Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Crise et démocratisation le brésil en transition

Martine Droulers

Texte intégral

1En ce début des années quatre-vingt-dix avec l’installation d’un nouveau gouvernement, les prises de position, les « forums » et les mises en garde se multiplient au Brésil pour envisager les projets et les réformes à mettre en place afin que le pays reprenne le chemin de la croissance économique et qu’il trouve celui de la justice sociale. L’incertitude générale est grande et accrédite les scénarios-catastrophes. Le Brésil est toujours écartelé entre son projet de Grande Puissance, sa tentation du populisme nationaliste et des propositions socialement plus progressistes.

2La décennie quatre-vingts est souvent présentée comme la « décennie perdue » à cause de l’approfondissement de la crise économique, du poids de la dette, de l’arrêt des investissements et de la détérioration des conditions de vie de la majorité de la population. Elle a pourtant apporté son lot de changements positifs. De nombreux verrous institutionnels, instaurés durant l’époque la plus sombre de la dictature militaire, se sont débloqués. En effet, « l’ouverture » politique que les militaires accordent en 1979 et qui coïncide avec l’essoufflement d’un modèle économique centralisé et dirigiste, inaugure la transition démocratique. Le multipartisme est remis à l’honneur et les élections se multiplient, celles de 1982 (gouverneurs, conseillers municipaux), celles de 1985 (maires des grandes villes) et celles de 1986 (députés). Elles marquent toutes le retour des élites exilées depuis 1964 et incitent au renouvellement de la vie politique. Une nouvelle Constitution a en effet été adoptée, en 1988, par une assemblée élue démocratiquement ; enfin, les élections présidentielles de 1989 ont permis la désignation d’un président par le suffrage universel. En ce sens, on peut dire que la crise économique a été une chance pour la démocratie.

3Le processus de démocratisation est donc véritablement enclenché. Néanmoins, cela ne veut pas dire que les archaïsmes ne perdurent pas et les résultats des élections générales de l990, qui marquent le retour dans leurs fiefs des vieux caciques, sont là pour le rappeler. Tout processus de transition a son lot de pesanteur et d’inertie. A l’image de la modernisation brésilienne qui a été inégalitaire et incomplète (modernisation conservatrice), les processus de changements socio-politiques sont loin d’être linéaires, et la démocratisation est encore inégale et partielle. Si la crise, en érodant certains pouvoirs anciens et en laminant les couches sociales les plus parasites, a constitué un facteur favorable à l’initiation du processus de démocratisation et à la réorganisation de l’appareil de production, son approfondissement fait aujourd’hui courir le risque d’une sédimentation des clivages sociaux et d’une accentuation des fractures entre un Brésil pauvre et un Brésil riche. Le chemin du nouveau pacte social est semé d’embuches, la démocratie sociale est loin d’être installée dans l’appareil d’État.

4Les observateurs brésiliens et particulièrement ceux qui se risquent aux études prospectives, font remarquer que le Brésil dispose de toutes les conditions pour entrer dans le vingt-et-unième siècle comme une grande puissance moderne, démocratique et plus égalitaire. Mais il est urgent de mettre sur pied des solutions appropriées, car avec la menace d’un chaos économique se profile celle d’un chaos politique et le pays court un risque très sérieux d’ingouvernabilité. Ces mêmes observateurs mettent en garde contre un possible effondrement, bien entendu catastrophique, des systèmes sociaux et culturels (Helio Jaguaribe et alii, 1989).

5Les travaux présentés ici contiennent des éléments de réflexion sur ces processus de changement à l’œuvre, sur ces évolutions contradictoires et non concomitantes d’un avenir dont les indicateurs socio-économiques sont inquiétants. Les chercheurs, à partir de leur spécialité, se sont efforcés de répondre à cet exercice de mise en perspective selon cinq grandes problématiques. Celles-ci constituent les cinq parties de cet ouvrage.

6Le défi économique : les politiques d’ajustement macroéconomiques qui se sont succédé dans les années quatre-vingt n’ont pas enrayé les éléments de la crise de l’économie brésilienne et la recherche d’une voie de développement durable est plus que jamais à l’ordre du jour (Adda, Zantman, Sachs).

7Le devenir des inégalités régionales : l’étude des grandes tendances de l’organisation territoriale et des projections démographiques souligne l’aggravation des inégalités sociales et spatiales (Bret, Droulers).

8Les espoirs et désillusions du monde rural : les thèmes mobilisateurs que sont la petite production agricole et la réforme agraire ne sont plus portés par des forces sociales et politiques suffisamment organisées (Gros, Grandjean).

9Les perspectives de l’urbain : les grandes villes doivent faire face aux défis de la croissance urbaine, de la réforme municipale et des différentes voies de la gestion plus ou moins participatives (Fischer, Rivière d’Arc, Metzger).

10Travail et société en mutation : l’évolution du monde du travail et la diffusion de la télévision sont, dans des domaines différents, des éléments caractéristiques du profond changement que subit la société brésilienne (Castro & Guimarães, Henriot).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2869/img-1.jpg
Fichier image/, 121k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter