Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Troisième partie. Le Portugal, des frontières de l'Europe aux frontières du monde (1495-1550)

8. La maîtrise de l'Atlantique, des “Portes de l'Inde” à la “Route des Indes”

Texte intégral

1Entre le retour de Bartolomeu Dias à Lisbonne en décembre 1488 et le départ de Vasco da Gama le 8 juillet 1497 vers les Indes, plus de huit années s’étaient écoulées. Huit longues années. On a beaucoup épilogué sur une telle durée. Pourquoi un tel délai alors, cette fois, que le résultat de l’expédition de Bartolomeu Dias apparaissait très correct ?

2Un tel délai semble en effet bien long si on le compare avec la régularité annuelle de l’enchaînement des expéditions entre 1482 et 1488. Plusieurs historiens ont considéré qu’il était impossible que, de 1489 à 1495 voire à 1497, aucune expédition n’ait été programmée et réalisée. Toujours la politique du “secret”. Certains ont même suggéré qu’une expédition aurait eu lieu en Afrique orientale jusqu’à Sofala : ils estimaient que Vasco da Gama n’aurait “sauté” délibérément cette étape, si précieusement décrite par Pêro da Covilhã, pour se rendre plus vite aux Indes, que parce que Sofala était déjà connue. Aujourd’hui, les historiens plaident davantage la prudence à l’égard de ces voyages secrets et supposés mais l’arrêt des expéditions pendant huit ans, entre 1489 et 1497, demeure quand même problématique. Il est certain que D. João II eut à faire face à de nombreux et difficiles problèmes pendant ces années de fin de règne. Sans en dresser une liste exhaustive, citons notamment : éviter l’escalade au Maroc ; établir des compromis avec la Castille et les Rois catholiques, depuis le mariage de son fils à la négociation de Tordesillas ; assumer la succession au trône ; accueillir une partie des Juifs chassés d’Espagne qui seront ensuite expulsés par son successeur ; prendre la mesure des précieuses informations envoyées par Pêro da Covilhã ; faire étudier la construction d’un nouveau type de navires qui remplacera la caravelle dans l’expansion maritime... Même l’expédition de 1497 fut retardée à plusieurs reprises, ne serait-ce que parce que D. Manuel avait initialement confié sa direction, dès 1495, à Estêvão da Gama et que le capitãomor de la ville de Sines mourût sur ces entrefaites malencontreusement.

3Le choix du nouveau monarque pour diriger l’expédition se porta alors sur Vasco da Gama, le second fils d’Estêvao da Gama. Son frère aîné, Paulo da Gama, de santé fragile, en aurait récusé la responsabilité. Paulo da Gama n’en fit pas moins le voyage. L’expédition fut composée de quatre navires : trois d’entre eux apparaissaient comme de nouveaux prototypes, communément appelées “naves” (nefs), et un quatrième, de type caravelle ronde, devait assurer la liaison avec les naves. Ces trois nouveaux navires allaient affronter l’Atlantique pour la première fois. Composés de trois mâts, avec à l’arrière sur le mât d’artimon, une voile latine, triangulaire, et des voiles carrées au milieu et à la proue, ces trois naves disposaient de pièces de rechange, construites en trois exemplaires, normalisées afin de pouvoir être placées indifféremment sur chacun des navires. Leurs châteaux étaient garnis par deux rangs serrés de canons. Ceux-ci vont d’ailleurs fortement impressionner les habitants de Calicut montrant à quel point expédition de découverte et conquête militaire se trouvaient liées.

4Le “São Gabriel” était commandé par Vasco da Gama lui-même, assisté du pilote Pêro de Alenquer, un des pilotes de l’expédition de Bartolomeu Dias. Le “São Rafael” était commandé par son frère, Paulo da Gama. Le troisième, connu sous le nom de “Bérrio”, du nom de son pilote, était commandé par Nicolau Coelho. Quant à la caravelle de ravitaillement, elle appartenait à un marchand de Lisbonne, Aires Correia, et était commandée par Gonçalo Nunes. Bartolomeu Dias accompagna l’expédition sur un cinquième navire jusqu’au Cap Vert avant de faire route vers ses nouvelles fonctions à São Jorge da Mina.

5Composée d’environ cent cinquante hommes, la flotille partit du Tage le 7 juillet, après reccueillement de l’équipage à Nossa Senhora de Belém en présence de D. Manuel. Ayant souffert de quelques difficultés de navigation, elle atteignit les Canaries le 15 et se regroupa à l’île de Santiago. Le 3 août, elle passa devant le Cap Vert puis mit cap au large, vers l’Ouest-Sud-Ouest, empruntant la future direction du Brésil afin de profiter des meilleures conditions de navigation dans l’Atlantique Sud.

6Mesurons la difficulté à résoudre : si la flotille voulait atteindre les Indes dans des délais raisonnables, il ne pouvait plus être question de longer la côte africaine dont Bartolomeu Dias avait identifié les vents et courants contraires à partir des côtes congolaises. Dias avait mis près de huit mois pour franchir le Cap de Bonne Espérance en longeant interminablement cette côte africaine vers le Sud. Il fallait donc inventer une route hauturière raccourcissant la durée du contournement de l’Afrique. Le 4 novembre, c’est-à-dire à peine quatre mois après le départ au large à partir du Cap Vert - mais quatre mois de navigation hauturière sans escale, c’était à l’époque un record absolu ! - la flotille de Vasco da Gama atteignit la baie de Sainte Hélène à trente lieues à peine au Nord du Cap de Bonne Espérance. La navigation au large avait été presque parfaite : elle avait d’abord bénéficié des vents et des courants favorables en direction de l’Ouest Atlantique au large du Cap Vert puis récupéré les alizés du Sud et plongé vers l’Est, vers la côte africaine. La grande “volta” de l’Atlantique sud était ainsi expérimentée dans son ensemble. L’historien du voyage de Vasco da Gama, l’amiral Gago Coutinho, pouvait écrire à juste titre que le Portugal désormais possédait une maîtrise totale de la mer océane.

7Le 22 novembre, le cap extrême de l’Afrique était doublé, puis les limites d’Angra de São Brás et du Rio do Infante franchies. Le 25 décembre 1487, jour de la Nativité, la flotille touchait une terre que les navigateurs appelèrent Natal. Elle remonta ensuite la côte africaine orientale jusqu’à l’embouchure d’un fleuve au Nord de la future Lourenço Marques (Maputo). Selon Àlvaro Velho, qui assura la rédaction du “Journal de bord” de l’expédition, ce pays fut appelé “Terre des Bonnes gens” (Terra da Boa Gente) le 10 janvier 1498 en raison de l’accueil chaleureux et cordial que les navigateurs reçurent des populations Cafres. Le 25 janvier, l’expédition arrivait au Rio dos Bons Sinais (Quelimane), une des composantes située au Nord du réseau fluvial du Zambèze et fit une première longue escale jusqu’au 24 février afin de reconstituer son potentiel. Passée au large de Sofala sans s’arrêter, la flotille se préparait alors à affronter véritablement les domaines de navigation de l’Océan Indien où excellaient les navigateurs arabes.

8Nouveau départ. Le 2 mars, Vasco da Gama et ses compagnons parvenaient à l’île de Mozambique où relâchaient nombre de navires arabes. Les premiers contacts avec le monde musulman de l’Afrique orientale furent assez tendus : on s’observait de part et d’autre et les marchands musulmans s’inquiétaient de voir de nouveaux venus parcourir pour la première fois des régions dont ils contrôlaient entièrement le commerce. Deux produits faisaient l’objet de leur trafic : les esclaves capturés à l’intérieur de l’Afrique et conduits dans les ports de Sofala, Kiloua et Zanzibar - Zanzibar, la Zendji-Bar ou “Pays des esclaves”- à destination du Proche Orient et l’or dont les gisements se trouvaient dans le Zimbabwe-Monomotapa, exporté par Sofala. Implantés le long de cette côte africaine orientale, les comptoirs musulmans organisaient le troc avec les Indes, cotonnades en provenance du Goujrat et épices, notamment le gingembre et le girofle. Certes, à leur premier contact avec les navires légers - les zamboucs, conçus à base de palmier cousu et de fibres végétales, Vasco da Gama et ses compagnons n’avaient pu encore prendre la mesure exacte de ces échanges, mais les précieuses indications concernant les relations de l’Afrique orientale avec l’Inde reçues de Pêro da Covilhã apparaissaient confirmées.

9Vasco da Gama entreprit donc de solliciter l’engagement de pilotes arabes afin de poursuivre sa navigation. Le choix de ces premiers pilotes fut-il malheureux ou s’ingenièrent-ils à compliquer à dessein la route maritime des Portugais le long des côtes africaines ? Toujours est-il que l’expédition traversa la région en faisant face à bien des difficultés. Vasco da Gama parvint à Mombassa le 7 avril. La tension avec le sultan de la ville monta d’un cran et Vasco da Gama s’empressa de quitter Mombassa. Il se présenta devant le port de Melinde le 14 avril, au moment où quatre navires hindous étaient au mouillage.

10Là, les relations avec le sultan local furent beaucoup plus courtoises. La rumeur courait même, dans l’équipage, que des chrétiens se trouvaient dans la cité. Àlvaro Velho, dans son “Roteiro”, fit état de cette rencontre avec les présumés chrétiens. En fait, ces derniers n’étaient autres que des Hindous honorant une déesse à l’enfant assez semblable à la Sainte Vierge. Toutefois, l’illusion était complète lorsqu’ils se prosternèrent devant l’image authentique de la Vierge qu’on leur montra parmi les douze apôtres. Une telle rencontre renforça chez les navigateurs portugais l’idée de trouver aux Indes des disciples du Christ. Après diverses festivités, ils souhaitèrent prendre voile au plus vite.

11Le sultan de Melinde accepta favorablement la requête de Vasco da Gama concernant l’engagement d’un nouveau pilote pour se rendre à Calicut. Les textes de l’époque ont conservé son nom : Malemo Canaca. Cependant, ce nom ne désignait qu’une profession apparemment répandue en ces lieux -”pilote astrologue”- et ne correspondait absolument pas à un nom propre. Ce pilote ne faisait-il qu’une seule et même personne avec le célèbre pilote arabe Ahmed Ibn Madjid, “le meilleur technicien de la navigation dans l’Océan Indien au XV° siècle” selon l’expression de Damião Peres ? Assurément non, puisque Ahmed Ibn Madjid cessa de naviguer vers 1465. Mais cette navigation de Vasco da Gama, de Melinde à Calicut, entre le 24 avril et le 20 mai 1498, fut de grande importance : les deux techniques de navigation, la technique portugaise et la technique arabe, se trouvèrent confrontées pour le plus grand bien de la science nautique et de son application dans l’Océan Indien.

12Le 20 mai 1498, la flotille de Vasco da Gama jetait l’ancre sur la côte du Malabar. Après trois cent douze jours de voyage, la première liaison maritime entre l’Europe et les Indes par l’Atlantique venait d’être assurée. A peine débarqués à Calicut, les Portugais furent accueillis par... deux Maures de Tunis, maîtrisant parfaitement le castillan et le génois. Quelle ne fut pas leur surprise de trouver, après le contournement de l’Afrique, leurs riveaux du monde méditerranéen ? On connaît bien, grâce à Àlvaro Velho, le dialogue de cette rencontre, mêlant à l’étonnement réciproque l’hostilité méfiante des marchands musulmans inquiets d’une telle incursion et l’assurance des conquérants portugais “Que le diable vous emporte ! Que venez-vous faire ici ?” questionnèrent les deux Maures. A quoi l’envoyé de Vasco da Gama, descendu en reconnaissance à terre, répondit, selon les instructions reçues : “Nous sommes à la recherche de chrétiens et d’épices”. Et comme les deux Maures s’étonnaient de ne pas voir des représentants des rois de Castille et de France ainsi que ceux de la Sérénissime république de Venise parmi les nouveaux venus, l’interlocuteur affirma que le roi de Portugal ne l’avait pas permis. Était-il possible de traduire plus naturellement la prépondérance acquise par le petit royaume de l’extrême sud de l’Occident chrétien ?

13Les deux Maures conduisirent alors l’envoyé de Vasco da Gama, un des quelques voyous embarqués de force à Lisbonne et que le chef de l’expédition expédiait systématiquement en éclaireur afin de ne pas tomber dans une embuscade, à leur domicile. Ils lui offrirent du pain et du miel. Puis, l’un deux, appelé Monçaide, selon João de Barros, monta à bord et engagea la discussion.

14Les informations recueillies confirmaient à nouveau les rapports de Pêro da Covilhã : Calicut était bien le port des épices, le gingembre du Dekkan, la cannelle de Ceylan, le poivre de Malaisie, le girofle des Moluques, toutes épices dont les Arabes faisaient commerce avec Aden et Alexandrie mais aussi avec l’Afrique orientale, Istambul et la Méditerranée. D’ailleurs pendant son séjour de trois mois, Vasco da Gama comptabilisera près de mille cinq cents navires arabes dans les ports de l’Inde. Il était donc opportun de rencontrer directement le roi de Calicut, le “seigneur des Mers”, le Samorim. Vasco da Gama lui délègua deux ambassadeurs. La rencontre fut fixée au 28 mai.

15Etrange rencontre de deux mondes, le monde européen et le monde indien par delà l’Islam. Chacun des deux était-il persuadé de trouver dans l’autre un disciple de sa religion ? Vasco da Gama continuait de voir dans la religion des Indes des fidèles du Christ, aux coutumes et traditions certes étranges mais des fidèles quand même. Ne devait-elle pas être peuplée de ces chrétiens disciples de l’apôtre Thomas et la nomination de l’évêque dominicain Jourdain de Séverac, en 1329, à Quilon, sur la côte du Malabar, n’avait-elle pas contribué à renforcer cette illusion d’un autre monde chrétien aux Indes ? Contournement de l’Islam oblige ! Les émissaires du Samorim firent-ils de même contribuant à entretenir la confusion ? Ils conduisirent Vasco da Gama et ses compagnons dans un temple où apparaissait une déesse-mère du panthéon indien présentant le jeune Krishna élevé dès sa naissance parmi les bergers. Même si les reproductions n’avaient guère de rapport avec les traditions chrétiennes, Vasco da Gama se recueillit devant la Vierge présumée. Puis, en grand cortège, le groupe fut conduit devant le Samorim.

16Vasco da Gama, transporté tout au long du parcours en chaise à porteurs et en barque, fut accueilli par les acclamations d’une foule d’hommes bruns de peau, vêtus de fines cotonnades, et des fanfares, escorté par deux mille guerriers. Vasco da Gama et ses compagnons, dont Álvaro Velho, le chroniqueur, furent d’abord reçus par une sorte d”’évêque” nous dit-il, avant d’être introduits devant le Samorim. A demi allongé sur un divan de velours vert, celui-ci avait le torse nu entouré de colliers d’énormes perles, la coiffure, les poignets et les mains constellés de bijoux. Gama salua selon la mode du pays, élevant ses mains jointes vers le ciel, puis remit un message de D. Manuel I, monarque “riche de toutes choses, plus qu’aucun roi de ces régions”. Il précisa que les rois de Portugal savaient l’existence de chrétiens outre-mer que les navigateurs avaient été chargés de découvrir. Il décrivit à quel point la monarchie portugaise était riche d’or et de métaux précieux, souhaitant qu’une délégation d’Ambassadeurs puisse l’accompagner à son retour au Portugal. L’entrevue fut cordiale et spectaculaire.

17Mais, lors d’une seconde audience, le 30 mars, les choses commencèrent à se gâter : Vasco da Gama dut attendre près de quatre heures avant d’être reçu. Le Samorim avait-il trouvé les cadeaux offerts trop médiocres ? Les licences de commerce sollicitées par les Portugais avaient-elles fait l’objet de vigoureuses critiques de la part des Moplah, ces descendants des Arabes fixés sur la côte du Malabar depuis le VIIIème siècle, demeurés musulmans et qui faisaient partie de l’entourage du Samorim ? Toutefois, ce dernier accepta, en échange de livraisons d’épices, des métaux précieux, du corail et de l’écarlate. Vasco da Gama qui avait essayé de contrebalancer l’influence des marchands musulmans, était-il parvenu pour autant à mettre en pratique une politique d’échange avec Calicut ? En dépit des efforts réalisés à l’occasion d’épisodes où fut mêlé Diogo Dias, le frère de Bartolomeu et même en essayant de tirer profit du crédit de Monçaide qui fut finalement obligé de rejoindre la flotille et de partir au Portugal, Vasco da Gama ne parvint pas à signer avec le Samorim le traité en bonne et due forme dont il avait été chargé.

18Il quitta Calicut le 29 août, longeant la côte de l’Inde et dressant une borne aux îles S. Mary près de Goa. La flotille échappa à une escarmouche sur les îles Angédives où elle embarqua un aventurier juif né à Posen, parlant italien, se déclarant personnalité importante de Goa. Celui-ci prit le nom de Gaspar da Gama en se convertissant au christianisme et fut surnommé par la suite Gaspar da India.

19La date du retour fut fixée au 5 octobre, bien avant les moussons. La navigation de retour dans l’Océan Indien fut difficile en raison des connaissances insuffisantes que les Portugais avaient de ce type de courants et de vents. Il faudra encore quelques années pour maîtriser le régime des moussons et intégrer à l’art nautique portugais les pratiques des pilotes musulmans et hindous.

20La côte africaine ne fut atteinte que le 2 janvier 1499. Vasco da Gama fit escale à Mogadiscio, puis Melinde le 7 février 1499, à un ilot près de Mombassa le 13, longea Zanzibar et dressa à São Jorge, près de Mozambique, son dernier “padrão”. Lors de ce voyage de retour, le “São Rafael” fut perdu et sa cargaison transportée sur le “São Gabriel” et le “Bérrio”. Le 3 mars, la flotille réduite atteignait São Bras, faisant provision, avant de contourner le Cap de Bonne Espérance et rejoindre l’Atlantique.

21Au bout de trente sept jours de navigation, le Cap Vert était en vue. Là, la flotille se sépara : alors que Nicolau Coelho à bord du “Bérrio” et le “São Gabriel” firent voile vers Lisbonne, Vasco da Gama se dirigea vers les Açores en compagnie de son frère, malade, sur une caravelle de louage. Paulo da Gama parvint à Terceira avec son frère mais ne put être sauvé. Vasco da Gama revint à Lisbonne, qu’il atteignit le 29 août 1499 après deux ans et près de deux mois de voyage. Nicolau Coelho était arrivé sur les bords du Tage le 10 juillet.

22D. Manuel I fit à Vasco da Gama une réception grandiose. Il avait écrit immédiatement aux Rois catholiques pour leur annoncer le succès de la découverte ainsi qu’au cardinal D. Jorge da Costa à Rome. Il fit donation à Vasco da Gama de la ville de Sines, appartenant jusqu’alors à l’Ordre de Santiago, et lui accorda de confortables pensions annuelles. Le 2 octobre 1501, Vasco da Gama était nommé capitãomor de toutes les flottes de l’Inde. Pedro Álvares Cabrai était alors revenu du deuxième voyage accompli par les Portugais dans cette région du monde. Vasco da Gama préparait à son tour le nouveau voyage, celui qui devait marquer la véritable conquête et devait lui permettre pour la deuxième fois de se rendre en Orient à la tête d’une véritable armada de plus de vingt navires. D. Manuel I ne venait-il pas, en cette année 1502, quelques temps avant le départ de cette quatrième expédition, de prendre le titre de “seigneur de la navigation, conquête et commerce de l’Ethiopie, de l’Arabie, de la Perse et de l’Inde” qui caractérisa son règne ? Dans un cadre qui, désormais, sortait de l’épopée maritime des découvertes, le cadre de la conquête des Indes, la carrière de Vasco da Gama ne faisait que commencer. Mais entretemps avait eu lieu le voyage de Cabrai qui dura un peu moins d’un an et demi, entre mars 1500 et juillet 1501. Ce second voyage peut être considéré comme un moment intermédiaire, une transition entre l’épopée maritime et la conquête de l’empire. Désormais, la “Route océane” des Indes, sens premier du terme portugais de “carreira”, pouvait laisser place à cette organisation de la conquête de l’empire d’outre-mer appelée “carrière des Indes”, dans le sens où la noblesse affirmait son rang dans une “route de la gloire” établie sur la “carrière” des armes.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter