Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Introduction. L’Argentine à l’aube du troisième millénaire

Anne Collin Delavaud et Julio Cesar Neffa

Texte intégral

  • * Professeur à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, Université de la Sorbonne Nouvelle (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • Chercheur au CREDAL-CNRS, directeur du Département des sciences sociales du CONICET (Argentine).

2Note portant sur l’auteur

  • 1 Cette réflexion sur l’Argentine, a été animée par une équipe du Credal qui regroupe des chercheurs (...)

3Cet ouvrage est le résultat d’une réflexion collective réalisée à partir de l’analyse des transformations observées, au niveau de la société toute entière, au début de la décennie 1990, permettant d’envisager de manière prospective leurs conséquences, au travers des grands changements actuels ou à venir, et d’imaginer si possible, la nouvelle configuration de l’Argentine à l’aube du xxie siècle.1

4L’inquiétude du futur est en Argentine une réalité d’autant plus grande que les difficultés des temps présents marqués par plusieurs décennies de crise ont du mal à laisser la place à une reprise. Les années difficiles qui viennent de s’écouler ont affecté la structure même du modèle de développement argentin remettant en cause les bases historiques du système productif.

5La crise économique que l’Argentine est en train de traverser n’est pas encore totalement contrôlée. Ses conséquences sont d’une grande ampleur. Il s’agit d’une importante crise de type structurel, qui émerge avec force après plusieurs années de gestation, dont la nature dépasse les dimensions purement économiques pour déborder sur la politique, la culture, l’insertion internationale, les relations sociales et finalement le territoire.

6Comment dans ce contexte, réfléchir sur les années à venir sans que cela paraisse une fantaisie alors que les réalités quotidiennes sont difficiles ? Il ne s’agit pas d’un défi mais d’une nécessité liée aux observations et aux analyses récentes des faits économiques, politiques et sociaux de l’Argentine. En 1994, en effet, pointent à l’horizon des amorces de changement dans certains domaines qu’il faut analyser et prendre en compte.

7Le contexte international n’est plus le même déjà par rapport au début des années quatre-vingt dix, après les grands bouleversements à l’Est : les perspectives d’intégration régionale sud-américaine sont différentes. En effet, on prévoit, avec l’objectif d’un marché commun, qu’au 1er janvier 1995, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay ne formeront plus qu’une seule zone de libre-échange et une union douanière : le Mercosur. Depuis 1991, ces pays tentent d’opérer un rapprochement pour le moins rapide et spectaculaire, permettant la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des travailleurs. L’accord d’Asunción prévoit la suppression des droits de douane à l’intérieur de la zone. Celle-ci s’accompagnera de l’établissement d’un droit de douane extérieur commun. Les quatre pays se sont également engagés à coordonner leurs politiques macro-économiques, ainsi que leurs politiques sectorielles dans différents domaines : comme le commerce extérieur, l’agriculture, l’industrie, la fiscalité, la monnaie, les transports et les communications. Il s’agit donc bien d’un vrai défi face à l’avenir et notamment d’une extraordinaire confiance dans la capacité d’adaptation et de changement de chacun des pays. En ce qui concerne la réalité argentine, ce sont des bouleversements structurels qui s’imposent.

8L’ouverture économique officialisée en 1991, se traduit déjà par les progrès du commerce bilatéral avec le Brésil qui contribuent au changement de la gestion des entreprises, qu’il s’agisse de sociétés à capital national ou de multinationales. Un certain nombre de sociétés commencent à modifier leurs stratégies en s’orientant vers des politiques de production destinées à un marché dépassant les 200 millions d’habitants. La disparition des frontières économiques nationales impose avec force une profonde restructuration industrielle pour faire face à ce nouvel espace économique supranational. Tous ces changements sont déjà perceptibles dans les deux plus grands pays qui développent le plus possible des activités chez leurs partenaires, dans une démarche d’intégration régionale.

  • 2 Rafael Diáz Guzmán, Ricardo Rosales : “Mercosur, le marché commun latinoaméricain”. Traduit de "El (...)

9De nombreux accords de commercialisation, de distribution ou de financement sont régulièrement signés entre les sociétés argentines et les sociétés similaires dans les pays partenaires. Le programme de privatisations devrait faciliter l’internationalisation des entreprises. La puissance de l’économie brésilienne laisse également présumer, écrivent R. Díaz Guzmán et R. Rosales2, que ces investissements en Argentine se multiplieront par le biais de rusions, de rachats ou d’implantations, à mesure que l’économie argentine se stabilisera et qu’approchera l’échéance du futur marché commun. Mais, pour l’instant les initiatives sont plutôt venues des entreprises argentines. Ayant amorcé plus tôt leur reconversion et craignant de se faire éclipser par la puissance de leurs concurrentes brésiliennes, celles-ci se montrent plus promptes à découvrir et à occuper le marché extérieur.

10Le programme est ambitieux, les délais très serrés. Il faut donc une forte dose de bonne volonté. L’inégalité des forces en présence est grande entre ces deux grands pays et les autres partenaires. Le Chili, lui-même attiré par ce vaste marché, cherche à la fois à pénétrer en Argentine et à s’intégrer à l’Alena. C’est donc bien une redistribution des forces géopolitiques et économiques qui se dessine à la veille de l’an 2000.

11Le processus intégrateur si fort en ce moment soulève la question de l’État, celle de sa force actuelle et de sa modernisation. L’évolution des politiques publiques doit tenir compte de la faiblesse des moyens de l’État face non seulement à la pression des mouvements sociaux mais aussi des nouveaux pouvoirs locaux issus des mesures de décentralisation et des lois de promotion industrielle.

12Il amène aussi à s’interroger sur les réorganisations de l’espace argentin, marqué dans les dernières décennies par les grands équipements, la mise en valeur des ressources énergétiques et les programmes routiers ; l’ouverture et l’intégration régionale en cours aujourd’hui changent-elles les rapports entre le Grand Buenos Aires et la région Centre-Littoral et des régions qui cessent peut-être d’être des périphéries ?

13Trois grands thèmes ont été analysés dans cet ouvrage.

14Les nouvelles dimensions politiques en Argentine, sont abordées par Silvia Sigal, Gérard Guillerm, Maristella Svampa et Nicole Maurice, à partir de plusieurs disciplines. La situation lors du changement de gouvernement en juillet 1989, est marquée par l’achèvement d’une période de stagnation accompagnée d’hyperinflation et de conflits sociaux. La crise économique argentine a joué un rôle décisif dans la situation politique, mettant en question les partis politiques traditionnels, leurs programmes d’action, leurs structures et leurs comportements. Cette période de transition a fourni les éléments d’une réflexion identifiant et dégageant des tendances qui peuvent se prolonger dans le futur…

15Il est évident que cette décennie est une période de changements importants pour la configuration future de la vie politique argentine. Chassé du pouvoir par un coup d’État militaire en 1976, après plusieurs années à la tête des affaires du pays, le péronisme se trouve actuellement de nouveau au devant de la scène politique avec des programmes d’action inspirés d’une logique populiste et libérale qui semblait radicalement opposée à celle de ses origines. Il a fait preuve d’une certaine continuité et d’une capacité de changement et d’adaptation à travers le temps. La vie culturelle argentine a été toujours d’une influence déterminante dans l’imaginaire de la société ; c’est ainsi que la pensée de D. F. Sarmiento opposant depuis le xixe siècle la “civilisation” à la “barbarie” a nourri les principes et les programmes d’action de l’ensemble des partis traditionnels et, en moindre mesure, du justicialismo. Dans une dynamique de renouveau du fédéralisme, on constate qu’au niveau des provinces, la vie politique argentine ne se reproduit pas à l’identique quand des partis locaux sont au pouvoir. Ils s’expriment d’une manière particulière, liée à l’origine sociale des dirigeants et aux intérêts qu’ils représentent. L’évolution d’un système des relations professionnelles conçu après la Deuxième Guerre mondiale, est également significative comme l’analyse Jean Bunel. Les adhérents aux syndicats ouvriers représentent une forte proportion de la population active. Les syndicats s’organisent de manière unitaire et très concentrée au niveau des branches et exceptionnellement au niveau des grandes entreprises de service public. A ces échelons sont négociées les conventions collectives de travail ayant des effets sur toutes les entreprises de la branche : depuis un demi-siècle, l’interlocuteur privilégié des syndicats argentins n’est pas le patronat mais l’État. Or, la crise économique et le processus de reconversion impliquent en même temps les privatisations, la réduction du déficit fiscal et la modernisation du système, en suivant de près celui des grands pays industrialisés de l’OCDE. L’appui des syndicats péronistes a été décisif en 1989 pour l’élection d’un gouvernement de même tendance mais libéral, qui, une fois au pouvoir, est devenu libéral, s’est éloigné des revendications traditionnelles des syndicats, s’est rapproché des intérêts des grands entrepreneurs et a entrepris un processus de réforme du système productif en bouleversant profondément les anciennes structures, et en leur enlevant une partie de leur ancien pouvoir. Ces changements sont le résultat de la crise et des fortes contraintes internes et externes. Cette situation n’est pas inédite dans les pays occidentaux.

16Le défi économique avec ses perspectives macro-économiques, est le sujet traité par Julio Cesar Neffa, Carlos Quenan, Lucien Deschamps, Luis E. Miotti, Alfredo Suárez, Graciela Gutman, Guillermo Hillcoat et Rubén Devoto. Le chômage, les diverses modalités de sous-emploi et la précarisation de l’emploi se sont aggravés, surtout depuis une décennie, bien que la récente stabilisation de l’économie, la reprise de la croissance et le plan de convertibilité aient freiné pendant quelques années la détérioration de cette situation, avec des influences directes sur les salaires et les niveaux de vie. Mais à moyen et long termes, et malgré la faible dynamique démographique, il serait nécessaire d’obtenir une croissance économique forte, durable et équilibrée, de même qu’un effort de reconversion du système productif accompagnée par celle des qualifications professionnelles, pour empêcher la montée d’un chômage qui concerne surtout les jeunes (même diplômés) et les travailleurs adultes vieillissants victimes de la reconversion. Mais le modèle économique émergeant n’est pas synonyme de plein emploi.

17L’Argentine a toujours été un des pays les plus paradoxaux et atypiques pour les chercheurs de la croissance économique, étant donné sa dotation en ressources naturelles, son potentiel et le faible dynamisme de sa production. Pendant la décennie 1980, le pays a connu non seulement une faible croissance mais aussi un processus hyperinflationnaire inédit, par rapport à la forte inflation subie depuis 1975, en étroite corrélation avec le déficit fiscal et la dette intérieure et extérieure. L’actuelle période de stabilité a permis d’analyser les causes et les conséquences de ce processus destructif aujourd’hui contrôlé. La crise du régime d’accumulation est en même temps le produit de l’épuisement définitif du modèle facile d’industrialisation par substitution d’importations, bouleversé actuellement.

18Avec l’internationalisation et la globalisation de l’économie, on assiste maintenant à l’ouverture des frontières économiques, la dérégulation, les privatisations, l’intensification des innovations technologiques et organisationnelles. A cause du manque de dynamisme de l’économie, de l’instabilité politique et des dimensions de la dette, les capitaux étrangers avaient adopté une attitude réticente, en préférant réaliser des opérations à court terme et de type spéculatif, au lieu d’investir de façon durable dans l’industrie et les services marchands pour satisfaire le marché intérieur et exporter. Dans ce contexte, la stabilité politique et économique est une condition nécessaire pour renverser les tendances. Le plan de convertibilité a rendu possible la croissance et la stabilité monétaire mais en même temps pose de nouveaux problèmes pour dégager des excédents de balance commerciale. Dans ce contexte, les industries agro-alimentaires sont devenues une branche dynamique et compétitive. Elles se trouvent aujourd’hui soumises au triple défi du commerce international, des innovations technologiques (notamment la biotechnologie) et des nouvelles formes d’organisation du travail ou de gestion (qualité et distribution). Les transformations de la structure productive de la région pampéenne (le travail des contratistas, le passage de l’élevage à l’agriculture intensive, par exemple) sont en même temps les conditions et les conséquences de ce processus d’exportation agro-alimentaire.

19La nouvelle insertion internationale de l’Argentine et les nouvelles formes d’intégration du territoire sont analysées par Brigitte Jensen, Graciela Sánchez Cimetti, Anne Collin Delavaud, Elsa Laureili et John Celecia. Les exportations de l’économie argentine ont toujours été fortement orientées vers l’Europe plutôt que vers les pays du continent américain, tandis qu’un volume de plus en plus important des importations provenait de l’Amérique du Nord. Mais, depuis quelques décennies, l’émergence de la CEE, comme première puissance économique mondiale fait concurrence aux États-Unis. Elle a récemment augmenté ses investissements directs en Argentine, surtout dans les entreprises privatisées. De plus, la décision prise en 1991 de créer rapidement le Mercosur a engendré de fortes pressions pour accélérer les transformations de l’économie argentine, spécialement dans les branches orientées vers les exportations et dans celles qui peuvent être concurrencées par ses voisins sur le marché intérieur. La question de la nécessaire intégration économique décidée au niveau politique pour 1995 à partir d’un consensus généralisé de la part de la population, est sans doute celle de la stabilisation et de l’ajustement structurel des économies des pays membres, surtout des plus grands.

20Le développement urbain argentin est marqué par une lente reconversion productive des territoires périphériques des grandes villes, dans lesquelles, depuis une décennie, des vieilles industries sont abandonnées ou font faillite tandis que s’implantent de nouvelles entreprises innovantes. Mais en même temps se consolident aussi des exploitations agricoles intensives profitant de la proximité du marché urbain solvable et de nouvelles zones agricoles surgissent dans des périphéries lointaines mais très actives. Enfin les préoccupations pour l’environnement et le développement durable trouvent de nouvelles expressions. Si la grande extension du territoire argentin est marquée par des zones fortement polluées par les activités industrielles et minières, elle compte aussi des parcs naturels immenses à très faible densité de population. Encore peu connus, ces espaces, classés “Réserves mondiales de la biosphère” par l’Unesco avec des programmes précis d’exploitation en parc naturel ouvert, doivent réconcilier conservation des ressources naturelles et développement économique.

21Avant de commencer la lecture de cet ouvrage, il faut rappeler que la majeure partie de ces textes est issue d’une table-ronde de 1991. Certes ils ont été partiellement réactualisés et dans l’ensemble la dynamique de la vie économique, sociale et politique n’a pas démenti les analyses des auteurs. Mais certaines mutations récentes montrent combien la révolution culturelle est profonde : qui aurait imaginé au début du gouvernement Menem que radicaux et péronistes se réuniraient pour signer un pacte politique à Olivos et être les avocats d’une réforme constitutionnelle ouvrant les perspectives d’un nouveau mandat pour celui-ci ?

QUELQUES CHIFFRES

1. INFORMATION GÉNÉRALE (1991)

22Superficie (Km2) 2 777 000

23PIB (millions de dollars) 91 269

24PIB par tête (dollars) 2 790

2. DÉMOGRAPHIE

25Population 32 713 000

26Taux de croissance annuelle moyenne 1,20 %

27Population urbaine 87,00 %

3. REVENU NATIONAL BRUT (À PRIX CONSTANT DE 1987)

4. ORIGINE DU PRODUIT INTÉRIEUR BRUT (PART DES SECTEURS EN %)

5. COMPOSITION DES EXPORTATIONS ET DES IMPORTATIONS, 1991 (parts en %)

6. INFLATION, SALAIRE RÉEL, DÉFICIT BUDGÉTAIRE ET DETTE EXTERNE

Sources : Banque mondiale, CEPAL, ONUDI

Argentine. Divisions administratives.

Argentine. Divisions administratives.

Notes

1 Cette réflexion sur l’Argentine, a été animée par une équipe du Credal qui regroupe des chercheurs en sciences sociales, observateurs des transformations de l’Argentine et a donné lieu à la table-ronde du 17 mai 1991 : l’Argentine à l’aube du troisième millénaire. Bilans, tendances et perspectives à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine à Paris. La préparation des articles doit beaucoup à Gérard Guillerm, Carlos Quenan, Nicole Maurice et Graciela Sanchez Cimetti. Par ailleurs, une réflexion sur les potentialités nationales à l’aube du troisième millénaire est menée par le Credal dans le cadre de ses programmes de recherche et a donné lieu à d’autres tables-rondes et à des publications dans la collection des Travaux et Mémoires de l’IHEAL comme par exemple, Le Brésil, à l’aube du troisième millénaire, Paris, 1991 et Le Mexique, à l’aube du troisième millénaire, 1993.

2 Rafael Diáz Guzmán, Ricardo Rosales : “Mercosur, le marché commun latinoaméricain”. Traduit de "El Economista", Buenos Aires, mai 1992 in Courrier International N° 81.

Notes de fin

* Professeur à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, Université de la Sorbonne Nouvelle -Paris III, enseignant chercheur au CREDAL-CNRS.

Chercheur au CREDAL-CNRS, directeur du Département des sciences sociales du CONICET (Argentine).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Sources : Banque mondiale, CEPAL, ONUDI
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Argentine. Divisions administratives.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2180/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 476k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter