Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Les perspectives de l'urbain

Réflexions sur les villes

Hélène Rivière d’Arc

Texte intégral

  • 1 1/4 des Brésiliens vivaient en 1980 dans les 7 plus grandes villes du pays, ce qui conduit les démo (...)
  • 2 Certains affirment que la moitié de l’espace urbain relève de l’auto-construction au moins dans cer (...)

1Au-delà d’un certain nombre de constats aujourd’hui devenus des évidences : une urbanisation accélérée et une concentration dans les grandes villes1 dont on prévoit que le rythme de croissance restera très fort (une moyenne de 3 % à l’an), une extension spatiale liée aux formes d’urbanisation périphérique en auto-construction peu ou pas contrôlée2, et du fait même que ces phénomènes sont devenus incontournables, on voit la problématique urbaine éclater.

2Du point de vue de la recherche, comment croiser les problématiques qui ont pour objet des phénomènes liés à l’urbanisation et à la citadinité ? Du point de vue de ceux qui interviennent sur la planification ou la politique urbaine, comment tenir compte à la fois des connaissances et des contraintes auxquelles soumet cette accélération ?

3Préjuger de l’avenir signifie prendre en compte chacun des paradigmes que chaque approche, spécialité ou discipline a dégagé. Cela peut signifier aussi une entrée (par exemple la dynamique des organisations populaires), et essayer de montrer ses relations avec les autres objets (habitat, transports, introduction de technologies, exclusion, démocratie, etc..).

4Enfin, cela peut aussi vouloir dire faire un choix parmi les différentes approches scientifiques du phénomène de l’urbanisation pendant les vingt dernières années et voir dans quelle mesure elles peuvent aider à dégager des tendances. En Amérique Latine, et notamment au Brésil, deux approches ont, semble-t-il, dominé :

  • l’approche en termes d’urbanisation dépendante d’une part, qui devait aboutir, à plus ou moins longue échéance, au scénario selon lequel, s’il n’y avait pas un changement radical du système économique et social, les problèmes ne feraient qu’empirer ;

  • l’approche en termes de modernisation et de modernité, qui reconnait en même temps que celle-ci n’est pas linéaire et a lieu dans le cadre d’une dynamique extrêmement contradictoire sur le plan spatial etc.

5Mais beaucoup de chercheurs, pendant les années quatre-vingt, ont oscillé entre les deux approches, reprenant des éléments de chacune d’entre elles, et plus particulièrement ceux qui ont mis l’accent sur les luttes urbaines comme révélateur d’un désir d’intégration, ou comme potentiel de radicalité pour changer la société (vers le socialisme ou vers un retour à des valeurs solidaires ou communautaires).

6Le contexte actuel du Brésil, puisque nous sommes au lendemain de l’élection présidentielle, nous conduit à poser la question du devenir immédiat des grandes villes dans le cadre de l’impact local de la modernisation par des voies libérales. Mais quelles grandes tendances privilégier parmi celles que les années quatre-vingt ont mises plus ou moins en évidence ?

    • 3 Il y aurait de 20 à 30 % de travailleurs informels selon les villes ; dans la plupart des cas, plus (...)

    La stagnation, sinon le reflux selon les villes du projet d’intégration par la salarisation et la protection sociale, donc la nécessité de rediscuter la question du travail en milieu urbain3.

    • 4 En même temps qu’elles revendiquent plus d’autonomie afin de pouvoir procéder à un recouvrement fis (...)

    Le désengagement de l’Etat central vis à vis des autorités locales (municipales) ; au nom de la démocratisation et de la décentralisation venant juste après une période d’endettement considérable des grandes municipalités, facilité par le clientélisme pour raisons électorales au cours des premières années de l’ouverture (phénomène général)4.

  1. La capacité de certaines villes à intégrer la modernisation malgré la crise : introduction de nouvelles technologies dans la production, et création d’un marché pour de nouvelles technologies (dans le cas de São Paulo, et dans une certaine mesure, de Salvador), alors que d’autres se « cherchent » et ne parviennent pas à se « trouver » (Rio, Recife...).

  2. La crise des institutions urbaines : crise financière (déjà citée) et crise de légitimité, qui conduisent à faire du choix de mesures sociales urbaines (non rentables à court terme) de véritables « tours de force » pour ceux qui les promeuvent, surtout s’ils sont décidés à les poursuivre (époque Brizola à Rio, São Paulo et le gouvernement Erundina). Ces impasses conduisent à soulever les quatre interrogations suivantes :

7- la capacité d’autonomie des autorités municipales et la décentralisation intra-municipale.

8- la capacité ou non de procéder à des péréquations en faveur des quartiers pauvres pour mener des politiques sociales.

9- la tentation du recours au clientélisme.

10- la tentation de la privatisation soit par le recours aux « entreprises privées », soit par le recours aux ONG, le tout justifié par le discours (bien intentionné) de la participation.

11Enfin, une question qui résume les autres : la possibilité ou l’impossibilité de surmonter l’accentuation de la ségrégation sociale et spatiale, ou acceptation de cette ségrégation au nom de l’identité des groupes ou de la reconnaissance du caractère multiple de la ville. D’un côté, et pour schématiser, dans leurs quartiers proches ou éloignés de leurs lieux de travail, et malgré le stress qui les caractérise, les classes moyennes maintiennent le contrôle et la  « rationalité »  de leurs conduites individuelles (contrôle de leurs espace public et de leur espace privé, contrôle de leur temps etc.), puisqu’elles héritent de plusieurs décennies d’investissements publics et privés en leur faveur (assez peu de technologies ultra-modernes, programmes de construction d’immeubles avec mécanismes financiers adaptés, développement de services privés de sécurité, de réseaux de voies express, multiplication des universités, services de médecine privée, certes très coûteux mais de grande qualité, psychanalystes etc.). Il faut noter que ces comportements modernes et somme toute individualistes, sont aujourd’hui accompagnés d’une prise de conscience des problèmes globaux de la grande ville. Des associations de quartiers  « classes moyennes » voient le jour ; la question de la pollution de l’environnement et peut-être même de l’esthétique urbanistique est posée par d’autres que les spécialistes de ces questions.

  • 5 On semble de plus en plus s’orienter, pour résoudre ces problèmes d’urbanisation des périphéries ve (...)

12De l’autre côté, on trouve la population de ce qu’il est convenu d’appeler la  « periferia », un terme qui désigne dorénavant aussi bien une condition sociale qu’un espace géographique semi-urbanisé, au 3/4 auto-construit, qui représenterait selon certains experts d’ONG de 30 à 60 % des espaces urbains produits. Cette population contrôle difficilement les éléments qui font de la grande ville un espace rationnel : le temps (donc le transport, la marche à pied très dangereuse sur les voies express, l’accès à un espace privé d’un minimum de qualité représente un investissement familial de toute une vie, l’accès à l’administration etc...)5.

13Dans cet esprit, celui d’une approche en termes de modernité, se pose aujourd’hui une question qui a été peu abordée et qui a pourtant correspondu pendant trente ans à une des représentations fortes de la grande ville chez les immigrés et dans les milieux ouvriers traditionnels : celle de la possibilité de promotion sociale individuelle et de la permanence de cette image. Certains travaux anthropologiques et sociologiques semblent montrer qu’elle continue d’exister dans les grandes villes qui ont concentré des investissements industriels de pointe (São Paulo, Salvador) ; d’autres études vont dans le sens inverse.

145) La compréhension du mouvement populaire urbain et les conséquences de la confrontation entre les nouveaux (?) systèmes de valeur et/ou d’intérêts dont le milieu urbain est porteur. Selon les luttes ou les phénomènes observés, on peut les décomposer en :

15- luttes urbaines traduisant un désir d’intégration ; revendications pour l’accès aux droits sociaux (logement, écoles, santé, sécurité, travail -qu’il soit formel ou informel).

16- tendance peut-être contradictoire avec la précédente au regroupement communautaire, mais qui anime le plus souvent les mêmes personnes.et que l’on peut elle-même décomposer en :

17- d’une part celle qui vient des organisations à référents religieux catholiques, animées par l’Eglise des pauvres et imprégnées par des pratiques démocratiques et égalitaires. Elle devait en même temps que conduire à la lutte pour la reconnaissance de la dignité des pauvres, promouvoir la responsabilisation individuelle et enfin la sécularisation des luttes de communautés qui obtenaient le statut d’association. Mais l’idéologie qui les a travaillées les rend parfois réfractaires à la  « participation »  telle qu’elle est proposée par les institutions municipales. La revendication  « d’autonomie »  dont elle fait souvent preuve est-elle devenue une valeur de résistance, une valeur identitaire, une fin en soi ?

18- les sectes protestantes ou syncrétiques de toutes sortes que beaucoup ont décrites comme des courroies de transmission du conformisme, mais qui, par les formes d’expression qu’elles inspirent aux groupes, pallie plus que le discours catholique aux difficultés de la responsabilisation individuelle. Leur extension contribuera-t-elle à marquer la fin de ce que l’on a appelé le mouvement populaire urbain ?

19Dans ce contexte, comment les techniciens des municipalités pourront-ils mettre en place les instruments de la participation et plus encore de la communication ? Les années qui viennent paraissent devoir être décisives sur ce plan.

Pour finir

20Bien que d’après certains chercheurs, on ne parle plus vraiment de politique urbaine, et que les solutions soient recherchées dans la panoplie de la gestion, les villes brésiliennes affichent des différences d’approches dont les résultats apparaitront dans la décennie en cours, malgré de possibles retours en arrière, des blocages etc. Cela d’autant plus que les pressions exercées sur les constituants par le  « mouvement populaire urbaine » et ses médiateurs ont eu certaines conséquences sur les articles de la Constitution concernant la question urbaine. Reprises et adaptées plus en détail, plus par les constitutions municipales que par les instances métropolitaines qui ont perdu leur légitimité avec la démocratisation, elles peuvent conduire à une timide réforme sur le plan foncier, ce qui représenterait déjà un instrument pour contenir certain de ces plus graves abus.

Notes

1 1/4 des Brésiliens vivaient en 1980 dans les 7 plus grandes villes du pays, ce qui conduit les démographes à prévoir un doublement de la population vivant dans ces mêmes villes en 2000.

2 Certains affirment que la moitié de l’espace urbain relève de l’auto-construction au moins dans certaines villes.

3 Il y aurait de 20 à 30 % de travailleurs informels selon les villes ; dans la plupart des cas, plus de la moitié des salaires serait inférieure à deux salaires minimum.

4 En même temps qu’elles revendiquent plus d’autonomie afin de pouvoir procéder à un recouvrement fiscal plus ample, les mairies (notamment celle de São Paulo dirigée par Erundina) revendiquent aujourd’hui de pouvoir emprunter où bon leur semble.

5 On semble de plus en plus s’orienter, pour résoudre ces problèmes d’urbanisation des périphéries vers l’auto-construction assistée par les mairies, les ONG et les banques internationales.

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter