Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Amazonie brésilienne

 | 
François-Michel Le Tourneau

Troisième partie. Les lieux et leurs représentations

Chapitre VII. L’ethnocartographie et son utilisation dans le projet Usart

Florent Kohler et Guillaume Marchand

Texte intégral

  • 1 P. E. Little, Gestão territorial em terras indígenas : definição de conceitos e proposta de diretr (...)

1 L’ethnocartographie puise ses racines dans les travaux menés depuis les années 1970-1980 auprès des populations amérindiennes ou traditionnelles, que ce soit pour la délimitation de leurs territoires, la défense de leur accès à certaines ressources, ou encore l’analyse de leur rapport à l’espace occupé1. Pour le programme Usart, qui s’intéresse à la question du rapport des sociétés traditionnelles à leur espace, il a été choisi de mobiliser différentes techniques d’ethnocartographie pour étudier un grand nombre de phénomènes, tels que la manière dont se répartissent dans l’espace les activités quotidiennes, la façon dont les populations locales se représentent ou perçoivent leur lieu de vie, ainsi que les facteurs sociaux, économiques, géographiques ou historiques qui permettent d’expliquer les variations rencontrées dans les deux domaines précédents. Après avoir présenté de façon concise les deux principales techniques d’ethnocartographie qui ont été utilisées sur le terrain (mentale et participative), nous exposerons la méthodologie mobilisée pour leur collecte et analyserons les cartes obtenues. Outre le fait de regarder les cartes pour elles-mêmes (mode de représentation choisi, échelle du dessin, perspectives utilisées), celles-ci renseignent sur la configuration sociale (quels objets géographiques renvoient à des formes de sociabilité ou de solidarité communautaire ?) ; l’organisation de l’espace et la manière de s’orienter ou de se déplacer (quels sont les lieux structurants ? Quelles voies sont privilégiées ?) ; ainsi que sur les symboles, valeurs et sentiments attachés à certains éléments appartenant au paysage (végétation, animaux, ressources extractivistes).

Qu’est-ce que l’ethnocartographie ?

2L’ethnocartographie recouvre différentes modalités de représentation de l’espace par, ou avec, les populations locales étudiées. Elle se caractérise par la mise en évidence des connaissances et des expériences que ces populations ont de leur milieu. Les cartes peuvent être dessinées de plusieurs manières : individuellement ou collectivement, elles peuvent être spontanées ou suivre des orientations données par une tierce personne, être réalisées sur des feuilles vierges ou sur des fonds de cartes préremplis. Ces dessins peuvent être analysés comme tels, notamment pour diverses recherches sur la perception ou la connaissance des lieux. Les informations recueillies par leur truchement peuvent également être retranscrites sur des cartes plus ou moins « classiques », autrement dit conformes à la sémiologie et aux normes géographiques utilisées dans le monde technico-scientifique (occidental).

3Les deux modalités les plus utilisées en ethnocartographie sont la cartographie mentale et la cartographie participative. Les cartes mentales sont généralement individuelles et servent de support à une réflexion phénoménologique, du moins dans le sens que la géographie donne à ce terme, ce qui revient à se demander comment les autres voient ou perçoivent le monde. Les cartes participatives, pour leur part, mobilisent plusieurs acteurs et ont souvent des objectifs plus concrets (localiser et inventorier des ressources, déterminer les frontières d’un territoire d’usage…). Toutefois, les deux modalités ne sont pas exclusives, dans le sens où des cartes participatives peuvent mobiliser des informations collectées au travers de cartes mentales (diversité des toponymes, usages de l’espace) et se rejoindre sur la question de la signification et des valeurs attachées à certains lieux (ce que la littérature scientifique anglo-saxonne nomme « sense of place »).

Les cartes mentales

  • 2 K. Lynch, The Image of the City, Cambridge, MIT Press, 1960 ; P. Gould et R. White, Mental Maps, H (...)

4La cartographie mentale est une méthode couramment utilisée par de nombreuses disciplines avec des finalités très variées. En psychologie ou en pédagogie, elle vise à la restitution de schémas cognitifs ou mémoriels sous forme de graphes sagittaux. Le schéma qui en résulte (la carte mentale) peut être alors appelé « mind map » ou carte heuristique. En géographie, depuis les œuvres pionnières de Lynch, Gould et White, ou encore Downs et Stea, elle vise à la représentation d’espaces réels ou imaginaires sur des feuilles de papier2 ; le dessin est alors un médium pour la reproduction de l’image mentale qu’une personne possède d’un ou plusieurs lieux. C’est à ce dernier domaine de recherche autour de l’espace que nous nous référerons dans les pages qui suivent. Comme le rappelle Niem Huynh :

  • 3 S. Doherty, N. T. Huyhn et B. Sharpe, « Gender Differences in the Sketch Map Construction Process  (...)

« Une carte mentale est une sorte de schéma qui représente sous forme graphique notre connaissance interne et notre représentation de l’environnement extérieur […]. En examinant des cartes mentales, Downs et Stea considèrent que les différents paramètres de notre cognition peuvent être compris, ce qui inclut la manière dont nous emmagasinons de l’information spatiale, comment cela est symbolisé dans nos têtes et la valeur attribuée aux différents éléments3. »

5Si cette définition expose clairement le but de la cartographie mentale (restituer la manière dont un espace est perçu), elle demeure assez floue sur la forme que peut prendre le résultat (une « sorte de schéma »). Cela est dû au fait que les cartes mentales peuvent prendre des apparences très diverses : dessins de paysages en vue horizontale, esquisses se rapprochant des formes cartographiques traditionnelles (vue verticale), ou des représentations plus ou moins abstraites ponctuées de pictogrammes (objets plus ou moins stylisés), comme nous le verrons dans les pages suivantes.

  • 4 V. Haas, « Les cartes cognitives : un outil pour étudier la ville sous ses dimensions sociohistori (...)

6Des auteurs comme Haas ou Breux rappellent qu’il peut y avoir une confusion autour du terme « carte mentale », qui désigne tant le résultat d’un effort de représentation de l’espace (le dessin en lui-même) que le processus cognitif par lequel il a été créé, c’est-à-dire le cheminement intellectuel, réflexif et sensitif pour passer du réel à sa représentation sur une feuille de papier4. Notre approche considère que ces deux aspects sont indissociables, le principal intérêt de l’exercice étant de comprendre la manière dont les populations étudiées appréhendent leur environnement aussi bien social que spatial.

  • 5 A. Bailly, « Paysages et représentations », Mappemonde, no 3, 1990, p. 10.
  • 6 R. S. Archela, L. H. B. Gratão et M. A. S. Trostdorf, « O lugar dos mapas mentais na representação (...)
  • 7 D. C. D. Pocock, « The Contribution of Mental Maps in Perception Studies », Geography, vol. 64, no(...)
  • 8 A. Bailly, « L’imaginaire spatial : plaidoyer pour la géographie des représentations », Espaces te (...)
  • 9 B. Mérenne-Shoumaker, « Perception de l’espace et quartiers urbains », GEO, no 2, 1977 ; A. Fourna (...)

7Les usages faits des cartes mentales dans la littérature scientifique sont nombreux. La mobilisation de cet outil dans le projet Usart s’inscrit dans la lignée des recherches sur la façon dont les populations se représentent leur espace, la valeur et les significations qu’elles lui accordent. Comme le rappelle Bailly : « Les représentations, créations sociales de schémas pertinents du réel, constituent une clé essentielle à l’explication des relations des hommes avec leurs lieux de vie5. » On s’intéresse donc à la manière dont est construite une image, celle-ci étant modelée par des combinaisons particulières d’éléments paysagers plus ou moins emblématiques (les rues et les bâtiments dans le cas d’une ville, les cocotiers et le sable fin pour une plage paradisiaque), mais aussi toute une gamme de sensibilités, d’émotions et de connaissances accumulées au cours de l’existence6. Pour ce faire, il est généralement demandé à un individu de dessiner le plus librement possible un espace, en limitant au minimum les interventions extérieures pour ne pas interférer dans le résultat7. Le principal intérêt réside dans l’analyse des différents filtres (psychologiques, culturels, cognitifs, mais aussi physiologiques) qui viennent déformer la réalité géographique. Comme le souligne Bailly, la combinaison de ces filtres est propre à chacun : « Il ne peut exister une seule vision d’un lieu. Au-dessus de nos têtes, il n’y a pas qu’un seul ciel, mais des milliers… qui évoluent, proies de changements qui puisent leur source dans notre vécu8. » Toutefois, et c’est là l’intérêt de travailler avec une telle méthodologie au sein de collectifs, il existe certaines constantes et récurrences dans les images dessinées qui peuvent faire émerger des rapports à l’espace communs à certains groupes9.

Cartographie participative

  • 10 D. Besser et al., op. cit.
  • 11 J. E. Dobson et al., « Using Participatory Research Mapping and GIS to Explore Local Geographic Kn (...)

8La cartographie participative répond à une logique différente de celle des cartes mentales. Les cartes sont élaborées de manière collective, parfois avec des instructions précises et pragmatiques : identifier des ressources ou des droits territoriaux de populations traditionnelles, mettre en évidence des conflits frontaliers ou les connaissances écologiques attachées à un milieu10. Cette cartographie collective réalisée avec, par, et souvent, pour les populations locales a été créée en réaction aux limites de la « cartographie classique » (occidentale), élaborée par le monde technique et scientifique. Le principal grief à l’encontre de cette cartographie académique est la difficulté à refléter la réalité locale et à passer sous silence certains phénomènes, notamment dans le domaine socioculturel. Ainsi, Derek Smith a identifié, via des ateliers de cartographie participative avec des populations indigènes du Mexique, des lieux appelés parajés qui ont, entre autres fonctions, celle de servir de point de repère et de lieu de rencontre, mais qui ne sont en aucune façon signalés sur les cartes classiques11. Les cartes participatives peuvent donc faire émerger d’autres rapports à l’espace que ceux figurés par la cartographie conventionnelle et nous verrons, en particulier avec l’analyse de l’exemplaire produit à Cunani, combien les informations jugées pertinentes par les populations locales peuvent s’éloigner des attentes du groupe de chercheurs, qui doivent dès lors considérer la carte elle-même comme une donnée nouvelle dans le cadre de l’enquête.

9Les deux principaux types d’ethnocartographie diffèrent quant à leur méthodologie et poursuivent des objectifs distincts, mais ils sont, dans la pratique, souvent complémentaires et imbriqués, notamment pour l’analyse du rapport à l’espace sous toutes ses formes (utilitaire, identitaire, affectif), ce qui est au cœur des préoccupations du projet Usart.

Méthode de collecte des ethnocartes

10Plus de 140 ethnocartes ont été collectées durant les périodes successives de terrain, entre 2010 et 2013. Elles poursuivaient plusieurs objectifs : aider l’équipe de terrain à connaître la configuration spatiale des communautés étudiées (collecte des toponymes utilisés), obtenir des informations sur la fréquentation de certains lieux pour les activités quotidiennes (agriculture, élevage, chasse, pêche et extractivisme) et comprendre le rapport des populations locales à l’espace. C’est sur ce dernier aspect que nous insisterons ici, le reste étant traité dans d’autres chapitres de cet ouvrage. Sur tous les terrains, le matériel utilisé était le même, des feuilles de papier vierge (autant que le dessinateur en sollicitait), des crayons et des feutres de couleur. Seules les activités proposées (cartes individuelles, collectives ou les deux) et les méthodes de collecte ont connu quelques variations en fonction de l’attitude de nos interlocuteurs face à l’exercice proposé.

11Des cartes mentales individuelles ont été collectées sur les terrains d’Abuí, Jarauacá et Campo Alegre, totalisant 128 cartes exploitables pour analyse. Dans ces trois localités, l’amorce visant à faire dessiner les populations a été la même : « Dessinez les lieux que vous fréquentez avec tout ce que vous jugerez nécessaire de représenter. » Les relevés ont été plus ou moins systématiques selon les terrains, en fonction de la réceptivité des habitants des communautés visitées : 59 cartes pour 77 personnes interrogées à Abuí, 47 cartes pour 84 personnes interrogées à Jarauacá et 23 cartes pour 60 personnes interrogées à Campo Alegre. Afin de respecter le plus possible la méthodologie canonique des cartes mentales, il a été choisi de laisser une grande place à la spontanéité dans les dessins et 68,2 % des productions des enquêtés ont été réalisées sans aucune intervention de l’équipe de terrain. Dans 17,8 % des cas, les enquêteurs sont intervenus après coup pour compléter des cartes initialement spontanées, restées inachevées ou inintelligibles. Lorsque les populations locales ne savaient pas par où commencer, il leur a été proposé un fond de carte et elles étaient ensuite libres de le compléter à leur guise (3,6 % des dessins). Rappelons que le niveau de scolarisation des populations traditionnelles amazoniennes est très faible : le fait de se lancer dans la réalisation d’un dessin devant des chercheurs étrangers pouvait provoquer des sentiments partagés. En dépit de cette inhibition, seules 9 % des cartes ont été réalisées de manière dirigée avec des instructions précises. Il s’agit généralement de cartes de localisation réalisées en début de terrain pour connaître la toponymie et la configuration des lieux. Comme la plupart des exercices de cartographie mentale ont été proposés en parallèle aux questionnaires, le profil socioéconomique des dessinateurs recoupe dans les grandes lignes celui de l’échantillon total présenté dans le chapitre iii : parité entre hommes et femmes, une pyramide des âges plutôt concentrée sur les moins de 50 ans (39 % pour les moins de 30 ans, 44 % pour les 30-49 ans et 14 % pour les 50 ans et plus), ainsi qu’une majorité d’extractivistes, sauf à Campo Alegre (30 % des dessinateurs de cette localité le sont, vs 89,8 % à Abuí et 66 % à Jarauacá).

12Les cartes participatives ont été réalisées à Abuí et à Cunani. À Abuí, deux ateliers de cartographie participative ont mobilisé séparément les hommes et les femmes de la communauté. L’objectif de ces ateliers était de recueillir des informations sur la configuration des lieux, les toponymes en usage et leur localisation, afin de servir d’étape préalable à leur géoréférencement via GPS, pour établir les cartes d’usages présentées dans les chapitres iv, v et vi. À Cunani, face à la difficulté d’obtenir des cartes individuelles, l’équipe de terrain a choisi de proposer un atelier participatif autour d’une question un peu différente : « Admettons que les générations futures reviennent à Cunani après l’avoir abandonnée. Quels sont les éléments qu’ils devraient connaître pour que votre savoir ne soit pas perdu ? » Les femmes se sont montrées plus disposées à dessiner que les hommes et leur carte collective semble répondre à d’autres objectifs que ceux proposés, comme nous le verrons plus avant.

13Pour leur traitement, les cartes ont été photographiées, indexées dans une base de données et accompagnées de brefs commentaires sur leur teneur, leurs conditions de réalisation et les objets représentés.

Analyse des cartes mentales individuelles

  • 12 J.-F. Staszak, « Représentation de l’espace », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de l (...)

14Toute la difficulté dans l’utilisation de cartes mentales réside dans leur interprétation. Comme le rappellent Staszak, Bell et Archibald, toutes les idées sur l’espace et le ressenti ou le vécu d’un individu, ou d’un groupe d’individus, ne peuvent être retranscrits par un dessin plus ou moins élaboré. Il faut également tenir compte de l’aptitude au dessin des individus interrogés, aptitude qui peut être un véritable frein à la restitution de l’image mentale qu’une personne a de l’espace qu’elle fréquente12. Ce dernier aspect est important à prendre en compte dans les terrains étudiés, car le niveau de scolarisation y est très faible et les habitants ont rarement l’occasion de voir des cartes, de leur communauté ou d’ailleurs. Par conséquent, il est primordial de commenter avec prudence les cartes obtenues et de ne pas succomber à la tentation de la surinterprétation. Notre grille d’analyse des cartes mentales s’articule autour de trois objectifs : décrire ce que les populations ont cherché à représenter, comment elles ont choisi de le faire et ce que les éléments figurés nous révèlent sur leur rapport à l’espace.

Description générale du corpus

15Pour faciliter le travail d’analyse, nous avons établi une typologie simplifiée afin d’organiser le corpus de cartes en fonction de caractéristiques communes dans les formes de représentation. Cette typologie est explicitée dans les paragraphes suivants et illustrée par quelques exemples de cartes représentatives (cf. planches en fin de chapitre). Cette typologie a notamment pour but de faciliter l’analyse des choix de représentation de différents groupes (hommes/femmes ; anciennes et nouvelles générations), comme nous le verrons plus avant.

Trois principaux modes de représentation

16Devant la grande quantité de cartes recueillies, il nous a en effet fallu établir une méthode de classement. Notre choix s’est porté, après diverses tentatives, sur trois critères principaux. Le premier est relatif aux dimensions du cadre retenu par le dessinateur, autrement dit l’échelle géographique utilisée. Deux principales catégories ont été choisies : la figuration cartographique d’ensemble qui renvoie à la petite échelle (planche no 1) et la figuration cartographique partielle qui fait référence à la grande échelle (planche no 2). Ces deux catégories sont ensuite subdivisées en deux autres critères : le caractère plus ou moins schématique de la représentation, c’est-à-dire si la réalité géographique est respectée (distance entre objets, fidélité dans leur localisation), et la présence ou non de pictogrammes (maisons, arbres, poissons, personnages plus ou moins stylisés).

17Les figurations cartographiques d’ensemble ou partielles sont celles qui se rapprochent le plus de cartes au sens classique du terme, adoptant le plus souvent une vue verticale ou légèrement oblique pour favoriser la représentation de certains objets comme les maisons, les arbres ou les animaux. Elles nous permettent, entre autres, de jauger la connaissance topographique de nos interlocuteurs. Ces représentations cartographiques se distinguent des figurations pictogrammatiques (planche no 3), qui se rapprochent de représentations paysagères (vue horizontale avec ou sans perspective), et généralement centrées sur des bâtiments (maisons, centre communautaire) ou des objets particuliers (terrain de football, personnages). Ces figurations pictogrammatiques et, dans une moindre mesure, les figurations cartographiques partielles, où les pictogrammes sont nombreux, sont plus ou moins idylliques, mettant en scène une idée d’ordre et d’abondance (arbres et plantations alignés, arbres couverts de fruits, poissons). Même si ces figurations pictogrammatiques ressemblent davantage à des dessins qu’à des cartes, elles sont tout aussi significatives pour analyser le rapport à l’espace, puisqu’elles font émerger des lieux, des activités ou des éléments paysagers structurant les représentations mentales de nos interlocuteurs. Par conséquent, elles ont été étudiées dans la continuité interprétative des figurations cartographiques.

Choix des modes de représentation : effets de genre et de génération

Tableau 21. Types de représentations utilisées dans les cartes mentales

Tableau 21. Types de représentations utilisées dans les cartes mentales

18Les figurations cartographiques d’ensemble ont la faveur de nos dessinateurs (45 % des dessins), suivies des figurations cartographiques partielles (34,2 %) et des représentations pictogrammatiques (20,2 %). Les dessinateurs qui ont produit des cartes dans un cadre entièrement spontané ont opté à 36,3 % pour les cartes d’ensemble, à 35,2 % pour les cartes partielles et à 28,4 % pour les représentations pictogrammatiques. Pour des populations n’ayant pas, ou peu, l’occasion de voir des cartes « classiques », il est intéressant de noter qu’en étant libres de leurs choix, elles privilégient assez majoritairement des formes de représentation qui s’en rapprochent, avec notamment une légère tendance à opter pour la vue verticale (63 % des cas) ou oblique (23,1 %). Dans le domaine de la perspective choisie, une grande partie de la population masculine privilégie des représentations en vue d’Icare (85 % des dessins des hommes) ; pour les femmes, la proportion de dessins optant pour la vue oblique, ou paysagère, est plus importante (respectivement 34,4 % et 23,4 %, contre 10,9 et 3,1 % pour les hommes). Cela se rapporte au fait que les femmes optent le plus souvent pour la représentation d’objets divers (maisons, arbres, lieux de sociabilité) qui, pour être distingués de ce qui se confond avec le fond de carte (lacs, terres immergées, cours d’eau…), sont dessinés selon une perspective cavalière, et non vus de dessus, d’où l’adoption plus fréquente de points de vue obliques ou paysagers. Nous reviendrons plus avant dans le détail sur les techniques de représentation.

19D’une manière générale, on observe un effet lié au genre dans le choix de la figuration : les hommes optent davantage pour les figurations cartographiques d’ensemble (64 % des dessins obtenus) et limitent le recours aux pictogrammes (60,8 % des dessins en sont dépourvus), alors que pour les femmes, les figurations partielles et avec pictogrammes sont plus nombreuses (respectivement 44,4 % et 69,8 % des dessins). En ce qui concerne l’échelle de représentation, cette tendance peut s’expliquer, entre autres, par la division sexuée des tâches quotidiennes. Pour les activités de subsistance (chasse, pêche, extractivisme), les hommes parcourent parfois de grandes distances au sein de la communauté, tandis que les épouses et les filles œuvrent le plus souvent au sein de la sphère domestique (préparation de la nourriture), ou à ses abords immédiats (jardin/verger, petits ateliers d’horticulture), et n’en sortent qu’à de rares occasions (notamment lors des pics d’activités liés aux abattis ou à la noix du Brésil). Pour ce qui est de la représentation d’objets géographiques, les différences hommes/femmes sont difficiles à expliquer et nous ne pouvons que poser des hypothèses : peut-être les hommes ont-ils cherché à être plus pragmatiques que les femmes en se concentrant davantage sur le respect des distances, sur la restitution du réseau hydrographique et de la topographie ? Nos premières discussions de terrain avec eux étaient en effet focalisées sur ces questions et ont pu influencer leurs dessins. Peut-être ont-ils considéré qu’il était plus sérieux d’avoir une carte sans trop de couleurs ni de pictogrammes pour éviter de ressembler à un dessin d’enfant ? Ou peut-être souhaitaient-ils simplement en finir le plus vite possible pour vaquer normalement à leurs occupations ? D’une manière générale, les hommes se sont montrés moins enthousiastes que les femmes face à l’exercice proposé et les enquêteurs ont dû davantage intervenir dans le premier groupe que dans le second pour stimuler ou compléter les dessins (43,7 % des cas, contre 20,6 %), ce qui peut venir étayer cette supposition.

  • 13 Y.-F. Tuan, Espace et lieu : la perspective de l’expérience, Paris, Infolio, 1983.

20Il importe de préciser en outre que les jeunes générations (moins de 20 ans) suivent la tendance des femmes, en privilégiant les représentations avec pictogrammes (61,1 % des dessins, dont 38,9 % de figurations pictogrammatiques) et limitées à une partie de la communauté, voire aux abords immédiats de leurs foyers. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces résultats, nous évoquerons ici le plus probable : la question de la familiarité. Les jeunes générations, surtout les jeunes filles, ont peu d’autonomie dans leurs déplacements et ne s’aventurent dans les endroits éloignés du foyer qu’avec leurs parents. Ainsi, les lieux les plus distants leur sont peu familiers. Des auteurs comme Yi-Fu Tuan rappellent également que les jeunes individus ont plus de difficultés que les adultes à restituer la topographie et une tendance à se concentrer sur des objets familiers (maisons, bâtiments, végétaux) pour représenter l’espace dans lequel ils vivent13. Il est vrai que la tranche d’âge évoquée ici est plus proche de l’âge adulte que de l’enfance, mais bon nombre de ces jeunes enregistrent d’importants retards scolaires et sont, dans l’ensemble, peu habitués à manipuler des cartes. Il se peut donc que leur perception de l’espace en soit affectée.

Cartes mentales et rapport à l’espace

21Certains éléments sont récurrents dans les cartes et dessins collectés : le fait d’utiliser le réseau hydrographique pour structurer le dessin, la manière d’agencer les habitations et les lieux de vie, ou encore la représentation des maisons et des arbres. D’autres éléments, notamment les animaux et la forêt, sont peu présents. Nous passons ici en revue les constantes relevées pour essayer de mettre en exergue la façon dont les populations vivent, perçoivent ou attribuent des valeurs à leur espace.

L’eau, élément structurant de la vie quilombola dans la région du Trombetas

22L’important taux de représentation des objets hydrographiques dans les cartes spontanées (93,1 % à Abuí, 92,1 % à Jarauacá, 92 % à Campo Alegre) montre à quel point l’espace vécu des populations interrogées est structuré par ces éléments. Dans ce domaine, peu de différences peuvent être notées entre les genres ou les générations, car presque tous les dessins figurent un ou plusieurs objets hydrographiques (lacs, cours d’eau…). Toutefois, diverses tendances peuvent être relevées dans la manière de les utiliser pour structurer le dessin.

23Les figurations cartographiques d’ensemble de la région du Trombetas oscillent généralement entre un lac dominant tout l’espace – seules les berges appartenant à l’univers habité sont représentées – et un lac occupant moins d’espace, la représentation portant sur les terres émergées (planche 1).

24Dans le premier cas, il semble que ce qui prime soit le lac en tant qu’il est au cœur des déplacements et articule la vie communautaire. Cette dimension est fréquente à Abuí, un peu moins à Jarauacá. Dans la première communauté, la représentation centrée sur le lac avec peu d’espace pour la terre ferme peut s’expliquer par le profil socioéconomique des populations : celles-ci pêchent davantage qu’ailleurs et la frange de terre jouxtant le lac fait l’objet d’un usage « intensif » (agriculture sur brûlis et exploitation de certaines noiseraies).

25Dans le second cas, le lac est de dimension plus réduite et laisse apparaître une extension de terres émergées, considérées comme équivalentes aux parties submergées. C’est principalement le cas à Campo Alegre, où les activités agricoles sont plus extensives. Dans cette communauté, la terre et l’eau sont davantage imbriquées et le contraste entre saison sèche et humide plus marqué. Notons d’ores et déjà que la situation « normale », aux yeux des habitants, est la transition saison humide/saison sèche, moment où les déplacements sont facilités par le niveau de l’eau. La quasi-totalité des cartes recueillies représentent cette période particulière de l’année.

26Dans tous les cas, c’est l’eau qui forme le référent essentiel. Les fleuves principaux (Trombetas, Erepecuru, Cuminã), auxquels se rattache le lac, sont généralement présents à droite ou au-dessus de ces figurations. Dans le cas d’Abuí, le fleuve Trombetas est parfois réduit à un pivot reliant le lac Abuí et le lac Jacaré (carte de J., planche 5), manifestant la primauté de l’eau comme « infrastructure » de transport, plutôt que comme élément du paysage ou comme superficie. Dans cette même communauté, trois autres dessins viennent renforcer cette idée, le lac y est figuré comme un cercle dont partent, tels des rayons, les affluents. Le lac peut alors être assimilé à un rond-point routier ou une plaque tournante ferroviaire.

27L’omniprésence de l’eau dans les dessins et de son caractère structurant traversant l’ensemble des sites du Trombetas, il est possible d’effectuer un rapprochement entre les populations quilombolas et le mode de vie ribeirinho rencontré dans d’autres régions d’Amazonie.

La perception des distances

28Il y a différentes manières de percevoir les lieux et leur position relative. On peut les placer selon leur agencement réel, en termes d’orientation et de distance les uns par rapport aux autres ; on peut aussi les envisager dans leur succession, comme des points de repère servant uniquement à compter des étapes. Trois types d’éléments se détachent dans cette fonction : la succession des maisons, celle des sauts et cascades et celle des lacs.

29Ces trois exemples sont abondamment représentés sur nos différents terrains et laissent à penser que ce qui compte, dans les déplacements, n’est pas le temps de parcours (forcément relatif, car il dépend, entre autres paramètres, de la puissance du moteur de l’embarcation), mais les étapes à franchir ou les repères visuels facilitant l’orientation. Les lieux semblent mémorisés selon leur ordre d’apparition, et non selon leur localisation respective (planche 4).

30Cette représentation n’est pas fréquente à Campo Alegre, car chaque groupement d’habitations est associé à une cabeceira (crique), les criques étant elles-mêmes disposées en étoile par rapport au lac central. Seuls les conducteurs chevronnés semblent avoir une vue d’ensemble de la région.

31Dans bon nombre des dessins, c’est souvent la distance d’une habitation à l’autre qui sert d’échelle aux représentations, comme en témoignent beaucoup d’exemples, tant à Jarauacá et Abuí qu’à Campo Alegre et Cunani, comme l’illustre la planche 8, figurant les dessins de J. (Jarauacá) et d’A. (Campo Alegre). Dans les productions des jeunes générations et des femmes, surtout dans les figurations pictogrammatiques, le domicile familial jouxte parfois celui d’autres membres de la famille ou d’amis, voire certains équipements collectifs (centre communautaire, école). Ces placements sont réalisés au détriment de la réalité géographique, comme si l’espace interstitiel n’existait pas. Ce type de figuration tend à souligner la circulation restreinte de ces groupes, qui semblent penser leur environnement non en termes de distances ou de continuité topographique, mais comme un archipel formé par les lieux d’habitation.

Représenter la sociabilité : équipements communautaires et habitations

32Les cartes figurant plusieurs individus sont peu fréquentes (5,5 % des dessins), alors que les représentations des équipements communautaires (comprenant l’église, le terrain de football, l’école et le barracão – la maison communautaire) sont beaucoup plus nombreuses (27,91 % des dessins y font référence, cf. planche 6). Ainsi, il semblerait que, dans l’esprit des populations interrogées, les équipements collectifs sont le plus souvent utilisés pour symboliser la communauté et la sociabilité.

33Deux nuances peuvent toutefois être apportées. Premièrement, les hommes ont tendance à moins signaler les équipements collectifs dans leurs cartes que les femmes (21,9 %, contre 34,9 %) et, effectivement, ces dernières les fréquentent davantage (offices religieux, réunions diverses). Deuxièmement, les femmes semblent attacher beaucoup d’importance à la représentation des domiciles des membres de la famille ou des amis, ce qui témoignerait aussi de la vivacité d’une forme de sociabilité plus intime.

34Sur le plan esthétique, la représentation de l’espace communautaire nous amène à nous interroger sur la perception qu’en ont les habitants. L’église, quelques personnages, des arbres et des maisons, schématisent le lieu de vie commune de manière apparemment identique. Nos interlocuteurs amazoniens n’ont pas, semble-t-il, de représentation de type champêtre ou bucolique. La notion de « campagne » n’a aucun sens ici. En revanche, on doit souligner la continuité représentationnelle des habitats fréquentés : forêt, abattis, maisons éparses ou regroupées, tous ces éléments semblent régis par une même logique qui consiste à les dessiner de manière ordonnée, côte à côte, la seule variante portant sur la façon de les faire alterner.

35Les représentations de la « communauté », au sens d’espace communautaire, ont en commun de présenter des bâtiments hauts, dessinés avec soin (école, chapelle, barracão) et souvent flanqués d’un terrain de football. Ces éléments contrastent avec les dessins de maisons individuelles, parfois biscornues, entourées de rivière et de végétation (planche 7). Les bâtiments communautaires semblent comme des îlots urbains, ce qui les rattache à des formes d’organisation sociale plus complexes.

Une faune et une flore renvoyant aux activités de subsistance

36De même que très peu d’humains sont représentés dans notre corpus (8,3 % des dessins), on ne trouve que très peu d’animaux terrestres, la plupart des figurations se trouvant à Abuí. Ce n’est sans doute pas un hasard, puisque c’est également à Abuí que prédomine l’extraction de noix du Brésil, exigeant des séjours longs en forêt et facilitant donc les contacts avec la faune sylvestre.

37Contrairement à ce que cette analyse préliminaire semble indiquer, l’animal terrestre le plus souvent représenté dans l’ensemble de l’échantillon est la vache. Cela étant, le nombre de représentations (3) ne permet pas de conclure à un renversement de polarité entre le sauvage et le domestique dans les communautés considérées. Le tableau ci-dessous indique le nombre de personnes ayant inclus des animaux terrestres dans leur dessin.

Tableau 22. Faune terrestre la plus souvent figurée dans le corpus (nombre de citations)

Tableau 22. Faune terrestre la plus souvent figurée dans le corpus (nombre de citations)

38Les animaux aquatiques ou amphibies, en revanche, sont plus nombreux (17 citations, cf. tableau 23 ci-dessous), aussi bien sous forme spécifique (arowana ou Osteoglossum spp. ; pirarucu ou Arapaima gigas ; tucunaré ou Cichla spp.) que générique (pictogrammes stylisés représentant des poissons). Les tortues aquatiques sont représentées à deux reprises. On compte une seule occurrence de dauphin d’eau douce et de caïman noir (à Campo Alegre). L’absence de figuration du lamantin paraît illustrer la rareté de celui-ci.

Tableau 23. Faune aquatique la plus souvent figurée dans le corpus (nombre de citations)

Abuí

Jarauacá

Campo Alegre

Arowana (Osteoglossum spp.) Raie (Potamotrygon tigrina)

2

-

-

Tucunaré (Cichla spp.) Pacu (Piaractus spp.)

2

-

2

Dauphin d’eau douce (Inia geoffrensis)

-

-

1

Caïman noir (Melanosuchus niger)

-

-

1

Pirarucu (Arapaima gigas)

2

-

-

Tortue aquatique

1

1

-

Pictogramme poisson

3

-

2

39Cette prédominance des poissons dans les représentations (sauf à Jarauacá, où il n’y en a aucun) confirme ce que nous avons vu concernant les activités économiques : les habitants des communautés étudiées sont principalement tournés vers l’eau pour ce qui est des protéines animales. C’est à Abuí que l’on trouve les représentations les plus fréquentes et les plus équilibrées de la diversité animale.

40Comment expliquer la relative rareté de la faune dans les dessins ? La rareté des représentations humaines peut s’expliquer par la dimension symbolique des maisons : chacune d’entre elles vaut pour la famille qui l’habite. On ne peut en dire autant des animaux, dont l’absence dans les dessins contraste avec leur omniprésence dans la diète et les activités économiques. Outre les classiques hypothèses sur l’aptitude au dessin de nos interlocuteurs ou le fait d’essayer de se conformer aux attentes qu’ils nous prêtaient, d’autres peuvent être avancées. On peut penser qu’il y a là un effet induit en partie par la question posée au départ, insistant davantage sur les lieux que sur les éléments les composant. On peut aussi imaginer que la banalité de la présence des poissons ou de certains animaux fait que les informateurs ont préféré ne pas les représenter, pour se concentrer sur des éléments considérés comme plus représentatifs ou importants. On retrouve ici la question de l’élevage bovin : une des raisons de la présence des vaches dans les dessins vient peut-être justement du fait qu’il s’agit d’un élément nouveau dans le paysage, auquel les populations locales ne se sont pas encore habituées.

41La flore représentée dans les cartes que nous avons recueillies est également très stéréotypée. Une forme unique sert à figurer des arbres divers (noyer, copaïba, manguier), comme dans les exemples ci-dessous.

Figure 1. Représentations standards des noyers du Brésil et des arbres fruitiers

Figure 1. Représentations standards des noyers du Brésil et des arbres fruitiers

42Les noyers sont souvent représentés selon le canon des arbres fruitiers, tel qu’on peut l’enseigner à l’école. Dans la mesure où cet arbre est très présent dans les représentations à Jarauacá et à Abuí (mais absent à Campo Alegre, où la collecte est délaissée), on en déduit qu’il conserve un poids économique et symbolique que les autres arbres n’ont pas. Toutefois, le noyer semble aussi jouer un autre rôle : celui d’un arbre transitionnel entre le monde domestique (d’autant qu’il est parfois individualisé par les populations locales qui lui donnent des surnoms) et le monde de la forêt. Il existerait ainsi une continuité représentationnelle entre la maison, l’abattis, les bananiers, les noyers et la forêt. Nous n’avons pas repéré en tout cas de solutions de continuité.

Une forêt davantage domestiquée que sauvage

43Les figurations de la forêt sont souvent simplifiées au maximum, cette dernière étant généralement symbolisée au travers de noyers du Brésil. Lorsque la forêt est représentée via un groupement d’arbres, celui-ci présente toujours un caractère ordonné, comme dans le dessin d’I. (Abuí), ou dans celui de M. L. (Jarauacá, planche 9). À noter que dans le premier dessin, forêt et abattis sont juxtaposés sans velléité de les faire contraster, les alignements des deux formes de végétation semblant ainsi se répondre. Ainsi, ce que nous appelons spontanément « nature sauvage », c’est-à-dire une forêt complexe, multi-étagée, dense et presque chaotique (entrelacs de lianes et de plantes à différents stades de développement) n’apparaît presque pas. On peut s’interroger sur la relative absence de pictogramme spécifique pour représenter cette forêt.

44Ce qui se rapproche le plus d’une représentation de forêt complexe est d’abord la tentative, par E. R. (Abuí), d’insérer des arbres de taille différente en juxtaposition ; mais le dessin représente une forêt « domestiquée » (comprenant bananiers et noyers), évoquant davantage l’entremêlement de végétation. On notera les noix du Brésil émergeant de la canopée (planche 9).

45Une autre représentation schématique de forêt est produite par L. (Jarauacá), dans laquelle les arbres de taille inégale ont les mêmes extensions que dans l’illustration d’E. R. ; on notera également l’ébauche d’un sous-bois recouvert de bogues de noix, ainsi qu’un collecteur de noix.

46Un autre mode de figuration de la forêt, peu répandu (3 occurrences), consiste à la représenter par contraste avec l’eau. Les dessins sont alors chargés de bleu et de vert (planche 10), comme chez W. (Jarauacá) ou, de manière encore plus évidente, chez J. (Jarauacá). À noter que pour les cartes en vue d’Icare, représenter une forêt complexe et dense est chose difficile.

47Le fait de retrouver la forêt régulièrement représentée de façon ordonnée, mêlée à des espèces introduites (manguiers), ou à proximité des maisons, semble rendre floue la distinction entre sauvage et domestique. La forêt est régulièrement parcourue par les populations locales, notamment lors des périodes de collecte où les familles vivent au milieu des noiseraies dans des campements plus ou moins élaborés. Elle n’est pas un « enfer vert », hostile et distant, mais un élément omniprésent avec lequel les populations locales composent, même dans les espaces anthropisés. Rappelons, pour étayer cet argument, qu’on laisse largement pousser des espèces végétales sauvages au milieu des cultures annuelles ou des vergers pour leurs vertus alimentaires ou médicinales.

48Si les représentations de la forêt sous forme de vastes étendues de végétation complexe sont assez rares, il serait trop hâtif de conclure que les habitants pensent d’abord l’espace en termes d’hydrographie, d’équipements collectifs et d’habitations. Il semble, comme pour la question des animaux, que la forêt soit si omniprésente et si évidente qu’elle ne vaille pas la peine d’être figurée de façon détaillée. Elle est en quelque sorte la matrice, invisible dans les dessins, dans laquelle cours d’eaux, maisons et bâtiments servent de points de repère. Pour conclure, il semble opportun de souligner un effet générationnel dans la représentation de la forêt (sous forme simplifiée ou complexe). D’une manière générale, les anciennes générations en parlent beaucoup, notamment pour l’avoir beaucoup fréquentée, mais la dessinent peu, alors que la tendance est contraire pour les nouvelles générations.

Les techniques de représentation

49Le problème que doit résoudre tout dessinateur de carte est de transposer un espace en trois dimensions sur une surface qui en comporte deux et qui est en général bien plus petite. Pour comprendre le problème, nous pouvons nous imaginer en ville, au centre d’une place, tentant de la représenter. Si nous adoptons une position aérienne, tout ce qui fait la caractéristique de la place – l’alignement des immeubles, les façades – disparaîtra au profit de la seule vision des toits. Si nous adoptons une vision à 180°, c’est la moitié de la place qui ne sera pas représentée. Nous pouvons alors changer de perspective et nous placer en un point imaginaire situé en arrière de la place : on verra alors une partie des immeubles représentés de face, d’autres rendus étroits par la perspective et d’autres, enfin, vus de l’arrière. Ce faisant, une fois encore, nous manquons ce qui caractérise cette place : son harmonie d’ensemble. Aucune solution n’est entièrement satisfaisante, mais on comprend qu’une représentation de l’espace exige une codification qui peut être académique ou spontanée.

50Ces considérations sont destinées à exposer la difficulté qu’il y a à représenter son espace de vie si l’on n’a pas, pour ce faire, quelque méthode convenue ou codifiée. De fait, les représentations de ces espaces de vie oscillent entre ces différentes possibilités, variant de 180 à 360°, et mêlant souvent différentes perspectives que nous pouvons, une fois munis des données du problème, reconstituer.

51La représentation la plus fréquente, et apparemment la plus simple, est celle du lac dans son entièreté (planche 1). Les conducteurs expérimentés, les membres les plus actifs des associations locales, les agents de santé, sont parmi ceux qui, à force de le parcourir, en ont une vue d’ensemble. Le lac est alors inscrit dans un rectangle imaginaire et l’espace entre le bord du lac et la limite de la feuille représente l’espace considéré comme pertinent, c’est-à-dire habité ou fréquenté. Plus ces marges sont étroites, plus on peut soupçonner que la vie communautaire est centrée sur le lac et tourne le dos à l’intérieur des terres.

52La situation se complique pour ceux qui n’ont pas de vision d’ensemble et optent pour représenter leur maison et ses alentours, ou ceux qui choisissent de juxtaposer des espaces régulièrement fréquentés, mais séparés par des bras du lac ou par ses affluents. Commençons par un exemple simple, celui de M. L. de Campo Alegre (planche 11) : sa maison et les habitations voisines sont représentées de face, de même que les arbres qui les entourent. Elle dessine et nomme les deux bras du lac et, lorsqu’il faut représenter la rive d’en face, elle opte pour la solution la plus évidente quand on dessine à 360°, c’est-à-dire un cercle complet : elle figure les arbres bordant la rive opposée la tête en bas. Le centre de focalisation se trouve donc entre les deux rives. Dans son cas, l’espace représenté est restreint. On pourrait tracer un cercle imaginaire incluant les éléments qu’elle choisit de dessiner, qui seraient tous situés à proximité.

53Ce n’est pas le cas avec la carte d’I., d’Abuí (planche 11). Il opte en effet pour un cercle plus grand, incluant la forêt, les abattis et la communauté. Sa maison est au centre, mais les distances sont déjà aléatoires. Il juxtapose les espaces connus à partir d’un unique centre et signale la limite de sa représentation en repliant l’image sur elle-même en un endroit ; celui, précisément, où la limite est la moins marquée. Cela explique la pirogue figurée avec un angle à 90°, située en bas à droite de l’image.

54Mais que se passe-t-il lorsque le dessinateur opte pour la juxtaposition de lieux fréquentés non plus à partir d’un centre seulement, mais de plusieurs ? Deux cartes se détachent de l’ensemble, y compris d’un point de vue qualitatif : il s’agit de celles d’E. R., à Abuí, et de M. L., à Jarauacá (planche 12). En appliquant les solutions énumérées plus haut, nous pouvons restituer le cheminement des dessinatrices, qui se positionnent en trois endroits différents : face à leur maison ; au centre de l’espace communautaire ; et face à une maison ou un lieu familier, objet de visites régulières. La juxtaposition des centres de perception et les cercles qui en découlent permettent de comprendre pourquoi certains éléments sont figurés tête-bêche ou selon un angle à 90°. Il s’agit donc d’une tentative originale de représenter, en un seul bloc, les différents espaces jugés importants par nos interlocuteurs (planche 13).

55Si nous récapitulons les modes de représentation rencontrés, nous trouvons, en premier lieu, le nôtre, c’est-à-dire une représentation académique en deux dimensions, où les surfaces planes sont figurées selon un quadrillage sous-jacent, l’orientation étant donnée par les points cardinaux. Puis, une autre forme académique, celle des peintres, où les règles de perspective sont appliquées à partir d’un « point de fuite » situé à l’horizon.

56Nos terrains amazoniens nous proposent trois autres façons de représenter l’espace, qui n’obéissent pas aux mêmes règles. La première consiste à faire apparaître les itinéraires ou circuits. L’espace est alors perçu non comme une surface plane, mais comme une succession ou enfilade de points de repère – maisons, cascades, criques. Ce sont les déplacements qui sont la préoccupation du dessinateur et les distances réelles restent très secondaires. La deuxième consiste à se placer au centre de l’espace représenté, à petite ou grande échelle : le centre du lac, ou le centre approximatif des alentours de la maison. Les limites de l’espace sont indiquées par des « pliures », c’est-à-dire des éléments de paysage figurés tête-bêche ou à 90°. La troisième, dérivée de la précédente, consiste à se placer en de multiples centres de perception. Nous obtenons alors des images complexes, multicentrées, semblant obéir à diverses règles de perspectives, mais qui ne dépendent, en réalité, que de la position du sujet. Cette donnée doit attirer notre attention sur la capacité manifeste de se représenter l’espace non pas abstraitement, mais par visualisation : le sujet se place mentalement au centre du lieu qu’il souhaite se représenter, dont les caractéristiques ou éléments saillants ont été mémorisés de manière photographique.

Analyse des cartes participatives

57Même si les cartes participatives sont réalisées de façon sensiblement différentes par rapport aux cartes mentales individuelles (imposition du fond de carte, exécution collective), elles peuvent être questionnées et analysées de la même manière. Le fait de donner quelques orientations pour la réalisation de ces œuvres collectives n’interdit nullement l’expression de la spontanéité, et l’analyse des choix des dessinateurs peut être riche d’enseignements.

La carte collective de Cunani

58La géographie de Cunani diffère des autres terrains. Le fleuve est traversé par un pont suspendu à la hauteur de la Vila (bourg rural) et les quelques rivières qui le rejoignent, aux abords immédiats de la communauté, sont considérées comme des obstacles plutôt que comme des voies de circulation. Les principaux déplacements se font à pied et les pirogues, si elles sont répandues, servent surtout à aller pêcher dans les zones plus profondes. Mais tous les habitants ont occasionnellement parcouru le fleuve en amont ou en aval, pour rendre visite à des proches, participer à des fêtes, ou pour profiter d’un voyage du navire de patrouille de l’ICMBio, qui possède une base dans la communauté.

59Les principaux itinéraires effectués par les habitants le sont par voie terrestre, les abattis se trouvant parfois à grande distance à l’intérieur des terres. Les cartes obtenues devraient ainsi singulièrement diverger de celles qui furent produites dans le Trombetas, une zone de lacs, où l’on ne peut guère se déplacer autrement qu’en pirogue.

60Comme mentionné précédemment, la population de Cunani a émis de nombreuses réticences à dessiner des cartes mentales individuelles. Malgré le dépôt de matériel chez des personnes d’expérience, ayant une grande connaissance de l’histoire et de la géographie locale et, par conséquent, susceptibles d’être intéressées par ce genre d’activités, aucune esquisse ou ébauche de carte individuelle n’a été réalisée par les intéressés. Ce refus était en soi surprenant au vu des entretiens qui avaient été réalisés jusqu’alors, les habitants ayant exprimé à de nombreuses reprises leurs préoccupations face à la perte des savoirs ancestraux. Il a donc été décidé d’organiser un atelier de cartographie collective avec l’aide de l’instituteur, où toute la communauté (adultes et enfants) était conviée. Les participants sont apparus au compte-gouttes, les femmes essentiellement, peu d’hommes ayant fait le déplacement (deux sur les six disponibles ce jour-là). Au vu de la dynamique locale (progressif exode des parents), de la préoccupation quant à la transmission des savoirs et à l’avenir de la communauté, l’équipe a décidé de construire l’atelier de cartographie autour de ces questions. Il a été demandé alors d’établir une carte des lieux et des savoirs importants à transmettre aux générations futures.

61On a vu ainsi se dessiner trois groupes. Dans le premier, composé de deux hommes et de deux femmes, trois feuilles de papier réunies dans le sens de la longueur ont abouti à une représentation assez précise du fleuve et de ses différents bras, en noir et blanc. Dans le deuxième groupe, constitué essentiellement de femmes, la tentative a également débouché sur la représentation du fleuve, avec un accent porté sur les implantations humaines, dont certaines disparues, comme l’internat. Le résultat tient en trois feuilles réunies dans le sens de la longueur, avec une quatrième greffée au milieu, pour figurer la Vila (le nom des foyers se rapporte quasi exclusivement aux maîtresses de maison, ce qui souligne une fois encore la nature particulière de la sociabilité féminine, les hommes étant plus mobiles). Enfin, dans le troisième groupe, constitué de l’instituteur et de visiteurs occasionnels, la représentation s’est appuyée sur les canons cartographiques, rationalisant l’espace pour faire figurer à la fois le fleuve et son embouchure, mais aussi la Vila et les abattis, jusqu’au lac Tralhoto et au Monte Manganês. Dans les trois groupes, les cartes dessinées ne répondent pas à la question d’amorce proposée par l’équipe de terrain, mais elles sont particulièrement intéressantes pour comprendre les perceptions locales de l’espace.

62C’est le deuxième groupe qui a focalisé notre attention. En effet, insatisfaites du résultat, les dessinatrices ont demandé à refaire une tentative, cette fois sur de grandes feuilles de papier kraft. Le résultat, esthétiquement très réussi (planche 14), frappe en ceci que c’est, à peu de chose près, le décalque de la première tentative, mais en plus appliqué. Une fois encore, le fleuve Cunani a été dessiné précisément au centre, formant l’axe structurant l’ensemble, au lieu d’être légèrement déporté vers la gauche du dessin, ce qui aurait libéré de la place pour dessiner la Vila, la piste d’atterrissage et nombre d’abattis (rappelons que la rive sud du Cunani est très peu exploitée par les habitants). Il faut donc admettre que la représentation symbolique de l’espace repose sur l’extension du fleuve, les représentations d’habitat humain se « pliant » littéralement à cette exigence (la Vila de Cunani étant ainsi représentée sous la forme d’une rue en courbe). Les distances semblent évaluées sur la carte par la succession de cascades et de maisons.

63D’autre part, la carte représente le fleuve dans toute son extension jusqu’à la route fédérale, puisqu’y sont figurés aussi bien l’embouchure (comportant l’unique personnage anthropomorphe, l’ouvrier agricole de la fazenda) que le lotissement agricole de réforme agraire Carnot (Projeto de Assentamento Agroextrativista), à 90 km en amont, stylisé en un alignement de huit grandes maisons. Carnot, berceau de la civilisation ? Les maisons semblent idéalement alignées et bordées uniformément de jardinets, ce qui ne correspond pas à la réalité. Les plantes qui entourent chaque pavillon sont les seules figurations de flore à l’échelle de la carte et leur valeur est ici décorative. L’assentamento (lotissement) semble devenu une figuration d’urbanité parfaite, par contraste avec le caractère hétéroclite de la Vila de Cunani elle-même. Ce qui frappe, également, est que la carte ne figure pas Calçoene, où presque tous les habitants ont une maison, ni la forêt ni les abattis.

64On peut inférer l’hypothèse suivante : comme pour les autres communautés étudiées, les habitants de Cunani pensent leur communauté comme embrassant le fleuve, se confondant avec lui. Ils pourraient en cela également être rapprochés des populations ribeirinhas, où la dispersion de l’habitat le long des rives est compensée par une circulation permanente et un grand nombre de fêtes (Espirito Santo, Maria, Raimundo, Benedito, Trindade…) donnant lieu à des réunions, rencontres, mariages, etc. Cet espace présente une cohérence d’ordre communautaire : en cela, la ville de Calçoene relèverait d’un autre système de classification sociale et ne serait donc pas prise en compte dans la réalisation de la carte.

Cartes collectives d’Abuí : la dimension genrée de l’espace

65Les cartes collectives réalisées à Abuí visaient à rassembler des informations permettant de mieux localiser les toponymes recueillis lors des différents entretiens avec les habitants de la communauté, ou présents dans les cartes individuelles dessinées par leurs soins. Une session de cartographie collective a donc été organisée un dimanche, après l’office catholique, durant l’un des rares moments où la majorité des habitants se trouvait au même endroit (l’île communautaire). L’équipe de terrain avait prévu d’organiser l’atelier de cartographie en séparant en deux groupes les anciens et les jeunes, pour vérifier si la connaissance des toponymes était correctement transmise d’une génération à l’autre. Pour cela, un fond de carte précis du lac d’Abuí (représentant les criques, les îles, les maisons, ainsi que les principaux cours d’eau) a été fourni aux deux groupes avec quelques-uns des toponymes dont nous connaissions la localisation, grâce aux conducteurs de bateau de la communauté et à l’agent de santé. Ce dispositif devait faciliter le travail des participants, dont la mission était de situer les toponymes que nous avions relevés. Or, très rapidement, les jeunes se sont désintéressés de l’atelier et une nouvelle répartition s’est opérée, cette fois-ci entre les hommes et les femmes, toutes générations confondues. Comme nous l’avons vu dans l’exemple précédent, la capacité des populations locales à réinterpréter, refuser ou adapter les consignes qui leur sont proposées fait partie des aléas de la cartographie participative.

66Les cartes mentales individuelles dessinées par les femmes d’Abuí reprennent les canons évoqués plus haut et sont, elles aussi, plutôt focalisées sur les abords immédiats du lac (là où se trouvent la plupart des habitations), voire, dans certains cas, sur la proximité immédiate de la maison (planche 15). Ces représentations pourraient laisser croire que ces femmes n’ont qu’une connaissance limitée de la configuration des lieux et de la toponymie. Or, cette hypothèse mérite d’être nuancée. Dans les zones centrales du lac d’Abuí, c’est-à-dire celles où se concentrent la majorité des habitations et les équipements collectifs, la richesse toponymique des principaux objets géographiques (criques, îles, cours d’eau…) de la carte des hommes et celle des femmes est équivalente. Toutefois, dans les zones un peu plus distantes du lac central (Higino et Marrecas situées plus à l’ouest, Coecezinho et Coece Grande plus au nord), les femmes ont su placer légèrement moins de toponymes que les hommes. Comme ces régions plus reculées sont davantage parcourues pour la chasse et la pêche, activités peu pratiquées par les femmes, il est logique que les hommes en aient une connaissance plus fine.

67Lors de cet atelier, nous avons pu observer de façon précise la manière dont les hommes et les femmes se repèrent dans l’espace et le restituent sous forme graphique et confirmer, le cas échéant, certaines des hypothèses qui avaient été faites à partir des cartes individuelles. Les hommes d’Abuí ont une vision plus étendue, plus globale de l’espace ; ils utilisent presque exclusivement les toponymes génériques, alors que les femmes peuvent utiliser des surnoms fondés sur des anecdotes ou des singularités physiques. Autre particularité, les hommes se repèrent davantage à partir du réseau hydrographique (criques et cours d’eau identifiés sur le fond de carte), tandis que les femmes utilisent plutôt les bâtiments comme points de repère.

La ville, grande absente des cartes individuelles et collectives

68Le système de multirésidence en Amazonie est ancien, les habitants ayant toujours eu une tendance à vivre en différents endroits en fonction des saisons. Ainsi, il n’était pas rare de voir une famille habiter une maison près des abattis pendant les périodes clés du calendrier agricole (nettoyage de la végétation, semis, récolte), une autre dans les noiseraies pendant la saison de collecte des noix (souvent un simple campement, mais certaines représentations qui en ont été faites à Abuí se rapprochent d’une maison en bois) et une autre dans les « bourgs » ruraux (îles communautaires, lotissements construits au travers des ressources libérées par la réforme agraire) pour diverses festivités. Avec la réduction du coût du transport pour se rendre en ville (les mairies financent un voyage par mois à bord du bateau communautaire), la nécessité de s’y déplacer pour percevoir certains bénéfices sociaux et les besoins scolaires des adolescents (seul l’enseignement primaire est délivré dans les communautés), le phénomène de multirésidence s’est complexifié et la mobilité entre ville et campagne s’est accrue (cf. chapitre ix). Si le temps passé en ville est de plus en plus long, comment se fait-il que les cartes individuelles (Abuí, Campo Alegre, Jarauacá), ou collectives (Cunani), n’y fassent pas référence ? Pour les cartes individuelles, ce fait n’est pas lié à un biais de l’enquête puisque la question d’amorce faisait référence aux lieux fréquentés par les populations locales, sans préciser si ces lieux étaient internes ou externes à la communauté. Et en ce sens, la question a été bien comprise, puisque certains des dessinateurs ont figuré d’autres lieux ruraux externes à leur communauté : poste de l’Ibama, communautés voisines, anciennes zones d’habitation dans l’actuelle Rebio (Réserve biologique), pour prendre l’exemple d’Abuí.

69L’absence de représentation des villes fréquentées dans les cartes recueillies traduit, semble-t-il, un grand décalage entre ces espaces et les communautés étudiées. Ce décalage n’est pas tant spatial que social. Il s’agit d’une scène différente, où se jouent d’autres trames d’existence, où se nouent d’autres relations. Le contraste n’est pas dans l’architecture, la construction ou la disposition des bâtiments. On l’a vu, la plupart des représentations de l’espace communautaire possèdent des caractéristiques « urbaines » un peu idéalisées, notamment l’ordre régnant dans l’alternance des arbres et des maisons. Le contraste se situe bien plutôt dans le système de connexions qu’un individu peut établir dans chacun de ces environnements : famille proche/eau/abattis/extractivisme/espace communautaire d’un côté ; famille éloignée/asphalte/revenus financiers/espace urbain de l’autre. Bien qu’elles évoluent assez aisément d’un monde à l’autre, les populations interrogées n’en demeurent pas moins attachées à une représentation du territoire empreinte d’affects, où les maisons familières servent à marquer les distances et où l’esprit peut vagabonder à 360°.

70Même si les normes esthétiques urbaines se lisent dans la mise en scène des paysages communautaires, les entretiens menés avec les populations locales témoignent, chez les anciennes générations, d’une image assez négative de la ville (violence, coût de l’alimentation), alors que, pour les nouvelles générations, la ville symbolise la possibilité d’un futur meilleur (éducation, emploi). Pour le premier groupe, cette perception négative de la ville peut être un facteur explicatif supplémentaire à sa non-représentation ; en revanche, pour le second, cela semble plus difficile à comprendre et il serait intéressant de mener des entretiens plus approfondis à ce sujet lors de futurs travaux.

71L’absence de référence aux villes fréquentées nous amène évidemment à nous poser la question de la continuité entre espace urbain et territorial. Si la birésidence est un phénomène bien attesté, elle semble relever de deux ordres de réalité : l’attachement à la terre familiale – la maison, l’abattis, la zone de collecte – s’accroît à mesure que l’espace non approprié disparaît de l’Amazonie et la propriété et l’usufruit de cette terre – et de l’eau qui l’entoure – repose sur la légitimité acquise au fil des générations. L’espace urbain répond à de tout autres logiques : la mission dévolue aux enfants consiste à s’affranchir de la dépendance aux produits de la terre et de l’eau et à construire une légitimité nouvelle, fondée sur l’éducation, que nous pouvons appréhender comme un nouveau degré de citoyenneté.

Continuités et contrastes : bilan de l’exercice d’interprétation

72Nous avons privilégié, dans le cadre du projet Usart, une méthode de collecte orientée vers les cartes individuelles, de préférence spontanées. Des divergences sont apparues d’une communauté à l’autre quant aux objets représentés. Les principales différences, toutefois, résident dans l’opposition hommes/femmes d’un côté, et anciens/jeunes de l’autre. Les hommes représentent généralement un espace de plus vaste dimension, plus schématique, en se fondant sur leur connaissance des lieux fréquentés. Les femmes se centrent davantage sur le territoire communautaire, en s’appuyant d’abord sur des repères affectifs. Comme les adolescents, les femmes ponctuent volontiers leurs dessins de pictogrammes ; mais, au contraire des adolescents, le choix qu’opèrent les femmes de représenter un environnement proche ne découle pas nécessairement de leur méconnaissance de lieux plus lointains, elles accordent simplement plus de valeur à un monde familier.

73Les adolescents (de 15 à 20 ans) optent pour des dessins figurant la maison familiale et quelques autres maisons appartenant à des proches. Ils semblent éprouver des difficultés à synthétiser leurs connaissances relatives à l’espace et leur savoir scolaire ne semble pas les y aider. Ce dernier, en revanche, joue un grand rôle dans la figuration stéréotypée d’éléments familiers, tels que les arbres, les oiseaux ou les poissons.

74En observant l’ensemble du corpus, nous avons pu déceler, sous l’apparente diversité des dessins, plusieurs sphères régissant la manière dont les populations quilombolas (qui en de nombreux aspects se rapprochent des ribeirinhos) se représentent leur espace familier.

75La première sphère est celle des déplacements. Le caractère aléatoire de la durée, dépendant de la puissance du rameur, du moteur, ou encore du niveau des eaux et de la distance qu’il faudra parcourir à pied, rend les distances secondaires. Les trajets sont pensés en étapes ou points de repère successifs, permettant d’évaluer la distance restant à parcourir. Cette réalité est également observable dans le cas des dessins multicentrés (planche 13) : si différents lieux familiers sont rendus par juxtaposition, c’est parce que l’eau qui les sépare les rend spatialement distincts, comme étanches les uns par rapport aux autres.

76La deuxième sphère est celle du territoire collectif : s’il y a un lac, celui-ci est situé au centre. À Cunani, c’est le fleuve qui structure la représentation territoriale. Tous les éléments pertinents sont rapportés à cet élément structurant et les distances, comme les proportions, sont relatives à l’importance de l’élément représenté.

77La troisième sphère est celle des composants familiers : la maison, l’abattis, le centre communautaire, les maisons de parents et amis, la forêt. Ces éléments sont représentés de manière ordonnée, les arbres, les maisons et les plants de manioc alignés, montrant qu’il se dégage de ces lieux, pour nos interlocuteurs, une certaine harmonie et, souvent, une symétrie entre les arbres et les maisons.

78Certains éléments sont si familiers qu’ils n’ont pas, ou très peu, été représentés dans les cartes produites. C’est notamment le cas de la forêt ou des animaux sauvages qui, bien qu’omniprésents dans le quotidien des populations quilombolas, ont été figurés de manière simplifiée ou peu diversifiée : forêt assimilée à des noyers ou des arbres stylisés, faune représentée par quelques poissons ou oiseaux stylisés eux aussi.

79Le contraste entre l’indiscutable présence de ces éléments dans la vie quotidienne et leur faible représentation sur les cartes peut mener à plusieurs interprétations divergentes. Dans un cas, nous l’avons dit, on pourra considérer que ces éléments sont tellement quotidiens et banals que nos informateurs n’ont pas jugé utile de les représenter. Comme une toile de fond que le blanc du papier rendait finalement aussi bien qu’autre chose. Mais on peut aussi penser que, si l’omniprésence de la forêt en fait en quelque sorte la génératrice de tous les lieux, elle ne fait pas elle-même l’objet d’un traitement cognitif. Dans cette interprétation, les lieux sont créés dans la forêt par l’action de l’homme, ou par les activités qu’il développe pour extraire des ressources. Cette interprétation pourrait être confortée par l’importance des manifestations surnaturelles attribuées à la forêt par les habitants.

Annexes

Planches

Planche 1. Figurations cartographiques d’ensemble

1. Détaillée, sans pictogrammes (S. C., Campo Alegre).

2. Détaillée, avec pictogrammes (J. B., Cunani).

3. Schématique, sans pictogrammes (S., Jarauacá).

4. Schématique, avec pictogrammes (N., Jarauacá).

Planche 2. Figurations cartographiques partielles

1. Détaillée, sans pictogrammes (L., Campo Alegre).

2. Détaillée, avec pictogrammes (A., Campo Alegre).

3. Schématique, sans pictogrammes (T. S., Jarauacá).

4. Schématique, avec pictogrammes (C., Abuí).

Planche 3. Figurations pictogrammatiques

1. Maison et dépendances (A., Abuí).

2. Centre communautaire (C., Abuí).

Planche 4. Figurations des lieux et des distances par succession

1. Z. A., Jarauacá : succession de criques, puis de lacs.

3. N., Jarauacá : succession de lacs et de maisons.

Planche 5. Visions schématiques des voies navigables

Planche 6. Représentations du centre communautaire

1. A. S., Campo Alegre (détail).

2. M., Jarauacá (détail).

3. N., Jarauacá.

4. A., Campo Alegre (détail).

Planche 7. Figurations des maisons

1 • M., Campo Alegre.

2. D., Campo Alegre (détail).

3. A. P. P., Campo Alegre (détail).

4. C. (32 ans), Abuí (détail).

5. Sa ille de 16 ans, A., Abuí (détail).

Planche 8. Répartition des maisons comme mesure de l’espace

1. J., Jarauacá (détail).

2. A., Campo Alegre.

Planche 9. Les arbres et la forêt

1. I., Abuí (détail).

2. M. L., Jarauacá (détail).

3. E. R., Abuí (détail). Noter les bananiers en bas et les noyers en haut.

4. L., Jarauacá (détail). Noter l’ébauche de sous-bois et les bogues de noix.

Planche 10. La forêt contrastant avec l’eau

1. W., Jarauacá (détail).

2. J., Jarauacá (détail).

Planche 11. Perspective à 360°

1. M. L., Campo Alegre.

2. I., Abuí. Dans l’ovale, la pirogue à 90°.

Planche 12. Cartes multicentrées

2. M. L., Jarauacá.

Planche 13. Cartes multicentrées et centres de perceptions

2. M. L., Jarauacá.

Planche 14. Cartes de Cunani

Carte collective de Cunani montrant le fleuve depuis la route BR jusqu’à l’océan.

© Google 2016, Image Landsat Copernicus.

Planche 15. Cartes collectives d’Abuí

1. Carte produite par les femmes.

2. Carte produite par les hommes.

Notes

1 P. E. Little, Gestão territorial em terras indígenas : definição de conceitos e proposta de diretrizes, rapport scientifique rendu au secrétariat de l’Environnement de l’État de l’Acre, au secrétariat extraordinaire des Peuples indigènes et à l’agence GTZ au Brésil, Rio Branco, 2006 ; D. Besser et al., « Making Sense of Human Ecology Mapping : An Overview of Approaches to Integrating Socio-Spatial Data into Environmental Planning », Human Ecology, vol. 41, no 5, 2013.

2 K. Lynch, The Image of the City, Cambridge, MIT Press, 1960 ; P. Gould et R. White, Mental Maps, Harmondsworth, Penguin Books, 1974 ; R. M. Downs et B. D. Stea, Des cartes plein la tête, essai sur la cartographie mentale, Québec, Edisem, 1981.

3 S. Doherty, N. T. Huyhn et B. Sharpe, « Gender Differences in the Sketch Map Construction Process », Journal of Maps, 2010, p. 271 (NDE : traduction des auteurs).

4 V. Haas, « Les cartes cognitives : un outil pour étudier la ville sous ses dimensions sociohistoriques et affectives », Bulletin de psychologie, vol. 57, no 6, 2004 ; S. Breux, H. Loiseau et M. Reuchamps, « Apports et potentialités de l’utilisation de la carte mentale en science politique », Transeo Review, 2010/2-3.

5 A. Bailly, « Paysages et représentations », Mappemonde, no 3, 1990, p. 10.

6 R. S. Archela, L. H. B. Gratão et M. A. S. Trostdorf, « O lugar dos mapas mentais na representação do lugar », Geografia, vol. 13, no 1, 2010.

7 D. C. D. Pocock, « The Contribution of Mental Maps in Perception Studies », Geography, vol. 64, no 4, 1979.

8 A. Bailly, « L’imaginaire spatial : plaidoyer pour la géographie des représentations », Espaces temps, no 40-41, 1989, p. 54.

9 B. Mérenne-Shoumaker, « Perception de l’espace et quartiers urbains », GEO, no 2, 1977 ; A. Fournand, « Images d’une cité : cartes mentales et représentations spatiales des adolescents de Garges-lès-Gonesse », Annales de géographie, vol. 112, no 633, 2003.

10 D. Besser et al., op. cit.

11 J. E. Dobson et al., « Using Participatory Research Mapping and GIS to Explore Local Geographic Knowledge of Indigenous Landscapes in Mexico », Focus on Geography, vol. 55, 2012.

12 J.-F. Staszak, « Représentation de l’espace », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003 ; J. Archibald et S. Bell, « Sketch Mapping and Geographic Knowledge : What Role for Drawing Ability ? », in K. Broelemann et al. (dir.), An Interdisciplinary Approach to Understanding and Processing Sketch Maps, actes de l’atelier Cosit, Munich, 2011.

13 Y.-F. Tuan, Espace et lieu : la perspective de l’expérience, Paris, Infolio, 1983.

Table des illustrations

Titre Tableau 21. Types de représentations utilisées dans les cartes mentales
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Tableau 22. Faune terrestre la plus souvent figurée dans le corpus (nombre de citations)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Figure 1. Représentations standards des noyers du Brésil et des arbres fruitiers
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende 1. Détaillée, sans pictogrammes (S. C., Campo Alegre).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende 2. Détaillée, avec pictogrammes (J. B., Cunani).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende 3. Schématique, sans pictogrammes (S., Jarauacá).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende 4. Schématique, avec pictogrammes (N., Jarauacá).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende 1. Détaillée, sans pictogrammes (L., Campo Alegre).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende 2. Détaillée, avec pictogrammes (A., Campo Alegre).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende 3. Schématique, sans pictogrammes (T. S., Jarauacá).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende 4. Schématique, avec pictogrammes (C., Abuí).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende 1. Maison et dépendances (A., Abuí).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende 2. Centre communautaire (C., Abuí).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende 1. Z. A., Jarauacá : succession de criques, puis de lacs.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende 3. N., Jarauacá : succession de lacs et de maisons.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 1. J., Abuí.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende 2. F. A., Abuí.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende 1. A. S., Campo Alegre (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende 2. M., Jarauacá (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende 3. N., Jarauacá.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende 4. A., Campo Alegre (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende 1 • M., Campo Alegre.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende 2. D., Campo Alegre (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende 3. A. P. P., Campo Alegre (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende 4. C. (32 ans), Abuí (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende 5. Sa ille de 16 ans, A., Abuí (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende 1. J., Jarauacá (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende 2. A., Campo Alegre.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende 1. I., Abuí (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende 2. M. L., Jarauacá (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende 3. E. R., Abuí (détail). Noter les bananiers en bas et les noyers en haut.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende 4. L., Jarauacá (détail). Noter l’ébauche de sous-bois et les bogues de noix.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende 1. W., Jarauacá (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende 2. J., Jarauacá (détail).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende 1. M. L., Campo Alegre.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende 2. I., Abuí. Dans l’ovale, la pirogue à 90°.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende 1. E. R., Abuí.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende 2. M. L., Jarauacá.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende 1. E. R., Abuí.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende 2. M. L., Jarauacá.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Carte collective de Cunani montrant le fleuve depuis la route BR jusqu’à l’océan.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende © Google 2016, Image Landsat Copernicus.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 1. Carte produite par les femmes.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende 2. Carte produite par les hommes.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3185/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

Auteurs

Anthropologue, maître de conférences à l’université de Tours et chercheur associé au Creda. Il a travaillé sur les relations à l’environnement en France et au Brésil, plus particulièrement dans le cadre des aires protégées habitées et de la réhabilitation de la biodiversité ordinaire. Il est expert auprès de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) et membre du Conseil national de protection de la nature.

Docteur en géographie de l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle et ancien professeur invité à l’université fédérale de l’Amazonas (UFAM). Il est spécialiste du développement durable et s’intéresse particulièrement à la synthèse des enjeux socio-économiques et environnementaux au sein des aires protégées habitées amazoniennes.

© Éditions de l’IHEAL, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540