Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouveaux défis et perspectives économiques

Chapitre 7. L'instabilité macro-économique des années quatre-vingt, causes et conséquences

Carlos Quenan

Texte intégral

  • * Maître de Conférences à l'Université de Reims, Enseignant de l'IHEAL, chercheur au CREDAL-CNRS

1Note portant sur l'auteur*

2Lorsqu'on s'intéresse aux perspectives d'avenir de l'économie argentine, il est incontournable de se pencher sur l'instabilité macro-économique marquée qui a caractérisé les années quatre-vingt afin de mettre en évidence les conséquences qui en résultent.

3Et ce d’autant plus que cette instabilité ne fait que traduire une crise majeure de l'économie argentine dont la progressive aggravation des tensions inflationnistes - débouchant sur trois conjonctures d'hyperinflation en 1989- 1990 - en est un révélateur synthétique.

4Un bref rappel de l'héritage du programme économique mis en route entre 1976 et 1981 permettra de mettre en relief, dans la première partie de ce travail, les racines de la crise globale de l'économie argentine. Dans la deuxième partie on examinera les mécanismes qui ont favorisé la généralisation de l’instabilité macro-économique pendant les années quatre-vingt et les principales conséquences qui en résultent. La conclusion portera sur les traces laissées par cette décennie perdue.

L'HERITAGE DE LA PERIODE 1976-1983

5Pendant la période de la substitution des importations qui s'étend des années trente aux années soixante-dix, l'industrie, fortement protégée et axée sur le marché intérieur, est devenue le noyau dynamique de l'accumulation tandis que l'économie argentine atteignait un taux de salarisation très élevé.

6Le recours à l'épargne étrangère étant faible, le modèle en place se caractérisait par la forte centralisation du crédit et la déconnexion entre le marché financier local et le marché financier international.

  • 1 Avec une importante participation des firmes transnationales dans ce processus à partir de 1958-19 (...)

7Le régime de croissance autocentrée n'était pas exempt de problèmes. Alors que le secteur industriel se diversifiait et gagnait en complexité à partir des années cinquante1, le financement de l'accumulation continuait à dépendre des exportations agricoles - constituées, faut-il le rappeler, par des “biens-salaire” - dont le faible dynamisme (au moins jusqu'aux années soixante-dix) limitait la croissance industrielle. Dès lors que celle-ci s'emballait, l'on débouchait sur des difficultés au plan de la balance des paiements.

  • 2 G. Hillcoat, La crise des modèles de développement en Amérique latine. De la substitution d'import (...)

8Dans ce cadre, l'action de l'État dans la régulation macro-économique d'ensemble était décisive. Cette action recoupait trois volets. “Premièrement, il se réservait une place de choix dans l’investissement visant à compléter l'offre de biens intermédiaires et produits semi-finis pour l'industrie locale ; c'est cela ce qui expliquait l'augmentation tendancielle de la part de l'investissement public dans la formation brute de capital fixe. Deuxièmement, au moyen d'une politique active des revenus et des prix, l'État arbitrait en faveur du transfert de revenus vers la demande de produits industriels ; dans le même sens jouait sa politique de taux d'intérêt bonifiés et des taux de change différentiels. Troisièmement, l'État régulait le fonctionnement macro-économique au moyen d'une politique de gestion du secteur extérieur ; ces politiques ont été fonctionnelles aux fluctuations cycliques de l'industrie locale. Lors des phases expansives et avant même que la crise par le déséquilibre extérieur n'apparaisse, un certain nombre de mécanismes de blocage endogène mettaient fin à l'expansion : à l'État d'assainir la balance des paiements ; par la suite, l'application de politiques expansives commençait dès que, les entraves endogènes étant dépassées, la phase de reprise s'amorçait d’elle-même. Autrement dit, à chaque fois qu'une phase d'expansion se terminait par l'étranglement extérieur et son corollaire inflationniste, une politique d'assainissement était pratiquée. Dès lors que l'équilibre extérieur était rétabli, les conditions pour une nouvelle phase de croissance étaient réunies et l'expansion de l'industrialisation substitutive pouvait continuer.”2

  • 3 Ces mouvements de type cycle de l'économie argentine, qui donnaient lieu à “la spirale dévaluation (...)

9Ainsi, les “petites crises” découlaient des fluctuations cycliques de l'économie3 et l'essentiel des tensions inflationnistes résultait des déficits de la balance courante ; en second lieu, ces tensions se propageaient par le biais des conflits sociaux liés à la répartition des revenus. L'inflation était, certes, relativement élevée, mais somme toute “contrôlée”.

10En revanche, l'aggravation de l'inflation, devenue galopante en 1975, alors que les principaux indicateurs macro-économiques accusaient une forte détérioration (voir tableau N° l), constituait la preuve du caractère inusuel des difficultés que présentait alors l'économie argentine.

TABLEAU N° 1. PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ECONOMIQUES 1964-1983

TABLEAU N° 1. PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ECONOMIQUES 1964-1983

Note : PIB et inñation (prix à la consommation), en taux de variation annuel ; déficit budgétaire et taux d'investissement (FBCF/PIB) en pourcentage du PIB ; balance commerciale et balance courante, en millions de dollars.
Source : BCRA, Cepal et J. M. Fanelli, R. Frenkel et G. Rozenwurcel, Déficit fiscal, deuda externa y desequilibrio financiero. Ed. Tesis, Buenos-Aires, 1989.

  • 4 G. Hillcoat, op. cit.

11Face à la “grande crise” ouverte en 1975 et dans un cadre d'intenses conflits politiques et sociaux, le régime militaire installé au pouvoir en 1976 va chercher à introduire des nouvelles modalités de régulation dans le but non pas de reconduire, légèrement réaménagé, le régime d'accumulation en vigueur, mais de le transformer profondément. En fait, le programme économique mis en route a cherché à imposer une “régulation internationalisée”4 à partir de la libéralisation financière dans un cadre de libre circulation des capitaux et d'ouverture croissante sur le plan des échanges commerciaux.

  • 5 Nous nous limiterons ici à rappeler très synthétiquement les principales mesures mises en place pe (...)

12Après le plan de stabilisation mis en place en 1976, qui s'est notamment traduit par une forte chute de la participation des salariés dans le revenu national, la réforme financière - c'est-à-dire les lois sur la décentralisation des dépôts et sur les institutions financières - est entrée en vigueur en juin 1977.5 A l'instar de l'expérience monétariste chilienne, il s'agissait d'une transformation radicale du système financier qui tentait de mettre fin à la “répression financière”, c'est-à-dire au système fortement centralisé et plutôt fermé qui avait émergé durant la période précédente et était caractérisé par le contrôle des taux d'intérêt et la gestion dirigiste du crédit. Dans cette nouvelle approche, la réforme financière constituait la pièce maîtresse de la lutte contre l'inflation et du processus d'ouverture et de réorganisation générale de l'économie. En effet, la libéralisation des taux d'intérêt - désormais déterminés par l'offre et la demande de fonds prêtables - ainsi que des mouvements internationaux de capitaux fut accompagnée d'un système de crawling peg (ou de taux de change glissant) actif en matière de politique de change. A la différence du crawling peg passif qui consiste à répercuter sur le taux de change le différentiel entre les inflations interne et externe, dans ce système-là les mini-dévaluations programmées se font à des taux inférieurs à ceux qui découlent de ce différentiel. Dans un cadre d'ouverture aux échanges internationaux le taux d'inflation interne devait théoriquement converger vers le niveau de l'inflation internationale plus le taux de dévaluation - qui tendait quant à lui à devenir nul - alors que l'économie nationale devait s'orienter vers une insertion internationale plus conforme à sa dotation factorielle.

  • 6 Tel que le met en évidence J. Schvarzer dans Argentina 1976-1981 : El endeudamiento extemo como pi (...)
  • 7 L'investissement productif du secteur privé fut soumis pendant cette période à des forces de sens (...)

13Il en résulta dans un premier temps une surévaluation, une appréciation du taux de change réel de la monnaie nationale qui, beaucoup plus que la baisse des tarifs douaniers, devait encourager les importations et détériorer la balance commerciale ; mais les taux d'intérêt locaux, étant attractifs en termes réels, devaient favoriser l'entrée compensatrice de capitaux externes. Néanmoins, la norme des mini-dévaluations programmées établissait un plancher pour ce qui est de l'évolution des taux sur le marché financier local : ceux-ci devaient être supérieurs au taux de dévaluation de façon à attirer les capitaux extérieurs. Ainsi, la somme totale qui entrerait dépendrait de la différence entre le taux d'intérêt du marché domestique, corrigé par la dévaluation, et le taux international, compte tenu bien entendu du risque de change6. Ce risque dérivait de la surévaluation de la monnaie nationale - inhérente à la logique du modèle - ; par conséquent, cette surévaluation tendait à susciter chez les agents économiques une perte de confiance dans la continuité du programme et aiguisait la perception du risque. Ceci rendait nécessaire une augmentation des rendements financiers locaux qui, tout en favorisant les placements spéculatifs à très court terme décourageait l'investissement productif7, permettrait d'entretenir une situation attrayante sur les capitaux extérieurs. A moyen terme, le système était donc explosif.

14En effet, d'une part la hausse des taux d'intérêt réels augmentait les coûts financiers des entreprises ne disposant pas d'un accès direct au crédit externe, et contribuait à créer un endettement croissant et onéreux qui affectait la qualité des actifs des institutions financières. D'autre part, la survie du modèle dépendait de son aptitude à maintenir la surévaluation de la monnaie nationale et l'endettement externe croissant sur lequel il s'appuyait.

15Ce modèle n'a pas véritablement réussi à enrayer l'inflation. Et sa pérennité fut gravement compromise à partir de 1979 par la hausse des taux d'intérêt internationaux, dans la mesure où elle impliqua des augmentations plus que proportionnelles des taux d'intérêt internes, rendant évidente la fragilité du système et accentuant ainsi le risque de change.

  • 8 B. Kosacoff, Desarrollo industrial e inestabilidad macroeconómica. La experiencia argentina recien (...)

16La crise éclata en avril 1980. Ainsi, la crise bancaire de 1980-1982 se traduisit par la liquidation de 71 des 470 institutions financières. En même temps, la fuite des capitaux s'accentuait et le secteur industriel, déjà affecté par la concurrence internationale induite par la surévaluation de la monnaie nationale, subissait une crise profonde en raison de la contraction des marchés et des niveaux d’endettement qui, dans de nombreux cas, dépassaient la valeur de ses actifs8.

17En essayant de faire face aux problèmes les plus urgents, les responsables argentins choisirent de corriger la surévaluation de la monnaie nationale, de renflouer le système financier et de limiter les processus de faillites tout en déclenchant une accentuation de l'inflation.

  • 9 En constituant un levier décisif de la concentration du capital pendant cette période, cette “nati (...)

18D'une part, en 1981 et 1982 plusieurs dévaluations eurent heu, ce qui a produit l'envolée des prix internes. D'autre part, les institutions financières ont bénéficié d'une ligne spéciale de réescompte qui a permis de mettre en place un système de financement à moyen terme à des taux régulés qui, dans le cadre de la poussée inflationniste, a permis de réduire en termes réels les passifs des entreprises tout en pénalisant les épargnants. Enfin, à travers divers mécanismes, une partie de la dette extérieure du secteur privé est devenu publique9 (voir tableau N° 2).

TABLEAU N° 2 DETTE EXTERIEURE DE L'ARGENTINE 1975-1983 (EN MILLIONS DE DOLLARS)

TABLEAU N° 2 DETTE EXTERIEURE DE L'ARGENTINE 1975-1983 (EN MILLIONS DE DOLLARS)

Source : J. M. Fanelli et R. Frenkel, Políticas de estabilización e hiperinflación en Argentina, Ed. Tesis, Buenos-Aires, 1990, d'après données de la BCRA.

LA GENERALISATION DE L'INSTABILITE : MECANISMES ET CONSEQUENCES

  • 10 Signalons qu'à partir des années soixante-dix l'agriculture pampéenne connaît un véritable “boom” (...)

19Loin de résoudre la grande crise ouverte en 1975, l'expérience monétariste mise en route pendant la deuxième moitié des années soixante-dix l'avait aggravée, et ce malgré les forts excédents de la balance commerciale et des transactions courantes obtenus pendant cette période. Elle laissait en héritage la déstructuration des modalités d'accumulation mises en place pendant la période de substitution des importations - notamment l'affaiblissement de l'industrie orientée vers le marché intérieur -, la recrudescence de l'inflation, et, surtout, une nouvelle contrainte structurelle qui allait dorénavant réduire sensiblement les degrés de liberté des pouvoirs publics. En effet, la dette extérieure accumulée va désormais poser un problème insurmontable au budget de l'État. Et c'est là la cause première de l'instabilité macro-économique qui va se généraliser par la suite. La dette extérieure, qui s'est multiplié par 6 entre 1975 et 1983 en ne laissant que de très faibles traces productives, est devenue une contrainte structurelle à la suite du repli, en 1982-1983, des principaux bailleurs de fonds pendant la période précédente, les banques internationales. En l'absence de nouveaux crédits “volontaires”, les autorités ont dû mettre en place les politiques d'ajustement préconisées par le FMI.10

  • 11 Le transfert financier net peut être défini comme la différence entre l'apport net de prêts extern (...)

20Dès lors, l'Argentine a commencé a subir, comme les autres grands débiteurs latino-américains, un transfert financier net (TFN)11 négatif de proportions considérables (voir graphique N° 1).

Graphique N° 1

Graphique N° 1
  • 12 H. Reisen et A. Van Trotsenburg, Developing Country Debt : the Budgetary and Transfer Problem, OCD (...)

21Le TFN négatif constitue une ponction sur l'épargne intérieure qui ampute d'autant les dépenses internes - et tout particulièrement l'investissement - et oblige les États, principaux débiteurs vis-à-vis de l'extérieur, à organiser la mobilisation des fonds internes pour assurer les transferts vers l'étranger. Le transfert financier négatif net représente un transfert de pouvoir d'achat du pays débiteur au pays bénéficiaire12 ; il correspond donc à un excédent de la balance commerciale qui finance la partie des charges d'intérêt qui n'est pas couverte par l'endettement net nouveau. Mais il pose également un problème budgétaire dans la mesure où ces charges d'intérêt pèsent sur le budget de l'État. Comme il est montré dans l'Annexe, le TFN négatif peut avoir, du point de vue du budget de l'État, quatre sources alternatives ou complémentaires de financement : la réduction des dépenses non financières, l'accroissement des recettes fiscales, l'augmentation de l'endettement interne et le recours à l'émission monétaire.

22La spécificité de l'Argentine tient à deux facteurs : d'une part, l'ampleur du transfert lui-même et, d'autre part, l'articulation particulière entre le problème de la balance des paiements et celui du budget

23En ce qui concerne l'ampleur du transfert, mesurée en pourcentage du PIB, le tableau N° 3 retrace, pour un groupe des pays lourdement endettés, le passage d'une situation de transfert positif (1980-1981) à une autre caractérisée par un transfert négatif (1983-1985). On y observe que l'Argentine est le pays qui a subi le fardeau le plus lourd en 1983-1985 (le transfert négatif représentant presque 7 % du PIB) et qu'elle se trouve dans le peloton de tête lorsque l'on considère l'ampleur du revirement qui a eu lieu entre 1980-1981 et 1983-1985.

TABLEAU N° 3. TRANSFERT FINANCIER NET DES PRINCIPAUX DEBITEURS LATINO-AMERICAINS (EN % DU PNB)

TABLEAU N° 3. TRANSFERT FINANCIER NET DES PRINCIPAUX DEBITEURS LATINO-AMERICAINS (EN % DU PNB)

Source : H. Reisen et A. Van Trotsenburg, op. cit.

24Or l'immense besoin d'ajustement qui en découle est d'autant moins facile à satisfaire que l'articulation entre la question de la balance des paiements et celle du budget pose problème.

  • 13 L'exemple-type de cette situation en Amérique latine est celui du Venezuela. On peut voir à ce suj (...)

25Dans le cas ou l'État capture directement une partie substantielle des devises que le pays gagne à l'exportation la question budgétaire peut être abordée en conditions plus favorables13. En revanche, dans un cas comme celui de l'Argentine, où c'est essentiellement le secteur privé qui obtient les devises résultant de l'exportation, l'État, qui doit somme toute faire face à un transfert en devises, est contraint d'“acheter” l'excédent commercial au secteur privé.

26Ainsi, toute la période allant de 1983 à 1990 a été marquée par le fait que l'État s'est trouvé dans l'impossibilité de concilier les exigences en matière de dépenses avec les limites imposées par le niveau des recettes fiscales. Dès lors, ce sera le principal problème posé à la politique économique en Argentine et sa non résolution va progressivement réduire la capacité de régulation étatique.

  • 14 Il est passé de 36 % du PIB en 1981 à 34,1 % en 1984. Il s'agit là de la baisse la plus faible par (...)

27En 1984, le nouveau gouvernement démocratique du président Alfonsin, qui avait l'espoir d'obtenir un traitement “généreux” de la part des créanciers externes, n'a pas pu ou su accroître les recettes provenant de l'Impôt tandis que la possibilité de réduire les dépenses publiques courantes fut écartée parce que trop impopulaire. Compte tenu du ratio de dépenses publiques (Dépenses Publiques/PIB) relativement élevé caractérisant l'Argentine, le potentiel théorique de réduction était pourtant significatif. Or il n'a presque pas été utilisé : le ratio de dépenses publiques corrigé de l'incidence du service de la dette a à peine diminué entre 1981 - année de référence - et 198414.

  • 15 Le recours à la “taxe inflationniste” a lieu lorsque l'État, faisant usage de son privilège de bat (...)
  • 16 L'accélération de l'inflation a pour effet de réduire la valeur réelle des impôts réguliers en ver (...)

28D'où le recours à l'endettement interne et à la “taxe inflationniste”15, qui allait s'avérer lourd de conséquences. D'une part, l'efficacité de la “taxe inflationniste” allait buter sur la chute des liquidités réelles et la dollarisation croissante de l'économie ; en outre, dans un contexte d'accélération de l'inflation, la collecte des impôts réguliers diminuait en termes réels16. D'autre part, du fait de la monétisation de plus en plus faible de l'économie et de la relative étroitesse du marché des capitaux, le recours à l'endettement interne se traduisait par des hausses de plus en plus fortes des taux d'intérêt, ce qui alourdissait les charges financières de l'État et décourageait l'investissement productif.

29Ainsi, après l'échec du plan Austral, qui a néanmoins permis d'obtenir un répit en 1985-1986, on assista à l'exacerbation de l'instabilité macroéconomique. L'économie se dollarisait et se “financiarisait” de plus en plus, l'évolution du marché des changes devenait la référence central pour la fixation des prix internes et les autorités perdaient progressivement le contrôle de l'offre de monnaie. Malgré les divers plans de stabilisation mis en œuvre à partir de 1987, les tensions croissantes ont débouché sur trois conjonctures d'hyperinflation en juillet et décembre 1989 et en février 1990. Parallèlement l'activité s'effondrait et le taux d'investissement tombait à des niveaux très bas, insuffisants pour assurer la simple reconstitution du capital (voir tableau N° 4). Le recul de l'activité industrielle et la régression sociale ont constitué les principales conséquences de la dégradation de l'environnement macroéconomique.

  • 17 CEP AL, Balance Preliminar de la Economia Latinoamericana 1991, ONU, Santiago du Chili, décembre 1 (...)
  • 18 A. C. Barbeito et R. M. Lo Vuolo, La modernización excluyeme, UNICEF/CIEPP/Losada, Buenos-Aires, 1 (...)

30Du fait du fort médiocre comportement de l'économie, la variation cumulée du PIB par tête entre 1981 et 1991 a été de -20,3 %17, l'une des chutes les plus fortes parmi les pays grands et moyens de l'Amérique latine. Mais, bien entendu, il serait erroné d'en conclure que la détérioration des revenus est un phénomène qui a affecté l'ensemble de la société argentine. Au ralentissement de la croissance du revenu national (ce que certains appellent “effet récession”) s'est ajouté une profonde modification de la répartition des revenus (“effet équité”).18

  • 19 L. Beccaria, “Distribución del ingreso en Argentina : Explorando lo sucedido desde mediados de los (...)

31Cette modification a commencé à s'opérer au milieu des années soixante-dix. Entre 1975 et 1976 le salaire moyen de l'économie tombe de plus de 30 % alors que, en raison des politiques appliquées pendant la période militaire, les conditions du marché du travail commencent à changer. Il en a découlé une croissante hétérogénéité salariale, non seulement entre branches mais aussi entre firmes19.

  • 20 Selon les données présentées par A. C. Barbeito et R. M. Lo Vuolo, op. cit., pp. 103 et 179 (table (...)

32L'amélioration de la rémunération du travail qui eut heu après 1978 - pendant la période de surévaluation de la monnaie nationale - fut de courte portée. Après la rechute qui s'est produite en 1982 et la récupération des années 1983-1984, la tendance au déclin s'est confirmée. De ce fait, la part des salaires dans la valeur ajoutée a subi une réduction spectaculaire. En effet, la part de la masse salariale dans le PIB, qui était de 42 % en 1970, est tombée à 37 %, 32 % et 24 % en 1980, 1985 et 1989, respectivement. De même, la part des salaires dans le revenu national, qui atteignait 43 % en 1970, a chuté à 39 % et 38 % respectivement en 1980 et 1985 et s'est effondrée lorsque la déstabilisation progressive de l'économie dégénère en hyperinflation, à la fin des années quatre-vingt : elle était de 24 % en 198920.

33En même temps, la réduction des marges de manœuvre de l'État à cause du problème budgétaire évoqué ci-dessus s'est traduite, pendant les années quatre-vingt, par une réduction relative des dépenses à caractère social et par une diminution de leur efficacité. Les dépenses sociales “budgétisées” passent ainsi de 6,9 % du PIB en moyenne pour la période 1984-1988 à 6,1 % du PIB en 1989-1991. Cette évolution est d'autant plus inquiétante que la proportion de familles pauvres est brusquement montée au cours de la décennie passée : alors qu'elle était de 8 % en 1980, elle constituait 27 % du total en 1990.

  • 21 Pendant la période 1970-1990 la production industrielle par habitant a chuté de 30% et en 1990 la (...)
  • 22 L. Beccaria, “Reestructuración, empleo y salarios en la Argentina”, Volkswagen Foundation/ECLAC pr (...)

34La régression sociale est allée de pair avec l'affaiblissement de l'industrie21. En effet, entre 1980 et 1990 l'emploi industriel a diminué de plus de 5 % alors que, pendant la même période, le salaire industriel a chuté d'environ 15 %22. Ces évolutions ont fortement contribué à la tertiairisation de l'économie et au développement des petites activités souvent informelles (le cuentapropismo).

  • 23 Les données présentées par la suite ont été pour l'essentiel tirées de D. Chudnovsky, La reestruct (...)

35Comme nous l'avons déjà signalé, l'industrie, qui avait été le moteur de la croissance pendant la période de la substitution des importations, a d'abord souffert du changement des règles du jeu opéré pendant la deuxième moitié des années soixante-dix. Et pendant les années quatre-vingt la persistance de l'incertitude et de l'inflation, le rétrécissement du marché intérieur et les taux d'intérêt réels souvent fortement positifs se sont conjugués pour encourager les placements spéculatifs et affaiblir l'investissement dans les activités industrielles. Il en a résulté une notable perte de dynamisme de l'accumulation industrielle23.

TABLEAU N° 4. PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ECONOMIQUES 1983-1990

TABLEAU N° 4. PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ECONOMIQUES 1983-1990

(e) Estimations
Note : PIB et inflation (prix à la consommation) en taux de variation annuel ; déficit budgétaire et taux d'investissemnt (FBCF/PIB), en pourcentage du PIB ; balance commerciale et balance courante, en millions de dollars. Source : BID et Cepal

36Pendant la période 1964-1974 l'industrie s'est caractérisée par un taux de croissance de 7 % en moyenne annuelle et par une augmentation de sa part dans le PIB, qui est passée de 25 % à 28 %. En revanche, entre 1975 et 1990 l'activité industrielle a chuté de 25 % et, de ce fait, la part de l'industrie dans le PIB est passée de 28 % à environ 22 %.

37Le processus de désindustrialisation est surtout la résultante du déclin des branches productrices de biens d'équipement et de biens de consommation durable (notamment l'automobile), qui avaient été à la base de l'essor de l'étape précédente. Ces branches avaient même généré un flux croissant d'exportations.

38Le recul est très marqué dans le secteur des machines et équipements : son taux de croissance annuel en moyenne pour la période 1970-1990 a été de - 1,6 %. Ainsi, sa part dans la valeur ajoutée industrielle est passée de 32 % en 1977 à environ 20 % en 1990. Le déclin de l'investissement explique dans une large mesure cette pauvre performance.

39Le quasi démantèlement de ce secteur qui se caractérise par l'utilisation de ressources humaines qualifiées et qui demande un effort technologique considérable s'est accompagné de la montée en puissance de la production de commodities, de biens intermédiaires standardisés (produits pétrochimiques, papier, aluminium, huiles, acier...). Ces produits, qui se caractérisent par l'utilisation de processus de production continue où l'effort local en matière de recherche et développement est faible, sont élaborés dans des ateliers hautement automatisés et très intensifs en capital et utilisent par conséquent peu de main d'œuvre. Face à l'atonie du marché domestique, la part de ses biens intermédiaires standardisés dans les exportations totales a progressivement augmenté.

40Les transformations subies par l'industrie argentine dans un contexte de crise globale et d'instabilité macro-économique inouïe sont retracées dans le graphique N° 2. Ces transformations vont donc dans le sens de la constitution d'une structure industrielle extravertie qui diffère nettement de celle qui prévalait jusqu'au début des années soixante-dix et qui se caractérisait par une forte articulation entre les sections productives.

Graphique N° 2

Graphique N° 2

41Loin de résoudre la grande crise ouverte en 1975, l'expérience monétariste mise en route pendant la deuxième moitié des années soixante-dix l'a aggravée. Elle a de plus laissé, comme principal héritage, une nouvelle contrainte structurelle : la dette extérieure qui allait poser un problème insurmontable au budget de l'État tout au long des années quatre-vingt.

42Dès lors, l'État s'est montré impuissant à assurer convenablement la mobilisation interne de fonds pour faire face au transfert financier net négatif subi par l'économie argentine et le déséquilibre budgétaire a été à la base de l'enchaînement de causalités qui s'est terminé par la perte de contrôle de l'offre de monnaie de la part des autorités tandis que les anticipations des agents économiques se trouvaient bouleversées.

43Ainsi, l'utilisation alternative ou simultanée de l'émission monétaire et de l'endettement intérieur explique les taux d'intérêt élevés et le marasme inflationniste dans lequel est peu à peu tombé l'économie argentine ; il s'ensuivit logiquement le rejet de la monnaie nationale. Après l'échec du plan Austral, qui a permis d'obtenir un répit d'un an, la marge de manœuvre des autorités s'est rétrécie et l'accentuation de l'instabilité macro-économique a débouché sur trois conjonctures d'hyperinflation en 1989 et 1990.

44L'ajustement progressif mis en place à partir de 1989 par le gouvernement du président Menem a permis d'éloigner le danger d'un nouveau dérapage hyperinflationniste. Tout particulièrement, la stabilisation semble se consolider après le lancement du plan Cavallo, en avril 1991.

45Or, l'extirpation totale des tensions inflationnistes passe non seulement par l'assainissement des finances publiques et la normalisation des relations financières internationales mais aussi par la reprise de la croissance et surtout de l'accumulation. Et c'est là que les traces de l'instabilité macro-économique et de l'aggravation de la crise de l'économie argentine se feront sans doute sentir.

  • 24 J. Schvarzer, Un modelo sin retorno, CISEA, Buenos-Aires, 1990.

46En effet, les bases réelles de l'accumulation productive, déjà affaiblies au cours de la deuxième moitié des années soixante-dix, se sont considérablement dégradées par la suite. La période d'instabilité et de compression de l'activité s'est traduite par une régression sociale sans précédent et a en même temps sonné le glas de la croissance industrielle orientée vers le marché intérieur. Ainsi, il semble aujourd'hui évident qu'un nouveau modèle se met en place et que tous les acteurs économiques et sociaux devront s'adapter aux nouvelles règles de fonctionnement s'ils veulent l'infléchir dans un sens ou dans l'autre24.

47La politique d'ouverture appliquée par le régime militaire avait ébranlé le régime autocentré ; sous le poids de la contrainte financière extérieure, l'exacerbation de l'instabilité et les politiques mises en place face au chaos inflationniste l'ont définitivement désarticulé. Les mesures appliquées ces derniers temps - notamment les privatisations, la réduction des interventions de l'État et la dérégulation et l'ouverture croissantes de l'économie - constituent le parachèvement de ce processus.

48Or, pour que la stabilisation se consolide définitivement, le nouveau régime extraverti devra recréer, à partir d'une économie réelle très fragilisée, des foyers d'accumulation capables d'assurer un dynamisme global et soutenu de l'activité. Il s'agit là du grand défi que, sur le plan économique, l'Argentine devra relever au cours des années à venir.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT, Rapport 1991, Washington D. C, octobre 1991.

BARBEITO A. C. et R. M. LO VUOLO, La modernización excluyente, UNICEF/CIEPP/LOSADA, Buenos-Aires, 1992.

BASUALDO M., Deuda externa y poder económico en Argentina, Ed. Nueva América, Buenos-Aires, 1987.

BECCARIA L., “Distribución del ingreso en Argentina : Explorando lo sucedido desde mediados de los setenta”, Desarrollo Económico vol. 31 N° 123, Buenos-Aires, 1991. BERTRAND J. P. et G. HILLCOAT, Politiques agricoles, politiques macro-économiques et compétitivité du Brésil et de l'Argentine sur les marchés agricoles et agro-alimentaires internationaux. Rapport pour le Commissariat Général du Plan, INRA-ESR, Paris-Ivry, novembre 1990.

BRAUN O. et J. L. JOY, “A Model of Economie Stagnation. A Case Study of the Argentine Economy”, dans The Economie Journal N° 312, décembre 1968.

CALCAGNO A. E., Laperversa deuda argentina. Ed. Legasa, Buenos-Aires, 1985.

CALCAGNO A. F., Politiques monétaristes et dynamiques financières, les expériences de l Argentine et du Chili, Thèse de Doctorat, Université de Paris I, 1984.

CANITROT A., “La experiencia populista de redistribución del ingreso”, Desarrollo Económico vol. 15 N° 59, Buenos-Aires, octobre-décembre 1975.

CANITROT A., “Teoría y práctica del liberalismo. Política antinflacionaria en la Argentina 1976-1981”, Desarrollo Económico N° 81, Buenos-Aires, 1981.

CEPAL, Las empresas trasnacionales en la Argentina, Estudios e Informes de la CEPAL N° 56, Santiago du Chili, 1986.

CEPAL, Balance Preliminar de la Economía Latinoamericana 1991, ONU, Santiago du Chili, décembre 1991.

CHUDNOVSKY D., La reestructuración industrial argentina en el contexto macroeconómico e internacional, CÉNIT, Buenos-Aires, 1991.

DAMIL M., J. M. FANELLI, R. FRENKEL et G. ROZENWURCEL, Las relaciones financieras en la economía argentina, Ediciones del IDES, Buenos-Aires, 1988.

DAMIL M. J.M. FANELLI, R. FRENKEL et G. ROZENWURCEL, Déficit fiscal, deuda externa y desequilibrio financiero. Ed. Tesis, Buenos-Aires, 1989.

FANELLI J. M. et R. FRENKEL, Políticas de estabilización e hiperinflación en Argentina, Ed. Tesis, Buenos-Aires, 1990.

FELDMAN E. et J. SOMMER, Crisis financiera y endeudamiento externo en Argentina, Centro Editor de América Latina-Centro de Economía Transnacional, Buenos-Aires, 1986.

FERRER A., “Argentina y Brasil : ajuste, crecimiento e integración”, Comercio Exterior vol. 41 N° 2, México DF, février 1991.

FERRER A., “Devaluación, redistribución de ingresos y procesos de desarticulación industrial en Argentina”, dans Los Planes de Estabilización, Ed. Paidós, Buenos-Aires, 1970.

HILLCOAT G., La crise des modèles de développement en Amérique latine. De la substitution d'importations à l'économie tournée vers l'extérieur, Thèse de Doctorat, Université de Paris VIII, Paris, 1986.

HILLCOAT G. et C. QUENAN, “Surendettement et hyperinflation en Amérique latine”, Notes et Etudes N° 47, Caisse Centrale de Coopération Economique, Paris, janvier 1992.

KOSACOFF B., Desarrollo industrial e inestabilidad macroeconómico. La experiencia argentina reciente. Oficina de la CEP AL, Buenos-Aires, septembre 1988.

KOSACOFF B., Industrial Development in Argentina. Transformation and Structural Changes, ECLAC, Buenos-Aires, mai 1992.

MIOTTI E. L., Accumulation, régulation et crises en Argentine, Thèse de Doctorat, Université de Paris Vu, Paris, 1991.

MIOTTI E. L. et C. QUENAN, “Transferts financiers nets négatifs et ajustement structurel”, in HAP, Dossier Pédagogique N° 24 : La gestion de l'ajustement structurel, Paris, novembre 1990.

OLIVERA J.H.C., “Money, Prices and Fiscal Lags: a Note on the Dynamics of Inflation”, dans Banca Nazionale del Lavoro Quarterly Review vol. 20 N° 28, 1967.

QUENAN C, “Venezuela : crise économique et ajustement”, PAL N° 97, Notes et Etudes Documentaires N° 4916, Paris, 3e trimestre 1990.

REISEN H. et A. VAN TROTSENBURG, Developing Country Debt: the Budgetary and Transfer Problem, OECD, Paris, 1988.

SCHVARZER J., Un modelo sin retomo, CISEA, Buenos-Aires, 1990.

SCHVARZER J., Argentina 1976-81 : El endeudamiento externo como pivote de la especulación financiera, CISEA, Buenos-Aires, 1983.

TANZI V., “nflation, Lags in Collection and the Real Value of Tax Revenue”, dans IMF Staff Papers vol. 24 N° l, 1977.

WINOGRAD C, Essais sur les politiques de stablisation macro-économique. Thèse de Doctorat, EHESS, Paris, 1988.

WORLD BANK, World Debt Tables 1990-91, Washington DC, 1990.

Annexes

ANNEXE. TRANSFERT FINANCIER NEGATIF ET FINANCES PUBLIQUES

Élaboré à partir de E. L. Miotti et C. Quenan, “Transferts nets négatifs et ajustement structurel”, in IIАР, Dossier Pédagogique N° 24 : La gestion de l'ajustement structurel, Paris, novembre 1990. On y a tenu compte des formalisations présentées dans H. Reisen et A. Van Trotsenburg, op. cit et M. Damil, J. M. Fanelli, R. Frenkel et G. Rozenwurcel, Las relaciones financierasen la economia argentin, Ediciones del IDES, Buenos-Aires, 1988.

Le transfert financier net négatif (TFNN) représente un transfert de pouvoir d'achat du pays débiteur aux pays bénéficiaires. En l'absence de compensations monétaires de l'extérieur ou de cessions d'actifs d'un montant significatif, le transfert réel qui en résulte implique un prélèvement de pouvoir d'achat opéré dans le pays débiteur, compte tenu bien entendu de l'évolution des termes de l'échange.

Si l'on part de l'égalité comptable entre ressources et emplois :

Y + M = C + I + X(1)

et par définition YNB = Y - Z (2)

on aura YNB + M = C + I + X - Z (3)

et M + Z - X = C + I-YNB(4)

où :

C : Consommation intérieure

I : Investissement brut

Y : Produit intérieur brut

YNB : Revenu national brut

X : Exportations de biens et services

M : Importations de biens et services

Z : Paiements nets à l'extérieur des services des facteurs plus l'effet des termes de l'échange

Dans la mesure où l'épargne intérieure (Si) est la différence entre le revenu national et la consommation intérieure et le déficit de la balance des paiements constitue l'épargne du reste du monde (Se), l'expression (4) peut être écrite de la manière suivante :

Se = I - Si (5)

Or dans une situation de TFNN les pays concernés devient exportateurs nets des capitaux. Par conséquent l'État, sur lequel s'exerce la contrainte financière extérieure, doit chercher à diminuer l'absorption interne de l'économie constituée par la somme des dépenses de consommation et d'investissement, autrement dit il doit opérer une réduction de l'absorption domestique des revenus courants. Le problème budgétaire se pose dans la mesure où l'État éprouve des difficultés à concrétiser cette réduction.

En effet, si le TFNN est trop important, la mobilisation interne de fonds qu'il implique ne découlera pas de la seule diminution des dépenses publiques ; il faudra organiser en outre le prélèvement sur le secteur privé.

Ainsi, si l'on désagrège l'épargne et l'investissement intérieurs dans leurs composantes publiques et privées, on peut reformuler l'expression (5) :

(Ip-Sp) + (Ig-Sg) = Se (6)

où p et g indiquent respectivement le secteur privé et le secteur public.

L'épargne privée et l'épargne publique peuvent par ailleurs être définies synthétiquement de la manière suivante :

Sp = (Y - T - Zp) - Cp (7)

Sg = T - Zg - Cg (8)

L'épargne privée est donc la différence entre le revenu disponible du secteur privé (Y - T - Zp) et ses dépenses de consommation (Cp). L'épargne publique est, quant à elle, la différence entre d'une part la collecte d'impôts nette des subventions et des paiements d'intérêts de la dette interne (T), et les paiements nets d'intérêts de la dette externe (Zg) plus les dépenses courantes du secteur public (Cg) d'autre part

Si en (6) Se est nulle ou négative, en raison de l'absence voire du solde négatif des prêts nets nouveaux, et compte tenu de la rigidité à la baisse de Zg, le financement nécessaire pour combler le déficit du secteur public, au cas où celui-ci n'aboutirait pas à une diminution suffisante de ses dépenses, doit résulter de l'excédent du secteur privé : accentuation de la pression fiscale, du prélèvement opéré par l'inflation et du recours à l'endettement du secteur public auprès du secteur privé. L'équation (10), qui retrace l'équilibre du budget public, va nous permettre de préciser cette question :

Ig+Cg+Zgi+Zg = ΔM+ΔEi+ΔEe+T (10)

Zgi : paiements d'intérêts de la dette interne

ΔM : financement monétaire du déficit budgétaire

ΔEi : variation nette de l'endettement intérieur

eΔ Ee : variation nette de l’endettement extérieur public (avec e qui représente le taux de change)

T : recettes publiques (impôts nets des subventions à ne pas confondre avec T de l'équation (8) puisque T= T – Zgi)

Or l'équation (10) peut se présenter de la manière suivante :

Dg+Dgf = ΔM+ ΔEi+eΔ Ee+T (11)

où :

Dg : dépenses non financières (Ig + Cg)

Dgf : dépenses financières (Zgi + Zg)

Si l'on revient à T = T - Zgi, on est donc en mesure de mettre en évidence les quatre alternatives offertes à l'État pour essayer d'assurer le TFNN :

  1. réduction des dépenses non financières
  2. accroissement des recettes fiscales
  3. augmentation des emprunts sur le marché intérieur
  4. émission monétaire entraînant un prélèvement sur les actifs monétaires et financiers en monnaie nationale par le biais de l'inflation

Dès lors, l'action de la politique économique sur les quatre variables mentionnées ci-dessus suppose une interaction - à bien des égards conflictuelle - entre les politiques budgétaire, monétaire et des changes.

Notes

1 Avec une importante participation des firmes transnationales dans ce processus à partir de 1958-1962. Voir à ce sujet CEPAL “Las empresas trasnacionales en la Argentina,” Estudios e Informes de la CEPAL N° 56, Santiago du Chili, 1986.

2 G. Hillcoat, La crise des modèles de développement en Amérique latine. De la substitution d'importations à l'économie tournée vers l'extérieur. Thèse de Doctorat, Université de Paris VIII Paris, 1986, p. 328.

3 Ces mouvements de type cycle de l'économie argentine, qui donnaient lieu à “la spirale dévaluation-prix-salaire” décrite par A. Ferrer (“Devaluación, redistribución de ingresos y procesos de desarticulación industrial en Argentina”, dans Los Planes de Estabilización, Ed. Paidós, Buenos-Aires, 1970), ont été expliqués dans les modèles stylisés élaborés notamment par O. BRAUN et J. L. JOY, “A Model of Economie Stagnation. A Case Study of the Argentine Economy”, dans The Economie Journal N° 312, décembre 1968, et A. Canitrot, “La experiencia populista de redistribución del ingreso”, Desarrollo Económico Vol. 15 N° 59, Buenos-Aires, octobre-décembre 1975. Signalons toutefois que les effets dépressifs de la contrainte extérieure s'amenuisent à partir de 1964 et jusqu'en 1972, de telle sorte que le pouvoir explicatif de ces modèles s'affaiblit, comme le montre E. L. Miotti, dans Accumulation, régulation et crises en Argentine, Thèse de Doctorat, Université de Paris VII, Paris, 1991, Chapitre III. Pour ce dernier la cause en est, principalement, l'approfondissement de la substitution d'importations, les changements opérés dans la composition des importations et la dynamique de la demande autonome, qui constituent autant de signes de la stabilisation du régime d'accumulation à dominante intensive pendant cette période-là.

4 G. Hillcoat, op. cit.

5 Nous nous limiterons ici à rappeler très synthétiquement les principales mesures mises en place pendant le régime militaire. Pour une présentation très détaillée des politiques appliquées au cours de la période 1976-1983 voir C. Winograd, Essais sur les politiques de stabilisation macro-économique. Thèse de Doctorat, EHESS, Paris, 1988, Chapitre II.

6 Tel que le met en évidence J. Schvarzer dans Argentina 1976-1981 : El endeudamiento extemo como pivote de la especulación financiera, CISEA, Buenos-Aires, 1983, dont nous nous inspirons largement pour développer cette question, ces deux variables agissent en sens inverse : plus grande était la différence entre les taux, plus importante était l'entrée des capitaux (à risque égal) et plus grand était le risque, moins importante était l'entrée des capitaux (à égale différence entre les taux). Par ailleurs, il faut signaler que dans la logique de la stratégie économique mise en place l'on devait aboutir à une convergence non seulement des prix internes et externes mais aussi des taux d'intérêt internes et internationaux. Ces hypothèses et les mécanismes qui devaient théoriquement assurer cette convergence sont discutés par Schvarzer dans l'étude citée ci-dessus. On peut également voir à ce sujet A. Canitrot, “Teoría y práctica del liberalismo. Política antinflacionaria en la Argentina 1976- 1981”, Desarrollo Económico N° 81, Buenos-Aires, 1981, A. F. Calcagno, Politiques monétaristes et dynamiques financières, les expériences de l Argentine et du Chili, Thèse de Doctorat, Université de Paris I, 1984, E. Feldman et J. Sommer, Crisis financiera y endeudamiento externo en Argentina, Centro Editor de América Latina-Centro de economía Transnacional, Buenos-Aires, 1986, et C. Winograd, op. cit.

7 L'investissement productif du secteur privé fut soumis pendant cette période à des forces de sens opposé. L'augmentation des rendements sur le marché financier local le décourageait, comme nous venons de le signaler, mais la confiance de la plupart des entrepreneurs dans le régime militaire au début de celui-ci s'est traduite par un effort d'équipement significatif et, ultérieurement, la surévaluation de la monnaie nationale a favorisé les importations de biens de capital.

8 B. Kosacoff, Desarrollo industrial e inestabilidad macroeconómica. La experiencia argentina reciente (ronéo). Oficina de la CEPAL, Buenos-Aires, septembre 1988. Cet auteur signale que, bien entendu, sur l'ensemble de la période militaire certaines branches furent affectées plus que d'autres : c'est le cas de celles qui étaient plus exposées à la concurrence internationale. Ainsi, entre 1976 et 1982 la production de textiles et vêtements est tombée de 30 %, celle de bois et de meubles de 40 % et celle de produits métalliques, de machines électriques et de matériel de transport de 30 % ; en revanche, d'autres secteurs se sont servis de divers mécanismes pour éviter cette concurrence : c'est le cas de la sidérurgie et de la chimie, entre autres.

9 En constituant un levier décisif de la concentration du capital pendant cette période, cette “nationalisation” de la dette extérieure privée a surtout favorisé les grandes entreprises que l'avaient contractée. Selon M. Basualdo (Deuda externa y poder económico en Argentina, Ed. Nueva América, Buenos-Aires, 1987), sous le régime militaire ont été réalisées 8 811 opérations d'endettement extérieur privé dont seulement 4,9 % (soit 433 opérations) concentraient 78,4 % du montant total de la dette extérieure privée. Au sujet de l'endettement extérieur pendant le gouvernement militaire voir également A. E. Calcagno, La perversa deuda argentina. Ed. Legasa, Buenos-Aires, 1985, et J. Schvarzer, op. cit.

10 Signalons qu'à partir des années soixante-dix l'agriculture pampéenne connaît un véritable “boom” qui se traduit par la hausse - surtout en volume - des exportations agricoles. Voir à ce sujet J-P. Bertrand et G. Hillcoat, Politiques agricoles, politiques macro-économiques et compétitivité du Brésil et de l'Argentine sur les marchés agricoles et agro-alimentaires internationaux. Rapport pour le Commissariat Général du Plan, INRA-ESR, Paris-Ivry, novembre 1990.

11 Le transfert financier net peut être défini comme la différence entre l'apport net de prêts externes et la charge annuelle des intérêts de la dette extérieure.

12 H. Reisen et A. Van Trotsenburg, Developing Country Debt : the Budgetary and Transfer Problem, OCDE, Paris, 1988.

13 L'exemple-type de cette situation en Amérique latine est celui du Venezuela. On peut voir à ce sujet C. Quenan, “Venezuela : crise économique et ajustement”, PAL N° 97. Notes et Études Documentaires N° 4916, Paris, 3e trimestre 1990.

14 Il est passé de 36 % du PIB en 1981 à 34,1 % en 1984. Il s'agit là de la baisse la plus faible parmi les sept pays étudiés par H. Reisen et A. Van Trotsenburg, op. cit. (il s'agit, outre l'Argentine, du Brésil, de la Corée du Sud, de l'Indonésie, du Mexique, des Philippines et du Venezuela).

15 Le recours à la “taxe inflationniste” a lieu lorsque l'État, faisant usage de son privilège de battre monnaie, cherche à financer son déficit à travers une émission monétaire “excessive” par rapport au niveau des transactions réels ; ceci a pour effet d'eroder le pouvoir d'achat du public. En d'autres termes, la “pratique de l'inflation” constitue une source de revenus pour l'État qui cherche de cette façon à accroître l'épargne publique au détriment de l'épargne privée.

16 L'accélération de l'inflation a pour effet de réduire la valeur réelle des impôts réguliers en vertu du décalage temporel existant entre le moment de la fixation de l'impôt et celui de son recouvrement. C'est ce que l'on appelle dans la littérature économique “l'effet Olivera-Tanzi” en raison des travaux consacrés à cette questions par ces auteurs, notamment : J.H.C. Olivera, “Money, Priées and Fiscal Lags : a Note on the Dynamics of Inflation”, dans Banca Nazionale del Lavoro Quarterly Review Vol. 20 N° 28, 1967 et V. Tanzi, “Inflation, Lags in Collection and the Real Value of Tax Revenue”, dans IMF Staff Papers Vol. 24 N° l, 1977.

17 CEP AL, Balance Preliminar de la Economia Latinoamericana 1991, ONU, Santiago du Chili, décembre 1991.

18 A. C. Barbeito et R. M. Lo Vuolo, La modernización excluyeme, UNICEF/CIEPP/Losada, Buenos-Aires, 1992.

19 L. Beccaria, “Distribución del ingreso en Argentina : Explorando lo sucedido desde mediados de los setenta”, Desarrollo Económico Vol. 31 N° 123, Buenos-Aires, 1991.

20 Selon les données présentées par A. C. Barbeito et R. M. Lo Vuolo, op. cit., pp. 103 et 179 (tableau N° 10).

21 Pendant la période 1970-1990 la production industrielle par habitant a chuté de 30% et en 1990 la production manufacturière retrouvait son niveau de 1970. A. Ferrer, “Argentina y Brasil : ajuste, crecimiento e integración”, Comercio Exterior Vol. 41 N° 2, México DF., février 1991.

22 L. Beccaria, “Reestructuración, empleo y salarios en la Argentina”, Volkswagen Foundation/ECLAC projet, Buenos-Aires, 1992, cité par B. Kosacoff, Industrial Development in Argentina Transformation and Structural Changes, ECLAC, Buenos-Aires, mai 1992.

23 Les données présentées par la suite ont été pour l'essentiel tirées de D. Chudnovsky, La reestructuración industrial argentina en el contexto macroeconómico e internacional, CÉNIT, Buenos-Aires, 1991, B. Kosacoff, op. cit., et E. L. Miotti, op. cit.

24 J. Schvarzer, Un modelo sin retorno, CISEA, Buenos-Aires, 1990.

Notes de fin

* Maître de Conférences à l'Université de Reims, Enseignant de l'IHEAL, chercheur au CREDAL-CNRS

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1. PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ECONOMIQUES 1964-1983
Légende Note : PIB et inñation (prix à la consommation), en taux de variation annuel ; déficit budgétaire et taux d'investissement (FBCF/PIB) en pourcentage du PIB ; balance commerciale et balance courante, en millions de dollars. Source : BCRA, Cepal et J. M. Fanelli, R. Frenkel et G. Rozenwurcel, Déficit fiscal, deuda externa y desequilibrio financiero. Ed. Tesis, Buenos-Aires, 1989.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2193/img-1.jpg
Fichier image/, 135k
Titre TABLEAU N° 2 DETTE EXTERIEURE DE L'ARGENTINE 1975-1983 (EN MILLIONS DE DOLLARS)
Légende Source : J. M. Fanelli et R. Frenkel, Políticas de estabilización e hiperinflación en Argentina, Ed. Tesis, Buenos-Aires, 1990, d'après données de la BCRA.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2193/img-2.jpg
Fichier image/, 61k
Titre Graphique N° 1
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2193/img-3.jpg
Fichier image/, 131k
Titre TABLEAU N° 3. TRANSFERT FINANCIER NET DES PRINCIPAUX DEBITEURS LATINO-AMERICAINS (EN % DU PNB)
Légende Source : H. Reisen et A. Van Trotsenburg, op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2193/img-4.jpg
Fichier image/, 37k
Titre TABLEAU N° 4. PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ECONOMIQUES 1983-1990
Légende (e) Estimations Note : PIB et inflation (prix à la consommation) en taux de variation annuel ; déficit budgétaire et taux d'investissemnt (FBCF/PIB), en pourcentage du PIB ; balance commerciale et balance courante, en millions de dollars. Source : BID et Cepal
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2193/img-5.jpg
Fichier image/, 122k
Titre Graphique N° 2
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2193/img-6.jpg
Fichier image/, 123k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2193/img-7.jpg
Fichier image/, 14k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter