Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouveaux défis et perspectives économiques

Chapitre 6. Problèmes et perspectives de l'emploi en Argentine

Julio Cesar Neffa

Texte intégral

  • * Chercheur au CREDAL-CNRS, directeur du Département des sciences sociales du CONICET (Argentine).

1Note portant sur l'auteur*

LES CHANGEMENTS DEMOGRAPHIQUES RECENTS

2L'Argentine compte en 1992 plus de 32 500 000 d'habitants, selon le recensement national de la population. Le taux de croissance annuel moyen de la population est à présent relativement faible et sa tendance évolue vers la stabilité ou vers une légère baisse à moyen terme.

3Les taux de croissance sont passés de 15,6 o/oo pour la période 1947-1991 à 17,6 o/oo entre 1947 et 1960 et à 13,5 o/oo pour la période 1980-1991. Ce comportement démographique a beaucoup de similitude avec celui des pays industrialisés d'Europe occidentale et différencie relativement l'Argentine des autres pays d'Amérique latine, à l'exception de l'Uruguay. En effet, dans un certain nombre de pays latino-américains, le taux de croissance annuelle est proche de 3 %, bien qu'on observe dernièrement une tendance à la diminution se situant aux alentours de 2 %.

4Une autre particularité est la proportion croissante des femmes par rapport aux hommes. En 1947, 48,8 % de la population était féminine. Cette proportion est passée à 51,1 % en 1991. Trois hypothèses expliquent ce phénomène : L'arrêt du processus d'immigration, l'émigration des nationaux (flux composés surtout par des hommes ayant une haute qualification professionnelle) et la plus forte espérance de vie des femmes par rapport aux hommes.

5Dans le passé, et jusqu'à la décennie 1960-1970, la forte croissance démographique s'expliquait par un important flux migratoire en provenance des pays européens de la Méditerranée et ensuite des pays latino américains limitrophes. Si les deux composantes de ce processus stagnent depuis vingt ans à cause de la détérioration de la situation économique, l'immigration provenant des pays limitrophes pourrait reprendre si les conditions étaient réunies du fait de la relance de la croissance économique.

6Depuis la Deuxième Guerre mondiale, le taux de croissance de la population active urbaine est plus faible que celui du total de la population urbaine (2,1 % par rapport à 2,3 % entre 1960 et 1985) et varie de manière rapide. Déjà fortement urbanisée depuis la fin du xixe siècle, l'Argentine regroupe actuellement plus de 85 % de sa population dans les villes de plus de 2 000 habitants. Ce processus prématuré d'urbanisation est le résultat d'une part, de la politique officielle implicite face au processus d'immigration, et d'autre part, de la structure de la propriété foncière, fortement concentrée avec la prédominance d'une agriculture et d'un élevage extensifs, employant très peu de main d'œuvre.

7Au total, sur une population d'environ presque 28 300 000 habitants en 1980, les jeunes d'âge actif représentaient environ 4 800 000 personnes, tandis que 6 817 000 des hommes avaient un âge compris entre 26 et 64 ans, 6 261 000 des femmes avaient entre 26 et 59 ans et 3 243 000 de personnes des deux sexes avaient plus de 65 ans. Cette structure de l'âge actif devenait similaire à celle des pays industrialisés et plus spécifiquement avec une forte croissance de la population plus âgée : entre 1950 et 1980 leur nombre a plus que triplé avec de lourdes conséquences dues à un système de sécurité sociale en forte crise.

L'EVOLUTION DE LA PARTICIPATION DE LA POPULATION ACTIVE

8D'après les recensements et les enquêtes permanentes auprès des foyers (EPH) réalisés par l'Indec, la tendance pour le long terme, concernant le taux de participation est faible (36,5 % en 1985) avec une propension à diminuer si les conditions ne changent pas. En termes relatifs et par rapport au reste du monde, il s'agit d'un taux très faible et le taux de croissance négative (-0,2 % entre 1960 et 1985) est difficile à expliquer. La diminution est plus forte chez les hommes adultes, c'est-à-dire les “chefs de famille”, tandis que le taux de participation féminine augmente dans le long terme - comme dans la plupart des pays -, mais le rythme de sa croissance est de plus en plus faible. Le taux de croissance de la participation des jeunes (15- 25 ans) dans la vie active diminue rapidement comme dans la plupart des pays industrialisés à cause du développement du système éducatif. Le pourcentage des jeunes actifs passe de 57,8 % en 1960 à moins de 50 % en 1980. Mais comme ce dernier taux évolue de manière opposée par rapport à la croissance économique et à la répartition du revenu national, il est maintenant plus fort probablement à cause de la crise.

9La structure de la participation par sexe et par âge sur le total de la population active urbaine montre une forte modification entre 1947 et 1991 : le pourcentage des inactifs adultes plus âgés dans la population active baisse de moitié, le pourcentage des jeunes baisse près de 20 % et plus faiblement encore celui des hommes adultes diminue doucement tandis que celui des femmes augmente d'environ 50 %. On peut donc affirmer que la croissance de la population active argentine s'explique essentiellement par l'augmentation de la participation des femmes.

10La faible évolution des taux de participation de la population active, est expliquée en partie par des blocages dans la dynamique de la croissance économique. En Argentine, les taux de croissance du PIB sont devenus plutôt faibles ou négatifs depuis la moitié de la décennie 1970, tandis que ce taux était d'environ 4 % entre 1947 et 1975. La valeur ajoutée par tête, en tant que mesure de la productivité du travail, tend à diminuer et devient négative vers la fin de la décennie 1980-1990, signe évident de la présence d'une grave crise du système productif et de la manifestation du blocage dans le régime d'accumulation du capital.

L'évolution de l'emploi

11De forts changements se sont produits à l'intérieur de la population active par catégorie d'emploi comme le montre L'évolution entre 1947 et 1980.

TABLEAU N° 1 LES CATEGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES (EN %)

TABLEAU N° 1 LES CATEGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES (EN %)

Source : INDEC. Recensements nationaux de la population : 1947, 1960, 1970, 1980.

12Une stagnation d'abord, suivie après par une faible diminution du taux de salariat, s'accompagne d'une forte réduction du pourcentage des patrons (indicateur d'un processus de concentration des capitaux) et de l'augmentation des travailleurs pour leur propre compte, c'est-à-dire des travailleurs non salariés, du secteur informel ou non structuré.

13Si l'évolution de l'emploi total a évolué de manière croissante, on peut constater que, depuis la Deuxième Guerre mondiale, la source de la croissance des effectifs est très hétérogène selon les secteurs.

14L'emploi dans le secteur primaire diminue en chiffres absolus - d'environ 350 000 personnes -, et en termes relatifs. Par ce fait, le taux de participation du secteur rural dans l'emploi total continue à diminuer. L'emploi urbain est la principale source sectorielle de l'augmentation de l'emploi total. Globalement, on estime que presque 5 000 000 d'emplois nouveaux ont été créés entre 1947 et 1980.

15Concernant la part relative de chaque secteur par rapport à l'ensemble de la population active, entre 1947 et 1980, l'évolution a été très nette :

  • le secteur primaire employait 26,6 % de la PEA en 1947 et seulement 13,2 % en 1980, et sa diminution continue en 1991.
  • le BTP a suivi un processus très irrégulier mais croissant dans le long terme, en passant de 4,8 % en 1947 à 10,9 en 1980. La variation de la part relative est fonction des plans d'ajustement destinés à réduire le déficit budgétaire.
  • le secteur secondaire, diminue de 24,9 % à 21,7 % mais cette évolution cache la plus forte et la plus rapide chute de la participation de l'emploi du secteur industriel sur le total de l'économie.
  • En revanche, le secteur tertiaire dans son ensemble se développe rapidement et augmente de manière considérable ; il concernait 43,7 % du total en 1947 pour monter presque à 55 % en 1980. Il n'a pas cessé de s'accroître jusqu'à nos jours en accord avec la crise et le processus de désindustrialisation qui provoque la forte croissance du secteur informel.

16Si bien, qu'entre 1947 et 1985, le taux moyen de croissance par année pour l'ensemble de l'emploi était estimé en 1,3 %, l'évolution sectorielle était à nouveau très hétérogène : 0,6 % pour le secteur industriel, 3,1 % pour le BTP, 2,1 % pour le commerce et les services modernes et 2,2 % dans les services personnels et sociaux. Le taux moyen positif du secteur industriel tout au long de la période 1947-1985 cache une diminution en chiffres absolus et le taux négatif expérimenté depuis 1975. Par contre, à l'intérieur du secteur des services et à long terme, la croissance des emplois dans l'administration publique diffère selon leurs niveaux : jusqu'en 1989, elle diminuait dans les entreprises d'État et dans le secteur bancaire officiel ; elle restait relativement stable dans l'administration publique nationale et montait rapidement au niveau municipal et plus encore pour le secteur public provincial.

17La distribution de ces chiffres de la croissance de l'emploi par branches d'activité a été, de manière approximative, la suivante :

  • la croissance du volume de l'emploi dans le secteur industriel représente seulement 8,4 % du total entre 1947 et 1985, soit 372 000 personnes, mais l'évolution des effectifs est devenue nettement négative depuis 1975, conséquence de la stagnation de la croissance économique, du processus d'internationalisation de l'économie et de l'augmentation de la productivité due à l'incorporation des innovations technologiques.
  • l'augmentation de l'emploi dans le secteur du bâtiment et travaux publics a été d'environ 650 000 personnes, ce qui signifie 14,7 % de la croissance totale.
  • le secteur du commerce explique 23,6 % du total de la croissance de l'emploi total, c'est-à-dire environ 1 100 000 personnes.
  • les services personnels et de type social sont les plus créateurs d'emplois, totalisant environ 1 700 000 personnes, ce qui représente 37,4 % du total. Par contre, dans les services modernes ont été créés seulement 700 000 emplois, c'est-à-dire 15,9 % par rapport au total.

18Cette diversité de la croissance par branche et par secteur d'activité montre une transformation structurelle du système productif argentin dont la tendance est en route vers une forte tertiairisation et hétérogénéité.

L'UTILISATION DE LA FORCE DE TRAVAIL

19En ce qui concerne l'utilisation de la force de travail les seules séries d'informations statistiques relativement comparables à long terme sur les taux de chômage ouvert (depuis 1963) et le sous-emploi visible (depuis 1974), sont calculés à partir des enquêtes réalisées par l'Indec (EPH).

20En 1963, année où commencent ces séries statistiques, le chômage ouvert a été très élevé comme conséquence de la crise précédente : il atteint 8,8 % de la population active, mais par la suite le taux est descendu pour augmenter progressivement depuis 1980 pour atteindre des chiffres plus forts en 1989 soit 8,6 %.

21Cette évolution n'est pas tout à fait similaire à celle des pays industrialisés et n'est pas comparable pour deux raisons : d'une part, en premier lieu, il n'y avait pas en Argentine un système d'assurance chômage encourageant à déclarer une telle situation par la voie du registre, afin d'accéder aux compensations monétaires, et en deuxième lieu, parce que le fonctionnement du marché de travail semble avoir détourné l'excédent de la main d'œuvre vers des activités à faible productivité et sur le secteur informel.

22Néanmoins on observe quelques tendances inquiétantes du point de vue social : d'une part le pourcentage des hommes adultes et des jeunes est de plus en plus important à l'intérieur de l'ensemble des chômeurs et, d'autre part, le nombre des chômeurs de longue durée s'accroît fortement.

23Le taux de sous-emploi visible, mesuré par une durée hebdomadaire du travail involontairement inférieure à 35 heures rémunérées, devient plus élevé depuis le début des années 1980 en même temps que diminue la durée moyenne de la journée ouvrable. Plus de 7 % de la population active se trouvait dans cette situation en 1989. Ces deux phénomènes combinés ont des implications évidentes sur le niveau des revenus.

24Une autre forme de sous-utilisation de la force de travail, le chômage caché à l'intérieur de la population active, ou chômage invisible, peut être identifié par contraste avec la diminution du taux de participation des hommes-adultes dans la population active, le ralentissement de l'augmentation du taux de participation des femmes par rapport au passé et la forte diminution de la participation des jeunes des deux sexes. Les trois phénomènes sont de plus en plus évidents à partir du début de la dernière décennie. Cette diminution du taux de participation peut être interprétée comme le résultat d'un processus de découragement de la population d'âge actif pour se mobiliser et chercher activement un emploi, ce phénomène étant symptomatique de la détérioration du marché de travail. Compte tenu des définitions utilisées couramment pour mesurer le chômage “ouvert”, cette catégorie de la force de travail qui représente environ 6-7 % de la population active, n'est pas considérée comme des chômeurs du point de vue statistique, parce qu'ils n'ont pas été enregistré comme étant à la recherche active d'un emploi rémunéré. Il est évident que ce comportement peut se modifier rapidement avec l'évolution de la conjoncture économique : à moyen terme, la tendance à passer par le marché du travail augmente avec le renforcement de la crise et la détérioration des rémunérations perçues par la famille. Par ailleurs, les non actifs peuvent être encouragés à rechercher un emploi dès lors qu'ils ont connaissance de la création et de l'offre d'emplois.

25En Argentine, le “sous-emploi invisible” est la dénomination qui couvre traditionnellement le phénomène du secteur informel ou non structuré. Du point de vue statistique, il est courant de comptabiliser dans le secteur informel les travailleurs pour leur propre compte (cuenta-propistas), les micro-entreprises, le personnel des services domestiques (femmes de ménage) et les aides familiales non rémunérés. Cette mesure statistique s'avère difficile et les résultats donnent plutôt un ordre de grandeur qu'une comptabilité exacte. Comparativement et par rapport aux autres économies latino-américains, la dimension du secteur informel argentin est encore relativement faible mais il est devenu de plus en plus important. D'après les chiffres disponibles, le pourcentage du secteur informel urbain dans la population active n'a pas cessé de croître, et a presque doublé, entre 1947 et 1990, passant de 16,4 % à presque 29 %. Ce phénomène est présent dans tous les secteurs d'activité, y compris dans l'industrie, mais c'est dans le BTP, le commerce et les services personnels et sociaux que le montant et le taux de croissance annuel sont les plus élevés. Au total, presque 2 500 000 personnes se trouvaient dans cette situation à la fin de la décennie 1980.

26Une des caractéristiques remarquables dans l'évolution de l'utilisation de la population active au cours de la dernière décennie est, sans doute, la forte croissance des divers taux de chômage et de sous-emploi. Depuis la grande crise des années 1929-1930 le phénomène du chômage n'avait pas été aussi important pour la société argentine.

27A partir des données de l'EPH, la situation quantitative de l'emploi en mai 1990, selon la Direction nationale de l'emploi du ministère du Travail et de la Sécurité sociale, était dans les grandes lignes la suivante :

TABLEAU N° 2 LA SITUATION DE L'EMPLOI EN 1991

TABLEAU N° 2 LA SITUATION DE L'EMPLOI EN 1991

Source : Calculs d'après le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, Programme PNUD/BIT, 1991

LES PROBLEMES PRIORITAIRES

28Le marché du travail en Argentine est traversé par plusieurs problèmes et contradictions :

  1. Malgré le faible taux de croissance de la population active, la sous-utilisation de la force de travail, sous toutes ces formes, a atteint des pourcentages élevés et continue de croitre. A notre avis, les causes ne se trouvent pas essentiellement dans le processus d'introduction des innovations technologiques par la voie des nouveaux investissements, parce que la formation du capital a rencontré beaucoup de blocages pendant toute la période analysée. Les forts taux de chômage et du sous-emploi, sous toutes leurs formes, doivent être expliqués en premier lieu par l'insuffisance de la demande effective (c'est-à-dire des exportations, de la consommation et des investissements internes), provoquée par les changements dans la division internationale du travail, les fortes évolutions du volume et contenu de la demande, la détérioration des taux de profits et des salaires réels entraînant la stagnation de la production, et en deuxième lieu par les innovations dans l'organisation (de la production, du travail et des formes de gestion de la force de travail) qui provoquent l'intensification du travail.
  2. La force de travail non salariée (composée essentiellement par le secteur informel ou les cuenîa-propistas) a enregistré une forte croissance, jumelée avec une relative stagnation du taux de salarisation et la forte chute de la proportion des patrons, ou assimilés, dans la population économiquement active. Ce processus n'est pas nouveau et a commencé déjà dans la décennie des années 1950, mais il est probable que la crise et la reconversion productive en cours ont accéléré encore plus la croissance de la force de travail non salariée, y compris parmi les hommes de 26 à 64 ans et les autres “chefs de famille”.
  3. La stagnation du processus de croissance économique, la forte inflation, et le coût élevé du crédit pour la production qui ont caractérisé l'économie depuis la deuxième moitié des années 1970 d'une part, et d'autre part les coûts élevés des équipements et moyens de production pour l'industrie, ont accéléré les tendances séculaires vers la tertiairisation de l'économie et de la force de travail. En effet, à partir des années 1960, l'expulsion de la force de travail du secteur agricole n'a pas été compensée par la création en nombre équivalent de nouveaux emplois dans le secteur industriel. Ce sont les secteurs du BTP et surtout le tertiaire, composé par des services personnels et sociaux à faible productivité apparente de travail, qui constituent les lieux d'accueil de la force de travail ainsi libérés par l'agriculture et des nouveaux travailleurs récemment incorporés au marché du travail. A l'intérieur du secteur tertiaire, diminue progressivement le taux de salarisation y compris pour les services personnels fournis aux foyers. Pendant la période de crise et de fort chômage, l'augmentation du pourcentage des travailleurs au service des foyers (femmes de ménage) est un fait patent. Par contre, pendant les périodes de relance de l'économie, on perçoit le déplacement des travailleurs du service domestique vers l'emploi salarié dans d'autres activités urbaines en dehors de l'industrie. Cette tertiarisation est allée de pair avec la diminution du taux de croissance de la productivité du travail, s'accompagnant de la baisse des rémunérations.
  4. Pour faire face aux problèmes du chômage et du sous-emploi, il faudrait formuler et mettre en œuvre une politique d'ensemble qui comporterait plusieurs volets. La condition nécessaire est en premier lieu un taux élevé de croissance du PIB, entraîné ou accompagné par une augmentation de la demande intérieure et des exportations. Pour augmenter la demande intérieure, c'est-à-dire celle de la consommation et des investissements, doivent s'accroître de manière significative et durable les taux de profits des entrepreneurs, les recettes fiscales et les rémunérations directes et indirectes des salariés. D'autre part, l'augmentation des exportations exige non seulement une politique agressive de commercialisation pour élargir et pénétrer de nouveaux marchés, mais aussi une plus forte compétitivité des entreprises, résultat de la réduction des coûts de production, de l'augmentation de la productivité et de l'amélioration de la qualité. Cette performance en matière de compétitivité est, en dernière instance, le résultat de la réussite de l'introduction d'innovations technologiques et de méthodes d'organisation dans les entreprises ainsi que dans l'administration publique.
  5. Mais, si une forte croissance du produit intérieur brut (PIB) est la condition nécessaire, elle ne suffit pas pour créer beaucoup d'emplois, compte tenu de la différente élasticité-emploi de la production qui est propre à chaque secteur et à chaque branche de l'économie. Les calculs effectués par des fonctionnaires du ministère du Travail et de la Sécurité sociale en 1990 laissaient entendre que, - caeteris paribus - un taux de croissance inférieure à 4,3 % annuel du PIB ne produirait pas des améliorations significatives dans le marché du travail à moyen terme. Il faudrait une croissance durable du PIB égale ou supérieure à 6 % par an pour réduire à court et moyen termes et de manière durable le niveau de chômage et faire reculer de façon définitive les diverses formes de sous-emploi. Voilà la dimension du défi devant lequel nous nous trouvons !
  6. Les dimensions qualitatives de l'emploi sont aussi importantes que ses dimensions quantitatives, mais nous n'avons pas ici l'espace pour la traiter d'une manière adéquate. Il est évident que le système éducatif, formel et non formel, et cela à tous les niveaux, doit se moderniser, s'adapter pour répondre aux besoins actuels du système productif, et faire un effort d'imagination pour programmer l'éducation des futures générations en fonction des prévisions réalistes quant au développement du système productif. Faute de quoi, nous aurions sur le marché de travail un double déséquilibre : d'un côté une demande insatisfaite de la part des entreprises concernant le niveau et les professions de la force de travail qualifiée, et de l'autre une offre excédentaire de force de travail scolarisé et composée par des “chômeurs diplômés”. Les conséquences de ce double déséquilibre seront en même temps, blocage de la production et le gaspillage des ressources humaines et des graves tensions sociales.
  7. La politique scientifique et technologique adéquate doit alors en conséquence jouer un rôle décisif, dans la mesure où la nature, le volume et le rythme d'introduction des innovations technologiques et organisationnelles sont la clé pour faire augmenter de manière durable la compétitivité des entreprises, donc de la demande et de la production. Les innovations dans les processus de production et dans les produits, l'élargissement de la gamme de variété pour chaque produit, la formation et reconversion de la force de travail et de l'encadrement, les changements dans l'organisation de la production et du travail, constituent les facteurs les plus importants à mettre en œuvre pour encourager la compétitivité des entreprises. Cela dépend de l'augmentation de la productivité, la réduction des coûts, l'amélioration de la qualité, et aussi de la flexibilisation de la production afin de l'adapter aux changements rapides et imprévisibles d'une demande qui est chaque fois plus exigeante et variée. De ce point de vue, la réduction des coûts de production, l'augmentation de la productivité et l'amélioration de la qualité sont - à moyen et à long terme - la meilleure garantie pour conserver ou créer des nouveaux emplois productifs, améliorer les conditions de travail et augmenter les rémunérations ainsi que les taux de profits. Donc, pour être viable, une politique active d'emploi ne peut pas être séparée de la politique macro-économique ni de la politique de recherche scientifique et technologique comprenant un important volet de valorisation et de transfert des résultats de la recherche vers le système productif.
  8. Toutefois, pour répondre à des besoins sociaux, une forte intervention de l'État est également indispensable afin de faire face à l'extrême pauvreté qui, d'après les études de la Cepal, l'Indec et l'Unicef, touche déjà environ le quart de la population totale du pays. Trop négliger la grave situation de cette partie de la population tendrait à créer - à moyen et à long terme - des tensions dans les provinces les plus pauvres et des conditions défavorables pour la reproduction de la force de travail et, par conséquent, compromettrait d'abord la croissance économique et par la suite l'emploi et la paix sociale.

29Cette analyse préliminaire permet de comprendre de manière synthétique quelques-uns des grands défis auxquels devront faire face les prochains gouvernements en accord et avec la participation des partenaires sociaux, pour que le début du xxie siècle soit - pour les nouvelles générations et aussi pour quelques-uns d'entre nous - celui de la croissance économique, du développement et de la justice sociale en Argentine.

Notes de fin

* Chercheur au CREDAL-CNRS, directeur du Département des sciences sociales du CONICET (Argentine).

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1 LES CATEGORIES SOCIOPROFESSIONNELLES (EN %)
Légende Source : INDEC. Recensements nationaux de la population : 1947, 1960, 1970, 1980.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre TABLEAU N° 2 LA SITUATION DE L'EMPLOI EN 1991
Légende Source : Calculs d'après le ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, Programme PNUD/BIT, 1991
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter