Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vichy et la France libre au Mexique

 | 
Denis Rolland

Avant-propos

François Bédarida

Texte intégral

1Voici un livre solide et neuf, dont le premier mérite est d’éclairer un versant, resté jusqu’ici dans l’ombre, de l’histoire franco-mexicaine et par extension de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Epoque de crise dramatique, la période choisie constitue un révélateur de choix pour comprendre les relations privilégiées entre deux Etats et deux cultures dans un pays-phare de la francophonie sur le continent américain.

2Grâce à un labeur opiniâtre, appuyé sur des sources nombreuses allant des archives diplomatiques au témoignage oral, Denis Rolland nous présente, avec probité dans l’analyse et pondération dans le jugement, un tableau fin, nuancé, convaincant de la politique, de la diplomatie, des représentations mentales au Mexique, depuis l’immédiat avant-guerre jusqu’au moment où tout est joué, en 1942, lorsque le pays choisit définitivement la France libre contre un Vichy discrédité et asservi.

3Car l’une des clefs du livre, c’est la triple évolution du gouvernement mexicain, de l’opinion mexicaine et de la colonie française la plus nombreuse et la plus cohérente d’Amérique latine face à Vichy et à la France libre. Au lieu de banales et classiques relations bilatérales, il s’agit donc d’une relation triangulaire, où les enjeux culturels ceux de la latinité au premier chef s’associent étroitement aux enjeux politiques et stratégiques à commencer par l’avenir des démocraties. Particulièrement instructive à cet égard est la description, fort bien retracée, de la propagande gaulliste proclamant, dans un pays encore tout chaud de ses propres souvenirs révolutionnaires, la filiation de France républicaine avec la Révolution de 1789 et la Déclaration des Droits de l’homme, à l’encontre de Vichy empêtré dans son idéologie réactionnaire et dans sa phraséologie antijacobine.

4Autre mérite du livre : les révélations qu’il apporte sur l’attention accordée au sort des républicains espagnols par le Mexique démocratique et les délicates négociations menées avec le gouvernement de Vichy, qui sur ce dossier a montré un esprit d’ouverture et de tolérance relatives, à l’opposé de son habituelle pratique xénophobe.

5Quant à l’enjeu stratégique, il était de taille, non seulement du côté allié pour la petite et valeureuse phalange des Français libres comme pour le grand voisin américain —, mais aussi du côté allemand. Car le Mexique a toujours tenu un grand rôle dans les projets de Hitler. Persuadé, nous rapporte Rauschning, que c’était le pays le plus riche du Nouveau-Monde, le Führer rêvait d’y substituer à la population locale qu’il jugeait la plus paresseuse qui soit le peuple le plus travailleur et le plus industrieux : les Allemands. Ainsi cet Eldorado, symbole d’une grand affaire valant d’employer les grands moyens, a toujours gardé une place de choix dans les ambitions mégalomanes du maître du IIIe Reich.

6On voit par là combien la rupture intervenue en 1942 entre le Mexique et l’Axe aussi bien que l’alliance chaleureuse entre la France libre et le Mexique ont pu s’inscrire dans une perspective planétaire, où la latinité à la fois comme réalité et comme mythe est venue relayer et appuyer le combat pour la liberté et la démocratie.

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540