Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Systèmes agraires en Amérique latine

 | 
Jacques Chonchol

Introduction

Jacques Chonchol

Texte intégral

1Le sous-titre de ce livre pourra sembler quelque peu insolite. Mais il a, à notre sens, une explication logique. Depuis maintenant plusieurs années, à la suite d’un exil qui me fut imposé par la dictature qui s’abattit sur mon pays pendant presque dix-sept ans, l’invitation me fut faite d’enseigner à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine de l’Université de Paris III (la Sorbonne Nouvelle), où m’accueillit très fraternellement son directeur, le géographe Pierre Monbeig, aujourd’hui malheureusement disparu. A l’Institut, pour accomplir mes obligations universitaires, je décidai de diriger — parmi d’autres — un séminaire sur les systèmes agraires de l’Amérique latine.

2Mon intention initiale était d’analyser particulièrement l’époque contemporaine, mais je m’aperçus vite qu’il était difficile de comprendre les systèmes agraires actuels sans faire référence à ce qu’avait été leur histoire. Aucun présent ne naît d’un vide historique. Et pour cela, je me forçais à devenir apprenti historien. Ceci a aussi une explication.

3Puisque mon séminaire d’enseignement devait englober la totalité de la région, je cherchai avec empressement un travail d’histoire présentant de façon ordonnée l’ensemble des évolutions des systèmes agraires dans le passé, mais je n’en trouvai aucun. Je tombai sur de nombreux livres et articles d’historiens ou de sociologues qui se référaient à un pays donné ou à une région déterminée dans une période historique spécifique, mais je ne trouvai aucune synthèse globale allant de l’époque coloniale jusqu’à nos jours. Et encore moins je ne trouvai d’étude sur l’ensemble des caractéristiques des agricultures indigènes avant la conquête.

4Face à ce manque de travaux globaux appropriés, je me mis à réfléchir et à synthétiser de façon générale ce que beaucoup de spécialistes avaient étudié pour un endroit ou une période donnée. Si la synthèse présente n’est pas suffisamment claire, la responsabilité ne saurait être que mienne.

5En étudiant les différents systèmes agraires, quatre grandes périodes me semblèrent se détacher dans cette longue période de cinq siècles au cours de laquelle se formèrent peu à peu et selon des caractéristiques diverses, ces systèmes. Nombre de ces caractéristiques subsistent encore aujourd’hui, malgré les changements et les apports que chaque époque a amenés.

6La première de ces périodes est celle des agricultures indigènes. Bien que depuis lors les technologies aient considérablement évolué — pas toujours pour le mieux —, quelques-uns des traits sociaux de ces systèmes agraires, comme la “mita” ou travail obligatoire, perdurèrent longtemps. Nous avançons que les technologies n’ont pas toujours connu une évolution positive : pour irriguer, pour gagner des terres agricoles dans les zones de montagne à forte pente, pour protéger la terre contre l’érosion ainsi que pour utiliser de façon écologique les différents milieux complémentaires, rien ne surpasse aujourd’hui ce que firent les indigènes andins et mexicains avec leurs systèmes hydrauliques et de terrasses pour l’irrigation, et de complémentarité de productions vivrières en fonction des étages montagnards.

7La seconde de ces périodes fondamentales est celle de la conquête et de la colonisation, avec les deux grands legs que les Espagnols et les Portugais nous ont laissés en matière de systèmes agraires : d’une part, celui des “haciendas”, exploitations extensives basées sur l’élevage ou la production agricole, et une gestion paternaliste de la force de travail, et d’autre part, celui d’une économie de plantation, monoproductrice, orientée surtout vers le marché externe, économie qui a débuté avec la culture de la canne à sucre sur la côte brésilienne et s’est étendue ensuite — avec le sucre et d’autres productions — aux Caraïbes et à d’autres régions tropicales ou subtropicales de la future Amérique latine.

8Le commerce et l’esclavage de millions d’Africains, avec toutes les implications sociales qui en découlèrent pour notre Amérique, furent intimement liés au développement de cette économie de plantation, et, de même, bien des traits sociaux actuels de nos pays dérivent depuis cette époque des systèmes des haciendas et des plantations.

9La troisième de ces grandes périodes correspond aux républiques oligarchiques qui ont dominé le paysage politique d’Amérique latine durant toute la seconde moitié du XIXème siècle, notamment avec le système impérial brésilien qui a duré jusqu’en 1889 et fut ensuite remplacé par une république de “barons” et de “colonels”. Ces systèmes politiques oligarchiques se sont prolongés jusqu’aux premières décennies du XXème siècle.

10Au cours de cette troisième période, et bien que la plupart des pays du continent — à l’exception de Cuba — soient devenus des Etats indépendants, un énorme changement est intervenu dans l’agriculture de la région sous l’influence de la domination internationale de la Grande-Bretagne, du libre commerce et des nouvelles technologies du transport et des finances.

11De vastes espaces nouveaux jusqu’alors peu développés ou non encore occupés ont alors été incorporés aux territoires agricole et d’élevage ; tel a été le cas de la Pampa argentine, le sud et le centre-sud du Brésil, la côte péruvienne, le centre-sud du Chili, l’Amérique centrale et les Caraïbes (Cuba). D’autre part, le système des grandes propriétés rurales basé sur l’économie de plantation s’est élargi et intensifié au moyen du servage ou d’un travail relativement libre.

12Une “modernisation” agricole très importante a accompagné ces changements. Elle a notamment ouvert la voie à de nouveaux systèmes de transport, de mode de conservation par le froid, mais aussi au développement de nouvelles races d’animaux beaucoup plus productives, de nouvelles cultures et de nouvelles technologies (clôtures en fil de fer, fourrages cultivés, productions agroindustrielles). Cette modernisation peut être considérée comme aussi importante, sinon davantage, que celle qui se vit à l’heure actuelle.

13Enfin, la quatrième période significative dans la formation des systèmes agraires du continent latino-américain nous est contemporaine et a débuté dans les années 1960.

14Cette dernière période est caractérisée par une vigoureuse expansion démographique, une urbanisation accélérée de la population, l’émergence de nouvelles technologies de plus en plus sophistiquées, de nouvelles formes d’organisation du travail et le développement du complexe agro-industriel.

15De nouveaux types d’entreprises agricoles capitalistes apparaissent, cohabitant dans l’espace agraire avec la grande agriculture traditionnelle, toujours présente, — et qui continue de s’élargir (centre-ouest du Brésil, Paraguay et régions amazoniennes de plusieurs pays) — mais aussi avec le maintien d’une très forte économie paysanne.

16Ce sont ces quatre grandes périodes que nous avons tenté d’étudier et de synthétiser dans ce livre, dont nous espérons qu’il pourra être utile aux nouvelles générations qui s’intéressent aux problèmes agraires, à ces nouvelles générations qu’on essaye souvent de convaincre que la seule solution moderne et rationnelle est celle d’un néo-libéralisme effréné qu’on prétend appliquer, qui correspond à une idéologie actuellement en plein essor mais que nous avons déjà bien connue dans le passé.

17Nous ne voudrions pas clore cette brève introduction sans dire nos remerciements les plus chaleureux à la “Fondation pour le Progrès de l’Homme” pour son soutien aux travaux d’élaboration du manuscrit, à Inés Forn - qui a traduit le texte en français -, au “Fondo de Cultura Económica” pour avoir assumé la responsabilité de la publication de l’original en espagnol et à l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine pour la publication de la présente édition française.

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter