Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Les nouvelles dimensions politiques

Chapitre 1. Crise politique et crise économique en Argentine

Silvia Sigal

Texte intégral

  • * Chercheur, CEMS-CNRS

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 “...Il existe un modèle général latino-américain, défini avant tout par cette subordination des ac (...)

2Après des décennies de croissance qui avaient forgé l’idée que le progrès était imparable, l’Amérique latine, sous des formes diverses, est en crise. Alain Touraine l’a décrit de manière convaincante : l’Amérique latine est confrontée à la fin d’un modèle qui donnait à l’État un rôle central aussi bien dans le système politique que dans la constitution des acteurs sociaux1. Le modèle “national populaire” de développement est à l’agonie en Amérique latine.

3Les signes de décomposition sont plus visibles en Argentine, probablement parce que ce pays avait bénéficié plus précocement de son insertion dans le marché mondial sous la domination britannique et, à la faveur des conjonctures internationales propices, avait réussi assez facilement l’extension de la citoyenneté politique au cours des années vingt et l’intégration de la classe ouvrière au cours des années quarante. Les chiffres comparatifs de la région le montrent, le dépérissement de la structure productive et la courbe de l’inflation donnent à la crise argentine un début plus précoce et un visage plus brutal.

  • 2 Nun, J., “La teoría política y la transición democrática”, dans Ensayos sobre la transición democr (...)
  • 3 Cavarozzi, M., Beyond transitions to democracy in Latin America, Ronéo, présenté au xvie Congrès d (...)

4Les diagnostics des économistes s’accordent sur un point : les tendances actuelles ne peuvent être expliquées uniquement par le problème de la dette et elles ne correspondent plus aux cycles stop and go des dernières décennies. Crise d’un modèle d’accumulation ou épuisement d’un système organisé sur le marché interne, le consensus sur l’existence d’une coupure se dégage. Constatant qu’elle ne se réduit pas, naturellement, au dysfonctionnement des mécanismes économiques, on signale la crise d’un “régime social d’accumulation”2 ou de la state-centered matrix3, touchant de manière globale les formes d’organisation économique, sociale et politique instaurées après 1930. Il est évident que la crise porte atteinte également à des éléments capitaux des grilles de lecture de la société sur elle-même.

5L’analyse spécifique de ces phénomènes ne fait que commencer, après une décennie (les années quatre-vingt) dominée par la question de la transition démocratique ; les aspects sociaux, politiques ou culturels de la crise n’ont pas été l’objet d’une attention comparable aux aspects strictement économiques. Il est utile ici d’examiner une composante de la crise actuelle : les indices d’apathie politique et, d’une manière plus générale, la perte de légitimité des partis traditionnels.

6La redéfinition des relations entre l’État et le système de partis est une des clés de la création d’un nouveau modèle socio-politique. La crise économique provoque la désagrégation de certaines articulations traditionnelles, car l’État, soumis à une profonde crise budgétaire, est incapable de conserver ses anciennes fonctions de redistribution et de médiation entre les groupes sociaux. S’affaiblissent de manière complémentaire les formes de pression publique de la part des catégories sociales moyennes et populaires sur l’État distributeur, donnant à celui-ci un rôle plus important en tant que gestionnaire de la crise. Quelles sont les chances de reconstruction d’un système politique autonome capable de représenter des acteurs sociaux et, comme le demande Touraine, d’un État “plus étatique” ? L’évolution argentine, après le retour de la démocratie, n’appelle pas à l’optimisme ; il serait difficile néanmoins de faire la part de ce qui ne semble être que le signe de la décomposition des rapports socio-politiques, et ce qui serait porteur d’un système nouveau.

7Un constat s’impose : le système de partis est en crise aussi bien dans son rapport à l’État que dans ses fonctions de représentation. Les grands partis argentins - le référendum de la province de Buenos Aires en 1990 avait été une des premières évidences - regardent aujourd’hui impuissants les grands choix faits par les équipes gouvernementales, et ils ont perdu beaucoup de leur capacité à donner une identité à des citoyens qui, eux, font preuve d’une méfiance frôlant l’apathie. Il ne s’agit pas, pourtant, d’un processus découlant sans médiations de la crise économique. Celle-ci ne possède pas, la capacité d’induire ce qui peut être caractérisé comme une paralysie (interrompue par des actions davantage défensives) des organisations populaires et des catégories sociales présentes jadis dans l’espace public.

8Il s’agit donc, d’identifier des mécanismes dans l’interprétation sociale de la crise et dans la gestion étatique, qui sont eux-mêmes producteurs de désorganisation des comportements collectifs. Ces mécanismes concernent la mutation observable dans le rapport entre politique et économie. Si l’interpénétration de ces sphères était une composante essentielle du modèle de développement en crise aujourd’hui, le chemin pris par leur séparation semble entraîner davantage une décomposition qu’une réarticulation des niveaux d’action sociale.

LA CRISE DES PARTIS POLITIQUES

9Il est possible d’en distinguer au moins deux aspects : l’essoufflement doctrinaire des partis et la déstabilisation des systèmes de délibération et de représentation suite aux politiques d’urgence.

La crise doctrinaire

10Si le président Menem ne fut pas élu sur un programme d’ajustement néolibéral, son vertigineux retournement après les élections n’a pas rencontré de résistances sérieuses ; ceci montre l’existence d’une sorte de consensus dans l’opinion publique, qui fait écho à l’irruption vertigineuse des idées libérales dans le champ politique. Les critiques traditionnelles de l’intervention et de la dimension de l’État ont trouvé, dans l’inefficacité administrative des services publics, “un point de réalité” permettant la mise en cause de toute ingérence de l’État dans la gestion des rapports sociaux. Les forces politiques, d’autre part, réclamaient plus ouvertement la modernisation et la privatisation des agences étatiques. En fait, les manifestations de la crise après le retour à la démocratie ont eu raison en très peu de temps - pas plus que quatre ans- d’éléments essentiels des représentations sociales. Ainsi, aussi bien la place donnée à l’État que celle accordée aux capitaux étrangers, qui traçaient depuis des décennies la ligne de partage entre la droite et les deux grands partis argentins, ont perdu leur appartenance idéologique ; la condamnation de l’État et l’appel aux investissements étrangers sont aujourd’hui courants aussi bien dans le discours des partis et des média qu’auprès de l’opinion publique.

  • 4 E. Catterberg note, à partir des informations du SIP, 58 % “d’accord” pour l’année 1986. Los Argen (...)
  • 5 Tout au moins pour la Capitale et le Grand Buenos Aires, cette approbation n’exclut pas la critiqu (...)
  • 6 En 1989 : Téléphones, 69 % ; Postes et télécommunications : 65 % ; Chemins de fer : 69 % ; Gaz : 6 (...)

11Les sondages montrent l’amplification, au cours des dernières années, des attitudes favorables aux privatisations et à l’entreprise privée. Selon l’institut de sondages IPSA, à la question de savoir si l’État devait “fournir les services à des prix modérés sans se préoccuper des déficits”, les réponses positives diminuent annuellement entre 1981 et 1987 : 63 %, 56 %, 46 %, 44 %, 46 %, 43 %, 40 %4. En 1989, Socmerc trouve 70 % de “oui” à l’affirmation : “Je préfère un pays où la plupart des choses sont faites par des entreprises privées”, par rapport au 30 % qui préfèrent “...un pays où elles sont faites par des entreprises d’État.” Cette tendance se confirme en 1990, car 76 % se prononcent en faveur des entreprises privées et 24 % en faveur des entreprises d’État En 1990 74 % approuvent la privatisation des téléphones et 69 % celle de Aerolíneas5. L’institut Kolsky constate, d’autre part, que les réponses favorables aux privatisations des entreprises publiques vont de 57 % à 69 %6.

12La revalorisation de l’entreprise privée est indéniable, mais l’entrée des idées libérales s’est étendue au prix d’un brouillage de ses contours et une considérable confusion de ses postulats. L’interprétation d’ensemble du phénomène est encore à faire, mais on peut d’ores et déjà faire quelques remarques.

  • 7 On ne peut pas déduire de la détérioration de l’image administrative de l’État un consensus généra (...)

13La première est qu’il serait aussi inutile qu’excessif d’y chercher l’implantation d’une doctrine néolibérale tout court. Ni auprès de l’opinion publique7 ni dans les politiques mises en œuvre, qui, elles, font preuve d’une démarche considérablement hétérodoxe et pragmatique. Malgré l’affaiblissement de la capacité d’opération de l’État, héritée de la dictature militaire, la gestion de la crise oblige - et légitime - une intervention incessante de l’État dans tous les domaines. Plus encore, c’est au nom de la réduction de l’État que celui-ci s’est érigé en acteur autonome, prenant une place qu’il a rarement eu en Argentine. La destruction des anciennes symbioses entre État, système politique et acteurs sociaux est le résultat de l’action étatique, seule capable d’établir les bases d’un nouveau modèle de développement.

14Mais si, se débarrassant de ses rapports avec les partis - et prêt à payer les coûts sociaux de l’ajustement au prix le plus élevé - l’État déchire les liens tissés par l’ancien modèle de rapports sociaux, reste à savoir jusqu’à quel point les politiques menées établissent les bases d’une autre logique de croissance. Il est certain, en revanche, que, agissant de manière largement autonome, la conduite actuelle introduit un crise profonde dans un système partisan et dans des organisations populaires qui se confondaient trop souvent avec la gestion de l’État.

  • 8 De la comparaison des sondages de mars, avril et septembre 1990 il ressort que l’opinion sur le go (...)

15Si le libéralisme possède aujourd’hui une telle puissance idéologique c’est, précisément, parce qu’il est au plus loin d’une théorie dictant des politiques spécifiques mais il opère comme un ensemble doctrinaire diffus permettant tous les écarts. La persistance de la crise a engendré un “imaginaire de la décadence” où le statut de l’État, produit collectif et niveau de l’unification de la société, est inversé et rendu responsable des maux collectifs. S’y ajoute la convergence de deux mécanismes. Le premier est une opération qu’on pourrait appeler métonymique, par laquelle à partir d’éléments visibles de mauvaise gestion, - déficit budgétaire, fonctionnement déficient des bureaucraties, maintien de rentes de monopole dans des secteurs protégés - l’État est déclaré, à la fois, principal responsable de la crise, incapable d’orienter une économie saine et non comptable des coûts sociaux de l’ajustement. Le deuxième est lié au consensus que des taux élevés d’inflation déterminent immanquablement : en Argentine, l’accouplement des objectifs anti-inflationnistes et des principes néolibéraux a permis, à travers un transfert de légitimité, un consensus dérivé.8

16Certains thèmes, comme la croissance à travers l’expansion de la demande (élément clé dans la constitution des classes populaires en agents du progrès économique, dans les alliances de classes et dans les idéologies populistes) ou le rôle de l’État dans les services publics ont perdu de l’acceptation généralisée qu’ils avaient auparavant. D’autres thèmes ont changé de connotation idéologique. C’est le cas de l’importance de la lutte contre l’inflation et de la responsabilité du déficit budgétaire, leitmotivs coutumiers de la droite, qui ont conquis une place dans le sens commun.

17On peut affirmer, dès lors, que l’épuisement des anciens modèles d’inspiration keynésienne ou “développementiste” a brisé le rapport traditionnel entre courants politiques et programmes économiques. Les grands partis - péroniste et radical - partageaient un bon nombre de postulats d’intervention économique, ce qui permettait des différenciations au plan des cultures politiques ; l’irruption du néolibéralisme à la faveur de la crise, a engendré une dislocation des principes fondateurs et une indifférenciation croissante des programmes partisans.

LA DESORGANISATION PAR LES POLITIQUES D’URGENCE

18Les plans de stabilisation mis en œuvre en Argentine au cours des dernières années n’ont pas tous visé une révolution conservatrice du système des rapports sociaux. Mais leur succession a accentué, tout au moins jusqu’au plan du ministre Cavallo, ce qui est le propre des plans cherchant à enrayer des tendances inflationnistes élevées et à caractère endémique, soit une mise en œuvre rapide, (de manière à restructurer les comportements et les expectatives liées à une inflation inertielle), et une forte composante technique dans son élaboration et son suivi, dans la mesure où les traitements structurales traditionnels ont été écartés.

19Les modalités introduites par le ministre Martínez de Hoz et renforcées par le ministre Sourrouille, bien qu’ils aient poursuivi des objectifs différents, ont placé l’économie dans un domaine qui semble hors de portée des grands partis argentins. La forme et la teneur technique des plans dans des conjonctures d’urgence économique (des paquets de mesures de choc à appliquer rapidement) posent des sérieux obstacles aux mécanismes de délibération politique ; à cela s’ajoute l’adaptation difficile des anciennes plates-formes, largement calquées sur des principes inspirés du modèle keynésien ou “développementiste”. La classe politique argentine a connu un mouvement de rénovation après la paralysie des années militaires, mais l’épuisement, vers la fin de l’administration radicale, de la crédibilité de la parole politique, fit obstacle à l’élaboration de politiques spécifiques. La succession d’émergences inflationnistes, qui engendra la hantise d’un horizon catastrophique permanent, ne laissa ni le temps ni l’espace politique nécessaires à l’élaboration d’options politiquement crédibles.

20Il ne s’agit pas d’établir en 1976 un point de départ indiscutable et une continuité inaltérée, mais de signaler une tendance vers la séparation de l’économie et de la politique dans le mode de gestion et, surtout, dans les images du social. Au cours des deux périodes - dictature militaire et gouvernement radical - se précise une transformation esquissée précédemment : celle du ministre de l’Économie en une sorte de premier ministre, relativement autonome vis-à-vis de l’exécutif, ce dernier se consacrant à la gestion du politique tout en se réservant le droit de légitimer politiquement les orientations économiques. Le nouveau rôle du ministre de l’Économie est un premier symptôme de l’écart entre politique et économie.

  • 9 Dans les situations d’émergence économique augmente la “demande de gouvernement” adressée à l’exéc (...)

21Il se produit alors une perte d’emprise des organisations et des institutions politiques sur une économie fortement définie par la conjoncture et le court terme. La contrepartie de cette tendance est la concentration du pouvoir dans un exécutif9 entouré par des équipes qui tirent leur légitimité, aux yeux de l’opinion publique, davantage de leurs connaissances que de leurs choix sociaux ou politiques.

22S’il était possible de dater des phénomènes complexes, il semble que, sous des formes diverses, et au-delà des aléas des conduites successives, le lien entre projets politiques et projets économiques s’est maintenu jusqu’au Plan Austral.

L’INFLATION, MATRICE SOCIO-POLITIQUE

23La rupture des rapports d’équivalence entre des biens est un phénomène de violence sociale qui paraît échapper aux logiques connues. La combinaison du risque persistant d’hyperinflation et d’une longue stagnation, dans un contexte où l’État a perdu beaucoup de sa capacité de régulation, renforce une imprévisibilité qui se mue en naturalisation d’une économie qui paraît évoluer selon des règles propres et non maîtrisables ; celle-ci semble être le résultat de l’ensemble total des comportements sociaux, et exiger une prise en main par le haut. S’accentue alors l’image d’un appareil étatique engagé dans une lutte inégale, soit avec des forces économiques pourvues d’une dynamique propre, soit avec une logique apparemment hors d’atteinte. En effet, l’inflation avait gagné une magnitude telle qu’elle était vécue comme une catastrophe naturelle, politiquement imparable. La solution devait se trouver, elle aussi, hors du politique, l’économique se déplaçant vers un terrain où le succès dépend de l’expertise. La dépolitisation qui s’en est suivie fut renforcée par le dépérissement des formules keynésiennes ou “développementistes”, qui étaient le soubassement et des discours politiques et de l’opinion publique. A leur place, et douées d’une simplicité semblable, quelques formules du néolibéralisme emportèrent l’adhésion.

24Les traumatismes provoqués, d’abord, par une longue crise politique, ensuite par la terreur de l’État et, enfin, par la mémoire des épisodes d’hyperinflation, ne sauraient être négligés. Ce qui peut faire sens dans un ordre collectif a été désagrégé par la progressive naturalisation de l’économie, et celle-ci, imprévisible et inexplicable, est venue occuper le centre de la scène. La perte de confiance dans le système politique est une conséquence, somme toute raisonnable, d’un processus où seules les autorités économiques semblent à même de maîtriser une société soumise aux bouleversements des échanges. Ainsi, il ne faudrait pas parler de méfiance envers les partis (ou les candidats) mais de dévaluation du politique lui-même.

25En Argentine, la crise du rapport entre mouvements politiques et choix économiques s’est doublé de la cession de la gestion économique à des agents légitimés par un savoir spécifique. Ces deux phénomènes ont déterminé une extrême opacité de l’économique pour la parole politique. Les partis sont difficilement des agents de changement ; ils sont encore moins des acteurs aptes à gérer des conjonctures hyperinflationnistes ; en Argentine, la tâche est revenue, sous des formes différentes, à l’État. Or, pour la première fois depuis des décennies, cet État ne se confond ni avec l’Année ni avec un parti.

L’INDIFFERENCE POLITIQUE

  • 10 Selon Catterberg, les opinions positives sur les hommes politiques étaient de 38 % en 1983 et de 6 (...)

26Lors des élections de 1983 on a constaté une forte élévation du niveau des expectatives quant à l’avenir, aussi bien personnel que national ; ce fut alors, aussi, que la politique acquît un prestige qu’elle n’avait pas eu même au moment de la débâcle du régime militaire10. Mais, presque aussitôt, une régression des deux tendances s’est dessinée. Jusqu’à l’installation du gouvernement péroniste, les chiffres révèlent un pessimisme et un mécontentement croissants, parallèles à la perte de confiance en la gestion économique de l’administration radicale.

  • 11 Op. cit., Mora y Araujo, M., “El diagnóstico de la opinión pública”, dans Argentina, Tiene salida  (...)
  • 12 Les chiffres de Catterberg montrent une courbe analogue des bonnes opinions entre 1984 et 1988 : 8 (...)

27Les sondages illustrent la dégradation de la croyance politique. Mora y Araujo présente un tableau comparatif d’où il ressort une forte baisse des évaluations positives des partis politiques : environ 83 % en 1984, autour de 70 % en 1985 et 1986 et à peine plus de 60 % en 1988 et 198911. Le rapport Socmerc 1990 confirme la tendance : seulement 51 % d’opinions positives sur le rôle des partis12.

  • 13 Chiffres Socmerc.
  • 14 Clarín, 10 août 1991.

28D’autres chiffres témoignent de l’aliénation vis-à-vis des partis politiques. En octobre 198813, à la question “Quel est le parti qui représente le mieux vos intérêts ?”, 31 % répondent “aucun”, proportion qui atteint 38 % deux ans plus tard, tandis que 23 % assurent qu’ils n’auront “jamais” de sympathie pour un parti. Enfin, à la veille des élections de septembre 1991, un journal commente ainsi les résultats des sondages : “la fidélité partisane, la crainte d’un retour à l’instabilité économique et la sélection par élimination, sont les facteurs les plus importants en faveur de la candidature de Duhalde. Il est évident que, sauf la première, les autres sont - dans l’expérience historique -, des moteurs nouveaux dans la définition d’une élection en Argentine.”14

29On pourrait traduire : ce qui est nouveau est l’indifférence envers les candidats et la soumission du politique à l’économie.

SAVOIR ET REEL

30Il a été fait référence à la crédibilité conquise par un savoir, mis en jeu par l’action gouvernementale, qui se veut a-partisan. Les événements des dernières années mettent en évidence le rôle pris par le savoir technique ; les ministres Sourrouille et Cavallo en sont des exemples. De même, l’image des deux premiers ministres de l’économie de l’administration Menem, est inséparable d’un savoir “autre”, propre à la gestion des affaires, qui trouve des antécédents dans l’histoire du péronisme. Pendant un certain temps, le pays fut mis à l’échelle d’une entreprise. Mais, là aussi, le rôle des “plans”, la recherche de formules techniquement nouvelles afin de résoudre l’énigme de l’économie argentine, était central, tout comme pendant la gestion d’un Erman Gonzalez qui, personnellement, était au plus loin de l’image technocratique.

  • 15 “L’idéologie orientant l’offensive actuelle de la droite est, dans plusieurs sens, un fantôme des (...)

31Depuis des années la société argentine vit au rythme des plans successifs, perçus comme autant de paris renouvelés. Le poids exorbitant acquis par les “plans” s’explique aisément. Ils sont, tout d’abord, une réponse à des conjonctures entièrement dominées par l’inflation, où ils trouvent, dans le même temps, la source de leur légitimité. La mémoire collective de l’hyperinflation favorise la reconnaissance sociale des plans visant à contrôler des variables macro-économiques, dont les plus visibles sont les variables monétaires et financières. Enfin, il convient de le rappeler, le libéralisme actuel innove principalement en ce qu’il octroie un rôle dominant aux connaissances.15

32La forme prise par la crise argentine (stagnation, inflation, dette extérieure) et la succession des “plans”, ont eu un double effet sur les grilles de lecture de la société sur elle-même : les problèmes économiques ont été réduits au comportement presque quotidien des variables monétaires et financières, et l’économique ainsi défini a gagné la place centrale du social. Or, la primauté de l’économique sur d’autres sphères entraîne des transformations essentielles dans l’imaginaire de la société argentine. La plus évidente est la perte d’emprise des partis politiques sur les choix sociaux, dont la contrepartie est l’affaiblissement de la croyance politique. La deuxième, en quelque sorte plus radicale, établit l’économique comme seul réel, au dépens des mécanismes politiques de délibération et de représentation.

33Le changement des rapports entre l’économique et le politique a été vertigineux, après la ferveur politique qu’avait accompagné le retour à la démocratie en 1983. L’enthousiasme suscité par le retour au régime représentatif, le renouveau que le leadership alfonsiniste apporta à la vie politique, et l’idée selon laquelle la démocratie apporterait une solution à une longue suite de frustrations, avaient donné à la politique une place qui n’a pas résisté aux emballements inflationnistes.

34Plusieurs raisons expliquent le quasi monopole du réel par l’économique dans les représentations sociales et les discours sociaux prédominants en Argentine aujourd’hui. Claudia Hilb a analysé avec justesse la crise de la parole politique - la promesse démocratique - après les événements de Pâques, et la constitution de la figure de Menem sur le retour au réel. Le néolibéralisme, d’autre part, se veut, on le sait, reconnaissance d’un seul réel incontournable - le marché et la rationalité individuelle -, obéissant à des lois que la volonté politique ne saurait longtemps défier. Enfin, l’hyperinflation, une violence dont le sens n’est pas socialement assignable, a laissé ses traces dans la mémoire collective.

35Dès lors, le fait majeur est une aise de la sphère politique en tant que telle, c’est à dire en tant que système de représentation (méfiance de la population) et en tant que mode d’intervention dans la direction de la société (impuissance des partis). Ce n’est pas uniquement une crise du bipartisme : l’essor des partis politiques locaux, s’il permet l’expression de revendications provinciales, manifeste avant tout la décomposition des institutions politiques et la fragmentation d’une scène politique travaillée par les réseaux du clientélisme. La perte d’emprise sur les grands choix tend à vider le champ de débats politiques.

36Confrontées à la one best way dictée par le réel économique, les institutions partisanes, tout comme les instances étatiques de décision commencent à fonctionner selon des logiques propres. La décomposition politique du gouvernement aujourd’hui n’est pas assurément sans rapport avec l’exorbitante autonomie acquise par l’exécutif : des stratégies éminemment privées telles que la lutte de clans ou la corruption, prennent la place d’un politique vidé. La crise des principes partisans est aussi visible dans la recherche de sources alternatives de légitimation des candidats dans le sport, les affaires ou le spectacle. Les partis traditionnels sont soumis à cette même logique, qui favorise la prolifération de fractions mues davantage par la lutte pour les appareils que par des objectifs politiques de mise en rapport avec la société.

***

37Il convient de rappeler que les coups militaires en Argentine ont souvent cherché leur légitimité dans la critique des gestions économiques. Ainsi, économie et politique étaient liées autour des problèmes de régime. Aujourd’hui, l’opacité de l’économique pour la parole politique se vérifie dans la cession des choix sociaux au savoir des “plans” et dans l’hégémonie d’une logique technocratique, et produit un effet paradoxal sur le champ politique. Elle tend à délégitimer les partis constitués, mais, dans le même temps, elle contribue à asseoir la légitimité du régime démocratique.

  • 16 Les opinions positives sur la démocratie restaient au niveau de 80 % en 1989 et 1990. Cette observ (...)
  • 17 Le contraste entre la stabilité de la légitimation du régime et la dégradation des partis ou des d (...)

38En effet, l’adhésion au régime démocratique, et le crédit attaché aux élections n’ont pas été, eux, ébranlés par la crise économique.16 La classe politique est mise en question, mais les institutions d’un régime démocratique conservent leur légitimité17. La perte d’emprise du système des partis sur l’économie se manifeste au plan des opinions dans la perte de confiance dans l’efficacité de la classe politique. Mais, dans le même temps, le régime démocratique jouit d’une immunité devant la crise qu’il n’avait pas toujours eu. Ainsi, on ne trouve des sérieuses critiques à la démocratie ni dans les discours des média, ni dans les déclarations des groupes au pouvoir.

39La séparation du régime et de l’économique dépolitisé, permet d’affirmer que la mise en rapport discursive entre démocratie et prospérité devient, en Argentine comme dans d’autres sociétés latino-américaines, indécidable. Les garants culturels de l’instauration - ou de la stabilité - d’un ordre démocratique ne renvoient pas directement à l’économie. Mais, inversement, la sortie de la crise ne peut trouver dans la démocratie des éléments permettant de légitimer un cheminement plutôt qu’un autre.

Notes

1 “...Il existe un modèle général latino-américain, défini avant tout par cette subordination des acteurs sociaux au pouvoir politique, par l’indifférenciation de l’État et du système politique, par la coexistence d’objectifs modernisateurs, économiques et nationaux dans toutes les formes d’action collective et par une forte désarticulation de l’action politique et des expressions idéologiques par rapport aux intérêts économiques.” Touraine, A., La Parole et le Sang, Éditions Odile Jacob, Paris, 1988, p. 294.

2 Nun, J., “La teoría política y la transición democrática”, dans Ensayos sobre la transición democrática en la Argentina, Nun, J., et Portantiero, J.C., (éd), Puntosur, Buenos Aires, 1987.

3 Cavarozzi, M., Beyond transitions to democracy in Latin America, Ronéo, présenté au xvie Congrès de la Latin American Studies Association, Washington, avril 1991.

4 E. Catterberg note, à partir des informations du SIP, 58 % “d’accord” pour l’année 1986. Los Argentinos frente a la política. Planeta, Buenos Aires, 1989, p. 33.

5 Tout au moins pour la Capitale et le Grand Buenos Aires, cette approbation n’exclut pas la critique aux procédures utilisées : si 69 % sont d’accord avec la privatisation des téléphones, 59 % désapprouvent la manière employée, de même que pour Aerolíneas, où les pourcentages sont, respectivement, de 63 % et 37 %. S’il n’y a presque pas de relation entre le niveau économico-social et les attitudes envers les privatisations, les critiques, elles, augmentent de manière notoire avec le niveau économico-social.

6 En 1989 : Téléphones, 69 % ; Postes et télécommunications : 65 % ; Chemins de fer : 69 % ; Gaz : 61 % ; Aerolíneas : 59 % ; YPF : 57 %.

7 On ne peut pas déduire de la détérioration de l’image administrative de l’État un consensus général favorable au marché : en 1989, selon une étude Kolsky, 88 % s’accordent sur le fait que l’État doit aider l’industrie nationale.

8 De la comparaison des sondages de mars, avril et septembre 1990 il ressort que l’opinion sur le gouvernement suit systématiquement l’évolution des opinions sur “le plan antiinflation”. Cf Socmerc, 1990. L’évolution de l’opinion publique s’associe fortement, par ailleurs, avec la courbe des prix. Cf Catterberg, E., op cit, pp. 43 et 53.

9 Dans les situations d’émergence économique augmente la “demande de gouvernement” adressée à l’exécutif, dans les termes de Juan C. Torre.

10 Selon Catterberg, les opinions positives sur les hommes politiques étaient de 38 % en 1983 et de 61 % en 1984 ; selon Mora y Araujo, les opinions positives sur les partis politiques arrivaient à 74 % en 1983 et à 83 % en 1984. L’image des partis et des hommes politiques connut une détérioration auprès de l’opinion publique dès 1984 (tout au moins depuis mai 1984) et cela tout au moins jusqu’en 1990 ; cette tendance peut-être interprétée en partie comme le contrecoup de l’intense revalorisation du politique qui s’était produite entre 1983 et 1984.

11 Op. cit., Mora y Araujo, M., “El diagnóstico de la opinión pública”, dans Argentina, Tiene salida ?, Ed. Clarín-Aguilar, Buenos Aires, 1989, p. 279.

12 Les chiffres de Catterberg montrent une courbe analogue des bonnes opinions entre 1984 et 1988 : 84 %, 80 %, 77 %, 70 %. Op cit, p. 88. Aussi bien ces données que celles de l’Institut Kolsky et de Socmerc placent les partís, en 1988 et 1989, loin derrière les entrepreneurs et les producteurs agraires, à peu près à égalité avec l’Église mais avant les syndicats.

13 Chiffres Socmerc.

14 Clarín, 10 août 1991.

15 “L’idéologie orientant l’offensive actuelle de la droite est, dans plusieurs sens, un fantôme des années 1920 (...) Mais ce qui est nouveau dans cette idéologie est le rôle dominant joué par la théorie économique technique.” Cf. Przeworski, A. Capitalism and Social Democracy, Cambridge University Press/ Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, pp. 205 et ss.

16 Les opinions positives sur la démocratie restaient au niveau de 80 % en 1989 et 1990. Cette observation est confirmée, par ailleurs, par la faible corrélation entre le mécontentement quant à l’évolution du pays et l’opinion sur les élections comme système politique.

17 Le contraste entre la stabilité de la légitimation du régime et la dégradation des partis ou des dirigeants politiques a déjà été signalé, notamment par E. Catterberg et M. Mora y Araujo, quoique diversement interprété.

Notes de fin

* Chercheur, CEMS-CNRS

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter