Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économies d'Asie et d'Amérique latine : changements de cap

 | 
Gilbert Étienne
, 
Jean Revel-Mouroz

Thaïlande : l'ajustement par le haut

Jean Raphaël Chaponniere et Myren Garin

Note de l’éditeur

CNRS-IREP-D, Recherche en collaboration avec l'ORSTOM.

Texte intégral

1Les évènements tragiques du mois de mai 1992 ont placé la Thaïlande sous le feu des projecteurs. Au pays des Mille Sourires, des appelés ont tiré à bout portant sur des jeunes cadres qui manifestaient leur refus de voir un général imposé à la tête d'un gouvernement issu des élections. De nombreux manifestants avaient déjà vécu, en tant qu'étudiants, la répression sanglante de 1976. L'émergence d'une classe moyenne est en Thaïlande, comme ailleurs en Asie, l'une des principales manifestations sociales de la croissance ; ces cadres formés à l'université, avertis des questions internationales et conscients de leurs droits, aspirent à la démocratie.

  • 2 On recense un général pour 350 hommes de troupes en Thaïlande au lieu de 1 pour 3 à 4000 dans les a (...)

2L'armée est en effet un obstacle majeur sur le chemin de la démocratie. La plupart des Premiers Ministres en sont issus et les militaires estiment disposer d'un droit moral d'ingérence dans les affaires de la Thaïlande. L'armée a toutefois souffert d'un discrédit aux yeux de la population lorsque le roi Bhumibol Adjulyadej, arbitre suprême en dernier recours, a imposé la trêve et la démission du Premier Ministre Suchinda Kraprayoon avant d'intervenir discrètement pour sortir le royaume de l'impasse politique en suggérant la nomination d'un Premier Ministre civil, Anand Panyarachun, qui avait déjà occupé cette fonction depuis le mois de mars 1991. Ce geste a été un camouflet infligé à une armée en quête de légitimité. Après avoir réussi à supprimer la guerilla communiste dans les campagnes, l'armée s'était impliquée dans le développement rural, mais l'effondrement de la menace vietnamienne avait amené à s'interroger sur la justification des moyens qu'elle mobilise et qui offre à ses trop nombreux généraux une forte influence économique2 sur le pays. Cette crise sera peut-être l'une des dernières manifestations de la lutte pour le pouvoir opposant les factions de l'armée depuis 1932. La Thaïlande fête cette année le soixantième anniversaire de la monarchie constitutionnelle ; depuis la fin de l'absolutisme elle a connu une vie politique particulièrement agitée, émaillée d'une cinquantaine de gouvernements et de seize coups d'Etat.

3Alors que l'instabilité politique est partout facteur de désordre, elle coexiste en Thaïlande avec une très grande stabilité économique. C'est l'un des paradoxes les plus surprenants de ce pays, l'un des rares du Tiers Monde à avoir échappé à la colonisation. Après s'être modernisée pour conserver sa souveraineté au 19ème siècle, la Thaïlande a connu depuis 1950 une croissance stable mais un développement déséquilibré. Contrairement à ce que l'on constate dans de nombreux pays en voie de développement, en Thaïlande l'ajustement économique n'a jamais été imposé par l'extérieur, mais il a toujours été le résultat d'une décision interne. Cela commence avec la ratification du traité de Bowring qui a ouvert le Siam au milieu du 19ème siècle.

L'ajustement accepté

  • 3 Le traité autorisait l'entrée d'opium en franchise et prévoyait à l'exportation des droits négociés (...)

4En 1850, trois pays demeuraient fermés aux intérêts occidentaux en Asie : le Japon, la Corée et le Siam. Peuplé par les Thaïs, "Hommes libres" descendus de Chine du Sud qui avaient repoussé les Birmans et les Kmers, le Siam était au 19ème siècle menacé par les Anglais présents sur la péninsule malaise et en Birmanie. Persuadé que seule la modernisation assurerait l'indépendance de son royaume habité par six millions de riziculteurs et une minorité de commerçants chinois, le roi Mongkut (Rama IV) prit l'initiative de signer en 1855 avec Bowring un traité ouvrant son royaume au commerce avec la Grande Bretagne et limitant à 3 % le tarif douanier ad valorem sur les importations3.

5L'économie du royaume s'est ajustée à l'ouverture que celui-ci s'était imposée. Si l'entrée des cotonnades anglaises bon marché a mis en difficulté l'artisanat local, elle a aussi favorisé la monétarisation de l'économie et amené les cultivateurs à défricher de nouvelles terres pour accroître la récolte de riz et transformer le Siam en grenier à riz du Sud-Est Asiatique. L'essor de la riziculture a suscité celui des premières activités industrielles (ateliers de décorticage de riz). En 1913, le roi lancera SIAM CEMENT, première cimenterie du Su-dEst Asiatique et première industrie d'envergure du royaume. La modernisation a attiré des immigrés chinois qui fuyaient la pauvreté. Engagés par le Roi pour travailler dans les grands travaux d'infrastructures, les Chinois sont devenus des artisans et des commerçants entreprenants qui ont dominé le monde des affaires, s'imposant comme intermédiaires ("compradore") obligés des entreprises occidentales. Contrairement à ce que l'on constate ailleurs dans le Sud-Est Asiatique, cette minorité a aussi réussi à se fondre dans la population, dans une société que le bouddhisme rend particulièrement tolérante.

  • 4 Du fait des dispositions prises par le traité de Bowling mais aussi parce qu'il ne pouvait pas comp (...)
  • 5 Diverses sources s'accordent à estimer à 1250 millions de bahts les envois de fonds des Chinois ver (...)

6A la fin du 19ème siècle, certains observateurs estimaient que la modernisation du Siam "progressiste" serait plus rapide que celle du Japon. Ce jugement hâtif faisait peu de cas des différences existantes entre les deux pays et de la tradition très peu interventionniste des monarques siamois. Le Roi disposant de peu de marge de manœuvre pour accroître les ressources de l'Etat4, s'est montré prudent dans ses investissements. En outre, fait aggravant pour le Siam, une partie du surplus privé qui aurait été mobilisable pour sa modernisation, était transférée à l'étranger qu'il s'agisse des remises des immigrés chinois ou des profits rapatriés par les sociétés commerciales étrangères5. La révision du traité commercial en 1926 libéra le Siam, devenu la Thaïlande, de la tutelle étrangère, et à partir de 1932, l'armée a été le promoteur de plusieurs industries, mais ce début d'industrialisation est demeuré modeste.

7En un siècle, la Thaïlande quasi autosuffisante s'est transformée en une économie d'échange insérée dans l'économie mondiale à travers ses exportations de riz, de bois et d'étain. Du fait de cette spécialisation, son économie était constamment contrainte de s'ajuster (Ingram, 1971) aux évolutions des cours mondiaux qui influençaient directement les recettes de l'Etat (l'impôt sur le riz), les revenus des commerçants et les liquidités des cultivateurs, et par voie de conséquence sa capacité d'importation ; ce bouclage, rendu plus facile par les faibles charges supportées par l'Etat (en matière d'endettement et de salaires) assurait la stabilité financière du royaume.

  • 6 Exportations de riz vers la Malaisie et Singapour.

8Jusqu'en 1929 l'empire britannique était le premier fournisseur et le premier débouché6 du Siam (Falkus, 1989), mais à l'occasion de la grande crise, l'influence du Japon s'est accrue et, à la veille de la seconde guerre mondiale, les produits japonais commençaient à s'imposer sur le marché du royaume.

Croissance et stabilité (1950-1975)

9De l'après-guerre et jusqu'au milieu des années soixante-dix, la Thaïlande a connu une "croissance tranquille" qui contrastait avec les soubresauts de sa vie politique. Avec un rythme annuel de croissance de l'ordre de 7 %, elle s'est classée parmi les économies les plus performantes. L'agriculture minifundiaire possède partout dans le Sud-Est Asiatique et selon l'expression de J.L. Maurer, des vertus industrialisantes mais dans le cas de la Thaïlande, elle a aussi contribué aux performances des activités de service grâce à l'essor de ses exportations.

  • 7 En 1991, la Thaïlande a supplanté la Malaysia pour devenir le premier exportateur mondial de caoutc (...)

10L'agriculture a bénéficié d'un rapport hommes/terre favorable : en 1947 il était de 3. 3 hommes par hectare arable au lieu de 8. 3 en Corée. Son développement a été marqué par des augmentations de production et un mouvement de diversification qui a commencé avec l'introduction du jute et du manioc dans les années 60, s'est poursuivi avec celle du maïs et de l'ananas dans les années 70 et a continué avec le succès de l'aviculture, de l'aquaculture et de la culture de l'hévéa7 dans les années quatre-vingt. Ces réussites sont à porter au crédit de l'ingéniosité des négociants Sino-thaïs prompts à repérer des opportunités commerciales mondiales et à inciter financièrement les riziculteurs à se lancer dans de nouvelles spéculations ; l'effet dissuasif de l'impôt imposé sur les exportations de riz (rice premium) a sans doute contribué à les inciter à s'intéresser à d'autres cultures que le riz. Les sociétés de commerce qui canalisaient ces flux d'échanges, mais aussi les banques qui les finançaient, se sont progressivement implantées dans tous les pays du Sud-Est Asiatique.

  • 8 L'essor du marché interieur explique 90 % de l'augmentation de la production industrielle entre 196 (...)
  • 9 Le ratio des tarifs douaniers sur les importations, qui mesure le tarif effectif réel, était en moy (...)
  • 10 Au début des années soixante-dix, six produits primaires (riz, maïs, sucre, manioc, caoutchouc et é (...)

11L'industrialisation a suivi un cheminement classique allant de la valorisation des ressources agricoles et minières au remplacement des importations de biens de consommation non durables et de quelques produits intermédiaires8. La Thaïlande a toutefois évité les écueils qui parsèment ce type de parcours. La protection a augmenté modérément9 et les tarifs douaniers ont été davantage établis pour leur rapport fiscal que pour leur vertu protectionniste. Les effets combinés de la fluidité du marché du travail (migration saisonnière ville-campagne) et du prix modéré des produits agricoles ont permis de retarder l'augmentation des salaires réels urbains dont le niveau n'a jamais été très éloigné de celui des salaires des ouvriers agricoles. Cela explique qu'au début des années soixante-dix, les produits manufacturés assuraient d'ores et déjà 15 % des exportations10.

12La croissance thaïlandaise a été d'autant plus remarquable qu'elle s'est réalisée dans le respect des grands équilibres (Jansen, 1984). L'Etat a joué un rôle effacé et cela explique que le déficit budgétaire se soit maintenu dans des limites raisonnables. Au milieu des années cinquante, pour des raisons qui relevaient davantage de la politique-contrer le dynamisme des entrepreneurs sino-thaïs-que de l'économie, l'Etat a été saisi d'un accès de fièvre interventionniste : il a créé plusieurs monopoles d'Etat et décidé de mesures discriminatoires vis-à-vis des milieux d'affaires sino-thaïs. Ces velléités n'ont cependant pas résisté aux critiques conjuguées des milieux d'affaires et de la Banque Mondiale et, dès le premier plan de développement (1962-1966), l'Etat s'est engagé à ne plus concurrencer le secteur privé tandis que de leur côté les entrepreneurs chinois adoptaient la sage habitude d'accueillir un représentant de l'administration à leur conseil d'administration, jetant ainsi les bases d'une économie de consensus.

13Au cours de ces années, le déficit de la balance commerciale a été en partie compensé par l'excédent du solde des services dégagé grâce aux transferts publics. Dès la fin de la guerre en effet, les Etats-Unis n'avaient pas ménagé leur soutien à la Thaïlande qui, à partir des années soixante, devenait la base arrière de l'armée américaine : l'aide a financé les deux tiers des investissements publics entre 1950 et 1968. Pendant toute cette période le baht a été lié au dollar américain.

L'ajustement différé

14Le premier choc pétrolier a été un coup dur pour la Thaïlande qui importait l'essentiel de ses besoins énergétiques. Le quadruplement du prix du baril n'a pourtant pas contraint le pays à s'ajuster à la nouvelle donne pétrolière car il coïncidait avec l'envolée des cours du riz. Ce boom a fait long feu et, après être passés par un maximum en 1973, les termes de l'échange de la Thaïlande se sont détériorés.

  • 11 La séparation du gaz, vapocracqueur, unité d'aromatique, engrais, méthanol, liquéfaction de gaz, si (...)

15Il n'est pourtant pas question d'ajustement dans le 4ème plan (1976-1981) mais seulement de croissance. La promotion des exportations est évoquée mais, simultanément, l'Etat décidait d'une hausse substantielle des tarifs douaniers et multipliait les exigences de licences d'importation. Pourquoi ce revirement ? Les entreprises créées dans les années soixante étaient devenues suffisamment fortes pour plaider leur cause auprès de l'Etat et faire imposer des hausses de tarifs ou encore des clauses d'intégration nationale (Donner, 1988) qui contribuaient à renforcer la protection du marché national. L'administration mettait en avant le déficit commercial pour justifier ces hausses. A la fin des années 70, la découverte du gaz dans le Golfe du Siam a donné à l'Etat les moyens d'afficher de plus grandes ambitions et plusieurs grands projets11 ont été annoncés pour élargir la base industrielle de la Thaïlande à l'horizon 2000.

  • 12 La Thaïlande est devenue dans les années soixante-dix le troisième investisseur étranger à Hong Kon (...)
  • 13 En 1991, la Thaïlande est ainsi devenue le second exportateur mondial de joaillerie derrière l'Ital (...)

16La politique industrielle devenue davantage protectionniste n'a cependant pas empêché la part des exportations manufacturières de progresser pour représenter le tiers des exportations en 1980. Contrairement à ce que l'on constate dans de nombreux pays en développement, en Thaïlande le succès des industries à l'exportation s'est fait en dépit de la protection tarifaire (Akrasane, 1991). Cette exception à la règle mérite une explication. On ne peut pas attribuer cette évolution à des initiatives étrangères. La Thaïlande ne s'est pas transformée en une base offshore à l'instar de la Malaisie voisine. Du fait des coups d'Etat à répétition et de son voisinage avec le Vietnam, elle était considérée comme un pays à risque, aussi les délocalisations de l'électronique américaine (Chaponnière, 1988) n'ont fait que l'effleurer tandis que de leur côté les entreprises japonaises, moins timorées, se sont installées pour le marché intérieur et non pour exporter. Les grands groupes thaïlandais qui dans les années soixante-dix avaient hésité également à investir12 ont eux aussi privilégié le marché intérieur même si les incitations offertes par le BOI limitaient les effets dissuasifs liés aux protections tarifaires. Mais au-delà de ces raisons macro-économiques, la percée thaïlandaise sur les marchés extérieurs illustre aussi le succès de sa "stratégie de moustique" (Meyer, 1988) qui combine des PMI très flexibles et des sociétés commerciales habiles à découvrir des niches où l'ensemble "prix/qualité/délai" leur permet de s'imposer sans risquer des réactions protectionnistes. Cette stratégie a permis à l'industrie thaïlandaise de percer, par empilage successif, dans le prêt-à-porter, la joaillerie, la taille des pierres précieuses et semi-précieuses, le diamant, les produits plastiques, les mouvements de montre, les jouets13.

17Stimulée par les investissements privés et dopée par une politique budgétaire plus expansionniste, la croissance a continué à un rythme soutenu mais elle est devenue plus inflationniste tandis que le déficit courant s'est aggravé ; l'aide ayant diminué, la Thaïlande s'est endettée auprès des créanciers privés pour la financer.

La stabilisation (1980-1985)

18La Thaïlande était dans une situation particulièrement vulnérable au moment du second choc pétrolier. La récession mondiale, la chute des prix des produits primaires, le niveau élevé des taux d'intérêt et l'appréciation du baht indexé sur le dollar, sont autant de perturbations qui, ensemble, ont représenté un choc extérieur équivalent à 10 pour cent du PNB (Guillouët, 1990).

  • 14 La Thaïlande a bénéficié de deux prêts d'ajustement structurel de la Banque Mondiale au début des a (...)

19La Thaïlande s'est ajustée de façon remarquable et n'a pas eu à rééchelonner sa dette, alors que d'autres pays pourtant moins touchés n'ont pas été en mesure de faire face à leurs échéances. Le cinquième plan (1981-1986) a donné la priorité à l'ajustement structurel14 et les mesures prises ont stabilisé l'économie :

  • La politique très stricte du crédit inspirée par le FMI a freiné les investissements à partir de 1982. Le taux de FBCF sur PIB qui avait atteint 29 % en 1979 a été ramené à 20 % en 1984/85.

  • Bénéficiant d'une certaine marge de manœuvre, la Thaïlande a pu continuer à s'endetter jusqu'en 1983, mais ensuite la Banque de Thaïlande a imposé un plafond d'endettement de 1,2 milliard US$ en 1982/83, réduit à 1 milliard US$ à partir de 1985 et progressivement réévalué pour atteindre 3 milliards de US$ depuis 1990. Du fait de cette austérité, la part des investissements publics dans le PIB a été ramenée de 8,6 % en 1980 à 5,8 % en 1988 et les grands projets industriels et d'infrastructures annoncés à la fin des années soixante-dix ont été ajournés.

    • 15 Ces effets avaient été annulés par le mouvement d'appréciation du dollar américain.
    • 16 Outre le dollar des Etats-Unis et de Hong Kong, celui de Singapour, la livre, le DM, le yen et le r (...)

    La dévaluation de 1981 (8.7 %) n'ayant pas suffi à enrayer la détérioration de la compétitivité des exportations15, le gouvernement a dévalué une nouvelle fois le baht de 14,8 % en novembre 1984 et a adopté un taux de change flottant basé sur un panier de sept devises16. Cette décision s'est révélée cruciale pour l'avenir car elle a permis à la Thaïlande de tirer pleinement parti de la nouvelle donne monétaire après l'accord du Piazza de novembre 1985.

20Grâce à ces mesures, la Thaïlande a retrouvé rapidement une situation équilibrée : le rapport du déficit courant au PIB qui avait atteint 7,5 % en 1983 n'était plus que de 1,5 % en 1986 ; l'inflation était maîtrisée (+1,9 %) de même que l'endettement. Cette stabilisation avait été obtenue au prix d'un ralentissement modéré de la croissance qui a été de 5,1 % par an en moyenne entre 1980 et 1985, une performance perçue comme médiocre dans ce pays habitué à des rythmes plus rapides.

21Pourtant, si la Thaïlande a eu du succès sur le front de la stabilisation, on ne peut pas dire qu'elle ait eu le même succès dans son programme d'ajustement structurel. Restructurer l'industrie a été la mission confiée en 1982 à un Comité interministériel chargé de proposer une baisse progressive des tarifs douaniers, mais les difficultés budgétaires et l'envolée des importations de biens de consommation ont eu raison de cette réforme et ont amené l'Etat à relever de dix points en moyenne les droits de douane (qui représentaient alors près de 20 % des recettes du budget) sur les biens manufacturés. La réforme fiscale qui avait été annoncée également n'a pas été réalisée ; l'introduction de la TVA a été constamment ajournée et le programme évoqué de privatisation n'a pas été mis en œuvre.

L'ajustement par le haut (1985-1992)

22Le sixième plan a commencé sous de bons auspices avec les "trois baisses" : celle du prix du pétrole, celle des taux d'intérêt qui a allégé le service de la dette et a permis le refinancement d'une partie de la dette, et enfin celle du dollar qui, jointe à la dévaluation du baht a renforcé la compétitivité des exportations manufacturières.

23Mais la plus grande surprise est venue de l'Est asiatique. La réévaluation des monnaies a précipité un véritable raz de marée d'investissements étrangers en direction des pays du Sud-Est Asiatique. Les entreprises japonaises ont réagi promptement. Dès l'accord du Piazza, elles ont décidé de délocaliser leurs activités les plus affectées par la hausse du yen (électronique) ; elles ont élu la Thaïlande qu'elles connaissaient bien pour y construire de nouvelles filiales tout en changeant l'orientation de leurs joints ventures qui sont devenues exportatrices (textile et construction automobile). Deux ans plus tard, les mêmes causes produisant les mêmes effets, les entreprises taiwanaises, suivies par celles de Hong Kong et de Corée, ont elles aussi choisi la Thaïlande pour y délocaliser des activités proches du savoir-faire des Thaïlandais (confection, jouets et gadgets divers) ; cette deuxième vague d'investisseurs souhaite réduire les coûts de production mais aussi profiter des préférences tarifaires qu'ils venaient de perdre, et dont la Thaïlande bénéficie encore (Système Généralisé de Préférence).

24Le nombre de projets déposés au Board of Investment (BOI), passage obligé pour les entrepreneurs à la recherche d'incitations, a quadruplé entre la période 1981 - 1985 et 1986 - 1991. Le BOI avait approuvé 148 projets en 1986, mais 750 projets annuels en moyenne entre 1988 et 1990. De son côté, les flux d'investissements directs mesurés par la Banque de Thaïlande ont décuplé pendant la même période. La part de l'investissement dans le PIB est rapidement remontée pour se situer à un niveau comparable à celle de la Corée. Les investissements ont changé d'orientation. Alors que jusque dans les années 85, ils s'inscrivaient dans une optique de substitution aux importations, à partir de 1986, ils étaient pour la plupart orientés à l'exportation. Ce changement, mais aussi l'amélioration de la compétitivité des produits "made in Thailand" ont expliqué le quadruplement des exportations manufacturières entre 1986 et 1991 : elles représentent les deux tiers des exportations au lieu d'un tiers au début des années quatre-vingt. Cet essor prodigieux a élargi le marché des industries en amont et offert une rentabilité aux projets qui avaient été abandonnés au milieu des années quatre-vingt (pétrochimie et sidérurgie).

  • 17 Parmi les améliorations : le fonctionnement du port de Klongtoey, la mise en service de Laem Chaban (...)

25Au fil des mois, la Thaïlande est devenue victime de son succès. Les goulets d'étranglement se sont multipliés : routes encombrées, ports engorgés, téléphones occupés, zones industrielles saturées... toutes ces insuffisances étaient le prix à payer pour la prudence financière des années précédentes17. Les entreprises étrangères qui ne partageaient pas toutes le flegme thaïlandais ont hésité devant ces difficultés, et en 1991, le nombre des projets approuvés par le BOI s'est effondré (-64 %) et cette tendance s'est poursuivie au cours des premiers mois de 1992.

26Seule ombre au tableau macro-économique, la détérioration du déficit des paiements courants, passant de l'équivalent de 1 % du PIB en 1987 à 8 % en 1991 du fait de l'entrée massive de biens d'équipement. Ce déficit ne pose pas les mêmes problèmes qu'il y a dix ans car il est financé par des investissements directs. La balance globale est devenue excédentaire, les réserves ont gonflé et la dette publique n'est plus une contrainte.

  • 18 En 1989, la Banque de Thaïlande estimait les recettes du tourisme à 8. 5 % du PIB -et à plus de 10  (...)

27Tirée par l'investissement et l'exportation, la croissance s'est emballée. En 1987, les fêtes du soixantième anniversaire du roi Bhumipol le grand, ont été l'occasion d'orchestrer une campagne publicitaire du royaume sur le thème de la reprise. A partir de 1988 le succès touristique (53 millions de touristes en 199018) a coïncidé avec l'entrée de la Thaïlande dans le club fermé des pays à croissance à deux chiffres (13 % en 1988, 12 en 1989, 10 en 1990 et 8 % en 1991). L'arrivée au pouvoir d'un premier ministre élu, Chatichai, premier parlementaire à occuper cette fonction depuis 1976, semblait annoncer l'instauration d'une démocratie parlementaire dans ce pays que les médias avaient décoré du titre de "Cinquième Dragon". C'était oublier que l'armée est une donnée intrinsèque du paysage politique et économique thaïlandais...

  • 19 Elle ramène la moyenne pondérée des droits de 13 % (1986) à 11,4 % (1990) et diminue de 5 % la plup (...)

28Cette embellie ayant rempli les caisses, l'Etat a eu les moyens de mettre en chantier des réformes structurelles. Une loi a légèrement diminué les tarifs douaniers19 sans toucher les activités les plus protégées et les mieux défendues mais la plupart des réformes évoquées depuis le début des années quatre-vingt n'ont pas abouti devant l'opposition des parlementaires, porte-paroles des lobbys : c'est le cas de la réforme de la propriété intellectuelle, mais aussi de l'introduction de la TVA ou de la tentative de privatisation partielle des entreprises d'Etat.

  • 20 Nord Sud Export : autopsie d'un coup d'Etat, 11 Mars 1991.

29En proposant de se rapprocher des pays indochinois, et de transformer "cette zone de guerre en une zone de marché", le Premier Ministre Chatichai a remis en cause une des raisons d'être de l'armée et la justification de ses moyens matériels20. Cette proposition à laquelle s'ajoutait le programme de privatisation des entreprises d'Etat - chasses gardées des généraux - a précipité le coup d'Etat de février 1991 ; les militaires ont renversé le gouvernement qu'ils accusaient de corruption (un reproche qui, venant de l'armée, prête à sourire). Ayant promis des élections, ils confièrent l'intérim de Premier Ministre à un civil respecté, Anand Panyarachun, ancien diplomate, président de Saha Union et de la Fédération des Industries de Thaïlande. Mais, et cela était probablement inattendu, l'intérimaire a fait du zèle. Il était "en phase" avec la politique économique de l'équipe précédente dont il partageait le souci de libéralisation. Ce technocrate au-dessus de tout soupçon ayant réussi à accommoder les généraux et n'ayant aucun compte à rendre à l'Assemblée, fait aboutir en quelques mois bon nombre de réformes qui sommeillaient depuis plusieurs années dans les cartons de l'administration :

    • 21 Les deux entreprises qui posent problème sont le STATE RAILWAY of THAILAND et le BANGKOK MASS TRANS (...)

    La dissolution des syndicats dans les entreprises d'Etat a levé l'obstacle principal à la privatisation. Le secteur public occupe une place modeste dans l'économie (11 % de l'investissement, 5,4 % du PIB et 12 % des emplois non agricoles) et les 41 entreprises d'Etat21 ne peuvent pas être considérées comme un boulet pour les finances publiques (elles dégagent globalement un bénéfice avant impôt) mais elles ne disposent ni des moyens financiers ni des moyens humains nécessaires pour mettre en œuvre le programme de mise à niveau des infrastructures qui, évalué à 35 milliards de dollars, exigerait qu'elles y consacrent la moitié de leur chiffre d'affaires chaque année. Le plan de privatisation soumis en 1992 par le NESDB envisage la vente d'industries produisant pour l'armée (tannerie, verrerie, papier et verre), des mesures d'amélioration de leur gestion et une réglementation favorisant les contrats en BOT (Build Operate Transfer).

  • L'introduction de la TVA, en discussion depuis plus de cinq ans, est chose faite depuis janvier 1992. Elle remplace la taxe sur le chiffre d'affaires (la business tax), un impôt peu performant du fait de l'évasion fiscale et dont les effets en cascade finissaient par augmenter les prix jusqu'à 40 %.

    • 22 Les importations de pièces et composants (CKD) étaient assujetties à un tarif moyen de 112 % et les (...)
    • 23 Le nouveau tarif a été fixé à 60 % (ramené à 42 % au mois de janvier 1992) pour les véhicules de mo (...)
    • 24 Les constructeurs japonais, à commencer par Toyota, ont décidé de faire de la Thaïlande leur base d (...)

    La baisse drastique des tarifs douaniers sur les automobiles a été une des décisions les plus spectaculaires du gouvernement. Avec une protection effective de 450 %22, qui permettait à une douzaine de constructeurs peu efficaces de bien vivre sur un petit marché, la construction automobile était le secteur le plus protégé de l'industrie. Un programme de restructuration déjà envisagé par le NESDB au début des années quatre-vingt (Donner, 1988), s'était heurté au lobby puissant des constructeurs. Le nouveau gouvernement a imposé une réduction des tarifs23 qui a fait disparaître des rentes de situation d'autant moins acceptables que le marché local s'était envolé (+40 % par an entre 1987 et 1990) et que l'industrie avait commencé à donner des preuves de sa compétitivité sur les marchés extérieurs24 D'autres baisses de tarifs ont concerné les biens d'équipement-de 30 % à 5 %-et les équipements informatiques.

    • 25 Avec avis obligatoire d'un consultant extérieur pour les projets supérieurs à 200 millions de US$ a (...)

    Enfin une réforme de procédure est venue améliorer les conditions de passation des grands marchés pour y introduire une plus grande transparence. Chaque grand contrat public est source de corruption et l'absence de coordination entre les différents ministères ralentit de façon considérable les prises de décisions. Désormais le NESDB (National Economic and Social Development Board) sera seul habilité à fournir un visa de faisabilité pour les projets d'un montant supérieur à 40 millions de US$ à parité avec le Ministère des Finances avant un premier examen par le Cabinet25.

30L'ensemble de ces réformes a représenté un manque à gagner équivalent à 7 % des ressources budgétaires, une ponction tout à fait supportable par le budget en excédent depuis 1988.

Les chantiers qui n'ont pas été abordés

31Parmi les réformes qui restent à entreprendre il y a la réforme fiscale, celle de la protection et du respect de la propriété intellectuelle.

32La réforme de la TVA a été un premier pas vers une réforme fiscale. Les tarifs douaniers assurent encore 22 % des ressources budgétaires. Le prélèvement sur la tranche maximum est de 65 % mais cela n'est guère significatif du fait des multiples exonérations et de l'évasion fiscale : quatre millions de personnes sont imposées et 1 % des entreprises assurent les trois quarts du montant total des taxes sur les bénéfices commerciaux. L'Etat doit trouver de nouveaux gisements fiscaux, car cette fiscalité obsolète l'amène à prendre des décisions allant à rencontre des politiques économiques souhaitées.

  • 26 La Thaïlande pratique peu les contingentements et une centaine de produits seulement (soit 8 %) son (...)
  • 27 Selon la réforme étudiée le tarif maximum serait ramené à 30 % ou 20 % et il y aurait six ou quatre (...)

33La Thaïlande importe deux fois plus que l'ensemble des pays du Maghreb et les entreprises étrangères découvrent que le marché thaïlandais est très protégé. La moyenne pondérée des droits effectivement appliqués est relativement faible (11,5 %) mais le régime tarifaire est caractérisé par une très forte dispersion avec des "crêtes tarifaires" allant jusqu'à 231 pour cent26 (GATT 1992). Ce régime favorise l'arbitraire : les importations sont parfois assujetties à des droits alternatifs, le droit ad valorem n'étant appliqué que s'il est plus élevé que le droit spécifique... et dans certains cas le Directeur des Douanes est autorisé à fixer arbitrairement le prix d'importation27.

  • 28 Les ventes de médicaments copiés étaient considérées comme légales par l'administration de la santé
  • 29 Jusqu'en 1991, les copieurs de marques déposées étaient menacés d'une amende de 500 FF seulement ; (...)

34Imposer un plus grand respect de la propriété intellectuelle sera une réforme délicate à mener car elle met directement en cause les intérêts de groupes influents. En 1985 le gouvernement de Prem avait passé une loi prévoyant d'introduire "aussi vite que possible" une législation sur le dépôt de marques et des discussions sur la propriété intellectuelle dans l'industrie pharmaceutique,28 et deux ans plus tard le gouvernement avait failli être renversé à cause de cette question. Au mois d'avril 1991, les pénalités prévues par la loi thaïlandaise (qui date de 1931) ont été révisées dans un sens plus contraignant29.

  • 30 La BANGKOK BANK 602 milliards d'actifs-est la première banque du Sud-Est Asiatique, la quatrième, l (...)
  • 31 La capitalisation boursière est de 9.4 milliards US$ et 121 sociétés thaïlandaises sont cotées : le (...)

35Autre réforme souhaitable, celle du secteur financier. La Thaïlande a besoin d'un secteur bancaire plus entreprenant qui puisse financer la transition d'une économie agricole vers une économie industrielle. Les banques thaïlandaises30 figurent parmi les plus dynamiques d'Asie et sont restées protégées de la concurrence. Les quatorze banques étrangères qui ne sont pas autorisées à avoir plus de deux guichets représentent 4 % du bilan consolidé et le "prime rate" à 12 % est l'un des plus élevé d'Asie en terme réel. La Bourse31 est ouverte aux investisseurs étrangers depuis 1985.

Au-delà des réformes, des déséquilibres inquiétants

36Les revendications politiques ne suffisent pas à expliquer les événements du mois de mai 1992 : cette crise sanctionne aussi les déséquilibres graves et persistants qui caractérisent la croissance thaïlandaise.

    • 32 Le coefficient de Gini était de 0.41 en 1960 (0.44 à Taïwan) en 1960, puis de 0.44 en 1970 (0.29 à (...)

    Au début des années soixante, la distribution des revenus en Thaïlande était comparable à celle de Taïwan32 mais au fil des ans les inégalités se sont renforcées. Entre 1975 et 1986, la part du PIB allant au quintile le plus riche s'est accrue de plus de cinq points (de 49,3 % à 54,6 %) alors que le quintile le plus pauvre voyait sa part se réduire de 6,1 % à 4,6 % ; la proportion de pauvres, notamment en zones rurales, a fortement augmenté et on estimait en 1989 que l'incidence de la pauvreté était plus importante qu'en 1981 (Husaterani, 1990). La distribution des revenus se rapproche de celle constatée aux Philippines mais ce jugement doit être tempéré, en rappelant qu'en Thaïlande "le gâteau grossit" beaucoup plus rapidement. Ces disparités reflètent les déséquilibres régionaux et la faible productivité de l'agriculture.

    • 33 La presse occidentale évoque le chiffre de 1 million de jeunes filles prostituées (auquel on ajoute (...)

    Alors que Bangkok et la région centrale, soit 27 % de la population, ont un revenu per capita moyen équivalent à celui de la Corée, les provinces du Nord-Est et du Nord sont plus proches de l'Indonésie. Ce déséquilibre n'est d'ailleurs pas étranger à l'essor de la prostitution ; les jeunes filles originaires des provinces défavorisées sont parfois vendues par leurs parents aux salons de massage de la capitale33.

  • En Thaïlande, près de 60 % de la population active "produit" 12 % du PIB (1990). Cette mesure grossière traduit la sous-productivité de l'agriculture dont la croissance, qui demeure élevée (4,1 % dans les années 80 au lieu de 4,6 % entre 1965 et 1980), s'est réalisée selon un mode extensif basé sur la mise en valeur progressive des forêts et des terres non défrichées (Garin M., 1988). D'une manière générale, la Thaïlande est en passe d'atteindre le point où les cultivateurs commencent à mettre en œuvre des formes d'intensification qui permettent une augmentation des rendements par hectare.

37Ce bilan souffre d'un excès de dualisme. L'industrie agro-alimentaire entraîne les agriculteurs et leur offre des revenus "off farm". Selon les résultats d'études menées par la Banque Mondiale, l'emploi agricole est moins élevé que les statistiques officielles ne l'indiquent : un peu moins de la moitié des Thaïlandais travailleraient dans l'agriculture, la différence s'expliquant par une mauvaise appréciation de l'impact des migrations saisonnières en provenance du Nord-Est pendant la saison sèche. On ne retrouve pas les déséquilibres mesurés en terme de revenus si l'on s'intéresse aux indicateurs sociaux des villes et des campagnes : accès à l'eau potable, accès au soins, mortalité infantile (tombée de 140 à 35 pour 1000 naissances entre 1960 et 1990). On constate d'ailleurs que le rang de la Thaïlande dans le monde progresse de 22 places lorsque au lieu de s'intéresser aux critères de PNB per capita on considère le classement en termes d'indicateurs sociaux proposé par les Nations Unies.

Conclusion : stabilisation, réforme structurelle et rôle de l'Etat

38Comment expliquer qu'une croissance aussi rapide se soit faite dans le respect des grands équilibres dans un pays pourtant caractérisé par une très forte instabilité politique ? Pour élucider ce paradoxe, il faut tenir compte de la permanence des institutions. Du point de vue de la vie politique, il y a bien sûr le respect envers une monarchie et la dynastie Chakri qui règne depuis 1782. Du point de vue de l'économie, il faut remarquer que même si les gouvernements n'ont été qu'exceptionnellement dirigés par des hommes ayant une forte personnalité, ils ont toujours pu s'appuyer sur des technocrates compétents issus d'une administration pouvant se prévaloir d'une longue tradition. Cette technocratie cogère le pouvoir économique avec ceux qui détiennent de façon temporaire le pouvoir politique et ses hauts lieux en sont le NESDB (National Economic and Social Development Board) et la Banque de Thaïlande (BOT). LE NESDB a une fonction de garde-fou plutôt que d'incitateur, et la Banque de Thaïlande jouit d'un prestige important qu'elle a su cultiver. Indépendante depuis les années 60, elle a mis au point dès cette époque un système de bourses à l'étranger pour des stagiaires recrutés sur leur seul mérite, ce qui lui a permis de recruter les meilleurs économistes du pays. Ces technocrates ont été les meilleurs défenseurs de la stabilité économique ; une hausse des prix dépassant les 5 % par an a constitué un seuil d'alerte pour la BOT.

39La Thaïlande, qui a su faire preuve d'une capacité étonnante de gestion économique, a par contre eu beaucoup de difficultés pour mettre en œuvre des réformes structurelles, difficultés en tout point comparables à celles que rencontrent d'autres pays en voie de développement sous d'autres cieux... à ceci près qu'en Thaïlande, comme ailleurs en Asie, la croissance vigoureuse de ces dernières années a offert la possibilité d'un ajustement par le haut. Ces pays n'ont pas à imposer des remèdes de cheval à des économies en difficulté avec le risque de tuer le patient que l'on cherche à guérir.

40Suffira-t-il à la Thaïlande d'avoir un Etat bon gestionnaire pour résoudre les déséquilibres que l'on a décrit et pour relever les défis majeurs que seront la réforme de son système éducatif et la défense de l'environnement ?

  • 34 Il faut aussi tenir compte des efforts de planning familiaux : le taux de fertilité est tombée de 6 (...)
  • 35 Le salaire d'un ingénieur thaïlandais est aujourd'hui très proche de celui d'un ingénieur malaisien

41Le haut niveau de l'éducation a été une composante du succès économique des NPI. Sur ce point la Thaïlande a beaucoup de retard sur l'Est et le Sud-Est Asiatique. L'alphabétisation est générale et elle concerne autant les garçons que les filles, ce qui a favorisé la baisse de la fécondité34 mais cela ne suffit pas pour aborder de nouvelles étapes de développement. Seuls 28 % des enfants de la classe d'âge correspondante sont scolarisés au niveau secondaire, c'est-à-dire un pourcentage plus faible qu'en Indonésie : la Thaïlande a sur ce point vingt cinq années de retard sur Taïwan. Au-delà, la situation est préoccupante. En 1990, on recensait 120 000 Thaïlandais détenteurs d'un diplôme égal ou supérieur au bac "plus trois", soit une proportion de la population de 20 par 10 000 (122 pour 10 000 en Corée). Les universités ont délivré 6 300 diplômes scientifiques en 1990, et la demande qui dépasse déjà les 7 000 diplômés doublera d'ici 1996. Il en résulte une hémorragie de cadres qui fuient l'administration pour se faire embaucher par le secteur privé, et une envolée des salaires des cadres35.

  • 36 L'utilisation de véhicules personnels est supérieure à Bangkok (33 % des moyens de transport utilis (...)
  • 37 La seconde agglomération du pays, Chieng Mai, est quinze fois moins peuplée.

42Après plus de quarante années de laisser-faire, la Thaïlande est malade du point de vue de son environnement. La forêt qui couvrait la moitié du territoire au début des années soixante n'en occupe plus que 29 % aujourd'hui, et la déforestation se poursuit aux frontières où les militaires ferment les yeux (et ouvrent leurs poches) devant les coupes sauvages. Les forestiers ne se soucient guère du renouvellement des forêts (la durée des concessions est de 15 à 30 ans) et acceptent que des squatters illégaux pratiquent une culture sur brûlis sans dispenser un minimum d'entretien de la fertilité du sol. A Bangkok, "on pourrait développer un film photographique dans la Chao Praya river" et l'air ne vaut guère mieux que 1'eau du fleuve du fait du développement anarchique du parc automobile36. Dans les conditions de centralisation de la Thaïlande, la poursuite des tendances passées conduit à un scénario de l'impossible" avec une capitale démesurée37 qui dépasserait les 20 millions d'habitants dans une dizaine d'année soit le quart de la population au lieu de 13 % actuellement.

  • 38 Un Etat programmateur, producteur, protecteur et promoteur.
  • 39 On le constate avec la construction par un promoteur sino-thai d'une nouvelle ville au Nord de Bang (...)

43La Thaïlande du début des années quatre-vingt-dix est, du point de vue macroéconomique, comparable à la Corée de 1970, mais l'Etat thaïlandais n'a pas eu jusqu'à présent les vertus de l'Etat "pro"38 (Sautter 1988) qui a été décrit à propos du Japon ou des NPI d'Asie. Elle a cependant en commun avec le Japon d'avoir une administration de taille modeste et des groupes financiers et industriels très entreprenants. Si l'hypothèque militaire est levée, la poursuite attendue de la croissance et la transition vers la démocratie donneront peut-être à la Thaïlande les moyens de relever les défis qui ont été décrits, qu'il s'agisse de la défense de l'environnement, qui mobilise déjà des groupes très actifs ou comme c'est déjà le cas aujourd'hui39 de l'urbanisme. Les cadres qui se révoltent ne rêvent pas de devenir fonctionnaires et de s'insérer dans un modèle redistributif mais de lancer leurs affaires.

44Ces initiatives privées pourraient être en mesure de pallier les déficiences de l'Etat et démentir les prévisions des Cassandres. La Thaïlande pourrait alors pleinement profiter des opportunités qui se présentent à ses marches avec l'envol attendu de l'économie vietnamienne qui rejoindra un jour le "vol des oies sauvages" caractéristique des économies d'Asie Pacifique.

Bibliographie

Bibliographie

AKRASANEE,.N., DAPICE D., FLATTERS F., Thailand's Export-Led Growth, Retrospect and Prospects, Thailand Development Research Institute Policy Study n° 3, Bangkok, 1991.

BRADFORD, C., BRANSON W.(Ed), Trade and Structural Change in Pacific Asia, University of Chicago Press, Chicago, 1987.

CHAPONNIERE, J.R., "Le circuit intégré du Sud-Est Asiatique" in J.L. Maurer, P. Régnier (ed) La Nouvelle Asie Industrielle, enjeux, stratégies et perspectives, PUF, Genève, 1988, pp 179-185.

DONNER, R. F., "Weak State, Strong Country ? The Thai Automobile Industry", Third World Quarterly, volume 10, n° 4, 1988

FALKUS, M., "Early British Business in Thailand" in RPT Daventport-Hines et Geoffrey Jones, British Business in Asia, 1989.

GARIN, M., "Thaïlande, un cinquième tigre asiatique" in J.L. Maurer, P. Régnier (ed) La Nouvelle Asie Industrielle, enjeux, stratégies et perspectives, PUF, Genève, 1988, pp 63-71.

GATT, Examen des politiques commerciales, Thaïlande, Genève, 1991.

GUILLOÜET, Α., La péninsule dorée, Paris, Centre Français du Commerce Extérieur, 1990.

HUSATERANI, S., "The Trends of Income Inequality and Poverty and a Profile of the Urban Poor in Thailand", Thailand Development Research Institute Quaterly Review, Volume 5 n° 4, 1990.

INGRAM, J. C., Economic Change in Thailand : 1850-1950, Standford University Press, 1971.

JANSEN, K., "Stability and Stabilisation in Thailand", Institute of Social Studies, Working Papers, November 1984.

MEYER, W., "Thailand, the Elephant in the Dragon's Shade," Workshop International Trade and Financial Markets, Modern Asia Center, Genève, Mai, 1988.

SAUTTER, C., Un Etat "pro" du développement : le Japon, in Etat et Marché en Asie du Sud-Est et Orientale, Cahiers IREPD développement, n° 13, 1988.

Annexes

Annexes

Structure du PIB (1970 - 1991)

Structure du PIB (1970 - 1991)

Structure de l'emploi (1973 - 1991) en millions et en pourcent

Structure de l'emploi (1973 - 1991) en millions et en pourcent

Croissance annuelle moyenne selon les secteurs (en pourcentage, mesuré en prix constant 1972)

Croissance annuelle moyenne selon les secteurs (en pourcentage, mesuré en prix constant 1972)

Croissance annuelle moyenne selon les principales composantes (en pourcentage, mesuré en prix constant 1972)

Croissance annuelle moyenne selon les principales composantes (en pourcentage, mesuré en prix constant 1972)

Source : National Economie and Social Development Board (NESDB)

Balance des paiements et endettement (1970 - 1991), en US$ milliards

Balance des paiements et endettement (1970 - 1991), en US$ milliards

*1990.
Source : Bank of Thailand

Structure des exportations (en pourcentage) et termes d'échange

Structure des exportations (en pourcentage) et termes d'échange

Source : NESDB

Investissements approuvés par le Board of Investment

Investissements approuvés par le Board of Investment

Source : BOI

Indicateurs des évolutions structurelles en pourcentage du PIB (moyenne)

Indicateurs des évolutions structurelles en pourcentage du PIB (moyenne)

Source : NESDB

Notes

2 On recense un général pour 350 hommes de troupes en Thaïlande au lieu de 1 pour 3 à 4000 dans les armées occidentales. L'armée contrôle directement des moyens de communication (radio et télévision) mais aussi des grandes entreprises (la Thai Military Bank mais aussi Thai International).

3 Le traité autorisait l'entrée d'opium en franchise et prévoyait à l'exportation des droits négociés entre les deux parties. Un traité analogue a ensuite été signé avec les autres puissances occidentales.

4 Du fait des dispositions prises par le traité de Bowling mais aussi parce qu'il ne pouvait pas compter sur les revenus des Etats du Nord (exportateurs de bois de teck) et du Sud (exportateurs d'étain) qui étaient mobilisés par les autorités locales.

5 Diverses sources s'accordent à estimer à 1250 millions de bahts les envois de fonds des Chinois vers leur pays d'origine entre 1892 et 1941, soit plus de trois fois le montant des dépenses du gouvernement-380 millions de bahts, y compris celles financées par des emprunts étrangers-au cours de la même période. Les rapatriements des profits des sociétés occidentales ont pu être estimés quant à eux à 7 millions de bahts en 1914 et à 20 millions de bahts en 1938 (Ingram, 1971).

6 Exportations de riz vers la Malaisie et Singapour.

7 En 1991, la Thaïlande a supplanté la Malaysia pour devenir le premier exportateur mondial de caoutchouc.

8 L'essor du marché interieur explique 90 % de l'augmentation de la production industrielle entre 1960 et 1975.

9 Le ratio des tarifs douaniers sur les importations, qui mesure le tarif effectif réel, était en moyenne de 21 pour cent dans les années soixante.

10 Au début des années soixante-dix, six produits primaires (riz, maïs, sucre, manioc, caoutchouc et étain) assuraient près des deux tiers des exportations.

11 La séparation du gaz, vapocracqueur, unité d'aromatique, engrais, méthanol, liquéfaction de gaz, sidérurgie intégrée etc..

12 La Thaïlande est devenue dans les années soixante-dix le troisième investisseur étranger à Hong Kong. (Far Eastern Economic Review, 23 Juin 1976, p. 11).

13 En 1991, la Thaïlande est ainsi devenue le second exportateur mondial de joaillerie derrière l'Italie, le second exportateur de pierres précieuses derrière l’Inde, un centre reconnu pour le diamant.

14 La Thaïlande a bénéficié de deux prêts d'ajustement structurel de la Banque Mondiale au début des années quatre-vingt.

15 Ces effets avaient été annulés par le mouvement d'appréciation du dollar américain.

16 Outre le dollar des Etats-Unis et de Hong Kong, celui de Singapour, la livre, le DM, le yen et le ringgit.

17 Parmi les améliorations : le fonctionnement du port de Klongtoey, la mise en service de Laem Chabang (à 100 km au Sud-Est de Bangkok) et la mise à contribution du port militaire de Sattahip (et de l'aéroport d'Utapayo).

18 En 1989, la Banque de Thaïlande estimait les recettes du tourisme à 8. 5 % du PIB -et à plus de 10 % en tenant compte des effets indirects. Le tourisme assure 3 millions d'emplois à temps plein -soit légèrement moins que le secteur manufacturier (3. 3 millions).

19 Elle ramène la moyenne pondérée des droits de 13 % (1986) à 11,4 % (1990) et diminue de 5 % la plupart des tarifs.

20 Nord Sud Export : autopsie d'un coup d'Etat, 11 Mars 1991.

21 Les deux entreprises qui posent problème sont le STATE RAILWAY of THAILAND et le BANGKOK MASS TRANSIT AUTHORITY. Ce dernier, qui n'a pas été autorisé à augmenter ses tarifs depuis plusieurs années, n'a pas les moyens de moderniser son parc.

22 Les importations de pièces et composants (CKD) étaient assujetties à un tarif moyen de 112 % et les tarifs sur les véhicules montés (CBU) étaient compris entre 180 % et 300 %. Cette progressivité des taux offrent aux producteurs un taux de protection effectif de 450 %, un taux qui signifie qu'un constructeur efficace est en mesure de fixer un prix lui assurant un bénéfice équivalent à 450 % des coûts d'assemblage.

23 Le nouveau tarif a été fixé à 60 % (ramené à 42 % au mois de janvier 1992) pour les véhicules de moins de 2,3 litres et 68. 5 % pour les plus grosses cylindrées.

24 Les constructeurs japonais, à commencer par Toyota, ont décidé de faire de la Thaïlande leur base de réexportations de pick-ups. Un contrat prévoit l'exportation de 100 000 véhicules dans les cinq années à venir.

25 Avec avis obligatoire d'un consultant extérieur pour les projets supérieurs à 200 millions de US$ afin d'arrêter les termes techniques de l'appel d'offres.

26 La Thaïlande pratique peu les contingentements et une centaine de produits seulement (soit 8 %) sont soumis à un régime de monopoles d'importation (productions des entreprises d'Etat : cartes à jouer, certains alliages et les cigarettes... dont le régime d'importation vient d'être libéralisé sous la pression américaine).

27 Selon la réforme étudiée le tarif maximum serait ramené à 30 % ou 20 % et il y aurait six ou quatre niveaux de tarifs (0 pour les matières premières non produites localement et les équipements médicaux, 5 % sur les autres matières premières, 10 % sur les produits semi-finis et 20 ou 30 % sur les produits finis).

28 Les ventes de médicaments copiés étaient considérées comme légales par l'administration de la santé.

29 Jusqu'en 1991, les copieurs de marques déposées étaient menacés d'une amende de 500 FF seulement ; désormais la sanction est de quatre années de prison et/ou 100 000 FF d'amende.

30 La BANGKOK BANK 602 milliards d'actifs-est la première banque du Sud-Est Asiatique, la quatrième, la SIAM COMMERCIAL BANK -232 milliards d'actifs en 1991- la plus ancienne, est la propriété de la Couronne.

31 La capitalisation boursière est de 9.4 milliards US$ et 121 sociétés thaïlandaises sont cotées : les dix premières entreprises cotées représentent 35 % de la capitalisation.

32 Le coefficient de Gini était de 0.41 en 1960 (0.44 à Taïwan) en 1960, puis de 0.44 en 1970 (0.29 à Taïwan) et 0.45 en 1980.

33 La presse occidentale évoque le chiffre de 1 million de jeunes filles prostituées (auquel on ajoute parfois le chiffre de 800 000 jeunes garçons). Ces évaluations sont sans doute exagérées : la Croix Rouge évalue plus prudemment ce nombre à 200 000 soit 2,4 % de la classe d'âge des jeunes filles de 15-29 ans... et non 12,5 % comme les évaluations précédentes le laisseraient entendre. La prostitution est une activité "domestique" avant d'être un article d'exportation et c'est pourquoi le développement du SIDA prend une allure aussi inquiétante. D'après des projections du Thailand Development Research Institute, entre 1 et 2 millions de personnes (chiffres cumulés) pourraient être séropositives d'ici l'an 2000, et entre 200 et 300 000 adultes pourraient mourir des conséquences du SIDA pendant la même période.

34 Il faut aussi tenir compte des efforts de planning familiaux : le taux de fertilité est tombée de 6. 3 enfants par femme en 1960 à 2. 1 en 1990.

35 Le salaire d'un ingénieur thaïlandais est aujourd'hui très proche de celui d'un ingénieur malaisien.

36 L'utilisation de véhicules personnels est supérieure à Bangkok (33 % des moyens de transport utilisés) qu'à Singapour (27 %) ou qu'à Hong Kong (15 %), Asian Energy Janvier 1992.

37 La seconde agglomération du pays, Chieng Mai, est quinze fois moins peuplée.

38 Un Etat programmateur, producteur, protecteur et promoteur.

39 On le constate avec la construction par un promoteur sino-thai d'une nouvelle ville au Nord de Bangkok, Le Monde : "du bidonville à la Cité dorée", 2 Juin 1992.

Table des illustrations

Titre Structure du PIB (1970 - 1991)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Structure de l'emploi (1973 - 1991) en millions et en pourcent
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Croissance annuelle moyenne selon les secteurs (en pourcentage, mesuré en prix constant 1972)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Croissance annuelle moyenne selon les principales composantes (en pourcentage, mesuré en prix constant 1972)
Légende Source : National Economie and Social Development Board (NESDB)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Balance des paiements et endettement (1970 - 1991), en US$ milliards
Légende *1990.Source : Bank of Thailand
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Structure des exportations (en pourcentage) et termes d'échange
Légende Source : NESDB
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Investissements approuvés par le Board of Investment
Légende Source : BOI
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Indicateurs des évolutions structurelles en pourcentage du PIB (moyenne)
Légende Source : NESDB
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/3048/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

Auteurs

Ingénieur de recherches au CNRS (France), Directeur du Centre Asie. Institut de Recherche sur l'Economie, la Production et le Développement (IREP-D), Université de Grenoble

Attachée de recherches, Centre Asie, IREP-D, Université de Grenoble

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter