Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Le défi économique

Le Plan Brasil Novo a la recherche d’un troisième souffle

Alain Zantman

Texte intégral

  • 1 Istoé Senhor, A porta do Inferno, n°1102, 31/10/1990

1L’équipe économique du Président Collor, arrivée au pouvoir le 15 mars 1990, confortée par un succès électoral aux élections nationales (Congrès) et régionales (Gouverneurs, assemblées...) d’octobre, semble hésiter à payer le prix social et économique de la stratégie monétariste mise en place au cours du mois de mai 1990. Les premiers résultats de ce second plan Collor (car il s’agit bien d’un programme fondamentalement différent de celui adopté le 16 mars, même si les autorités répugnent à le reconnaître) ne sont guère plus concluants que ceux découlant des premières mesures. Le chômage s’amplifie, tandis que les demandes de concordats d’entreprises réputées jusqu’ici solides se multiplient1, sous le choc de la récession mais plus encore de la montée vertigineuse des taux d’intérêts réels (plus de 100 % annuels en octobre). Le rêve d’une inflation mensuelle à 1 chiffre s’est évanoui avec des taux dépassant largement les 10 %. Le déficit public est jugulé à court terme grâce à l’ampleur des prélèvements exceptionnels et des économies budgétaires consécutives au premier programme, mais bien peu de ces mesures sont reconductibles, alors que les demandes d’aide publique se multiplient dans le contexte d’une dépression amplifiée par l’incertitude internationale.

2Quant aux négociations externes, elles se heurtent à l’intransigeance réciproque du Brésil - dont certaines propositions frisent la provocation, telle l’idée d’une reprise des paiements des intérêts de la dette privée par tirage au sort des éventuels bénéficiaires ! - et des créanciers privés s’accrochant aux solutions les plus conventionnelles. Dans la mesure où le Ministre de l’Économie n’a fixé aucune limite à la récession, dès lors qu’il s’agissait d’éradiquer l’inflation, il est encore tôt pour parler d’échec. Mais de là à affirmer que le gouvernement maîtrise encore la situation, il y a un pas que bien peu d’observateurs s’accordent à franchir, faute d’avoir saisi toute la portée des mesures prises jusqu’ici, et les zones d’ombres de l’économie brésilienne.

3Ce sont ces points que nous proposons d’éclairer en dressant succinctement un tableau de l’économie brésilienne à la veille du premier Plan Brasil Novo, suivi d’un résumé des débats qui préludèrent à l’adoption du programme et resurgirent dès l’énoncé des principales mesures. Il sera alors plus aisé de proposer un diagnostic, à défaut d’énoncer un pronostic.

I L’économie brésilienne au seuil des années 80

  • 2 pour autant que le début d'un tel processus puisse-t-être aisément daté : voir Salama, P., Valier, (...)

4L’économie brésilienne était, à la veille du Plan Collor, entrée dans une situation « d’hyperinflation ouverte »2, avec des taux mensuels de 56 %, 73 %, et 84 % respectivement en janvier, février, et mars.

Tableau I : Taux annuels d’inflation

Tableau I : Taux annuels d’inflation

Source : Indice Général des Prix de la Fondation Getulio Vargas.

Les causes de l’hyperinflation

5Les causes, peu controversées si l’on fait abstraction des monétaristes les plus orthodoxes -relativement rares au Brésil - en sont :

  • les chocs externes des années 70 et plus encore l’interruption des financements externes qui obligea le pays, accoutumé à recevoir 2 % du P.I.B. d’épargne extérieure par an, à transférer 4 à 5 % de ses ressources réelles à ses créanciers, au prix d’une chute drastique des investissements.

  • une structure de la dette externe déstabilisant les finances publiques : la dette externe fut « nationalisée » au cours des années 81-83 alors que les dollars nécessaires à son service doivent être acquis auprès des exportateurs privés. L’État doit de ce fait faire face à des dépenses dépassant ses capacités de financement, et choisir entre l’endettement en monnaie nationale... ou l’émission de monnaie (seigneuriage).

    • 3 inflation "inertielle" : voir Arida et Lara Resende 1986

    si les dollars n’ont pas vraiment manques pendant au moins une période assez longue, les créanciers le doivent à la mise en place d’une politique d’ajustement (1981-84) fondée sur la conjugaison d’une politique récessive (forte contention salariale) et d’une politique de change (maxi-dévaluation de 1983). Mais cette « policy mix » contribua à attiser les conflits distributifs, et à relancer ainsi la spirale prix-salaires entretenus en particulier une l’indexation « inégale », mais suffisamment généralisée pour assurer la réalimentation inflationniste du système économique3.

Tableau II : Caractéristiques générales de l’économie brésilienne (1980-1989)

Tableau II : Caractéristiques générales de l’économie brésilienne (1980-1989)

Note(1) taux de croissance annuel en %.
Note(2) à prix constants, base 100 en 1980
Note(3) en milliards de dollars.
Note(4) estimation
Sources : FGV, BACEN, IBGE. Tableau extrait de Zantman 1990

L’hyperinflation réprimée

6La montée de l’hyperinflation fut en partie freinée par la rentabilité des actifs financiers offerts sur le marché par l’État : celui-ci devait en effet refinancer sa dette à un coût de plus en plus élevé et sous forme d’actifs quasi-liquides (l’overnight à partir de 1986), mais éloignait par la même la tentation d’une fuite vers les actifs réels, dont le dollar. Enfin une succession de Plans Hétérodoxes, c’est à dire en grande part basés sur la manipulation des principales variables économiques par l’État (blocage des prix et des salaires) -Plan Cruzado en 1986, Plan Bresser en 1987, Plan Verão en 1989- permirent de retarder les échéances. Mais leur crédibilité ne dépassant pas le semestre, l’inflation repartit toujours de plus belle, érodant progressivement la confiance des agents dans l’action publique tandis que l’État se trouvait confronté au nécessaire refinancement d’une dette dont la croissance endogène ne semblait guère avoir de limite. Enfin le processus était d’autant plus périlleux qu’il imposait une offre de monnaie passive permettant d’offrir au marché les liquidités nécessaires au financement de cette dette, faute de quoi, l’État entrait en faillite et l’économie « sous-liquide », en raison de l’inflation, plongeait en récession.

7La succession de négociations externes sans résultats, ponctuée de moratoires officiels ou officieux, ne contribua pas à renforcer la confiance interne.

8Après l’échec du « Plan Verão », la perspective d’un changement de gouvernement et l’adoption d’un nouveau programme alimentèrent débats et spéculations. En décembre 1989, la monnaie traditionnelle (M1 : Papier monnaie + dépôts à vue) ne constituaient plus que 5.3 % de l’ensemble de la masse monétaire au sens large (M4 = Ml + dette publique + les dépôts en caisse d’épargne + les dépôts à terme) contre 55.9 % pour les titres indexés de la dette publique à court terme (« overnight »). La charge de la dette fédérale était d’ailleurs devenue le principal poste de dépense de l’État passant de 19.2 % de l’ensemble des dépenses budgétaire en moyenne au cours des premiers mois de 1988, à 58.8 % pour la même période de 1989 (les frais de personnels ne représentant pour ces deux périodes que respectivement 44.5 % et 13.7 %).

9Ajoutons pour noircir le tableau que cette indexation généralisée, touchant prix, salaires, taux de change, taux d’intérêt et donc l’ensemble des actifs financiers, constituait incontestablement l’un des facteurs de l’aggravation des inégalités, tous les agents n’ayant pas accès à cette indexation, ni à la même indexation.

II La stabilisation et la lutte contre l’inflation : quelles alternatives ?

10Comme le soulignent Bresser Perreira & Nakano (1990) trois groupes dominaient la scène, à la veille du changement de l’exécutif brésilien :

  • quelques purs monétaristes, rares il est vrai

  • un groupe important de monétaristes « modérés », effrayés par le coût à payer pour mener une politique essentiellement monétaire contre une inflation à forte composante inertielle : ceux-ci proposaient une reprise de politiques menées au cours des années précédentes au Brésil (sous D. Neto) comme dans le reste du Cône Sud, et fondée sur une désindexation graduelle à partir d’une inflation préfixée décroissante. Cette thérapie devait éviter le blocage dont les échecs récents avaient terni l’image ; mais elle se conciliait mal avec les taux en vigueur, le moindre dérapage portant sur des niveaux trop élevés pour ne pas rendre fragile une telle stratégie.

  • les néo-structuralistes toujours nombreux, favorables à un « choc » hétérodoxe combinant réforme monétaire et gel temporaire des prix et des salaires.

La contestation d’un moratoire sur la dette interne

11L’idée d’un moratoire n’était qu’épisodiquement évoquée, au moins avant que l’Argentine adopte cette mesure, en décembre 1989 ; il aurait été d’ailleurs bien imprudent de jouer avec une telle « bombe », pour des économistes dont une bonne part s’imaginait « pressentie » par le nouveau président. Elle était de toute manière très controversée en dépit du montant et de la structure temporelle de la dette interne.

  • 4 Bresser Perreira L.C. et Nakano Y., op cités, 1990

12Pour certains auteurs en effet4, les engagements du trésor public n’atteignaient 50 % du P.I.B. qu’en raison des 25 % de dette extérieure et des 12 % de dettes des entreprises publiques et des collectivités locales. La dette du budget fédéral ne dépassait pas quant à elle 13 % du P.I.B. en 1989 et ne constituait un danger qu’en raison d’une hyperinflation qui alourdissait une « ardoise » publique composée pour l’essentiel « d’overnight ».

13Le moratoire est fondé sur l’hypothèse selon laquelle les agents risquaient de liquider leur portefeuille de dette publique au moindre fléchissement des taux de rémunération. Or les expériences passées ne démontrent pas une telle élasticité, d’autant que les mouvements spéculatifs récents avaient contribués à survaloriser les actifs substituables (or, ou dollar : l’agio dollar parallèle sur dollar officiel dépassait largement les 150 % alors que le plafond considéré comme dangereux se monte à 90-100 %). En outre, les mêmes auteurs insistaient sur le discrédit qui serait jeté sur l’État, et plus généralement l’ensemble du système d’intermédiation financière.

Tableau III Intérêts versés par le secteur public en % du P.I.B.

Tableau III Intérêts versés par le secteur public en % du P.I.B.

Source : Bresser Pereira, L.C, et Nakano, Y., 1990. (données Banque Cent.)

14Le moratoire ne pouvait être qu’une solution ultime, en cas d’échec d’une politique plus traditionnelle de blocage des prix et des salaires (visant à désindexer l’économie) et d’une forte contention budgétaire.

« A moratoria jà »

15Les tenants du moratoires avaient cependant beau jeu de montrer que de telles politiques avaient déjà été menées, sans grand succès à long terme, en raison de la difficulté de mener très rapidement une politique d’assainissement budgétaire hypothéquée par le poids du service de la dette. Le moratoire devient donc à leurs yeux une arme essentielle :

  • restituant à l’État une marge de manœuvre financière à moyen terme

  • revalorisant le rôle de la Banque Centrale redevenue seule source légitime d’émission de monnaie.

Tableau IV : l’impact du Plan Collor : une sélection d’indicateurs

Tableau IV : l’impact du Plan Collor : une sélection d’indicateurs

Note(1) Indice du salaire réel moyen dans l'agglomération de São Paulo ; base 100 en 1985 (DIIESE/SEADE)
Note (2a) Chômage (milliers de salariés dans l'agglomération de São Paulo (DIIESE)
Note(2b) Taux de chômage ( %) dans l'agglomération de São Paulo (DIIESE)
Note(3a) Indice du niveau d'activité dans l'industrie de l'état de S.P. ; base 100 en 1978 (FIESP)
Note (3b) Par rapport au même mois de l'année passée
Note(4) Taux d'utilisation des capacités dans l'industrie de l'état de S.P. (FIESP)
Note(5) Indice des prix à la consommation dans l'agglomération de São Paulo (FIPE) : l'indice compare la moyenne des prix du mois en cours à la moyenne des prix du mois précédent
Note(6) M4 en milliards de Cruzeiros (BACEN)
Note(7) M1/M4 (Ml : monnaie papier et dépôts à vue) en %
Note(8) Dette publique fédérale aux mains du public/M4 en %
Note(9) Dépôts en caisse d'épargne/M4 en %
Note(10) Dépôts à terme sur M4 en %
Note(11) Taux d'intérêt de la dette publique à court terme en % (overnight)
Note(12) Taux des dollars (vente) en fin de mois

16Ajoutons que l’idée d’un moratoire « dernier recours » aurait certainement alimenté la spéculation sur la base d’anticipations clairement auto-réalisatrices. Un moratoire non anticipé devenait par contre un des actes fondateur du nouveau gouvernement, signe de sa détermination (la responsabilité du passé étant rejetée sur l’ancienne administration et les comportements privés nocifs qu’elle encourageait dans le public). Ce sera, comme nous le savons, la stratégie choisie par la nouvelle équipe.

III Le premier Plan Collor

17Le Plan « Brasil Novo » du 16 mars est constitué d’un projet à long terme, projetant un vaste mouvement de libéralisation interne (dérégulation et dénationalisations) et externe (suppression des obstacles quantitatifs aux échanges et abaissement des barrières tarifaires), et une réorientation des activités de l’administration en faveur des « tâches traditionnelles » (infrastructures, santé, éducation...) (Zantman, 1990)

18Mais un tel programme n’est possible qu’après avoir brisé l’hyperinflation et restaurer l’autorité de l’État. Pour ce, quatre mesures essentielles sont proposées (voir annexe A) :

  1. une réforme monétaire consistant à bloquer 70 % du stock de liquidités (au sens de M4) à la Banque Centrale, les 30 % restant donnant naissance à une nouvelle monnaie, le Cruzeiro. Les Cruzados Novos bloqués seront libérés après un délai de carence de 18 mois, en 12 mensualités, et rémunérés au taux réel de 6 % par an. Dans la mesure ou l’ancien stock monétaire était constitué en grande part de titres publics (monnaie indexée), cette décision se traduit par un vaste transfert patrimonial en faveur de l’État. En compensation, l’État s’interdit tout financement nouveau par création monétaire ou emprunt, maintenant « l’overnight » pour résoudre à très court terme les problèmes marginaux de trésorerie qu’il peut rencontrer. La masse monétaire passera ainsi de 32 % à 8 à 9 % du P.I.B., la monnaie traditionnelle (M1 : billets et dépôts à vue) en constituant 31.4 % fin mars contre 6.7 % fin février (voir tableau IV).

  2. Un ajustement budgétaire visant à transformer le déficit opérationnel prévu (de 8 %) en un excédent de 2 % pour l’année en cours (voir Annexe B).

  3. une ébauche de politique de revenu, si l’on peut appeler ainsi le gel des prix et des salaires d’une période d’un mois et demi, premier maillon d’une stratégie de désindexation devant précéder une période de préfixation de l’inflation, puis l’introduction d’une libre fixation des prix et des salaires selon les lois du marché.

  4. l’institution du taux de change flottant pour les activités commerciales et financières.

19Dans un premier temps, la désorganisation du système productif et financier, le blocage des prix et des salaires, la contrainte pour les entreprises de vendre à tout prix pour générer du « Cruzado » et reconstituer leur fond de roulement, vont laisser croire aux autorités que l’hyperinflation était définitivement brisée : l’inflation mesurée à partir d’un indice nouveau dit « point à point » (comparant les prix de la quatrième semaine du moins à ceux de la quatrième semaine du mois précédent) et expurgé des éléments inertiels (en particulier le loyer) ne se montait qu’à 3.3 %.(Indice PTA de la FIPE).

20Cependant dès la fin du mois, les tensions étaient visibles. Surtout, la hausse des actifs spéculatifs constituaient l’un des signes de l’existence de poches de liquidités non contrôlées, fuyant un circuit bancaire en quête lui-même de liquidités pour irriguer les secteurs les plus touchés par le blocage du fonds de roulement des entreprises.

TABLEAU V : La hausse des actifs spéculatifs à la suite du Plan Brasil Novo

TABLEAU V : La hausse des actifs spéculatifs à la suite du Plan Brasil Novo

21La préfixation qui devait s’instituer en mai ne pouvait guère nier ce renouveau des tensions inflationnistes (l’indice PTA de mai atteindra 6.4 % et celui de juin 10.6), alors qu’au même moment, les organisations salariales réclamaient la compensation de l’inflation de mars (84 %), qui contrairement à celle de février avait été supprimée, avec la fin de l’indexation.

22Une nouvelle stratégie fut donc rapidement élaborée, fondée pour l’essentiel sur la détermination, selon les principes monétaristes, d’une norme d’accroissement de la masse monétaire, tandis que le retour à la loi du marché était accéléré dans le domaine de la fixation des prix et des salaires.

IV Le second Plan Collor

23Les mesures instituées à partir du 15 mai sont fondées, au moins officiellement sur l’hypothèse d’un « dérapage » de la création monétaire. Le taux de monétisation fixé au départ n’était certes pas intangible : le gouvernement considérait que la masse monétaire devait atteindre 17 % en régime de croisière, et différentes modalités de remonétisation étaient prévues à cet effet :

  • conversion des devises résultant du commerce extérieur

  • paiement des salaires

  • dépenses publiques fédérales et locales

  • crédit ouverts par la Banque Centrale pour faire face aux difficultés de trésorerie de certaines entreprises victimes du moratoire (en particulier dans l’agriculture, et dans les secteurs à cycle de production relativement long : biens d’équipement, construction).

  • fonctionnement enfin du multiplicateur de crédit, à partir de l’expansion de M1 (monnaie à fort pouvoir multiplicateur).

La perte de contrôle de la politique monétaire

24Cependant, la croissance de la masse monétaire de 47 % en deux mois (soit environ 14 % du P.I.B. mi-mai), conjuguée à la reprise de l’inflation, inquiéta les autorités qui jugèrent opportun de donner le signe d’une gestion rigoureuse des liquidités, en fixant un taux de croissance de la monnaie de 9 % pour le semestre suivant.

25Si la mesure est contestable, les faits sont exacts : d’une part, les entreprises avaient usées et abusées du droit qui était le leur de régler en monnaie bloquée l’ensemble des transactions antérieures au 15 mars, (en pré-datant les transactions qu’elles continuaient à effectuer). Dans la mesure où les impôts pouvaient être réglés en monnaie ancienne, le total des avoirs en Cruzados Novos fut ainsi réparti entre les entreprises qui pouvaient les écouler. En juin, l’ensemble des actifs du secteur productif bloqué à la Banque Centrale avait disparu, grâce en particulier au bon fonctionnement de ce marché secondaire expressément interdit par la loi.

26D’autre part, les ressources en Cruzados Novos que l’administration fédérale, les collectivités locales (états, municipes), et la prévoyance sociale tiraient des prélèvements obligatoires, furent transformées en dépenses en Cruzeiro, au-delà de ce qu’avaient prévu les autorités monétaires, la perspective des élections stimulant l’imagination des gestionnaires-candidats. Enfin, comme toujours au Brésil, les réseaux de clientélisme s’étaient rapidement mobilisés pour obtenir des crédits en faveur de secteurs qui se trouvaient, de toute manière, en situation réellement délicate.

Les facteurs structurels de l’inflation

27En admettant même qu’il ait eu dérapage monétaire, sa responsabilité dans la reprise de l’inflation n’est pourtant pas certaine. Les auteurs du premier plan caressaient implicitement un « rêve quantitativiste », attendant de la baisse du stock de monnaie réelle une légère récession signalant la nécessité d’une baisse des prix. Or, l’ampleur de la ponction monétaire désorganisa l’ensemble du système productif (en particulier dans les secteurs à cycle long), et du système financier, dont on attendait la diffusion des liquidités selon le besoin des agents.

28Or, le choc est intervenu à un moment de forte dispersion des prix relatifs en raison de l’accélération de l’inflation. Beaucoup d’entreprises ont dû différer le réajustement de leurs prix, sinon diminuer ceux-ci, non tant en raison du blocage des prix que pour faire face à l’impérieuse nécessité de « générer du Cruzeiro » et remplir leurs engagements dans la nouvelle monnaie. Au même moment, elles étaient confrontées :

  • à un « choc de coûts » : réajustement des salaires de mars sur l’indice d’inflation de février, réajustement de nombreux prix publics, fiscalité renforcée, hausse des taux d’intérêt réel ;

  • à la disparition des profits provenant des transactions informelles (qui constituaient une part significative du chiffre d’affaires de l’ensemble des entreprises), le gouvernement s’étant doté d’instruments relativement efficaces de lutte contre la fraude fiscale.

29Elles réajustèrent leur production à la baisse dans les premières semaines, mais reconstituèrent leurs marges lorsque la situation le leur permettait. Le poids de l’ajustement retomba donc clairement sur l’emploi, tout d’abord parce qu’après un moment d’expectative, les entreprises ont commencé à débaucher massivement ; mais également parce que la fixation des salaires « par la libre négociation » se traduit dans un contexte de sous-emploi par une baisse drastique de rémunérations déjà érodée par l’hyperinflation et l’interruption de l’indexation à partir d’avril (Tableau IV).

30Le pays est donc entré dans un cycle récessif, sans avoir éliminé ni l’indexation informelle - dont la revendication est renforcée par le récent choc pétrolier, et plus globalement par la hausse des importations résultant du glissement du taux de change -, ni la légitimité d’un réajustement des prix relatifs qui ne peut être éternellement différé, ni la structure oligopoliste de ses marchés, en grande part responsable de la forte rigidité des prix à la baisse.

31Face à une telle situation, de nombreuses voix réclament un nouveau train de mesures fondées sur la poursuite certes de l’austérité budgétaire, mais également sur un nouveau gel des prix et des salaires.

Vers un troisième Plan Collor

32Le succès électoral du gouvernement lui laisse théoriquement les coudées plus franches pour faire face à la montée des mécontentements et attendre les premiers résultats du programme monétariste mis en place. Les dégâts qu’une telle stratégie risque d’imposer à l’industrie et plus généralement à la société brésilienne suscitent cependant une résistance croissante de la société civile dont le gouvernement ne peut pas ne pas tenir compte (Cardoso, E. 1990).

33La validité de la solution tient en outre à celle du diagnostic des causes de l’inflation actuelle. Car si comme le prétend une grande part des experts dont certains, comme R. Dornbusch, ne peuvent être soupçonnés de sympathies « néo-structuralistes », l’inflation résiduelle est essentiellement inertielle, le gouvernement ne pourra faire l’économie d’un blocage modulé des prix et des salaires. Mais un tel blocage n’a de sens que s’il autorise les réajustements des prix relatifs -dont certains demeurent très « déphasés » (Bresser Pereira 1990) - et si il sert de support à un « Pacte Social » débouchant sur un profond remodelage dans la répartition des revenus.

34Faute d’une telle solution, les conflits distributifs ne peuvent que s’aiguiser, favorisant la réinstitutionalisation d’une indexation qui, compte tenu des chocs internes et externes actuels ou futurs, relancera une hausse accélérée des prix. Le contexte politique se prête-t-il à un tel consensus social ? Tous ces éléments connus permettent d’en douter.

Bibliographie

Bibliographie

Arida, P., et Lara Resende, A., 1986, Inflaçao inertial e reforma monetaria, in P. Arida (Org.) Inflaçao zéro, Rio de Janeiro, Paz e Terra.

Bresser Pereira, L.C, A segunda fase do Piano Collor, Folha de São Paulo, 16/8/1990, São Paulo.

Bresser Perreira, L.C, Nakano, Y., 1990, Hyperinflation and stabilization in Brazil: The First Collor Plan, Paper presented to the workshop on Economic Problems of the 1990’s, Knoxville, Univ. of Tennessee, June/July.

Cardoso, E., A Economia de Collândia, Folha de São Paulo, 25 et 26/8/1990, São Paulo.

Istoé Senhor, A porta do Inferno, n°1102, 31/10/1990

Salama, P., Valier, J., 1990, L’Économie Gangrenée, La Découverte, Paris

Zantman A., 1990, Le Plan Collor dans l’œil du cyclone : de l’hyperinflation à l’hyperstagflation ?, Notes et Etudes Documentaires n°4916, Problèmes d’Amérique Latine n°97, Documentation Française, Paris.

Annexes

ANNEXE A. Le plan Collor : résumé des principales mesures adoptées

1) Réforme monétaire :

- Création d’une nouvelle monnaie, le Cruzeiro (Cr$), au taux 1 Cruzeiro = Novo Cruzado.

- Fixation d’un plafond aux retraits des dépôts en caisse d’épargne, et des dépôts à vue sur le solde du 16 mars 1990, fixé à Cr$ 50.000 (soit environ 1 200 dollars au taux commercial officiel), ou, au minimum 20 % du solde. Les retraits sur les comptes en « overnight » (titres publics au jour le jour) et comptes rémunérés (indexés partiellement sur des titres publics) sont eux limités à 25.000 Cruzados, ou 20 % du solde. Enfin, les retraits sur les fonds de placement à court terme (similaires dans leur fonctionnement à « l’overnight ») sont plafonnés à 20 % du solde. Les sommes bloquées seront retenues pour 18 mois sur des comptes spéciaux en Cruzados Novos auprès de la Banque Centrale, puis libérées progressivement au cours des 12 mois suivants et seront rémunérées au taux annuel réel de 6 % (donc indexées sur le B.T.N.).

2) Réformes fiscale et budgétaire

...Visant l’accroissement des recettes :

- Perception d’un impôt exceptionnel sur les opérations financières (IOF), qu’il s’agisse des dépôts d’épargne (20 %) (au-dessus d’un solde de l’ordre de 10.000 dollars), des titres publics et privés (8 %), de l’or (35 %) et des actions (23 %).

- taxation des plus-values boursières.

- accroissement des taxes sur un certain nombre de biens (automobile, tabac.)

- suppression des titres au porteur, ainsi que des chèques au porteur supérieurs à 100 dollars : cette mesure visant à moraliser le marché financier, et plus globalement l’ensemble des transactions, et doit permettre de lutter contre la fraude fiscale.

- suppression d’exemptions fiscales sur le commerce extérieur.

- privatisations : création des certificats de privatisation, la souscription obligatoire de ces titres par les banques et certains agents financiers pouvant être réglée en Cruzados Novos bloqués à la Banque Centrale. Ces certificats seront ensuite placés dans le public, après leur conversion en actions spécifiques d’entreprises privatisées. La privatisation pourra constituer également l’un des instruments de conversion de la dette externe, avec une limite cependant quant à la proportion du capital étranger autorisée dans certains secteurs stratégiques.

.... et à la diminution des dépenses :

- la privatisation, et/ou la fermeture immédiate d’un peu plus d’une vingtaine d’organismes et entreprises publiques, dans le domaine de la politique agricole, de l’aménagement régional, des infrastructures, et de la culture : cette mesure doit permettre de licencier 10.000 agents publics non fonctionnaires, et de ventiler les 15.000 autres vers d’autres organismes.

- réduction du nombre de ministères de 27 à 12 (+ 6 secrétariats), et licenciement ou réaffectation d’une partie des agents publics en fonction (la suppression prévue de 25.000 à 30.000 postes budgétaires).

- suppression ou suspension de subventions de développement régional, de financements à l’exportation...

3) Réforme cambiaire

- Institution du taux de change flottant pour les activités commerciales et financières.

- Le taux de change touristique, flottant également, est maintenu.

4) Politique des prix et des salaires

- Blocage des prix à leur valeur du 12 mars, jusqu’au 1er mai. Auparavant un certain nombre de prix publics ont été réajustés : combustible (57.8 %), l’énergie électrique (32.1 %), télécommunication (32.1 %), courrier et télégraphe (83.5 %). La Commission Interministérielle des Prix est supprimée. Le contrôle n’a cependant pas disparu, les réajustements, après le premier mai, devant avoir un caractère exceptionnel, sur la base de la préfixation de l’inflation courante par le Ministère de l’Économie. Mais l’objectif est d’aller aussi vite que possible vers une libération des prix.

- Préfixation des augmentations de salaires du mois d’avril.(Les salaires étaient jusqu’ici réajustés mensuellement à partir de l’I.P.C. (Indice des prix à la Consommation) du mois précédent. L’accroissement de l’inflation de mars, mesuré par l’I.P.C, n’est donc pas répercuté sur les salaires d’avril : la compensation des pertes éventuelles devra être négociée entre partenaires sociaux, les entreprises n’ayant toutefois pas le droit de répercuter les hausses de salaires qui en résultent sur leurs prix. Après une période transitoire, les salaires devront être fixés par libre négociation, sur la base d’un indice du coût de la vie en voie de redéfinition. Le salaire minimum (qui vaut environ 92 dollars au taux de change officiel du 15 mars) est bloqué en avril. Mais il bénéficiera d’un gain réel de 5 % au cours du prochain trimestre, et d’une augmentation de 6.09 % tous les bimestres.

5) Taux d’intérêt et marché financier

Aucune mesure particulière n’a été adoptée. L’objectif est cependant d’aboutir à une libéralisation permettant au taux d’intérêt de réguler librement le marché monétaire et financier. La récupération par la Banque Centrale de ses prérogatives (le manque de liquidités lui donnant un pouvoir sans précédent) devrait permettre à celle-ci de disposer des instruments communs de la politique monétaire : politique d’open market, et fixation éventuelle de taux directeurs et de plafonds de réescompte.

ANNEXE B. La rigueur budgétaire

Le programme vise à rééquilibrer définitivement les finances publiques, et transformer dès 1990 le déficit opérationnel qui devait atteindre initialement 8 % du P.I.B. (évalué environ à 350 milliards de dollars) en un excédent de 2 %. à partir du décompte suivant

Économies résultant du blocage de la dette : 3.4 %

Économies dues à la fermeture des banques1 0.2 %

Suppression des subventions 0.5 %

Impôt sur la richesse mobilière 2.6 %

Alourdissement de la fiscalité indirecte 1.7 %

Ajustement des tarifs publics 1.5 %

Réforme administrative 0.5 %

Par la suite, le gouvernement espère obtenir environ 14.5 milliards de dollars des privatisations, et une meilleure efficacité du système fiscal résultant de la lutte systématique contre la fraude. Enfin, innovation révolutionnaire pour le Brésil, le plan met fin au régime d’exemption systématique dont bénéficiaient les agriculteurs, le montant de l’impôt variant de 10 à 25 % des revenus d’activités (selon la taille des exploitations). A long terme, une restructuration de l’administration doit rendre conforme le partage des tâches entre l’État fédéral, les états, et les municipes, avec la modification financière introduite dans la nouvelle constitution : celle-ci a en effet considérablement augmenté les ressources des collectivités locales sans imposer en contrepartie un accroissement de leurs responsabilités (dans les domaines scolaire et sanitaire et social par exemple).

Notes

1 Istoé Senhor, A porta do Inferno, n°1102, 31/10/1990

2 pour autant que le début d'un tel processus puisse-t-être aisément daté : voir Salama, P., Valier, J., 1990, L'Économie Gangrenée, La Découverte, Paris

3 inflation "inertielle" : voir Arida et Lara Resende 1986

4 Bresser Perreira L.C. et Nakano Y., op cités, 1990

Notes de fin

1 Le gouvernement du Président Sarney a accepté de déclarer une fermeture temporaire des banques ("feriado bancario") à partir du 12 mars au soir, pour empêcher des mouvements spéculatifs avant l'annonce des mesures prévues par le nouveau gouvernement. Cette mesure avait également pour fonction d'accroître les économies budgétaires réalisées sur la dette publique, les titres représentatifs de celle-ci ne donnant pas lieu à rémunération pendant cette période (plus de 3 % par jour).

Table des illustrations

Titre Tableau I : Taux annuels d’inflation
Légende Source : Indice Général des Prix de la Fondation Getulio Vargas.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau II : Caractéristiques générales de l’économie brésilienne (1980-1989)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2872/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Note(1) taux de croissance annuel en %.Note(2) à prix constants, base 100 en 1980Note(3) en milliards de dollars. Note(4) estimationSources : FGV, BACEN, IBGE. Tableau extrait de Zantman 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2872/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau III Intérêts versés par le secteur public en % du P.I.B.
Légende Source : Bresser Pereira, L.C, et Nakano, Y., 1990. (données Banque Cent.)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2872/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau IV : l’impact du Plan Collor : une sélection d’indicateurs
Légende Note(1) Indice du salaire réel moyen dans l'agglomération de São Paulo ; base 100 en 1985 (DIIESE/SEADE)Note (2a) Chômage (milliers de salariés dans l'agglomération de São Paulo (DIIESE)Note(2b) Taux de chômage ( %) dans l'agglomération de São Paulo (DIIESE)Note(3a) Indice du niveau d'activité dans l'industrie de l'état de S.P. ; base 100 en 1978 (FIESP)Note (3b) Par rapport au même mois de l'année passée Note(4) Taux d'utilisation des capacités dans l'industrie de l'état de S.P. (FIESP)Note(5) Indice des prix à la consommation dans l'agglomération de São Paulo (FIPE) : l'indice compare la moyenne des prix du mois en cours à la moyenne des prix du mois précédentNote(6) M4 en milliards de Cruzeiros (BACEN)Note(7) M1/M4 (Ml : monnaie papier et dépôts à vue) en %Note(8) Dette publique fédérale aux mains du public/M4 en %Note(9) Dépôts en caisse d'épargne/M4 en %Note(10) Dépôts à terme sur M4 en %Note(11) Taux d'intérêt de la dette publique à court terme en % (overnight)Note(12) Taux des dollars (vente) en fin de mois
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2872/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre TABLEAU V : La hausse des actifs spéculatifs à la suite du Plan Brasil Novo
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2872/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Auteur

Ecole Normale Supérieure

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter