Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouveaux défis et perspectives économiques

Chapitre 10. La dette extérieure de l'Argentine. Un nouveau cas d'application du plan Brady : le point de vue d'un banquier

Lucien Deschamps

Texte intégral

  • * Financier, ex Directeur de La Banque nationale de Paris

1Note portant sur l’auteur*

2Le président argentin, Carlos Menem et le vice-président de Citibank également président du Comité des banques créancières de l'Argentine, William Rhodes, ont signé en décembre 1992 un Accord prévoyant la restructuration pour 31 milliards USD de la dette extérieure de l'Argentine due aux banques.

3Cet important accord conclu dans le cadre du Plan Brady doit se traduire par un sensible allègement de la dette argentine en principal et intérêts. Il a été matérialisé pratiquement en avril 1993 par l'échange des créances contre des obligations à 30 ans émises par la République argentine, avec une garantie extérieure (essentiellement du trésor américain).

LA PRÉSENTATION DE LA DETTE ARGENTINE

Montant et importance comparée

4La dette extérieure totale de l'Argentine s'élevait fin 1991 à 63,5 USD milliards dont 9 milliards environ d'arriérés d'intérêts. Ce montant de 63,5 est à comparer avec la dette extérieure de la région “Amérique latine/Caraïbes” estimée à 430 milliards USD, soit près de 15 %. Tous les pays de la région sont impliqués, mais à des degrés très différents. La dette de l'Amérique latine est en fait très concentrée. Les trois grands pays représentent les 2/3 du total (Brésil 120, Mexique 100, Argentine 63,5). En ajoutant le Venezuela, le Pérou, la Colombie et accessoirement le Chili, les 7 pays représentent 90 %.

5La dette de l'Argentine, c'est aussi 8 % sur 420 milliards USD, de la dette extérieure des 78 pays (hors ex-URSS) connaissant de sérieux problèmes de dette, ayant fait l'objet d'aménagement partiel ou de réchelonnement global et justifiant par conséquent des provisions comptables chez les banques créancières.

6Il faut noter que des pays en développement, au total 110, peuvent ne pas avoir de problèmes de dette extérieure si celle-ci n'est pas très importante ou dès l'origine bien étalée dans le temps.

Les créanciers (en milliards de dollars)

7- Les banques étrangères 39,2

8Principal : long, moyen, court termes : 30,2

9Arriérés d'intérêt - 9

10- Les États (Club de Paris) 9,3

11- Les organismes multinationaux : 9

12FMI- Banque mondiale- BID

13- Autres : dont secteur privé 6

14(Créances financières et/ou commerciales de fournisseurs à acheteurs de maisons-mères à filiales ou succursales)

15Total 63,5

16Dans le cas de l'Argentine, la part des créanciers publics (États-organismes multinationaux) est plus faible (29 % au lieux de 33 %) que pour l'ensemble de la région Amérique latine.

17En revanche, la part des banques avec 62 % est plus élevée (55 % en moyenne pour la zone) compte tenu de l'importance des arriérés d'intérêt.

Les débiteurs

18Comme pour l'ensemble de l'Amérique latine la très grande part de la dette concerne le secteur public : soit l'État argentin lui-même, soit des sociétés publiques appartenant jusqu'alors à l'État, telles que YPF-SEGBA etc., avant leur éventuelle privatisation.

19Il faut ajouter pour l'Argentine un certain nombre de dettes à l'origine du secteur privé, reprises ensuite par le secteur public (la banque centrale), la détérioration de la monnaie locale ne permettant plus d'assurer le service de la dette privée au cours de change à la date des échéances.

20Restent comme autres débiteurs :

21- quelques sociétés locales et notamment filiales de groupes étrangers.

22- et les banques argentines au titre des financements commerciaux courants à court terme, ou de trésorerie. Les banques locales sont comme pour tous pays les correspondants naturels des banques étrangères, pour le règlement des opérations commerciales et financières.

LA CRISE DES PAIEMENTS INTERNATIONAUX EN AMÉRIQUE LATINE

Apparition

23Déjà sensible avec les difficultés de paiement survenues ici ou là, cette crise est apparue dans toute sa gravité en août 1982, lorsque le Mexique a fait connaître sa décision de ne plus assurer le service de sa dette en principal et intérêts, lors de la réunion annuelle à Toronto de l'assemblée générale du FMI et de la Banque mondiale.

24Cette annonce a créé un choc énorme dans une telle réunion aussi solennelle et médiatisée, qui rassemble chaque année plusieurs milliers de banquiers et observateurs financiers de tous pays.

25Par ailleurs le Mexique est un pays qui quelques années auparavant avait annoncé une augmentation considérable de ses réserves en pétrole.

26Il est facile d'imaginer rétrospectivement ce que pouvait signifier juste après 1974 (l'année du premier choc pétrolier) l'annonce de telles réserves d'une matière première si recherchée. Si donc un grand pays riche en pétrole - par surcroît voisin des États-Unis - n'était plus en mesure d'assurer le service de sa dette, qu'en serait-il alors des autres pays et parmi eux l'Argentine, qui subissait depuis longtemps des convulsions politiques, économiques et sociales ?

27Souvenons nous : 1982, pour l'Argentine, c'est aussi le conflit avec la Grande Bretagne à propos des îles Malouines, la chute de la dictature, l'annonce d'élections démocratiques et l'année suivante la prise de fonction du président Alfonsín dans un contexte bien difficile.

28Une grande crise financière internationale se profile à l'horizon. Elle va toucher à la fois : les pays en développement et parmi ceux là les pays très endettés, entre autres ceux d'Amérique latine et aussi les banques créancières très engagées sur ces pays, les principales places financières et les marchés de capitaux où vont s'approvisionner de nombreux pays, grandes banques et grandes sociétés.

29Pour les banques, la question de leur survie est posée. Qu'adviendra-t'il de leur situation financière, de leur notoriété et par conséquent de l'épargne (locale ou internationale) qu'elles recueillent ?

30Les banques créancières rendues particulièrement inquiètes, cessent dès août 1982, de consentir de nouveaux crédits au Mexique ainsi qu'aux autres pays de la région, lesquels n'ont plus les moyens financiers d'assurer le service de leur dette et déclarent forfait. C'est le cas de l'Argentine et d'autres : Brésil, Venezuela, Pérou et Chili notamment.

31Assez rapidement pourtant dans un contexte très incertain, avec des situations très différentes d'un pays à l'autre, d'une banque à l'autre, se mettent en place quelques premiers arrangements. Débiteurs et créanciers découvrent qu'il est de leur intérêt réciproque de chercher des compromis.

32Les créanciers vont accorder - tous ensemble chacun pour sa part - quelques nouvelles facilités.

33Un premier échelonnement de la dette mexicaine - la première concernée - se met en place, dès la fin de 1982 avec les trois principales catégories de créanciers : les organismes multinationaux dont le FMI qui va jouer un rôle de coordinateur très important - les banques et les États (Club de Paris).

34Pour les banques créancières, ce n'est pas très facile car elles sont nombreuses (500 pour le Mexique ; 700 pour le Brésil) situées dans plusieurs pays, à réglementation bancaire parfois très différente.

35On constitue pour chaque pays débiteur une comité bancaire qui regroupe sous l'égide de la Citybank (première banque créancière en importance pour les trois grands pays d'Amérique latine) une douzaine de banques de plusieurs nations également très engagées.

36Pour l'Argentine un premier accord est conclu en 1983. Plusieurs autres suivront en 1985, en 1987 car les premiers reports d'échéances proposés n'ont pas été suffisants.

COMMENT EN EST-ON ARRIVÉ LÀ ?

Les illusions

- De nouveaux capitaux disponibles

37Les grandes banques des pays riches disposent depuis 1975 de nouvelles ressources financières, de plus en plus importantes (eurodollars ou pétrodollars -peu importe le terme) provenant des pays exportateurs de pétrole dont les recettes ont augmenté après la très forte hausse des prix de 1974.

38Ces pays - dont certains étaient à peine connus - ne sachant que faire de leurs capitaux, les placent en dépôt à court terme, renouvelables dans la même banque ou chez une autre selon les taux offerts. Ces mêmes déposants n'ont ni la possibilité, ni le désir d'investir à long terme dans les pays en développement.

39Les banques sont très intéressées par de telles ressources qui augmentent leurs bilans et leurs possibilités de remplois. Elles se font mêmes concurrence pour en attirer une plus grande masse. Elles pensent pouvoir les utiliser et en recycler (selon le mot à la mode) une partie en prêts à long terme à des pays débiteurs qu'elles croient connaître, à de bonnes conditions de taux.

40Il y a en effet - notamment en Amérique latine - une forte demande de capitaux, jusqu'alors difficile à satisfaire pour financer de grands projets d'investissements et d'infrastructures. Offres et demandes importantes, c'est donc un grand marché qui se met en place.

41En fait on ne se préoccupe pas beaucoup de l'équilibre des durées. Les banques disposent de capitaux à 6 mois renouvelables. Elles prêtent à 10 ans avec une marge confortable. C'est une manière de procéder très simple, qui ne tient pas beaucoup compte des réalités économiques.

- Le mythe de l'État souverain

42Les banques se rassurent en prêtant à des États (emprunteurs ou garants). Un État, que l'on assimile peut être un peu vite à un pays, à une nation, ne peut disparaître de la carte, contrairement à une Société (même une très grande) qui après faillite peut cesser d'exister. On croit ou on fait semblant de croire qu'un crédit consenti à un État souverain sera tôt ou tard remboursé, à quelques aménagements près (si nécessaire).

43L'État emprunteur pense-t-on doit pouvoir se procurer les ressources nécessaires au remboursement des crédits déjà en place, grâce à de nouveaux emprunts, (si besoin est) puisque le marché des capitaux est abondant.

44On oublie que des situations peuvent évoluer, qu'un État peut parfois revenir sur sa parole, qu'à une dictature peut succéder une démocratie et que les nouveaux gouvernants doivent prendre alors en considération l'avis de leur opinion publique. On oublie aussi qu'un marché financier peut se fermer, notamment en cas de crise de confiance.

Les erreurs

- Des risques mal étudiés

45Les capacités réelles de remboursement des débiteurs sont mal étudiées, à partir d'analyses très superficielles. Pour tout emprunteur (un État comme une société ou un particulier) il faut normalement examiner les capacités de remboursement, les recettes et les dépenses...cela s'appelle en jargon financier le cash flow... les flux de caisse.

- L'inadéquation des moyens et des termes, en montant, en durée.

46Pour des raisons pratiques, les banques ne veulent pas consentir des prêts à plus de dix ans avec quelques années de différé, alors que certains projets d'investissements et certains pays ont besoin de financement à durée beaucoup plus longue.

- Confusion dans la trésorerie de l'État emprunteur

47Ce dernier regroupe et confond dans sa trésorerie globale en devises les financements reçus - quelle que soit la destination d'origine - qu'il s'agisse d'un bon ou mauvais projet, d'un bon ou mauvais remploi. En cas de crise des paiements, le service de la dette est arrêté, tous financements confondus.

48C'est pénaliser celui qui a financé un bon projet, c'est pénaliser aussi le maître d'œuvre local qui a travaillé sérieusement.

- Les financements ne font l'objet d'aucun suivi spécifique

49Le créancier très prudent au moment de négocier semble se désintéresser ensuite de l'usage des fonds. Ne pouvant ou ne voulant pas contrôler le suivi du projet, il fait confiance, en fait il ne fait rien.

50Le créancier n'est donc pas informé de l'utilisation réelle des ressources prêtées. Il ne se sent en aucun cas responsable du bon ou mauvais résultat de ce qu'il a financé. Son débiteur parait très heureux de n'avoir pas à lui rendre des comptes sur l'état d'avancement du projet financé.

- Le crédit ne peut à lui seul remplacer l'épargne, nécessaire au démarrage de tout projet, ni la dotation permanente de capital.

51Or les pays d'Amérique latine, pas très bien gérés, ont connu une très forte inflation et des déficits budgétaires importants. Ils n'avaient pratiquement pas d'épargne locale longue, prête à s'investir. On sait même qu'une partie notable de cette épargne a quitté le pays pour se placer en dollars à l'étranger.

52Comment obtenir la confiance durable de ses créanciers quand une partie des nationaux ne croit pas au développement de leur propre pays ?

53On a fait état en Amérique latine des transferts nets importants vers l'étranger, en comparaison des faibles mouvements de capitaux provenant des pays riches. Mais faut-il encore bien distinguer.

54Dans les transferts vers l'étranger, il y a les intérêts qui constituent un grave problème car leur charge est lourde et personne n'a encore trouvé de solution. Reste le principal... Peu de remboursement mais beaucoup de capitaux s'en vont avec quelques retours seulement à partir de 1990, quand la confiance a commencé à renaître.

55Quant à la petite épargne locale, elle s'est placée à court terme - ce qui est logique en raison de l'inflation - dans l'attente de gains éventuels grâce parfois aux mécanismes d'indexation monétaire destinés à compenser la dite inflation.

Les premiers remèdes

56On les trouve contenus dans les accords de restructuration conclus entre 1983 et 1988 dans le premier accord de 1983 conclu avec l'Argentine. Ils sont au nombre de trois :

57- Tout d'abord le rééchelonnement ou le report des échéances de principal 1982-1983 (relatives aux crédits à moyen long terme) du secteur public, sur une durée de 8 ans dont 4 de différé. Le montage financier est un peu complexe car il faut regrouper les échéances qui tombent à des dates différentes concernant de nombreux prêts à plusieurs entités publiques, pour les aligner sur les nouvelles échéances reportées, mais l'idée est simple.

58Ce report ne vaut que pour le principal, car théoriquement les intérêts doivent continuer à être payés ponctuellement. C'est une exigence absolue des banques qui sont préoccupées par leur survie et le bon état de leur compte d'exploitation. Un intérêt reçu c'est une recette d'exploitation. Des recettes en moins, c'est une perte.

59Il est vrai pourtant que ces intérêts représentent une charge très lourde pour les débiteurs. Leur taux de base dépend des marchés internationaux et de tous les facteurs qui influencent ces marchés.

60Ce premier report n'a pas suffi. Débiteurs et créanciers s'en sont très vite aperçus. Tous les grands pays d'Amérique latine ont donc signé d'autres accords de rééchelonnement. Dans le cas de l'Argentine il y en a eu deux.

  • en 1985 pour les échéances allant jusqu'en 1985 : durée 12 ans dont 3 de différé - total en cause 10 milliards USD. En même temps est décidé le rééchelonnement de la dette privée (échéance 1982-1985) sur 10 ans dont 3 de différé pour un total de 3,6 milliards USD.
  • en 1987 pour les échéances déjà reportées et celles à venir (secteur public et privé) sur 19 ans dont 7 de différé. En même temps la dette du secteur privé - y compris celle déjà rééchelonnée est transformée en dette publique.

61- De nouveaux concours en argent frais, appelés New Money consentis par toutes les banques créancières, chacune participant selon un pourcentage calculé sur le total de ses prêts.

62La New Money est indispensable pour permettre aux pays débiteurs (qui ne reçoivent presque plus de crédits, sur base volontaire) de faire face à leurs besoins en devises absolument indispensables, ne serait-ce que pour payer les intérêts.

63C'est donc un paradoxe de constater que les banques créancières consentent ainsi de nouveaux crédits qui ne seront pas remboursés...mais c'est un des moyens d'espérer obtenir le paiement des intérêts.

64Pour l'Argentine il y a eu plusieurs New Money

651983 : 1,5 milliard USD remboursable sur 5 ans

661985 : 3,7 milliards USD remboursables sur 10 ans et 0,5 milliard (pour financement commerciaux) sur 4 ans

671987 :1,9 milliard remboursable sur 12 ans, et aménagement des précédents, alignés sur une même durée de 12 ans.

68- Maintien et renouvellement des lignes à court terme consentis par les banques étrangères à leurs correspondants bancaires en Amérique latine, pour le financement des transactions commerciales courantes (exportations-importations) ou de trésorerie.

69Pour l'Argentine, le total de ces lignes représentant environ trois milliards USD. En fait ces facilités commerciales n'ont pas posé de graves problèmes, chaque banque a besoin de poursuivre ce type d'activité. C'est le métier de base bancaire. Les banques d'Amérique latine souhaitent conserver de bonnes relations avec leurs correspondants. Pratiquement chaque crédit, chaque financement est remboursé à son échéance et on reprend de nouvelles opérations du même type.

70Le problème a été plus difficile pour les opérations de trésorerie, non commerciales, qui s'apparentent à des crédits financiers. Il a fallu les renouveler régulièrement.

Autres interventions

71Ces trois points (rééchelonnement du principal, New Money, renouvellement des facilités à court terme) concernent les banques.

72Pour les créanciers publics bilatéraux : les États (membres du Club de Paris) ont procédé à de nombreux rééchelonnements parfois importants (principal et intérêts) et ont consenti cas par cas de nouveaux crédits, ou de nouvelles garanties pour le financement des exportations de biens d'équipement. Pour la France, il s'agit de crédits acheteurs garantis Coface (jusqu'à maximum de 95 %) et parfois de prêts directs du trésor.

73Restent les organismes multinationaux, qui ont consenti de nouveaux crédits mais n'autorisent aucun rééchelonnement.

74L'action des créanciers a été rendue plus compliquée dans le cas de l'Argentine, en raison de ses convulsions politiques et sociales, venant s'ajouter aux difficultés financières.

75Partout ces différents plans de sauvegarde ont eu comme contrepartie des exigences de la part des créanciers (menés par le FMI) en matière d'ajustement économique. Les programmes d'austérité ont été généralement très durs à supporter.

LE PLAN BRADY VISANT A RÉDUIRE LA CHARGE DE LA DETTE EXTÉRIEURE EN PRINCIPAL ET EN INTÉRETS

Premier cas d'application : Mexique. Cas particulier de l'Argentine

76Le plan Brady (Secrétaire d'État US aux finances), proposé en 1988, s'applique à la dette extérieure du secteur public vis à vis des banques créancières seulement, mais s'inscrit dans un ensemble prévoyant un report de la dette sur une très longue durée, payable en une seule fois à la trentième année, abandon d'une partie du principal et/ou réduction sensible du taux d'intérêtb - avec en contrepartie :

  • transformation des créances en obligations négociables.
  • des garanties des pays riches (trésor américain surtout mais également européen et japonais), pour la totalité du principal et une petite tranche d'intérêt. La première application de ce plan est intervenue début 1990, date des accords définitifs conclus entre le Mexique et l'ensemble des banques créancières, après de longues négociations. Il s'agissait d'une première. En voici les données :
  • Montant de la dette concernée : 50 milliards USD sur un total de 100. Il s'agit de la seule dette du secteur public due aux banques.
  • Plusieurs options ont été proposées.

7744 milliards (sur 50) ont été reportés...payables en totalité en une seule fois en l'an 2019 (30 ans après l'accord initié en 1989)

  • soit avec abandon d'une partie du principal 35 %
  • soit avec limitation du taux d'intérêt annuel fixe à 6,25 % pour les créances en dollars (très grande majorité), ou à 6,65 % pour les créances en francs français. En contrepartie de cet abandon de principal ou de cette limitation du taux d'intérêt, les banques reçoivent des obligations de l'État Mexicain pour le principal restant dû avec un taux variable et une marge de 13/16 %, et une garantie du trésor américain (ou d'autres pays riches) pour la totalité du principal reporté et 18 mois d'intérêts.

78Le solde de 6 milliards a été traité selon la méthode antérieure par un simple report sur 15 ans dont 7 de différé (sans abandon de principal - ni réduction d'intérêt - sans garantie extérieure) et octroi d'un New Money calculé sur la base de 25 % du total reporté, soit 1,5 milliard USD.

79On trouve donc dans le cas du Mexique comme plus tard dans celui de l'Argentine deux innovations :

  • la titrisation : les créanciers deviennent détenteurs d'obligations facilement négociables, en raison notamment du point suivant.
  • la garantie extérieure, ce qui change la nature du risque, ce n'est plus un engagement sur un pays en développement.

80Comment pratiquement mettre en place cette garantie extérieure ?

81Il s'agit d'un montage financier assez simple dans son principe appelé “obligations coupon zéro”. Pour obtenir des bons du trésor US (et autres) qui vaudront en 2019 l'équivalent des 44 milliards USD de 1989, il a fallu pour les acheter payer comptant au trésor américain (et autres) environ 7 milliards USD... qui avec les intérêts capitalisés chaque année à un taux connu lors de la transaction, permettent au terme de 30 années, de parvenir au montant indiqué. Chaque année on peut déterminer la valeur actuarielle des obligations ainsi garanties par ces bons du trésor.

82Les 7 milliards payés par le Mexique ont été en grande partie prêtés par la Banque mondiale, le Japon et d'autres pays, le solde prélevé sur les réserves en devises du pays.

83D'autres pays ont très vite demandé à bénéficier de cette formule : le Venezuela, le Costa Rica (avec des conditions très particulières) les Philippines, le Maroc et l'Argentine. Un premier accord - application du plan Brady a été conclu en avril 1992 par l'État argentin et le comité bancaire. L'accord définitif a été signé avec toutes les banques en décembre 1992 et mis en application pratique en avril 1993.

84Le Brésil a annoncé en septembre 1992 un accord du même genre, qui n'est pas encore définitivement conclu en raison des problèmes politiques et économiques que connaît encore ce pays.

Les particularités de l'Accord Argentine

85- Montant de la dette traitée : 31 milliards USD dont 8 milliards d'intérêts d'arriérés dus aux banques.

86- Principal seul : 23 milliards USD

87Avec les deux options habituelles du plan Brady

88a) Abandon du principal : 35 %

89b) Réduction d'intérêts limités à taux fixe maximum : 6 %

90- Report sur la trentième année (année 2023)

91- Créances transformées en obligations de la République d'Argentine facilement négociables.

92- Garantie extérieure : bons du trésor américain (ou autres) selon la technique financière de "l'obligation coupon zéro" comparable à celle retenue pour le Mexique.

93- Il n'y a pas obligation de New Money.

94Pour acheter les bons du trésor dont la valeur au terme de 30 ans sera égale à la dette retenue, il a fallu verser plus de trois milliards USD, montant obtenu en grande partie sous forme d'emprunt auprès d'organismes multinationaux.

95Arriérés d'intérêts 8 milliards. C'était un des points difficiles du cas argentin :

  1. 400 millions payables immédiatement dés que les accords seront formalisés.
  2. 300 millions payables en une seule fois au terme de 6 années, avec une garantie en bons du trésor américain...sous forme d'obligations facilement négociables à tout moment.
  3. Le solde, soit environ 7 milliards, converti en obligations USD. Durée 12 ans dont 3 de différé : intérêt + marge 13/16 %. C'est un rééchelonnement sans garantie extérieure.

96Il est encore difficile d'évaluer les économies réelles qu'apportera ce plan d'aménagement, sans oublier la charge théorique des intérêts annuels à payer. Encore faut-il que le taux de base ne soit pas trop élevé pendant la période à couvrir : 30 ans pour l'option réduction du principal et 10 ans pour les arriérés d'intérêts. Il faut ajouter la charge des nouveaux emprunts nécessaires à l'achat des bons du trésor et des nouveaux crédits consentis à l'Argentine sur base volontaire, la confiance étant revenue.

97Ce plan suffira-t-il à résoudre définitivement le grave problème de la dette extérieure et notamment celui de la charge des intérêts. Rien n'est sûr car il faut à ce pays suffisamment de recettes en devises provenant de la balance commerciale ou des capitaux.

98Le sort de ce plan dépendra donc de la confiance dont l'Argentine continuera à jouer dans l'avenir (ses dirigeants - sa situation économique - sa gestion financière) à condition aussi que la conjoncture internationale reste satisfaisante et ouverte.

99Il a fallu déjà que l'Argentine ait considérablement amélioré son image de marque auprès des milieux financiers internationaux pour pouvoir bénéficier enfin des avantages du plan Brady. Il a fallu pour cela le retour à la démocratie, une grande volonté d'ouverture politique sur le monde extérieur, et les premiers résultats favorables obtenus par l'équipe économique du président Menem autour de son ministre Mr. Cavallo.

QUELQUES CONSÉQUENCES DIX ANS APRES

L'évolution des comportements

100Débiteurs et créanciers ont été amenés à réfléchir sur leurs responsabilités et leurs comportements. Les débiteurs ont dû reconnaître officiellement leur dette et accepter - parfois non sans difficulté et avec grand mérite - de remettre sérieusement de l'ordre dans leur gestion économique et financière pour obtenir des facilités et reprendre des relations économiques et financières auprès de leurs partenaires étrangers.

101La “décennie perdue” a été une période très difficile, d'ajustement et d'austérité mais aussi l'occasion d'une nouvelle prise de conscience des réalités internationales. C'est aussi l'époque de nouvelles formes d'intégration régionale. Les créanciers ont dû réfléchir sur les conséquences de leurs actes, de leurs prêts. On ne peut plus participer à un crédit, sans analyser correctement tous les éléments de la situation. Consentir un prêt de longue durée est une affaire sérieuse qui justifie étude et suivi.

Le marché secondaire

102Décidément les banquiers sont incorrigibles. Ils ont en effet constitué très rapidement dés 1985-86, un marché avec des offres et des demandes de créances “compromises” sur l'Amérique latine notamment.

103- S'agissant de dettes non remboursées et reportées, il y a forcement ce qu'on appelle une décote plus ou moins forte selon l'idée que les intervenants sur le marché se font des chances de récupération d'un pays, et du remboursement au moins partiel de sa dette.

104A priori les décotes constatées sont le signe d'une perte, d'une moins value. Mais bien des facteurs ont contribué à rendre intéressant un tel marché, qui s'est beaucoup développé ces dernières années avec la possibilité d'utiliser dans quelques pays (l'Argentine notamment) certaines créances pour des privatisations d'entreprises publiques.

105La valeur de la dette (ou de la décote) peut donc varier sensiblement d'une période à l'autre : sur un même pays en fonction de sa situation et de sa gestion ; tel ou tel type de créance d'un même pays en fonction des caractéristiques qui lui sont attachées. A titre d'exemple on a vu sur l'Argentine la valeur de sa dette appréciée à 20 % - à peine - aux périodes les plus difficiles. En avril 1993, la dette avec abandon de capital de 35 % (Plan Brady) était estimée à près de 65 % -donc en fait à sa valeur réelle la dette avec limitation du taux d'intérêt (plan Brady) à près de 50 %.

Qui intervient sur ce marché secondaire ?

106Parfois l'État débiteur lui même rachète - par des tiers - sur ce marché une partie de sa dette à des prix très bas (exemple : la Bolivie dont la dette a connu il y a plusieurs années une très forte décote).

107Les créanciers fatigués de maintenir sur leurs livres comptables des créances non remboursées, rééchelonnées, occasionnant une gestion lourde et coûteuse, ayant nécessité la constitution de provisions. A un moment donné, ils décident de se débarrasser de leurs “mauvaises créances”, même avec une perte (peut être en partie compensée par des provisions déjà effectuées).

108Des créanciers cherchent à rééquilibrer leur portefeuille en cédant une partie de leurs créances, trop importantes à leurs yeux, sur un pays donné et en rachetant des créances sur un ou plusieurs autres pays. C'est d'autant plus facile si les décotes constatées sur les pays en cause sont assez voisines !

109Des banques achètent ou vendent pour réaliser un profit immédiat ou futur dans l'attente d'une revente à meilleur compte...par exemple dans la perspective de privatisations ouvertes à des firmes étrangères autorisées à réaliser leur investissement au moins partiellement sous forme d'apport de créances. La dette ainsi utilisée sera apprécié au taux du marché du jour fixé pour l'opération. La firme étrangère concernée va se procurer les créances dont elle a besoin auprès des banques qui les détiennent

110Paradoxe - une mauvaise créance à récupération douteuse ou partiellement compromise peut ainsi se transformer en opération financière rentable.

EN GUISE DE CONCLUSION

111Après bien des frustrations et des souffrances - 10 années d'ajustement et d'austérité - la situation de l'Amérique latine - et notamment de l'Argentine paraît tout à fait différente en 1993.

112La plupart des pays de cette région ont réalisé des progrès considérables - avec retour à la démocratie, une situation financière largement bien assainie en particulier pour ce qui concerne les finances publiques et l'inflation, dans une ambiance d'ouverture internationale pour le commerce et les capitaux. L'Amérique latine a retrouvé sa place sur les marchés. Elle redevient dans l'ensemble performante et attrayante.

113Les mentalités ont évolué. Des réglementations initialement protectionnistes ont disparu et d'ambitieux programmes de privatisation se réalisent.

114Bien sûr tout n'est pas résolu pour autant. Les économies restent fragiles, les charges d'intérêts sont encore bien lourdes, et la conjoncture internationale actuelle n'incite pas à l'optimisme.

115Mais la croissance de l'Amérique latine a été forte (globalement 3,5 % en 1991) comparée à celle des autres régions du monde.

116Quant aux pays riches, ils ont certainement compris que leurs relations - y compris leurs relations d'affaires - avec l'Amérique latine (avec l'Argentine où existent déjà de nombreux investissements étrangers) doivent être dorénavant revues sur de nouvelles bases, sur l'idée d'obligations réciproques de longue durée - entre partenaires ou associés responsables.

117La crise de la dette extérieure aura peut-être alors comme conséquence heureuse l'apparition de nouvelles opportunités d'affaires pour ceux qui le souhaitent - en vue d'actions concrètes et bien étudiées - en pensant à la bonne réalisation d'un programme d'échanges (marchandises, services et capitaux) ou de projets d'investissements.

118Il n'est dans l'intérêt de personnes de profiter d'une circonstance favorable pour léser l'autre partenaire, lequel saisirait la prochaine occasion de reprendre l'avantage.

119A titre d'exemple d'association, on peut mentionner ce qu'on appelle maintenant “le financement de projet” qui se rembourse sur les recettes obtenues par le dit projet. Pour que ce projet se réalise le mieux et le plus vite possible, tous les partenaires concernés (locaux et étrangers) se concertent régulièrement, comme des associés engagés : pour le meilleur (si tout va bien le prêteur sera remboursé plus vite) ou pour le pire - en acceptant ensemble des aménagements au plan initial (montant - durée - autres conditions) si cela parait nécessaire. Ceci suppose aussi qu'il n'y ait plus d'intervention arbitraire de l'État ou de toute entité, qui pourrait remettre en cause la confiance des intervenants.

Notes de fin

* Financier, ex Directeur de La Banque nationale de Paris

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter