Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Le défi économique

Situation et perspectives macroéconomiques

Jacques Adda

Texte intégral

1Le chaos économique et social qui règne actuellement au Brésil offre un contraste singulier avec les projections plus ou moins fantasmatiques qui sont régulièrement faites sur l’avenir de ce pays. Sans remettre en cause l’hypothèse d’un dynamisme spécifique de cette économie - dont les ressorts, au-delà de l’attrait incontestable qu’exercent ses ressources naturelles et son marché intérieur sur les investisseurs étrangers, restent à élucider –il importe d’identifier avec précision les facteurs de blocage de l’accumulation au cours de la décennie écoulée si l’on veut évaluer les possibilités d’une reprise de la croissance dans les années 90. La thèse soutenue ici est que les transferts nets de ressources vers l’extérieur (transferts négatifs) subis depuis 1983 par le Brésil constituent l’origine principale des déséquilibres massifs qui affectent son économie et entravent sa croissance. Toutefois si la réduction de ces transferts conditionne la reprise de l’investissement, elle ne suffit pas à elle seule à poser les bases d’une croissance durable et équilibrée.

I/ La réduction des transferts négatifs : une condition nécessaire

A/ La nature perverse de l’excédent commercial

  • 1 Je me permets sur ce point de renvoyer à mes deux articles : « Brésil, la quadrature du cercle », R (...)

2On ne reviendra pas ici sur l’analyse des plans de stabilisation hétérodoxes (plan Cruzado, plan Bresser, plan Verão) et les raisons de leurs échecs1. Disons simplement que pour l’essentiel, ces plans ont buté sur l’impossibilité de contenir les aspirations sociales et salariales de la majeure partie de la population tout en honorant les engagements externes du pays.

3Le respect de ces engagements suppose en effet de maintenir l’absorption interne, et notamment la consommation privée et publique, à un niveau anormalement bas. Ceci n’est compatible qu’avec un partage salaires/profits très défavorable aux salariés. Les accélérations inflationnistes de 1980 (50 % à 100 %) et de 1983-84 (100 % à 200 %) avaient ramené les salaires à un niveau compatible avec l’obtention d’un excédent commercial de l’ordre de 12 milliards de dollars, permettant de payer les intérêts de la dette (10 milliards par an environ) et de reconstituter progressivement les réserves de change dans un contexte de suspension des financements extérieurs nets.

4L’accélération inflationniste est dans ce contexte le processus qui permet la formation d’une épargne forcée, dont la contrepartie -l’excédent commercial - est transférée à l’extérieur au titre du paiement des intérêts de la dette, finançant ainsi les transferts négatifs de ressources. Compte tenu du système d’indexation existant, l’inertie inflationniste - la stabilisation du taux d’inflation à un niveau élevé - est ce qui assure le maintien d’une année sur l’autre du partage salaires/profits ainsi obtenu.

5L’excédent commercial - le troisième au monde après la RFA et le Japon, comme aiment à le rappeler les banquiers - est donc tout sauf une bonne performance économique. Il est l’expression d’un déséquilibre profond de l’économie dont l’origine est la nécessité de transférer entre 3 et 5 % du PIB chaque année vers l’extérieur.

6On peut illustrer ce point en considérant l’année 1988, caractérisée par un bond spectaculaire des exportations, un excédent record des échanges commerciaux et une accélération sans précédent de l’inflation. Après le retour à la normale des exportations au premier semestre de 1987 (ajustement du taux de change en avril et juin et fin du stockage spéculatif qui avait marqué les derniers mois de blocage des prix en 1986), l’envolée des exportations en 1988 n’est pas dissociable de l’accélération continue de l’inflation consécutive à l’échec du plan Bresser.

7Avec une ponction de près d’un quart du pouvoir d’achat du salaire minimum, la demande intérieure s’effondre, l’industrie entre en récession et la production non écoulée sur le marché intérieur cherche des débouchés sur les marchés étrangers. Cette quête est certes facilitée en 1988-1989 par la forte reprise du commerce mondial (+10 %) mais celle-ci n’explique qu’un tiers du boom des exportations. La réorientation des ventes vers l’exportation, rendue possible par le niveau avantageux du taux de change réel effectif, se traduit par d’importants gains de parts de marché. En l’absence de reprise de l’investissement les importations restent au même niveau, permettant le gonflement de l’excédent commercial.

8Dans ce contexte, la nouvelle équipe économique a pu mettre fin au moratoire sur la dette bancaire (décidé en février 1987) et assurer le paiement des intérêts en retard de 1987 (la charge totale des intérêts passe de 7 à 12 milliards de 1987 à 1988), tout en reconstituant les réserves de change.

B/ Dette extérieure, dette intérieure et inflation

9Si l’excédent commercial est le reflet d’un déséquilibre réel lié au transfert négatif de ressources, ce transfert est lui-même à l’origine de déséquilibres financiers internes qui découlent des modalités de son financement.

10La socialisation de la dette extérieure fait que la charge de son service incombe au secteur public. Elle alimente donc le déficit des finances publiques. L’Etat, pour capter l’épargne en devises du secteur exportateur, doit émettre des titres indexés sur le taux de change. Tout retard dans le rythme de dévaluation par rapport à l’évolution du cours du dollar sur le marché parallèle provoque une pénurie de devises, une montée des taux d’intérêt réels (qui dépassent parfois 10 % par mois) et... un gonflement des charges d’intérêt sur la dette publique. Inversement la détente des taux suppose une accélération du rythme de dévaluation qui gonfle la contrepartie en monnaie nationale du service de la dette publique et élève le taux d’inflation.

11Dans ces conditions, le déficit public ne peut guère être réduit par les moyens traditionnels (baisse des salaires réels et/ou réduction des effectifs de la fonction publique, report ou annulation des projets d’investissement collectifs ou productifs, relèvement des tarifs publics...). Si une réforme fiscale est indispensable au Brésil, elle ne sera de toutes les façons pas en mesure de régler le problème du déficit public, qui résulte principalement du financement par l’Etat du transfert de ressources vers l’extérieur.

12Les marges de manœuvre de la politique économique sont ainsi singulièrement limitées. La politique budgétaire est bloquée par l’absence de consensus politique sur les réformes à entreprendre et les mesures à prendre. La politique monétaire est contreproductive dans la mesure où l’augmentation des taux d’intérêt déséquilibre les finances publiques et où elle accroît les revenus des détenteurs de titres de la dette publique qui sont assez largement disséminés parmi la minorité des salariés disposant de revenus supérieurs à deux fois le salaire minimum (les autres n’ont guère les moyens de constituer une épargne) du fait de leur très grande liquidité et de la bonne protection qu’ils offrent contre l’inflation.

13La seule voie possible pour restituer son autonomie et son efficacité à la politique économique consiste donc en une réduction des transferts négatifs de ressources. Une telle réduction autoriserait une reconstitution non inflationniste du pouvoir d’achat des bas salaires, une réduction du déficit public, une détente des taux d’intérêt et une reprise de l’investissement productif. Elle ouvrirait la voie à une véritable stabilisation monétaire et au retour à une croissance plus équilibrée. Elle est assurément une condition nécessaire. Est-elle pour autant suffisante ?

II/ Une condition non suffisante

  • 2 Voir sur ce point mon article « 1982-1989, Sept ans de gestion de la crise de la dette », dans 1982 (...)

14La réduction des transferts négatifs de ressources peut difficilement être obtenue par une reprise des financements bancaires (cf. l’échec du plan Baker). Elle passe par un allégement direct du service de la dette. Je n’entrerai pas ici dans la discussion sur les techniques de réduction de la dette bancaire2. Je considère l’hypothèse d’un desserrement effectif et significatif de la contrainte extérieure libérant potentiellement un flux important d’épargne et des ressources en devises pouvant être affectés au financement des investissements et aux importations de biens d’équipement nécessaires à la réalisation de ces investissements. Que peut-on en espérer du point de vue du développement ?

A/ Une condition non suffisante du point de vue de la stabilisation macroéconomique

15Si les modalités du financement des transferts négatifs de ressources ont provoqué la formation d’une dette publique intérieure à peu près aussi importante que la dette extérieure, la réduction de cette dernière n’entraîne pas la disparition miraculeuse de la première. Or la stabilisation macroéconomique passe nécessairement par une dévalorisation de la dette intérieure du secteur public, faute de quoi ni la politique budgétaire ni la politique monétaire ne pourront retrouver leur autonomie. Le problème posé est ni plus ni moins celui de « l’euthanasie des rentiers ». Le drame est que le chemin le plus court pour cela est l’accélération continue du taux d’inflation, autrement dit l’hyperinflation, qui seule permet l’érosion de la valeur réelle des actifs financiers dans une économie totalement indexée. Un tel scénario est bien évidemment désastreux pour l’ensemble de l’économie. Les blocages successifs des prix depuis 1987 ont précisément eu comme ambition première d’enrayer ce processus à chaque fois qu’il semblait s’enclencher.

16Le rétablissement des moyens d’action normaux de la politique conjoncturelle n’est pas pensable tant que le financement d’une large part des dépenses publiques dépendra des conditions du refinancement (quotidien) de la dette publique intérieure et donc du pouvoir exorbitant des détenteurs d’actifs financiers parfaitement indexés et quasiment liquides.

  • 3 Cf. Jacques Adda et Marie-Claude Smouts, La France face au Sud : le miroir brisé (chapitre VI), Par (...)

17On pourrait imaginer que ce point fasse l’objet d’une conditionnante rénovée de la part des créanciers étrangers : l’idée serait de peser sur le partage interne des revenus en liant les concessions faites sur la réduction de la valeur et/ou du service de la dette extérieure à la dévalorisation de la dette publique intérieure3. A moyen terme, toutefois, la crédibilité de l’action publique ne sera véritablement restaurée que par un élargissement des ressources fiscales du secteur public qui passe par une refonte complète de la fiscalité directe et indirecte et la mise en place d’une taxation des revenus du capital.

B/ Les conditions d’un retour au développement

18Une reprise de la croissance économique, si elle intervenait suite à un apurement des passifs externes et internes accumulés depuis une vingtaine d’années, laisserait entier le problème du modèle de développement. Si un consensus est apparu ces dernières années sur la nécessité de poursuivre la promotion des exportations non traditionnelles, d’améliorer la qualité de la spécialisation internationale du pays et de préserver une bonne articulation entre investissements publics et privés, la question du caractère excluant du modèle de croissance reste entière, avec une répartition qui figure parmi les plus inégales du monde, tant pour les revenus que pour le patrimoine, en particulier la terre.

  • 4 Voir sur ce point Jacques Adda, Modèles de développement et insertion dans l'économie mondiale, ana (...)

19Or ce modèle, centré sur l’accès des classes moyennes-supérieures au marché moderne de consommation, était en grande partie responsable du recours systématique à l’endettement externe entre 1968 et 19804.

20On peut craindre que la principale préoccupation du gouvernement, si la dette extérieure est dévalorisée, soit de rétablir ce schéma de croissance sans se préoccuper ni de l’impératif social de redistribution (les catégories salariées et non salariées à faible revenu ont supporté la majeure partie de la charge de l’ajustement externe dans les années 80), ni de l’incidence négative de ce modèle sur le taux d’épargne global de l’économie et donc sa capacité à autofinancer sa propre croissance.

21Là encore une conditionnante hétérodoxe, à vocation intégrante, serait de nature à peser sur les rapports de force internes, très profondément déséquilibrés. Critiquable dans son principe, la conditionnante est difficilement contournable dans la pratique. Il est en effet peu vraisemblable que les créanciers étrangers fassent des concessions sur la renégociation de la dette extérieure sans conditions sur les politiques conjoncturelles et structurelles menées. La conditionnante est précisément ce qui fait le lien entre le désendettement et le modèle de croissance. Autant donc s’en servir pour favoriser des modèles moins inégalitaires et moins gaspilleurs de devises. Le principe de base pourrait être de négocier une meilleure insertion dans l’économie mondiale contre l’intégration des exclus au processus de croissance. Les modalités en seraient l’encouragement et l’appui à la réforme agraire, la réforme de la fiscalité, la dévalorisation des dettes internes, la revalorisation du pouvoir d’achat du salaire minimum, etc...

22Sans doute ces considérations sont-elles trop nettement teintées d’utopie. Mais l’utopie d’aujourd’hui n’a-t-elle aucune chance d’être la réalité de demain ? Faute de pouvoir établir un cheminement probable parmi l’infini des possibles, ces remarques se bornent à définir les contours d’un retour possible sur le sentier d’un développement posé comme antinomique avec le simple rétablissement d’une croissance excluante.

Notes

1 Je me permets sur ce point de renvoyer à mes deux articles : « Brésil, la quadrature du cercle », Revue de l'OFCE, n° 21, octobre 1987, et « Brésil, de l'inflation inertielle à l'hyperinflation », Problèmes d'Amérique Latine, n° 87, 1er trimestre 1988.

2 Voir sur ce point mon article « 1982-1989, Sept ans de gestion de la crise de la dette », dans 1982-1989, l'Amérique latine face à la dette, ouvrage collectif, Paris, La Documentation Française, à paraître en avril 1990.

3 Cf. Jacques Adda et Marie-Claude Smouts, La France face au Sud : le miroir brisé (chapitre VI), Paris, Karthala, 1989.

4 Voir sur ce point Jacques Adda, Modèles de développement et insertion dans l'économie mondiale, analyse comparative du Brésil et de la Corée du Sud, Thèse Université de Paris I, 1984.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter