Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouvelle insertion internationale et intégration des territoires

Chapitre 15. Vers quelles relations Argentine/Europe occidentale ?

Graciela Sanchez Cimetti

Texte intégral

1Deux événements ont marqué les relations entre l'Argentine et l'Europe occidentale sous la présidence de Carlos Menem. Il s'agit d'une part de la normalisation des relations avec la Grande-Bretagne et de la signature d'un accord cadre de coopération avec la CEE. Ces deux faits s'insèrent dans la nouvelle stratégie du ministère des Affaires étrangères visant notamment à obtenir une meilleure intégration de l'Argentine dans l'économie mondiale.

  • 1 “Entretien avec Domingo Cavallo”, Politique Internationale, (47), printemps 1990, p 394.

2Le nouveau gouvernement démocratique va élaborer une politique extérieure à forte teneur économique, à l'opposé de la politique “idéaliste” de l'administration Alfonsín (à savoir plus basée sur des principes). Selon la conception du ministre des Affaires étrangères Domingo Cavallo, l'Argentine avait perdu sa place au niveau international à cause de son échec économique dû à l'isolement dans lequel s'est renfermé le pays. Selon lui, “si l'Argentine avait choisi, après les années trente, de rester intégrée au marché mondial, elle aurait probablement connu un destin comparable à celui du Canada ou de l'Australie”1

  • 2 Russell, Roberto. “Cambio de gobierno y politica exterior : las primeras tendencias de la gestion (...)

3Pour sortir de cette situation, le Palais San Martin va élaborer une politique extérieure axée sur trois principes : le réalisme, le pragmatisme et la normalité2, afin de créer une ambiance politique favorable avec les pays capitalistes développés, contribuant à présenter à l'Argentine comme un pays “responsable” sur la scène internationale.

4Dans ce cadre, l'administration Menem s'est donc fixé trois priorités en matière internationale :

  • Un rapprochement clair avec les États-Unis ; la stratégie consistant à s'aligner politiquement sur Washington (comme pendant la guerre du Golfe) afin d'obtenir leur appui économique, notamment dans les négociations de la dette extérieure.
  • Le resserrement des liens avec les pays de l'Europe occidentale à travers la normalisation des relations avec la Grande Bretagne et l'accord signé avec la CEE. En outre, l'Espagne et l'Italie vont ratifier les accords d'association signés avec l'administration Alfonsín.
  • L'approfondissement des relations avec les pays voisins, et en particulier du processus d'intégration avec le Brésil et de l'encouragement des nouvelles initiatives conjointes tel que le Mercosur.

LES RELATIONS AVEC LA GRANDE-BRETAGNE

5Lors de la prise de fonction du gouvernement Menem, les négociations concernant les îles Malouines étaient dans une impasse. D'une part, parce qu'aucun résultat concret n'avait pu être obtenu au sein de l'ONU, et d'autre part à cause de la politique suivie par la Grande-Bretagne. Cette dernière se caractérisait par : son inflexibilité dans les négociations ; une “méfiance” envers l'action internationale de l'Argentine ; et enfin, l'exercice d'une souveraineté de facto sur les territoires en litige, par le maintien d'une zone d'exclusion (militaire et économique) et de son exploitation à travers l'octroi de licences de pêche à des pays tiers.

6Pour sortir de cette impasse, le gouvernement Menem a défini une stratégie qui consistait à : d'une part, laisser de côté l'ONU comme forum privilégié pour la résolution du conflit ; d'autre part, générer un climat de confiance au travers d'actions concrètes afin de pouvoir initier un processus de négociation bilatérale ; enfin, insister sur une nouvelle formule concernant le problème de la souveraineté des îles, point central de conflit dans les négociations. Le gouvernement va donc proposer l'idée de laisser la souveraineté sous une “cloche de verre” afin de pouvoir avancer sur les autres aspects de la relation bilatérale.

7On peut distinguer deux périodes dans le processus de normalisation de relations avec la Grande-Bretagne :

8La première, dès la prise de fonction du gouvernement Menem en juillet 1989, jusqu'en août 1989, caractérisée par la reprise des contacts directs, après cinq ans d'interruption. La deuxième période concerne les négociations elles-mêmes, qui aboutiront au rétablissement des relations diplomatiques en février 1990.

9Dans la première étape, la stratégie du gouvernement consistait à créer un climat de confiance préalable à toute négociation. Le gouvernement britannique, quant à lui, au-delà des déclarations des bonnes intentions du président Menem, réclamait des actions concrètes de la part de Buenos Aires.

10Le premier geste concret de Buenos Aires se produira le 5 août 1989. A cette occasion le ministre Cavallo annonça la décision de son gouvernement de suspendre les restrictions qui affectaient les importations en provenance de la Grande-Bretagne et de l'Irlande du Nord. Cette mesure, à forte teneur politique, avait aussi une justification économique : éviter le renchérissement des relations commerciales dû à des opérations triangulaires.

11La deuxième étape du processus de normalisation va être marquée par trois réunions clés : New York, Madrid I et Madrid II.

12La réunion de New York (16/18 août 1989) est importante car elle constitue le deuxième contact direct entre les délégations argentines et britanniques après le conflit en 1982. La première réunion, qui se termina par un échec, avait eu lieu à Berne en 1984.

13A New York, deux décisions fondamentales ont été prises : d'une part, le retour à des négociations avec un agenda large couvrant tous les aspects des relations bilatérales, notamment le futur des relations diplomatiques et consulaires ; d'autre part, la conception d'une formule de négociation qui protégerait la position de chaque partie concernant la souveraineté des îles Malouines, Géorgies et Sandwich du Sud. La prochaine réunion avait été fixée le 17 et 18 octobre à Madrid.

14Dans ce cadre de dialogue renouvelé se déroule la première réunion de Madrid, les 17 et 18 octobre 1989, au cours de laquelle d'importants progrès seront constatés. Les deux parties sont convenues à cette occasion des décisions suivantes :

  • la reconnaissance implicite du concept de “cloche de verre” pour la souveraineté des îles, car les pays ont affirmé que leur position ne s'était pas modifiée. Cela équivalait donc à reconnaître l'existence d'une controverse.
  • le rétablissement des relations consulaires
  • la création de groupes de travail pour les questions militaires et de pêche
  • le rétablissement des communications aériennes et maritimes
  • l'engagement de l'intervention britannique afin de “faciliter” le rétablissement de relations avec la CEE
  • et la réduction par Londres de la zone d'exclusion de pêche à la zone d'exclusion militaire, qui désormais deviennent égales.

15Enfin, a été décidée la tenue d'une réunion à Madrid le 14 et 15 février 1990, afin de pouvoir se rapprocher d'une normalisation complète des relations bilatérales.

16Mise à part la question de la souveraineté, les deux problèmes les plus difficiles de la négociation étaient la pêche et la zone d'exclusion militaire. La réduction de la zone de pêche représentait pour l'Argentine la récupération d'une frange de 4000 kilomètres carrés. Quant aux questions militaires, le groupe de travail ad hoc arriva le 9 février à un document conjoint dans lequel était proposée une réduction de la zone d'exclusion militaire.

17Ce début d'accord laissait donc la voie libre au rétablissement des relations diplomatiques. C'est à Madrid, après deux jours des réunions, les 14 et 15 février, que les délégations des deux pays ont décidé le rétablissement des relations diplomatiques ainsi que la suspension de la zone d'exclusion militaire. Les documents prévoient également d'avancer dans la coopération, la promotion d'investissements, la suppression des visas, la protection de l'environnement et de la lutte contre le trafic de drogue. L'un des points les plus importants a été la constitution d'un système de communication radios et de télex entre les entités militaires respectives.

18C'est ainsi que le gouvernement Menem a pu résoudre un conflit majeur de la diplomatie argentine qui durait depuis huit ans. Comment expliquer ce résultat, là où l'administration antérieure avait échoué ?

19D'abord il faut l'attribuer à la stratégie pragmatique déployée par Buenos Aires. Le gouvernement péroniste, à la différence de l'administration précédente, a mis le problème de la souveraineté “en suspens” afin de pouvoir débloquer l'impasse dans les négociations.

20Deuxièmement, le moment politique de la négociation a été extrêmement favorable. Menem était au zénith de sa popularité dans son pays, ce qui lui a permis de faire face aux critiques, notamment de l'opposition.

21Troisièmement, l'appui des secteurs militaires à la politique de Menem en ce domaine, donnée fondamentale aussi pour comprendre le changement d'attitude de la Grande-Bretagne. Le président argentin a même pu obtenir des carapintadas un engagement de silence face aux négociations.

  • 3 Russell, Roberto et Corigliano, Francisco. “El gobierno peronista y las negociaciones sobre Malvin (...)

22Quant à la Grande-Bretagne, plusieurs phénomènes peuvent aider à comprendre sa disposition à la négociation : d'abord, la guerre était déjà loin ; ensuite, le gouvernement britannique a accueilli très favorablement l'establishment argentin (avec d'excellents interlocuteurs à Londres et à Washington) et finalement la pression, surtout des États-Unis, pour qu'elle flexibilise sa position dans un contexte ou la popularité de Thatcher avait considérablement diminué3.

L'ACCORD ENTRE LA COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE ET L'ARGENTINE

23L'une des conséquences directes du rétablissement des relations avec la Grande-Bretagne est la normalisation des contacts entre l'Argentine et la CEE. En 1989, les relations étaient au plus bas niveau depuis 1980, date à laquelle l'Argentine avait demandé le non-renouvellement de l'accord commercial conclu en 1970. D'autre part, le maintien par Buenos Aires de mesures discriminatoires d'ordre économique et commercial vis-à-vis du Royaume Uni depuis le conflit des Malouines en 1982, faisait obstacle à des négociations pour la conclusion d'un nouvel accord.

  • 4 Pour plus de détails voir : Parlement européen, Documents de séance, 7 mai 1990.

24Ainsi, la normalisation des relations entre ces deux pays a levé tous les obstacles qui s'opposaient à l'ouverture des négociations entre l'Argentine et la Communauté pour la conclusion d'un accord. Finalement, le 19 décembre 1989 le Conseil autorise la Commission a entamer des négociations avec l'Argentine afin de conclure un accord de coopération économique.4

25Tout d'abord avait été analysée la possibilité de conclure un accord de la “troisième génération”, c'est-à-dire un accord englobant la coopération financière ainsi que la coopération dans le domaine de la science et de la technologie. Toutefois, un accord de ce type exigeait de trop longues négociations. Les parties intéressées ont donc décidé de conclure un accord “classique” afin de ne pas retarder leur coopération, tout en laissant la porte ouverte à des négociations ultérieures, répondant ainsi à l'objectif politique prioritaire de nouer des liens contractuels dans le meilleur délai.

  • 5 J. O. des Communautés européennes, N L 295/66, 26/10/90.

26Deux rounds des négociations se sont tenus à Bruxelles en janvier et février 1990. Finalement, l'accord cadre de coopération commerciale et économique a été conclu en avril5. Cet accord, similaire à celui signé avec le Brésil, comporte deux nouveautés de taille : une clause “démocratique” et une clause “évolutive”. Pour la première, la CEE pourrait se libérer de ses engagements si un gouvernement militaire venait s'installer à Buenos Aires.

27La “clause évolutive” permet de passer du stade classique de la coopération économique et commerciale au niveau des “accords de troisième génération”. Ces traités de “coopération avancée” permettent de mettre en œuvre d'une façon harmonieuse et flexible des mécanismes de coopération industrielle, scientifique et de rapprochement entre les entreprises.

28Ce type d'accord fait partie de la politique que la CEE met en place avec les pays les plus développés de la région. Elle vise notamment à encourager la coopération économique entre les opérateurs privés des deux régions, principalement à travers la création de “joint ventures”. Cette pratique étant facilitée par l'existence d'un vaste marché intérieur dans ces pays, par une classe dynamique d'entrepreneurs et par un niveau technologique élevé. Il est à noter que des accords semblables ont été signés récemment avec le Chili et le Mexique.

29Parallèlement, il existe une coopération multilatérale entre l'Argentine et la CEE. L'Argentine fait partie du Groupe de Rio qui regroupe onze pays latino-américains. Depuis 1988, un dialogue informel s'est développé entre ces deux entités. C'est en décembre 1990, à travers la déclaration de Rome, que s'est institutionnalisé le dialogue politique entre les deux régions au plus haut niveau. La déclaration, même si elle n'apporte pas de solutions concrètes, permet l'établissement d'un mécanisme de discussion constructive entre la CEE et l'Amérique latine sur des questions diverses. Cela ouvre ainsi la possibilité de trouver des nouvelles perspectives de coopération interrégionales.

***

30Le rétablissement des relations diplomatiques avec la Grande Bretagne et la signature d'un accord cadre de coopération avec la CEE sont des faits très importants dans l'avenir des relations entre l'Argentine et l'Europe occidentale. Ces deux événements ont contribué notamment à créer un climat politique favorable qui ne peut que bénéficier à l'approfondissement de la coopération dans d'autres domaines.

  • 6 Russell, Roberto. “Cambio de gobierno...”, op. cit. p 336.

31Quant à la Grande-Bretagne, la normalisation des relations diplomatiques constitue un élément fondamental d'une stratégie à long terme qui vise à passer du niveau politique au niveau économique des relations, l'axe étant le commerce bilatéral. Comme l'a signalé le négociateur argentin, Lucio Garcia del Solar : “maintenant s'ouvre une période de normalisation diplomatique qui va créer des engagements et des intérêts commerciaux importants. Cela va contribuer à ce que nous devions parler avec eux plus souvent et qu'ils en arrivent même à créer des lobbies en Argentine”6.

32On peut donc s'attendre à une amélioration des échanges commerciaux du fait de la levée des restrictions du commerce bilatéral. Il est à noter qu'à partir de 1985, il y a eu une augmentation importante du volume due à la levée des sanctions de la part de la Grande-Bretagne. Mais outre ces domaines classiques des relations économiques, des nouveaux champs de coopération notamment en matière d'environnement et de drogue apparaissent, tendance qui devrait se confirmer dans les années à venir.

33Quant à la CEE, on peut également constater l'existence d'une volonté politique d'approfondir la coopération, tant au niveau bilatéral que multilatéral. L'accord de coopération bilatérale, de par son caractère d'accord cadre, dépend de l'usage que les parties en font. Il est clair qu'il existe en ce sens une asymétrie entre l'Argentine et la CEE, tant au niveau des attentes qu'au niveau des moyens dont chaque partie dispose pour mener à bien leurs politiques respectives. Il est évident donc que l'usage que peut faire l'Argentine des nouveaux domaines de coopération, notamment au niveau industriel et technologique, dépend pour une grande part de ses conditions économiques internes.

34Par ailleurs, il y a deux autres faits dont il est encore tôt pour évaluer leurs conséquences, qui auront des incidences déterminantes dans les relations entre la CEE et l'Amérique latine : il s'agit des changements dans les pays de l'Est et de la création en 1993 d'un marché commun européen.

35Les changements survenus dans l'Est européen tendent à faire de cette zone un fort concurrent de l'Amérique latine pour ce qui est d'attirer investissements et accords de coopération. Quant au marché unique européen, les pays latino-américains qui n'ont pas une capacité d'exportation très développée, diversifiée et compétitive resteront en marge de ce marché. Compte tenu des difficultés économiques que traversent la plupart des pays de la région, on pourrait affirmer que l'avenir des relations entre la CEE et l'Amérique latine en général, et en particulier avec l'Argentine, ne semble pas pour l'instant très encourageant.

Notes

1 “Entretien avec Domingo Cavallo”, Politique Internationale, (47), printemps 1990, p 394.

2 Russell, Roberto. “Cambio de gobierno y politica exterior : las primeras tendencias de la gestion peronista”, América Latina Internacional, vol 7, N° 24, avril-juin 1990, p 334

3 Russell, Roberto et Corigliano, Francisco. “El gobierno peronista y las negociaciones sobre Malvinas”, América Latina Internacional, vol 6 N° 22, octobre-décembre 1989, p 287.

4 Pour plus de détails voir : Parlement européen, Documents de séance, 7 mai 1990.

5 J. O. des Communautés européennes, N L 295/66, 26/10/90.

6 Russell, Roberto. “Cambio de gobierno...”, op. cit. p 336.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter