Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouveaux défis et perspectives économiques

Chapitre 11. Swaps et investissement industriel en Argentine

Alfredo Suarez

Texte intégral

  • * Fonctionnaire du PNUD. Les opinions exprimées dans cet article le sont sous la seule responsabilit (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 La capitalisation de dettes, ou conversion de créances, est une opération qui implique l'acquisiti (...)

2La cession de titres de la dette des pays du tiers monde commence à se développer dès l'avènement de la crise de la dette en 1982, lorsque les créanciers internationaux cherchent à diversifier leurs portefeuilles à risque et à liquider une partie de ces actifs. En dehors des cessions liées à une restructuration des portefeuilles bancaires, les principales opérations qui font appel au marché secondaire des dettes (MSD) concernent : la conversion de créances en prises de participation (debt-equity-swaps) et pour des opérations liées aux exportations ou aux privatisations ; l'échange contre d'autres valeurs négociables (exit bonds, obligations Brady,... ) ; et, le rachat de dettes par le pays débiteur (cas de la Bolivie ou du Chili, mais qui reste encore un fait relativement exceptionnel). Jusqu'à présent, la conversion de créances (ou capitalisation de dettes) est le moteur de l'activité sur le Marché secondaire de la dette (MSD) concernant les dettes des pays d'Amérique latine : la différence entre les prix d'achat (des titres de la dette par une entreprise, généralement multinationale) et de vente (à la Banque centrale du pays débiteur) a une influence décisive dans la décision d'investir car elle représente une subvention pour l'investisseur.1

3La cotation de la dette sur le MSD est ainsi incorporée dans le calcul économique des opérateurs privés, nationaux et étrangers. L'évolution des investissements directs étrangers (IDE) des dernières années laisse apparaître que les capitalisations de dettes sont le vecteur principal des implantations dans les pays les plus endettés d'Amérique latine. Ces investissements s'accompagnent, parallèlement, d'un contrôle accru des structures productives nationales, et les apports effectifs en capital diminuent au profit de prises de participation dans des entreprises existantes (à travers la conversion de dettes) sans nécessairement accroître leur capacité installée.

4Le but de ce travail est d'analyser les programmes de conversion mis en place en Argentine depuis 1984, en particulier la relation entre les swaps et l'investissement industriel, en identifiant les principaux secteurs d'activités et les firmes qui jouent un rôle central dans ces opérations.

L'EXTRAVERSION PROGRESSIVE DE L'ÉCONOMIE ARGENTINE

5Le gouvernement militaire de la période 1976-1983 avait mis en place une série de mécanismes permettant la capitalisation de dettes et la privatisation des entreprises publiques. La capitalisation des prêts intra-firmes a été l'un des éléments moteurs de l'IDE de cette période, et la libéralisation des mouvements de capitaux s'est traduite par une entrée importante de devises, principalement en 1977-1981 suite à l'application d'une politique orthodoxe d'ouverture.

6La structure sectorielle de l'IDE s'est profondément modifiée pendant cette période. Si dans les années 1960-1975 le secteur industriel (essentiellement la pétrochimie, la chimie et l'automobile) concentrait 95 % de l'IDE, au cours des années 1976-1983 il n'absorbe plus que 48 %. L'industrie automobile concentre alors 17,4 % de l'IDE et 36 % des investissements industriels, le secteur pétrolier et les finances devenant les nouveaux axes prioritaires du capital étranger (24,6 % et 16,6 % de l'IDE respectivement). Il faut noter que les crédits capitalisés (presque intégralement des prêts intra-firmes) ont représenté 33,7 % de l'IDE dans l'industrie automobile et 26,1 % de l'IDE total.

  • 2 CEPAL : Las empresas transnacionales en la Argentina, Estudios e Informes de la CEPAL Santiago, de (...)

7Cette période est marquée par la spéculation financière au détriment de l'investissement productif. Par exemple, le taux de rentabilité (bénéfices/capital immobilisé) des investissements américains en Argentine a été supérieur à celui enregistré par les autres filiales américaines à l'étranger : 18 % en 1976-1983 (et dépassant 30 % en 1979 et 1980) contre une moyenne au niveau mondial de 15 %. Néanmoins, les réinvestissements des bénéfices des entreprises américaines ont suivi une tendance à la baisse, à l'opposé de leur évolution sur le plan international : le taux moyen de réinvestissement en Argentine a été de -3,9 % sur la période 1976-1983 (-200,9 % en 1981) contre +42,4 % au niveau mondial. Le secteur financier enregistre les taux de rentabilité les plus élevés et les désinvestissements les plus forts : les bénéfices ont dépassé 20 % en 1976-1983 (plus de 50 % en 1976 et 1981) et le rapatriement des bénéfices a atteint 90 %. Le transfert net vers les États-Unis a été de 117 millions de dollars pendant cette période, soit un montant supérieur de 60 % à l'investissement antérieur à fin 1976. Ainsi, les investissements cumulés en 1976-1983 se sont multipliés par quatre et les bénéfices par treize.2

8Le gouvernement démocratique de R. Alfonsín a hérité, fin 1983, de la crise économique la plus profonde de l'histoire récente du pays et d'une dette externe conditionnant tout programme de relance. Celle-ci est passée de 10 milliards de dollars en 1977 à 59,6 milliards de dollars en 1988 (estimée à près de 67 milliards fin 1990 suite au cumul d'arriérés de paiement) ; les transferts nets à l'extérieur qui y sont associés ont dépassé 20 milliards de dollars (sans tenir compte des transferts des autres revenus du capital). Par contre, sur cette même période, les flux cumulés d'IDE ont été de 3,44 milliards de dollars.

INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS (1977-1990) (en millions de dollars)

INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS (1977-1990) (en millions de dollars)

Source : Ministère de l'Economie d'Argentine, déc.1991

9La désindustrialisation du pays est illustrée par la chute de la formation brute de capital fixe : l'investissement brut interne oscille autour de 14 % contre 20/25 % jusqu'en 1975. Le retournement de tendance de l'IDE observé depuis 1988 est lié aux facilités accordées au capital étranger principalement à travers les debt-equity swaps, et notamment au processus de privatisation des entreprises publiques mené par le gouvernement de C. Menem.

10La stratégie des gouvernements de R. Alfonsín puis C. Menem a été de favoriser l'investissement des grandes entreprises, nationales et étrangères, seules à avoir accès aux sources de financement internes et externes. Depuis la mise en place du premier Plan Austral en 1985, ces grandes entreprises se tournent vers la production pour l'exportation, le recours aux importations de biens d'équipement (facilités par les gouvernements) permettant de répondre aux besoins des investissements de renouvellement.

LES PROGRAMMES DE CONVERSION DE LA DETTE EXTERNE

  • 3 Nous reprenons les données de la seule étude systématique qui ait été publiée jusqu'à présent sur (...)

11Entre 1984 et 1990, période pour laquelle des données homogènes ont été publiées, quatre programmes de conversion ont été mis en place3. Le premier, concernant la “conversion de la dette externe privée avec garantie de change,” n'avait aucune référence particulière en ce qui concerne les activités économiques prioritaires pour les conversions. Les entreprises participant à ce programme recevaient une subvention de l'État (en monnaie nationale) équivalente (pour chaque dollar de dette) à la différence entre le type de change en vigueur sur le marché unique de change et celui utilisé pour la garantie de change.

MONTANT ANNUEL DE LA DETTE EXTÉRIEURE CAPITALISÉE SELON LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES DE CONVERSION DE CRÉANCES (1984-1990) (millions de dollars)

MONTANT ANNUEL DE LA DETTE EXTÉRIEURE CAPITALISÉE SELON LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES DE CONVERSION DE CRÉANCES (1984-1990) (millions de dollars)
  • Comprend les capitalisations de dettes effectuées jusqu'en juin 1990.
  • Le montant des opérations de capitalisation réalisées sous ce régime est calculé sur la base des a (...)
  • § Valeur nominale de la dette extérieure qui a été convertie.
  • ** Valeur nominale de la dette extérieure capitalisée jusqu'en décembre 1988.

Note a
Note b
Note c§
Note d**
Source : Mariana Fuchs, Los programas de capitalización de la deuda externa argentina, CEPAL, LC/BUE/R.153, Santiago du Chili, juin 1990, p.4.

12Dans le cadre de ce premier programme, 181 entreprises ont converti 489 millions de dollars entre 1984 et 1987, 44 % du montant total de ces swaps revenant à 49 firmes étrangères. Les opérations les plus significatives concernaient le secteur industriel, principalement celui des aliments et boissons (114,5 millions de dollars, dont 90 % convertis par des firmes étrangères), la pétrochimie et la chimie. Les entreprises nationales, indépendamment de leur taille, ont été plus actives dans les transactions concernant les activités non industrielles.

13Les bases générales des programmes de conversion plus récents ont été définies en avril 1987 et incluses dans le plan financier de l'époque, le principal objectif étant la promotion d'une croissance économique stable. Les investissements éligibles concernaient les nouveaux équipements et la création de capacités entraînant une augmentation de l'offre de biens et services. Trois programmes différents ont été mis en place entre juillet 1987 et juin 1990. Le deuxième programme qui entra en vigueur en janvier 1988 est le plus important et concernait la “conversion de la dette publique extérieure en projets de nouveaux investissements.” Il était basé sur la conversion de bons et obligations émis depuis 1982. Deux aspects particuliers distinguent ce mécanisme : il est le seul à promouvoir de nouveaux investissements industriels orientés vers l'exportation afin d'augmenter la productivité et, il stipulait un apport d'argent frais pour un montant similaire à celui de la dette convertie (clause du “un pour un”, rapidement abandonnée). A la fin 1987, le gouvernement a renforcé l'incitation à recourir à ce mécanisme en modifiant le ratio : 70 % du coût des projets éligibles (en excluant les machines importées et les terres) pouvait être financé par des swaps, la demande d'argent frais étant ramenée à 30 %. Et, on abandonne toute référence à des secteurs spécifiques ou à des activités prioritaires pour l'utilisation du programme. Les projets d'investissements éligibles étaient approuvés par des enchères publiques où la Banque centrale fixait le prix de rachat de la dette. Ce programme (de même que tous les autres régimes de capitalisation) comprend une subvention, donnée par la différence entre la valeur d'acquisition des titres sur le marché secondaire et la remise que la Banque centrale accepte pour leur rachat. La valeur de cette subvention diffère pour chaque projet présenté dans une même enchère, et varie entre les différentes enchères.

14Dans le cadre de ce deuxième programme, six enchères ont eu lieu de janvier 1988 à avril 1989. Sur un total de 110 projets approuvés, pour un montant de 1.039 millions de dollars d'investissements, plus de la moitié ont été inférieurs à 5 millions de dollars et 75 projets concernaient le secteur industriel (dont 20 réalisés par des petites et moyennes entreprises). Les capitalisations dans l'industrie se réalisent essentiellement dans l'industrie automobile (281 millions de dollars, soit 27 % du coût total des projets et 15 % de la valeur nominale de la dette échangée) et agro-alimentaire (262 millions de dollars). Par ailleurs, les deux projets les plus importants à avoir été financé à travers ce programme (plus de 50 millions de dollars chacun) ont concerné ces deux industries. Les firmes étrangères occupent une place prépondérante avec 28 opérations (pour un montant de 517 millions de dollars) d'une taille moyenne de 18 millions de dollars par projet, tandis que les firmes argentines réalisent 47 projets mais d'une taille moyenne de 5 millions de dollars.

RÉPARTITION DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES DANS LA CAPITALISATION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTÉRIEURE SELON L'ORIGINE DU CAPITAL (1988-1989) (en milliers de dollars et en %)

RÉPARTITION DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES DANS LA CAPITALISATION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTÉRIEURE SELON L'ORIGINE DU CAPITAL (1988-1989) (en milliers de dollars et en %)

RÉPARTITION PAR SECTEURS INDUSTRIELS DE L'INVESTISSEMENT ÉTRANGER RÉALISÉ A TRAVERS LA CAPITALISATION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTERNE (1988-1989) (en milliers de dollars et en %)

RÉPARTITION PAR SECTEURS INDUSTRIELS DE L'INVESTISSEMENT ÉTRANGER RÉALISÉ A TRAVERS LA CAPITALISATION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTERNE (1988-1989) (en milliers de dollars et en %)

Source : Mariana Fuchs : Los programas de capitalización de la deuda externa argentina, CEPAL, Buenos Aires, juin 1990, p.20.

15L'objectif du troisième programme, instauré en avril 1987, était de “transformer les obligations externes du secteur privé non financier en source d'investissement.” Parmi ces obligations, les crédits on-lending (octroyés à partir de 1985 par les banques étrangères à la Banque centrale afin de financer le secteur privé industriel) ont joué le rôle le plus important, représentant autour de 95 % du total des transactions. Des projets pour transformer ce type de dette ont été approuvés aux enchères, où les firmes payaient une commission à la Banque centrale. Ce schéma a été flexibilisé en septembre 1988, des opérations sans apport d'argent frais ayant été autorisées dans certains cas. Au total, sur la période 1984-1990, 25 entreprises ont recouru à ce mécanisme pour des opérations d'un montant global de 101 millions de dollars. Parmi celles-ci, 16 firmes industrielles concentrent près de 90 % de la dette échangée, dont 11 sont des firmes étrangères. Les investissements industriels se concentrent dans la branche textile et cuirs (25 % des capitalisations dans l'industrie, soit 24,7 millions de dollars), la chimie et la pétrochimie (23 % des capitalisations dans le secteur, soit 23,3 millions de dollars), et les machines et le matériel électrique (13 % des investissements dans l'industrie, soit 13,4 millions de dollars).

16Le quatrième programme comprend “l'annulation de prêts à travers la capitalisation de dettes publiques externes.” Les firmes utilisant ce schéma devaient investir une somme équivalente en capital. A travers 405 transactions acceptées, 488 millions de dollars (valeur nominale) de dettes publiques externes ont été converties, les petites et moyennes entreprises étant particulièrement présentes et représentant 16 % du total converti.

RÉPARTITION SECTORIELLE DES OPÉRATIONS DE CONVERSION DE CRÉANCE DANS L'INDUSTRIE SELON LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES EN VIGUEUR, 1984-1990 (en milliers de dollars)

RÉPARTITION SECTORIELLE DES OPÉRATIONS DE CONVERSION DE CRÉANCE DANS L'INDUSTRIE SELON LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES EN VIGUEUR, 1984-1990 (en milliers de dollars)

Source : Mariana Fuchs : Los programas de capitalización de la deuda externa argentina, CEPAL, Buenos Aires, juin 1990, p.31.

17En somme, sur la période 1984-juin 1990, les conversions ont atteint approximativement 2,28 milliards de dollars dans le cadre des quatre régimes de conversion mis en place, ce qui représente près de 4 % du total de la dette externe. Le programme de “nouveaux projets d'investissement” a concentré environ 50 % du total capitalisé (1,04 milliards de dollars), la valeur nominale de la dette externe publique convertie à travers ce programme étant de 1,2 milliards de dollars. Les entreprises industrielles ont participé à 75 projets, soit près de 66 % de l'investissement total réalisé à travers ce programme. La participation étrangère aux programmes de “conversion de la dette privée avec garantie de change” et des prêts on lending a représenté respectivement 58 % et 86 % du total capitalisé à travers chacun de ces mécanismes. Des 275 entreprises participant dans les quatre programmes de conversion (et dont l'origine du capital a été identifiée), 138 réalisent des activités industrielles. Parmi celles-ci, 67 sont étrangères et 71 d'origine argentine, ayant capitalisé 679 et 343 millions de dollars respectivement. A l'inverse, les capitalisations dans les activités non industrielles (318,3 millions de dollars) sont réalisées majoritairement par les entreprises argentines (principalement par 10 grands groupes locaux qui concentrent près de la moitié de ces opérations), tandis que les 15 entreprises étrangères participant n'ont réalisé que 10 % de ces capitalisations. Sur l'ensemble des entreprises industrielles ayant participé aux différents programmes, 40 firmes appartenant au secteur des aliments et boissons concentrent 40 % du total capitalisé (441,5 millions de dollars). Les opérations dans la chimie et pétrochimie et la production de matériel de transport représentent 17,9 % et 16,4 % respectivement.

RÉPARTITION DE LA DETTE CONVERTIE EN INVESTISSEMENT SELON LA NATURE DE L'ENTREPRISE EMPLOYANT CE MÉCANISME (1984-1990) (en milliers de dollars)

RÉPARTITION DE LA DETTE CONVERTIE EN INVESTISSEMENT SELON LA NATURE DE L'ENTREPRISE EMPLOYANT CE MÉCANISME (1984-1990) (en milliers de dollars)

* Les entreprises qui ont participé à des opérations de conversion, mais sur lesquelles on ne dispose pas d'informations permettant de les classer dans une des catégories retenues, ne figurent pas dans ce tableau.
Source : M. Fuchs, op.cit., p.32.

18Un nombre réduit d'entreprises concentre l'essentiel des opérations : près de la moitié de la dette externe capitalisée à travers ces quatre programmes est réalisée par 22 entreprises dont chaque opération est supérieure à 20 millions de dollars, et 9 entreprises concentrent 26 % du total converti avec des montants supérieurs - pour chaque opération - à 40 millions de dollars. Certaines entreprises ont réalisé plus d'une opération dans un même programme, ou bien elles ont participé dans plusieurs programmes.

19Enfin, les opérations de capitalisation réalisées par les entreprises privées n'entraînent pas nécessairement de nouveaux investissements (le seul programme où une augmentation du capital est exigée est celui de la capitalisation de la dette externe publique). Les capitalisations de la dette externe privée avec garantie de change et celles de prêts on lending au secteur privé entraînent l'annulation de dettes à travers des modifications dans le capital de la firme concernée, sans que ceci signifie nécessairement accroître son capital En d'autres termes, il n'est pas obligé que de nouveaux investissements dans les entreprises existantes ou des créations de nouvelles unités se produisent.

  • 4 CEPAL : Balance preliminar de la economía de América Latina y del Caribe, 1991, Santiago, de Chile (...)
  • 5 Norman Peagam : “Privatization gathers pace, Argentina : Menem ditches the dogma”, Euromoney Suppl (...)
  • 6 Devenu par la suite Telecom Argentina, Nortel est constitué de : France Telecom 32,5 % du capital, (...)
  • 7 Les principaux actionnaires de Cointel (devenu Telefónica de Argentina) sont : Citybank 20 %, Banc (...)
  • 8 Norman Peagam : “Capital markets steam ahead”, dans “Argentina : Out of the Gloom”, Euromoney Supp (...)

20A partir de juillet 1990, les conversions de créances connaissent un nouvel élan : le programme de privatisations lancé par le gouvernement de C. Menem autorise qu'une partie des apports de capital des investisseurs privés (étrangers et nationaux) s'effectue à travers ce mécanisme. A la même époque, la législation régissant les investissements étrangers est libéralisée (notamment pour ce qui est du rapatriement des bénéfices), éliminant toute distinction entre investisseurs nationaux et internationaux. Les deux opérations de privatisation les plus importantes sont celles de la compagnie aérienne Aerolíneas Argentinas et de la compagnie des télécommunications ENTel qui, à elles deux, ont impliqué la conversion d'environ 7 milliards de dollars de dettes, soit une réduction de la dette extérieure argentine de 6 %.4 La cession de 85 % du capital de Aerolíneas à un consortium international mené par Iberia (Espagne) (ses partenaires locaux étant Cielo Sur et Pescarmona) a été effectué contre l'apport de 260 millions de dollars (dont 130 millions seront investis sur les 10 ans à venir) et de 2,01 milliards de dollars sous forme de titres de dettes.5 La privatisation de ENTel (novembre 1990) s'est opérée en divisant la maison-mère géographiquement en deux compagnies (ENTel Norte et ENTel Sur), 60 % du capital de chacune d'entre elles étant offert au secteur privé. Les offres retenues ont bénéficié à deux consortii respectivement : Nortel6, qui a apporté 100 millions de dollars d'argent frais et 2,3 milliards de dollars (valeur nominale) de titres de dettes ; et, Cointel7, qui a payé 119 millions de dollars sous forme d'apport frais et 2,7 milliards de dollars en titres de dettes.8 Le succès que ces deux premières opérations ont connu auprès des investisseurs étrangers n'est pas sans rapport avec le taux élevé de rentabilité (supérieur à 12 %) de ces projets.

  • 9 Norman Peagam : “The end of isolation ?”, Euromoney, mars 1991, p. 90.
  • 10 Notamment, Puesto Hernàndez (260 millions de dollars, en mai 1991) au profit d'un consortium formé (...)
  • 11 Dont Ferroexpresso Pampeano, desservant 5.000 kilomètres de voies ferrées et reliant les deux plus (...)

21La première opération qui soit réalisée entièrement au niveau local date de janvier 1991, lorsque la firme pétrochimique argentine Ipako a acquis auprès du Ministère de la Défense 30 % du capital de Polisur (pétrochimie) contre un apport de 14,1 millions de dollars et de titres de dettes d'une valeur nominale de 39 millions de dollars.9 Les principaux projets de privatisation réalisés au cours de 1991 comprennent la cession des droits d'exploitation de 28 champs pétrolifères10 de deux tranches du réseau ferroviaire11 de plus de 10.000 kilomètres du réseau routier, et de deux chaînes de télévision, entraînant une absorption de quelques 2 milliards de dollars de titres de la dette et bénéficiant tant à des entreprises étrangères qu'argentines.

  • 12 Voir “Nearly time to tango”, The Economist, 18 avril 1992, p. 18.

22Bien que l'ampleur des privatisations et le regain de confiance dans la politique économique du gouvernement argentin ont contribué à rehausser le prix des titres de la dette argentine (qui sont passés de 13 % fin 1990 à environ 45 % début 1992), les conversions de créances vont très probablement continuer à être un des principaux vecteurs du financement des investissements. En effet, au cours de 1992 les autorités comptent privatiser au moins 51 % du capital de toutes les entreprises publiques restantes (à l'exception de la compagnie pétrolière YPF, qui devrait toutefois être cédée au privé en 1993).12 Elles escomptent ainsi réduire la dette extérieure de quelque 7 milliards de dollars supplémentaires, le biais des debt-equity swaps pour des opérations de privatisation permettant d'éviter l'effet inflationniste sous-jacent aux conversions de dettes extérieures en monnaie locale, et donc de poursuivre la politique anti-inflationniste déjà en œuvre.

REMARQUES FINALES

23L'étude des programmes de conversion de la dette extérieure argentine se heurte aux limites de l'information disponible. Pour le moment, l'impact de ces programmes sur l'investissement industriel a été faible, en raison notamment de leur courte durée, de l'incertitude quant à leur application, de la généralité de leurs objectifs, et du manque de coordination avec d'autres mécanismes d'incitation à l'investissement déjà existant.

24Ces programmes auraient pu avoir un impact majeur sur l'investissement si les gouvernements successifs avaient mis en place une véritable politique industrielle, définissant des secteurs prioritaires avec des objectifs spécifiques, et s'insérant dans un cadre institutionnel précis. Cela aurait été nécessaire pour créer un environnement approprié pour une meilleure allocation des ressources (subventions). La question est de savoir si les investissements auraient été réalisés indépendamment de l'existence de ces subventions (en d'autres termes connaître l'effet d'additionalité de cette incitation). La programmation des investissements s'étale sur une période de temps, et la décision d'investir est liée à la possibilité de bénéficier des subventions et des incitations mises en place dans le pays hôte. Ceci pourrait expliquer que plusieurs firmes ont abandonné, ou suspendu temporairement, des investissements en attendant de bénéficier des subventions incluses implicitement dans tous les programmes de conversion de créances. En effet, entre mars 1989 et juin 1990, aucune transaction n'a été réalisée dans le cadre de ces programmes. L'instabilité économique (hyperinflation, changement des autorités gouvernementales) a limité le recours à ces mécanismes, qui ont occupé une place substantielle dans les discussions avec les créanciers internationaux.

25A l'heure actuelle, la conversion de créances est un instrument central du processus de privatisation des entreprises publiques. La magnitude de ce processus ainsi que ses effets socio-économiques seront plus significatifs que le programme de conversion lui-même. Ceci implique un fort impact sur la politique macro-économique dans le court terme et également dans le modèle de croissance économique à long terme.

Notes

1 La capitalisation de dettes, ou conversion de créances, est une opération qui implique l'acquisition de titres correspondant à des dettes externes d'un pays débiteur par une entreprise intéressée à investir dans ce pays. Ces titres sont ensuite cédés par l'entreprise à la Banque centrale du dit pays contre de la monnaie locale à un prix généralement supérieur à celui de l'achat Ils servent ainsi de moyen de financement pour effectuer l'investissement envisagé.

2 CEPAL : Las empresas transnacionales en la Argentina, Estudios e Informes de la CEPAL Santiago, de Chile, 1986.

3 Nous reprenons les données de la seule étude systématique qui ait été publiée jusqu'à présent sur le sujet : Mariana Fuchs, Los programas de capitalización de la deuda externa argentina, CEPAL, LC/BUE/R. 153, Buenos Aires, juin 1990.

4 CEPAL : Balance preliminar de la economía de América Latina y del Caribe, 1991, Santiago, de Chile, 1991, p. 20. Toutefois, les effets de cette réduction ont été annulés par le cumul des arriérés d'intérêts sur environ 60 % de la dette contractée auprès des banques.

5 Norman Peagam : “Privatization gathers pace, Argentina : Menem ditches the dogma”, Euromoney Supplement, septembre 1990, p. 21.

6 Devenu par la suite Telecom Argentina, Nortel est constitué de : France Telecom 32,5 % du capital, Stet (Italie) 32,5 %, Perez Compac (Argentine) 25 %, J. P. Morgan 10 %.

7 Les principaux actionnaires de Cointel (devenu Telefónica de Argentina) sont : Citybank 20 %, Banco Rio (Argentine) 15 %, Telefonica (Espagne) 10 %, Techint (Argentine) 8 %, Bank of Tokyo 4 % et Bank of New York 4 %

8 Norman Peagam : “Capital markets steam ahead”, dans “Argentina : Out of the Gloom”, Euromoney Supplement, février 1992, p. 18.

9 Norman Peagam : “The end of isolation ?”, Euromoney, mars 1991, p. 90.

10 Notamment, Puesto Hernàndez (260 millions de dollars, en mai 1991) au profit d'un consortium formé par Perez Compac, Petrolera Patagónica, Occidental Exploration (Argentina) et Occidental de Argentina (filiale de Banco Rio) ; et, en juillet 1991, El Tortillo (101 millions de dollars) à Tecpetrol (filiale de Techint), Petrolera Santa Fe, Energy Development Corp., et Inter-Río Inversiones (filiale de Banco Rio).

11 Dont Ferroexpresso Pampeano, desservant 5.000 kilomètres de voies ferrées et reliant les deux plus importants ports du pays à la Pampa, acquis en juin 1991 par un consortium formé de Techint, Compaῆía Técnica Internacional, Iowa Interstate Railroad, Gesiemes, Sociedad Comercial del Plata, Empresa Argentina de Cemento et Banco Rio.

12 Voir “Nearly time to tango”, The Economist, 18 avril 1992, p. 18.

Notes de fin

* Fonctionnaire du PNUD. Les opinions exprimées dans cet article le sont sous la seule responsabilité de l'auteur, et n'engagent en aucune manière l'institution à laquelle il appartient.

Comprend les capitalisations de dettes effectuées jusqu'en juin 1990.

Le montant des opérations de capitalisation réalisées sous ce régime est calculé sur la base des autorisations accordées par la Banque Centrale. La seule exception est l'opération de Celulosa Argentina en 1987, dont le montant est tiré du Rapport Annuel 1987/88 de l'entreprise.

§ Valeur nominale de la dette extérieure qui a été convertie.

** Valeur nominale de la dette extérieure capitalisée jusqu'en décembre 1988.

Table des illustrations

Titre INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS (1977-1990) (en millions de dollars)
Légende Source : Ministère de l'Economie d'Argentine, déc.1991
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre MONTANT ANNUEL DE LA DETTE EXTÉRIEURE CAPITALISÉE SELON LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES DE CONVERSION DE CRÉANCES (1984-1990) (millions de dollars)
Légende Note aNote bNote c§Note d**Source : Mariana Fuchs, Los programas de capitalización de la deuda externa argentina, CEPAL, LC/BUE/R.153, Santiago du Chili, juin 1990, p.4.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre RÉPARTITION DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES DANS LA CAPITALISATION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTÉRIEURE SELON L'ORIGINE DU CAPITAL (1988-1989) (en milliers de dollars et en %)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2201/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre RÉPARTITION PAR SECTEURS INDUSTRIELS DE L'INVESTISSEMENT ÉTRANGER RÉALISÉ A TRAVERS LA CAPITALISATION DE LA DETTE PUBLIQUE EXTERNE (1988-1989) (en milliers de dollars et en %)
Légende Source : Mariana Fuchs : Los programas de capitalización de la deuda externa argentina, CEPAL, Buenos Aires, juin 1990, p.20.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2201/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre RÉPARTITION SECTORIELLE DES OPÉRATIONS DE CONVERSION DE CRÉANCE DANS L'INDUSTRIE SELON LES DIFFÉRENTS PROGRAMMES EN VIGUEUR, 1984-1990 (en milliers de dollars)
Légende Source : Mariana Fuchs : Los programas de capitalización de la deuda externa argentina, CEPAL, Buenos Aires, juin 1990, p.31.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2201/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre RÉPARTITION DE LA DETTE CONVERTIE EN INVESTISSEMENT SELON LA NATURE DE L'ENTREPRISE EMPLOYANT CE MÉCANISME (1984-1990) (en milliers de dollars)
Légende * Les entreprises qui ont participé à des opérations de conversion, mais sur lesquelles on ne dispose pas d'informations permettant de les classer dans une des catégories retenues, ne figurent pas dans ce tableau.Source : M. Fuchs, op.cit., p.32.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2201/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter