Version classiqueVersion mobile

Amazonie brésilienne

 | 
François-Michel Le Tourneau

Quatrième partie. Mobilités, règles d'usage et d'appartenance

Chapitre IX. Mobilité entre ville et forêt

Stratégies et complémentarités

Ludivine Eloy, Stéphanie Nasuti et Isabelle Tritsch

Texte intégral

  • 1 M. Abrahão Crevelaro et al., « Diversifying Incomes and Losing Landscape Complexity in Quilombola (...)

1 En Amazonie, les territorialités des populations traditionnelles sen caractérisent par la dispersion de leurs lieux de vie, la pluriactivité et la mobilité1. La localisation des activités nous a montré que la plupart des habitants appartiennent aujourd’hui à des systèmes résidentiels multipolaires (cf. chapitres iv et v).

2L’attribution de larges territoires forestiers aux communautés locales, qui constitue une avancée inédite dans une histoire marquée par l’insécurité foncière, montre une reconnaissance de ce mode de vie. Toutefois, l’attribution de droits exclusifs, collectifs et permanents sur des espaces continus et bornés semble entrer en contradiction avec les modes locaux d’usage des ressources.

  • 2 Au Brésil particulièrement, 75 % de la population amazonienne est considérée comme urbaine (IBGE, (...)
  • 3 I. Tritsch, « Dynamiques territoriales et revendications identitaires des Amérindiens Wayãpi et Te (...)
  • 4 L. Eloy L. et C. Lasmar, « Urbanization and Transformation of Indigenous Resource Management : The (...)

3En parallèle de ces nouveaux dispositifs fonciers, le contexte d’urbanisation rapide2, d’avancée des fronts pionniers et de développement économique, mais aussi de renforcement des contrôles environnementaux, rend les territorialités des populations traditionnelles de plus en plus complexes et multiformes, interrogeant par là même le devenir de ces politiques foncières3. En effet, depuis les années 1980, les systèmes résidentiels et les mobilités reposent de façon croissante sur la ville, dont l’attractivité relève de l’offre de services et d’emplois4.

  • 5 G. Cortes, « Migrations, espaces et développement : une lecture des systèmes de mobilité et des co (...)

4Que nous indiquent ces nouveaux comportements migratoires sur le fonctionnement des communautés d’Abuí, de Jarauacá et de Campo Alegre ? Les mobilités entre forêt et ville diffèrent-elles entre les familles ? Sont-elles un indicateur des différenciations socioéconomiques au sein des communautés que nous avons étudiées ? Constituent-elles ainsi une nouvelle « ressource circulatoire » faisant l’objet de régulations internes, comme le suggère Geneviève Cortes5 ? Quelles démarches méthodologiques mettre en place pour étudier ces circulations ?

  • 6 E. S. Brondízio et al., « Use and Misuse of the Concepts of Tradition and Property Rights in the C (...)
  • 7 A. Steward, « Nobody Farms Here Anymore : Livelihood Diversification in the Amazonian Community of (...)
  • 8 D. L. Dufour et B. A. Piperata, « Rural-to-Urban Migration in Latin America : An Update and Though (...)
  • 9 M. A. Cox, « A Review of Design Principles for Community-Based Natural Resources Management », Eco (...)
  • 10 J. Hassler et al., « Inequality and Mobility », Journal of Economic Growth, no 12, 2007.
  • 11 E. Eloy et al., « Can Rural-Urban Household Mobility Indicate Differences in Resource Management w (...)

5D’une façon générale, les régimes de propriété collective, qui caractérisent toutes les études de cas du projet Usart, cachent une diversité considérable entre les ménages d’une même communauté non seulement en ce qui concerne les niveaux socioéconomiques et les systèmes de production, mais aussi en termes de répartition des droits d’usage sur les ressources6. La mobilité rurale-urbaine et l’intégration croissante au marché permettent de diversifier les revenus7, comme c’est le cas dans la plupart des sociétés rurales d’Amérique latine au cours des trente dernières années8. Mais ces pratiques sont aussi susceptibles de remettre en question la gestion commune des ressources9, en intensifiant les différenciations économiques et les disparités territoriales10. Alors que le contexte socioéconomique change, c’est peut-être la mobilité elle-même qui peut constituer un facteur d’adaptation des systèmes traditionnels de gestion des ressources, notamment parce qu’elle entraîne la production de nouvelles règles11.

Méthodologie

6Pour approfondir ces questions, nous avons développé de nouvelles méthodologies dans le cadre du programme Usart, que nous avons appliquées aux trois communautés d’Abuí, de Jarauacá et de Campo Alegre. Après avoir présenté notre démarche méthodologique, nous analysons les facteurs associés aux variations des mobilités individuelles entre forêt et ville, pour ensuite développer une réflexion sur la façon dont les habitants utilisent, et parfois régulent, la mobilité à des échelles plus larges (groupe domestique, communauté).

Définitions

  • 12 Le concept d’exode rural induit généralement l’idée d’une rupture définitive avec le lieu d’origin (...)
  • 13 A. Bellande et al., « Quel système de référence pour la prise en compte de la rationalité de l’agr (...)
  • 14 E. Le Bris, « Synthèse des travaux sur la mobilité interne et externe dans le sud-est du Togo », i (...)

7Les concepts de mobilité et de circulation sont utilisés depuis les années 1980, mais n’ont été exploités dans les études des mouvements de population en Amazonie qu’à partir des années 1990. La « mobilité circulaire » (ou « circulation migratoire ») se réfère à des mouvements qui sont généralement de courte durée, répétitifs ou cycliques, et diffère des approches en termes d’exode rural ou de migration12. L’analyse de la mobilité est étroitement liée à deux autres notions : le « système d’activité », qui se réfère à l’ensemble des activités productives et rémunérées exercées par une personne ou un groupe domestique pour répondre à ses objectifs de reproduction sociale13, et les « systèmes résidentiels », qui désignent un ensemble articulé de lieux de résidence des membres d’une famille étendue ou élargie14.

  • 15 L. Eloy, op. cit. ; E. L. Moreira, « Amazônia em movimento : redes e percursos de desenvolvimento (...)
  • 16 L. Eloy et al., 2015, op. cit.
  • 17 C. Padoch et M. A. Pinedo-Vásquez, « Urban, Rural and In-Between : Multi-Sited Households Mobility (...)
  • 18 F. L. Granchamp, « Urbanisation, stratégies familiales et multipolarité rurale-urbaine : la Transa (...)
  • 19 G. Freire, « Tradition, Change and Land Rights : Land Use and Territorial Strategies among the Pia (...)
  • 20 L. Eloy et L. Emperaire, « La circulation de l’agrobiodiversité sur les fronts pionniers d’Amazoni (...)
  • 21 C. Padoch et M. A. Pinedo-Vásquez, op. cit.
  • 22 F. Dureau, op. cit. ; G. Cortes, « Migrations, systèmes de mobilité, espaces de vie : à la recherc (...)

8Dans les zones périurbaines d’Amazonie, le terme de « ménages multisitués » est utilisé pour désigner des systèmes résidentiels dispersés entre ville et forêt. Cette « multilocalité résidentielle » incorporant la ville a été décrite pour différentes régions et groupes sociaux, aussi bien amérindiens15, quilombolas16, que ribeirinhos17, mais aussi pour des colons des lotissements agricoles18. Cette configuration semble donc particulièrement répandue en Amazonie. Elle s’associe parfois à une « multilocalité productive », c’est-à-dire la dispersion des espaces agricoles d’une même famille entre zones urbaines et forestières. Ces concepts servent donc à comprendre les transformations des systèmes traditionnels d’usage des ressources. En effet, les mobilités circulaires et la dispersion résidentielle en sont des caractéristiques essentielles, puisque traditionnellement les habitants des zones forestières sont habitués à circuler entre résidence principale et secondaire, ainsi qu’à visiter régulièrement leur parentèle, de façon à tirer parti de ressources dispersées et saisonnières19. Cette mobilité s’accompagne de la circulation de produits agroforestiers et de ressources génétiques20, ainsi que de main-d’œuvre21. L’analyse de ces mobilités permet d’observer les relations de continuité et de complémentarité entre les espaces fréquentés par les communautés étudiées22.

  • 23 M. Bell et G. Ward, « Comparing Temporary Mobility with Permanent Migration », Tourism Geographies(...)
  • 24 A. Bryman, « The Debate about Quantitative and Qualitative Research : a Question of Method or Epis (...)

9Néanmoins, l’étude des pratiques de mobilité reste un défi méthodologique23. La plupart des approches sont d’ordre qualitatif et bien qu’elles fournissent des données riches sur la façon dont les phénomènes se produisent, les études quantitatives sont utiles pour caractériser les processus étudiés, c’est-à-dire ici les mécanismes sur lesquels repose la mobilité circulaire24.

10Nous proposons donc diverses méthodes pour quantifier la mobilité rurale-urbaine, mais aussi pour identifier les variables socioéconomiques qui sont associées à différents comportements de mobilité. Cette approche permet de dégager des profils de mobilité, afin d’examiner la façon dont ils sont associés à la différenciation des pratiques résidentielles (systèmes résidentiels) et des pratiques d’usage des ressources (systèmes d’activités), en faisant varier les échelles d’observation (individus, ménages et communauté).

  • 25 C. Guilmoto, « Migrations en Afrique de l’Ouest, effets d’échelle et déterminants », in La Ruralit (...)
  • 26 R. Araújo et G. Schiavoni, « A ilusão genealógica : parentesco e localidade na fronteira agrária d (...)

11Dans le cas particulier des communautés du Trombetas, nous avons cherché à savoir si les comportements de mobilité rurale-urbaine sont des indicateurs des différenciations socioéconomiques entre les ménages, dans un contexte de sécurité foncière récemment acquise. Par ailleurs, en s’appuyant sur l’idée que les pratiques de mobilité des individus sont imbriquées dans des stratégies collectives25, nous proposons une analyse multi-échelle, en tenant compte des réseaux de parenté et des possibilités qu’ils offrent26.

Fréquence de circulation et définition de profils de mobilité

12Les informations recueillies par Usart et utiles à l’analyse des mobilités incluent la composition du foyer, la trajectoire migratoire, les activités économiques pratiquées, les résidences fréquentées et les pratiques de mobilité individuelle, ainsi que la dispersion géographique des membres de la famille étendue (localisation des résidences de la parentèle).

13Pour mesurer les pratiques de mobilité entre forêt et ville, nous avons posé la question suivante : « Dans quelles villes vous rendez-vous régulièrement ? » et, pour chaque lieu, « Combien de fois y avez-vous été au cours des douze derniers mois ? », « Quel moyen de transport utilisez-vous pour vous y rendre ? », « Où logez-vous ? », « À qui appartient ce logement ? », « Quelles sont vos principales activités en ville ? ».

  • 27 Cet indice est inspiré de l’indice de circulation développé par Virginie Baby-Collin et ses co-aut (...)

14Pour analyser ces réponses, nous avons utilisé un indice de circulation rurale-urbaine à l’échelle de l’individu (IC27). Cet indice exprime l’intensité des déplacements ville-forêt de chaque individu interrogé. Il est égal à la somme des déplacements aller-retour effectués par chaque individu entre sa communauté et différentes villes sur une période d’un an. Nous avons ensuite réalisé une typologie de ces indices de circulation et dégagé quatre profils de mobilité, de l’individu le moins circulant au plus circulant. Ces données individuelles ont été saisies dans le logiciel Sphinx iQ afin d’analyser l’influence de paramètres démographiques, comme l’âge et le genre, sur les profils individuels de mobilité. En effet, nous avons pour principale hypothèse que les comportements de circulation des individus sont influencés par leur position au sein du ménage.

Analyse multiscalaire

15Nous avons cherché à replacer les circulations individuelles au sein des unités domestiques, dans le but d’identifier les stratégies familiales concernant les mobilités ville-forêt. En effet, nous avons également pour hypothèse que les ménages développent différentes stratégies résidentielles qui incluent les mobilités ville-forêt et reposent sur une complémentarité des individus au sein d’un même ménage.

16Pour tester cette hypothèse, nous avons compilé les profils de mobilité individuelle au sein des ménages. Puis nous avons réalisé une typologie afin de différencier les ménages dont les membres présentent le même profil de mobilité et les ménages qui associent des individus aux profils de mobilité différents. Pour ce faire, nous avons analysé les associations caractéristiques entre chaque profil de mobilité et les variables familiales, sociales et économiques suivantes : le village de résidence, l’accès à une maison en ville, le fait d’exercer un emploi rémunéré, la pratique d’activités productives (agriculture, extractivisme, élevage bovin) ou de commerce. Enfin, pour chaque communauté, nous avons reconstruit le réseau spatial tissé par les parents proches des personnes interrogées, à partir de l’identification du lieu de résidence principal des conjoints, enfants, parents, frères et sœurs.

Mobilités à l’échelle individuelle

17Pour nos trois communautés de référence, les circulations entre forêt et ville ont une fonction principalement économique et, pour destination, essentiellement la ville d’Oriximiná. En fonction de la fréquence de leurs déplacements, nous avons classé les individus en quatre catégories, du moins circulant au plus circulant. Est-il possible d’identifier certaines variables qui caractériseraient plus spécifiquement chacun des profils ?

Quatre profils de mobilité individuelle

18La fréquence des déplacements en ville correspond à quatre grands types de comportements circulatoires, présentés dans le tableau ci-après.

Tableau 24. Quatre profils de mobilité individuelle *

Profils de mobilité individuelle

Caractéristiques

IC

A – peu circulant

Moins d’un déplacement par mois

< 12

B – circulation moyenne

Circulation mensuelle

12 à 23

C – assez circulant

Circulation bi à trimensuelle

24 à 36

D – très circulant

Circulation plus que trimensuelle

> 36

* Selon la typologie des indices de circulation.

19Dans les trois sites d’étude, le profil B, qui correspond à un déplacement en ville une fois par mois en moyenne, est le plus fréquent : il concerne au moins la moitié de la population.

Tableau 25. Profils de mobilité individuelle par communauté

Tableau 25. Profils de mobilité individuelle par communauté

20Le tableau 25 ci-dessus indique qu’à Abuí, il y a plus de personnes peu circulantes (plus d’un quart de la population est de profil A). La différence est significative avec les deux autres communautés (à Campo Alegre, seulement 17,3 % de la population est de profil A et 12,9 % à Jarauacá). À l’inverse, Jarauacá se distingue des deux autres sites par la proportion plus élevée de personnes ayant une mobilité forte (profils C et D). Le site de Campo Alegre est celui qui comporte le moins de personnes ayant des profils de mobilité urbaine forts : seules 6 personnes appartiennent au profil C et aucune au profil D (tandis que 10 personnes à Abuí et 17 à Jarauacá correspondent aux profils C et D). Malgré la proximité avec la ville, c’est un site où la majorité des personnes (71,2 %) ne se rend en ville qu’une fois par mois.

Caractéristiques des profils de mobilité individuelle

21À l’échelle des trois sites d’étude, il semble que l’âge d’ego (personne interviewée) influence son profil de mobilité urbaine (cf. tableau 26) : plus les personnes sont âgées, plus elles tendent à circuler. Ainsi, la moyenne d’âge des personnes de profil A est de 30 ans, alors qu’elle est de 45 ans pour les personnes de profil D.

22Quel que soit leur village de résidence, les jeunes ayant une circulation importante entre le village et la forêt partagent deux traits communs : celui d’être déjà chef de famille, mais aussi d’avoir passé une partie de leur enfance en ville. Ils ont pour la plupart un emploi stable, découlant d’investissements publics récents dans les zones rurales, principalement liés à l’école (enseignant, transport scolaire). Les autres se rendent en ville surtout pour exercer une activité commerciale.

Tableau 26. Âge d’ego selon le profil de mobilité par communauté

Tableau 26. Âge d’ego selon le profil de mobilité par communauté

23Le sexe influence également les mobilités des personnes circulant peu ou moyennement (profils A et B). Cette relation se vérifie sur les trois sites d’étude : les personnes de profil B sont plus fréquemment des femmes chefs de domicile, tandis que le profil A est plutôt masculin (cf. tableau 27 ci-après). Cela correspond à l’hypothèse que les mobilités moyennes, correspondant à une visite mensuelle en ville, sont plus souvent réalisées par les femmes chefs de famille, qui vont toucher leur allocation sociale et faire les achats pour le mois. Nous avons rencontré un certain nombre de femmes qui mettent à profit ces visites mensuelles pour monter une petite activité commerciale : elles achètent en gros des pièces de lingerie, cosmétiques et articles de maison, qu’elles revendent dans la communauté aux femmes moins organisées ou qui se déplacent peu. En revanche, le sexe n’influence pas les profils de mobilité élevée (C et D). Ce tableau indique également que les personnes à charge se déplacent moins fréquemment en ville que les chefs de domicile.

Tableau 27. Relation entre les profils de mobilité individuelle et la position d’ego dans la famille dans les trois communautés

Tableau 27. Relation entre les profils de mobilité individuelle et la position d’ego dans la famille dans les trois communautés

Mobilités à l’échelle des ménages et de la famille étendue

24Ces observations nous permettent de confirmer l’hypothèse que la position de l’individu au sein du ménage influence son comportement de circulation. Les enquêtes de terrain nous avaient aussi permis de constater que les décisions rendant possible la circulation ne sont pas prises isolément par les individus et, surtout, ne servent pas uniquement des objectifs personnels. Pour cela, nous avons cherché à replacer les profils de mobilité individuelle au sein des ménages, afin de comprendre quelles stratégies sont mises en place par les familles du Trombetas.

Deux grands types de comportements : mobilité similaire et mobilité combinée

25Au sein des ménages, deux types de stratégies émergent : les ménages qui associent des individus présentant le même profil de mobilité et les ménages où les individus circulent selon des rythmes différents. Nous avons nommé les premiers « ménages similaires » et les seconds « ménages combinés ».

26Les ménages aux profils de mobilité similaire ont été séparés en trois classes : une classe de mobilité faible où toutes les personnes du ménage sont de profil A (classe « similaire_A »), une classe de mobilité moyenne où toutes les personnes du ménage sont de profil B (classe « similaire_B »), et une classe de mobilité forte où toutes les personnes du ménage sont de profil C ou D (classe « similaire_CD » – cf. tableau 28 ci-après).

27Deux classes ont été établies pour les ménages dits « combinés », l’une associant des individus de profils différents mais circulant moyennement (combinaison de profils A et B), nommée « combiné_moyen », et l’autre associant des individus dont au moins l’un circule beaucoup (combinaison de profils A + B + C ; A + C ; A + D ; B + C ; B + D), codée « combiné_fort ».

Tableau 28. Profils de mobilité au sein du ménage dans les trois communautés

Tableau 28. Profils de mobilité au sein du ménage dans les trois communautés

N.B. : si une seule personne du foyer a été interrogée, alors celle-ci est notée comme « seul » et a été retirée de cette classification.

28Ce tableau montre que, toutes communautés confondues, près de 95 % des ménages disposent d’au moins un membre qui se rend en ville au minimum une fois par mois. Dans un contexte d’habitat isolé, cette observation est particulièrement importante. Elle nous permet de constater que, dans la vallée du Trombetas, la majorité des ménages sont régulièrement connectés aux centres urbains et ont accès à l’information et aux opportunités qui y sont associées.

Circulation similaire

29Les ménages de profil « similaire_A », c’est-à-dire où tous les membres du foyer se rendent rarement en ville, sont peu fréquents (6 %), de même que les profils où l’ensemble des individus circulent beaucoup (similaire_CD) (4,2 %). Les ménages où tous les membres circulants se rendent en ville au moins une fois par mois (similaire_B) sont les plus nombreux et représentent plus d’un tiers (37,3 %) des stratégies de mobilité observées à l’échelle des ménages.

Une famille à profil de mobilité similaire moyenne (similaire_B) : R. et C., d’Abuí
L’ensemble de la famille (monsieur, madame et leurs deux petites filles) se rend à Oriximiná tous les 5 du mois, où ils restent trois jours. C’est la durée que le bateau communautaire, dans lequel ils logent le temps du séjour, passe à quai. À Oriximiná, ils font les courses avec l’argent qu’ils touchent des allocations familiales, mais en profitent aussi pour vendre des produits extractivistes (résines, noix du Brésil, açaí). Aux dates convenues, R., la maman, en profite pour faire les vaccins et les consultations médicales des enfants.

30À l’échelle individuelle, la pratique d’activités de subsistance est liée à des profils de faible mobilité : il existe une relation positive très significative entre le fait de pratiquer la chasse et d’appartenir au profil A, mais aussi entre le fait de pratiquer la pêche et la collecte de la noix du Brésil (relation légèrement significative). À l’inverse, le profil A est très peu lié aux activités d’élevage et au fait d’avoir un emploi (relation légèrement significative en sens négatif).

31La relation entre types d’activités pratiquées se vérifie à l’échelle de l’individu, mais s’accentue lorsqu’on observe les stratégies à l’échelle des ménages. Ainsi, les ménages de type « similaire_A » ont des revenus non agricoles et la proportion d’individus pratiquant la chasse, la pêche et la collecte de noix du Brésil y est plus forte que dans les autres profils.

Une famille à profil de mobilité similaire faible (similaire_A) : R. et J., de Jarauacá
R. et J., 33 et 25 ans, élèvent six enfants entre 3 et 13 ans. Tous les ans, à l’époque de la collecte de la noix du Brésil, J. passe quelques semaines au Castanhal do Jutaí, où ils ont construit une maison en bois. Le reste de l’année, il chasse, pêche et cultive un champ de manioc et d’igname avec son épouse et ses beaux-parents. En fonction des opportunités, il se fait employer comme journalier dans les propriétés voisines pour transporter du bois ou entretenir des pâturages. Tous les mois, sa belle-sœur, la sœur de R., touche les allocations de la famille et les leur fait parvenir par l’intermédiaire d’un parent. Au total, R. s’est rendue à Oriximiná deux fois au cours des douze mois ayant précédé notre entretien. J. y était allé une seule fois, avec sa femme, pour la fête patronale.

32À leur tour, les profils de mobilité élevée (C et D) sont significativement liés au fait d’avoir une activité de commerce, un salaire fixe ou une autre source de revenus. Le couple formé par J. et I. est très caractéristique de ce profil : les deux enseignent à l’école de Jarauacá et se rendent régulièrement en ville pour des réunions liées à leur travail. D’autres couples, dont les revenus viennent principalement des activités productives, se rendent en ville fréquemment, dès lors qu’ils possèdent leur propre moyen de transport.

33Par ailleurs, les profils de ménages regroupant des individus aux mobilités élevées (similaire_CD) privilégient le commerce, au détriment d’activités productives comme la pêche (17 %).

Circulation combinée

34Le profil de ménage qui combine des individus de type A et B (combiné_moyen) représente 26,1 % des ménages. Il correspond aux foyers où une personne se rend en ville une fois par mois, par exemple pour toucher des prestations sociales et faire des courses, tandis qu’une autre y va moins souvent.

35Le dernier profil, dit « combiné_fort », est le profil le plus diversifié. Il représente 26,8 % des ménages et comprend dans tous les cas un ou plusieurs individus qui circulent fréquemment (c’est-à-dire qui se déplacent en ville au moins deux à trois fois par mois), en association avec un individu qui circule moyennement (une fois par mois), ou peu (moins d’une fois par mois). La combinaison de profils « B + C » est la plus commune au sein de ces ménages.

Un ménage à profil de mobilité combinée forte (combiné_fort) : R. et T., de Jarauacá
T. se rend à Oriximiná toutes les semaines pour organiser son commerce de bois : il livre et prend les commandes passées par des fazendeiros de la région (propriétaires latifundiaires). Le bois est utilisé pour faire les clôtures du bétail et il est transporté grâce au bateau qu’il a acheté avec son père et d’autres familles. À chaque voyage, il assure le fret pour ceux qui souhaitent vendre leur production en ville, principalement de la farine de manioc ou des noix du Brésil. Son épouse, R., s’occupe des champs avec son fils aîné. Elle ne l’accompagne qu’au moment de toucher ses allocations familiales. Elle en profite pour faire des courses pour alimenter la famille et le bar qu’ils tiennent dans la communauté.

36On recense également quelques familles, relativement peu nombreuses, qui associent des profils aux comportements opposés (A + C ; A + D et B + D).

Un ménage à profil de mobilité combinée forte (combiné_fort) : G. et A., de Campo Alegre
Parmi les huit enfants de G. et A., quatre étudient à Oriximiná. Ils logent dans une maison que leurs parents louent pour eux. G., la mère de famille, préside l’association communautaire de Campo Alegre. Elle se rend en ville deux à trois fois par mois, pour les besoins de l’association et pour s’occuper de ses enfants. Elle se déplace avec le canot à moteur de son fils D., 25 ans, qui a réussi à s’acheter ce moyen de transport en élevant et revendant du bétail. Son mari, lui, ne les accompagne que rarement, car la mairie l’emploie pour assurer le transport scolaire dans la communauté.

37Comme l’illustrent les exemples précédents, les profils de combinaison forte sont très significativement liés au fait d’avoir un emploi formel ou de pratiquer l’extraction du bois. Dans une moindre mesure, ce profil est également associé à la pratique de l’élevage, aux activités artisanales et au fait d’exercer une fonction dans les associations locales.

38Toutefois, bien que toutes les relations ne soient pas fortement significatives, cette typologie permet d’approfondir la compréhension des stratégies de ces ménages, car à l’échelle individuelle, aucune relation entre la pratique de l’activité d’élevage et un profil de mobilité n’avait pu être établie.

39En revanche, ce profil ne présente aucune relation avec les autres activités : 61 % des personnes de ce profil déclarent aussi collecter la noix du Brésil, ce qui sur ce point les différencie peu des ménages de type « combiné_moyen » (62 %) ou profil « similaire_A » (75 %).

40Ainsi, les ménages qui combinent différents profils de mobilité se caractérisent par une plus grande diversification de leurs activités. Ils associent généralement des activités de subsistance avec d’autres qui présentent un meilleur retour commercial, telles que le commerce de la noix du Brésil, du bois ou l’élevage bovin.

41Ces ménages disposent généralement de plus de capital (qui se traduit par exemple par la possession d’un grand bateau), ce qui leur permet de jouer le rôle d’intermédiaires locaux lors de la collecte des noix du Brésil ou à la période du vêlage. En d’autres termes, la diversification des activités de production repose sur la combinaison des fonctions au sein des ménages et requiert que des individus qui se rendent fréquemment en ville s’associent à d’autres qui circulent peu.

Dispersion de la parentèle et accès à une maison en ville

  • 28 S. G. Perz. et R. T. Walker, « Household Life Cycles and Secondary Forest Cover Among Small Farm C (...)

42Une relation positive significative s’observe systématiquement entre les profils de mobilité élevée et combinée et le fait d’avoir accès à une maison en ville, qu’elle appartienne à l’individu interrogé ou à un membre de sa parentèle proche. Ce sont les personnes âgées de plus de 50 ans qui, le plus fréquemment, disposent de leur propre maison en ville, tandis que la génération des 25-49 ans est plutôt hébergée dans la maison des parents et la génération des moins de 25 ans, dans la maison d’autres parents (grands-parents, oncles, etc.). Conformément à l’hypothèse de cycles de vie des ménages, ces résultats suggèrent que les individus (et les ménages) accèdent à plus de capital avec l’âge, ce qui leur permet notamment de s’acheter une maison en ville et d’y héberger les plus jeunes générations28.

La maison en ville : exemple d’une stratégie familiale
Les parents de C., d’Abuí, ont réussi à acheter leur maison à Oriximiná grâce à l’argent de la retraite. Ils y habitent de façon permanente depuis qu’E., le patriarche, a commencé à avoir de sérieux problèmes de santé. C. est hébergé chez eux de temps en temps, lorsqu’il a besoin de passer des séjours plus longs en ville, surtout pour être employé temporairement. Le reste du temps, lorsqu’il vient en ville, il dort dans le bateau communautaire, car la maison familiale est loin du centre. Une de ses nièces habite avec les grands-parents, ce qui, en échange, lui permet de continuer ses études à Oriximiná.

  • 29 C. Guilmoto, op. cit.

43Ainsi, les comportements de mobilité ne relèvent pas seulement de l’individu, mais dépendent aussi des opportunités offertes par le réseau familial. C’est en effet l’inscription dans un réseau qui apporte à l’individu les conditions de la circulation : les membres de la parentèle ou de la communauté d’origine apportent l’information, accueillent, orientent29.

Comparaison des circulations des ménages entre villages

44Si on compare les pratiques de mobilité entre les trois villages, des différences significatives ressortent (cf. tableau 29 ci-après). Jarauacá se caractérise par des ménages aux profils de mobilité élevée, qu’ils reposent sur la base de la combinaison (combiné_fort, 41 %) ou qu’ils associent des profils similaires (similaire_CD, 10,3 % des ménages interrogés).

45Abuí, le site le plus éloigné d’Oriximiná, présente plutôt des ménages à circulation modérée et qui, pour cela, ont fortement recours à la combinai son au sein du ménage : on y observe une proportion significativement plus forte de ménages de type « combiné_moyen » (A + B) que sur les autres sites (40,3 %).

46À Campo Alegre, les ménages ont moins recours aux stratégies de combinaison des mobilités et présentent des comportements plus homogènes, fréquentant la ville selon une périodicité mensuelle.

Tableau 29. Profils de mobilité des ménages selon la communauté étudiée

Tableau 29. Profils de mobilité des ménages selon la communauté étudiée

47Ces différences de comportement de mobilité entre les villages peuvent s’expliquer par la distance à Oriximiná, mais aussi par le réseau de dispersion familiale. En effet, les réseaux que nous avons relevés dans chaque village présentent des configurations différentes : celles-ci sont liées à la diversité des origines et des trajectoires de migration des habitants.

Dispersion de la parentèle

48D’une façon générale, la parentèle des individus interrogés réside principalement en zone rurale. Le réseau de dispersion spatiale de la parentèle est cependant polarisé par les villes régionales (Oriximiná, Santarém, Juruti), de façon secondaire par diverses villes de la région amazonienne (Manaus, Belém) et gagne les grandes métropoles du sud du Brésil (São Paulo, Belo Horizonte, Florianópolis).

Carte 13. Dispersion de la parentèle des habitants d’Abuí et Jarauacá

Carte 13. Dispersion de la parentèle des habitants d’Abuí et Jarauacá

Source : Projet Usart. © L. Eloy.

49À Abuí, une majorité de la parentèle proche des personnes interrogées habite la même communauté (58,4 %) – cf. tableau 30 ci-après. Cette proportion diminue à Jarauacá et Campo Alegre, avec respectivement 45,1 % et 37,8 % de parents proches résidant dans la même communauté. Sur ce point, Campo Alegre se démarque par son statut de territoire non quilombola : c’est le seul site où les parents ruraux qui n’habitent pas dans la même communauté vivent dans des territoires non quilombolas (ce sont majoritairement des ribeirinhos).

50Par ailleurs, et sans surprise, la proximité à la ville semble favoriser la dispersion résidentielle dans les zones urbaines du pays : près d’un tiers des parents recensés dans les communautés de Jarauacá et Campo Alegre habitent en ville, contre 24,9 % à Abuí.

51Jarauacá présente la plus forte proportion de parents résidant à Oriximiná. Des entretiens approfondis ont révélé que la bilocalité villageville est une pratique commune, bien que cette stratégie ne soit pas toujours facile à conserver. Les familles cherchent en général à maintenir un abattis au village, mais cela demande, même dans un cadre de complémen ta ri té familial, des retours relativement fréquents. Lorsque cela n’est pas réalisable, elles doivent parfois abandonner.

52La possibilité de rentrer fréquemment au village, tout en maintenant un revenu en ville, tient en réalité à la nature de l’emploi. Ceux qui ont un travail fixe, comme C. (qui est ouvrier à l’usine de glace) ou D. (qui est employée de mairie), peuvent difficilement s’en absenter. Ceux qui ont des emplois plus « volatils », comme l’épouse de C. qui est employée domestique, les quittent plus facilement pour rentrer dans la communauté, avec l’assurance qu’ils trouveront à s’employer de nouveau à leur retour.

53Pour pallier cette situation, lorsque le motif du départ en ville est lié à l’éducation des enfants, il est commun que seules les mères de famille s’installent en ville avec les enfants, tandis que l’époux assure les activités rurales. Lorsque cela n’est pas possible, les enfants sont placés chez les grands-parents, les grands frères ou d’autres parents, voire chez des inconnus. Cette pratique est plus commune pour les jeunes filles, qui peuvent facilement « compenser » les frais de leur hébergement en échange de travaux domestiques.

54Campo Alegre présente la plus forte proportion de parents dispersés dans des villes non régionales, ce qui reflète les origines géographiques plus diverses de ses habitants. En effet, à Jarauacá et Abuí, la plupart des individus questionnés ont déclaré être nés ou avoir passé leur enfance dans leur communauté de résidence ou dans une communauté quilombola proche (respectivement 77 % et 94 %). À Campo Alegre, en revanche, 25 % des personnes interrogées sont originaires de zones rurales ou urbaines distantes et 20,4 % d’autres communautés rurales du municipe.

Tableau 30. Typologie des lieux de résidence de la parentèle proche

Tableau 30. Typologie des lieux de résidence de la parentèle proche

55Ces résultats suggèrent que les modèles associant une mobilité ruraleurbaine individuelle élevée et une combinaison de profils à l’échelle des ménages correspondent à une dispersion résidentielle de la parentèle plus forte dans les zones urbaines régionales.

Discussion

56L’ensemble des données présentées montrent que, en plus de la différenciation interne, qui s’explique par des caractéristiques propres aux ménages, aux individus et aux familles, des différences significatives s’observent entre les communautés. Elles sont liées à des facteurs historiques, géographiques, mais aussi sociopolitiques.

Stratégies de complémentarité au sein des ménages

57À Jarauacá et Campo Alegre, les comportements au sein des ménages tendent à être plus homogènes qu’à Abuí : les membres des ménages adoptent plutôt des comportements de circulation rurale-urbaine similaires. On observe ainsi que plus le village est distant de la ville, plus la proportion de profils de mobilité combinée augmente au sein des ménages. En d’autres termes, la combinaison de mobilités semble être une stratégie plus fréquente auprès des ménages des communautés éloignées des villes, comme c’est le cas à Abuí. D’autre part, les ménages d’Abuí se caractérisent par des complémentarités orientées vers une circulation moyenne (cf. tableau 29), qui permet à chaque ménage d’avoir au moins une personne se rendant en ville mensuellement. En revanche, à Jarauacá, cette complémentarité au sein des ménages est orientée vers une forte mobilité vers la ville, l’investissement dans la construction de maisons en ville et les activités commerciales.

58Comment expliquer le recours massif à des stratégies de complémentarité au sein des ménages ?

59L’instauration de dispositifs fonciers collectifs, tels que les terres quilombolas et les projets de lotissement agro-extractivistes (PAE), s’est accompagnée de la mise en place de systèmes locaux de règles communautaires, définissant notamment les ayants droit et leurs prérogatives, ainsi que les modalités d’accès aux ressources naturelles. Ainsi, les individus exclus de ces systèmes de droits perdent toute légitimité sur les ressources situées à l’intérieur des terres collectives.

60Dans le cas des terres quilombolas, ce système de droits semble être plus structuré : l’accès aux droits fonciers s’est accompagné d’un processus d’affirmation identitaire, ce qui a notamment eu pour conséquence de rigidifier les conditions d’accès au groupe et aux espaces conquis. Dans le PAE Acomec, dans lequel s’insère la communauté de Campo Alegre, le dispositif collectif est plus récent et moins empreint de revendication identitaire ; l’association locale y est aussi moins structurée. C’est pour cela que les règles déterminant les droits d’accès et d’usage semblent être moins formalisées et, de fait, moins contraignantes en ce qui concerne les mobilités.

  • 30 D. Stoian, op. cit.

61En effet, directement ou indirectement, les systèmes mis en place localement imposent certaines règles à la circulation des familles, dans la mesure où ils formalisent les conditions auxquelles les individus peuvent maintenir des droits sur différents espaces et jouir des potentialités d’ancrages multiples30.

62Sur ce point, l’exemple de H., originaire de Jarauacá, est éclairant. Après avoir passé six mois en ville, où elle s’était établie pour que ses enfants puissent fréquenter l’école, elle a décidé de revenir s’installer dans la maison familiale afin de pouvoir recevoir les bénéfices d’un projet de gestion forestière communautaire. En effet, l’association locale avait pris la décision de ne pas étendre les bénéfices aux membres de la communauté résidant en ville. Les motifs des séjours urbains (et non leur durée) ont été à cette époque remis en cause : les familles habitant hors du village pour des raisons considérées comme légitimes (études des enfants, santé) seraient incluses dans le partage des bénéfices, à l’inverse de celles dont l’emploi est la motivation principale.

63De la même manière, dans une autre famille, pour conserver sa légitimité d’ayant droit, D. a accepté d’assurer des fonctions au sein de l’association de Jarauacá. Depuis qu’elle a été admise à un concours de la mairie d’Oriximiná, elle a de plus en plus de difficultés à retourner régulièrement dans la communauté et à y entretenir les abattis qu’elle conserve. Afin d’affirmer son lien avec la communauté, elle représente l’association lors de réunions en ville et y effectue les démarches nécessaires.

64Ainsi, la perspective de conserver ou non des droits sur les ressources locales oriente les pratiques de mobilité mises en place par les individus ou les ménages. En d’autres termes, les familles souhaitant profiter de la possibilité d’associer les ressources des territoires ruraux et urbains doivent avant tout faire en sorte d’opérer leurs mobilités dans le cadre de règles collectives. C’est en ce sens que le système de droits communautaires formalise les obligations de ceux qui conservent leurs prérogatives au sein de la communauté (les mobiles) et les distingue de ceux qui les perdent, notamment par des séjours de longue durée (les migrants).

65L’analyse des systèmes de mobilité dans les villages de Jarauacá et Abuí a montré que, pour respecter les règles collectives, la circulation entre espaces urbains et ruraux s’opère dans une logique de complémentarité au sein des ménages : la majeure partie de ces ménages est composée d’individus à forte ou moyenne circulation vers la ville (qui assurent des activités de commerce ou exercent un emploi temporaire), mais aussi d’individus à faible circulation, qui garantissent l’ancrage rural et les activités productives.

  • 31 T. Mutersbaugh, op. cit.

66À ces conditions, les familles peuvent conserver un abattis, maintenir des droits sur les lieux de pêche et continuer à bénéficier des aides spécifiques aux populations rurales (salaires maternité, retraites rurales, etc.). En parallèle, divers membres de l’unité familiale se déplacent ou demeurent en ville pour travailler, ou accéder aux services d’éducation et de santé, retournant dans la communauté selon une fréquence variable. Ainsi, comme l’a observé Mutersbaugh au Mexique, la circulation individuelle, lorsqu’elle est opérée dans une logique de complémentarité familiale, ne semble pas remettre en cause les droits d’appartenance à la communauté, tandis qu’une mobilité construite hors de ce cadre ou sur des absences prolongées remet directement en cause le droit des résidents à être inclus dans des projets locaux31.

67C’est pour cela que, pour conserver leur légitimité et leurs droits au sein du village, les individus très circulants doivent organiser leurs mobilités dans le cadre d’une complémentarité et d’une stratégie d’alliances avec des individus moins circulants. Cette règle semble bien établie dans les communautés quilombolas, mais nous a semblé un peu moins claire dans la communauté de Campo Alegre.

Mobilités et gestion des territoires

68Dans le contexte sociohistorique de la vallée du Trombetas, l’apparition des profils de forte circulation manifeste un changement de l’organisation des filières socioéconomiques. Depuis que les communautés locales ont gagné la souveraineté sur leurs terres et se sont – au moins partiellement – libérées du système de patronage, le commerce des ressources locales implique que certains individus de la communauté assurent la mise en relation entre les espaces, les ressources et les acteurs, accentuant le rôle des individus circulants.

69Ainsi, pour les individus dont la circulation repose sur le commerce des ressources naturelles, le choix des activités commerciales résulte d’une combinaison de contraintes et d’opportunités, incluant l’insertion dans des réseaux locaux, mais aussi des facteurs de contexte (disponibilité foncière, normes environnementales, etc.). C’est ce qui explique que les nouvelles opportunités économiques soient plutôt orientées vers l’élevage à Abuí, tandis qu’à Jarauacá et à Campo Alegre, l’extraction de bois peut représenter une alternative (cf. chapitre v). En effet, ces deux communautés sont moins exposées aux contrôles des instances de protection de l’environnement et se trouvent plus proches du marché urbain (on peut transporter « clandestinement » le bois en ville pendant la nuit). Par ailleurs, les habitants d’Abuí disposent de davantage de terres propices à l’élevage bovin (terrains riverains, îles). Certaines familles, particulièrement les familles fondatrices, entretiennent encore des relations de dépendance vis-à-vis de grands éleveurs urbains. De plus, à l’inverse du bois, le bétail peut être transporté plus facilement sur de grandes distances, par voie fluviale, car il n’est pas soumis à des règles environnementales strictes.

  • 32 L’importance de la proximité à la ville est différente si on l’analyse dans une perspective de dur (...)

70Bien que la proximité à la ville détermine les formes d’insertion au marché (types de filière, structuration du réseau commercial) et facilite la multilocalité résidentielle, elle n’accentue la fréquence des déplacements ville-campagne que dans une proportion modérée et ne remet pas directement en cause la stabilisation des résidences dans les zones rurales. De ce fait, elle n’augure pas d’un abandon des espaces forestiers32. Malgré le développement de certaines filières commerciales dont l’impact sur la biodiversité aquatique et la dégradation forestière n’est sûrement pas négligeable, la majeure partie des familles choisit de maintenir des systèmes de production destinés à la subsistance, en maintenant des pratiques agro-extractives extensives, tout en complétant leurs revenus en ville.

  • 33 R. L. Kelly, «Mobility/Sedentism: Concepts, Archaeological Measures, and Effects», Annual Review o (...)

71Ainsi, l’accroissement des mobilités ville-campagne ne laisse pas nécessairement entrevoir un abandon des zones rurales. En effet, l’accès aux prestations sociales et aux emplois en ville suscite un contact fréquent avec l’environnement urbain, de plus en plus matérialisé par l’utilisation d’une résidence urbaine (regroupant de l’unité domestique à la famille élargie). Mais en contrepartie, les investissements publics en zone rurale (groupes scolaires, transports, électrification, construction de maison, accès privilégié à certaines prestations sociales) renforcent l’ancrage rural et l’urbanisation « endogène » en incitant à la fixation et concentration des résidences rurales. La multilocalité résidentielle entre ville et forêt traduit donc une tendance à la sédentarisation résidentielle (aussi bien en zone rurale qu’urbaine), tandis qu’en parallèle, les mobilités dites « logistiques » (soit celles assurant la réalisation des activités domestiques et auxquelles on peut associer les déplacements urbains) s’accroissent33.

Retour sur la méthodologie

72Dans ce chapitre, l’analyse des systèmes de mobilité des ménages nous permet de mieux caractériser l’hétérogénéité des modes de vie forestiers de la vallée du Trombetas, à la fois dans les familles et dans les communautés. Cela contribue aussi à mieux comprendre leur articulation avec l’environnement urbain. Nous avons ainsi pu vérifier que, dans cette région, la plupart des habitants appartiennent aujourd’hui à des systèmes résidentiels multipolaires, qui pénètrent la ville de façon croissante. Dans le nouveau contexte institutionnel du Trombetas, pour être viables, ces stratégies demandent aux familles de s’organiser selon une logique de réseau, qui articule les individus, les groupes domestiques et les familles élargies. Nous proposons ainsi la notion de « complé men tari tés sociospatiales » pour qualifier les arrangements familiaux qui président à l’organisation des systèmes de mobilité observés dans la vallée du Trombetas.

73Les objectifs du projet Usart étaient aussi méthodologiques. De ce point de vue, nous observons que les pratiques de circulation entre forêt et ville peuvent effectivement s’avérer un indicateur pertinent des différentes stratégies d’usages des ressources ; mais que, pour cela, il faut étudier la mobilité à plusieurs échelles, c’est-à-dire non pas seulement celle de l’individu, mais aussi celle du ménage et de la famille étendue. En effet, les comportements de circulation des individus ne trouvent de logique que dans un cadre de complémentarité (qui s’exprime aussi bien dans l’espace rural que dans l’espace urbain). Une telle approche nous a permis de mettre en évidence des accords de réciprocité entre les acteurs et des logiques de complémentarité entre lieux, parfois éloignés les uns des autres.

74Par ailleurs, nos résultats indiquent que ce qui importe n’est pas seulement de quantifier et d’interpréter les pratiques de mobilité villeforêt, mais aussi d’analyser les règles qui régissent ces pratiques et les raisons sociopolitiques et économiques qui expliquent l’émergence de ces règles. En effet, plus qu’un indicateur, la mobilité est une ressource qui, elle aussi, fait l’objet de régulation. Lorsque des règles s’y appliquent, comme on l’a vu clairement dans le cas des territoires quilombolas, elle éclaire sur les réarrangements au sein de l’organisation communautaire et les enjeux sur les territoires.

75Les territorialités déployées par les populations quilombolas et ribeirinhas du Trombetas deviennent ainsi de plus en plus complexes et reposent de façon croissante sur des logiques de complémentarité, à la fois entre les espaces et au sein des unités domestiques. Ce système, encadré par un ensemble spécifique de règles, étend virtuellement les limites des territoires occupés et assure la continuité territoriale entre les espaces forestiers et urbains. C’est par ces moyens que les locaux réussissent à faire face au décalage entre l’extension spatiale de leurs logiques socioéconomiques et les territoires qui leur ont été octroyés, délimités selon un postulat de résidence unique et fixe.

Notes

1 M. Abrahão Crevelaro et al., « Diversifying Incomes and Losing Landscape Complexity in Quilombola Shifting Cultivation Communities of the Atlantic Rainforest (Brazil) », Human Ecology, vol. 41, no 1, 2013 ; M. N. Alexiades, Mobility and Migration in Indigenous Amazonia: Contemporary Ethnoecological Perspectives, New York, Berghahn Books, 2009.

2 Au Brésil particulièrement, 75 % de la population amazonienne est considérée comme urbaine (IBGE, 2010).

3 I. Tritsch, « Dynamiques territoriales et revendications identitaires des Amérindiens Wayãpi et Teko de la commune de Camopi (Guyane française) », thèse de doctorat, Cayenne, université des Antilles-Guyane, 2013 ; P. de Robert, « Conflitos, alianças e recomposições territoriais em projetos de desenvolvimento sustentável : experiências da Terra Indígena Kayapó (Sul do Pará) », in R. Araújo Santos et P. Léna (dir.), Desenvolvimento sustentável e sociedades na Amazônia, Belém, MPEG, 2010 ; L. Eloy et F.-M. Le Tourneau, « L’urbanisation provoque-t-elle la déforestation en Amazonie ? Innovations territoriales et agricoles dans le nord-ouest amazonien (Brésil) », Annales de géographie, t. 118, no 667, 2009 ; M. Alexiades et D. M. Peluso, « Urban Ethnogenesis Begins at Home : The Making of Self and Place Amidst Amazonia’s Environmental Economy », Traditional Dwellings and Settlements Review, vol. 16, no 2, 2005.

4 L. Eloy L. et C. Lasmar, « Urbanization and Transformation of Indigenous Resource Management : The Case of Upper Rio Negro (Brazil) », International Journal of Sustainable Society, no 4, 2012 ; S. Caillon et al., « Globalization in the Brazilian Amazon Region : Conflicting Answers from “Quilombo” Communities », in P. Pachura (dir.), New Knowledge in a New Era of Globalization, Rijeka, Intech Open Access, 2011.

5 G. Cortes, « Migrations, espaces et développement : une lecture des systèmes de mobilité et des constructions territoriales en Amérique latine », habilitation à diriger des recherches, université de Poitiers, 2008, p. 64.

6 E. S. Brondízio et al., « Use and Misuse of the Concepts of Tradition and Property Rights in the Conservation of Natural Resources in the Atlantic Forest (Brazil) », Ambiente and Sociedade, no 9, 2006 ; G. J. Burt et al., « Tropical Forests and Shifting Cultivation : Secondary Forest Fallow Dynamics among Traditional Farmers of the Peruvian Amazon », Ecological Economics, vol. 32, no 1, 2000 ; A. W. B. Almeida, « Terras de Preto, Terras de Santo, Terras de Índio : uso comum e conflito », Cadernos do NAEA, no 10, 1989.

7 A. Steward, « Nobody Farms Here Anymore : Livelihood Diversification in the Amazonian Community of Carvão, a Historical Perspective », Agriculture and Human Values, vol. 24, 2007 ; M. Elloumi, D. Genin et M. Picouet, « Modes de représentation des stratégies familiales en milieu rural : une approche méthodologique », in A. Abaab et al. (dir.), Environnement et sociétés rurales en mutation : approches alternatives, Paris, IEDES, 2004.

8 D. L. Dufour et B. A. Piperata, « Rural-to-Urban Migration in Latin America : An Update and Thoughts on the Model », American Journal of Human Biology, no 16, 2004 ; J. B. G. Escobar et T. Reardon, « Rural Nonfarm Employment and Incomes in Latin America : Overview and Policy Implications », World Development, vol. 29, no 3, 2001 ; F. Ellis, « Household Strategies and Rural Livelihood Diversification », Journal of Development Studies, no 35, 1998.

9 M. A. Cox, « A Review of Design Principles for Community-Based Natural Resources Management », Ecology & Society, vol. 15, no 54-38, 2010 ; A. Agrawal et E. Ostrom, « Collective Action, Property Rights, and Decentralization in Resource Use in India And Nepal », Politics and Society, vol. 29, no 4, 2001.

10 J. Hassler et al., « Inequality and Mobility », Journal of Economic Growth, no 12, 2007.

11 E. Eloy et al., « Can Rural-Urban Household Mobility Indicate Differences in Resource Management within Amazonian Communities ? », Bulletin of Latin American Research, vol. 34, 2015 ; L. Eloy et C. Lasmar, op. cit. ; T. Mutersbaugh, « Migration, Common Property and Communal Labor : Cultural Politics and Agency in a Mexican Village », Political Geography, t. 21, no 4, 2002.

12 Le concept d’exode rural induit généralement l’idée d’une rupture définitive avec le lieu d’origine. Pourtant, la migration se manifeste aussi très souvent par son caractère de circularité et réversibilité au cours de la trajectoire de l’individu (H. Domenach et M. Picouet, « Le caractère de réversibilité dans l’étude des migrations », Population, t. 42, no 3, 1987 ; G. Cortes et L. Faret, Les Circulations transnationales : lire les turbulences migratoires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2009). De nombreux auteurs utilisent le concept de mobilité pour analyser les déplacements temporaires qui se déploient aux échelles nationales ou internationales. Selon les normes internationales, on identifie une migration à partir d’un an de résidence dans le lieu d’installation, mais d’autres auteurs considèrent le pas de temps de 6 mois (F. Dureau, « Les systèmes résidentiels : concepts et applications », in F. Dureau et J.-P. Lévy (dir.), L’Accès à la ville : les mobilités spatiales en questions, Paris, L’Harmattan, 2002). Dans ce chapitre, nous utiliserons le terme « migration » pour désigner tout déplacement impliquant un changement de résidence principale pour une durée minimale d’un an. Nous désignons la « mobilité » comme un déplacement compris entre 24 heures et un an.

13 A. Bellande et al., « Quel système de référence pour la prise en compte de la rationalité de l’agriculteur : du système de production agricole au système d’activité », Les Cahiers de la recherchedéveloppement, vol. 39, 1994.

14 E. Le Bris, « Synthèse des travaux sur la mobilité interne et externe dans le sud-est du Togo », in É. Le Bris, G. Pontié et A. Quesnel (dir.), Migrations togolaises : bilan et perspectives, Lomé, université du Togo, 1986.

15 L. Eloy, op. cit. ; E. L. Moreira, « Amazônia em movimento : redes e percursos de desenvolvimento dos Índios Ye’kuana, Roraima », Cadernos de Campo (USP), vol. 11, 2002.

16 L. Eloy et al., 2015, op. cit.

17 C. Padoch et M. A. Pinedo-Vásquez, « Urban, Rural and In-Between : Multi-Sited Households Mobility and Resource Managment in the Amazon Floodplain », in M. N. Alexiades (dir.), Mobility and Migration in Indigenous Amazonia : Contemporary Ethnoecological Perspectives, Oxford, Berghahn Books, 2009 ; D. Stoian, « Making the Best of Two Worlds : Rural and Peri-Urban Livelihood. Options Sustained by Non-Timber Forest Products from the Bolivian Amazon », International Conference on Rural Livelihoods, Forests and Biodiversity, Bonn, 2003.

18 F. L. Granchamp, « Urbanisation, stratégies familiales et multipolarité rurale-urbaine : la Transamazonienne à l’ouest d’Altamira (Pará, Brésil) », thèse de doctorat, Paris, EHESS (Centre de recherche sur le Brésil contemporain), 2001.

19 G. Freire, « Tradition, Change and Land Rights : Land Use and Territorial Strategies among the Piaroa », Critique of Anthropology, vol. 23, no 4, 2003 ; W. Balée, 1994, op. cit. ; E. F. Moran, 1974, op. cit. ; C. Wagley (dir.), Man in the Amazon, Gainesville, University Press of Florida, 1974.

20 L. Eloy et L. Emperaire, « La circulation de l’agrobiodiversité sur les fronts pionniers d’Amazonie (région de Cruzeiro do Sul, État de l’Acre, Brésil) », L’Espace géographique, no 40, 2011 ; E. S. Brondízio, op. cit. ; A. M. G. A WinklerPrins, « House-Lot Gardens in Santarém, Pará, Brazil : Linking Rural with Urban », Urban Ecosystems, vol. 6, no 1, 2002.

21 C. Padoch et M. A. Pinedo-Vásquez, op. cit.

22 F. Dureau, op. cit. ; G. Cortes, « Migrations, systèmes de mobilité, espaces de vie : à la recherche de modèles », L’Espace géographique, no 3, 1998.

23 M. Bell et G. Ward, « Comparing Temporary Mobility with Permanent Migration », Tourism Geographies, no 2, 2000.

24 A. Bryman, « The Debate about Quantitative and Qualitative Research : a Question of Method or Epistemology », The British Journal of Sociology, no 35, 1984.

25 C. Guilmoto, « Migrations en Afrique de l’Ouest, effets d’échelle et déterminants », in La Ruralité dans les pays du Sud, Paris, Orstom, 1997.

26 R. Araújo et G. Schiavoni, « A ilusão genealógica : parentesco e localidade na fronteira agrária da Amazônia », Agricultura familiar : pesquisa, formacão e desenvolvimento, vol. 1, no 3, 2002.

27 Cet indice est inspiré de l’indice de circulation développé par Virginie Baby-Collin et ses co-auteurs pour quantifier les flux des migrants durant leur vie (V. Baby-Collin, G. Cortes et L. Faret, « Remittances and Development : A Comparation Analyse of Bolivia and Mexico », in T. van Naerssen, E. Spaan et A. Zoomers, Global Migration and Development, Routledge, 2007, p. 211-235). Il prend en compte les notions de fréquence de migration et leur durée. Nous l’avons adapté afin de pouvoir observer les circulations rurales-urbaines des personnes sur une courte période. Cependant, les données que nous avons obtenues sur la durée des séjours en ville étant peu fiables, nous avons basé notre indice de circulation sur les fréquences de déplacement.

28 S. G. Perz. et R. T. Walker, « Household Life Cycles and Secondary Forest Cover Among Small Farm Colonists in the Amazon », World Development, vol. 30, no 6, 2002.

29 C. Guilmoto, op. cit.

30 D. Stoian, op. cit.

31 T. Mutersbaugh, op. cit.

32 L’importance de la proximité à la ville est différente si on l’analyse dans une perspective de durée du séjour en ville et de multilocalité, en association avec la recherche de services de santé et d’éducation, plutôt caractéristique des profils féminins, des adolescents et des jeunes adultes. La méthodologie utilisée dans cet article, qui accorde plus d’importance à la fréquence des déplacements qu’à la durée du séjour, ne permet pas de valoriser ces éléments, qui occupent une place importante dans les stratégies familiales.

33 R. L. Kelly, «Mobility/Sedentism: Concepts, Archaeological Measures, and Effects», Annual Review of Anthropology, no 21, 1992.

Table des illustrations

Titre Tableau 25. Profils de mobilité individuelle par communauté
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 26. Âge d’ego selon le profil de mobilité par communauté
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 27. Relation entre les profils de mobilité individuelle et la position d’ego dans la famille dans les trois communautés
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau 28. Profils de mobilité au sein du ménage dans les trois communautés
Légende N.B. : si une seule personne du foyer a été interrogée, alors celle-ci est notée comme « seul » et a été retirée de cette classification.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau 29. Profils de mobilité des ménages selon la communauté étudiée
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Carte 13. Dispersion de la parentèle des habitants d’Abuí et Jarauacá
Légende Source : Projet Usart. © L. Eloy.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Tableau 30. Typologie des lieux de résidence de la parentèle proche
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

Auteurs

Agronome (AgroParisTech), géographe (IHEAL, Paris 3), chargée de recherche au CNRS (UMR 5281 ART-Dev) et chercheuse associée au Centre pour le développement durable de l’université de Brasilia. Ses recherches portent sur les interactions entre les pratiques de gestion des ressources naturelles et les politiques agro-environnementales au Brésil, à travers les dynamiques des systèmes agricoles traditionnels et les mobilités rurales-urbaines. Elle a travaillé dans divers territoires (indigènes, quilombolas) et aires protégées d’Amazonie et du Cerrado.

Géographe et maîtresse de conférences au Centre pour le développement durable de l’université de Brasilia. Ses problématiques de recherche portent sur la gestion environnementale et territoriale des communautés traditionnelles, les mobilités rurales-urbaines et l’adaptation au changement climatique des populations rurales, dans les régions d’Amazonie et du Nordeste semi-aride du Brésil.

Agronome (EI Purpan et Esalq-USP) et géographe (université des Antilles et de la Guyane, UMR EcoFoG). Ses recherches portent sur les interactions entre dynamiques sociales et environnementales dans une optique de gestion durable des territoires forestiers tropicaux. Actuellement en postdoctorat à l’IRD-UMR Espace-Dev, elle travaille principalement en Amazonie et dans le Bassin du Congo.

© Éditions de l’IHEAL, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search