Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Introduction

Texte intégral

L’épopée des Grandes découvertes maritimes, mythe fondateur d’une nation

1Pour le Portugal, l’épopée des Grandes découvertes maritimes est un véritable mythe fondateur. Que l’on y songe : en un siècle et demi, un pays d’environ 90 000 km2, peuplé d’un peu plus d’un million d’habitants, situé aux “frontières sud” d’une Europe médiévale confrontée en Méditerranée à l’Islam, a contribué à mettre en relation, de façon directe, par sa maîtrise des routes de la mer océane, cette même Europe avec les autres continents, les “Trois mondes” - d’Afrique, d’Asie et d’Amérique. Le Portugal a donné au Monde une dimension planétaire que la fragmentation en espaces clos, isolés les uns des autres, ignorait jusqu’alors.

2Un tel événement ne pouvait que frapper l’imagination des contemporains. Fascinés par la “mission” historique de cette “nation”, ils trouvèrent son poète en Luís de Camões (Camoëns) : en dix “chants”, Camões proclama combien les fils des “Lusiades”, dans son poème épique imprimé en 1572, n’avaient rien à envier aux héros de l’Antiquité gréco-romaine puisqu’ils étaient, à tout le moins, leurs égaux. A l’horizon de la Méditerranée se substituait donc l’horizon planétaire. En “découvrant le Monde”, l’Europe, grâce au Portugal, ne pouvait-elle faire moins que d’affirmer sa “Renaissance” ?

3Cinq cents ans après, le mythe fondateur de ces Grandes découvertes fait naturellement l’objet de commémorations. Ces commémorations ont lieu au Portugal, bien sûr, mais aussi en Espagne, la “nation” complice et rivale du prodigieux destin. L’année 1992 a d’ailleurs identifié le destin de l’Espagne à cette “rencontre des deux mondes” représentant, par le 12 octobre 1492, avec le premier voyage de Christophe Colomb, l’irruption de l’Europe dans un “Nouveau Monde” qui sera baptisé “Amérique” quinze ans plus tard. La plupart des autres nations européennes ont rappelé combien l’initiative des deux pays ibériques a réussi à détourner au profit de sa seule partie occidentale le destin de l’immense “Ancien Monde”, l’entraînant vers une expansion planétaire grâce au franchissement de la “Mer ténébreuse”. Parmi les nations du continent “découvert”, celles du “Nouveau Monde”, une initiative de l’historien mexicain Miguel León Portilla, a permis à l’Unesco de transformer en “rencontre des deux mondes” ce moment clé de la culture universelle.

4Pourtant, l’affaire n’est pas simple : affirmer le principe de la “découverte” ne signifie-t-il pas, en même temps, justifier sa conséquence immédiate, à savoir la conquête, et donc l’empire colonial, la colonisation du monde par les nations européennes ?

5Or, la décolonisation est un des mythes fondateurs du monde contemporain. L’Amérique, il y a cent cinquante à deux cents ans, l’Asie et l’Afrique depuis une ou deux générations, ont vécu à l’heure de l’indépendance nationale. Au début des années 1950, au moment où se posaient les problèmes de “sous-développement” et de “développement” des “jeunes nations” de ces trois continents, entre un Occident conduit de part et d’autre de l’Atlantique par les Etats-Unis d’Amérique et un “monde socialiste” alors guidé par l’Union soviétique, émergeait, sous la tutelle d’Alfred Sauvy et de Georges Balandier, le concept de “tiers monde”. Comme le “tiers état”, à la veille de la Révolution française, qui avait affirmé détenir les clés du destin de la Nation face aux deux autres ordres de la société, le clergé et la noblesse, le “tiers monde” révélait des aspirations nouvelles, celles du développement des jeunes nations ayant subi la colonisation. Est-il donc possible de commémorer aujourd’hui la “découverte” en la détachant de la “conquête” et de la “colonisation” ?

6Les peuples et les gouvernements s’interrogent. Les historiens aussi. En Europe, les nations rivales du Portugal et de l’Espagne ne contestent plus l’antériorité ibérique de la découverte. Les empires, au sens colonial du terme, sont morts. L’exemple des découvertes et des conquêtes ayant été donné, il avait bien fallu le suivre.

7Au Portugal, l’enjeu est fondamental. En 1960, la communauté internationale des historiens avait été invitée à commémorer le Cinquième centenaire de la mort du prince Henri - Dom Henrique -. L’initiative d’un État, célébrer le grand dessein de l’expansion maritime à travers Henri le Navigateur, n’ouvrait-elle pas une voie naturelle aux fondations de l’Empire outre-mer, un Empire alors en proie aux guerres de la décolonisation ?

8Pourtant, depuis 1988, et pour de longues années - au moins jusqu’à l’an 2000, le cinquième centenaire de la découverte du Brésil - l’initiative a été prise de “commémorer les grandes découvertes portugaises”. Les grandes fêtes de la mémoire collective connaissent donc un intérêt retentissant : outre 1989 et 1992, le Bicentenaire de la Révolution française et le Cinquième centenaire du premier voyage de Christophe Colomb, entre Paris, Barcelone et Séville, il y avait une place pour Lisbonne.

9Après l’engouement de l’Exposition universelle faisant de Séville et l’Andalousie, au nom de l’Espagne, le centre de manifestations grandioses, Lisbonne prépare l’Exposition internationale de 1998, la dernière d’un millénaire qui s’achève, sous les auspices de la commémoration du voyage de Vasco da Gama aux Indes d’Asie. Pour mieux renouveler le dialogue de l’Occident avec l’Orient ?

10Car il est évident que l’on ne commémore pas à Lisbonne, depuis 1988, le cinquième centenaire des Grandes découvertes portugaises comme on avait commémoré “1460”, il y a trente ans. La question ainsi posée est aussi un défi pour les historiens d’aujourd’hui : l’épopée portugaise des Grandes découvertes pouvait-elle être autre chose que les fondements de la construction de l’Empire ?

11Dans une certaine mesure, cette question avait été tranchée par un autre poète, Fernando Pessoa. Commentant les remarques de celui qu’il appela de façon originale, le “super-Camoëns”, José Augusto Seabra constatait : “l’important pour le Portugal, n’a jamais été, ni ne sera jamais, la fondation d’un empire colonial”. Et il citait cette phrase de Pessoa, écrite dès 1934 : “pour le destin qui sera, je le présume, celui du Portugal, les colonies ne sont pas indispensables”. En échos, l’historien Jaime Cortesão, le grand historien portugais des découvertes, n’avait-il pas évoqué, à Bruxelles, en 1930, “l’expansion des Portugais dans l’Histoire de la Civilisation” ?

12Aujourd’hui, ne remarque-t-on pas que la place occupée par “le Portugal dans l’ouverture du monde” passe d’abord par son rôle de “messager” de l’Europe vers le Monde autant que des autres mondes vers l’Europe, faisant des “découvertes” le symbole d’une double “rencontre” dont la colonisation n’était qu’une des options possibles de l’accomplissement du destin ? Ne va-t-on pas jusqu’à dire que le Portugal est “le pionnier du dialogue Nord-Sud”, montrant désormais les caractéristiques techniques et scientifiques d’une “culture des découvertes” qui a engendré l’esprit de l’Humanisme et de la Renaissance ?

13Le débat est loin d’être clos. Mais toujours est-il que l’épopée des Grandes découvertes n’apparaît pas seulement comme un voyage sur les mers océanes - Atlantique, Indien, Pacifique - vers les Trois mondes - Afrique, Asie, Amérique, un voyage à l’extérieur du Portugal - outre mer -, mais aussi comme un voyage à l’intérieur même du Portugal. Un voyage initiatique tout autant - vertu de l’Histoire - que cathartique.

14Alors que le Portugal s’interroge sur son nouveau destin et la place qu’il pourrait occuper au carrefour de l’Europe et du Monde, alors qu’il cherche de nouveaux horizons, l’épopée portugaise des Grandes découvertes aide à prendre la mesure de deux évènements : la découverte d’un pays qui a puisé en lui-même les ressources suffisantes pour conduire un moment de l’expansion européenne dans le Monde ; la découverte de trois autres mondes à partir de laquelle les peuples ont su établir des relations qui ont dépassé - et de beaucoup - le seul cadre de rapports de domination.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 597k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter