Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Deuxième partie. Le Portugal, l'atlantique et les “Trois Mondes” (1481-1495)

3. L’Afrique atlantique, des Tropiques à l’Equateur

Volltext

1Les croisades marocaines de D. Afonso V avaient mobilisé bien des énergies. Celles de la noblesse et du clergé bien sûr mais aussi celles de la bourgeoisie et du peuple confirmées par l’adhésion régulière des Cortès aux décisions royales. On ne peut envoyer à plusieurs reprises de telles armadas de plusieurs centaines de navires, la plupart modestes et archaïques certes mais quand même, et de plusieurs dizaines de milliers d’hommes d’armes, sans compter les “impedimenta”, sans une large acceptation des choses, sans le consensus des contemporains. De telles armées, même levées à titre provisoire et pendant un temps déterminé, quelques mois tout au plus, voire quelques semaines, nécessitaient la mise en œuvre d’une organisation importante et de lourds financements. Le pillage devait permettre d’en retirer des ressources notables de même que les donations de terre. A la mesure des investissements ?

2Il faudra bien un jour essayer de calculer la rentabilité de telles expéditions, même en tenant compte de leurs aspects non matériels, c’est-à-dire du degré de motivation religieuse, tout en sachant à quel point elle donnait à la société seigneuriale un supplément d’âme qui contribuait à maintenir et renouveler sa structure et son organisation.

3Dans un Portugal en crise, une crise qui frappait au demeurant toute la Chrétienté latine, dans un Portugal dont la population diminua de façon tragique en un siècle de 10 à 30 % selon les estimations, notamment en raison de graves épidémies de peste, ne dépassant plus que de très peu le million d’habitants, parvenir à organiser de telles expéditions concernant directement ou indirectement, au moins 30 à 40 % de la population active, montrait le degré de compétitivité de cette société et d’une féodalité originale où les “ses marias” (concessions de terres) allaient jouer un rôle si particulier dans la répartition de la rente seigneuriale et dont une des spécificités fut l’intégration des pratiques marchandes de la bourgeoisie portuaire à sa structure économique. Les expéditions maritimes de la Méditerranée atlantique, chères à D. Henrique, tout en concernant beaucoup plus Lagos que Lisbonne ou Porto, n’apparaissaient dès lors que marginales. Et marginales, même à Lagos qui tirait fortement l’économie de l’Algarve. Mais ce fut pourtant dans cette marginalité même que la mutation se préparait.

4De 1446 à 1460, l’année de la mort de l’infant D. Henrique, l’expansion maritime avait été stagnante. Toutefois, un élément nouveau avait marqué cette apparente stagnation : l’association, de plus en plus nette, d’intérêts italiens aux intérêts portugais aux fins de la mise en valeur de la frontière de l’Afrique noire au sud du banc d’Arguin.

5La percée de l’empire ottoman en Méditerranée orientale, dont la prise de Constantinople avait été le révélateur, ne provoqua pas seulement le réveil des croisades aux frontières de proximité de la péninsule ibérique. Plus cette percée transformait la Méditerranée orientale en zone à hauts risques, même si Venise s’efforçait d’adapter sa politique afin de sauvegarder ses relations privilégiées avec Alexandrie et Le Caire, plus le contrôle de la sortie de la Méditerranée occidentale vers l’Atlantique devenait un enjeu majeur. Et cet enjeu n’était pas seulement militaire ; il était aussi commercial. Commercial pour Lagos et Lisbonne, car la voie maritime de l’Italie avec l’Europe du Nord ne passait plus seulement par les cols alpins et l’Allemagne du Sud. Commercial pour les Italies mercantiles, les Flandres et l’Angleterre. Une part de plus en plus grande des relations commerciales entre les Italies et l’Europe du Nord passait par le détroit de Gibraltar. L’art nautique était sorti de l’ère, quasi exclusive, des galères méditerranéennes et du cabotage entre les ports de l’Atlantique. La sécurité des navires devait être assurée dans le détroit de Gilbraltar, y compris, si possible, contre les corsaires.

6Dans ce contexte, l’expansion maritime vers la Méditerranée atlantique africaine constituait un atout certain. Surtout depuis que la liaison régulière avait été établie vers le Sénégal. Cette voie atlantique intéressa bien sûr Venise mais aussi, et surtout, sa grande rivale Gênes, qui était en train de subir de plein fouet la fermeture de la mer Noire et l’irruption de la Turquie sur les terres de l’Empire de Byzance. Caffa, la perle génoise de la Mer Noire en Crimée, tombera en 1475. Beaucoup plus que Venise, qui parvenait à sauvegarder l’essentiel de ses intérêts commerciaux en Méditerranée orientale, Gênes bascula donc vers la voie atlantique et joua au maximum la carte de l’alliance ibérique. Elle joua cette alliance avec Barcelone et l’Aragon bien sûr, mais aussi avec l’Andalousie maritime et donc la Castille ; elle la joua avec Lagos, mais aussi avec Lisbonne et la maison d’Avis.

7L’infant D. Henrique avait pu commencer à mesurer dans les années 1420-1430 tout ce que les Italies mercantiles pouvaient apporter aux expéditions portugaises. L’alliance, il est vrai, était ancienne et les premiers accords avaient été conclus dès le xive siècle et même avant. En tout cas D. Dinis (1261-1325) avait montré l’exemple en 1305, reconnaissant des concessions commerciales aux Gênois. D. Afonso IV (1291- 1357) avait suivi, en lançant avec Gênes des expéditions vers les Canaries en 1341. D. Pedro (1320-1367) avait confirmé, au tout début de son règne, en 1357, la concession de privilèges commerciaux à la cité italienne. L’infant D. Henrique utilisa les services de Bartolemeu Perestrello à Madère, natif de Lisbonne mais issu d’une très ancienne famille de Plaisance, les Palestrelli, et ceux d’Antonio da Noli, tout autant que les intérêts gênois utilisaient les percées portugaises sur le terrain de la Méditarranée atlantique.

8D. Henrique envisagea-t-il de mettre en concurrence Gênes et Venise ?

9Toujours est-il que les expéditions portugaises qui fréquentèrent les frontières des côtes de Guinée furent réalisées en association étroite avec les représentants des Italies mercantiles au Portugal. Le cas fut d’ailleurs identique en Espagne.

10Au Portugal, Antoniotto Usodimare, le Génois, ralliait Lisbonne en 1453 après avoir servi la Castille à Séville. En 1455, Luis de Ca da Mosto, un Vénitien partait vers l’embouchure de la Gambie et apercevait pour la première l’étoile polaire de l’autre hémisphère, la Croix du Sud. Mais surtout, une étape importante de la science nautique semble alors avoir été franchie grâce à une navigation astronomique tenant compte de l’étalonnage des latitudes. Et un nouveau produit, l’épice de malaguette, dit encore graine ou poivre de Guinée pour le distinguer du poivre des Indes, apparaissait dans l’approvisionnement des caravelles d’Afrique recueilli par le réseau fluvial du Niger et de la haute Gambie.

11Aux esclaves dans le commerce desquels Lagos s’était spécialisée, avec la création en 1455 de son comptoir et bien sûr de la traite d’Arguin, et à l’or, s’ajoutaient pour la première fois les épices, tout au moins une variété d’entre elles, cette “graine du paradis” qui venait du pays mandingue (Mali), dont l’Occident était aussi friand que la Méditerranée orientale. La malaguette était alors commercialisée grâce aux caravanes reliant le cœur de l’Afrique à la Méditerranée par la Tripolitaine. Or, en cette même année 1455, le Pape Nicolas V avait reconnu à la monarchie portugaise le monopole des terres découvertes et à découvrir, possédées ou à posséder, et de façon perpétuelle dans la perspective de cette expansion maritime au-delà du Cap Bojador et de la Guinée dans l’Atlantique y compris les côtes méridionales et orientales futures, par la bulle Romanus Pontifex.

12Gênes comme Venise devaient en passer désormais, en droit comme en fait, par la volonté de Lisbonne. La revanche était prise sur la Castille et l’Andalousie maritime qui avaient réussi à conserver les Canaries. Il leur faudra attendre 1493 et la bulle Inter Coetera pour remettre en cause de jure le monopole portugais après la crise de 1476-1479.

13Les voyages de Ca da Mosto, en 1455-1456, allaient être concurrencés par ceux d’un autre Gênois, Antonio da Noli, reconnaissant diverses îles du Cap Vert en compagnie du capitaine portugais Diogo Gomes. Et Pedro de Sintra, en 1460-1461, allait pousser jusqu’à la Serra Leão (Sierra Leone), voire au-delà jusqu’au milieu de la côte dite de Malaguette. Diogo Afonso enfin reconnaissait, en 1461-1462, les îles les plus à l’ouest du Cap Vert au large de l’Atlantique.

14Bref, à la fin des années 1450 et au tout début des années 1460, en collaboration avec les représentants des Italies mercantiles, la prospection de l’ensemble sud des Tropiques, du banc d’Arguin au Cap Vert, à la Gambie, à la côte de Guinée et à la Sierra Leone avait permis de rentabiliser davantage l’exploitation de cette Méditerranée atlantique dont les îles commençaient à produire du sucre, alliant les épices à l’or et aux esclaves. Mais les routes portugaises des découvertes hésitaient encore à plonger vers l’Est, suivant la courbure de la côte africaine, premier espoir de contournement de l’Afrique. Songeons à la carte de Fra Mauro montrant l’Afrique entourée de la mer océane, aux récits de Ca da Mosto : ces rivages de l’Afrique, obliquant vers l’Est à partir de la côte de Malaguette, pouvait-ils conduire vers l’Asie, par la voie de la mer océane ? D. Henrique, juste avant de mourir, en eut-il le pressentiment ?

15En tout cas, cette éventualité n’intéressait guère D. Afonso, beaucoup trop préoccupé par ses croisades marocaines. Et, comme leur financement coûtait cher au Trésor royal, son premier souci, à la mort de D. Henrique, le 13 novembre 1460, fut de récupérer au domaine royal les donations et privilèges qui avaient été accordées à l’infant au nom de l’Ordre du Christ. L’Algarve, désormais, n’avait plus l’initiative des expéditions maritimes. Le monopole du comptoir de la traite d’Arguin fut transféré à Lisbonne en 1463. Et, comme l’expansion maritime, en pleine stagnation depuis 1461- 1462, ne recevait guère d’impulsion de la Couronne qui ne cherchait guère à s’en donner les moyens, on sous-traita l’affaire : à partir de 1469, Fernão Gomes, un grand bourgeois de Lisbonne, sut négocier un contrat de fermage concernant la concession des terres à découvrir au-delà de la Guinée. Cette solution présentait au moins le mérite de préserver le patrimoine de la Couronne. Elle était de meilleur aloi que la distribution généralisée des donations dont Afonso avait été prodigue : Gonçalo Velho n’avait-il pas bénéficié, dès 1460, de la donation des îles de Santa Marta et de São Miguel aux Açores ? Les premiers colons des îles du Cap Vert n’avaient-ils bénéficié de la cession du monopole de la traite sur les côtes de Guinée, la Couronne ne conservant pour Lisbonne que le comptoir d’Arguin ? Le Flamand Joss Van Huertere ne bénéficia-t-il pas de la capitainerie de l’île de Faial, toujours aux Açores ? De même que Willilm Van der Hagh celle de São Jorge au centre de l’archipel ? Outre la filière de collaboration des Italies mercantiles, le Portugal n’avait-il pas utilisé de nombreux navigateurs flamands ?

16D. Afonso V ne fut pas seulement prodigue des donations de la couronne à la seule noblesse au Portugal même et lors des conquêtes des croisades, qui provoquèrent bien des protestations aux Cortès. Même les retombées de l’expansion maritime, après récupération dans le domaine royal dès la mort de D. Henrique par Ordre du Christ interposé, furent dissipées. La bourgeoisie marchande en reçut sa part. Elle maîtrisait elle aussi une technique de redistribution des richesses mise au point depuis longtemps par la monarchie en faveur de la noblesse et que la réaction nobiliaire, avec l’essor des croisades, avait renouvelée.

17Avec la mise sous contrat du commerce et des explorations maritimes au-delà de la côte de Guinée obtenue par Fernão Gomes en 1469, moyennant le versement de 60 000 crusades à condition de progresser de cent lieues chaque année, le rythme des expéditions va reprendre tous les ans pendant cinq ans. Objectif : reconnaître cette côte africaine qui fuit vers l’Est, vers l’Orient et qui constituera le Golfe de Guinée.

18En 1470, la première expédition était confiée à Soeiro da Costa. Longeant la côte de la Serra Leão et de la Malaguette, que Pedro de Sintra avait explorée presque dix ans plus tôt en 1461, Soeiro da Costa parcourut d’un trait presque 1000 km de côtes nouvelles, c’est-à-dire, l’autre moitié de la côte de Malaguette, puis, franchissant le Cap das Palmas, la côte d’Ivoire jusqu’au Cap das Tres Pontas (Three Points) de l’actuel Ghana.

19L’exploration de la côte de l’Or, à proprement parler, fut réalisée en 1471-1472 par João de Santarém et Pêro Escobar, guidés par deux pilotes de grande expérience aux dires du chroniqueur João de Barros, Martim Fernandes et surtout Alvaro Esteves. Cette expédition parvînt jusqu’au cap Formoso, à l’Est de l’immense détroit du Niger. Au début de leur voyage, João de Santarém et Pêro Escobar découvrirent, selon João de Barros (1496-1570), “o resgate do ouro, onde agora chamamos a Mina”, c’est-à-dire Sama, proche de l’endroit où allait s’élever le fort de São Jorge da Mina, édifié quelques dix ans plus tard, entre 1482 et 1484 à l’initiative de Diogo de Azambuja (1432-1518), sous le règne de D. João II. Puis, obliquant vers le Sud, l’expédition attint les îles de São Tomé, le 21 décembre 1471, d’Ano Bom le 1er janvier 1472 puis, en remontant vers le Nord de Santo Antão, appelée plus tard Ilha do Príncipe en l’honneur du prince héritier D. João par Rui de Sequeira. Au Sud même de l’île de São Tomé, la ligne de l’Equateur avait été franchie pour la première fois, symbole de toute une mythologie qui avait frappé les esprits estimant que l’hémisphère Sud s’identifiait au monde à l’envers.

20Sans doute fut-ce en 1471-1472 ou plutôt l’année suivante, en 1472-1473, qu’une nouvelle expédition ayant poussé vers l’Est au-delà de l’embouchure du Niger jusqu’à l’estuaire du Wouri, permit la reconnaissance de l’île Formosa, encore appelée Fernando Pó, du nom du navigateur qui l’aurait découverte. Constatant le pullulement de sortes de crevettes dans le fleuve Wouri, le nom de Rio dos Camarões lui fut attribué. Les Espagnols en firent Camarones ce qui deviendra Cameroun.

21En 1473-1474, Lopo Gonçalves reconnut la côte du Gabon jusqu’au cap Lopez puis franchissait l’Equateur pour la deuxième fois. En 1474-1475, Rui de Sequeira poursuivait vers le Sud : il atteignait un 24 novembre le cap Santa Catharina, pointe extrême de l’avancée portugaise en cette année de la fin du contrat de Fernão Gomes. En fait, à la fin de ce contrat de fermage, la Couronne portugaise récupéra le monopole de la découverte qu’elle devait conserver jusqu’en 1549. Plus exactement, D. Afonso V le concéda au prince héritier D. João. Le futur D. João II fut alors directement confronté à une nouvelle crise relative à une remise en cause par la Castille du monopole portugais, expérience qui lui sera bien utile lors des négociations de Tordesillas presque vingt ans plus tard.

22Alors que D. Afonso V s’attachait à poursuivre sa politique conquérante d’alliances matrimoniales dans la péninsule, dont les conséquences provoquèrent nombre des difficultés à la fin de son règne, notamment en affirmant défendre les droits de succession au trône de Castille de Jeanne la “Beltraneja” (1462-1530), le prince héritier devait faire face outre-mer aux ambitions andalouses fortement aiguisées par l’exceptionnelle découverte du comptoir de l’or de Mina et de la Côte des esclaves du Bénin. En 1475-1476, une expédition andalouse d’une trentaine de navires, commandée par Charles de Valera, s’était engagée dans le Golfe de Guinée. Le 4 mars 1478, Isabelle la Catholique (1451-1504) qui avait accédé au trône de Castille en 1474, concédait aux milieux maritimes de Palos une lettre les autorisant à pratiquer par mer par terre le commerce des marchandises de “Mina de Ouro”. Fin 1478 - début 1479, une flotte portugaise commandée par Jorge Correia et Mém Palha, sur les ordres personnels de D. João, dut engager le combat avec une flotte castillane voguant vers la côte de Mina. Dans les premiers mois de 1480, Diogo Cão, à son retour au Portugal, ramenait encore à Lisbonne trois navires castillans capturés sur la route de Guinée qui faisaient partie d’une expédition partie à la fin de 1479, c’est-à-dire, après le Traité d’Alcáçovas.

23Sans doute fut-ce dans ces années là que le jeune Christophe Colomb (1451-1506) s’établit à Lisbonne, vraisemblablement en 1478, après avoir connu la capitale portugaise à l’occasion d’un malheureux voyage - le navire sur lequel il naviguait de Gênes à Bristol sombra au large du Cap Saint Vincent en 1476 - On sait qu’il eut la chance d’y rencontrer, au monastère de Santos où il allait aux offices, la noble demoiselle Felippe Moniz - Perestrello dont la haute condition sociale lui avait permis d’être reçue pensionnaire. Son père, Bartolomeu Perestrello n’avait-il reçu la capitainerie de l’île de Porto Santo des mains de D. Henrique en 1446 et sa mère D. Isabel Moniz, apparentée à la famille du duc de Bragance, n’était-elle pas la fille de l’un des plus riches seigneurs de l’Algarve, compagnon de D. Henrique lors de la prise de Ceuta ? Même si Bartolomeu Perestrello était décédé depuis 1457, son fils Bartolomeu II avait hérité de la capitainerie et le jeune Génois Christophe, bien introduit dans la colonie italienne de Lisbonne, partit vers les îles portugaises dès son mariage accompli, vers 1480-1481. Son expérience de l’Atlantique se forgea pendant son séjour dans ces îles jusqu’en 1485.

24Dans la péninsule, la tension entre le Portugal et la Castille avait culminé à son point extrême entre 1476 et 1479. D. Afonso V avait pris le titre de roi de Castille et de León après avoir épousé Jeanne la Beltraneja. Après avoir subi une défaite à Castro Quemado, près de Toro, il n’en poursuivait pas moins son objectif. Il quitta le Portugal en 1477 afin d’obtenir le soutien de diverses cours européennes, tant celle de Louis XI (1423-1483) en France que celle de son ennemi juré, Charles le Téméraire (1433-1477). Ce nouvel échec, diplomatique cette fois, ne le découragea pas. Il envisageait de reprendre personnellement la guerre à son retour au Portugal en 1479, lorsque ses meilleurs alliés, commandés par l’évêque d’Evora, furent à nouveau vaincus à Mérida. Dès lors, un compromis fut négocié.

25Le Traité d’Alcáçovas, signé le 4 septembre 1479, rétablissait la paix entre la Castille et le Portugal. Il fut confirmé par le Traité des Terçarias de Moura, petite ville frontière portugaise, prévoyant un double mariage entre princes des deux pays pour consacrer la paix. Le Traité d’Alcáçovas comprenait diverses clauses. Par exemple, il rappelait l’importance des traités précédents, notamment celui de 1411, signé par D. João I du Portugal et Jean II de Castille et stipulait que D. Afonso ne devait plus utiliser son titre de roi de Castille et de León, de même qu’Isabelle de Castille ne devait plus revendiquer de droits sur la couronne portugaise. Il interdisait aussi à Jeanne la Beltraneja de s’intituler reine de Castille, de León et de Portugal et même d’utiliser le titre d’infante. Il engageait les protagonistes à se restituer mutuellement les villes et places fortes occupées pendant les combats ainsi qu’à libérer leurs prisonniers et démolir les forteresses construites pour la circonstance. Surtout, concernant l’outremer, le Traité reconnaissait au Portugal la possession de la Guinée depuis le cap Não jusque et y compris les mers adjacentes, les îles et les côtes découvertes et à découvrir, à savoir Madère, Açores et Cap Vert ainsi que la conquête du royaume de Fès ; en échange, il reconnaissait à la Castille la possession des îles Canaries et la conquête du royaume de Grenade.

26Le Traité d’Alcáçovas pour mieux entrer en vigueur nécessita la signature d’un accord complémentaire le 6 mars 1480, faisant explicitement référence au partage des conquêtes et découvertes outre-mer. Afin de prendre toutes les assurances possibles, D. João II, sollicita du Pape Sixte IV une confirmation exceptionnelle : la bulle Aeterni Regis fut promulguée le 21 juin 1481.

27Au Portugal même, D. Afonso V rappela, dans deux cartas regias successives, le 6 avril 1480 et le 4 mai 1481, que le domaine maritime était bien du ressort du prince héritier D. João. Diogo de Azambuja pouvait donc préparer son expédition à Mina selon les instructions mêmes du prince D. João. Mais, lorsque sa flotte de douze navires dont une dizaine de caravelles, appareilla le 12 décembre, afin de mettre en chantier la construction de la forteresse de São Jorge da Mina, le prince héritier venait de monter sur le trône. Il réalisa donc son expédition sur ordre de D. João II. Le destin a voulu que D. Afonso V reçut dans l’Histoire le surnom de l’Africain ; ce ne fut certainement pas en raison de son intérêt pour l’Afrique du grand large. Il avait brûlé toute son énergie dans les croisades du Maroc et des querelles dynastiques tout à fait inefficaces pour le Portugal dans la péninsule.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540