Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État aménageur en Amérique latine

 | 
Jean Revel-Mouroz

I. Pouvoir et espace

Espace pétrolier et espace syndical dans le golfe du Mexique

Marie-France Prévôt-Schapira

Texte intégral

1Le STPRM (Sindicato de Trabajadores Petroleros de la República Mexicana) constitue depuis sa création en 1935 un des plus solides piliers du syndicalisme officiel dont le pouvoir politique et la puissance financière ont été considérablement accrus à partir de 1974 par la relance pétrolière. Cette situation s’explique, bien évidemment, par la place du pétrole dans l’histoire et l’économie mexicaines. D’une part, le S.T.P.R.M. a été l’instrument de l’expropriation des compagnies étrangères, le 18 mars 1938, et à ce titre il bénéficie d’une rente morale dont il use largement. D’autre part, il regroupe des travailleurs ayant une position stratégique dans la production, ce qui lui donne un très fort pouvoir de négociation.

  • 1 Marie-France PREVOT-SCHAPIRA. — Pétrole et nouvel espace industriel au Mexique, Coatzacoalcos-Mina (...)
  • 2 L.S. ADLESON. — Historia social de los obreros de Tampico, 1906-1919. — Thèse, mars 1982, Colegio (...)

2A ces facteurs s’ajoutent la dimension spatiale. Le S.T.P.R.M. tire sa force, aussi et avant tout, du contrôle qu’il exerce sur l’espace pétrolier, notamment dans les régions du Golfe du Mexique, là où se sont constitués de longue date des bastions du pouvoir syndical. Dans la première phase de l’exploitation pétrolière dominée par le capital étranger, les compagnies pétrolières construisent à proximité des centres de raffinage et de certains centres d’extraction des lotissements destinés à leur personnel. C’est ainsi que naissent ou se greffent sur des noyaux urbains, des villes du pétrole aux paysages fortement contrastés : d’un côté, les quartiers planifiés de la Compagnie, de l’autre, les zones d’habitat précaire qui se développent, à partir et au-delà des colonias petroleras1. Le phénomène de company town a été plus ou moins marqué, selon qu’on se trouve dans un camp pétrolier où l’emprise de la Compagnie est absolue, ou dans une grande ville comme Tampico où la diversité des activités en atténue le poids2. Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, la compagnie représente l’acteur principal dans l’organisation de l’espace des enclaves étrangères.

  • 3 Marie-France PREVOT-SCHAPIRA. — Pouvoir politique et pouvoir syndical au Mexique : le syndicat des (...)

3Cependant, pendant cette même période, les centres pétroliers deviennent la base d’organisations syndicales, qui tendent, à la veille de la nationalisation, à la fois à se constituer en un contre-pouvoir et à partager avec l’entreprise la gestion des « colonies pétrolières ». Lorsqu’intervient la nationalisation des pétroles mexicains, le gouvernement du général Cárdenas s’appuie sur l’appareil syndical pour assurer la relève des techniciens et des administrateurs étrangers. C’est alors que commence une période de dix années de conflits ouverts entre la nouvelle administration publique PEMEX (Petróleos Mexicanos) et le S.T.P.R.M. pour déterminer les limites du pouvoir syndical. La « mise au pas » des éléments les plus radicaux et le changement de direction imposé d’en-haut, sous la présidence d’Aleman (1946-1952), s’accompagnent d’énormes concessions qui permettent dès lors à la bureaucratie syndicale de contrôler la base et de s’enrichir3. Depuis, dans le cadre d’une collaboration souvent conflictuelle, Etat, entreprise, syndicat, le pouvoir du S.T.P.R.M. n’a cessé de se renforcer.

  • 4 Claude RAFFESTIN. — Pour une géographie du pouvoir. — LITEC, 1980.

4La réalité du pouvoir du S.T.P.R.M. s’inscrit et se partage dans les limites que nous tenterons, ici, de préciser. Le rôle du syndicat dans l’organisation de l’espace pétrolier est un champ jusqu’ici peu exploré. Pourtant, compte tenu des enjeux qui le traversent, le territoire syndical mérite pleinement l’attention du géographe. Tout d’abord, l’analyse du maillage syndical et des pratiques qui s’y inscrivent nous permettra de situer les points d’ancrage du pouvoir syndical et d’évoquer les modifications provoquées par la relance de 74. Ensuite, nous montrerons comment le syndicat « territorialise » l’espace à travers une appropriation abstraite et/ou concrète4. Les lieux choisis l’ont été en raison de leur importance dans le système syndical. Ils ne recouvrent, cependant pas, tout l’espace occupé par le S.T.P.R.M.

I - L’ARCHIPEL SYNDICAL

a) L’enjeu territorial : le contrôle de l’embauche

  • 5 Monopole de l’embauche reconnu par la loi fédérale du travail au syndicat majoritaire dans une ent (...)
  • 6 « Nosotros, no nos hemos convertidos en petroleros, nosotros nacimos petroleros y somos hijos y ni (...)
  • 7 « Erán muy pocos los remanentes que quedaban de las cuotas sindicales. Ideo implantar la ayuda soc (...)

5La section constitue le point d’ancrage du pouvoir syndical. En effet, contrairement à d’autres grands syndicats d’industrie où le comité exécutif général contrôle l’embauche, les statuts du S.T.P.R.M. accordent, une relative autonomie aux sections qui sont titulaires des emplois créés dans les centres de PEMEX situés dans leur juridiction, autonomie qui devient de plus en plus théorique avec l’évolution actuelle. C’est donc dans ce cadre — le territoire sur lequel s’étend la juridiction — que s’exerce le monopole de l’embauche du S.T.P.R.M., fondement essentiel du pouvoir syndical5, qui concerne désormais la quasi-totalité du personnel de l’entreprise pour qui l’affiliation au syndicat est, dans les faits, obligatoire. Les travailleurs syndiqués « sur le tas », se divisent en deux grandes catégories : d’un côté, les travailleurs permanents (de planta), de l’autre les travailleurs temporaires (transitorios). Les premiers, dont le poste est transmissible statutairement au parent le plus proche (derechoso), forment le noyau fixe de PEMEX, profondément enracinés dans les régions du Golfe. C’est au sein de cette « grande famille des pétroliers » que s’est mis en place, fondé sur les acquis et renforcé par les pratiques, un système d’autorecrutement, d’autant plus fermé que le corporatisme du S.T.P.R.M. s’est révélé d’une grande efficacité et que jusqu’à la relance de 74, les créations d’emplois permanents ont été peu nombreuses6. Les seconds ont vu leur nombre augmenter, alors que s’érodait à partir des années 60 la capacité financière de l’entreprise et que se consolidaient les avantages des premiers. Ces transitorios constituent une source importante de revenus et une vaste clientèle permettant, comme nous le verrons plus loin, aux leaders syndicaux de s’affirmer sur le plan politique. Outre la cotisation syndicale, ils doivent payer pour obtenir la signature d’un contrat de travail d’une durée qui peut aller de 3 à 90 jours, une commission aux leaders de la section (pratique mise en place en 1963, par le leader de Ciudad Madero sous le nom ayuda social) et accomplir la militancia sindical, travail gratuit dans les entreprises du syndicat7. Enfin, pour beaucoup, s’ils n’appartiennent pas à la « grande famille », l’intégration à l’entreprise passe par l’achat d’un poste de travail, sous les auspices du syndicat.

  • 8 « Las jurisdicciones o derecho de poseer tierras donde existen posibles yacimientos petroliferos, (...)

6De la capacité d’une section à étendre son territoire sur les zones en expansion, là où sont créés de nouveaux emplois, dépend son pouvoir aussi bien politique (élargissement de la clientèle) que financier. C’est pourquoi, à chaque remaniement de la carte pétrolière, on a, depuis toujours, assisté à des affrontements, parfois violents, entre les sections, notamment depuis la relance pétrolière, l’enjeu étant le contrôle des nouvelles sources de travail8. Ces conflits rappellent que le pouvoir de la section dépend aussi de sa position dans l’édifice syndical. Au nombre de 29 aujourd’hui, de poids très inégal, tant sur le plan de la superficie que des effectifs contrôlés, les sections forment un territoire organisé en « archipel » et commandé à partir des bastions les plus puissants. Pour comprendre le poids respectif de chaque pôle, il convient d’évoquer la genèse et l’évolution du territoire syndical.

b) Genèse et évolution de l’espace syndical

  • 9 Dans la région de Minatitlán, il existait 8 syndicats, dont 7 pour la seule compagnie El Aguila.

7Lorsque se réalise l’unification, les syndicats existant alors au sein des différents centres pétroliers s’incorporent au S.T.P.R.M. sous forme de section. La structure du syndicat unifié reflète donc la situation du syndicalisme pétrolier avant 1935, éclaté en de multiples syndicats très disparates, organisés non pas au niveau de la région ou de la compagnie mais du lieu de travail9. Les organisations les plus puissantes se situent dans les deux grands centres de raffinage du pays, à Ciudad Madero et à Minatitlan, tandis que la découverte de la Faja de Oro, dans le début des années 30, fait naître une troisième grande concentration ouvrière à ce qui sera Poza Rica. C’est d’ailleurs en raison de cette grande disparité, que les petits syndicats, craignant d’être étouffés par les puissants bastions, notamment celui de la Ciudad Madero d’où était parti le mouvement, se sont opposés, dans un premier temps, à l’unification.

8Ainsi, d’emblée, les sections ont eu un poids très inégal au sein du S.T.P.R.M. et en dépit d’une certaine autonomie accordée par les statuts pour assurer la représentation des petites comme des grandes sections, dans les faits, au lendemain de la nationalisation, le pouvoir se joue entre Ciudad Madero (section 1), Poza Rica (section 30) et Minatitlan (section 10) où se trouvent les points stratégiques de l’exploitation pétrolière, jusqu’au début des années 70. Après une période de luttes pour le contrôle du pouvoir, la signature d’un pacte d’alliance entre les trois grandes sections du Golfe qui formeront pendant plus de trente ans « le triangle politique » du S.T.P.R.M., assure à chacune d’elle, par rotation, tous les trois ans, la direction du syndicat (cf. tableau n° 1). Cet accord est une reconnaissance du partage de l’espace pétrolier en trois grands fiefs regroupant des sections vassales : la zone nord contrôlée par Ciudad Madero, la zone centre par Poza Rica et la zone sud par Minatitlán (cf. tableau n° 2). Notons que jusqu’en 1981, ce découpage coïncide avec celui de PEMEX. C’est dans ces mêmes villes que s’établissent les sous-directions.

  • 10 La tentative de J. Reyes Heroles, alors qu’il était directeur de PEMEX, pour promouvoir Terrazas S (...)
  • 11 Antonio VARGAS, MAC DONALD. — Hacia una nueva política petrolera. — Editorial Promoción, 1958.

9Cependant, cet équilibre spatio-temporel réalisé entre les trois métropoles pétrolières ne met pas fin aux rivalités. La structure tricéphale du pouvoir ne doit pas faire croire à l’existence d’une quelconque démocratie syndicale, ni masquer l’hégémonie de fait exercée par l’un des trois pôles, à travers des alliances qui se nouent et se dénouent, selon les circonstances. L’appui apportée par l’entreprise et/ou le gouvernement à l’un des leaders en lice a été souvent décisif, mais pas toujours10. C’est ainsi que, de 1942 à 1959, durant la phase de forte production du district de Poza Rica (65 % de la production en 1958), le superintendant de la zone, Jaime Merino, surnommé « el cacique bueno », fonde un vaste empire et propulse à la tête du syndicat son homme-lige, le leader de la section 30, Pedro Vivianco11. Les manifestations sanglantes de 1958, à Poza Rica organisées par le Front démocratique pour protester contre le caciquat de Merino provoque sa chute et celle de Pedro Vivianco. Commence alors, ouvertement soutenue par Lopez Mateos, l’ascension du leader de la section 1, Joaquin Hernandez Galicia. A partir de 1960, l’épicentre du pouvoir se déplace à Ciudad Madero.

  • 12 Lorsqu’en 1964 la vieille raffinerie d’Arbol Grande est fermée, la section 21, avec deux cents tra (...)

10Pour comprendre les relations entre espace et pouvoir, rappelons que toute modification de la dynamique pétrolière provoque l’affaiblissement vs. le renforcement de certaines sections qui peut se traduire par un remaniement du maillage syndical. Depuis la création du S.T.P.R.M., des sections ont disparu à la suite de la fermeture de centres obsolètes, certaines ont été transplantées avec leurs travailleurs des zones en déclin vers de nouvelles installations, d’autres ont vu leur juridiction s’étendre sur les zones en expansion, enfin des sections ont été créées12. Nous ne ferons pas ici l’histoire de la géographie syndicale. Il convient toutefois de bien la connaître pour interpréter les rapports de pouvoir, les filières d’embauche et les liens privilégiés existant entre certaines sections.

11Dans l’ensemble, jusqu’à la relance pétrolière, compte tenu de l’érosion financière de PEMEX à partir des années 60, les remaniements ont été limités et n’ont pas remis fondamentalement en cause l’équilibre entre les trois zones. Il y a permanence des lieux de pouvoir dans les plus anciens bastions pétroliers. Notons d’ailleurs que les mouvements de « dissidence », lors de la crise de 58, sont apparus dans des sections de création plus récente, situées hors du Golfe, qui n’ont pas accès au pouvoir de direction.

c) La relance pétrolière : « la nouvelle donne »

  • 13 En 1980, la zone sud fournit 90,6 % du pétrole et 77,2 % du gaz naturel.
  • 14 C. Raffestin, op. cit.

12A partir de 1974, le « boom » pétrolier provoque de profondes mutations. De nouveaux fronts pétroliers s’ouvrent dans le sud-est mexicain, relayant à un plan mineur les anciennes zones productrices13. Par ailleurs, hormis le pôle pétrochimique de Coatzacoalcos-Minatilán , les grands investissements industriels (raffinage et pétrochimie) ont été réalisés hors de toute juridiction. Notre propos n’est pas d’analyser l’essor pétrolier de la dernière décennie qui a fait l’objet de nombreuses études, mais de cerner les changements intervenus depuis 74 dans l’organisation de l’espace syndical. Dans la mesure où « tout changement de maillage implique une nouvelle structure de pouvoir »14, assiste-t-on, avec le glissement des activités pétrolières vers le Tabasco et la Sonde de Campeche, à l’émergence de puissantes sections susceptibles de remettre en cause le leadership du « triangle politique » ?

  • 15 Cf. étude de la filière isthmique et de la filière du Golfe in : Pétrole et nouvel espace industri (...)
  • 16 M.F. PREVOT-SCHAPIRA, H. RIVIERE D’ARC. — Les investissements publics et la région : l’Isthme d’Oa (...)

13Si l’on observe l’évolution de l’espace syndical, depuis la relance pétrolière, plusieurs remarques s’imposent. Tout d’abord, ce qui frappe c’est la rigidité de la structure du S.T.P.R.M. Alors que l’essor pétrolier dans le sud-est a provoqué au niveau de la division administrative de PEMEX un éclatement de la zone sud en trois sous-directions, respectivement situées à Coatzacoalcos, Villahermosa et Ciudad del Carmen, il n’y a pas eu création de nouvelles sections. Cependant, si la structure en 29 sections et trois grandes zones n’a pas été modifiée, les rapports de force, eux, l’ont été. Les bénéfices de la croissance ont été monopolisés par quelques sections, soit directement en étendant leur juridiction sur de nouveaux territoires, soit indirectement en investissant les sections émergentes, ou les deux à la fois. C’est le cas de Ciudad Madero. Citons l’exemple pour le premier cas de figure, de la nouvelle raffinerie de Cadereyta, située à quelque deux cents kilomètres du Golfe, sur laquelle la section 1 a étendu sa juridiction. Ici, tous les travailleurs de planta sont venus de Madero. Dans le second cas de figure, les nouveaux emplois ont été créés dans d’anciennes zones pétrolières où il existait de petites sections qui ont vu leurs effectifs gonflés en quelques années. Dans ces sections émergentes, les métropoles ont pratiqué une politique d’infiltration par le biais des migrations de travail, aux dépens des pétroliers « locaux » et des populations régionales. C’est ainsi que les milliers de postes créés dans les complexes pétrochimiques de Pajaritos, Cangrejera et Morelos, dont le contrôle a été attribué à la petite section de Nanchital, ont été en grande partie pourvus par le nord15. Dans la raffinerie du Pacifique, Salina Cruz, il en a été de même, mais là un accord était intervenu au niveau national pour débloquer la situation de l’emploi dans les zones en déclin (Ebano, Cerro Azul, Poza Rica...). Toutefois, l’arrivée massive de travailleurs du Golfe a suscité au sein même de la section 38, de violents remous. Ceci a obligé les leaders de Salina Cruz à renégocier avec Ciudad Madero, où s’élabore la politique, afin de limiter le contingent extérieur dans une région traditionnellement jalouse de son intégrité locale16.

  • 17 « The workers employed in the new fields have emerged as a decisive force within the Union... occu (...)
  • 18 En 1981, le leader de la section 11 baptise le centre de Nanchital : Villa Nanchital de Hernandez (...)
  • 19 Le 27 décembre 1979, avec l’élection de S. Barragan Camacho vient s’ajouter dans les statuts du ST (...)

14Il est à noter que la création de plusieurs milliers d’emplois, dans un laps de temps très court, a mis à nu les filières de recrutement et la mobilité du travail qui s’organisent à partir des sections les plus puissantes. Ainsi, à l’inverse de ce qui a souvent été affirmé, le développement pétrolier de ces dernières années n’a pas entraîné un déplacement des lieux de pouvoir vers le sud-est, au contraire17. Il a renforcé celui de la section 1 qui déplace de véritables « colonies » vers les zones en expansion. Cette stratégie de redéploiement vers le sud a été favorisée par les rapports d’allégeance de certaines sections du sud au pouvoir du nord, en particulier celle de Nanchital qui a joué la carte de Ciudad Madero contre Minatilán18. Ce mouvement s’est accompagné d’un renforcement de l’exécutif (CEG), dont le pouvoir se confond de plus en plus avec celui de Ciudad Madero, aux dépens de l’autonomie des sections. En 1980, c’est au tour de la section 1 d’occuper le poste de secrétaire général. La durée du mandat est alors porté, exceptionnellement, de trois à cinq ans19. De plus, c’est le CEG et non pas les sections qui draine les 2 % versés sur tous les travaux réalisés par PEMEX et les revenus fournis par l’accord de 1977, l’argent étant destiné à alimenter les caisses des Œuvres Sociales Révolutionnaires du S.T.P.R.M. dont le directeur n’est autre que J. Hernandez Galicia. Une seule voix s’est opposée à cette centralisation des fonds et du pouvoir, celle du leader de la zone Sud depuis 20 ans, Sergio Martinez Mendoza. En janvier 1980, sa mise à la retraite permet au nord d’éliminer cette voix discordante et de prendre le contrôle des sections du sud (1). Ainsi, après l’assassinat de H. Kehoe, leader de Poza Rica, en 1977, la chute de celui de Minatitlán semble consacrer la fin du « Triangle politique » et l’hégémonie de la section 1 et de son leader sur tout l’archipel syndical.

  • 20 « Las secciones de la zona sur desgraciadamente no sabian pelear sus derechos y se dejan mangonear (...)

15Dès lors, plus rien ne s’oppose à la mise en place dans toutes les sections du « système pétrolier », modèle d’organisation des territoires syndicaux, conçu dans les années 60 par J. Hernandez Galicia, en partie réalisée dans le fief de Ciudad Madero20.

II - « LE SYSTÈME PÉTROLIER » : CONTROLE ET GESTION DES DES TERRITOIRES SYNDICAUX

16Le système imaginé par le leader pétrolier de la section 1 peut être résumé ainsi : il s’agit pour le syndicat d’organiser, voire d’encadrer, et ceci à tous les niveaux, la vie, non seulement des travailleurs de l’entreprise mais aussi des populations des régions pétrolières.

a) De l’enclave étrangère au territoire syndical

17Dans les enclaves pétrolières du Golfe, au lendemain de la nationalisation, l’entreprise publique PEMEX prend le relais des compagnies étrangères pour gérer le patrimoine foncier et immobilier dont elle hérite. Son intervention s’inscrit dans le droit fil de la politique paternaliste des compagnies et reproduit les mêmes effets. Dans les villes pétrolières, bien qu’étant l’acteur disposant de la plus grande capacité financière, PEMEX refuse depuis toujours de jouer le rôle attendu d’elle par les populations des zones pétrolières : celui de « l’entreprise-providence ». Si PEMEX accepte de prendre en charge une partie des infrastructures urbaines, ce n’est qu’en fonction de ses besoins et de ceux de ses travailleurs, à sa discrétion. Ses seules obligations sont celles inscrites dans la convention collective en matière de logement, d’éducation, de santé.

  • 21 Proceso, 22 mars 1982, n° 281. — Rechazan los petroleros afiliarse al IMSS, para no ser tratados « (...)
  • 22 « Poza Rica, c’est aujourd’hui cette ville de 200 000 habitants dont 60 000 sont entassés dans des (...)

18Ainsi, s’est perpétuée, au-delà de la nationalisation, la ségrégation mise en place durant la première phase. Dans leurs enclaves urbaines, les travailleurs du pétrole logés par PEMEX font figure de privilégiés avec leurs hôpitaux, leurs écoles, leurs terrains de sport21. A cet égard, Poza Rica est un exemple presque caricatural de l’évolution des villes pétrolières. A la chute du superintendant, J. Merino, qui avait exercé un contrôle absolu sur la ville pendant 20 ans, Poza Rica garde la physionomie de la phase pionnière : au centre, des baraques en bois, des routes défoncées, des services déficients ; sur les hauteurs, les quartiers résidentiels de PEMEX dont elle assure les services et les infrastructures. D’ailleurs, jusqu’à la rénovation du centre de la ville entreprise au début des années 70, PEMEX possédait l’essentiel du sol urbain22.

19Cependant, au fil des années, à côté de l’entreprise, s’affirme un second acteur : le syndicat. A travers les accords signés lors des négociations collectives, PEMEX tend à abandonner au S.T.P.R.M. une partie de ce qui constituait son champ traditionnel d’action, notamment en matière de logement. Jusqu’à la relance pétrolière, PEMEX se contentait de loger dans ses « enclaves urbaines » dont beaucoup dataient de la période des compagnies étrangères, son personnel de confianza (personnel de direction) et une petite minorité de travailleurs syndiqués. Les autres ne recevaient qu’une indemnité de logement, incluse dans leur salaire. Les programmes de logement réalisés par l’entreprise pendant cette période se font en dehors de tout programme défini, au gré des pressions locales, et sans que le rythme des constructions suive l’augmentation de la demande.

  • 23 INFONAVIT : Instituto del Fondo Nacional para la Vivienda al trabajador.

20A partir de 1976, deux facteurs convergent qui obligent l’entreprise à définir une véritable politique du logement : d’une part la création de l’INFONAVIT qui rappelle les obligations patronales, de l’autre, le déficit accru de logements dans les zones pétrolières en expansion23. En 1977, est créée à PEMEX, la Comisión coordinadora de programas de viviendas qui lance des programmes de construction permettant aux travailleurs de planta l’accession à la propriété. PEMEX finance la construction d’habitations qui sont ensuite gérées par le syndicat, à travers le Patronato nacional proconstrucción de casas del comité ejecutivo del S.T.P.R.M. (clause 166 du contrat collectif).

  • 24 En 1981, est créée la gerencia de obras de beneficios sociales y infrastructura para la comunidad, (...)

21Ainsi, dans le secteur du logement, comme dans d’autres, l’action de PEMEX tend à s’effacer au profit d’autres instances, notamment syndicales24. Il en résulte que les centres pétroliers apparaissent de moins en moins comme les villes de l’entreprise (company town) et de plus en plus comme celle du syndicat et de ses bienfaiteurs. J. Hernandez Galicia à Ciudad Madero, les frères Balderas à Nanchital, Lopez Diaz à Salamanca, et depuis peu Lopez Ramos à Salina Cruz, partout le phénomène se répète. Là où s’est implantée une section syndicale puissante s’est établi autour de son leader un réseau de clientèle qui a donné naissance à une forme de caciquisme syndical.

b) Contrôle du pouvoir municipal

  • 25 « Ademas demostré que el lider, yo, no aceptaba puestos politicos por más honorosos que fueran. Ya (...)
  • 26 Cf. J. BRISENO, op. cit., p. 177.
  • 27 Excelsior, 21 mars 1982. — La Quina artifice de la recepción a MMH, en su gran feudo petrolero.

22L’appropriation de l’espace suppose tout d’abord la conquête du pouvoir politique, notamment au niveau municipal, tremplin pour des postes plus importants (députés, sénateurs). C’est pourquoi dans les zones pétrolières, l’élection de dirigeants syndicaux aux postes d’élection populaire s’est imposé comme une règle de la vie politique locale mais aussi nationale, car, ne l’oublions pas, le candidat reçoit l’investiture du PRI. Ceci montre la volonté du gouvernement d’enraciner le pouvoir politique du S.T.P.R.M. Une exception à la règle, celle J. Hernandez Galicia qui s’est toujours refusé à accepter un poste politique officiel, qui serait bien évidemment en-deçà du pouvoir réel dont il dispose, et qui ramènerait le leader charismatique au rang d’un homme ordinaire25. De fait, depuis plus de 20 ans, il contrôle le jeu politique dans le sud du Tamaulipas. En 1962, il refuse le poste de sénateur que lui offre Lopez Mateos, mais la même année, il impose au poste de gouverneur de l’Etat de Tamaulipas son « compère » Praxedis Balaboa, contre le candidat désigné par le PRI, Martinez Manatou26. C’est lui qui nomme les présidents de Ciudad Madero, et depuis 1979, avec l’élection de J. Contreras Cantú son pouvoir s’étend désormais sur la ville de Tampico, longtemps rivale, dominée jusqu’alors par la famille Fleischmann27.

  • 28 Proceso, 21 mars 1983, n° 333. — Poza Rica, bajo el cacicazgo de los líderes de PEMEX podria volve (...)

23Le municipe constitue véritablement la base territoriale dans laquelle s’enracine le pouvoir politique d’une section. L’activité pétrolière a d’ailleurs souvent été à l’origine de la création de nouveaux municipes, comme à Ciudad Madero, Poza Rica ou Las Choapas. Au départ, il y a eu, le plus généralement, adéquation entre un centre de PEMEX, une section et un municipe. Et même, si en raison de l’extension de leur juridiction, l’intervention des grandes sections s’étend maintenant au-delà de la base de départ, le municipe demeure le support fondamental du pouvoir syndical. Il en résulte, que dans la plupart des zones pétrolières, pouvoir syndical et pouvoir municipal sont entièrement confondus, l’un dominant l’autre. Ne trouve-t-on pas, d’ailleurs, le plus souvent, le local de la section accolé à la mairie. Cette dépendance est d’autant plus grande que la capacité financière des sections est sans commune mesure avec celle du municipe. En 1982, le budget de la section 30 était de 600 millions de pesos, alors que celui du municipe n’atteignait que 149 millions de pesos, à peine de quoi payer les employés municipaux. L’ex-président municipal résumait la situation ainsi : « Toute autorité municipale qui n’est pas soumise aux dirigeants syndicaux, est simplement une figure décorative... »28.

  • 29 « En lugar de envidiar, construye e supérate, En vez de criticar, trabaja ». Cinéma de la section (...)
  • 30 CRIC, Tampico, mars 1980. — Barriendo calles celebraron aniversario expropriatorio los petroleros (...)

24Au niveau de la gestion urbaine, les réalisations sont fonction de la capacité financière de la section. Cependant, à l’exception de Ciudad Madero, véritable « vitrine » de l’action syndicale, les villes pétrolières qui ont toutes connu une croissance brutale et mal contrôlée, sont plus que toute autre, en proie à une crise urbaine aiguë, que les actions ponctuelles du S.T.P.R.M., ici une route, là une école, ne permettent pas de régler. En revanche, elles marquent l’espace du sceau du syndicat. Des panneaux signalent l’intervention du S.T.P.R.M. (« por cortesía de la sección 1 »), tandis que des slogans inculquant le civisme pétrolier sont inscrits sur les édifices du S.T.P.R.M.29. Ceci fait partie de l’intense mobilisation sociale à laquelle sont soumises les populations — défilés, commémorations des grandes dates de l’histoire pétrolière, travaux collectifs — qui accompagne la mise en place du système pétrolier30.

c) Le syndicat-entrepreneur : Les œuvres sociales révolutionnaires du S.T.P.R.M.

  • 31 « Si deseábamos que el salario nos rindiera, teniamos que ser nuestros propios productores de aque (...)
  • 32 La section 1, qui avait démarré en 1963, avec 2 millions de pesos, possédait, en 1982, en effectif (...)
  • 33 « Hemos pensado y debidamente planeado realizar la Revolución Obrera, que consiste en que nosotros (...)

25Créer un circuit économique, échappant aux intermédiaires « voraces », afin de juguler l’inflation qui règne dans les zones pétrolières, tel est l’objectif que se fixe le projet connu sous le nom de Plan Lázaro Cárdenas de la section 1, élaboré dans le début des années 60, par J. Hernandez Galicia et ses proches31. A cet effet, la section 1 crée, en 1963, une caisse d’épargne (caja de ahorro) alimentée au départ, par les dons des sous-traitants de PEMEX et l’ayuda social, alors instituée. C’est ainsi que démarre et se concentre dans la section pilote de Ciudad Madero, les Oeuvres Sociales Révolutionnaires du S.T.P.R.M.32. Outre un cinéma, un centre de loisir, un hôtel, un service de pompes funèbres, une imprimerie, un palais des congrès, etc., la section 1 possède des magasins (tiendas de consumo), des fabriques de matériaux de construction, des entreprises de travaux publics sous-traitant pour PEMEX, une société de construction de plates-formes de forage destinées à la zone offshore de Campeche, une usine de confection de vêtements de travail, des sociétés de transports pour les travailleurs et les produits de PEMEX. Enfin, dernier volet de ce « système », le programme de production alimentaire, lancé en 1979, sous le nom de Revolución Obrera pour participer au SAM (Sistema Alimentario Mexicano), programme d’auto-suffisance alimentaire mis en route par Lopez Portillo, en 197833 (cf. annexe). A l’heure actuelle, toute l’emphase est mise sur la réalisation de cette tâche exemplaire. Toutes les sections ont été invitées, à l’instar de Ciudad Madero, à développer les activités agricoles, sous deux formes, soit en acquérant des fermes (granjas del S. T.P.R.M.), soit en passant des contrats avec des ejidos, la production étant destinée à alimenter les coopératives d’achat du S.T.P.R.M. C’est d’ailleurs Ciudad Madero qui contrôle et distribue les fonds. En 1981, le directeur des Œuvres Sociales Révolutionnaires, J. Hernandez Galicia, à la tête de 10 milliards de pesos (liquidités et biens) a investi 857 millions dans les fermes du syndicat dont la superficie totale représente aujourd’hui 27 000 ha.

  • 34 Clause 36 du contrat collectif qui accorde la priorité aux entreprises du syndicat pour la sous-tr (...)
  • 35 « Amigos petroleros, estoy orgulloso de un grupo de mexicanos y mexicanas que han entendido nuestr (...)

26Les Œuvres Sociales Révolutionnaires du S.T.P.R.M. ont connu ces dernières années un développement impressionnant lié à la capacité financière accrue du S.T.P.R.M., depuis la relance pétrolière. Certes, avec l’introduction de la sous-traitance (contratismo) à PEMEX, sous Aleman, en 1947, le S.T.P.R.M. est devenu un syndicat riche dont le maniement des fonds a depuis toujours eu des aspects obscurs34. Cependant, le gouvernement a toujours fermé les yeux sur la corruption qui règne au S.T.P.R.M. Les quelques actions engagées contre certains leaders ont été avant tout politiques. Lorsque Lopez Mateos provoque la chute de J. Merino et de P. Vivianco, il ne remet pas en cause les pratiques du « merinato », et laisse aussi vite se développer ailleurs des petits « merinatos ». Au contraire, les actions du syndicat des pétroliers ainsi que les dirigeants apparaissent dans tous les discours présidentiels comme exemplaires, aujourd’hui plus que jamais35.

27Durant la période de l’euphorie pétrolière, l’entente entre l’entreprise et le syndicat a été totale, et le S.T.P.R.M. en a tiré d’énormes avantages. On évalue à 14 milliards de pesos les subsides accordés par PEMEX, entre 1977-1982, aux Oeuvres Sociales Révolutionnaires du S.T.P.R.M. A ceci s’ajoute le montant des cotisations qui a doublé pendant ce même laps de temps — 100 millions de pesos par mois en 1982 — et les revenus impossibles à chiffrer fournis par la vente des postes de travail, par les commissions payés au titre de l’ayuda social et par les bénéfices de l’accord de 1977 qui est apparu comme une véritable officialisation de la corruption. Au regard de l’énorme accroissement des fonds syndicaux et de la répartition opérée par la direction du S.T.P.R.M. dans les sections d’une part, et de la fiscalité de l’entreprise qui ne laisse que des « miettes » aux régions et aux municipes pétroliers, d’autre part, tout se passe comme si PEMEX avait opté, de gré ou de force, pour une redistribution d’une partie de la manne pétrolière par le canal syndical.

  • 36 En ce qui concerne la segmentation de la force de travail, voir notre article : Travailleurs du pé (...)
  • 37 « Si el pueblo es dueño de sus productos, de los bancos, de sus tiendas, de sus diversiones, nadie (...)

28Dans cette dynamique bipolaire qui s’est créée entre l’entreprise et le syndicat, PEMEX préfère passer directement par le S.T.P.R.M. pour remplir ses obligations sociales, plutôt que par l’Etat, instance plus lointaine, moins efficace, et peut-être voir plus coûteuse. En revanche, l’efficacité du paternalisme syndical, de l’encadrement et de la gestion du S.T.P.R.M. permet de renforcer le processus de segmentation de la force de travail au sein de l’entreprise que vient parfaire le système des OEuvres Sociales Révolutionnaires puisqu’il fonctionne sur le travail gratuit — appelé dans le jargon syndical « militancia sindical » — des travailleurs précaires (transitorios, meritorios) qui espèrent ainsi intégrer, pour un temps et peut-être définitivement l’entreprise36. C’est pourquoi il ne faut pas analyser les entreprises du syndicat uniquement en termes de rentabilité ; bien que cette dimension ne doit pas être négligée, elle serait une vision réductrice d’un projet plus global. Au-delà de la rationalité économique, les réalisations « exemplaires » du S.T.P.R.M. marquée par un anti-capitalisme simpliste, à finalité autarcique, permet au syndicat de renforcer son pouvoir au niveau national et dans les territoires pétroliers, de mieux encadrer les populations, voire d’emporter l’adhésion, enfin de structurer, tout en l’excluant, la force de travail en attente37.

29C’est ainsi que sous le sexennat de Lopez Portillo ce pouvoir accru s’est accompagné d’un processus de centralisation au profit de la section 1 et d’un recul de l’autonomie des sections. Désormais, l’archipel syndical s’organise à partir de Ciudad Madero et sur son modèle, renforçant considérablement l’emprise du S.T.P.R.M. dans les régions pétrolières, notamment dans les bastions du Golfe du Mexique. Ici, tout se passe comme si par un accord tacite entre le syndicat et l’Etat, ce dernier laissait au S.T.P.R.M., en dehors de la stratégie industrielle et de sa gestion, un pouvoir total, dont les seules limites seraient précisément celles des territoires pétroliers.

Tableau n° 1 : Liste des secrétaires généraux du S.T.P.R.M., 1936-1980

Tableau n° 1 : Liste des secrétaires généraux du S.T.P.R.M., 1936-1980

Source : George W. GRAYSON. — The politics of mexican oil. — University of Pittsburg Press, 1980, p. 86.

Tableau n° 2 : Délégués syndicaux par sections payés par l’entreprise

Tableau n° 2 : Délégués syndicaux par sections payés par l’entreprise

Source : Contrato colectivo del S.T.P.R.M., 1981.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

• ADLESON (S. Lief). — Historia social de los obreros de Tampico, 1906-1919. — Thèse : mars 1982, El Colegio de México, Centro de Estudios Historicos.

• BATAILLON (Claude), dir. — État, pouvoir et espace dans le Tiers-monde.— Paris, PUF, 1977.

• BRISENO (Jaime. A). — « La Quino », la lucha de un lider. — (collection Tiers-Monde).

• CAMACHO (Manuel). — El futuro inmediato. — in : La classe obrera en la historia de México, Mexico, Siglo xxi, 1980.

• CANALES UCHOA (Claudia). — Sin salida, el caso de los trabajadores transitorios de PEMEX. — Mexico, UNAM, 1979, thèse.

• GRAYSON (George W.). — The politics of mexican oil. — University of Pittsburg Press, 1980.

Memoria de gira, prioridades nacionales. — Desarrollo regional en zonas petroleras. — 8.11 décembre 1981, IEPES-PRI, MMH ; 1982-1988.

• PALMA ALOR (Augusto). — Las Choapas de ayer, hoy y siempre. — Mexico, 1975.

PREVOT-SCHAPIRA (Marie-France). — Pétrole el nouvel espace industriel au Mexique, Coatzacoalcos-Minatitlán. — Thèse de 3e cycle, Paris II1-IHEAL, 1981.

• PREVOT-SCHAPIRA (Marie-France). — Mobilización de la fuerza de trabajo en el sector petrolero y espacio sindical : el caso de la zona de Coatzacoalcos-Minatitlán. — in ; Los grandes complejos industriales y su impacto en el espacio latinoamericano, Coloquio francomexicano, Instituto de Geografia, UNAM, Mexico, 1982.

• PREVOT-SCHAPIRA (Marie-France) (en collaboration avec Hélène RIVIÈRE d’ARC). — Les investissements publics et la région : l’Isthme d’Oaxaca. — in Document de recherche du CREDAL-LA.111, n°9, 1983.

• RAFFESTIN (Claude). — Pour une géographie du pouvoir. — LITEC, 1980.

• RIVERA CASTRO (José). — Corrupción y disidencia obrera en PEMEX, 1958-1981. — in Revista Iztapalapa, II, n° 2, juil-déc. 1981.

• VARGAS MAC DONALD (Antonio). — Hacia una nueva política petrolera. — Editorial Promoción, Mexico, 1959.

Annexes

ANNEXE. DISCOURS PRONONCÉ PAR 2 RESPONSABLES DES OEUVRES SOCIALES RÉVOLUTIONNAIRES DE LA SECTION I DU S.T.P.R.M. LORS DE LA VISITE DE MIGUEL DE LA MADRID ALORS CANDIDAT A LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE

Mon nom est Enrique Caracona Torres. Je suis chargé de la supervision des entreprises, magasins, ateliers et autres réalisations du plan « Révolution Ouvrière » mis en œuvre dans la ville de Madero, Tamaulipas. C’est un honneur pour moi de vous informer que la Section 1 et notre groupe pour l’Unification Révolutionnaire Nationaliste dirigent douze magasins installés à Tampico et à Madero dans des quartiers populaires ; ces magasins, avec un chiffre d’affaires de 48 millions de pesos par mois, vendent toute sorte de marchandises offrant une réduction de 15 % sur les produits alimentaires et de 25 % sur les autres articles. Une fois par mois, en outre, nous organisons des ventes au rabais de tous les articles comestibles en diminuant encore les prix de 20 %, ceci pour le grand bénéfice de tout le peuple car nos magasins ont pour but de servir et aider le peuple. Les installations et les marchandises représentent une valeur de plus de 300 millions de pesos mais là n’est pas le plus important car l’ambition de notre groupe pour l’Unification Révolutionnaire Nationaliste, c’est aider nos gouvernements, non pas avec des discours ou de simples projets mais bien avec des actions humanitaires, créatrices et nationalistes.

Vous qui êtes le candidat du PRI, vous savez que l’indépendance économique ne peut se consolider si nous ne créons pas des industries qui soient propriété de peuple et dirigées par le peuple. C’est avec cet objectif prioritaire et dans le but de combattre les monopoles et aider nos gouvernements révolutionnaires que le plan Lázaro Gárdenas et le Groupe pour l’Unification Révolutionnaire Nationaliste possèdent en toute propriété une fabrique de meubles, une fabrique de poutrelles, une fabrique de matériaux de construction, une fabrique de vêtements, une fabrique de dissolvants, une fabrique de savon, une fabrique d’aliments pour animaux, poulets, porcs, bovins, ovins, également une fabrique de produits alimentaires comestibles, une entreprise de structures métalliques, une coopérative de construction qui réalise des travaux pour Petróleos Mexicanos pour une valeur de plus d’1 milliard de pesos en passant des contrats avec des entrepreneurs agréés. Au lieu que ce soit eux qui s’adressent à nous, les ouvriers, ce qui serait déjà un honneur, c’est nous les ouvriers qui nous adressons à eux ; ce n’est pas pour nous en orgueillir mais on peut dire que c’est une marque de progrès pour un peuple d’ouvriers. Et nous vous le disons, conscients de notre dignité.

Nos services de distribution de matériaux qui se trouvent aussi dans les quartiers populaires, les centres de loisirs, les stations d’essence, les terrains de sport, une entreprise de pompes funèbres, une imprimerie, tout cela vaut plus de trois cents millions de pesos et donne du travail, en comptant les entreprises dont j’ai déjà parlé, à plus de 2 000 travailleurs mais le mieux, je vous le redis à vous, homme valeureux dont l’intelligence et les convictions nationalistes sont connues de tous, le mieux c’est que tous les investissements de cette section révolutionnaire sont du peuple et pour le peuple, c’est l’argent des travailleurs et non des multinationales, c’est du capital national au service des mexicains, géré dans des banques mexicaines ; nous, nous n’envoyons pas notre argent à l’étranger, nous défendons jusqu’au bout notre monnaie nationale qui nous verra nous perdre ou nous sauver avec elle et comme nous, les ouvriers, nous avons confiance dans le présent avec López Portillo et confiance dans l’avenir avec Miguel de la Madrid, nous sommes sûrs de nous sauver.

***

Mon nom est Pablo Chavez Vidaurri. Je suis administrateur de cette ferme qu’on appelle Germinal et où on cultive des produits maraîchers et d’autres produits de petite agriculture comme le haricot, le maïs, la tomate et les piments, différents arbres fruitiers aussi. Cette ferme, poumon de la région comprise entre Tampico, Madero et Altamira est travaillée jour et nuit par plus de cinq cents travailleurs à la retraite, sept cents travailleurs et travailleuses, c’est-à-dire, près de cinq cents transitorios avec des membres de leur famille et des membres surnuméraires du Syndicat qui profitent de leurs jours de repos après avoir travaillé à la Raffinerie de la ville de Madero. En plus, dans le programme d’enseignement travaillent des femmes, des hommes et des enfants qui ne sont pas des pétroliers ; tous emportent des produits cultivés ici sous forme d’une coopération gratuite à des prix cent pour cent plus bas que sur le marché et le reste se vend dans nos magasins à tout le peuple sans distinction de classes et avec un rabais de 50 %. Voilà la formule parfaite : les ouvriers et le peuple produisent leur propre nourriture sans financement onéreux, en évitant l’exploitation des intermédiaires et les circuits de distributions de mercenaires. ES.

Ce paradis de la production, la Section 1 l’a acheté en 1972 pour 1 million de pesos ; il vaut maintenant plus de 40 millions mais le plus important c’est qu’il donne par an des produits alimentaires pour une valeur de 4 millions de pesos dont 2 représentent une économie pour le peuple et ce qui est encore plus important, c’est qu’ici nous oublions les doctrines et les partis ; seule une doctrine compte : le travail, seulement un parti : le Mexique.

Cuidad Madero, décembre 1982.

Notes

1 Marie-France PREVOT-SCHAPIRA. — Pétrole et nouvel espace industriel au Mexique, Coatzacoalcos-Minatitlán. — Thèse de 3e cycle, Paris III-IHEAL, 1981, cf. 1re partie.

2 L.S. ADLESON. — Historia social de los obreros de Tampico, 1906-1919. — Thèse, mars 1982, Colegio de México, CEH.

3 Marie-France PREVOT-SCHAPIRA. — Pouvoir politique et pouvoir syndical au Mexique : le syndicat des travailleurs du pétrole. — Table ronde de l’AFSSAL, Toulouse, 13-14 novembre 1981. In : Les frontières du pouvoir en Amérique Latine. — Toulouse, Université Le Mirail, 1983, pp. 121-134.

4 Claude RAFFESTIN. — Pour une géographie du pouvoir. — LITEC, 1980.

5 Monopole de l’embauche reconnu par la loi fédérale du travail au syndicat majoritaire dans une entreprise. Bien que cette même loi précise que rien n’oblige un travailleur à appartenir à une organisation syndicale, dans les faits, elle est obligatoire, d’autant plus qu’il existe la clause d’exclusion.

6 « Nosotros, no nos hemos convertidos en petroleros, nosotros nacimos petroleros y somos hijos y nietos de petroleros ; y nuestros hijos tambien, serán petroleros, y quienes nos escuchan podrán entender la dimensión que damos a nuestra expresión cuando decimos « la gran familia petrolera ». — Discours prononcé par Oscar Pancardo Torres, leader de Poza Rica, lors de la visite du candidat à la présidence, M. de la Madrid, 10 décembre 1981.

7 « Erán muy pocos los remanentes que quedaban de las cuotas sindicales. Ideo implantar la ayuda social, consistente en que los hijos de los trabajadores, hermanos, familiares recomendados por los de plantas, liquidaron determinado porcentaje por cada contrato que se le extendiera. En aquel entonces, exclusivamente los obreros de planta y miembros del sindicato cubrían cuotas sindicales » in J.A. BRISENO. — « La Quina », la lucha de un lider. — Privately Printed, p. 133.

8 « Las jurisdicciones o derecho de poseer tierras donde existen posibles yacimientos petroliferos, siempre han sido motivo para litigios entre secciones petroleras vecinas, y las del rumbo del Sureste, desde que se instituyó el STPRM. Han estado en pleito constante por ellas, las secciones 31, 22 y 26, pués al reconocerles el derecho envían a los trabajadores de explotación, perforación y trabajos generales, a muchos desocupados en los libros de estadísticas asegurando el pan y felicidad por muchos meses o años » in A. PALMA ALOR. — Las Choapas ayer, hoy y siempre. — Mexico, 1975, p. 175.

9 Dans la région de Minatitlán, il existait 8 syndicats, dont 7 pour la seule compagnie El Aguila.

10 La tentative de J. Reyes Heroles, alors qu’il était directeur de PEMEX, pour promouvoir Terrazas Sosoya afin de briser le pouvoir de la « Quina » et d’obtenir de meilleures conditions de négociation, a en partie échoué.

11 Antonio VARGAS, MAC DONALD. — Hacia una nueva política petrolera. — Editorial Promoción, 1958.

12 Lorsqu’en 1964 la vieille raffinerie d’Arbol Grande est fermée, la section 21, avec deux cents travailleurs de Madero est transplantée dans le nouveau centre de Ciudad Camargo (Chihuahua).

13 En 1980, la zone sud fournit 90,6 % du pétrole et 77,2 % du gaz naturel.

14 C. Raffestin, op. cit.

15 Cf. étude de la filière isthmique et de la filière du Golfe in : Pétrole et nouvel espace industriel, op. cit. 2e chapitre.

16 M.F. PREVOT-SCHAPIRA, H. RIVIERE D’ARC. — Les investissements publics et la région : l’Isthme d’Oaxaca. — in Document de Recherche du CREDAL- LA. 111, n° 9, février 1983.

17 « The workers employed in the new fields have emerged as a decisive force within the Union... occuring that eliminished the power of the generation of 1938 in the three areas new groups within the Union emerged to challenge the traditional leadership » in I. SEPUL-VEDA. — Public entreprise in a dependant society : the case of the mexican petroleum industry.

18 En 1981, le leader de la section 11 baptise le centre de Nanchital : Villa Nanchital de Hernandez Galicia.

19 Le 27 décembre 1979, avec l’élection de S. Barragan Camacho vient s’ajouter dans les statuts du STPRM, article 161 bis « Por est a única vez, el CEG... durará en su ejercicio ordinario cinco anos... ».

20 « Las secciones de la zona sur desgraciadamente no sabian pelear sus derechos y se dejan mangonear por Ciudad Madero, que poco a poco, había incrustado varios elementos como transitorios y de planta en las demás secciones para luego » ir dando caballazos « y tener el control absoluto ». Déclaration de Sergio Martinez Mendoza, ancien leader de la section 10, in Gráfico, 25 juillet 1981.

21 Proceso, 22 mars 1982, n° 281. — Rechazan los petroleros afiliarse al IMSS, para no ser tratados « como fichas ».

22 « Poza Rica, c’est aujourd’hui cette ville de 200 000 habitants dont 60 000 sont entassés dans des taudis infâmes. 87 % de ses rues ne sont pas goudronnées. La moitié des logements n’ont pas l’eau... Poza Rica, c’est le fief de la camarilla de la section du STPRM avec ses leaders milliardaires et tout puissants et de 250 privilégiés, employés de confianza de PEMEX, à l’écart de la boue, dans leurs quartiers résidentiels entourés de jardins toujours verts, avec leurs clubs privés, leur terrain de golf et leurs écoles... » in Proceso, n° 71, 13 mars 1978. — Poza Rica, emporio de la corrupción, F. Ortiz Pinchetti.

23 INFONAVIT : Instituto del Fondo Nacional para la Vivienda al trabajador.

24 En 1981, est créée la gerencia de obras de beneficios sociales y infrastructura para la comunidad, chargée de négocier au niveau local et régional, avec les états, les municipalités (et donc les sections), les interventions et crédits de PEMEX dans les zones pétrolières.

25 « Ademas demostré que el lider, yo, no aceptaba puestos politicos por más honorosos que fueran. Ya, sabemos que los leaderes cuando aceptan cargos como senadores o diputados, algunas veces traicionan o los trabajadores que los elevaron », in Rafael Ramirez Heredia. — « La Quina » y un sindicato de controversia. — Edición Diana, 1979.

26 Cf. J. BRISENO, op. cit., p. 177.

27 Excelsior, 21 mars 1982. — La Quina artifice de la recepción a MMH, en su gran feudo petrolero.

28 Proceso, 21 mars 1983, n° 333. — Poza Rica, bajo el cacicazgo de los líderes de PEMEX podria volver a ser campamento de aventureros. —

29 « En lugar de envidiar, construye e supérate, En vez de criticar, trabaja ». Cinéma de la section 1 du STPRM, Ciudad Madero.

30 CRIC, Tampico, mars 1980. — Barriendo calles celebraron aniversario expropriatorio los petroleros maderenses.

31 « Si deseábamos que el salario nos rindiera, teniamos que ser nuestros propios productores de aquellas mercancias que nos vendían muy caras. Que estaban muy caras las camisas ? Pues poner una fábrica de camisas. Que estaba muy caro el frijol ? Pues a sembrar frijol para darlo mas barato... ». — in R. RAMIREZ HERED1A, op. cit., p. 101.

32 La section 1, qui avait démarré en 1963, avec 2 millions de pesos, possédait, en 1982, en effectifs et en biens, 2,8 milliards de pesos, in Adelante, Revista informativa, Tamaulipas, director J.A. Briseno, mars 1982.

33 « Hemos pensado y debidamente planeado realizar la Revolución Obrera, que consiste en que nosotros produzcamos nuestros alimentos a bajo costo. Vamos a acelerar la creación de tiendas, más granjas de todo tipo, más fábricas y, así al llamado que nos hace el señor presidente y buscar con hechos no con palabras, los logros y beneficios de esa alianza para la producción » XVII convention du STPRM, dec. 1979.

34 Clause 36 du contrat collectif qui accorde la priorité aux entreprises du syndicat pour la sous-traitance des travaux de PEMEX.

35 « Amigos petroleros, estoy orgulloso de un grupo de mexicanos y mexicanas que han entendido nuestra actualidad, que sabe sacar de la tierra los energéticos fundamentales y que de la misma tierra sabe sacar los alimentos substanciales... » Discours de López Portillo, novembre 1981, Ciudad Madero, pour le 22e anniversaire du GURN de la section 1 (Grupo Unificador Revolucionario Nacionalista), après avoir assisté à un défilé de la Revolución Obrera, formé de travailleurs pétroliers, instruments aratoires à l’épaule.
Ce thème de l’exemplarité est repris par le nouveau président M. de la Madrid : « Es oportuno destacar que los petroleros estamos hermanados con gente productiva que, ante la situación del mundo, en lugar de sembrar envidia, discordia y ataques, estan dedicados a sembrar amistad, cariño, unidad, respeto y productividad », 11 mars 1983. — in Proceso, 4 avril 1983.

36 En ce qui concerne la segmentation de la force de travail, voir notre article : Travailleurs du pétrole et pouvoir syndical au Mexique. — in Cahiers des Amériques Latines, n° 20, 1979.

37 « Si el pueblo es dueño de sus productos, de los bancos, de sus tiendas, de sus diversiones, nadie podrá explotarlo... », in R. RAMIREZ HEREDIA, op. cit., p. 81.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Liste des secrétaires généraux du S.T.P.R.M., 1936-1980
Légende Source : George W. GRAYSON. — The politics of mexican oil. — University of Pittsburg Press, 1980, p. 86.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2240/img-1.jpg
Fichier image/, 527k
Titre Tableau n° 2 : Délégués syndicaux par sections payés par l’entreprise
Légende Source : Contrato colectivo del S.T.P.R.M., 1981.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2240/img-2.jpg
Fichier image/, 474k

Auteur

Chercheur au CREDAL, agrégée d’histoire et de géographie

© Éditions de l’IHEAL, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter