicaines.

52Tous les cycles économiques ont un caractère mondial. Tous les pays dits avancés progressent économiquement selon les mêmes rythmes, du moins pendant la première moitié du xxe siècle. En 1939, le Mexique n’est pas trop éloigné de ce groupe des pays dits « avancés » en raison de son « décollage » économique en cours. Aux confins de la principale puissance mondiale et en cette veillée d’armes, le Mexique n’échappe pas à la structure de la mécanique évoquée ci-dessus ; il a trop de liens étroits avec les pays « avancés » pour que son économie ne soit pas solidaire de la leur. Même si la solidarité se manifeste à bien des égards de manière asymétrique, l’interdépendance existe au demeurant.

53L’Europe, dit-on, prend un rhume lorsque l’Amérique éternue ! Par une extension sémantique significative, on comprend alors « Amérique » dans le sens Amérique du Nord... Mais l’économie mexicaine de 1939 est, plus que jamais, insérée dans le tissu américain ; le Mexique, comme la France, leurs relations également, sont soumis à ces flux et reflux, ces « rhumes ». Bien que s’inscrivant à la fin d’un cycle de longue durée de baisse des prix commencé avec le deuxième quart du siècle, la période étudiée s’ouvre sous les auspices d’un début de crise caractéristique du traditionnel « juglar ».

54Dès le printemps 1939, la tension monte en Europe ; et l’on connaît les échéances de l’été 1939... La préparation, puis l’état de guerre interrompent en France la crise économique. L’économie mondiale en subit le contre-coup selon des modalités diverses. Mais, pour le Mexique, les perspectives ne s’annoncent pas nécessairement favorables ; nous le verrons plus loin. Les tableaux joints en fin de chapitre montrent que l’état de guerre en Europe annihile les relations commerciales franco-mexicaines, même prises au sens le plus large [20]. En conséquence, l’objectif de la France et de sa représentation au Mexique se réduit dans le domaine économique à protéger les intérêts nationaux au Mexique, sous toutes leurs formes ; à ménager une possible reprise satisfaisante des relations intercontinentales ; à faire en sorte que la guerre ne crée pas de situation irréversible ; et donc à éviter les écueils connus lors du premier conflit mondial : près de la moitié de la colonie française masculine en âge de travailler avait alors succombé aux hécatombes de la Grande Guerre, tandis que l’Allemagne avait cru bon de ne pas mobiliser sa colonie du Mexique pour ne pas affecter ses intérêts économiques !

  • 12 A/vol. 53 (62), (64).

55Au Mexique, le fantôme de la guerre permettra — du moins le croit-on dans les milieux diplomatiques, plus optimistes que le gouvernement lui-même — une relance relative de l’investissement et de l’économie nationale. Parallèlement, en France, dans un climat d’union nationale encore hésitante dans sa résignation, les résultats économiques obtenus sont encourageants ; certes, il demeure des points d’obscurité, ne serait-ce qu’en matière d’emploi, mais les prix de gros se stabilisent et la production progresse. L’une des causes de cette reprise française réside dans le soutien des possédants : plus de 35 milliards de francs 1939 [158] de capitaux sont rapatriés ; le désinvestissement touche essentiellement les autres pays d’Europe, mais le Mexique n’est pas totalement exclu de ce mouvement : sur les 35 milliards, près de 1 % proviendrait du Mexique... Inversement, le Mexique n’apparaît toujours pas en septembre 1939 comme une valeur refuge très sûre ; la faible variation à la hausse des valeurs mexicaines cotées en bourse l’atteste12. Si donc la rupture des relations économiques franco-mexicaines — jusque-là encore non négligeables — est partiellement consommée dans son aspect intercontinental dès avant l’ouverture des hostilités européennes (il n’y a par exemple plus de liaison maritime directe entre France et Mexique), la politique sociale du président Cárdenas suscite par ailleurs de sérieuses réticences parmi les observateurs économiques nationaux et internationaux. Toute initiative privée étrangère, française ou non, est de ce fait logiquement freinée.

  • 13 G/05-06-1939, no 3, Goiran.

56Conséquence directe ou indirecte, le développement économique du Mexique prend à la fin des années 1930 le caractère nettement inflationniste évoqué plus haut. Selon le ministre français à México, le développement est en effet « ralenti » par les tentatives de réforme agraire et une augmentation assez sensible des salaires13 : suite à la réforme agraire, les paysans ont besoin d’une aide financière considérable ; or le gouvernement ne peut la leur apporter qu’en créant des disponibilités monétaires. Néanmoins, cette politique délibérément inflationniste contribue à surmonter les effets de la Grande Dépression : le pays obtient des taux de croissance jusqu’alors inconnus ; le produit national brut (pnb) augmente de 1934 à 1939 de 4,8 % par an, le pnb par habitant de 3,1 %... La France, à un stade différent de développement, est loin de posséder de tels taux de croissance pendant la même période. Le décollage économique du Mexique est ainsi mis en évidence. Mais ce taux de croissance rapide s’obtient partiellement aux dépens de la monnaie : sa dépréciation se manifeste par le flottement du peso de 1938 à 1940.

  • 14 G/20-07-1939, no 102, Goiran.
  • 15 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

57Si l’on analyse par secteurs l’économie mexicaine, l’agriculture reste, au sein du produit national brut, « la base de la vie économique »14. Le pétrole occupe néanmoins une place déjà centrale, avec pourtant 1,97 % seulement de la production mondiale et un modeste 7e rang. Or « l’année 1938 s’est terminée sans que l’affaire des pétroles ait été résolue »15. En 1939, les difficultés d’écoulement de la production persistent, liées à la tentative de blocus larvé anglo-américain et à l’inexistence de la flotte pétrolière mexicaine. Ces difficultés sont toutefois partiellement contournées par la signature d’accords de troc : pétrole contre biens d’équipement ; ces transactions sont logiquement négociées avec des pays non concernés par la nationalisation de 1938 et pour lesquels les solidarités ou alliances n’impliquent pas un soutien, même formel, aux gouvernements dont les nationaux s’estiment lésés : l’Allemagne, l’Italie et le Japon sont les partenaires du Mexique pour de nombreux accords de troc. Dans un contexte de préparation à la guerre, puis de guerre, la légation de France à México se préoccupe fort des achats de pétrole effectués à des cours dépréciés par les pays totalitaires... Car ces achats viennent accroître les stocks d’industries et d’armées potentiellement adverses. Mais ces achats sont appréciés à leur juste valeur au Mexique dont l’économie est menacée par le blocus pétrolier anglo-américain soutenu par la France. Henri Goiran, représentant français à México, écrit le 18 mai 1939 :

  • 16 G/18-05-1939, no 62, Goiran.

« Il est incontestable que, depuis un an surtout, l’Allemagne a gagné du terrain — de même que l’Italie — dans le domaine des échanges commerciaux. Et ceci presque uniquement à la faveur des accords de troc à base de pétrole que le Reich a pu conclure avec le Mexique16. »

58Une caractéristique essentielle des relations économiques franco-mexicaines est ainsi clairement mise en lumière : ces relations, que l’on pouvait encore en 1910 considérer comme bilatérales, sont devenues en 1939 doublement triangulaires ; deux tiers interviennent constamment dans les décisions commerciales de la France au Mexique : les Etats-Unis et l’Allemagne. (Voir le schéma en fin de chapitre).

59En effet, d’une part, appliquée avec la rigueur de la « big policy » ou avec les ménagements de la « good neighbour policy », la doctrine de Monroe implique que tout ce qui concerne les relations extra-continentales du Mexique intéresse de près les Etats-Unis. En conséquence, dès que l’on parle de relations franco-mexicaines, on parle, inévitablement, de relations franco-américaines et/ou de relations mexicano-américaines. Dès que la position de la France est susceptible de les intéresser, la France se soucie de la réaction des Etats-Unis. Cette relation triangulaire apparaît, par exemple, sous forme de demandes de renseignements adressées à des diplomates à Washington ; de consultations du Secrétariat d’Etat ou des organismes concernés, dont on retrouve de nombreuses traces dans les archives diplomatiques ; de démarches de diplomates nord-américains auprès des agents français.

60D’autre part, les relations franco-mexicaines, considérables à la veille de la Révolution, apparaissent dès 1938 comme un avatar des relations franco-allemandes. En 1914, les relations de la France avec le Mexique étaient douées d’une certaine autonomie tant à l’égard de l’Allemagne qu’à l’égard des Etats-Unis ; pourtant, l’idée de concurrence avec ces deux puissances était omniprésente, déterminant des relations franco-mexicaines déjà « triangulaires ». En 1939, ces relations triangulaires se sont renforcées en perdant une bonne part de l’autonomie susdite. La volonté française de concurrencer toute initiative allemande au Mexique devient fréquemment le principal, l’essentiel motif et moteur d’initiative gouvernementale française au Mexique — signe patent d’un appauvrissement des relations entre la France et le Mexique. Les colonies allemandes et françaises sont irradiées des rivalités européennes, néanmoins circonscrites au domaine économique. La colonie française est forte de son implantation ancienne et de son influence idéologique passée. Mais elle a lourdement souffert de l’hémorragie inhérente au premier conflit mondial ; son effectif démographique, amputé d’un quart, ne s’est pas redressé substantiellement depuis ; ses structures d’émigration ont en outre contribué à lui faire perdre son dynamisme initial et sa cohésion : l’émigration au Mexique a été le moyen de conserver des structures d’organisation sociale traditionnelles menacées de dislocation par l’exode rural. Par contre, la colonie allemande qui a très peu souffert de la « Grande Guerre » est, en 1939, nettement plus active, et moins sclérosée : la stratégie économique domine dès l’origine le fonctionnement de cette émigration.

  • 17 G/18-05-1939, no 62, Goiran.

61Dans la correspondance diplomatique française, cet aspect triangulaire « allemand » des relations franco-mexicaines se traduit par l’omniprésence de la référence allemande. Il apparaît logiquement aussi dans la question des pétroles : le ministre Henri Goiran écrit ainsi le 18 mai 1939 que les « milieux gouvernementaux mexicains, dont les sympathies sont naturellement orientées vers les pays à régime démocratique, souffrent profondément d’avoir été obligés, par nécessité économique, de conclure des accords de troc avec les pays “totalitaires” pour l’écoulement du pétrole exproprié ; et il est naturel qu’ils cherchent à faire de la surenchère, particulièrement auprès de notre pays, en exagérant le progrès réalisé par l’influence allemande à cette occasion »17.

62Les gouvernements français successifs ont-ils eu la volonté et la possibilité d’échapper à l’instauration de telles relations triangulaires, du moins en ce qui concerne le tiers « Etats-Unis » ? Munich fut une « immense défaite diplomatique pour la France et l’Angleterre ». Ce sauvetage de la paix, après la non-intervention dans la guerre d’Espagne et avant la reconnaissance le 28 février 1939 du gouvernement franquiste, fut un des éléments ayant fortement contribué à l’amoindrissement — l’effondrement ? — du prestige diplomatique de la France au Mexique, particulièrement sensible dans la presse. Au lendemain de ce jour où « l’on fut, dans le monde entier, stupéfait de notre carence », la politique étrangère comme la politique commerciale extérieure restent, en France, liées aux positions et intérêts britanniques et, dans une moindre mesure, à ceux des Etats-Unis. Le gouvernement français doit donc, dans sa politique mexicaine, se solidariser au moins théoriquement avec les intérêts étrangers lésés par la nationalisation des pétroles : en l’occurrence, principalement les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Paris doit en effet faire face à une double nécessité : signaler sa fermeté en ce qui concernerait d’éventuelles atteintes des intérêts nationaux ; affirmer son respect, au moins dans des domaines secondaires, des solidarités politiques européennes et atlantiques. Avant comme après Munich, la politique de Daladier poursuit « la ligne anglaise » ; et Chamberlain, « l’appeasement »... On observe toutefois un net décalage en 1939 entre ce que préconisent les membres du Département « Amérique » du Quai d’Orsay et les directives ministérielles, par trop soucieuses de ménager les puissances. Ainsi, le secrétaire général du Quai d’Orsay Alexis Léger, ce janus étrange (Saint-John Perse), cherche plus à défendre la politique établie dans les années 1920 qu’à adapter la diplomatie française aux circonstances nouvelles. A l’aube d’une guerre dont le mécanisme de déclenchement paraît désormais inexorable, le gouvernement américain de F.D. Roosevelt doit être impérativement ménagé dans la perspective minimale d’une neutralité bienveillante.

63La tentation de jouer le rôle du tiers-arbitre et d’occuper de ce fait une position prédominante au Mexique n’est pas étrangère à la politique du ministère des Affaires étrangères français. Dans ce contexte, un conseiller de l’ambassade des Etats-Unis au Mexique demande lors d’une « visite à caractère non officiel » que « la France ne vienne compromettre les résultats » de la politique pétrolière des Etats-Unis vis-à-vis du Mexique, cette « espèce de blocus déguisé du Mexique ». La démarche acquiert, avec la déclaration de guerre franco-allemande, de peu antérieure, un poids sensible que ne manque pas de noter le ministre français Henri Goiran ; mais ce dernier ajoute :

  • 18 G/12-09-1939, no 131, Goiran.

« Sur ce point particulier, il est évident que nos intérêts au Mexique ne coïncident en aucune façon avec ceux des Etats-Unis et encore moins avec les désirs du Gouvernement mexicain18. »

64La France, toutefois, ne cherche pas à tirer parti des difficultés de ses principaux partenaires ; elle ne peut employer avec les démocraties, ses alliées réelles ou potentielles, les mêmes méthodes qu’avec les pays totalitaires.

65Le gouvernement mexicain semble comprendre cette position particulière de la France ; il fait ainsi répéter par son ambassadeur extraordinaire à la Conférence de Lima à la fin de l’année 1938, Castillo Najera, les phrases de Gabriele d’Annunzio :

  • 19 G/05-06-1939, no 2, Goiran.

« France, sans toi le monde serait vide ! »19

66Cela, alors même que le gouvernement mexicain adhère presque sans réserve aux propositions nord-américaines de stricte neutralité.

67La diplomatie française n’est donc pas, à l’égard du Mexique, empreinte de ce manichéisme dont on a pu l’affubler pour le xixe siècle. Prenons encore l’exemple essentiel de la question pétrolière.

68A l’automne de 1938, une cargaison de pétrole mexicain acheté par des Français est acheminée vers le port du Havre. Là, après un premier jugement du tribunal du Havre, la cargaison est saisie à la requête de la compagnie pétrolière « El Aguila », compagnie à capitaux anglo-saxons expropriée par les décrets cardenistes de 1938. Après un accord entre les deux parties qui réservent leurs droits respectifs, la saisie est levée moyennant le versement d’une importante caution. Un jugement d’appel doit suivre. Mais le tribunal civil du Havre diffère sous divers prétextes sa décision de février à juillet 1939.

69L’enjeu : devant un tribunal d’un pays connu pour ses aptitudes juridiques, mettre en cause (ou justifier) la légitimité de l’acte d’expropriation des pétroles mexicains et créer ainsi un précédent qui puisse faire jurisprudence. La preuve de l’enjeu est d’autant plus évidente qu’aucune saisie ni action judiciaire n’avait jusqu’alors été menée contre les pétroles mexicains exportés.

70Que la France ait été choisie pour une action en justice par une compagnie pétrolière britannique n’est en ce cas ni surprenant, ni innocent : il s’agit de la principale alliée de la Grande-Bretagne, avec toutes les obligations que cela implique, surtout à la veille d’un conflit majeur ; de plus les compagnies savent qu’elle s’est de fait associée très sévèrement au boycott officieux du pétrole mexicain organisé par la majorité des compagnies anglo-saxonnes lésées ; la tradition juridique de la France convient bien pour un jugement dont les Britanniques espèrent qu’il sera dicté, en leur faveur, par la raison d’Etat et reconnu internationalement. Pour la France en effet, le dilemne est le suivant : satisfaire les intérêts de sa principale alliée aux dépens d’un élément secondaire de sa politique étrangère et très secondaire de son commerce extérieur, le Mexique ; ou risquer de froisser l’alliée primordiale en laissant le jugement en appel intervenir en faveur du Mexique. Se surimpose en outre la question de l’indépendance totale en France des pouvoirs exécutif et judiciaire : celle-ci ne saurait bien évidemment être officiellement remise en cause.

  • 20 G/12-01-1939, no 10, Goiran.

71La décision d’appel, attendue également par les Etats-Unis, est « de la plus haute importance pour le gouvernement mexicain ». Car si le tribunal adopte le point de vue du juge en référé, il conteste, au nom de l’ordre public français, la validité de l’acte de souveraineté par lequel le président Cárdenas a constitutionnellement exproprié des sociétés pétrolières déjà majoritairement mexicaines. Selon le représentant de la France au Mexique, il est alors à craindre que se produise au mexique un mouvement d’opinion très hostile à la France. Les intérêts français du Mexique pourraient en conséquence « en pâtir ». Le consensus populaire, créé par le président Cárdenas lors de l’expropriation, n’est pas la moindre force ou inertie à redouter en ce cas. « Des représailles sont à craindre contre lesquelles nous sommes désarmés », écrit le ministre français à México, Henri Goiran20. En d’autres temps, par exemple, les alcools français ont été très fortement taxés, selon un rituel bien établi déjà, suite à une légère dégradation momentanée des relations entre les deux pays. De plus, le Mexique a peu à craindre d’éventuelles rétorsions douanières de la France sur ses minimes exportations. Surtout, la fragilité des intérêts commerciaux français au Mexique en 1939 est telle que la moindre mesure défavorable faciliterait par trop la tâche des concurrents commerciaux de la France.

  • 21 G/12-01-1939, no 10, Goiran.

« Les intérêts que nous possédons au Mexique, écrit le ministre français, sont à la fois matériels et moraux. Nos intérêts matériels sont représentés par d’importants établissements financiers, industriels et commerciaux, dans lesquels plus de 13 milliards de francs ont été investis. Nos intérêts moraux tiennent aux affinités culturelles qui existent entre nos deux nations, affinités qu’entretiennent de nombreuses institutions de coopération intellectuelle et universitaire, des établissements d’enseignement prospères, mais vulnérables à cause de leur origine congréganiste, un lycée franco-mexicain laïque nouvellement créé grâce à l’appui du gouvernement mexicain. La sauvegarde de ces intérêts ne devrait pas être perdue de vue par un tribunal appelé à juger dans une affaire délicate qui met en cause la souveraineté d’un Etat étranger21. »

72On sent bien toutefois dans cette affaire que le ministre français considère les relations de son pays avec le Mexique principalement sous l’angle économique et plus précisément sous l’angle des intérêts économiques de la colonie et des exportations françaises : les éventuelles conséquences politiques ne sont pas abordées. Dans une certaine mesure, l’aspect proprement politique des relations est ici très secondaire pour le représentant de la puissance française dans ce pays peu développé qui se dit révolutionnaire. La prise en considération du Mexique par la France privilégie nettement l’économique, soit que la chose politique mexicaine lui soit indifférente pour des raisons de faible développement et d’instabilité politique ; soit, plutôt, qu’elle soit perçue comme étant en l’occurrence du seul ressort des Etats-Unis.

73Revenons à la question pétrolière. Aucune autre action de type juridique n’a été entamée pour empêcher la circulation des pétroles mexicains, en Amérique ou au Royaume-Uni. La valeur de test de l’action intentée en France est d’autant plus évidente que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis conservent en fait (statistiques de fin 1938) les deux premiers rangs des importateurs de pétrole mexicain, et que, paradoxalement, la France, par solidarité, a réduit ses importations de brut mexicain dans des proportions importantes !

Exportations de pétrole mexicain (août 1938) Total : 1 373 201 barils

Exportations de pétrole mexicain (août 1938) Total : 1 373 201 barils

* statistiques non connues.

74Le ministre français, sans aborder directement cette contradiction, s’interroge sur les raisons qui ont conduit la compagnie « El Aguila » à entamer une telle procédure :

  • 22 G/12-01-1939, no 10, Goiran.

« Serait-ce, écrit-il, que la compagnie espère plus de complaisance de la part des tribunaux français que la part des tribunaux étrangers appartenant pourtant à des pays directement lésés par les expropriations22 ? »

75Il demande donc au Département du Quai d’Orsay d’intervenir en faveur de la position mexicaine :

  • 23 G/17 03-1939, no 10, Goiran.

« J’ignore si le Département a la possibilité de communiquer ces considérations à la Cour ; mais il est de mon devoir de le mettre au courant des conséquences fâcheuses que pourrait avoir, pour la colonie française de México, un jugement éventuel contestant la validité des mesures légales prises par le président Cárdenas, au nom du peuple mexicain dans le plein exercice de sa souveraineté23. »

  • 24 G/05-01-1939, Goiran à Comert (sous-directeur Amérique).

76Le jugement d’appel est attendu avec anxiété au Mexique. Le ministre de France prend même la peine d’en référer directement et personnellement au sous-directeur Amérique, en dehors de la voie hiérarchique, afin de lui exposer sans artifice le problème24 : ce jugement peut influer à terme sur l’économie et le budget mexicains. Dans les premiers jours du mois d’août, le jugement est enfin rendu : la Cour d’appel de Rouen déboute la compagnie britannique « El Aguila » de sa demande. L’acte d’expropriation n’est pas contraire au droit : la législation française sur la propriété du sous-sol conduit au jugement rendu mais il semble peu douteux que la Cour ait eu directement connaissance par le ministère français des Affaires étrangères des implications du jugement.

77Pour le ministre de France au Mexique, la solution est satisfaisante :

  • 25 G/10-08-1939, no 109, Goiran.

« Le jugement du Havre qui a levé la saisie opérée par les Compagnies sur les pétroles mexicains arrivés dans ce port... a rendu confiance au Gouvernement du général Cárdenas. L’argument juridique qu’il en tire lui est d’un grand poids dans les négociations engagées (pour l’indemnisation des compagnies). Si nous nous plaçons au point de vue de nos intérêts matériels et moraux au Mexique, cette sentence nous a été très favorable et a rétabli en notre faveur un courant de sympathie et de confiance qui risquait de s’orienter vers nos concurrents25. »

78Il demeure néanmoins qu’une attente de six mois pour un jugement aux implications potentielles considérables n’a pu être bénéfique ni à l’économie mexicaine, ni aux intérêts français du Mexique et que la participation quasi nulle de la France à l’écoulement de la production pétrolière reste un élément négatif des relations franco-mexicaines. On peut même se demander si l’action en justice intentée par « El Aguila » n’a pas eu comme but second de maintenir la défiance des acheteurs français de pétrole mexicain, de maintenir la France dans la coalition des pays boycottant officiellement ces pétroles et d’éviter que la France ne bénéficie de la tension des relations entre les pays anglo-saxons et le Mexique. Si l’on prête ces intentions machiavéliques aux Britanniques, l’objectif est en grande partie atteint.

  • 26 G/02-06-1939, no 2, Goiran.

79Une question reste posée : le gouvernement mexicain a-t-il été prévenu, avant l’arrêt de cassation, de l’issue du procès ? Le sous-secrétaire mexicain aux Finances, Villasenor, l’affirme. Notoirement francophile, il est l’un des interlocuteurs privilégiés de la légation de France à México. Dès le printemps 1939, Villasenor fait savoir au ministre français qu’il est persuadé que « le jugement attendu sera effectivement rendu au mois de juillet par la Cour d’appel de Rouen et que cette Cour se prononcera en faveur du Gouvernement mexicain ». Il précise, surtout, que « le Quai d’Orsay » en a informé le ministre du Mexique à Paris, Narciso Bassols. Il ne subsiste toutefois dans les archives françaises ou mexicaines aucune trace d’une telle démarche : celle-ci n’a eu qu’un caractère purement verbal — si elle a réellement eu lieu : le département Amérique du Quai d’Orsay a pu faire part officieusement de sa conviction que l’issue de la procédure d’appel serait favorable au Mexique ; il n’a pu être question d’assurances formelles : celles-ci auraient compromis le modèle d’impartialité de la Justice française et entraîné une assimilation, étonnante pour des diplomates français, entre le judiciaire français et le judiciaire mexicain « entièrement sous la dépendance de l’Exécutif »26. Le ministre français à México, Henri Goiran, qui n’a pas été prévenu des assurances données, préfère penser que les allégations de Villasenor proviennent d’une perception « difficilement accessible aux Mexicains » de l’indépendance du pouvoir judiciaire français... C’est un peu hâtivement faire fi de l’importante culture du sous-secrétaire d’Etat (mais il est vrai qu’aujoud’hui une notion telle que le maintien en poste de fonctionnaires déclarés de droite comme représentants d’un pouvoir de gauche, ou réciproquement, semble difficilement compréhensible pour un diplomate mexicain).

80La guerre en Europe et ses préparatifs immédiats viennent rapidement atténuer la portée du conflit pétrolier. L’Allemagne, l’Italie et le Japon accélèrent négociations et signatures de contrats de troc ; l’Italie, notamment, amplifie ses propositions : pour ses besoins propres et ceux d’une Allemagne belligérante. Une compagnie nord-américaine, Sinclair, accepte de négocier avec le gouvernement mexicain sur le montant de l’indemnité à percevoir. Outre cette rupture du front apparent des pétroliers, les gouvernements concernés cherchent désormais à ménager la susceptibilité d’un pays dont le poids stratégique en cas de conflit est important. Les démocraties veulent d’abord y limiter autant que faire se peut l’influence de leurs ennemis potentiels, et y accroître la leur !

  • 27 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

81Il serait absurde « de nier que les expropriations (pétrole-chemin de fer) n’aient porté atteinte à la prospérité du pays », observe le ministre français. Les « désastres économiques annoncés par les compagnies » ne se sont pas produits27. A côté de l’attitude française, parfois inadaptée voire disproportionnée, l’attitude ambiguë du gouvernement des Etats-Unis, qui, tout en soutenant de fait les tentatives de blocus, s’est refusé à contester officiellement le bien-fondé juridique des expropriations, n’a pas peu contribué au manque de concrétisation des menaces exprimées par les compagnies. Le président Lázaro Cárdenas peut même annoncer le 1er janvier 1939 que les ressources du système bancaire privé mexicain ont augmenté pendant le dernier trimestre de 1938 de 13 millions de pesos.

  • 28 A/vol. 43, 26-12-1939, Soustelle ; et [77] p. 403.

82Le traditionnel message du président pour la nouvelle année, le 1er janvier 1939, est, comme à l’accoutumée, optimiste quant à la situation financière mexicaine ; il engendre légitimement le scepticisme du ministre français et de son attaché commercial... De fait, les rapports des banques mexicaines diffèrent et divergent des constatations présidentielles : ils mettent en valeur les points faibles de l’économie mexicaine de 1939. Il y a tout d’abord perte de substance financière, résultant de la brusque baisse de la monnaie : le peso mexicain passe du change fixé de 3,60 pesos pour 1 dollar des Etats-Unis avant le 18 mars 1938 à un change flottant d’environ 5 pesos pour un $ (soit une dévalorisation de plus d’un tiers) ; il atteint son cours plancher de 6 pesos pour 1 dollar à la fin de 1939, ou dans la première moitié de 1940, selon les sources28. Parallèlement, la diminution de la confiance extérieure et des capacités d’épargne des Mexicains provoque une baisse des dépôts bancaires de 43 millions de pesos en un an... Ainsi, les chiffres communiqués par le président Cárdenas, sans être faux, sont trop judicieusement choisis pour permettre de dégager une tendance réelle ; c’est rarement en se montrant fragile que l’on devient fort, en économie comme en politique.

  • 29 G/05-01-1939, no 102, Goiran.
    G/20-07-1939, no 102, Goiran.

83Sur les mécanismes induits, le ministre français se contente d’exposer les diverses thèses et d’opiner en faveur de celle des banques sans implication politique. La baisse des dépôts bancaires engendre le renchérissement du crédit : les taux d’intérêt passent en moyenne de 7 ou 8 % à 8 ‘A-10 %. La baisse de la monnaie [44] freine les importations et facilite les exportations. Mais elle ne concourt pas à un redressement de la balance commerciale ou des paiements : le renchérissement des denrées de première nécessité inhérent à de très mauvaises récoltes en 1938 nécessite des importations massives et incompressibles ; les pluies d’été, irrégulièrement réparties, ont lourdement grévé la production de maïs ; or le mexicain vit du maïs, tandis que l’agriculture reste la base de la vie économique du pays [29] : à la fin des années 1930, 68,4 % de la population mexicaine vivent encore exclusivement de et par l’agriculture [80-104]. Cela provoque une restriction de la consommation dont résulte un chômage partiel pesant lourdement sur une classe ouvrière en cours d’organisation...

84Les reliquats de la Grande Dépression, la crise pétrolière, en voie de règlement, liés à cette crise d’ancien type engendrent une situation sociale assez conflictuelle qui n’est pas sans avoir de très sensibles retentissements sur les intérêts étrangers, bouc-émissaires et cible privilégiée de certains troubles.

  • 30 A/vol. 34, 19-07-1939, Goiran.

85Le représentant des intérêts français, Henri Goiran, juge sévèrement, en vrac, « la politique des hauts salaires » — nuisible aux entrepreneurs français —, « les tendances socialistes du président » — la réserve de l’époque du Front populaire n’est plus d’actualité —, « l’agrarisme révolutionnaire » — cause de l’expropriation de plusieurs propriétaires terriens français —30, « la livraison des terres à des paysans qui ne sont pas à même de les cultiver faute de ressources », etc.

  • 31 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

86Il constate ensuite avec satisfaction que les banques mexicaines ne manquent point de tirer de la situation « argument pour conseiller au Gouvernement un changement de méthodes » et une application moins rigoureuse des lois agraires31. Pour le ministre de France, si le président Cárdenas est « incontestablement honnête et bien intentionné », s’il « veut le bonheur du peuple », il est néanmoins « hypnotisé par l’idée de le soustraire aux emprises économiques de l’étranger et de procéder en sa faveur à une répartition plus équitable de la richesse publique ». De là, le soutien gouvernemental, dénoncé par le représentant français, aux revendications ouvrières « encouragées presque ouvertement ».

  • 32 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

87Ce trait n’est toutefois pas propre à l’année 1939, puisqu’en lui s’incarne toute une partie de « l’idéologie » cardeniste ; mais la surenchère électorale avive alors cette caractéristique du gouvernement cardeniste32.

  • 33 G/09-01-1939, no 5, Goiran.

88En 1939 cependant, le président Cárdenas souhaite « poursuivre fermement la réalisation du programme d’équipement national et de récupération économique ». Mais, observe H. Goiran, « l’élévation considérable du crédit destiné au paiement de la dette publique marque [...] clairement le poids que font peser dangereusement sur l’économie du pays les obligations financières croissantes auxquelles le Mexique devra faire face pour la réalisation de cet ambitieux programme de revendications économiques et sociales. C’est là, sans doute, conclut le représentant de la France, la pénible rançon du “slogan” politique qui prône “la reconquête du Mexique par les Mexicains” »33.

89La situation internationale évoluant beaucoup plus vite que la situation intérieure mexicaine, les intérêts français sont de fait placés sur la défensive et sans grande possibilité d’appui diplomatique. Ainsi, s’ils ne sont pas toujours les plus visés par les initiatives du gouvernement mexicain, ils sont parmi les plus fragiles, surtout face à une administration du général Cárdenas déçue par le peu de facilités qu’elle a trouvé en France pour l’écoulement de son pétrole.

90Au total, avant la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne et de la France à l’Allemagne, les intérêts français semblent plus menacés que les intérêts allemands, lesquels bénéficient des commandes de pétrole massives de leur gouvernement à la pemex.

91Au Mexique, cette situation précaire risque de se détériorer car, aussi grave que la crise pétrolière, est celle que peut provoquer la chute des cours de l’argent. En effet, le Secrétaire au Trésor des Etats-Unis, Henry Morgenthau, qui contrôle le marché mondial de l’argent-métal par les capacités d’achat du gouvernement fédéral, annonce en juillet que la Trésorerie américaine achètera cet argent moins cher qu’auparavant (35 cents contre 42 ¢). Le Mexique étant le premier producteur mondial (25 t. en 1938) de ce métal de plus en plus délaissé pour sa valeur monétaire, on imagine aisément les répercussions économiques et sociales d’une telle décision dont l’innocence n’est pas prouvée : cent mille familles vivent par exemple au Mexique de l’exploitation minière.... « Ce n’est donc pas impunément que les Etats-Unis pourront poursuivre cette politique » pense le ministre français très critique ; car, par contre-coup, elle serait préjudiciable à leur commerce d’exportation (le Mexique est le quatrième client des Etats-Unis) et à leurs ressortissants (les Etats-Unis détiennent environ 80 % du capital total des industries minières mexicaines). Ces vifs propos du ministre français, reflets possibles d’un anti-américanisme latent, d’une dénonciation de l’hégémonie diplomatique nord-américaine, sont assurément le clair reflet de la presse mexicaine.

92Les menaces de guerre puis la guerre elle-même aidant, cette baisse du cours de l’argent-métal n’a cependant pas les conséquences catastrophiques attendues : une enquête, menée par des experts nord-américains et dont les résultats sont publiés par les presses new-yorkaise et mexicaine en avril 1949, montre qu’en 1939 les exportations d’argent-métal ont procuré au Mexique un bénéfice de 15 millions de dollars.

93Même dans le cas où cette baisse des cours se serait prolongée en 1940, amputant nettement les bénéfices mexicains, ceux-ci auraient été momentanément compensés par l’apport du tourisme américain, en sensible progression en 1940 du seul fait de l’impossibilité de voyager en Europe (environ 30 millions de dollars en 1939).

  • 34 G/24-08-1939, no 121, Goiran.

94Officiellement, tandis que les importations mexicaines croissent au début de 1939, les exportations baissent sensiblement durant le premier semestre de 1939 par rapport à l’année précédente, situation inhabituelle depuis 1933. Ces statistiques doivent toutefois se lire comme un trompe-l’œil : que les dépôts bancaires augmentent ne signifie pas nécessairement que les affaires prospèrent, comme l’annonce pourtant le ministre d’Hacienda (Finances), Suarez ; si l’argent reflue vers les banques, c’est aussi parce qu’il est inemployé dans les affaires et qu’il y attend son éventuel transfert à l’étranger. Parallèlement, le peso continue de se déprécier et atteint fin août une parité de 5,90 pour un dollar (soit une nouvelle baisse de 15 %) ; chacune de ces dévaluations est immédiatement répercutée sur le marché intérieur : les commerçants anticipant sur la hausse de tous les produits d’origine étrangère ou nationale34 et revalorisant leur stock, un processus bien connu d’accélération de l’inflation est enclenché.

  • 35 G/05-01-1939, no 2, Goiran.
    21-1-1939, Baudet.

95Le Mexique aborde donc la guerre européenne dans une situation économique préoccupante, mais non dramatique. Il joue la carte des antagonismes européens pour maintenir ses exportations à un niveau convenable. La France est alors dans une position secondaire, observant le mexique sans détenir des moyens économiques ou politiques efficaces de pression ou d’intervention. Elle est très attentive aux tendances « socialisantes »35 du gouvernement de Lázaro Cárdenas, beaucoup plus qu’au mouvement sinarquiste (« fascisant ») et aux troubles inhérents. Nous sommes bien loin des sympathies mutuelles du Front populaire, mais jusqu’à quel point ont-elles jamais transparu dans la diplomatie française au Mexique ?

  • 36 A/vol. 43, 26-12-1939, Baudet.

96D’une manière générale, les intérêts financiers, commerciaux et industriels français subissent les aléas de la conjoncture mexicaine, accusent dans certains cas profondément les contre-coups des soubresauts de la situation européenne ; parce que les produits importés français sont souvent des produits de luxe et que le niveau de la culture française au Mexique régresse continûment depuis la fin du Porfiriat ; parce qu’aussi les produits importés de France sont en moyenne d’une valeur ajoutée plus faible, par exemple, que ceux importés d’Allemagne36 ; parce que depuis 1931 (17 juillet), la loi mexicaine restreint l’entrée au Mexique d’ouvriers étrangers ; parce que les entreprises, familiales, des « Barcelonnettes » n’ont souvent pas les capacités d’adaptation interne ou externe — nécessaires pour faire face à la concurrence ou à la conjoncture politique et économique ; enfin, parce que la gestation du conflit européen détourne en France les intérêts et compétences normalement requis pour ces affaires latino-américaines, encore largement « exotiques » au demeurant. Isolée et assez peu soutenue par la métropole, le dynamisme affaibli, la colonie française, devenue moins entreprenante au fil des années, est dans une situation malaisée, alors que le Mexique entre dans une phase de modernisation relativement rapide et avant que ne se déchaîne l’orage européen : dès 1938, le président de la Chambre de commerce française n’a-t-il pas fermement découragé toute immigration française au Mexique ? Quelles que soient ses motivations objectives, ce responsable français est en opposition avec les politiques avouées des responsables locaux allemands, et surtout japonais.

97Quant aux litiges entre la France et le Mexique en cette accalmie fébrile des veillées d’armes, ils sont globalement peu importants : les expropriations, cardenistes ou antérieures, le soutien du gouvernement mexicain aux ouvriers dans les conflits du travail, les tarifs douaniers (droits sur les alcools français notamment) constituent le plus souvent l’origine de ces litiges. Rien de bien nouveau dans tout cela, avec, de surcroît, le voile d’un certain apaisement au moment où la situation européenne atteint son punctum saliens.

  • 37 Compte rendu au Petroleum Department, séance du 9 février 1939.

98Pourtant, en France, les huit mois qui ont suivi le 1er novembre 1938 constituent selon l’expression de Paul Reynaud « le miracle français » [152]. Après la fin implicite du Front populaire, l’économie française « connaît dans des circonstances très difficiles la reprise la plus rapide de son histoire » [159, p. 80. 160, p. 88]. Mais le Mexique reste bien éloigné des préoccupations nationales européennes ; la réunion franco-anglaise sur l’approvisionnement pétrolier de février 1939 ne retient même pas son nom, alors qu’on décide de ne pas compter sur le pétrole des Indes néerlandaises ou sur la voie méditerranéenne 37. La France qui marche vers l’inexorable n’essaie pas, avec le Mexique, de resserrer des liens bloqués par deux facteurs d’inertie : le contentieux mexicano-britannique, et l’idée, toujours prédominante au sein des élites, d’un Mexique troublé, peu sûr et ne constituant ni un interlocuteur de premier plan, ni un partenaire à cultiver.

99A la veille du conflit, la France occupe la quatrième place parmi les fournisseurs du Mexique : avec 3 % seulement de la valeur des importations mexicaines, elle occupe une place vingt fois moins importante que les Etats-Unis, premiers fournisseurs. Ni la situation financière française, ni celle mexicaine ne permettent d’augurer favorablement de la croissance des échanges réciproques, même après un conflit dont on ignore aussi bien la nature que l’extension.

100Pour lors, se poursuit en France l’activité fiévreuse et enthousiaste du ministère des Finances, activité qui permet à la France d’aborder la Seconde Guerre mondiale, le 2 septembre 1939, dans une situation financière assainie. Mais, dans le contexte de préparation à la guerre, cette amélioration financière française n’engendre strictement aucune amélioration des relations économiques et financières entre le Mexique et la France. Disposé à améliorer ses relations avec la France des années 1930 et surtout 1935-1939, le Mexique a vainement attendu un geste de la France de la Révolution de 1789, des Droits de l’homme, du Front populaire ; la France n’a, en outre, pas su saisir sa chance dans l’affaire des pétroles mexicains du Havre, laquelle eût pu être discrètement exemplaire. La France a privilégié en permanence ses relations européennes, ce qui se comprend aisément. Toutefois, sur un domaine marginal de sa politique extérieure, le Mexique, elle a sans doute poussé trop loin le sacrifice dans les années 1930 ; elle a manqué, vis-à-vis des Etats-Unis surtout, d’une autonomie certaine, même limitée ou formelle, laquelle aurait laissé entrevoir au Mexique une possible et concrète amélioration des relations bilatérales.

Les incertitudes de la future présidence mexicaine

  • 38 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

101En 1940, le mandat présidentiel non-renouvelable de Lázaro Cárdenas arrive à son terme ; l’année de la chute de Barcelone et de Madrid est donc marquée au Mexique par l’ouverture officieuse puis officielle de la campagne pour la succession, avec son cortège d’incertitudes politiques et économiques. De ce fait, le département « Amérique » du ministère parisien des Affaires étrangères suit attentivement l’évolution de la politique intérieure mexicaine grâce à son émissaire Henri Goiran... ceci d’autant plus que l’on commence à se convaincre au Quai d’Orsay que le gouvernement mexicain est sur le point de devenir une institution stable. Mais « quel sera l’avenir du Mexique ? Tout dépend, répond dès janvier 1939 le ministre français à México, des élections prochaines tant au Mexique qu’aux Etats-Unis »38.

102Ainsi, dans le cas où, à Washington, les démocrates modérés ou les républicains arriveraient en 1940 au pouvoir, le représentant français craindrait une réaction des trusts en matière pétrolière, et, par voie de conséquence ou simultanément, un certain abandon de la « good neighbour policy » ; en découleraient une situation économique « très difficile au Mexique » et une stratégie plus difficile pour les autres démocraties vis-à-vis du Mexique. Toutefois, l’accent est mis en France sur les préoccupations à court terme :

  • 39 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

« Bien que la campagne électorale qui doit aboutir aux élections présidentielles de 1940 ne soit pas encore ouverte et que le président Cárdenas ait manifesté sa volonté de ne pas y mêler son administration, conformément au principe de non-réélection, les milieux politiques commencent à s’agiter et à intriguer.39 »

103Pour la diplomatie française, l’élection cristallise sa perception d’un régime politique adolescent : celui-ci surmontera-t-il le défi d’une nouvelle échéance électorale ? Faisant suite à une réorganisation du parti au pouvoir visant à plus d’efficacité derrière le président (le Partido Nacional de la Revolución — pnr — devenu Partido de la Revolución méxicana — prm —), ces élections sont marquées du sceau de la crise pétrolière. Elles suscitent un vif intérêt des puissances étrangères, du fait, en particulier, des options politiques du président Cárdenas...

104Celles-ci se confirmeront ou s’infirmeront-elles ? Les intérêts des 6 350 Français, des 12 000 Libanais et des 1 500 Grecs sous le contrôle et la protection français, les intérêts des Allemands, des Britanniques, des Italiens, des voisins nord-américains subiront-ils quelque pression renouvelée ? Alors que l’on fourbit les armes en Europe, quelle sensibilité internationale animera le nouveau président ? Trop de diplomates en poste en 1939 se souviennent de l’attitude incertaine de l’Exécutif mexicain dans le premier conflit mondial, même si beaucoup en ont oublié les fondements... Après 1938, année où culmine la politique radicale de Cárdenas, 1939 enfantera-t-elle une surenchère électoraliste et 1940 une radicalisation plus aiguisée de l’Etat mexicain tellement incarné dans la personne de son chef ? Ce n’est pas sans inquiétude que les milieux internationaux suivent l’ascension de leaders liés à la IIIe Internationale, tel Lombardo Toledano : avocat, protagoniste singulier de la vie politique mexicaine et surtout secrétaire général de la grandissante Confédération des travailleurs mexicains, il a reçu Léon Jouhaux à México en 1938. Le rôle, puissant et à demi occulte, que peuvent jouer de tels personnages dans les élections inquiète vivement les diplomates étrangers. Inquiétude liée aussi aux réunions publiques du Parti communiste, aux grandes grèves, à la réforme agraire de la Laguna, du Yucatán, de la Lombardía, et de la Nueva-Italia, aux indemnisations des expropriations...

105Dans ces conditions :

1061) L’un au moins des candidats potentiels à la présidence, le général Mágica, ministre des Travaux publics, « de tendance très avancée pour ne pas dire communiste », fait l'unanimité des critiques des observateurs européens et nord-américains. Il se retire de la compétition présidentielle en juillet 1939 et soulage ainsi l’anxiété des démocraties.

1072) Le général Sanchez Tapia, ancien ministre de l’Economie nationale, « révolutionnaire de marque qu’appuie la traditionnelle et encore influente franc-maçonnerie mexicaine, mais qu’intéresse les affaires », ne suscite pas l’élan particulier de la communauté internationale.

1083) Du troisième candidat ex-ministre de la guerre qui a contribué à atténuer le caciquisme de l’armée et à faire de cette dernière un simple corps professionnel, très protégé, au service de l’Etat, le ministre français écrit :

  • 40 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

« Quant au général Avila Camacho, actuel ministre de la guerre, il aurait l’appui de l’armée et représenterait une tendance plus modérée que les deux autres concurrents40. »

109L’inclination du ministre français est ainsi explicite : ordre et modération économique. Quoi d'étonnant en cela ? L’image de modéré du présidentiable Avila Camacho permet à ce général de recueillir le soutien de nombreux groupes politiques et sociaux opposés à la continuation de la politique radicale de Cárdenas. Derrière Camacho, se rassemblent les groupes nourris des vieilles structures politiques et économiques. Pourtant, ce n’est pas, selon le représentant français, le mouvement ouvrier ou paysan, ni ses leaders « affaiblis ou incompétents » qui peuvent imposer légalement ou avec l’apparence de la légalité le successeur. Ce sont « les vieux politiciens » et les gouverneurs (parmi lesquels le futur successeur d’Avila Camacho lui-même !), qui n’ont jamais perdu leur influence, qui « manipulent » les fils de la succession : mais ils sont aidés cette fois par un instrument relativement nouveau qui prouve là son efficacité : le Parti de la révolution mexicaine.

  • 41 G/20-07-1939, no 102, Goiran.

110Il faut, bien sûr, prendre aussi en compte l’ensemble de la situation économique et sociale. Avila Camacho incarne des intérêts traditionnels plus inquiétés par la politique cardeniste d’équité sociale que par sa politique économique vis-à-vis des investissements étrangers : cette dernière, étroitement liée au nationalisme, est assez bien ressentie, jusqu’au moment néanmoins où elle gêne trop l’économie [130, p. 80]. Ces deux aspects guident l’appréciation du représentant français au Mexique qui voit en Camacho « un homme pondéré, averti, intelligent et qui appliquerait les principes radicaux avec beaucoup plus de modération que le général Cárdenas »41 ; le soutien au candidat Camacho des des organisations ouvrières et paysannes (ctm...) fréquemment décriées par la légation française ne modifie pas la position du diplomate. Il s’empresse d’ajouter cependant, à propos de la prochaine élection :

  • 42 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

« Le Mexique est le pays des surprises et, plus qu’ailleurs, l’imprévu y déjoue le calcul des hommes42 »

111Derrière cette apparente imprévisibilité comme, dans un autre registre, derrière l’idéologie, se dissimule une technique du pouvoir mexicain difficilement accessible aux esprits imbus de cartésianisme, « technique gyroscopique » ancestrale du pouvoir mexicain qui perdure avant comme après la Révolution [63 b].

112Les sociabilités traditionnelles innervant les décisions qui prévalent lors de telles élections présidentielles rendent effectivement difficile la perception des diplomates étrangers... Ceux-ci tendent alors à grossir la part de l’imprévu ou imprévisible, laquelle relève — et le cas du Mexique n’est nullement isolé — plus de l’imperceptible, de la non-initiation. Le soutien apporté à Manuel Avila Camacho, modéré, par Vicente Lombardo Toledano, « radical », lors de l’élection présidentielle de 1940 reste ainsi assez obscur dans un schéma classique, cartésien, d’analyse ; et le ministre français, nous l’avons vu, refuse d’en considérer l’importance. Pourtant, ce soutien essentiel est caractéristique, outre d’un nationalisme incoercible, de sociabilités traditionnelles et, par extension, « de ce monde où les solidarités anciennes et les liens personnels expliquent en grande partie l’expansion d’une idéologie qui pourtant les nie » [63 b, p. 262].

1134) Plus explicite — peut-être trop pour avoir valeur exemplaire — est le cas du général Almazán, commandant de Monterrey.

  • 43 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

114Les milieux officiels mexicains jugent qu’il serait un présidentiable dangereux pour le pouvoir en place ; et ils le font savoir. Nuancé, le représentant français constate que ce général s’est peu à peu acquis l’autorité d’un « chef féodal », sans pour autant manquer de loyalisme envers son gouvernement. « C’est un homme de grande autorité et de haute valeur morale, frère de l’actuel ministre de la Santé publique, que nous avons récemment décoré de la Légion d’honneur. » L’utilisation du mot « féodal » transcrit bien l’impression d’un diplomate de culture européenne face à une réalité mexicaine qu’il connaît bien mais qui lui échappe partiellement ; « Mexique, terre des surprises où il est dangereux de faire des pronostics »43.

  • 44 G/01-02-1939, no 28, Goiran.

115Mais au-delà de ce subtil mécanisme de reproduction et de transmission du pouvoir au Mexique, les diplomates étrangers craignent que se développe à la faveur des élections présidentielles « la tendance xénophobe qu’affichent volontiers les milieux officiels mexicains », en accord ou non avec la position gouvernementale 44.

116On critique ainsi vivement à la légation de France à México « ...le vif sentiment xénophobe que l’administration du général Cárdenas s’est plu à promouvoir parmi les divers secteurs de l’opinion publique, en vue d’obtenir, par l’exaltation d’un nationalisme agressif, l’appui du peuple à la suite des difficultés internationales suscitées par l’expropriation des compagnies pétrolières. »

  • 45 G/05-01-1939, no 2, Goiran.
    G/12-01-1939, no 10, Goiran.
    G/01-02-1939, no 26, Goiran.
  • 46 G/01-02-1939, no 28, Goiran.
  • 47 G/01-01-1939, no 2, Goiran.

117Cette animosité naissante à l’égard de l’étranger se manifeste de manière traditionnelle à l’encontre des « Yankees », mais aussi, et cela depuis l’annonce même de leur arrivée, vis-à-vis des réfugiés espagnols ; vis-à-vis des Français, et moins encore que pour les Allemands, les traces de xénophobie sont peu nombreuses et se rencontrent principalement lorsque l’on ne distingue pas nettement le gouvernement, très critiqué, et les citoyens du pays45. Cette animosité « xénophobe » est sensible enfin vis-à-vis des juifs46, bien que la question soit dans ce cas beaucoup plus complexe et indépendante à l’origine de l’influence « d’une puissance étrangère », l’Allemagne nazie47.

  • 48 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

118Les craintes du diplomate français liées à l’exaltation du nationalisme mexicain sont d’autant plus fondées que de sérieuses difficultés économiques atteignent au Mexique depuis le mois de mars 1938 le milieu des affaires comme la plupart des catégories de la population ; de très nombreuses grèves témoignent d’une mobilisation des forces sociales conjuguée à l’agitation politique qui commence en février 1939 à sourdre, premiers indices de la période pré-électorale ; tout cela contribue à créer une certaine nervosité sociale dont les intérêts étrangers ont, en premier lieu, beaucoup à craindre. Cependant, au printemps 1939, tandis que cette question des élections préoccupe tous les esprits, et en dépit des difficultés économiques, le bilan global dressé par les diplomates n’est pas si sombre : « L’ordre et la tranquillité règnent au Mexique », affirme l’un d’entre eux. En outre, quelles que soient les tendances du futur élu, la diplomatie française, très critique envers l’administration sortante, pense qu’en matière économique comme en matière sociale, le nouveau Président « sera bien obligé de faire la pause » s’il ne veut pas « précipiter son pays dans une catastrophe économique » : il « devra mettre une sourdine à la politique ruineuse de surenchère démagogique »48.

119De tels jugements n’ont rien d’exceptionnel dans la correspondance diplomatique française. Ainsi, le terme d’« inconséquence » (en matière de politique agraire notamment) apparaît depuis 1938 : il s’agit d’abord de contester les expropriations dont sont (ou furent) victimes des ressortissants français, puis de stigmatiser la faible productivité des terres redistribuées. Ces critiques ne sont pas isolées : les propos du ministre français sont à bien des égards plus modérés que ceux de ses collègues britanniques, nord-américains ou allemands. Pour l’Italie, la question se pose sous un angle différent car Mussolini encourage alors le retour au pays de ses compatriotes expatriés : au Mexique, cette politique trouve un certain écho chez les petits exploitants terriens d’origne italienne aux difficiles conditions d’existence ; la question de la propriété italienne au Mexique doit donc être considérée à part et ne donne pas lieu aux mêmes commentaires diplomatiques acerbes.

  • 49 G/18-05-1939, no 65, Goiran.

120Plus inquiétant qu’une éventuelle poussée xénophobe, « le déchaînement des ambitions et des appétits provoqués par toute campagne présidentielle, écrit le ministre français, incite certains éléments politiques à préter une oreille attentive à des offres venant d’une lointaine puissance étrangère » ; entendons l’Allemagne, bien sûr ! De plus, les circonstances économiques et politiques prévalant au Mexique sont « très favorable à l’activité des agents allemands, italiens et japonais ». Tels sont en 1939 les deux leitmotivs de la correspondance diplomatique française. Les circonstances créent en effet « un climat très favorable » à une entente, limitée, cela va sans dire, avec les « nations étrangères disposées à collaborer avec le Mexique »49 ; il serait donc nécessaire, selon le représentant français, que la France mette à profit cette opportunité, sur le modèle d’une Allemagne qui saisit effectivement l’occasion, en dépit de positions politiques radicalement opposées à celle du Mexique, notamment dans la Guerre d’Espagne [238 b]. La question des réfugiés espagnols en territoire français ne constitue donc pas en 1939 un obstacle insurmontable à l’amélioration des relations franco-mexicaines, même si, dans ce cas, le passif est encore présent.

121En tout état de cause, c’est à une position fragile mais de relative force qu’est hissé le Mexique dans le concert des nations à l’automne 1939, par sa volonté propre et par les événements. Sollicité par les puissances totalitaires, ménagé désormais par les Etats-Unis qui ne veulent pas laisser la part trop belle aux premières, le Mexique est déçu, désillusionné par une France qui n’a pas su ou pas voulu saisir sa chance au Mexique. Quant à la Grande-Bretagne, en l’absence de relations diplomatiques avec le Mexique, elle se montre néanmoins plus active que la France. Cette dernière, accaparée par les questions et alliances européennes, passe au Mexique pour une puissance déclinante, voire du passé.

122Un signe supplémentaire de cette faiblesse française serait la capacité apparemment réduite d’information de la légation française de México. Nombre de ses informations proviennent de l’ambassade américaine et le ministre français en fait souvent état. C’est ainsi qu’il apprend « la position prépondérante dans le marathon électoral » du général Almazán, lequel serait soutenu par les Etats du Nord, c’est-à-dire les régions qui ont, depuis la révolution, déterminé les résultats des élections présidentielles.

  • 50 G/02-09-1939, no 125, Goiran.

123Le premier septembre, le président Cárdenas annonce devant les parlementaires assemblés que son administration « veillera à ce que l’élection présidentielle qui s’approche soit libre et entourée de garanties suffisantes pour exprimer la volonté populaire s’exerçant en bien ou en mal, sous la seule responsabilité des citoyens ». Le même jour, il déclare que « la nation entière s’unit à lui pour déplorer profondément le fait qu’un groupe de grands Etats, pour une raison ou une autre, ait recouru à la lutte armée pour chercher une solution à leurs différends, substituant ainsi la violence à l’autorité de la loi et de la justice »50... Renouvelée quelques jours plus tard, quelle leçon de droit donnée en retour à l’Europe ! « Les Français sont entrés dans la guerre le 3 septembre 1939 et, pour ce peuple pacifique, c’est déjà une défaite morale » [139, p. 13]. Ce juge appelé France, qui apportait la curiosité de l’équité dans les verdicts mondiaux, semble désormais très vieilli depuis l’apothéose révolutionnaire — pour ne pas dire sénile, si l’on s’en tient à certains aspects juridiques de cette Révolution nationale des années suivantes...

  • 51 G/21-11-1939, no 201, Baudet.

124Réciproquement, et non sans raison en ce qui concerne les élections, l’état apparent de droit du gouvernement mexicain est contesté par la diplomatie française comme « n’étant que le moyen d’assurer son rôle occulte (du Président sortant surtout) dans le futur gouvernement »51. Cette « mécanique » agit cependant conformément aux souhaits des démocraties : la désignation puis l’élection de Manuel Avila Camacho. La candidature de son seul rival dangereux, Almazán, a incontestablement été accueillie dans divers secteurs de l’opinion mexicaine avec une nette sympathie ; mais il ne faut pas voir dans cette orientation de l’électorat une lutte de caractère idéologique, à laquelle le pays est somme toute peu préparé : ce soutien de la petite et moyenne bourgeoisie au général Almazán est plus une réaction utilitaire, à défaut d’être toujours pragmatique, des classes moyennes contre « les exactions et les abus » de certains éléments « populaires » et radicaux appuyés par le parti au pouvoir, le prm, et par la puissante centrale syndicale, la ctm. Une partie des classes moyennes s’incarnant dans le personnage d’Almazán cherche ainsi à briser le monopole du prm et de la ctm sur les principaux emplois publics et les prébendes officielles. Le ministre français au Mexique Albert Bodard écrit après la victoire du candidat « officiel » Avila Camacho, en septembre 1940 :

  • 52 G/19-09-1940, no 162, Bodard.

« L’élection du candidat de l’opposition n’aurait sans doute fait que renverser les rôles et installer dans les avenues du pouvoir un autre clan politique bien résolu à persister dans l’emploi de méthodes administratives qui, pour être criticables, n’en paraissent pas moins inhérentes au climat politique du Mexique52. »

125Mais, pour les intérêts étrangers au Mexique, malgré l’omniprésence « régulatrice » des Etats-Unis, l’élection de tout autre candidat qu’Avila Camacho eût pu être déstabilisante. Finalement donc, les intérêts des démocraties, au premier rang desquelles les Etats-Unis ont été protégés par la mécanique institutionnelle mexicaine de désignation du président de la République. Réciproquement, les démocraties n’ont pas dissimulé leur préférence pour le candidat de la « mécanique » cardeniste. On peut, sans trop de risques, penser que la politique étrangère a joué un rôle important dans le fonctionnement de la « mécanique », lors de la désignation du candidat Avila Camacho, et que les orientations ultérieures du futur gouvernement furent, dans leurs grandes lignes, à l’origine du choix Camacho par le cénacle réuni autour du Président en exercice.

POLITIQUE ÉCONOMIQUE FRANÇAISE vis-à-vis du Mexique (1er semestre 1939) : Des relations doublement trilatérales

126Les deux regards essentiels de la France dans sa politique à l’égard du Mexique : l’Allemagne et les Etats-Unis.

1) Les Etats-Unis, tiers-arbitre des relations franco-mexicaines

1) Les Etats-Unis, tiers-arbitre des relations franco-mexicaines

2) L’obsession française : concurrencer l’Allemagne

2) L’obsession française : concurrencer l’Allemagne

Bilan des échanges entre la France et le Mexique (premier semestre 1939)
La France
— a environ 15 milliards de francs 1939 investis dans l’économie mexicaine,
— est le 4e importateur au Mexique avec 3 % des importations mexicaines, soit un vingtième des importations en provenance des Etats-Unis (Etats-Unis : 62 % ; Allemagne : 16 % ; Grande-Bretagne : 5 %). Le pourcentage de la France est d’ailleurs vraisemblablement surestimé,
— importe pour 104,8 millions de francs de produits mexicains en 1939 ; cela représente un recul de 30 % par rapport à 1938 ; même si le deuxième semestre de 1939, avec la déclaration de guerre, pèse lourdement sur ce nombre, nous avons tout lieu de croire que le recul est amorcé nettement dès les six premier mois.
Le Mexique
est le 7e producteur de pétrole en 1939. (1,97 % prod. mond.)
Le jugement du Havre a garanti la neutralité française dans ce domaine ; mais déjà les achats (en valeur) entre janvier/février 1938 et janvier/février 1939 de la France sont divisés par 6,7 alors même que ceux de la Grande-Bretagne ne le sont que par 1,45 et que ceux des Etats-Unis ne le sont que par 1,21. L’Allemagne les multiplie par 3,25.
Autrement dit, les achats pétroliers en 1939 (janvier/février)
de la France représentent 15 % de ceux de 1938 (janvier/février),
de la Grande-Bretagne, 82 % de ceux de 1938,
des Etats-Unis 69 % de ceux de 1938,
de l’Allemagne, 325 % de ceux de 1938 (janvier/février).
Les achats pétroliers de la France au Mexique correspondent
— en 1938 à 6,7 % de ceux de la Grande-Bretagne, à 27 % de ceux des Etats-Unis, 34,1 % de ceux de l’Allemagne ;
— en 1939 à 1,5 % de ceux de la Grande-Bretagne, à 5 % de ceux des Etats-unis, à 1,6 % de ceux de l’Allemagne.
Au début de 1939 l’Allemagne absorbe 22 % des exportations pétrolières mexicaines, soit environ 10 % de la production. En 1939 le Mexique est importateur de maïs, de blé et de haricots étant données les récoltes particulièrement mauvaises de 1938.

Source : multiples (mae et statistiques publiées).

  • 1 Commerce spécial : numéraire non compris.

Commerce spécial1 de la France avec le Mexique (valeur, en millions de francs 1938) (données corrigées des variations de la monnaie)

Commerce spécial1 de la France avec le Mexique (valeur, en millions de francs 1938) (données corrigées des variations de la monnaie)

D’après Moniteur Officiel du Commerce et de l’Industrie, Paris 1952.
Données corrigées en valeur constante d’après les coefficients établis par R. Sédillot, Histoire du franc, Paris, 1979.

Inflation et coût de la vie au Mexique - 1938-1946

127« Depuis 1935, l’inflation caractérise l’économie mexicaine », L. Solis [97, p. 94].

L’inflation au Mexique. Base 100 = 1930

L’inflation au Mexique. Base 100 = 1930

Source : Secretaria de Gobernación, Seis años de actividad nacional, México, 1946, p. 475.

L’inflation au Mexique (indice des prix). Base 100 = 1960

L’inflation au Mexique (indice des prix). Base 100 = 1960

Source : Banco de México, SA, citée par L. Solis [97, p. 92].

128Sur la base 100 en 1950, David Ibarra (« Mercados, desarrollo y política económica ; perspectivas de la economia de México » in El Perfil de México en 1980, México, 1974, vol. 1, p. 105) aboutit à des conclusions semblables

Globalement, ces chiffres, issus de sources voisines, sont nettement inférieurs aux renseignements épars que fournissent la correspondance diplomatique et en particulier « Vichy » (1940-1942).

Notes

1 W. Shirer, A Berlin, Journal d’un correspondant américain, Paris, 1946, pp. 189-197.

2 A/vol. 17, 11-09-1939, Goiran.

3 A/vol. 17, 01-09-1939, Goiran.

4 A/vol. 17, 02-09-1939, Goiran.

5 A/vol. 17, 11-09-1939, Goiran.

6 G/07-09-1939, Gabaudan.

7 G/10-08-1939, no 111, Goiran.

8 M. Kaplan, System and process in international politics, New York, 1964. L’historien rencontre des difficultés sérieuses lorsqu’il cherche à définir et caractériser une opinion publique, surtout d’un pays majoritairement analphabète et rural. En 1939, il serait certes moins illusoire de distinguer et de qualifier chacun des groupes composant l’opinion publique nationale, tant est grande la différence de comportement entre, par exemple, l'indien d’un pueblo de la sierra et le citoyen du District fédéral ou d’une capitale d'Etat. Mais ce serait l’objet d’une autre étude que d’envisager l’aspect sociologique, ethnologique, économique et politique nécessaire à la compréhension des composantes et des interactions de l’opinion publique mexicaine, surtout dans le cadre d’un gouvernement à tendance populiste. Dans le domaine restreint de la politique étrangère, qui met en jeu des groupes sociaux moins nombreux, la question ne nous paraît qu’en apparence plus simple.

9 L. Gonzalez, Les barrières de la solitude, Paris, 1977, p. 175.

10 Voir 3.

11 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

12 A/vol. 53 (62), (64).

13 G/05-06-1939, no 3, Goiran.

14 G/20-07-1939, no 102, Goiran.

15 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

16 G/18-05-1939, no 62, Goiran.

17 G/18-05-1939, no 62, Goiran.

18 G/12-09-1939, no 131, Goiran.

19 G/05-06-1939, no 2, Goiran.

20 G/12-01-1939, no 10, Goiran.

21 G/12-01-1939, no 10, Goiran.

22 G/12-01-1939, no 10, Goiran.

23 G/17 03-1939, no 10, Goiran.

24 G/05-01-1939, Goiran à Comert (sous-directeur Amérique).

25 G/10-08-1939, no 109, Goiran.

26 G/02-06-1939, no 2, Goiran.

27 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

28 A/vol. 43, 26-12-1939, Soustelle ; et [77] p. 403.

29 G/05-01-1939, no 102, Goiran.
G/20-07-1939, no 102, Goiran.

30 A/vol. 34, 19-07-1939, Goiran.

31 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

32 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

33 G/09-01-1939, no 5, Goiran.

34 G/24-08-1939, no 121, Goiran.

35 G/05-01-1939, no 2, Goiran.
21-1-1939, Baudet.

36 A/vol. 43, 26-12-1939, Baudet.

37 Compte rendu au Petroleum Department, séance du 9 février 1939.

38 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

39 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

40 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

41 G/20-07-1939, no 102, Goiran.

42 G/05-01-1939, no 2, Goiran.

43 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

44 G/01-02-1939, no 28, Goiran.

45 G/05-01-1939, no 2, Goiran.
G/12-01-1939, no 10, Goiran.
G/01-02-1939, no 26, Goiran.

46 G/01-02-1939, no 28, Goiran.

47 G/01-01-1939, no 2, Goiran.

48 G/05-03-1939, no 40, Goiran.

49 G/18-05-1939, no 65, Goiran.

50 G/02-09-1939, no 125, Goiran.

51 G/21-11-1939, no 201, Baudet.

52 G/19-09-1940, no 162, Bodard.

Notes de fin

1 Commerce spécial : numéraire non compris.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Exportations de pétrole mexicain (août 1938) Total : 1 373 201 barils
Légende * statistiques non connues.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 1) Les Etats-Unis, tiers-arbitre des relations franco-mexicaines
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 2) L’obsession française : concurrencer l’Allemagne
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Commerce spécial1 de la France avec le Mexique (valeur, en millions de francs 1938) (données corrigées des variations de la monnaie)
Légende D’après Moniteur Officiel du Commerce et de l’Industrie, Paris 1952.Données corrigées en valeur constante d’après les coefficients établis par R. Sédillot, Histoire du franc, Paris, 1979.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre L’inflation au Mexique. Base 100 = 1930
Légende Source : Secretaria de Gobernación, Seis años de actividad nacional, México, 1946, p. 475.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre L’inflation au Mexique (indice des prix). Base 100 = 1960
Légende Source : Banco de México, SA, citée par L. Solis [97, p. 92].
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3264/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540