Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Troisième partie. Le Portugal, des frontières de l'Europe aux frontières du monde (1495-1550)

11. La diplomatie des grandes ambassades en Ethiopie et en Chine et le partage ibérique du Pacifique (1529)

Texte intégral

1La très forte personnalité de D. Afonso de Albuquerque a impressionné les chroniqueurs et les historiens. L’habitude a été prise de juger les autres gouverneurs qui se succédèrent régulièrement à la tête du Gouvernement des Indes comme des personnages pâles et timorés à l’exception du brillant D. João de Castro, dont le haut fait d’armes fut de délivrer en 1546 la forteresse de Diu assiégée où résistait D. João Mascarenhas. Illusions de l’épopée militaire. D’évidence, la conquête d’Ormuz marquait le couronnement d’une période où l’expansion maritime des grandes découvertes s’était identifiée pendant six ans à l’épopée militaire. Concevoir le développement d’autres modes relationnels à partir de l’expansion maritime releva pendant longtemps d’une seule interprétation des réalités de l’empire, celle du déclin. Que n’a-t-on pas écrit sur la “faiblesse” de D. Lopo Soares de Albergaria, homme d’intrigues et de cour ! La vertu de la force n’avait-elle pas été remplacée par la faiblesse des compromissions ? En 1517, passant devant Aden et réussissant sans difficulté à pénétrer en Mer Rouge, à la tête d’une armada de dix navires, Lopo Soares n’aurait même pas saisi l’opportunité de conquérir la cité invaincue des rêves conquérants de D. Afonso de Albuquerque ! Ne conviendrait-il pas de mieux prendre la mesure des mutations subies par la politique de D. Manuel I après ce moment d’intenses activités militaires qui, du Maroc à la mer d’Arabie, avaient engendré les conquêtes d’Azemmour et d’Ormuz mais aussi produit dans l’imaginaire les rêves conquérants de Fès, Aden ou La Mecque ? A partir de 1515, le Portugal de D. Manuel I était retourné à la “realpolitik” : renforcement de l’implantation aux Indes, relance des activités commerciales et diplomatie des ambassades, même dans le domaine religieux, telles furent les grandes lignes d’une intense activité redéployant l’expansion maritime vers d’autres objectifs que les croisades maritimes. La “fortune” de D. Manuel I fut aussi de ne pas avoir persévéré dans les seuls pas de la réaction nobiliaire que D. Afonso V avait suivis.

2Lorsque D. Lopo Soares de Albergaria partit de Lisbonne, dans les premiers mois de l’année 1515, il était accompagné de deux importantes délégations : l’une devait établir enfin ces relations avec l’Ethiopie du Prêtre Jean dont l’empire s’était ancré dans la réalité depuis le voyage de Pêro da Covilhã ; l’autre avait pour objectif de nouer des relations officielles avec l’empire de Chine.

3A la tête de la délégation à destination de l’Ethiopie qui fit le voyage de Goa sur la nave “Piedade”, se trouvaient deux personnages : Duarte Galvão, un “fidalgo” blanchi sous le harnais de la tradition chevaleresque qui assurait la responsabilité de cette ambassade et un marchand d’origine arménienne, portant le nom chrétien de Mathieu. Se disant envoyé de l’impératrice Hélène, qui assurait la régence du Négus Lebna Denguel, Mathieu l’Arménien était parti d’Ethiopie en 1503, muni de lettres officielles authentifiées par un morceau de la Vraie Croix, en réponse aux sollicitations de Pêro da Covilhã. Parvenu après bien des vicissitudes à Goa, D. Afonso de Albuquerque l’avait fait voyager vers Lisbonne où D. Manuel I l’avait accueilli avec fastes. Damião de Gois (1502 - 1574) a laissé un récit relativement détaillé de ces rencontres où la cour portugaise s’attacha à mesurer l’importance des propositions d’Hélène.

4Un troisième personnage participa à cette épopée diplomatique éthiopienne, le Père Francisco Álvares, originaire de Coimbra. Il en fit un témoignage de grande qualité dont la lecture passionna l’Europe entière dès sa première édition imprimée à Lisbonne en 1540 sous le titre “Verdadeira informação das terras do Preste João das Indias...”

5Certes, en 1515, D. Manuel I avait déjà chargé plusieurs dignitaires d’une telle mission. Tristão da Cunha, par exemple, avait débarqué quelques dix ans plus tôt dans le Golfe d’Aden deux envoyés spéciaux de la monarchie portugaise, le père Fernão Gomes et João Sanches, en compagnie d’un Maure du nom de Cide Mohamed, afin de concrétiser l’œuvre de Pêro da Covilhã. Dans le contexte stratégique de la croisade maritime, la plaidoirie de Mathieu en faveur de la relance d’une telle ambassade finit par convaincre D. Manuel I. Mais, si l’expédition avait bien été organisée avec l’objectif d’une liaison entre les deux mondes “chrétiens” d’Europe et d’Afrique, la perspective n’était plus immédiatement conquérante. Lopo Soares de Albergaria, après avoir d’abord renforcé les positions portugaises aux Indes mêmes, notamment en établissant la forteresse de Chaul, s’engagea personnellement, en 1517, dans la réalisation de cette mission éthiopienne. Cette tentative tourna court, car au moment où l’ambassade était parvenue à pied d’œuvre, en Mer Rouge, le vieil ambassadeur Duarte Galvão fut emporté par la maladie. Il ne restait plus à Lopo Soares qu’à regagner Goa, informer Lisbonne de la situation et construire aux Indes une nouvelle forteresse, celle de Ceylan, tout en attendant des nouvelles de la Chine.

6A Lisbonne, un nouvel ambassadeur pour l’Ethiopie fut désigné, D. Rodrigo de Lima. Il échût au successeur de Lopo Soares de Albergaria à la tête dui Gouvernement des Indes, Diogo Lopes de Sequeira, la responsabilité de conduire de Cochin en Mer Rouge la nouvelle ambassade portugaise en Ethiopie en 1520. Extraordinaire mission diplomatique de six années au pays du Négus, l’empereur David II, alias Lebna Denguel. La rencontre entre la délégation portugaise et le Négus eut lieu le 19 novembre 1520. Des messages furent échangés entre les deux monarques et le Père Francisco Álvares s’attacha à décrire avec précision les pratiques religieuses, la vie et les coutumes de cet empire du Prêtre Jean. Quelle ne fut pas la surprise des membres de la délégation portugaise de rencontrer à la cour du Négus dès leur arrivée Pêro da Covilhã lui-même ? A la cour de Lebna Denguel se trouvait aussi le peintre vénitien Nicolas Brancaleone, appelé pour décorer les églises et dont la maîtrise technique de la miniature influença l’art copte abyssin. Eglise de Rome, église copte : un dialogue direct était engagé. Un grand moment de cette vie diplomatique fut ce 15 avril 1523 où l’ambassadeur portugais eut à informer le Négus David II de la mort de D. Manuel I dès que la nouvelle lui fut connue. D’autres entretiens portèrent sur la situation politique et religieuse du monde autour d’un planisphère remis par la délégation portugaise où le Négus évalua les territoires respectifs occupés par les différentes monarchies dans l’Europe chrétienne et au cours desquels la délégation de D. Rodrigo de Lima dut justifier l’exiguité territoriale du royaume de Portugal. D’autres concernèrent encore les trois forteresses dont le Négus accorda la construction aux Portugais à Massouah, à Suakin et à Zeila, ports situés d’ailleurs en dehors de l’empire abyssin dont les limites furent désormais mieux connues. L’ambassade quitta l’Ethiopie le 28 avril 1526. Elle débarqua à Santarém le 27 juillet 1527. Le Père Francisco Álvares n’apportait-il pas avec lui, en plus des lettres d’amitiés destinées à D. João III, des lettres de créance le chargeant de représenter le Négus auprès du Souverain Pontife qu’il présenta au pape Clément VII venu en 1530 à Bologne sacrer Charles Quint empereur ?

7Si, en 1515, Lopo Soares de Albergaria avait la responsabilité de conduire Duarte Galvão en Ethiopie, il avait aussi parmi les capitaines de son armada Fernão Peres de Andrade dont la mission était de commander une flotte à destination de la Chine, chargée de transporter l’ambassadeur de D. Manuel I, Tomé Pires. Tomé Pires était déjà aux Indes depuis 1511 où il était parti avec la flotte de D. Garcia de Noronha. Il y exerçait la charge de “facteur” de ces drogues que le Portugal était en train de trouver d’abondance en Asie.

8Le père de Tomé Pires, apothicaire de D. João II, l’avait initié tout jeune aux pratiques des drogues et herbes médicinales. Une telle connaissance se révéla particulièrement utile au moment où l’expansion maritime découvrait le cycle des épices et drogues des Indes et de l’extrême Asie. Tomé Pires exerça sans doute la charge d’apothicaire de l’infant D. Afonso qui mourut accidentellement en juillet 1491 et bénéficiait d’une grande renommée à la cour de Lisbonne fascinée par les connaissances de ces médicines nouvellement répandues.

9Dès lors, son destin se trouvait tracé : comment cet apothicaire herboriste aurait-il pu ne pas se rendre aux sources mêmes de ce nouveau trafic international ? Il installa son commerce à Cannanore et Cochin puis fut chargé par D. Manuel I lui-même de se rendre à Malacca afin de surveiller les tractations engagées par les fidèles de D. Afonso de Albuquerque, Rui de Araujo, responsable du comptoir, et Rui de Brito, commandant de la forteresse. De Malacca, Tomé Pires parcourut les îles de la Sonde et suivit avec attention les nombreuses activités commerciales de l’extrême Asie, notamment les échanges développés par Jorge Álvares puis Rafael Perestrello entre l'Insulinde et l’île de la Rivière de la Perle dans le delta de Canton, appelée alors île da Veniaga ou Tamão (Lin-Tin). Sans doute rédigea-t-il à ce moment son ouvrage contenant de si précieux renseignements sur les drogues d’Asie, la “Summa Oriental”, qui devait faire l’admiration de Garcia de Orta un demi siècle plus tard.

10Selon les instructions de D. Manuel I, Fernão Peres de Andrade récupéra Tomé Pires aux Indes afin de conduire l’ambassadeur désigné du roi de Portugal à Canton. Partie de Goa en février 1516, l’ambassade portugaise resta près d’un an à Malacca qu’elle quitta en juin 1517. A la tête de huit navires dont quatre jonques chinoises, l’escadre portugaise arriva à Lin-Tin, l’avant-poste de Canton, en juillet 1517 escortée d’une flotille chinoise de la police maritime chargée de protéger les côtes contre les pirates japonais. En fait diverses discussions opposèrent le commandant de l’escadre et l’ambassadeur : alors que Fernão Peres de Andrade s’efforçait de montrer la force de son escadre, Tomé Pires était obligé de négocier minutieusement, selon un rituel complexe, l’autorisation de se rendre à Pékin.

11Laissant Tomé Pires sur place, Fernão Peres de Andrade regagna Malacca en 1518. L’année suivante, alors que Tomé Pires était toujours en négociation à Canton, une petite escadre commandée par Simão de Andrade, le frère de Fernão, chercha à s’installer de force à l’entrée du delta et commança même à construire une petite forteresse à Lin-Tin. Ce médiocre imitateur d’Albuquerque ne tarda pas à être remis à la raison par les autorités de la province de Kwang-Tung mais l’incident devait provoquer une grande méfiance de la part des Chinois à l’égard de ces nouveaux venus du commerce d’Asie. Si l’ambassade de Tomé Pires ne fut pas ajournée, l’attitude des autorités de l’Empire du Milieu fut désormais empreinte d’une certaine hostilité envers les conquérants de Malacca et de Goa.

12Certes, Tomé Pires reçut enfin l’autorisation de quitter Canton le 23 janvier 1520 et put entreprendre son voyage diplomatique vers la capitale de l’empire céleste afin d’essayer de rencontrer le dixième empereur de la dynastie Ming, Wu-Tsung, qui avait pris comme nom de règne celui de Cheng-teh. Tomé Pires se rendit d’abord à Nankin où l’empereur se trouvait alors mais il se garda bien de le recevoir. Tomé Pires poursuivit alors vers Pékin qu’il atteignit en février 1521 et attendit l’arrivée de Wu-Tsung. La chance n’était pas au rendez-vous de l’ambassade de Tomé Pires : non seulement les autorités chinoises ne manifestèrent aucun empressement à le recevoir en raison des suspicions que les piteux exploits militaires avaient suscitées mais l’empereur lui-même, malade et affaibli, préoccupé par de graves troubles sociaux et de nombreuses révoltes paysannes, mourût peu après son retour à Pékin. Tomé Pires ne put que repartir de la cité impériale le 22 mai 1521. Il se retrouva à Canton en septembre où les choses se compliquèrent très sérieusement. En effet, pendant toute l’année 1521, les navires portugais n’avaient cessé de guerroyer pour s’emparer du port et le conflit était pratiquement déclaré. Aussi l’ambassadeur fut retenu en otage. Tomé Pires fut-il emprisonné et soumis à de mauvais traitements comme l’indiquèrent certains témoignages portugais ? Ne suivit-il pas l’attitude d’un Pêro da Covilhã, s’installant dans cette Chine qui se referma sur lui où, fondant une famille, il aurait alors engendré une fille, cette merveilleuse métisse luso-chinoise du nom d’Inês de Leira, que Fernão Mendes Pinto, l’auteur de la célèbre “Peregrinação” (”Pérégrination”), imprimée en 1614 trente et un ans après sa mort, aurait rencontrée lors de son séjour en Chine en 1543 ?

13Ainsi, cette stratégie diplomatique se révéla être un demi échec. Si le royaume du Prêtre Jean s’était ouvert sur le Portugal et l’Europe, l’empire du Milieu s’était refermé. L’importance de l’extraordinaire ambassade de Tomé Pires à Pékin ne fut mesurée que vingt ans plus tard lors de l’aventure commerciale et missionnaire des années 1540. Certes, les autorités chinoises acceptèrent de reconnaître une reprise partielle et officielle des activités marchandes du grand port de la Chine du Sud avec les étrangers en 1530 alors que la contrebande avait suppléé aux relations officielles. Mais pouvait-il en être autrement puisque de 1515 à 1529 les relations commerciales des Portugais s’étaient étendues à l’ensemble de la Malaisie, des îles de la Sonde aux Moluques, encerclant la Mer de Chine dans une nouvelle frontière de l’expansion maritime aux portes du Pacifique ?

14Car, depuis la conquête du détroit par D. Afonso de Albuquerque, les autorités portugaises de Malacca s’étaient efforcées de contrôler ces routes traditionnelles des drogues de l’Asie. Le premier commandant de la forteresse, Rui de Brito Palatim fit appliquer le “regimento” établi par Albuquerque afin de permettre aux commerçants portugais d’obtenir un compromis favorable avec les marchands malais et javanais. Complexité du personnage : Afonso de Albuquerque ne négligeait aucunement les intérêts mercantiles dont il usa d’ailleurs pour lui-même tout en poursuivant son projet de croisade maritime à Aden. Au demeurant, la cohabitation entre ce que les historiens ont appelé la “conquête thalassocratique” de cette extrême Asie, de l’Insulinde aux Moluques, et les marchands malais et javanais à la tête de leurs jonques parcourant la Mer de Chine et les îles de la Sonde, fut empreinte d’une certaine estime réciproque. Ainsi, le grand marchand de Java, Curja Deva, apparut comme un partenaire compréhensif. Du côté portugais, Antonio de Miranda dès 1513, Alvaro Diogo Coelho, Manuel Falção furent parmi ces principaux commerçants-navigateurs qui parcoururent les îles jusqu’à l’arrivée du gouverneur Diogo Lopes de Sequeira qui succéda à Lopo Soares de Albergaria en 1518. Fort de sa remarquable connaissance du terrain, depuis son premier séjour à Malacca dès 1509, Diogo Lopes de Sequeira envisageait favorablement le développement de telles relations commerciales même s’il ne parvenait pas toujours à maîtriser les tentations conquérantes comme à Canton. Dans la foulée, la côte australienne était repérée en 1522.

15Mais, Diogo Lopes de Sequeira se trouva confronté à l’expansion espagnole à partir du Pacifique dont Fernão de Magalhães (Magellan) apparaissait comme l’instrument du destin. Revanche tardive de l’expansion maritime sur la militarisation de la conquête ? Lorsque Fernão de Magalhães s’installa à Séville en octobre 1517, sous la protection de Diogo Barbosa, où ne tarda pas à le rejoindre le cosmographe Rui Faleiro, D. Afonso de Albuquerque était mort depuis deux ans à peine et Diogo Lopes de Sequeira n’occupait pas encore la charge de Gouverneur. La question se posait de l’appartenance des Moluques aux mers portugaise ou espagnole. Le traité de Tordesillas en avait fixé la délimitation dans l’Atlantique. La ligne de démarcation de Tordesillas avait son corollaire en Orient. Etablir avec exactitude ce méridien permettrait de trancher l’appartenance des Moluques. Moluques ou Philippines, tout dépendait de la mesure des longitudes.

16Atteindre les Moluques sans passer par l’Océan Indien, le domaine portugais, impliquait de posséder une double maîtrise : celle de l’Atlantique en dominant le contournement du Nouveau Monde, de cette “terre d’Amérique” chère au Florentin Vespucci ; celle de la liaison maritime Amérique-Asie à travers cette mer océane -la “Mer du Sud”- découverte par Balboa en 1513 qui venait de franchir l’isthme de Panama et appelée “Pacifique” par Magellan. La liaison Amérique-Asie par l’Amérique centrale a bien été envisagée. Un certain Gil Gonzalez de Ávila a tenté une expérience à partir de Panama au début de 1521. Mais la route qui devait devenir celle du galion de Manille ne sera établie que bien après la conquête du Mexique, bien après la prise de Tenochtitlán par Cortès le 13 août 1521. La grande expédition de Villalobos à partir de la Nouvelle Espagne n’aura lieu qu’en 1542. Et ce fut un échec.

17La liaison Amérique-Asie par Séville avait été accomplie entre 1519 et 1522. Elle supposait possible le contournement de l’Amérique. Par le Nord ou par le Sud ? Le Nord, l’Atlantique nord, était le domaine de prédilection des Corte Real : celui de Gaspar qui avait découvert Terre Neuve au début du nouveau siècle, le xvi°, et celui de son frère Miguel. Mais, s’appuyant sur les travaux du cosmographe Juan de La Cosa et les nouveaux relevés de la côte américaine effectués par Juan Diaz de Solis jusqu’au Rio de la Plata en 1516, Fernão de Magalhães opta pour l’Atlantique sud. Contournement de l’Afrique et contournement de l’Amérique par l’Atlantique sud étaient bien conformes aux stratégies de navigation portugaises.

18Antonio Pigafetta nous a laissé le récit détaillé du périple de ce premier voyage autour du monde. La flotte de Magalhães atteignit l’Océan Pacifique le 28 novembre 1520, après avoir cherché pendant plusieurs mois le passage du “détroit”. Elle parvint à l’archipel des Marianes le 6 mars 1521. Dans la petite île de Mactam, après avoir identifié les Moluques, Fernão de Magalhães perdit la vie le 27 avril 1521 pour avoir voulu participer de trop près aux conflits entre les différents rois de ces îles que Francisco Serrão avait décrites. Sebastian El Cano assura alors le commandement de l’expédition. Elle revint à San Lucar par la voie retour de la Route portugaise des Indes après autorisation. La monarchie espagnole confia à Fray Garcia de Loaysa le soin d’entreprendre une nouvelle expédition en 1525 à partir de l’axe Atlantique-Pacifique en lui octroyant le titre de “Capitaine général et Gouverneur des îles des Moluques”. Mais la navigation dans les “quarantièmes rugissants” du Sud de la Patagonie présentait des périls incomparablement plus nombreux que le contournement de l’Afrique qui avait pourtant englouti en son temps Bartolomeu Dias.

19Toutefois, sur le terrain diplomatique, l’Espagne et le Portugal tenaient au partage du Pacifique et de l’Asie. Dix ans après le départ de Fernão de Magalhães, le traité de Saragosse, signé le 15 avril 1529, réglait le partage de l’extrême Asie-Pacifique : l’empereur Charles Quint “cédait” la possession des Moluques au Portugal alors qu’il apparaissait bien que les îles se situaient dans la “zone” portugaise en échange d’une coquête indemnité de trois cent cinquante mille ducats en monnaie d’or et d’argent qui lui furent très utiles pour financer sa politique européenne.

20Le traité de Saragosse fut ratifié par Charles Quint le 23 avril à Lérida et par D. João III le 20 juin à Lisbonne. L’accord de Saragosse peut être considéré comme l’antithèse de l’accord de Tordesillas et la faiblesse de D. João III se trouva opposée à la fermeté de D. João II. Mais l’attitude de l’impératrice Isabelle, sœur de D. João III et épouse de Charles Quint, ne pencha-t-elle pas en faveur de l’Empire au moment ou le royaume de Portugal identifiait de plus en plus sa politique internationale à l’alliance ibérique au détriment d’autres opportunités européennes ?

21Mais le partage du Pacifique se trouva remis en cause avec la question des Philippines, dont Fernão de Magalhães avait découvert quelques-unes des sept mille îles de l’archipel le 16 mars 1521. Leur nom, celui de l’infant Philippe, le futur Philippe II, fut attribué à l’archipel en 1543, à l’initiative du vice-roi du Mexique, Antonio de Mendoza, qui avait chargé une flotte de six navires, commandés par Ruy Lopez de Villalobos, de parcourir le Pacifique. La conquête de l’archipel fut effectuée de 1565 à 1570. Elle aboutit à la création de la ville de Manille en 1571. Désormais la route océane du Pacifique s’établissait entre Manille et Acapulco. Alors commençait l’époque du galion de Manille.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter