Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentations de l'Europe et identité au Mexique

 | 
Guillemette Martin

Introduction

Texte intégral

1Parler de la diffusion des influences européennes et plus encore françaises dans la société mexicaine du xixe siècle constitue désormais un lieu commun de l’historiographie, objet d’un grand nombre d’études centrées très souvent (quoique pas exclusivement) sur le Porfiriat, période pour laquelle parler d’afrancesamiento « paraîtrait presque une tautologie » [Galí Boadella, 2004 : 379].

2Le régime de Porfirio Díaz, installé après la victoire de la Révolution de Tuxtepec en 1876, constitue en effet ce que Sergio Mario Valerio Ulloa a appelé « l’âge d’or pour les relations entre le Mexique et les pays impérialistes » [Valerio Ulloa, 2002 : 13] et ce notamment grâce à l’immigration européenne au Mexique.

3Porfirio Díaz met en place, à la fin du xixe siècle, un système politico-économique encourageant l’immigration européenne afin de peupler de travailleurs un territoire mexicain sous exploité et d’importer les techniques et les capitaux nécessaires à la modernisation du pays. Ce système s’appuie sur le postulat idéologique que l’Européen, ou plus exactement l’européanisation de la nation, constitue le principal facteur de développement et de progrès pour le pays, la seule voie pour réaliser le projet positiviste de orden y progreso.

4Cet intérêt pour l’immigration européenne, au-delà du seul projet économique de mise en valeur du territoire, se double d’un attachement culturel à l’Europe, et plus particulièrement à la France, objet d’une grande admiration de la part des élites porfiriennes qui voient dans l’européanisation un moyen d’accéder à un « plus haut degré de civilisation ». Ainsi, dans l’ouvrage déjà cité, Javier Pérez Siller nous dit par exemple que « le Porfiriat est la période où l’influence française est la plus visible et la plus active, au point que les élites dirigeantes se considéraient comme “afrancesadas” » [Pérez Siller, 2004 : 62].

5Que ce soit dans les domaines de l’éducation, du commerce, de la mode, de la culture au sens large, le Porfiriat est donc LA période de la pénétration des influences européennes dans la société mexicaine, et par conséquent un champ de la recherche historique relativement exploité, par des études nombreuses et diverses dont il convient ici d’établir une brève typologie.

Les Européens au Mexique : thèmes-phares et angles morts de l’historiographie mexicaine

  • 1 C’est dans cette perspective que s’inscrivent par exemple les travaux suivants : Jean Meyer, « Les (...)
  • 2 Entre autres ouvrages, on peut citer les études suivantes, dont le titre nous donne une idée du to (...)

6Le classement effectué par Javier Pérez Siller dans son étude « Historiografía general sobre México-Francia » [Pérez Siller, 2004 : 23-84], s’il ne considère que les ouvrages portant sur la France, reste cependant très utile pour établir une liste des perspectives dans lesquelles les études sur la présence européenne au Mexique ont été le plus souvent réalisées. En s’inspirant de cette analyse il est possible d’établir le constat suivant : l’une des perspectives les plus communément adoptées pour traiter ce phénomène de la présence des Européens au Mexique reste celle de l’installation des immigrés européens, envisagée de façon générale, par nationalité1, ou bien sous la forme de monographies portant sur des groupes d’immigrés déterminés, études souvent présentées comme des success stories. La meilleure illustration nous en est donnée par les très nombreuses études portant sur les fameux « Barcelonnettes »au Mexique, dont il serait fastidieux de dresser une liste exhaustive, mais qui n’en restent pas moins un point focal de l’historiographie qui nous intéresse ici, surtout pour les années19802.

7La seconde tendance que l’on peut dégager, notamment à partir de travaux plus récents sur la question, tend à se centrer sur des manifestations très « concrètes » de la présence européenne dans la société mexicaine, sur ce qu’il convient d’appeler l’européanisation des modes de vie, tendance qui s’inscrit pleinement dans une réflexion théorique propre à l’histoire culturelle telle qu’elle se définit dans les années 1990. Les articles rassemblés dans l’ouvrage déjà cité et coordonné par Javier Pérez Siller, et qui rendent compte des influences françaises dans des domaines aussi variés que la médecine, l’urbanisme, la mode, la consommation, l’éducation…, en offrent un bon exemple.

  • 3 On peut mentionner ces quelques ouvrages aux titres révélateurs, depuis cette étude publiée en 195 (...)

8Enfin, il convient de compléter ce bref panorama en rappelant les ouvrages qui portent sur la façon dont les.(même si, là encore, l’essentiel des études se limite au cas français)perçoivent le Mexique et la société mexicaine3.

9Cette rapide typologie peut sembler certes trop simplificatrice(certains ouvrages et articles sur le thème de la présence de l’Europe au Mexique, sous ses formes plus ou moins concrètes, restent en effet difficilement classables), mais elle permet de mettre l’accent sur certaines « lacunes » de l’historiographie, certains angles morts qu’il est important de mentionner : la plupart des études précédemment évoquées, invariablement menées depuis le regard européen, s’intéressent finalement assez peu à la façon dont ces éléments européens étaient perçus par la société mexicaine et dans quelle mesure ils modifiaient la perception que les Mexicains avaient d’eux-mêmes. Cette problématique, pourtant essentielle à un moment d’intense réflexion sur la construction nationale dans l’histoire mexicaine, correspond ainsi à :

« Une optique moins adoptée par les historiens, appliquée fréquemment par des disciplines comme l’anthropologie, l’ethnologie, la philosophie, l’esthétique ou la philologie qui met l’accent sur comment ces influences, venues de “l’autre”, provoquent un processus d’“altérité” qui aide progressivement et imperceptiblement à définir et affirmer l’identité, les façons d’être, le caractère et la sensibilité des peuples » [Pérez Siller, 2004 : 23].

10Autrement dit, si l’importante européanisation de la société mexicaine sous le Porfiriat est un fait connu et abondamment étudié, la réflexion sur les impacts réels de ce phénomène sur la construction nationale et la réflexion identitaire est paradoxalement très peu mise en œuvre, ou le plus souvent de façon superficielle. Ce constat en appelle logiquement un autre, d’ordre apparemment plus méthodologique, mais lourd de conséquences sur l’orientation que prennent les analyses : si celles-ci intègrent généralement des considérations sur la façon dont les Français percevaient le Mexique, le point de vue inverse (c’est-à-dire depuis une perspective mexicaine) n’est jamais adopté. Or, il s’agit pourtant d’une dimension incontournable pour évaluer l’impact de l’européanisation sur la société mexicaine : voir comment cette dernière la percevait, quel discours était produit parles Mexicains sur ce phénomène et ce, afin de remédier au fait que trop souvent « on oublie la forme dont elles [les marques de la présence européenne] ont été perçues par les habitants du pays » [Pérez Siller, 2004 : 45].

11Par ailleurs, il est également important de préciser – et c’est sans doute là un reproche que l’on peut faire à bon nombre de travaux historiques – que les études se fixant comme objet « le Mexique » se contentent trop souvent d’une analyse depuis la capitale, avec des sources presque exclusivement tirées des archives de Mexico, trahissant ainsi leur prétention généraliste, et ignorant la perspective régionale. Javier Pérez Siller souligne également à ce sujet des « lacunes » qu’il est urgent de combler :

« Il est urgent que ce regard se pose sur les espaces géographiques, puisque la recherche a donné la priorité à une histoire vue depuis México ou Paris, et a oublié l’histoire vécue depuis les régions, laquelle peut remettre en question et changer les représentations et vérités historiques acceptées » [Pérez Siller, 2004 : 64].

12En effet, et c’est là un point fondamental du renouvellement historiographique : l’intérêt d’une analyse menée depuis des perspectives jusque-là partiellement négligées par les historiens ne réside pas tant dans la satisfaction, somme toute superficielle et limitée, de « faire du neuf », mais plutôt dans l’exploitation des possibilités qu’offre tout changement de perspective sur un thème déjà très étudié quant à la problématique et à la méthode.

  • 4 Sur les débats relativement récents autour de l’ambiguïté des termes utilisés pour parler de la «  (...)

13Ainsi, sans négliger ou prétendre remettre en cause la richesse des études s’inscrivant dans ce que l’on peut définir comme » l’historiographie classique » dont on vient d’esquisser les grandes lignes, la réflexion que l’on se propose de mener ici entend offrir un changement de perspective au sein de ce domaine très étudié de la présence européenne dans le Mexique du xixe siècle ; (ici s’impose une brève mise en garde terminologique : le terme de « présence européenne », quoique peu satisfaisant, nous semble le plus adapté pour parler de la présence à la fois « concrète » de l’Europe au Mexique par le biais de l’immigration européenne mais également de la présence immatérielle, c’est-à-dire culturelle au sens large, de ce que l’on a regroupé sous le terme aujourd’hui polémique « d’influences »4).

Une étude régionale : enjeux et méthode

14L’étude qui va suivre entend ainsi s’établir tout d’abord dans une perspective strictement régionale, puisqu’elle s’inscrit dans le cadre géographiquement déterminé de la ville de Guadalajara, capitale de l’État du Jalisco et considérée au xixe siècle comme la seconde ville du Mexique en termes d’influence, mais également de démographie.

15Avant de dresser un portrait plus précis de ce qui constitue le terrain de recherches, il convient de mettre rapidement l’accent sur les enjeux théoriques et méthodologiques qu’offre toute étude historique régionale. Très clairement analysée par Elisa Cárdenas Ayala dans son principal ouvrage sur les débuts du mouvement révolutionnaire dans le Jalisco, la spécificité d’une approche régionale réside dans le fait qu’elle offre à l’analyse du chercheur un « observatoire », et propose ainsi :

« Une lecture renouvelée de l’ensemble de l’histoire mexicaine. Car c’est bien la vertu primordiale de l’échelle régionale (et dès lors, sa première exigence) : sa potentialité d’explosion, son caractère d’espace de transit (et de mesure) depuis et vers d’autres échelles, espace propice au renouvellement historiographique » [Cardenas Ayala, 2001 : 421].

  • 5 On peut citer, entre autres et à titre d’exemple, l’article de Leticia Gomboa Ojeda, « Los Barcelo (...)

16Là réside, en effet, tout l’intérêt de l’étude régionale et plus encore lorsqu’il s’agit d’un thème largement traité par l’historiographie classique, qui a tendance à envisager la question du seul point de vue de Mexico. Les quelques études, plus rares, sur les manifestations diverses de la présence européenne dans d’autres villes ou provinces mexicaines (notamment sur Puebla qui, après Mexico, concentre un grand nombre d’études, en raison d’une présence numérique importante d’immigrés français au xixe siècle5),si elles présentent l’avantage de replacer des problématiques jusque-là traitées à l’échelle nationale dans un contexte régional, semblent cependant peu s’interroger sur les réelles implications de ce changement d’échelle et le profond renouvellement historiographique qu’entraîne une telle approche. Or une étude régionale pensée dans toute son originalité ne saurait constituer uniquement une simple monographie venant illustrer des phénomènes déjà constatés lors d’études nationales ou portant sur la capitale. Il est donc essentiel de préciser dès à présent que le fait d’inscrire notre étude dans un cadre régional impliquera nécessairement de s’interroger sur les enjeux spécifiques de cette perspective : en effet, s’il s’agit dans un premier temps de tenter de combler un « vide » historiographique, il sera surtout question d’évaluer et d’exploiter les possibilités offertes parle point de vue régional pour réinterroger, voire parfois remettre en cause, certains aspects de cette historiographie classique.

Guadalajara, capitale de l’ouest mexicain

17Dans cet objectif, la ville de Guadalajara semble constituer un terrain particulièrement propice à ce « renouvellement historiographique », dans la mesure où depuis les temps de la Conquête elle fait figure de deuxième centre culturel, économique et démographique du pays après la capitale Mexico, avec un rayonnement qui connaît son apogée au xixe siècle.

  • 6 Chiffres calculés dans l’ouvrage de Guadalupe Bercerra Celina, Alejandro Solis Macias, La multipli (...)

18Cette période constitue, en effet, pour la capitale du Jalisco une sorte d’âge d’or, durant lequel la ville connaît un accroissement démographique sans précédent et plus particulièrement durant le Porfiriat : on estime que de 1877 à 1895, la population tapatía augmente de 29 %, et dans les quinze années suivantes, de 42,34 %, dépassant les 100 000 habitants en 1900, le taux de croissance de Guadalajara étant alors largement supérieur à la moyenne nationale6.

19Cela étant, à cette forte croissance démographique vient s’ajouter un développement économique également remarquable, qui confère alors à Guadalajara le statut de « capitale de l’ouest mexicain ». En effet, tous les historiens du Jalisco s’accordent à dire que l’époque du Porfiriat, et plus particulièrement les deux dernières décennies de 1890 à 1910, constituent pour Guadalajara un véritable tournant, le début d’une croissance économique rapide : « durant ces deux décennies, Guadalajara devient indiscutablement la deuxième ville de la République, un centre important de distribution de biens et de services et une porte obligée du nord-ouest » [Martinez Réding, 1987] et ce, notamment grâce à la situation géographique particulière de la ville, seul grand centre urbain mexicain situé à proximité de la côte Pacifique, ce qui lui a permis de devenir un centre de distribution majeur dans le pays, « le meilleur entrepôt pour les marchandises devant être importées ou exportées par les ports du Pacifique » [Gallo Pérez, 1986 : 32].

  • 7 Témoignage d’Adolfo Dollero, publié dans : Juan B. Iguiñiz (coleccionados y anotados por), Guadala (...)

20Ainsi Guadalajara devient, à la fin du xixe siècle, un relais essentiel entre les marchandises venues d’Europe ou des États-Unis et le marché intérieur mexicain ce qui explique aussi en partie l’originalité culturelle de la Perla del Occidente – comme la qualifient avec admiration les voyageurs de l’époque – le fait qu’elle constitue très tôt un centre urbain profondément européanisé dans son mode de consommation et l’un des centres culturels majeurs du pays. L’important développement architectural sur le modèle européen, dont l’originalité réside dans les » splendides colonias [le terme « colonias » désignant ici les quartiers dans lesquels réside l’élite européenne de la ville], qui sont les quartiers les plus modernes, pleins d’édifices élégants avec de vastes et magnifiques jardins »7, ainsi que les associations littéraires et artistiques très actives organisées par une « élite éclairée »très réceptive aux formes culturelles venues d’Europe, témoignent de cette vitalité des influences du « Vieux Monde » dans la capitale tapatía.

  • 8 Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ici le fait qu’avec Cusco, au Pérou, la ville de Guada (...)

21Enfin, il est sans doute nécessaire de compléter ce rapide portrait de Guadalajara en évoquant l’originalité politique de la ville, caractérisée par un grand attachement à son autonomie régionale depuis la période de la Conquête, par un sentiment profondément ancré chez les élites du Jalisco de fierté et d’indépendance politique8. Ce dernier point est fondamental pour comprendre les rapports qu’entretiennent les élites de Guadalajara avec l’européanisation et plus encore avec le pouvoir central, dans le contexte d’une centralisation croissante imposée par Porfirio Díaz, qui comptait soumettre les élites locales à son pouvoir.

22Ainsi, ce dynamisme économique et humain, cette ouverture sur le monde paradoxalement doublée d’une forme de repli identitaire et politique sur ce qui a fait la grandeur de la ville et ce qui a fortifié son autonomie régionale constituent autant d’éléments caractéristiques de la physionomie de Guadalajara au xixe siècle, et donc autant de facteurs explicatifs des phénomènes que cette étude compte analyser, facteurs qui feront par conséquent l’objet de plus amples développements dans le corps de l’étude.

23Cette « identité forte » de la capitale tapatía nous invite logiquement à penser l’étude dans la perspective même de cette originalité régionale, et donc du point de vue tapatío. En effet alors que, comme nous l’a montrée la brève typologie des ouvrages publiés sur les manifestations de la présence européenne au Mexique, celle-ci est invariablement envisagée depuis le point de vue européen, il va s’agir ici de se placer, dans la mesure du possible et en ayant conscience de toutes les contraintes méthodologiques que pose une telle démarche, depuis le point de vue mexicain, d’étudier la réception de « l’Europe » par la société mexicaine de Guadalajara en analysant les pratiques discursives qui s’y réfèrent.

24C’est donc la problématique de la réception qui nous intéresse tout particulièrement, et qui appelle une nécessaire mise au point théorique.

Problématique de la réception et histoire culturelle : une remise en cause de l’« historiographie classique »

25Rappelons qu’il s’agit là d’une thématique caractéristique de l’histoire culturelle telle qu’elle a été définie dans les années 1990, notamment par Roger Chartier, principal théoricien de la notion de « représentation » dans les sciences sociales [Chartier, 1989 :1505-1520], et dont les travaux nous intéressent donc tout particulièrement.

26En effet, la « nouvelle histoire », dans laquelle notre étude prétend en grande partie s’inscrire, s’assigne comme principale tâche théorique de centrer l’analyse sur les mentalités collectives, les discours et langages des groupes, opérant ainsi une étude vue « du bas », par opposition à l’histoire traditionnelle qui considérait exclusivement les faits historiques vus « d’en haut »,l’histoire des « grands hommes » et des événements marquants. Par ailleurs l’histoire culturelle défend l’idée selon laquelle on ne peut éviter d’aborder l’histoire selon une perspective particulière, et donc nécessairement relative, déterminée par un ensemble de schémas, de conventions et stéréotypes dont on ne saurait faire abstraction, et qu’il convient donc d’analyser.

27C’est là qu’intervient la notion de représentation, dont la complexité théorique ne nous permet malheureusement pas d’en mener ici une analyse conceptuelle détaillée. Soulignons simplement que la façon dont Roger Chartier comprend et théorise les représentations collectives du monde social va constituer en grande partie le cadre théorique de notre étude qui, sur le modèle de son analyse, compte déchiffrer ces représentations et la façon dont elles s’expriment dans les pratiques discursives, comme autant de formes grâce auxquelles la société, en accord avec ses propres spécificités, se perçoit elle-même. Autrement dit et en termes plus directement liés à notre objet d’étude, il s’agit de voir comment la représentation que se faisait la société tapatía de l’Europe et des Européens révèle la façon dont elle se percevait elle-même.

28Cela étant, et sur la base de ces enseignements théoriques que nous offrent l’histoire culturelle et le concept de « représentation » il nous faut tenter de remettre en cause une tendance jusqu’ici très ancrée dans l’historiographie classique, à savoir que la présence européenne et l’européanisation de la société mexicaine du Porfiriat sont généralement présentées comme ayant été largement plébiscitées et ayant fait l’objet d’un consensus sans faille, au moins parmi les élites. Or l’analyse des représentations collectives à l’échelle régionale nous amène, dans un premier temps, à poser la question des véritables enjeux de l’européanisation et de la référence à l’Europe pour une société déterminée (ici, la société tapatía vue à travers les pratiques discursives de son « élite éclairée »). Il ne s’agit pas en effet de s’arrêter à un simple constat des manifestations concrètes de l’européanisation des modes de vie à Guadalajara durant le Porfiriat, sur le modèle de monographies classiques à l’échelle nationale, mais bien d’analyser ce que cela signifie en termes de représentation, et donc de mettre en lumière les implications au niveau du processus de construction identitaire, de perception de soi. Cette problématisation offre ainsi la possibilité d’une remise en cause argumentée de certaines théories communes et généralement acceptées par une historiographie trop univoque, à savoir notamment le fait que le Porfiriat était une période d’admiration inconditionnelle de la culture européenne, et française plus particulièrement, avant la rupture opérée par la Révolution dans cette façon de percevoir le rapport au « Vieux Monde ». C’est là en effet un lieu commun très discutable et appelant une véritable remise en question, comme en témoignent clairement les représentations collectives telles qu’elles se révèlent à l’observation dans les pratiques discursives mises en œuvre dans la presse tapatía du xixe siècle, support principal de notre étude qui appelle une description plus détaillée.

La presse tapatía, support et objet d’étude : perspective historiographique et méthodologique

  • 9 « Periódico político, chancista, burlón, con sus ribetes de formal y que hablará de puras actualid (...)

29L’analyse qu’on se propose de mener repose sur un corpus d’articles numériquement conséquent, essentiellement issu du journal tapatío le Juan Panadero, « journal politique, opportuniste, moqueur, avec une pointe de sérieux et qui parlera seulement d’actualité9 ». L’intérêt porté à cet organe de presse en particulier nous invite dès à présent à mettre l’accent sur cette « originalité » revendiquée de notre étude, à savoir le fait qu’elle compte se centrer essentiellement, quoique non exclusivement, sur une seule source, déterminée, et de ce fait limitée.

  • 10 Il s’agit d’un groupe de recherche hétérogène, composé d’historiens issus de divers horizons et or (...)

30Un tel parti pris répond en fait à une observation simple, largement évoquée par les historiens de la Red de historiadores de la prensa y el periodismo en Iberoamérica10, qui constate qu’au xixe siècle, le journal reste la principale, voire parfois l’unique façon pour la population de s’informer, et joue de ce fait un rôle essentiel dans la diffusion de l’idéologie dominante ainsi que dans la formation des représentations collectives. C’est donc non seulement en tant que témoin, qu’indicateur fidèle de ces représentations, que nous intéresse le journal, mais aussi en tant qu’acteur à part entière dans la mise en place et la diffusion de celles-ci. Par conséquent, de même que la délimitation géographique du terrain d’investigation à la ville de Guadalajara fait sens, le fait de se limiter à un journal et de s’interroger à la fois sur cet objet en lui-même, mais également sur les enjeux que pose le choix d’une telle source en termes de méthode, a également pour objectif la mise en place de nouvelles perspectives historiques jusqu’alors peu ou pas exploitées.

31Une fois encore Roger Chartier nous offre un certain nombre d’arguments validant ce parti pris. En effet l’analyse des représentations collectives, telle qu’il la développe, s’organise autour de trois pôles : « l’étude critique des textes », « l’histoire des livres et, au-delà de tous les objets qui portent la communication de l’écrit » et enfin, « l’analyse des pratiques » [Chartier, 1989 :1509], qui constituent trois axes fondamentaux structurant la façon dont on compte mener la réflexion méthodologique sur la source étudiée, et plus encore l’analyse de l’interaction entre cette réflexion et les enjeux de la représentation. Autrement dit, il sera nécessaire d’avoir à l’esprit ces trois « dimensions » tout au long de l’étude du rôle de la référence à l’Europe dans les représentations sociales, c’est-à-dire de procéder à l’étude critique des articles de journaux et de ce qu’ils nous révèlent sur ces représentations, tout en ayant conscience de la place du Juan Panadero dans la société tapatía de l’époque, la place de « l’objet journal » dans la vie quotidienne de la population, mais également dans des cercles de sociabilité plus ou moins européanisés par des pratiques de lecture bien déterminées.

32Une mise en garde s’impose sans doute afin de ne pas dévier le regard du sujet qui nous intéresse ici vers ce qui constituerait un sujet radicalement autre, à savoir la place de la presse dans la société porfirienne : l’analyse de la presse reste bien un moyen d’accéder à l’analyse du rôle de la référence à l’Europe dans la société locale et dans les représentations collectives. Cela étant, les études récentes menées par la « Red de historiadores de la prensa » montrent à quel point une revalorisation de la presse, non plus comme simple « source historique » mais comme acteur à part entière des phénomènes étudiés par l’historien, est riche en nouvelles perspectives et problématiques et participe activement d’un renouvellement historiographique, notamment dans le domaine des représentations sociales.

  • 11 Le panorama le plus complet auquel on puisse avoir accès en ce qui concerne la presse de Guadalaja (...)

33En guise d’illustration de cet intérêt relativement récent de l’historiographie mexicaine pour la presse comme objet d’étude, on peut se référer à la typologie établie par l’historienne tapatía Celia del Palacio Montiel des divers ouvrages, thèses et articles publiés entre 1998 et 2004 sur l’histoire de la presse [Del Palacio Montiel, 2006 : 11-34]. Ce travail est l’occasion pour Celia del Palacio Montiel de constater que, si les chercheurs en sciences sociales témoignent un intérêt grandissant au potentiel méthodologique et scientifique qu’offre l’étude de la presse, celle-ci reste cependant :

« Un thème de recherche qui a été privilégié depuis le centre du pays et que beaucoup d’ouvrages qui prétendent dresser un panorama de la presse de l’ensemble du Mexique, parlent en réalité de l’histoire de la presse à Mexico. Cela correspond en grande partie à une méconnaissance et à un désintérêt pour les processus régionaux, d’une part, et d’autre part au manque d’intérêt des historiens locaux pour entreprendre des études sur la presse ».

34Ainsi, l’historiographie de la presse comporte une « lacune »qui vient confirmer l’originalité des perspectives que compte adopter ce travail, à savoir que la presse régionale n’a pas fait l’objet d’un grand nombre d’études, généralement centrées sur la capitale. L’étude de la presse locale comme point de départ à l’observation d’un phénomène national replacé, et donc problématisé, dans un contexte local, si elle répond à la fois à une logique interne à notre sujet, qui veut que l’analyse des représentations sociales soit pensée conjointement avec celle de son principal vecteur, correspond ainsi également à la prise en considération de questionnements méthodologiques relativement récents de l’historiographie mexicaine, qui entend décentrer le regard vers une perspective régionale :

« si la grande presse nationale, mieux étudiée, montre les vastes mouvements de la collectivité mexicaine, sa perspective pèche par centralisme et demande à être corrigée par les multiples approches minoritaires et régionales qui rompent son caractère univoque et enrichissent les visions hégémoniques, en permettant une connaissance approfondie. Beaucoup d’interprétations monolithiques de l’histoire mexicaine pourraient être nuancées si elles s’appuyaient sur la presse » [Covo, 1993 : 695].

35Ce rapide bilan historiographique justifie donc pleinement le fait de centrer notre étude sur un organe de presse local, le Juan Panadero, dans une perspective jusqu’à présent négligée par l’historiographie et en érigeant ce journal en objet d’étude à part entière.

36Afin de saisir toute l’originalité et le potentiel informatif de cette source dans la démonstration qui nous occupe, il est désormais nécessaire de replacer celle-ci à la fois dans son contexte historique et dans un cadre théorique.

La presse mexicaine nationale et régionale sous le Porfiriat

37Période de grande instabilité politique, la première moitié du xixe siècle voit se mettre en place un développement sans précédent de la presse, dans des conditions intrinsèquement liées aux évolutions politiques.

38Cette observation est particulièrement valable pour la dictature de Porfirio Díaz qui, quoique beaucoup plus stable politiquement, n’en constitue pas pour autant une période de grande stabilité pour la presse, soumise aux aléas de la censure et des limitations de la liberté d’expression. La presse porfirienne est en effet caractérisée par un contrôle lent et progressif par le pouvoir, matérialisé lors de la réélection de Porfirio Díaz en 1884par un système de subventions octroyées par les gouvernementaux journaux acquis à sa cause et des contraventions imposées aux journaux d’opposition. Cette répression s’accroît en 1887, lors de la réforme de la Constitution fédérale permettant la réélection du président et des gouverneurs. Cette mesure politique déclenche en effet une vague de protestation de la part des journaux du pays dont beaucoup, jusqu’alors officialistes, passent dans l’opposition. Le gouvernement porfirien renforce de manière brutale les mesures de répression des journalistes, fait fermer des imprimeries, emprisonner les rédacteurs des journaux les plus séditieux, etc.

39En province il semble que cette répression soit plus violente encore et, allant jusqu’au meurtre, elle atteint son apogée en1890. La décennie des années 1890 marque donc un tournant dans l’histoire de la presse porfirienne, dont l’étude doit par conséquent bien prendre en compte les difficiles conditions matérielles et politiques de la liberté d’expression.

40Cela étant et malgré ce contrôle croissant, la relative stabilité politique de même que la croissance démographique et économique permettent un développement quantitatif de la presse, aussi bien dans la capitale qui dépasse la centaine de titres dans les années 1890 que dans les États, où le nombre de villes disposant de leur propre organe de presse augmente sensiblement. Le Porfiriat est en effet une période de grande vitalité de la presse régionale, notamment à Veracruz, Mérida, Zacatecas, San Luis Potosi, Monterrey et Guadalajara, qui hors de la capitale, est la ville comptant le plus de journaux durant le Porfiriat (une cinquantaine en 1908), et fait figure de deuxième centre journalistique du pays. Dans les années 1890, on compte ainsi plus de quatorze imprimeries dans la ville, desquelles sortent des publications importantes, qui survivent jusqu’au début du xxe siècle. Sans prétendre établir une liste exhaustive des publications tapatías du Porfiriat11 soulignons simplement le fait que Guadalajara témoigne d’un grand dynamisme journalistique et offre par conséquent un terrain particulièrement riche en ce qui concerne l’étude de la presse porfirienne.

41Par ailleurs, et c’est une autre caractéristique de la presse de cette époque, les journaux qui voient le jour dans cette période semblent plus solides que leurs prédécesseurs, caractérisés par une grande longévité, notamment parce qu’ils disposent de plus de moyens et ce contrairement à la période révolutionnaire caractérisée par l’aspect éphémère de ses publications. Le Juan Panadero en est un exemple remarquable, puisqu’il continue d’être publié durant trente-cinq ans malgré des temps d’arrêt liés à un manque de moyens financiers ou à l’arrestation de ses principaux rédacteurs. Cette longévité constitue un premier argument venant justifier l’intérêt que l’on porte à cet organe de presse.

Le Juan Panadero : histoire et méthode

42Publié de 1871 à 1907, le Juan Panadero couvre la quasi-totalité de la période de la dictature de Porfirio Díaz ce qui, outre les avantages méthodologiques évidents que présente une telle périodicité, fait de ce journal un organe de presse véritablement représentatif de la période porfirienne. Publié pour la première fois en 1871, il naît durant une étape de liberté d’expression dans l’histoire de la presse mexicaine, la présidence de Lerdo de Tejada, pendant laquelle « les journaux satiriques, littéraires et culturels fleurissent, la presse se diffuse dans tous les États et le nombre de titres augmente » [Iguiñiz, 1955].

  • 12 En 1893 un certain Manuel Caballero nous dit du Juan Panadero que sa mission « est plus particuliè (...)

43Lors de sa fondation, et comme la plupart des journaux satiriques qui voient le jour au début des années 1870, le Juan Panadero se définit comme un journal d’opposition au gouvernement de Lerdo de Tejada, et occupe rapidement une place importante dans la presse indépendante de Guadalajara. En effet, l’objectif premier de cette publication est de soutenir la candidature de Porfirio Díaz à la présidence de la République, en s’opposant à la réélection de Benito Juárez et en combattant le gouverneur de l’État Ignacio Luis Vallarta. De caractère indépendant, le Juan Panadero attaque ainsi successivement tous les gouverneurs du Jalisco et le chef de l’État, se faisant le défenseur des classes populaires12.

44Dès l’origine il fait donc bien figure de journal d’opposition, rôle qu’il semble garder tout au long du Porfiriat, puisqu’on sait que les rédacteurs du Juan Panadero sont également victimes de la forte répression mise en place par Porfirio Díaz durant laquelle « ils ont subi beaucoup d’attaques et, à de maintes occasions certaines justifiées d’autres non, ont purgé en prison leurs excès de courage » [Iguiñiz, 1955 : 135], notamment en 1893 où la publication du journal est provisoirement suspendue. Notons ici le fait que, si ce coup d’arrêt de la publication du Juan Panadero en 1893 est un événement avéré et documenté, il est cependant difficile d’établir une « biographie » précise de ce journal, de répertorier avec exactitude les périodes de publication et celles de suspension, et ce pour deux raisons principales.

45La première c’est que l’absence d’archives pour une période déterminée du Juan Panadero ne correspond pas nécessairement à un coup d’arrêt de la publication, mais est plus souvent la conséquence d’une mauvaise conservation des archives hémérographiques. La seconde est que le titre « Juan Panadero » semble avoir été repris par d’autres publications, notamment par un journal de la capitale, également diffusé à Guadalajara, mais qui ne correspond pas au document qui nous intéresse ici. Inversement, il se peut que, face à la répression brutale des années 1890, le Juan Panadero ait été publié sous un autre nom, comme il était courant alors, mais l’absence de documents relatifs à un tel procédé pour la source qui nous intéresse ne nous permet pas de l’affirmer.

46Cela étant, l’étude menée par Juan B. Iguiñiz permet de relever les principales évolutions de ce journal, tout en fournissant des informations globales sur les conditions matérielles de publication du Juan Panadero, au moins pour le début de la période : il est édité pour la première fois dans l’imprimerie de Remigio Carrillo, personnalité politique et intellectuelle de premier plan dans la vie tapatía porfirienne. C’est lui qui donne au journal ses principales caractéristiques :

« Carrillo ne s’est épargné […] aucune dépense, aucun effort ni aucun sacrifice pour donner à son journal la popularité qu’il a obtenue […], c’est ainsi que s’est formé un style propre, non dénué de charme et de correction et remarquable principalement pour sa clarté, sa légèreté, son esprit et sa vivacité » [Iguiñiz, 1955 : 136].

47Le Juan Panadero est donc à l’origine essentiellement l’œuvre d’un homme, dont la personnalité a donné sa marque au journal et pour lequel ont par la suite collaboré beaucoup d’autres personnalités intellectuelles tapatías de premier ordre. Grands amateurs de littérature et de culture européenne, impliqués dans la vie politique de leur pays qu’ils n’hésitent pas à critiquer, les divers journalistes ayant collaboré au Juan Panadero semblent incarner une sorte d’avant-garde intellectuelle dont le journal reste le principal, sinon l’unique moyen d’expression, voire de revendication.

48En effet, et c’est sans doute l’un des principaux intérêts qu’offre un organe de presse à la recherche historique : la presse permet, pour reprendre les termes employés par Élisa Cárdenas Ayala, de « prendre le pouls de la société », constitue un « baromètre des rapports entre les divers acteurs sociaux et politiques »nous livrant un accès « vivant » à l’ensemble des opinions et représentations sociales ayant cours lors d’une période donnée.

49C’est dans cette perspective que nous intéresse la presse, parce rôle de témoin des phénomènes passés, mais également parce qu’elle « nous livre tout à la fois son témoignage et son autobiographie » [Cardenas Ayala, 1998 : 22].

Quelques mises en garde préalables

50Voilà résumé l’axe directeur de ce travail qui entend explorer cette double richesse de la presse, qui n’est bien sûr pas à saisir comme un témoin fidèle de faits concrets qui lui sont contemporains, mais bien comme révélateur des enjeux et manifestations de représentations sociales dont la connaissance n’est pas accessible par des documents administratifs, source à laquelle les historiens ont pourtant souvent recours. Ainsi, parce qu’il est le fruit d’une construction pensée par un groupe restreint d’individus(appartenant à ce que l’on a coutume d’appeler, par une simplification certes discutable mais commode, « élite »), le journal nous donne accès à une vision de la société telle qu’elle était perçue, ou plus subtilement telle qu’elle était voulue par ce même groupe. En effet, il est important de souligner le fait qu’au xixe siècle, la presse (et à travers elle les élites intellectuelles), s’assignait un rôle d’éducation du peuple, et donc diffusait non pas une image de la société telle qu’elle était, mais telle qu’un peuple « civilisé » et moderne devait la souhaiter. Si la presse permet donc indéniablement, d’une part, de » capter […] la mentalité d’une époque, le ton du quotidien, la texture et les nuances du collectif, de ce qui renvoie à une vie sociale diverse et riche dans ses manifestations » [Peredo Castro,2003 : 138] et dans lesquels la référence à l’Europe joue un rôle de premier plan, elle constitue surtout un « précieux observatoire des débats idéologiques », ainsi qu’une source inestimable pour « la connaissance des réactions collectives, pour l’histoire des mentalités et des idées, […] révélatrice des multiples intérêts et préoccupations concrètes des différents groupes sociaux » [Covo, 1993 : 696], et un acteur de premier ordre dans l’orientation et la transformation de ceux-ci.

  • 13 Celia del Palacio Montiel a publié un important travail sur cette modernisation matérielle de la p (...)

51En tant que source d’informations originale et complexe, le journal appelle nécessairement une méthode des plus rigoureuses pour être étudié. L’absence de distance chronologique et le point de vue partial, qui sont deux caractéristiques de la presse, en font en effet un document difficile à analyser, et demandent la prise en considération d’un certain nombre de limites et de mises engarde nécessaires à tout travail à prétention scientifique. La première a trait à la question de la diffusion du journal :quoi que s’inscrivant dans une période d’intense développement de la presse, le Juan Panadero précède cependant la naissance de ce que l’on a appelé la « presse industrielle », incarnée dans le Jalisco par la Gaceta de Guadalajara (1902-1914), premier journal produit suivant des procédés industriels13. Ainsi, et bien que le nombre de tirages ne soit pas connu (aucun des journaux du xixe siècle ne faisait paraître le nombre de tirages), on sait que celui-ci devait être nécessairement limité en raison d’un type de production encore artisanal.

52Par ailleurs, si on envisage le journal comme donnant accès à un ensemble de représentations sociales logiquement se pose la question de sa « représentativité », et par là même de sa place réelle dans la société tapatía de l’époque. L’absence de données claires sur les taux d’alphabétisation dans les États mexicains au xixe siècle rend également difficile l’établissement de statistiques précises sur les lecteurs de Guadalajara. De nombreux débats ont eu lieu à ce sujet, entre ceux postulant un degré élevé d’alphabétisation (c’est le cas de François-Xavier Guerra par exemple), et ceux rejetant cette hypothèse. Les pratiques de lectures collectives qui donnaient accès au journal à des individus ne sachant pas lire rendent, elles aussi, difficilement quantifiable le nombre de lecteurs.

53Quoi qu’il en soit, et sans prétendre résoudre cette difficile question, les témoignages de l’époque nous permettent d’affirmer raisonnablement que le Juan Panadero est resté pendant longtemps le journal le plus lu à Guadalajara, le seul ayant eu :

« le privilège de captiver les masses et de plaire même jusqu’aux plus fins lettrés. Sa réputation était telle qu’il se tirait rapidement à des milliers d’exemplaires, dont la majeure partie se consommait dans cette capitale [du Jalisco], et que plus tard ils circulaient dans toute la République et même à l’étranger. Son prix modique le mettait à la portée de toutes les fortunes, de telle sorte que dès les premières heures de la matinée, le jour de sa sortie, dans chaque atelier, il était lu avec avidité ; même les porteurs d’eau et les garçons de café formaient un cercle pour le lire avec leurs camarades et quelques curieux » [Iguiñiz, 1955 : 137].

54Cet éloquent témoignage nous donne une idée de la diffusion du Juan Panadero et de son importance dans la vie locale. Si les journalistes et bon nombre de leurs lecteurs appartenaient sans nul doute à l’élite intellectuelle et politique de Guadalajara, il ne semble pas exagéré d’affirmer que ce journal avait une diffusion beaucoup plus large dans la société, dépassant les cercles cultivés de la ville pour atteindre un public plus vaste et diversifié. Et le fait que ce journal en particulier soit cité dans la plupart des études portant sur la vie tapatía durant le Porfiriat est une preuve indiscutable de l’importance du Juan Panadero à l’époque : s’il n’a encore fait l’objet d’une étude spécifique, ce journal représente néanmoins une source privilégiée des historiens locaux. Journal plébiscité par la population, le Juan Panadero constitue bien une source tout à fait valide dans l’analyse des représentations sociales que l’on se propose de mener.

55Par ailleurs, et en ce qui concerne l’analyse du texte proprement dit, puisque c’est bien ce que suggère l’étude d’un organe de presse, celle-ci se voit compliquée par un facteur non négligeable : celui de la censure qui a pour inévitable conséquence l’autocensure, plus difficile à identifier. En effet, si les limitations à la liberté de la presse imposées par le gouvernement sont un facteur évident de restriction de l’écrit, le phénomène de l’autocensure est également à considérer, et appelle pour cela une analyse rigoureuse du texte, mettant en jeu des procédés empruntés à l’analyse de texte littéraire. Cette technique, courante dans l’histoire culturelle telle que la pratique notamment Roger Chartier, permet ainsi l’approche la plus juste possible, par l’étude de la construction du discours, des représentations sociales dominantes et de leur remise en cause.

56Enfin, et il s’agit là d’un inconvénient majeur dans le travail de l’historien, et plus encore lorsque l’on concentre l’étude sur une source spécifique : l’état de conservation des archives. Évoquée dans l’analyse que fait Celia del Palacio Montiel de l’historiographie de la presse mexicaine [Del Palacio Montiel, 2006], la mauvaise conservation de la presse régionale, dont le Juan Panadero a également fait les frais, si elle rend le travail d’investigation plus difficile, a aussi pour conséquence l’impossibilité d’établir des statistiques claires sur la source. Autrement dit, alors que l’étude d’une période chronologique déterminée à partir d’un organe de presse lui étant strictement contemporain se verrait enrichie d’une analyse statistique globale de la récurrence de tel ou tel type de référence au cours de la période, celle-ci s’avère difficile et nécessairement partielle : certaines années de publication sont incomplètes, d’autres totalement absentes (on ne dispose, par exemple, d’aucun document pour la période de1891 à 1896).

57L’établissement de données statistiques reste évidemment possible, mais sur des périodes plus courtes et mieux documentées, notamment la décennie des années 1880, pour laquelle on dispose d’un grand nombre de références.

58La perspective originale que l’on a décidé d’adopter appelle ainsi un certain nombre d’ajustements méthodologiques, nécessaires à la rigueur scientifique du travail et amenés à contrebalancer la dimension partiale, subjective, que représente le choix d’articles par le chercheur. Cette dernière limite peut ainsi être nuancée par le recours à d’autres journaux tapatíos de l’époque, venant généralement appuyer ce qui peut être observé dans le Juan Panadero. Tout en restant fidèle à la perspective initiale, la comparaison permettra à la fois d’accéder à une vision plus complète des représentations sociales et des enjeux de la référence à l’Europe dans la société tapatía du Porfiriat, mais également de replacer le Juan Panadero dans une perspective critique essentielle à l’étude de tout organe de presse.

59Après ces mises en garde, il s’agira donc d’analyser les différentes modalités de la référence à l’Europe telles qu’elles sont mises en œuvre dans le Juan Panadero, dans un discours multiforme dont on se propose d’interroger les originalités et les contradictions. Prenant place dans une société dont il constitue une vitrine à la fois moderne et européanisée, le Juan Panadero nous offre un panorama « vivant » de Guadalajara et plante ainsi un décor dans lequel les acteurs locaux se font vecteurs d’un ensemble de pratiques et de normes clairement inspirées du Vieux Continent.

60Véritable miroir d’une société tiraillée entre des références culturelles parfois contradictoires lorsqu’elles ne parviennent pas à la complémentarité, le journal devient alors un observatoire privilégié de tensions identitaires porteuses d’un discours se faisant nettement politique.

Notes

1 C’est dans cette perspective que s’inscrivent par exemple les travaux suivants : Jean Meyer, « Les Français au Mexique au xixe siècle », Cahiers des Amériques latines, n° 9-10, 1974, p. 44-71 ; Clara E. Lida (coord.), Tres aspectos de la presencia española durante el Porfiriato, México, El Colegio de México, 1981 ; ou encore l’ouvrage plus général mais qui fait autorité sur la question : Moises González Navarro, Los extranjeros en México y los mexicanos en el extranjero (1821-1970), México, Colegio de México, Centro de Estudios históricos, 1993.

2 Entre autres ouvrages, on peut citer les études suivantes, dont le titre nous donne une idée du ton utilisé : M. Proal, Pierre Martin Charpenel, L’empire des Barcelonnettes au Mexique, Marseille, Éd. Jean Laffitte, 1987 ; Patrice Gouy, Pérégrination des « Barcelonnettes » au Mexique, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1980 ; Alain Dugrand, Anne Vallaeys, Les Barcelonnettes : les jardins de l’Alameda, Paris, Éd. J.-C. Lattès, 1987.

3 On peut mentionner ces quelques ouvrages aux titres révélateurs, depuis cette étude publiée en 1958 : J. Girard, Le Mexique vu par les Français, d’après l’Illustration, Des Lettres, Bordeaux, 1958 ; aux travaux plus récents de Javier Pérez Siller, « L’image du Mexique dans les publications françaises : le Porfiriat 1867-1905 » dans L’Amérique latine et la « nouvelle histoire », Paris, CREDAL-CNRS, 1990, p. 306-338, en passant par les nombreux travaux d’étudiants en maîtrise, plus rarement en doctorat, écrivant sur ce thème, désormais classique de « l’image du Mexique dans telle ou telle publication française… ».

4 Sur les débats relativement récents autour de l’ambiguïté des termes utilisés pour parler de la « présence européenne » en Amérique latine et des questions de terminologie dans le champ de la recherche sur les « transferts culturels », voir Olivier Compagnon, « Influences ? Modèles ? Transferts culturels ? Les mots pour le dire », Revue América. Cahiers du CRICCAL, n° 33, 2004, p. 11-20.

5 On peut citer, entre autres et à titre d’exemple, l’article de Leticia Gomboa Ojeda, « Los Barcelonnettes en la ciudad de Puebla », in Javier Pérez Siller, Chantal Cramaussel (coord.), México-Francia, memoria de una sensibilidad común, México BUAP, El Colegio de Michoacan, CEMCA, 200, p. 175-193, qui reprend à l’échelle régionale une question déjà largement traitée à l’échelle nationale.

6 Chiffres calculés dans l’ouvrage de Guadalupe Bercerra Celina, Alejandro Solis Macias, La multiplicación de los tapatíos, 1821-1921, México, Colegio de Jalisco, 1994.

7 Témoignage d’Adolfo Dollero, publié dans : Juan B. Iguiñiz (coleccionados y anotados por), Guadalajara a travès de los tiempos. Relatos y descripciones de viajeros y escritores desde el siglo xvi hasta nuestros días, Tomo II, Guadalajara, Jalisco, Ayuntamiento de Guadalajara, 1989.

8 Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ici le fait qu’avec Cusco, au Pérou, la ville de Guadalajara a été l’une des deux anciennes Audiencias d’Amérique latine à ne pas être à l’origine d’un état indépendant par la suite, ce qui n’est pas sans rapport avec ce sentiment et désir d’autonomie développés par les élites tapatías.

9 « Periódico político, chancista, burlón, con sus ribetes de formal y que hablará de puras actualidades » : c’est la façon dont le Juan Panadero se définit lui-même dès 1877, ce « programme » étant annoncé en première page de chaque numéro du journal, avec relativement peu de variantes tout au long de sa publication.

10 Il s’agit d’un groupe de recherche hétérogène, composé d’historiens issus de divers horizons et organisé par le Departamento de Estudios de la Comunicación social, Universidad de Guadalajara, Mexique. Pour plus d’informations, voir le site : http://www.historiadoresdelaprensa.com.mx/. Les travaux de ce groupe sont particulièrement utiles pour mettre à jour les principales problématiques liées à l’étude de la presse et à sa place dans l’historiographie actuelle.

11 Le panorama le plus complet auquel on puisse avoir accès en ce qui concerne la presse de Guadalajara au xixe siècle est sans nul doute celui établi par Juan B. Iguiñiz, El Periodismo en Guadalajara (1809-1915), Emprenta universitaria, Guadalajara, 1955, et qui reste un outil incontournable pour toutes les études menées jusqu’à présent sur la presse tapatía du xixe siècle.

12 En 1893 un certain Manuel Caballero nous dit du Juan Panadero que sa mission « est plus particulièrement d’œuvrer en faveur des droits du peuple pauvre et de l’éduquer le plus possible », cité dans Juan B. Iguiñiz (coleccionados y anotados por), Guadalajara a través de los tiempos. Relatos y descripciones de viajeros y escritores desde el siglo xvi hasta nuestros días, Tomo II, Guadalajara, Jalisco, Ayuntamiento de Guadalajara, 1989.

13 Celia del Palacio Montiel a publié un important travail sur cette modernisation matérielle de la presse tapatía : La Gaceta de Guadalajara : 1902-1914, de taller artesanal a industria editorial, México, UDG, 1995.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/218/img-1.jpg
Fichier image/, 149k

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540