Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Troisième partie. Le Portugal, des frontières de l'Europe aux frontières du monde (1495-1550)

12. Les derniers espoirs de l’expansion portugaise (Brésil, Japon) et la diplomatie des missions de la Compagnie de Jésus

Texte intégral

1A partir des années 1530, pour l’essentiel, l’épopée des grandes découvertes maritimes portugaises était achevée. L’ère de la conquête impériale, elle-même, était close. Aux navigateurs et aux conquérants faisaient place désormais les organisateurs de la conquête, c’est-à-dire l’époque des administrateurs du premier empire colonial mais aussi l’entreprise spirituelle et missionnaire de la conquête des âmes.

2Parmi ces administrateurs de l’empire, les chroniqueurs ont surtout retenu deux noms : Martim Afonso de Sousa (1500-1564) et D. João de Castro (1500-1548). Tous deux marquèrent profondément la quatrième décennie de ce xvi° siècle, exerçant respectivement le mandat de douzième gouverneur des Indes, de 1542 à 1545 pour Martim Afonso de Sousa, et le treizième mandat, de 1545 à 1548, pour D. João de Castro. De plus, ce dernier fut élevé au titre de quatrième vice-roi des Indes. Pendant ces années 1540, véritable tournant du long règne de D. João III, un règne de trente six ans qui dura de 1521 à 1557, les grands épisodes de l’épopée maritime brulèrent de leurs derniers feux lors de la rencontre portugaise avec le Japon.

3Cette rencontre eut lieu en 1543, dans le prolongement de la reprise partielle des relations commerciales officieuses avec la Chine, entre Malacca et Canton. A l’occasion d’une navigation mouvementée, la petite île de Tanegashima, au large de Kyushu, fut abordée par hasard même si les commerçants et navigateurs portugais connaissaient l’importance potentielle de cette terre de l’extrême Asie pour avoir fait l’expérience d’échanges avec leurs homologues et rivaux japonais dans ces mers d’Extrême Orient : les pirates japonais n’écumaient-ils pas régulièrement les côtes chinoises jusqu’à Canton ? Si le Japon se trouvait en dehors du circuit des épices, la rencontre de 1543 n’en provoqua pas moins un assez extraordinaire mouvement de curiosité en Europe même.

4En fait, cette curiosité fut autant spirituelle et religieuse que commerciale. Mais de conquête militaire, il ne pouvait être question. Fréquentant les ports du Kyushu, les commerçants portugais, pami lesquels se détachait la pittoresque figure de Fernão Mendes Pinto (1510-1583), furent d’abord très bien accueillis. Ils bénéficièrent d’un accès assez rapide à la capitale de l’empire nippon. Les Japonais se révélèrent particulièrement intéressés par les armes à feu apportées par les marins portugais, s’empressant de les adapter et de copier les techniques européennes de l’armement. Et les Japonais appelèrent pendant longtemps les mousquets des commerçants portugais des “tanegashima”, en référence à cette rencontre de 1543.

5De son côté, l’élan de conquête spirituelle se situa dans le cadre de l’expansion religieuse du nouvel ordre que la Chrétienté latine venait de créer : la Compagnie de Jésus. Elle fut réalisée par François Xavier (1506-1552), un missionnaire basque issu d’une famille noble résidant non loin de Pampelune, que Paul III avait fait désigner par Ignace de Loyola (1491-1556) pour entreprendre la conversion spirituelle des Indes à la demande de D. João III. François Xavier se trouvait dans cet immense empire portugais d’Asie depuis 1542. Il était parti de Lisbonne le 7 avril 1541, avec la flotte de Martim Afonso de Sousa qui se rendait à Goa afin de prendre ses fonctions de gouverneur et succéder à D. Estãvão da Gama (1505-1575), un des fils du grand Vasco da Gama. Le 20 avril 1542, François Xavier évaluait la situation en ces termes écrivant à Ignace : “Les Portugais ici ne sont maîtres que de la mer et d’un bon nombre d’établissements côtiers où ils ont construit des forteresses et où ils vivent avec leurs familles. De Goa à Ternate 1000 lieues, à Malacca 500, à Ormuz 400, à Diu 300, à Mozambique 900, à Sofala 1200...” Le diagnostic de la tâche conquérante était donc spatialement mesuré. Quant à l’immense poids du nombre des hommes, dans cette Asie du milieu du xvi° siècle, on pouvait l’estimer, des Indes à la Chine et au Japon, à 250-300 millions d’hommes.

6Après Goa, François Xavier s’était attaché à la conquête spirituelle des Moluques. Lors d’un passage à Malacca, il avait rencontré un commerçant japonais nommé Hashiro (Angiro), qu’il amena comme néophyte à Goa. Il parvint avec lui le 15 août 1549 à Kagoshima dans le sud de l’archipel nippon et se lança dans la mission d’évangélisation du Japon avec les Pères Cosme de Torres et Juan Fernandez. Il demeura plus de deux ans au Japon jusqu’en novembre 1551, obtenant de beaux succès à Hirado, à Yamaguchi et même dans la capitale, Kyoto, à un moment où le shogun était absent, puis à Bungo.

7Nombre de débats de haute valeur spirituelle eurent alors lieu entre notre Jésuite, les moines bouddhistes et les daimyo. A cette occasion, l’Europe découvrit véritablement ce Japon divisé par diverses influences féodales partagées entre le shogun et les daimyo au détriment de l’empereur et où le peintre Sesshu, mort en 1506, avait élevé l’art du paysage au sommet d’une culture artistique d’une grande originalité. L’influence des écoles japonaises de peinture ne tarda pas à fasciner l’Europe : l’art des paravents laqués (art namban) séduisit notamment la cour de Lisbonne ; l’épopée portugaise des grandes découvertes y trouva une expression artistique inattendue.

8Mais l’entreprise de conquête spirituelle de François Xavier au Japon fut détournée et aspirée par le monde chinois. En 1550, les négociants portugais de Malacca avaient obtenu l’autorisation officieuse de participer à l’organisation d’une foire annuelle dans l’île Saint Jean (Shang Chuan), dans le détroit de Canton, à moins de cent kilomètres de Macao. La foire avait lieu d’août à novembre. Là, en novembre 1552, François Xavier espéra concrétiser son grand projet de conquête spirituelle de la Chine. Espoir déçu. Le 15 novembre, il était pris de fièvres. Epuisé par son séjour au Japon, 1’”apôtre des Indes” rendit en Chine son âme à Dieu le 3 décembre 1552. Un navire portugais, le “Santa Cruz”, ramena sa dépouille à Goa. Un autre jésuite, le P. Belchior Nunes Barreto arriva à Macao en 1555. Fernão Mendes Pinto décrivit d’ailleurs cet essor de Macao entre 1555 et 1558. De fait, le développement du comptoir connut son “âge d’or” entre 1580 et 1600, autour d’activités commerciales intenses. Macao rivalisa alors avec la capitale officielle du Gouvernement des Indes, Goa, et reçut en 1586 le nom de “Cidade do Nome de Deos na China”.

9Si les relations spirituelles avec la Chine se poursuivirent au point de devenir un des enjeux fondamentaux de l’application des doctrines de conversion élaborées par les membres de la Compagnie de Jésus gagnant aussi le Japon et la Chine à partir de ces Philippines chères à la monarchie espagnole, l’épopée religieuse attint son maximum d’intensité à la fin du xvie et au début du xvii° siècle avec le R.P. Matteo Ricci (1552-1610) en Chine et le R.P. Roberto de Nobili (1577-1656) en Inde. Mais, le Japon se referma sur lui-même et s’isola pratiquement de l’Europe : en 1640, une dernière tentative diplomatique portugaise se transforma en désastre et la plupart des émissaires furent exécutés. Il ne resta plus dans les mémoires européennes jusqu’au milieu du xixe siècle de la chrétienté latine que ce souvenir de l’arrivée des Portugais au Japon dont l’épisode glorieux d’une conquête spirituelle qui se développait partout dans le monde, de l’Afrique à l’Asie et à l’Amérique, sut offrir en 1549 une dimension nouvelle à l’épopée maritime.

10L’expérience de la conquête spirituelle des Jésuites en ce milieu du xvi° siècle avait été aussi tentée sous l’impulsion de D. João III au Brésil. En cette année 1549 où François Xavier arrivait au Japon, le P. Manuel da Nóbrega (1517-1570) débarquait à São Salvador de Bahia de Todos os Santos avec six autres jésuites. En 1550, le P. Leonardo Nunes s'installait à son tour à São Vicente. Puis le P. Anchieta (1534-1597) commençait à entreprendre sa cathéchèse en langue tupi. En 1554, un petit groupe s'installait à Piratininga, la future Säo Paulo. En fait, la colonie portugaise du Nouveau Monde commençait à jouer un rôle notable dans l'immense empire des Trois mondes et, outre le bois précieux, le sucre et la culture de la canne portaient leurs premières espérances.

11Certes, la terre de Brésil n'a guère occupé de place dans l'épopée des “Lusiades” de Camões. Mais l'évaluation de l'importance de cette terre du Nouveau Monde avait été véritablement réalisée par Martini Afonso de Sousa, dix ans avant qu'il n'obtienne son mandat de gouverneur à Goa.

12En 1530, D. João III avait confié à Martim Afonso de Sousa le commandement d'une expédition de cinq navires destinée à inventorier les ressources de cette colonie atlantique et à s'opposer aux agissements des marchands dieppois concurrents. Avec l'aide de son frère, Pêro Lopes de Sousa, remarquable navigateur, Martim Afonso partit de Lisbonne le 3 décembre 1530. Il explora toute la côte brésilienne, du Cap Saint Augustin jusqu'à l'actuel port de Cananeia, au 25° de latitude sud, de janvier à août 1531. Pêro Lopes de Sousa poussa même la navigation jusqu'au “rio da Prata” selon le témoignage du “Diario de navegação de Pêro Lopes de Sousa pela costa do Brasil até o Rio Uruguay” qui relata ce périple. Lors de cette expédition, le premier village fondé au Brésil, São Vicente, qui jouxte l'actuel port de Santos, était créé le 22 mai 1532. Pénétrant dans l'intérieur des terres, un petit groupe parvint jusqu'à la bourgade de Santo André, dans l'actuelle banlieue de São Paulo, qu'un aventurier du nom de João Ramalho avait fondée, s'alliant aux Indiens sous le nom de Caramuru. De fait, Martim Afonso de Sousa, dont la naissance coïncida avec l'année de la découverte officielle du Brésil par Cabrai, devint en 1532 donataire de São Vicente. Là fut construit le premier moulin à sucre du Brésil en 1533.

13Certes, dès son retour à Lisbonne, fin juillet-début août 1533, Martim Afonso de Sousa partit presque immédiatement pour Goa. Il avait reçu mission de venir en aide au gouverneur Nuno da Cunha menacé. Martim Afonso de Sousa ne retourna jamais au Brésil car une seconde carrière aux Indes s’offrait alors au conseiller de D. João III où il exerça d’abord, comme capitaomor de la flotte des Indes, son talent militaire et diplomatique devant Diu, Cochin et l’île de Ceylan jusqu’en 1538. Mais, à l’issue de sa mission au Brésil, la monarchie portugaise entreprit une première expérience d’organisation de la terre d’Amérique.

14Entre 1534 et 1535, D. João III instaura le système des donations : douze capitaines donataires reçurent quinze donations. Parmi ces capitaines donataires, on trouvait, outre Martim Afonso de Sousa et son frère Pêro Lopes de Sousa, Pêro de Gois, un des compagnons de Martim Afonso lors de l’expédition de 1530, Vasco Fernandes Coutinho, qui effectua lui aussi une carrière militaire aux Indes, Pêro de Campos Tourinho, un riche commerçant, Jorge de Figueiredo Correia, un des responsables de la Fazenda Real, Francisco Pereira Coutinho, un ancien de la Carrière des Indes, le navigateur Duarte Coelho, Fernando Álvares de Andrade, trésorier principal du royaume, Antonio Cardoso de Barros, Aires da Cunha et le célèbre João de Barros, auteur de l’ouvrage “Rópica Pnefma” qu’il venait d’écrire en 1532 et dont la publication de l’”Asia” commencera vingt ans plus tard.

15De fait, à l’exception de deux ou trois d’entre eux, ces capitaines donataires ne se préoccupèrent guère de leurs donations brésiliennes. A tel point que D. João III réorganisa ce système en rachetant en 1548 pour la couronne la capitainerie de Bahia et en faisant le siège d’un Gouvernement du Brésil. D. João III confia la première responsabilité de gouverneur à Tomé de Sousa (+ 1579), un ancien officier d’Afrique, qui avait une bonne expérience des Indes. Tomé de Sousa arriva à Bahia le 29 mars 1549 avec une flotte de six navires. Cette flotte transportait les missionnaires jésuites qui accompagnaient le Père Manuel da Nobrega. L’organisation de la conquête avait trouvé au Brésil un autre terrain de laboratoire. Ce terrain n’allait pas tarder, le cycle du sucre aidant, à devenir, à partir de 1570-1580, le nouveau joyau de la Couronne de Lisbonne. Mais, dans ce premier xvi° siècle, l’Orient et l’Asie fascinaient tous les esprits. Et la carrière de Martim Afonso de Sousa, donataire de São Vicente, traduisit bien cette réalité : après son retour des Indes à Lisbonne, en 1539, où il avait servi le gouverneur Nuno da Cunha, dont le premier siège de Diu coïncida avec son remplacement et la nomination de D. Garcia de Noronha comme dixième gouverneur de l'Etat portugais et troisième vice-roi des Indes, Martim Afonso de Sousa retourna à Goa en 1542. Il avait alors atteint le sommet de sa gloire en exerçant de 1542 à 1545 le mandat de douzième gouverneur des Indes.

16D. João de Castro succéda à Martim Afonso de Sousa au Gouvernement des Indes de 1545 à 1548. Celui qui allait devenir le quatrième vice-roi des Indes et s'illustrer militairement à l'occasion du second siège de Diu en 1546, avait déjà acquis une bonne expérience de l'Asie auprès de son cousin D. Garcia de Noronha qu'il avait accompagné depuis son prestigieux départ de Lisbonne en 1538. En fait, D. João de Castro avait alors acquis une belle renommée militaire au Maroc qu'il avait complétée à l'occasion de sa participation au groupe portugais d'intervention commandé par Antonio Saldanha contre le corsaire barbaresque Kheir ed Dine Barberousse pendant le siège de Tunis en juillet 1535 entrepris à l'initiative de Charles Quint. Cette renommée militaire allait se doubler d'une renommée humaniste et scientifique lorsqu'il écrivit notamment trois “journaux de bord”, trois “roteiros”, remarquablement précieux par les relevés hydrographiques et le calcul des longitudes grâce à l'utilisation de la boussole : dès 1538 le “Roteiro de Lisboa a Goa”, puis quelques mois plus tard le “Roteiro de Goa a Diu” et en 1541 le “Roteiro de Goa a Suez ou do Mar Roxo”. D. João de Castro publia même en 1540 un essai sur la langue intitulé “Gramática” à un moment où l'identification des langues “nationales” faisait matière aux vastes débats de la Renaissance culturelle face à la langue latine.

17Mais il avait aussi rédigé avant son départ aux Indes, un “Tratado da Esfera por perguntes e respostas ao modo de díalogo” qui faisait écho au célèbre “Traité” de Jean de Sacrobosco écrit au xiii° siècle. Ses relations suivies avec le célèbre mathématicien Pedro Nunes qui fit imprimer à Lisbonne en 1537 un ouvrage sur le même sujet, montraient à quel point l'expérience critique de la science nautique était susceptible d'apporter un complément à l'humanisme scientifique de la Renaissance. Il est vrai que les frontières de l'humanisme européen devaient alors beaucoup à l'originalité de l'humanisme portugais.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter