Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouvelle insertion internationale et intégration des territoires

Chapitre 18. Les nouvelles perspectives pour la préservation de la nature et le développement durable : les réserves de la biosphère du Programme MAB de l'Unesco en Argentine

John Celecia, Claudio Daniele, Ines Gomez et Marta Zas

Texte intégral

  • * Division of Ecological Science. Programme on Man and Biosphere (MAB), Unesco

1Note portant sur l'auteur*

2Le programme sur l'homme et la biosphère (MAB) de l'Unesco est un programme scientifique intergouvernemental de recherche, de formation et de divulgation présent dans plus de cent pays. Dans chacun de ceux-ci, des comités nationaux offrant une même structure de programme, établissant la coordination entre les institutions nationales, les scientifiques, les techniciens, les administrateurs, les décideurs et le programme international.

3Le Programme MAB. a démontré qu'il était toujours à l'avant-garde des tendances actuelles dans les sciences écologiques et dans leurs applications. Peu à peu, après quelques années et en se basant sur des expériences concrètes, il a atteint une véritable interdisciplinarité dans la plupart des projets entrepris marqués par une grande diversité de situations bio-géographiques et de développement socio-économique et culturel. Bien plus, on a reconnu que mis à part l'intégration des disciplines, il faut inclure également celle des divers acteurs concernés par l'identification et par la recherche de solution sur les problèmes d'environnement. Pour ces derniers, la position centrale qu'occupe l'homme est pleinement reconnue. C'est pourquoi, à partir de la recherche sur la gestion rationnelle et sur la conservation des ressources naturelles, les acteurs de la planification, de la gestion et de la prise de décision sont invités à rechercher la planification, à la gestion et à la décision, en cherchant la manière la plus efficace pour intéresser et pour intégrer les populations locales.

LES ZONES PROTÉGÉES ET LA CONSERVATION DE LA BIO-DIVERSITÉ

4La conservation des sites naturels ou semi-naturels assure la préservation in situ des gènes, des espèces et des habitats. Les zones protégées, depuis celles où l'homme intervient très peu à celles où se pratique une gestion des ressources naturelles, peuvent en même temps contribuer à la conservation de la diversité biologique et développer la recherche scientifique et l'éducation sur l'environnement. Également à gérer des emplois et des produits basés sur l'utilisation équilibrée des ressources naturelles. Quelle que soit la superficie concernée, il est possible d'arriver à sauver une importante portion de la diversité biologique de la planète, incluant des écosystèmes, des espèces et des variétés. De plus, la conservation in situ dans des zones protégées permet la progression de processus évolutifs à travers l'adaptation continue des espèces animales et des plantes sylvestres (même celles en relation avec les espèces domestiques) dans des conditions d'environnement variables, tels les changements climatiques.

LES RÉSERVES DE LA BIOSPHERE : LA CONSERVATION DE LA NATURE RÉCONCILIÉE AVEC LE DÉVELOPPEMENT

5Les réserves de la biosphère sont une des nombreuses catégories de zones protégées pour la conservation in situ. Dans ces zones protégées d'écosystèmes terrestres et côtiers représentatifs, on essaye de réconcilier les objectifs de la conservation avec la connaissance acquise à travers la recherche de base et la recherche appliquée pour obtenir une meilleure gestion et conservation des ressources des systèmes au bénéfice de l'homme.

6Le réseau des réserves de la biosphère, qui compte actuellement quelques 300 sites dans 75 pays, débuta en 1974 dans le programme “Homme et biosphère” (MAB) de l'Unesco, intéressant une vaste gamme d'écosystèmes dans les différentes provinces bio-géographiques du monde. Quelques uns des sites sont d'une grande fragilité et fortement menacés. Ce réseau international répond à la nécessité d'étudier l'évolution des écosystèmes pour conserver leur diversité biologique d'une manière systématique. Et en même temps, il cherche à promouvoir la collaboration et la participation des populations locales à l'intérieur de ces zones afin d'assurer la protection continue de cette diversité en réconciliant la conservation avec le développement. Le réseau se prête à un échange actif de données et de personnes ainsi que des thèmes précis pour la coopération internationale dans la recherche scientifique et son application.

7C'est l'unique réseau existant des zones protégées dans laquelle la coopération est portée au niveau intergouvememental dans le domaine de la conservation de la diversité biologique comme d'ailleurs la recherche scientifique à long terme et la surveillance continue des changements écologiques.

8Les réserves de la biosphères sont également d'excellents laboratoires pour l'enseignement à tous les niveaux. La formation de jeunes scientifiques qui assurent la continuité des études qui vont de la structure et au fonctionnement de l'écosystème jusqu'aux modalités d'utilisation humaine qui assurent surtout une développement durable.

9Les critères de sélection et l'établissement des réserves de la biosphère ont été l'objet d'un rigoureux processus évolutif au sein du MAB depuis le commencement du programme et sont directement associés aux principales fonctions assignées aux unités en vigueur de conservation (figure 1) qui sont :

  • La fonction de conservation. Elle comprend le renforcement de la conservation de la diversité biologique, des ressources génétiques et des écosystèmes en soi. Pour cela, une réserve doit être représentative des écosystèmes qu'il protège. Elle est sélectionnée selon des critères précis. La zone d'intérêt doit être suffisamment ample pour assurer la viabilité des populations des différentes espèces végétales et animales du système à travers le temps. La désignation d'une réserve de la biosphère s'effectue sur le choix rigoureux d'une zone centrale où la perturbation est minimum, la protection maximum
  • La fonction logistique. Elle comprend deux concepts : celui de proposer une base opérationnelle d'infrastructure de recherche et de surveillance avec des activités associés de formation et d'éducation de l'environnement ainsi que la formation d'un réseau international qui assure un flux actif d'échange de l'information. De fait, au début du MAB, un État membre commenta que “les réserves de la biosphère constituent une base de recherche perpétuelle ” argumentant ainsi la valeur des réserves de la biosphère pour divers programmes de recherche à très long terme, en suivant les processus évolutifs des écosystèmes en soi, et les changements produits par l'utilisation humaine. A ce point, il convient de rappeler que la sélection, l'identification et l'acceptation officielle ne signifie en aucune façon une ingérence sur la souveraineté du territoire national d'un pays. Le fait d'appartenir à un réseau du MAB. signifie un compromis de travailler à l'intérieur d'un cadre international du programme, en suivant les objectifs établis dans le Plan d'Action des réserves de la biosphère et en exécutant les études comparatives sur la base de systèmes et des problèmes écologiques similaires dans les autres régions du monde et en traitant d'harmoniser et de transférer les objectifs méthodologiques qui permettent une telle comparaison
  • La fonction de développement. Cette fonction, une des plus innovatrices pour une entité de conservation et particulièrement pertinente dans les pays en voie de développement, où on doit concilier des nécessités urgentes de développement local avec une nécessité impérieuse d'assurer la conservation des ressources pour les générations futures. C'est ainsi qu'à l'intérieur de la gestion d'une réserve de la biosphère doit entrer une stratégie pour coopérer avec les institutions locales et régionales dans la planification et la gestion tenant compte des populations locales. Il est de plus en plus démontré qu'apporter aux populations locales les moyens nécessaires pour faciliter les activités et la gestion représente la meilleure garantie pour assurer la fonction de conservation.

10Les trois fonctions définies correspondent aussi à la distribution spatiale qui normalement devrait consister en trois types de zones comme ci-après :

111. les zones naturelles (ou noyau) qui constituent des échantillons typiques d'écosystèmes naturels ou très peu perturbées. Elles sont strictement protégées à l'intérieur d'un plan de conservation. Ces zones doivent être comme il a été vu plus haut, suffisamment grandes pour servir de référence à une situation évolutive dans le temps d'un échantillon représentatif de l'écosystème que l'on veut protéger.

12La surface de ces zones centrales varie beaucoup en accord avec les situations spécifiques de l'occupation et de l'utilisation du système, la densité de population et le type de zone bio-géographie.

132. la zone tampon (ou d'amortissement). Cette zone entoure généralement la zone centrale ou noyau et on considère qu'on peut y réaliser des activités compatibles et complémentaires à la zone centrale. Dans la plupart des cas, cette unité administrative, regroupant deux zones, est représentée par un parc national qui assure sa base juridique.

143. la zone de transition. C'est dans cette zone qui entoure en générale les deux autres que s'accomplissent plusieurs fonctions caractéristiques des réserves de la biosphère, spécialement celles de développement. La délimitation est moins précise que dans les cas précédents mais on peut y établir des stratégies de coopération entre les chercheurs, les techniciens, les gestionnaires, les décideurs et les populations locales pour diriger ensemble leurs efforts vers les objectifs de la réserve, soit vers la conservation effective comme le développement durable et l'établissement d'un site modèle de démonstration

PLAN D'ACTION POUR LES RÉSERVES DE LA BIOSPHERE

15Le Plan d'action a permis de renforcer le concept de dimensions multiples des réserves de la biosphère pour les rendre acceptables pour les pays qui ont besoin de nouvelles orientations en matière de conservation

16Le cadre du Plan d'action est organisé autour de trois objectifs principaux destinés à promouvoir et à exécuter le concept de réserves de la biosphère comme site où se concilient conservation et développement. Le premier objectif est d'améliorer et d'amplifier le réseau international de réserves de biosphère pour qu'il couvre les grandes régions bio-géographiques du monde, soit à l'état naturel, soit modifiées par l'activité humaine. La conservation des ressources génétiques du monde, entre, au sens large, dans cet objectif.

17Le second objectif général est celui d'utiliser la réserve de la biosphère pour augmenter les connaissances fondamentales sur la structure et le fonctionnement des écosystèmes. L'étude de la diversité biologique permet également de renforcer une stratégie pour la conservation et la gestion, avec notamment l'approche des pratiques traditionnelles utilisables sur le plan national.

18Le troisième objectif est d'établir pour les réserves de la biosphère des bases pour unir et réconcilier conservation et développement. Les mesures recommandées pour accomplir ces objectifs généraux sont clairement précisées dans le Plan d'action, document essentiel dès le début du MAB. et instrument de travail de toutes les réunions, ateliers et autres manifestations sur les réserves de la biosphère.

LES DÉSIGNATIONS INTERNATIONALES DES SITES

19Dans le domaine de la conservation, il existe deux conventions internationales : la Convention du patrimoine mondial (culturel et naturel) et la convention Ramsar, et un programme intergouvernemental : le MAB. Leurs objectifs primordiaux incluent la désignation des sites d'importance internationale dans toutes les régions du monde. Ils existent d'autres conventions et programmes internationaux, mais ils sont de caractère régional ou sous-régional.

20Un site s'il répond aux critères demandés peut alors être inclus dans une catégorie. Il convient de noter que le concept de sites multiples inclus dans cette liste n'implique pas que les différentes catégories occupent exactement la même zone avec les mêmes limites.

Les sites du Cône Sud américain

Les sites du Cône Sud américain

PERSPECTIVES

21Dans les nombreuses réunions nationales, régionales et internationales sur les réserves de la biosphère, les différents cas étudiés, constituent par leur grande diversité de situations bio-géographiques et bioclimatiques un excellent forum de discussion et de transmission des connaissances sur les aspects fondamentaux : la sélection et la “zonification” des réserves de la biosphère, la formulation des plans de gestion, l'établissement des bases juridiques pour leur protection et gestion, les stratégies pour assurer l'intégration des différents acteurs avec une forte participation locale, la mise en marche d'un plan de recherche sur le terrain, l'évaluation des systèmes d'utilisation de la terre et des ressources. On inclue également la valorisation des systèmes traditionnels, l'utilisation de la zone de réserve pour des activités de recherche et d'éducation de l'environnement, la formation des jeunes scientifiques et la démonstration pour les responsables de la planification et de la gestion etc. Les expériences de terrain de scientifiques, de techniciens et d'administrateurs ont apporté une contribution fort appréciable dans le domaine de la conservation.

LES RÉSERVES DE LA BIOSPHERE DE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE

Les initiatives de la République argentine au MAB

22A partir de 1976, le programme sur l'Homme et la biosphère (MAB) de l'Unesco s'est développé en Argentine et particulièrement celui des réserves de la biosphère devenu une pierre angulaire de la participation de ce pays dans le programme intergouvernemental.

23En République argentine, à l'intérieur du Comité national MAB., fonctionne le sous-comité 8 qui étudie, évalue et dirige celui sur l'approbation et le suivi des projets de conservation des régions naturelles, du matériel génétique qu'il contient et leur diversité biologique.

24Dans le cadre de leurs activités, le sous-comité participa à la réalisation des diverses réunions régionales et nationales pour promouvoir le développement de concept de réserves de la biosphère, ainsi que les différentes activités de diffusion tant sur le plan académique que pour la communauté en général. Le sous-comité MAB 8 fait partie, depuis 1989, du Réseau national de coopération technique des zones naturelles protégées.

Le Réseau de réserves de la biosphère en République argentine

25La République argentine, à l'extrême sud du continent américain, présente un important patrimoine naturel et culturel, représenté par une grande diversité des espèces, des régions naturelles et des formes d'utilisation des ressources.

26Son extension en latitude (entre 21° et 55° latitude sud) et la Cordillère des Andes, la diversité climatique, l'interrelation avec le Bassin du Río de La Plata, l'influence océanique et l'histoire complexe bio-géographique sont autant de facteurs d'hétérogénéité spatiale, significatifs du développement du patrimoine naturel et de leurs ressources génétiques. Cette situation complexe a été analysée par divers auteurs avec des critères différents comme Udvardy (1975 et 1982), Cabrera (1976), Inta (1982), Morello (1985), Natenzon (1989) et d'autres.

27Sur ces critères, vingt régions naturelles ont été identifiées correspondant à 279 181 000 hectares, incluant les secteurs anthropiques. Cette diversité d'offres du milieu naturel a conditionné les modes d'utilisation, formant une mosaïque complexe au niveau national où agissent les potentialités et les restrictions du milieu naturel, les processus historiques d'occupation, les conditions socio-économiques, les besoins du marché et les technologies utilisées.

28Il est possible d'associer à chaque région un type d'activité dominant, avec l'agriculture dans les pâturages pampéens, le développement forestier dans la Selva des Yungas, la forêt du Parana, la forêt andine-patagonique et partiellement la forêt sèche du Chaco ; l'élevage extensif dans la steppe patagone, le Monte et la Puna ; les activités minières dans les Andes. Il existe quelques variations à ce schéma comme l'expansion de la frontière agro-pastorale du Chaco, l'exploitation fruitière dans les vallées irriguées du Monte etc.

29Les facteurs naturels, mais fondamentalement le modèle historique d'occupation, l'offre de travail des services et l'infrastructure, a abouti à la configuration de zones densément peuplées, comme l'aire métropolitaine de Buenos Aires, avec près de 11 millions d'habitants en 1992 et la capitale fédérale avec 148 habitants par hectare et d'autres avec des densités très faibles comme la Patagonie.

30Une grande partie de la superficie de la République Argentine présente différents degrés de transformation produits par ces activités et dans quelques cas, la détérioration est significative. Depuis le xixe siècle, des mesures ont été prises, avec plus ou moins de succès, pour protéger le sol, l'air, l'eau, les arbres et la faune. La première donation des terres destinées à la protection de la nature est de 1903. Actuellement, les zones protégées identifiées sont au nombre de 190, sous différentes juridictions (24 nationales et 166 provinciales et municipales) et formes de gestion. Les réserves de la biosphère argentine, établies depuis 1980 dans les provinces de San Juan, Catamarca, Buenos Aires, Mendoza et Jujuy, correspondent à une superficie de 2 207 050 hectares c'est à dire à 18,18 % du total protégé du territoire national continental.

31San Guillermo (SG) du département de l'Église de la province de San Juan, fut créé en 1972 et incorporé au Réseau international du programme MAB en 1980. Elle est administrée par le Sous-sécrétaire de l'Agriculture et de l'Élevage de cette province.

32La Réserve naturelle de vie sauvage Laguna Blanca (LB) dans le département de Belén fut créé en 1979 par la Province de Catamarca et en 1982 s'intégra comme réserve de la biosphère. Son utilisation dépend du Sous-secrétariat des Affaires rurales de Catamarca.

LES RÉSERVES DE LA BIOSPHERE EN ARGENTINE PROGRAMME MAB – UNESCO (Mars 1991)

LES RÉSERVES DE LA BIOSPHERE EN ARGENTINE PROGRAMME MAB – UNESCO (Mars 1991)

33Le Parc côtier du Sud (PCS) dans le partido de Magdalena, province de Buenos Aires, est né comme un projet de la Fondation Cepa. Il s'incorpore au Réseau MAB. En 1984, il est administré par la municipalité de Magdalena.

34La Réserve écologique de Nacuñan (NAC), située dans le département de Santa Rosa, dans le centre de la province de Mendoza, créée en 1961 est devenue une réserve de la biosphère à partir de 1986. L'Institut argentin sur les recherches sur les zones arides (Iadiza-Conicet) est l'institution responsable de sa gestion à travers la Commission de gestion académique de la réserve.

35La Lagune de Pozuelos (PZ) située dans la Province de Jujuy, déclarée Monument national en 1979, s'incorpora comme réserve de la biosphère en 1990. Elle est administrée par la Corporation pour le développement de Pozuelos (Codepo) constituée par des représentants municipaux, provinciaux et nationaux.

OBJECTIF ET MÉTHODOLOGIE DU DIAGNOSTIC

  • 1 Nous remercions les spécialistes suivants pour leur participation : Lic. L. Pessina, Dr. A. Reca, (...)

36Au début de l'année 1992, l'évaluation comparative des cinq réserves de la biosphère de la République argentine est l'objectif principal dans le but d'identifier les problèmes et l'état d'avancement des travaux sur cinq thèmes de recherche : conservation, interrelation réserve de la biosphère- communauté, aspects légaux et gestion, fonction logistique et développement local. Chaque thème tint compte d'un ensemble de variables significatives en relation avec les principales fonctions des réserves de la biosphère. Sur ce critère, cinq tableaux ont été élaborés avec un total de 62 attributs qui décrivent et évaluent qualitativement chaque réserve de la biosphère de façon synthétique et permettent simultanément une analyse comparative soit sectorielle, soit globale. Ce chapitre fut élaboré à partir de la bibliographie disponible, travaux de terrain, rapports des organismes de gestion comme par exemple Iadiza, la Direction nationale de flore et de faune sylvestre et la Fondation Centro de Estudios y Proyectos del Ambiente (Cepa)1.

ANALYSE COMPARATIVE DU RÉSEAU DE RÉSERVES DE LA BIOSPHERE DE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE

Conservation

37Du point de vue de la conservation de la nature, dans le cadre bio-géographique du pays, il faut remarquer que les réserves de la biosphère andine représentent la moitié de la superficie protégée de la Puna, incluant les secteurs les plus peuplés et de plus grande productivité. Ces réserves de la biosphère, occupées depuis la période précolombienne, et celle de Nacuñan sont des échantillons de biomasses arides et semi-arides qui correspondent dans leur ensemble au deux tiers du pays avec d'importants risques de désertification et de dégradation de leurs ressources naturelles. Ainsi, Parque Costero del Sur correspond à la plus grande zone naturelle protégée de pâturages pampéens (pampas argentines selon Udvardy) qui présente une véritable mosaïque de végétation et d'activités humaines de la région agro-pastorale la plus caractéristique du pays. Les observations effectuées dans les réserves indiquent que les mesures de protection prises ont eu du succès. Dans presque toutes les réserves on observe une récupération de la vie sylvestre, en particulier de la vigogne (vicugna) dans les zones andines et de la végétation à Nacuñan. On considère que l'information de base disponible est suffisante pour élaborer, au moins, des mesures expéditives d'utilisation appropriée dans tous les cas. Cependant, il serait nécessaire d'actualiser et de compléter cette information pour la formulation postérieure de plans de gestion plus détaillés.

Interrelation : réserves de la biosphère - communauté

38En dépit des résultats obtenus, il faut continuer à améliorer et à approfondir la perception des populations et des autorités locales sur le rôle des réserves de la biosphère et de l'appui qu'elles peuvent obtenir pour leur développement socio-économique.

39Ce manque de perception est à lier à d'autres facteurs comme la difficulté de renforcer les organisations intermédiaires de la communauté, la superposition avec des zones de juridiction fiscale et d'administration de l'État et le manque d'exercice de démocratie. Tous ces facteurs ont limité la participation de la communauté locale dans la désignation des stratégies et dans la gestion des réserves de la biosphère. Ces difficultés sont à associer à la faible participation des scientifiques sociaux dans le plus grand nombre de réserves du pays.

40Quelques uns des mécanismes alternatifs et complémentaires pour améliorer l'interrelation entre les réserves de la biosphère et la Communauté associée ont été : l'inclusion de la proposition explicite de développement local (PZ, LG), l'intervention d'ONG local (SG)), la formation d'entités de gestion multisectorielles (PZ), la génération de sources d'emploi(LB), l'étude de la culture locale (PCS, PZ, LB, la continuité des équipes et des recherches (NAC, PZ), l'éducation et la formation à l'environnement (PCS, NAC), la diffusion du matériel de divulgation (PCS, PZ, NAC) pour l'incorporation de la population locale aux taches de contrôle et de surveillance (LB) et l'organisation de la communauté à travers des institutions intermédiaires reliées dans ce cas avec les améliorations dans les processus de production et de commercialisation de l'élevage (PZ). Telles sont les propositions les plus significatives pour la consolidation et le développement des réserves de la biosphère en relation avec la communauté.

Aspects légaux et de gestion

41La propriété de la terre se présente de façon différente. A Nacuñan, la terre est fiscale, à San Guillermo, Laguna Blanca et Pozuelos, mixte, et à Parque Costero del Sur, totalement privé. Dans tous les cas, il existe au moins un cadre légal de référence. Cependant il faut renforcer les instruments légaux qui assurent la continuité de la réserve de la biosphère et la conservation de leur patrimoine naturel et culturel, spécialement face aux intérêts économiques externes à la réserve et à la région.

42Associé au régime complexe de la propriété de la terre, l'expérience développée démontre que le manque de coïncidence dans les objectifs des acteurs sociaux concernés, rend difficile n'importe quel plan de gestion. Dès le début, l'accord entre les deux parties demeure indispensable. Le degré d'application des plans d'utilisation est hétérogène et la “zonification” élémentaire sauf à Nacuñan. Les efforts dans ce domaine sont à renforcer.

43Dans le plus grand nombre de réserves de la biosphère, surtout andines, les ressources allouées aux tâches de contrôle et de surveillance sont insuffisantes. Outre des ressources nécessaires, il est prioritaire de définir une stratégie adéquate à partir des motivations, l'éducation et la participation de la population locale pour diminuer ce risque. Deux des réserves seulement (LB, NAC) ont un minimum d'équipement.

La fonction logistique

44Les réserves de la biosphère en Argentine sont en général, un site de convergence et de coopération entre les institutions et les scientifiques. L'application du concept de réserve de la biosphère comme “laboratoire ouvert” s'est développé surtout à Nacuñan, Laguna Blanca et Laguna del Pozuelos. Nacuñan est devenu un centre de recherche sur les ressources naturelles tandis que Laguna Blanca s'est tournée sur la problématique socio-économique. Pozuelos, réserve récente, a déjà développé une expérience intéressante d'interéaction et de coopération entre les autorités, les techniciens et les habitants.

45Dans fois réserves (NAC, PZ et LB), des études comparatives sont réalisées. Actuellement, un projet intéresse la protection des camélidés dans la région andine qui incluent PZ, LB et SG proches à d'autres zones naturelles protégées provinciales.

Le développement local

46La planification insuffisante ou fragmentaire du développement régional, se manifeste également dans la faible ou l'inexistente intégration de la réserve de la biosphère à l'aménagement du territoire.

47Simultanément, s'il existent des coincidences entre les objectifs gouvernementaux de développement et les réserves de la biosphère, l'interréaction entre les administrations provinciales et les réserves est insuffisante, même dans celles qui dépendent du gouvernement local.

48Malgré ces difficultés, l'effort des institutions, quelques unes académiques ou non gouvernementales, a permis de concrétiser des propositions, qui concilient le développement local avec la conservation de la nature. Ce sont par exemple à Laguna Blanca, divers projets qui améliorent la santé, l'habitat et l'éducation de la population. On entreprit aussi des recherches pour diminuer l'usage du charbon de bois dans une zone peu boisée.

49A La Laguna del Pozuelos, un programme s'intéresse à l'amélioration de l'élevage de lamas, espèce autochtone la plus efficiente et la mieux adaptée à la Puna. Il faut signaler la création de la Corporación para el Desarrollo de la Cuenca de Pozuelos (Codepo), responsable de la gestion de cette réserve dont l'objet est de conserver ses ressources naturelles, développer économiquement la zone et promouvoir la participation de la communauté locale dans la prise de décision. Enfin, on a analysé les usages alternatifs des ressources naturelles surtout à Laguna Blanca et Nacuñan, l'utilisation expérimentale de l'énergie solaire (LB et SG) et des technologies appropriées de construction à Pozuelos.

***

50La conservation des ressources naturelles ne passe pas seulement par le développement des zones naturelles protégées sinon par une politique adéquate au niveau national. Dans le contexte actuel, étant donné les difficultés existantes, le Système national des zones naturelles protégées prend une importance significative.

51Dans le cadre de la pression croissante sur les ressources naturelles du pays générée par la crise économique actuelle, l'urgence des nécessités de base insatisfaites de vastes secteurs du pays et l'importance de conserver le patrimoine naturel, la proposition des réserves de la biosphère apparaît comme une solution alternative. Cette situation est également bien perçue par les autres institutions et programmes internationaux qui valorisent progressivement le concept précurseur de réserves de la biosphère, développé depuis 1976 par le MAB.

52Les conditions pour le développement et la crise économique actuelle de l'Argentine et les autres pays de l'Amérique latine rendent difficile la conservation et la gestion à moyen et à court terme des ressources naturelles, tant à l'intérieur des réserves de la biosphère comme dans le reste du territoire. Il est important que les responsables locaux de la conservation de la nature, les chercheurs et les décideurs de la politique scientifique fixent ensemble les priorités pour le pays dans ces aspects, considérant de manière adéquate les propositions générées par les réserves de la biosphère.

53Étant donné l'assignation insuffisante des ressources économiques, la recherche de mécanismes alternatifs de financement apparaît indispensable et doit inclure l'accroissement de la coopération internationale jusqu'à l'autofinancement, au moins partiel des réserves de la biosphère.

54Considérant les limites économiques de l'Argentine et l'augmentation progressive des demandes d'appui vers le programme MAB, il apparaît comme désirable de renforcer le rôle de l'Unesco et des gouvernements nationaux comme gestionnaires face à des forces internes ou externes de financement destinés au développement des réserves de la biosphère.

55Il est nécessaire de susciter la recherche de mécanismes alternatifs de gestion décentralisée et participative pour les réserves de la biosphère dont le cas de la Laguna de Los Pozuelos apparaît comme un exemple prometteur.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Administración de Parques Nacionales, 1991. El Sistema National de Areas Naturales Protegidas de la República Argentina. Circulación restringida. Buenos Aires.

BATISSE, M. 1986. La evolución y el enfoque del concepto de Reservas de Biosfera. La Naturaleza y sus Recursos. Vol XXII, N° 3. 1-10. UNESCO.

CABRERA, A. et A. WILLINK, 1973. Biogeografía de América Latina. OEA. Serie Monografías N° 4. Washington, D.C.

CELECIA, J. 1988. Reconciliando Conservatión con Desarrollo. Revista A/mbiente N° 8 : 4-7.

CELECIA, J. 1989. La Reserva de la biosfera del Parque Costero del Sur : Naturaleza y cultura pampeana en el mapa del mundo. Pag. 11-12. Editorial A/mbiente, Fundación

CEPA, La Plata, Argentina.

CELECIA, J. 1991. Las Reservas de la Biosfera y la Experiencia Latinoamericana. Revista Ambiente N° 71 : 15-19.

COMITÉ MAB Argentino, Secretaría Permanente, DNOA. 1990. Reservas de Biosfera Argentinas. Ed A/mbiente. Buenos Aires.

COMITÉ MAB Argentino, Secretaría Permanente, DNOA. 1991. Conclusiones del Taller de Reservas de Biosfera Argnetinas. (en prensa). Buenos Aires.

DI CASTRI, F.; F. W. G. BAKER; M. HADLEY, editors. 1984. Ecology in Pratice. Tycooly International Publishers Limited, Dublin, Ireland, 2 vols. 1: Ecosystem Management, 524 p, and 2: The Social Response, 382 p. UNESCO.

DI CASTRI, F.; J. CELECIA, and M. HADLEY. 1983. From Research to communication in agroforestry: Sortie insights from the MAB Programme. Agroforestry Systems, 1 : 189-203.

HALFFTER, G. 1984 a. Las reservas de la biosfera : conservación de la naturaleza para el nombre. Acta Zoológie a Mexicana 5: 4-48.

HALFFTER, G. 1984 b. Biosphere reserves and national parks; complementary Systems of natural protection. Impact of Science on Society 30(4): 269-27.

ROBERTSON-VERNHES, J. 1989. He that cannot ask cannot live: some questions and answers about the MAB Programme and biosphere reserves. Instituto de Ecología, México.

UDVARDY, M.D.F. 1975. A Classification of the Biogeographical Provinces of the World.

IUCN Occ. Paper 18 : 1-48.

UICN, PNUMA, WWF. 1980. Estrategia Mundial de la Conservación.

UNESCO. 1984. Plan de Acción : las Reservas de la Biosfera. La Naturaleza y sus Recursos. Vol. XX, N° 4, 1-12. UNESCO.

UNESCO. 1987. A practical guide to MAB. UNESCO. Paris. 40 p.

UNESCO. 1988 a. Biosphere reserves. Full-color folding poster including map and photographs.

Stephenson Inc. 5731 General Washington Drive, Alexandria, VA 22312, USA (UNESCO, US-MAB).

UNESCO. 1988 b. Biosphere reserve nomination form.. UNESCO, Paris.

UNESCO. 1989. Report of the Scientific Advisory Panel for Biosphere Reserves. MAB Report Series N° 61. UNESCO/MAB, Paris.

UNESCO. 1991. Biosphere Reserves: A Global Laboratory. UNESCO Sources N° 31.

BIBLIOGRAPHIE SPÉCIFIQUE

CABRERA, A.L. 1976. Regiones fitogeográficas argentinas. Ed. Acme. Fasc. 1, Tomo II, 85 p. CAJAL, J.L. ; RECA, A. y J. PUJALTE, 1981. La Reserva Provincial San Guillermo y sus asociaciones ambientales. SECYT, 61 p.

RECA, A. 1989. Relevamiento Ecológico de un llano de altura de la Reserva de San Guillermo (San Juan, Argentina). Thèse (inédite) FCEN (UBA). 460 pp.

RECA, A. ; Ramadori, E. y Kiesling, R. 1990. Unidades Ecológicas de la Reserva de BiósferaLaguna Blanca” (inédit).

La tecnología y vida de un pueblo de la Puna. 1986. Thèmes (29-31).

FUNDACIÓN CEPA. 1989. Parque Costero del Sur, naturaleza y cultura pampeana en el mapa del mundo. Ed. Media Ambiente. La Plata, 200 p.

PAHN, C ; Daniele, C. 1988 Evaluación del impacto de las actividades productivas sobre el medio natural. CEPA, La Plata. 81 y cartografía.

ABRAHAM DE VÁZQUEZ, E. M. y C. F. WUILLOUD. 1980. Propuesta para la inclusión de la Reserva Ecológica de Nacunán en la Red Mundial de Reservas de Biósfera del MAB (Document presenté devant le Comité Nacional del MAB en la Argentina).

ROIG, F. A. 1970. Flora y vegetatión de la Reserva de Nacunán. Deserta I : 25-332.

ABRAHAM DE VÁZQUEZ, E. M. y C. F. WUILLOUD. 1988. Reserva de Nacunán. Ambiente N° 60 : 4-8. La Plata.

GUEVARA, J. C ; E. M. ABRAHAM DE VÁZQUEZ ; R. J. CANDIA y M. B. KUFNER. 1989. Acciones del IADIZA en investigatión, conservatión y desarrollo en la llanura mendocina. “Seminaire-atelier interregional MAB-UNESCO”. Coquimbo, Chile.

CABRERA, A. L. 1957. La vegetación de la Puna Argentina. Rev. Inv. Agr. 11 : 317-412.

CENDRERO, A. ; DÍAZ DE TERÁN, J. R. y col. 1991. Enviromental Diagnosis for planning and management in the high Andean Región; the Biosphere Reserve of Pozuelos, Jujuy. Enviromental Management (sous presse).

GARCÍA FERNÁNDEZ, J. J. ; D. GONZALEZ ; R. ROTONDARO ; R. TECCHI. 1989. Unidad Productiva doméstica y medioambiente en el altiplano argentino. Memorias I. Per-InsL Biol. Alt UNju. 19 pp.

GARCÍA FERNÁNDEZ, J. J. ; RABEY, M. ; R. TECCHI. 1985. La ganadería de llamas en el altiplano jujeno. Sem. Tall. Invest. Ecol. Antropol. In. en el Sur Andes Cent. UNESCO. Huacalera.

GARCÍA FERNÁNDEZ, J. y R. TECCHI (compiladores) 1991. La Reserva de Biósfera de Laguna de Pozuelos : Un Ecosistema Pastoril en los Andes Centrales. MAB - ORCYT -UNESCO.

FRANK, E. ; LLAMAS II ; R. TECCHI. 1990. Plan de Mejoramiento de Camélidos. Ficha N° 3. PER. Inst. Biol. UNju.

Notes

1 Nous remercions les spécialistes suivants pour leur participation : Lic. L. Pessina, Dr. A. Reca, Prof. E. Abraham, Lic. S. Claver, E. Sanchez, A. Flores, Ing. R. Albornoz, Arq. R. Pesci, Lic. C. Pahn, Lic. R. Tecchi, Arq. R. Rotondaro. Lic. A. Balabusic, Arq. O. Accatoli et spécialement Arq. M. Balderiote.

Notes de fin

* Division of Ecological Science. Programme on Man and Biosphere (MAB), Unesco

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2215/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Les sites du Cône Sud américain
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2215/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre LES RÉSERVES DE LA BIOSPHERE EN ARGENTINE PROGRAMME MAB – UNESCO (Mars 1991)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2215/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter