Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouveaux défis et perspectives économiques

Chapitre 12. Défis commerciaux et technologiques des exportations agro-alimentaires en Argentine

Graciela E. Gutman

Texte intégral

  • * CONICET-CEUR, chercheur associé au CREDAL-CNRS en 1992

1Note portant sur l'auteur*

  • Ce travail est un résumé très synthétique des recherches réalisées au sein d'une équipe pour la Se (...)

2Un intense processus de mutation et de reconfiguration des productions agroalimentaires a eu lieu en Argentine pendant les dernières décennies dans un contexte de stagnation et de restructuration économique. Une orientation plus marquée de ces productions vers l'exportation est à l'origine des nouvelles dynamiques. Plusieurs éléments se sont conjugués dans ce processus :

  • la compression du marché intérieur à la suite de la chute des niveaux de revenu et d'emploi,
  • les politiques économiques d'ouverture, d'ajustement et de stabilisation, mises en place à partir de 1977, dans un contexte de fort endettement externe) de nouvelles opportunités d'exportation sur le marché mondial.

3Cette nouvelle dynamique s'inscrit, sur le plan international, dans les profonds changements affectant les marchés de produits agro-alimentaires et les stratégies des grandes firmes mondiales de l'alimentation. La stagnation relative de la demande d'aliments dans les pays industrialisés et les changements produits en matière de normes de consommation sont à la base d'une intensification de la concurrence entre les entreprises. Les grands groupes mondiaux de l'alimentation ont développé, depuis les années soixante-dix, de nouvelles stratégies commerciales, technologiques et productives dans le but d'accroître leurs avantages compétitifs.

4En même temps, ces nouvelles modalités de la concurrence ont accentué la concentration et la centralisation, avec l'apparition de grands complexes polyvalents et intégrés. On observe ainsi, dans les pays industrialisés, une croissante articulation à l'intérieur de la filière à partir du développement et de la consolidation des super et hypermarchés. Sur la base des développements de l'informatique et grâce aux formes modernes d'organisation d'entreprise, l'aval de la chaîne est devenu un pôle de pouvoir économique au sein des sous-systèmes alimentaires. Ces processus vont de pair, dans les pays du tiers monde, avec l'émergence de nouvelles formes de transnationalisation, ce qui contribue à orienter la production vers le marché mondial. Ainsi, dans le nouveau contexte compétitif deux facteurs acquièrent une importance stratégique :

  • l'innovation et le développement technologiques, aussi bien au niveau de la production primaire (génétique, biotechnologies) que sur le plan de l'activité industrielle (différenciation de produits) et commerciale (packaging, technique du froid et de conservation),
  • l'activité de distribution et de commercialisation, y compris la connaissance anticipée de l'évolution de la demande et le contrôle des marchés de destination.

5Après un rappel très synthétique des changements opérés en Argentine au cours des dernières années, il est utile de présenter les principales conséquences de ces mutations et les défis qui en résultent.

L'ÉVOLUTION RÉCENTE DE L'ARGENTINE

6Les transformations constatées dans la production et la commercialisation de biens agro-alimentaires pendant les quinze dernières années ont affecté tant les productions traditionnelles de la région pampéenne (par exemple, les produits laitiers et les oléagineux) que celles des autres régions, tout particulièrement les cultures de fruits et de légumes.

7Les tableaux N° 1 et 2 présentent les traits marquants de la structure et la dynamique de cinq complexes agro-industriels de grande importance dans la production agro-alimentaire de l'Argentine. L'évolution des produits laitiers illustre bien le cas d'un système productif orienté vers le marché intérieur, qui a subi un processus de restructuration productive et de développement technologique stimulé et surveillé par la grande industrie laitière.

8Le complexe oléagineux constitue le cas d'une production dont l'expansion a été le résultat d'une nette orientation exportatrice, sur la base, d'une part, d'une forte croissance de la production primaire liée à l'introduction de nouvelles variétés de semences et de techniques productives et, d'autre part, d'une expansion industrielle encouragée par des politiques économiques spécifiques. Pendant les années quatre-vingts ce complexe est devenu le secteur le plus dynamique et le principal exportateur du pays ; en 1988, les exportations d'huile et de tourteaux oléagineux ont atteint un tiers du montant total des exportations industrielles de l'Argentine.

9Le sous-système rizicole, quant à lui, se caractérise par l'introduction de techniques, de variétés de grains et de formes organisationnelles novatrices visant une adaptation croissante de la production aux normes de consommation des nouveaux marchés d'exportation, après une période de crise et de perte de compétitivité.

10Enfin, le cas des agrumes et des pommes illustrent bien les nouvelles orientations adoptées par la production des fruits et légumes. Celle-ci, de plus en plus tournée vers l'exportation, constitue le cadre d'apparition, encore embryonnaire, il est vrai, de nouvelles formes de concurrence inter-entreprises associées aux stratégies mondiales des grands conglomérats de l'alimentation. Face à ces transformations, les stratégies des entreprises agro-alimentaires ont été diverses. Un des traits les plus saillants de la nouvelle dynamique est le développement des stratégies d'intégration et de diversification à l'intérieur du secteur de l'alimentation, ce qui a conduit à la constitution de véritables conglomérats multi-produits et multi-régions. Ces mouvements s'accompagnent de nouveaux investissements des groupes économiques locaux dans l'industrie de l'alimentation, de l'expansion des entreprises étrangères et de nouveaux investissements du capital transnational, enfin du développement de nouvelles formes d'association entre les capitaux nationaux et les capitaux étrangers. Ces stratégies visent à maximiser les investissement des entreprises en infrastructures de transport et de stockage, à tirer le maximum de profit du contrôle qu'elles exercent sur les conditions de commercialisation et d'une meilleure connaissance du fonctionnement du marché mondial.

TABLEAU N° 1 : SYSTÈMES AGRO-ALIMENTAIRES EN ARGENTINE. FINALITÉS ET CARACTÉRISTIQUES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION

TABLEAU N° 1 : SYSTÈMES AGRO-ALIMENTAIRES EN ARGENTINE. FINALITÉS ET CARACTÉRISTIQUES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION

Source Gutman (G) in Agroindustrias en Argentina. Cambios productives y organizativos recientes, Ed. Cepal-Cepalc, Buenos Aires
1 MI Marché interne PI : Industrialisation X : Exportations
2 Part des 8 (a) et 5 (b) plus grandes entreprises dans la valeur de la production d'après le recensement industriel de 1984
3 Part des entreprises de capital étranger dans la valeur de la production de la branche
4 Moyennes 1982-1986
5 Moyenne 1982-1985 pour la province de Rio Negro
6 Entreprises de production de jus d'agrume concentrés congelés.
7 Entreprises de production de jus concentrés et arômes

TABLEAU N° 2 : SYSTÈMES AGRO-ALIMENTAIRES EN ARGENTINE. STRATÉGIE DES ENTREPRISES

TABLEAU N° 2 : SYSTÈMES AGRO-ALIMENTAIRES EN ARGENTINE. STRATÉGIE DES ENTREPRISES

Source Gutman (G) in Agroindustrias en Argentina. Cambios productives y organizativos recientes. Ed. Cepal-Cepalc, Buenos Aires

11L'intégration vers l'amont, soit par le biais de l'intégration directe avec la production primaire, soit à travers de formes d'agriculture contractuelle, est fréquente dans le cas des entreprises de l'alimentation qui sont les premières transformatrices des biens agricoles. Les stratégies d'intégration vers l'aval, qui incorporent les étapes de commercialisation externe de la production, occupent cependant une place de choix dans les nouvelles agro-industries exportatrices.

12Dans le cas du secteur moderne des fruits et des légumes on observe, avec la présence récente de firmes puissantes qui opèrent à l'échelle internationale, des stratégies d'intégration et de diversification qui couvrent différents produits agricoles dans diverses régions du pays. Dans ces sous-systèmes, les étapes de l'après-récolte préalables au processus industriel proprement dit (contrôle de qualité, empaquetage, normalisation, conservation) ont acquis une importance croissante ; ces tâches, qui ont à présent un caractère tout à fait industriel, sont intégrées dans l'activité des grandes entreprises du secteur.

LES CONSÉQUENCES ET LES DÉFIS

13La consolidation d'une extraversion croissante des productions agroalimentaires a accentué l'influence du marché mondial sur ces productions. Ce processus a renforcé les articulations existantes avec le marché mondial et a en créé des nouvelles :

  • en accentuant le caractère exportateur d'activités historiquement orientées vers les marchés internationaux,
  • en permettant le développement de nouvelles stratégies exportatrices dans certains secteurs ayant subi d'intenses processus de reconversion,
  • en amorçant une réorientation vers les marchés extérieurs dans le cas de productions traditionnellement dirigées vers le marché interne.

14Les mutations qui ont eu lieu dans les dynamiques productives, technologiques et commerciales des principaux pays producteurs du monde développé ont eu une influence décisive sur l'évolution récente de la production agro-alimentaire de l'Argentine. Néanmoins, la diffusion interne de ces changements est déphasée -c'est-à-dire que les phénomènes en question ont déjà eu lieu sur le plan international- et se produit d'une manière dépendante - car le pays est un récepteur passif de ces changements.

15On assiste ainsi ces dernières années à une internationalisation croissante de la production agro-alimentaire que confirment les nouveaux investissements étrangers réalisés dans ce secteur et le poids de plus en plus significatif des capitaux extérieurs dans la commercialisation externe de ces productions. On constate également que la reproduction partielle et dans des formes distordues des normes de consommation des pays industrialisés, en s'appuyant sur la consommation des secteurs à revenu élevé, s'est faite au détriment des besoins alimentaires et nutritionnels des couches les plus défavorisées, fortement affectées par la crise économique et sociale.

16L'évolution récente des sous-systèmes présentés ci-dessus a renforcé l'hétérogénéisation productive et technologique du secteur et a consolidé des marchés hautement concentrés. Ceux-ci se caractérisent par la prédominance de financements subventionnés à la production et à la commercialisation qui, pour une large partie, bénéficient aux grandes entreprises. Au cours des dernières années, les programmes de conversion de créances ont constitué une modalité de financement très utilisée. Les réponses des entreprises agro-alimentaires n'ont pas été homogènes ; de la même manière, les alternatives et les opportunités offertes aux différentes strates de producteurs ont été diverses.

17On constate, à cet égard, le développement d'un groupe réduit de grandes entreprises constituées en véritables conglomérats de production et de commercialisation, formés par des capitaux nationaux et étrangers. On constate, en même temps, l'exclusion et/ou la marginalisation d'un nombre considérable de petits producteurs. A mi-chemin, l'on trouve de nombreux producteurs et entreprises de taille moyenne, semi-intégrés, et dont les possibilités d'insertion dans la nouvelle dynamique commerciale sont étroitement liées à la redynamisation des économies et des marchés régionaux, à la reprise de la consommation interne, à une mise en place adéquate des politiques commerciales, financières et technologiques et au développement des infrastructures de services nécessaires à la production.

18Les défis auxquels les exportations agro-alimentaires de l'Argentine devront faire face sont donc multiples et variés : ils sont notamment technologiques, commerciaux et d'organisation de l'entreprise. Qui plus est, face à un marché mondial fortement protégé et subventionné, les récents efforts d'intégration sous-régionale (accords frontaliers d'intégration, Mercosur...) sont porteurs de perspectives et de possibilités encourageantes mais aussi de nouvelles interrogations sur l'avenir de ces productions. Tout particulièrement, on devra faire face au défi que représente la nécessaire articulation des politiques économiques et sectorielles des différents pays, ce qui constitue une tâche difficile dans cette période de crise et d'ajustement qui caractérise les pays de la région.

Notes de fin

* CONICET-CEUR, chercheur associé au CREDAL-CNRS en 1992

Ce travail est un résumé très synthétique des recherches réalisées au sein d'une équipe pour la Secretaría de Agricultura y Pesca de l'Argentine et des études menées pour le bureau de Buenos Aires de la Commission économique pour l'Amérique latine des Nations Unies (Cepal). Les résultats de ces recherches ont été publiés dans l'ouvrage Gutman G. et Gatto F. (éditeurs). Agroindustrias en Argentina. Cambios productivos y organizativos 1970-1990. Cepal- Ceal, Buenos Aires, 1990 et dans des articles publiés dans les revues : Realidad Económica N° 95, 1990 et Desarrollo Económico N° 120, vol 30. 1991.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1 : SYSTÈMES AGRO-ALIMENTAIRES EN ARGENTINE. FINALITÉS ET CARACTÉRISTIQUES ÉCONOMIQUES DE LA PRODUCTION
Légende Source Gutman (G) in Agroindustrias en Argentina. Cambios productives y organizativos recientes, Ed. Cepal-Cepalc, Buenos Aires1 MI Marché interne PI : Industrialisation X : Exportations2 Part des 8 (a) et 5 (b) plus grandes entreprises dans la valeur de la production d'après le recensement industriel de 19843 Part des entreprises de capital étranger dans la valeur de la production de la branche4 Moyennes 1982-19865 Moyenne 1982-1985 pour la province de Rio Negro6 Entreprises de production de jus d'agrume concentrés congelés.7 Entreprises de production de jus concentrés et arômes
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre TABLEAU N° 2 : SYSTÈMES AGRO-ALIMENTAIRES EN ARGENTINE. STRATÉGIE DES ENTREPRISES
Légende Source Gutman (G) in Agroindustrias en Argentina. Cambios productives y organizativos recientes. Ed. Cepal-Cepalc, Buenos Aires
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2203/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter