Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

III - Les mutations territoriales

Organisation sociale et politique du logement : la ville de Chihuahua à la frontière nord du Mexique

Jean Rivelois

Texte intégral

1L’intérêt de la ville de Chihuahua réside dans la décomposition-recomposition des structures locales politiques, sociales et spatiales sous l’effet d’un fort développement industriel impulsé principalement par la croissance des usines d’assemblage. Cette situation a généré de multiples mutations perceptibles à travers les stratégies des industriels locaux et leur action sur la transformation du territoire régional et urbain (par la construction d’infrastructures, de parcs industriels...) ; des alliances ont été nouées entre différents acteurs, qui ont abouti à l’instauration d’une politique de consensus devant réguler les rapports entre les secteurs public et privé. Cependant, cette politique de développement industriel a aussi engendré des effets de transformation sociale et culturelle, qui se manifestent dans la manière dont sont pacifiés les rapports sociaux et dont sont exprimées et prises en compte les revendications sociales, notamment pour ce qui concerne les conditions de travail, le logement, l’accès aux services urbains et la régularisation de la terre.

2Divers acteurs sont ainsi mis en jeu, qui développent des stratégies particulières et appartiennent autant à la sphère technocratique qu’à celle des organisations représentatives ; ce sont ces interactions entre les secteurs public (dont la “sous-direction municipale du développement urbain” et “l’Institut du Logement de l’État”), privé (appartenant à “l’Association des Maquiladoras de Chihuahua”, ou à la “Chambre Nationale des Industries de Transformation”) et social (représenté par le CD.P., une organisation luttant et négociant pour la satisfaction des revendications urbaines) qui constitueront l’objet de cette étude.

LE CONTEXTE SOCIO-ÉCONOMIQUE

  • 1 A Chihuahua, le capital de ce type d’entreprises provient pour 70% des USA, pour 20% d’origine mex (...)
  • 2 L’unique maquiladora où la rotation de main-d’œuvre est pratiquement inexistante, est installée à (...)

3La région nord du Mexique a largement profité de l’intégration de l’économie nationale à l’Amérique du Nord, décidée, depuis 1986, sous l’administration de l’ancien président mexicain Miguel de la Madrid ; la politique de “l’ouverture”, entamée à ce moment là, fut considérée comme le début d’une ère de libre-échange, incluant le laisser-passer (à la frontière) et devant donc relancer l’activité “maquiladora1”. La conséquence la plus immédiate et la plus directe de la “maquila” aura été de favoriser l’accroissement démographique urbain, et cela surtout à partir des années 1980 qui coïncident avec une expansion marquée de ce secteur. Cette concentration urbaine s’opère aujourd’hui selon une distinction entre un réseau de villes secondaires qui accueillent les maquiladoras les moins évoluées et utilisant le plus de main-d’œuvre tournante2 et peu qualifiée (ce qui est encore le cas de Chihuahua), et les grands centres urbains (comme Ciudad Juarez) qui se spécialisent dans des industries à plus haute valeur ajoutée et visent plus “la qualité” (des infrastructures d’accueil, comme des produits fabriqués) que le nombre des entreprises installées.

  • 3 En 1970, il existait 18 parcs industriels dans tout le pays ; c’est à partir de 1980 que ceux-ci s (...)
  • 4 Ainsi, le succès de la ville de Ciudad Juarez tient-il en particulier à l’existence de parcs indus (...)

4Concernant les modes de planification urbaine qui ordonnent l’installation des unités d’assemblage, deux types de localisations sont possibles : par dispersion (refus de la concentration), ou à l’intérieur de parcs industriels3. La réalisation de ces parcs donne lieu à la mise en œuvre de “généreuses” politiques urbaines de soutien de l’activité maquila et qui se traduisent par la prise en charge de certains investissements (dons de terrains, lotissement, dotation de services et d’infrastructures) par les autorités mexicaines ; cette politique, condition essentielle à l’installation des usines, a débouché sur une “compétition” entre les divers sites d’implantation afin d’attirer les entreprises virtuellement intéressées ; en effet, les compagnies nord-américaines recherchent prioritairement des localisations jouissant de bonnes infrastructures de transport et des sites clés-en-mains4.

  • 5 Voir (Alegría, 1990), (Hiernaux, 1986), (Rivera, 1983), (Aramburo, 1984). (Camberas, 1988).

5Par ailleurs, la plupart des unités de production sont des twin factories, divisées de part et d’autre de la frontière, l’usine maquiladora étant installée au Mexique. Les centres de décision et de gestion se trouvent délocalisés (la plupart du temps aux États-Unis) par rapport au lieu de production ; de ce fait, les cadres viennent des États-Unis et y résident, dans des centres urbains disposant de services de pointe et d’équipements de large consommation : quant aux ouvriers, ils sont souvent déracinés, appartenant à ces populations migrantes “flottantes” — dont beaucoup sont originaires des régions centre-ouest (états du Jalisco et du Michoacan) ou Nord du Mexique — , à la recherche d’un emploi, mais encore réticentes à franchir la frontière ; pour cette catégorie de la population, des observations directes comme des études récentes5 montrent que les conditions de logement sont déplorables, de nombreuses familles habitant des logements précaires auto-construits dans des zones “envahies” où les pouvoirs publics n’avaient planifié aucun aménagement urbain (les services et les équipements “octroyés” après coup y sont nettement insuffisants ; quant à l’habitat social dont le nombre est loin de satisfaire la demande, il est réservé à une minorité dépendante des réseaux clientélistes, syndicaux ou patronaux). En fait, ces zones à forte densité constituent des réservoirs de main-d’œuvre et il n’est pas rare que les entreprises maquiladoras choisissent, comme l’usine Chrysler à Chihuahua, de se localiser à proximité des quartiers populaires périphériques afin de pouvoir puiser à leur gré et selon leurs besoins dans cette population sous-employée.

6La ville de Chihuahua n’échappe pas à ce modèle d’organisation territoriale. La morphologie urbaine laisse apparaître une ville étendue, “éclatée”, sans composition urbaine apparente, avec un centre peu attractif et abandonné aux classes populaires ainsi qu’au tertiaire administratif ; les périphéries sont “zonées” — chaque catégorie sociale disposant de quartiers d’habitations en fonction de ses revenus —, les activités commerciales concentrées à l’intérieur de grands centres “à l’américaine”, tandis que les quartiers populaires avoisinent les zones industrielles.

7Pour une population d’approximativement 800.000 habitants répartis sur une superficie de 23.400 hectares, on estime aux environs de 100.000 le déficit de logements à Chihuahua. La croissance de la ville est surtout orientée vers le nord, là où sont regroupées les terres privées, plutôt que vers le sud-ouest — où sont situées les zones ejidales pour lesquelles se pose le problème de leur régularisation — ou vers l’est dont l’urbanisation est “bloquée” par les montagnes de la sierra. Il faut remarquer d’autre part que l’agglomération de Chihuahua comporte — comme la plupart des villes importantes, au Mexique — un grand nombre de lots vides, inutilisés pour la construction de logements et que les propriétaires privés retiennent à des fins de spéculation ; à l’Instituto de Vivienda del Estado de Chihuahua (IVIECH), on estime le nombre de ces lots vides à environ 10 % dans le centre ville et à 40 % en dehors des limites du centre urbain. Sans conteste, il existe bien un problème de logement à Chihuahua, mais celui-ci n’est qu’un aspect de la question beaucoup plus vaste de l’aménagement de l’espace, incluant l’accès à la terre, la construction du logement, la satisfaction des demandes de services et d’équipements urbains. Tous ces éléments mettent donc en jeu le type même de planification urbaine (projection de l’espace dans le temps, division de l’espace physique et social) décidé par les pouvoirs publics et la manière dont cette planification s’inscrit dans l’espace.

LES STRATÉGIES DU SECTEUR PUBLIC

8La mise en œuvre de toute planification urbaine suppose que, simultanément à la définition des plans, les pouvoirs publics se donnent les moyens juridiques, institutionnels et financiers d’appliquer les décisions contenues dans les plans eux-mêmes — sinon ceux-ci n’auront d’autre valeur que formelle et ne pourront contribuer à la maîtrise de l’espace. Cette condition implique une liaison étroite entre la planification et les décisions de politique générale par lesquelles les ressources locales et nationales sont distribuées. Les moyens d’action des pouvoirs publics se réduisant du fait de la grave crise économique que traverse le pays depuis les années 1980, certaines priorités se sont imposées, sur la base d’une alliance entre l’État et les entrepreneurs, afin de rendre plus performant l’outil de production industrielle. C’est ainsi que, depuis cette période, la politique économique mexicaine a amorcé un virage libéral qui s’est traduit par un important désengagement de l’État vis-à-vis du secteur de l’aménagement urbain, considéré comme non rentable immédiatement. Les moyens attribués aux institutions ayant en charge le secteur urbain ont donc été fortement limités, la politique officielle étant de laisser-faire l’aménagement de leur espace par les habitants eux-mêmes, tandis que les ressources disponibles étaient orientées vers le soutien à l’activité industrielle, et notamment, pour ce qui concerne la région nord du Mexique, à l’aide au secteur de la sous-traitance. Une telle politique conduisait donc à favoriser le secteur privé compétitif par rapport au secteur social.

  • 6 Dans ces parcs, et pour l’ensemble du secteur maquiladora, sont concentrés 29% des usines et 60% d (...)

9Afin d’encourager l’installation des nouvelles usines dans des parcs industriels6, tout un dispositif stratégique a alors était mis en place qui faisait la part belle aux entrepreneurs locaux, ces derniers se trouvant en mesure de nouer des alliances avec les entrepreneurs étrangers grâce à leur capacité à intervenir aux trois niveaux — fédéral, étatique et municipal — de l’administration mexicaine ; au niveau fédéral ils peuvent influer sur l’orientation du cadre légal et obtenir des appuis ou des concessions en matière de financement et de fiscalité ; au niveau de l’état fédéré, sont effectuées les démarches concernant le développement de l’infrastructure industrielle : au niveau municipal se règlent les problèmes relatifs au transport, aux routes, à la main d’œuvre...

10Le cas de Chihuahua ne déroge pas à ce qui se passe sur le reste de la frontière nord du Mexique ; les pouvoirs publics y ont concentré une grande part des moyens financiers disponibles au développement de parcs industriels qui semblent mobiliser prioritairement les différentes administrations chargées de la planification urbaine. La construction de ces parcs nécessite une collaboration suivie entre les autorités politiques (qui prennent la décision), l’initiative privée (qui forme le projet en fonction des possibilités locales d’investissement et des besoins des partenaires étrangers) et les services de planification (qui localisent un terrain disponible, le viabilisent, l’aménagent et exécutent ainsi le projet). Cependant, il n’est pas rare que des parcs industriels soient construits sans que rien ne soit prévu pour le logement des ouvriers et employés qui viennent y travailler ; aucune obligation légale n’est, à ce niveau, imposée aux promoteurs.

11La faible quantité de logements construits par l’IVIECH (l’Institut de logement de l’État, qui est une institution para-étatique) — 5.580 actions réalisées depuis sa création, en 1987, sans aucune subvention étatique et financées pour la plus grande partie par l’intermédiaire de FONHAPO (le Fondo Nacional de Habitaciones Populares qui une institution fédérale) — l’a été sans l’aide ni des autres institutions étatiques, ni de l’initiative privée. De ce fait, le déficit de logements ne cesse de s’accroître, parce que la politique suivie — et les alliances entre l’état et linitiative privée, qui la sous-tend — conduit à favoriser uniquement le secteur productif au détriment du secteur social.

12Du côté du Municipe, l’instrument de planification et d’action est constitué par le Plan Directeur de Chihuahua qui, depuis son élaboration, en 1982, a été révisé deux fois. Selon les responsables du Municipe, 60 % des terres urbanisées seraient en conformité avec le Plan ; les 40 % restants qui sont pour la plupart des lotissements irréguliers localisés dans le lit des fleuves, échappent au pouvoir de l’administration municipale. Ces lotissements irréguliers qui abritent approximativement 20 % de la population de l’agglomération relèvent d’une stratégie politique de laisser-faire de la part du municipe qui en abandonne le contrôle au secteur social, en l’occurrence l’organisation des ejidatarios et le Comité de Défense Populaire (CDP). La procédure normale de régularisation des terres urbaines (la transformation des ejidos, de terres collectives fédérales à vocation agraire en terrains privés urbains) est du ressort d’un organisme fédéral : la CORETT (Commission de Régularisation de la Tenure de la Terre).

13Le problème de la régularisation est que celle-ci a lieu, dans la plupart des cas, lorsque les terrains — déjà lotis, construits et habités — sont illégalement (du point de vue du statut juridique de la tenure) occupés par les habitants ; il en résulte que cette régularisation entérine une situation préexistante d’occupation hors planification et ne s’effectue presque jamais en coordination avec les administrations locales chargées de la mise en œuvre des plans urbains. Ainsi, l’un des objectifs de la planification qui consiste à anticiper les mouvements de croissance urbaine et à se donner les moyens de les orienter, ne peut être traduit dans la réalité, du fait que les moyens en question — notamment les réserves foncières qui pourraient être dégagées par une régularisation préventive — ne sont pas à la disposition des autorités locales.

  • 7 Sauf lorsqu’il s’agit de cas jugés “d’utilité publique”, comme pour la construction de parcs indus (...)
  • 8 Sans les cas d’urgence, les administrations savent comment se donner les moyens d’intervenir pour (...)

14Les municipes héritent donc de terrains régularisés hors Plan et où l’absence de réserves impose que les équipements urbains soient construits sur les lieux affectés aux “espaces verts” ; d’autre part, le même manque de réserves foncières7 incite les nouveaux citadins à s’installer dans des zones ejidales irrégulières vacantes8.

15Concernant le fonctionnement des institutions, en plus du fait que chacune d’entre elles agit d’une manière autonome et sans coordination avec celles qui, à un autre niveau de l’administration, ont également en charge la maîtrise des sols — par exemple, la Direction municipale du Développement Urbain ne coordonne ses activités ni avec l’IVIECH étatique, ni avec la CORETT ou l’INFONAVIT fédéraux —, la durée même des mandats électifs (3 ans pour le municipe et 6 ans pour l’administration du gouvernement de l’état) ne permet pas, faute d’un personnel public stable, que soit garantie la continuité des programmes de développement urbain initiés au cours de l’administration précédente.

LES STRATÉGIES DES INDUSTRIELS

16Il semble bien qu’existe, à Chihuahua, une différence marquée de statut entre les grands entrepreneurs traditionnels et les industriels liés au secteur maquilador ; les premiers jouissent d’une implantation locale “enracinée” et expansive, tandis que les seconds sont considérés, du fait de leur extra-territorialisation et du régime spécial dont ils bénéficient, comme recherchant prioritairement le profit immédiat aux dépens du développement local.

17Cependant, la position de ces deux catégories d’entrepreneurs ne varie pas quant au problème du logement de leur main-d’œuvre : selon eux, il est du ressort des organismes publics de satisfaire la demande sociale. Les patrons versent les cotisations salariales et déléguent ainsi aux pouvoirs publics le soin de prendre en charge le secteur du logement. Les cotisations salariales (équivalant à 5 % du salaire effectif) alimentent un organisme para-public : l’INFONAVIT (Fonds National du Logement des Travailleurs) qui construit des logements en accession à la propriété, destinés aux travailleurs gagnant entre 1 et 3 fois le salaire minimum ; le remboursement des prêts attribués (à des taux d’intérêt très avantageux de 4 %) et le versement des cotisations devrait théoriquement permettre d’alimenter un fonds de roulement et de lancer de nouveaux programmes de construction. Cependant, le taux de récupération étant extrêmement bas (estimé à 14 % par la Banque Mondiale, sur le plan national), le stock de logements construits ne peut en aucun cas satisfaire le volume des demandes exprimées ; telle est la raison pour laquelle certains critères de sélection ont été mis au point qui font la part belle aux clientélismes locaux et au corporatisme syndical et patronal : 60 % des logements construits sont attribués aux syndicats ouvriers officiels qui les distribuent à leurs adhérents, tandis que les 40 % restants reviennent aux différentes organisations patronales qui les répartissent entre les travailleurs dont le salaire est compris dans la fourchette indiquée précédemment.

  • 9 Il s’agit, en l’occurrence, des prêts FOVI (Fondo Nacional de la Vivienda para los Trabaradores) q (...)

18Outre que ce système ne permet pas de satisfaire toute la demande de logement pour les ouvriers, les patrons regrettent également que la catégorie socioprofessionnelle des agents de maîtrise ou des cadres moyens ne puisse pas non plus en profiter. En effet, parce qu’elle se situe sur une tranche de revenus supérieure à 3 fois le salaire minimum, cette catégorie sociale ne peut bénéficier des prêts au logement de la part de l’INFONAVIT ; de plus, les salaires des cadres moyens ne leur permettent pas non plus d’emprunter par le canal direct du système bancaire traditionnel9. Les chefs d’entreprise qui souhaiteraient s’attacher les catégories de personnel les plus qualifiées ne disposent donc pas sur place d’un cadre de vie leur permettant de fixer cette main-d’œuvre. Les modes d’habiter mexicains valorisant prioritairement la propriété privée de type pavillonnaire, il est exclu que les catégories sociales qui bénéficient d’un statut “supérieur” à celui des ouvriers de base, acceptent de se fixer par le système de la location de logements — les loyers étant par ailleurs très élevés — ou en achetant un appartement dans un ensemble collectif. Pour cette tranche de la population, le système en vigueur n’offre pas de solution satisfaisante.

  • 10 Ainsi 50% des contrats de travail sont-ils des contrats individuels renouvelables, d’une durée de (...)

19D’autre part, le degré d’intégration locale des entrepreneurs diffère selon leur origine et le type d’activité auquel ils se consacrent. Ainsi les industriels traditionnels entretiennent-ils des relations suivies avec les syndicats ouvriers et les représentants des pouvoirs publics — le consensus syndical leur permettant de maintenir un bon climat social, et la collaboration avec les différentes administrations s’avérant utile pour infléchir les politiques industrielles et obtenir un partage des investissements. De l’autre côté, les responsables patronaux des maquiladoras semblent développer des stratégies autonomes ; là, si les syndicats sont tolérés, c’est parce qu’ils sont parvenus à s’imposer au sein des entreprises, mais leur présence est une source de “contrariété” pour ces patrons qui préféreraient disposer à leur gré d’une main-d’œuvre malléable et jouissant d’un strict minimum de protection sociale ; les chefs de ces entreprises d’assemblage utilisent donc toutes les ressources de la législation du travail pour éviter d’attacher le personnel à l’entreprise10. Vis-à-vis des pouvoirs publics, les responsables des usines d’assemblage semblent très réticents quant à la capacité de l’administration à gérer efficacement les fonds publics. A ce jour, la seule entreprise de Chihuahua ayant développé un programme de logements pour ses employés, est l’usine Ford qui appartient aux maquiladoras de la deuxième génération et utilise donc une main-d’œuvre qualifiée —et souvent formée aux frais de l’entreprise— ; telle est la raison pour laquelle ce type de d’usines qui tend à se développer, devra faire en sorte de fidéliser sa main-d’œuvre en lui offrant, par exemple, des conditions de logement plus propices à l’insertion locale. Il est donc à prévoir que ce secteur de l’industrie sortira progressivement de son isolement et sera contraint à pratiquer lui-même une politique de concertation suivie avec les syndicats et les pouvoirs publics, afin d’améliorer les conditions de travail en favorisant les conditions locales de vie.

LES STRATÉGIES DU SECTEUR SOCIAL

20Par secteur social, il est entendu ici l’ensemble des organisations populaires de base, théoriquement indépendantes des institutions administratives ou de gouvernement : les syndicats, les associations (de quartier, corporatistes ...), les communautés religieuses de base, les structures locales des partis politiques peuvent appartenir à ce secteur. Les tactiques et stratégies adoptées par ces groupes peuvent être très diverses : de consensus, de pression, d’affrontement, de défense d’intérêts particuliers... Souvent, l’indépendance des organisations populaires s’avère problématique lorsque certaines d’entre elles apparaissent comme l’émanation de structures bureaucratiques gouvernementales à qui elles confèrent un ancrage social et une “légitimité” populaire. L’action du syndicat dominant à Chihuahua (la CTM ou Confédération des Travailleurs Mexicains) ainsi que celle du CDP (Comité de Défense Populaire) qui appartiennent à ce secteur dit “social” seront ici pris en considération.

21Déjà installés au sein des grandes entreprises traditionnelles, les syndicats officiels — malgré certaines tensions locales au cours de la précédente décennie — se sont également accommodés au système maquilador qui caractérise la région nord du Mexique. C’est ainsi qu’à Chihuahua, la CTM peut contrôler la grande majorité des 50.000 travailleurs qui composent le personnel employé par la maquila. Le type de relation établi entre syndicats et responsables d’entreprises a débouché sur “la pacification” des rapports sociaux et l’établissement d’un statut quo pour ce qui concerne l’organisation du travail au sein des unités de production.

  • 11 Les cotisations sont perçues au niveau fédéral et redistribuées, après péréquation, à l’échelle de (...)

22Parmi les avantages que les syndicats retirent de ce partage consenti des pouvoirs locaux, il y a bien évidemment le système INFONAVIT. Ce système, fortement bureaucratisé et centralisé11, bénéficie en partie aux travailleurs syndicalisés du secteur formel sans pour autant que toutes les demandes formulées par ces derniers soient satisfaites. En fait, quand une entreprise passe sous le contrôle d’un syndicat, tous les ouvriers qui la composent sont “sollicités” pour s’affilier à ce syndicat qui les représentera auprès des dirigeants patronaux, et négociera les avantages matériels ainsi que les augmentations de salaire ou les conditions de travail du personnel ; dans la réalité, seules les augmentations de salaire constitue l’objet de négociations ; quant aux avantages, ils sont surtout retirés par les dirigeants syndicaux qui, outre les cotisations perçues de la part du personnel, profitent de leur situation de monopole pour capter les aides publiques et les redistribuer de manière à accroître le réseau clientéliste sur lequel se fonde leur pouvoir. Telle est la raison pour laquelle les syndicats présentent chaque année la même liste de légitimes postulants aux crédits INFONAVIT ; lorsque la sélection a été effectuée, les bénéficiaires réels ne sont souvent pas ceux qui étaient contenus dans la liste originale si bien que nombre des maisons attribuées sont soit louées par leurs nouveaux propriétaires — qui étaient déjà en possession d’un logement et de ce fait, n’auraient donc pas dû bénéficier d’un crédit INFONAVIT —, soit inoccupées comme peut l’être un capital fixe, bloqué à des fins spéculatives. Cette pratique, connue de tous, se perpétue car elle permet au syndicat de reproduire son pouvoir qui sert les intérêts des autres partenaires sociaux.

  • 12 Dans la région nord, il n’est pas rare qu’existe un accord entre les entrepreneurs et les organisa (...)
  • 13 Il n’est pas rare que les promoteurs mexicains de parcs pour maquiladoras servent d’intermédiaires (...)

23En fait, le monopole syndical est, paradoxalement, un élément déterminant pour les dirigeants patronaux — même pour les responsables de maquiladoras qui n’osent l’avouer — en ce qu’il favorise un “bon climat social” à l’intérieur des entreprises et contrarie la formation de centrales syndicales indépendantes qui pourraient pratiquer un syndicalisme revendicatif actif et fort12. En fait, il existe un partage des rôles et des privilèges entre les chefs d’entreprises et les responsables des diverses centrales syndicales “officielles” — les premiers bénéficiant de meilleures conditions de production tandis que les seconds conservent le contrôle social de la population ouvrière, sans que les conditions de vie ou de travail de cette dernière n’en soient fondamentalement améliorées13. Ainsi se trouve sauvegardée la politique de consensus souhaitée par le gouvernement mexicain, qui réunit autour des mêmes objectifs les autorités politiques, les acteurs syndicaux et les entrepreneurs.

  • 14 Comme celles qui ont donné naissance aux quartiers Emiliano Zapata, División del Norte. Lucio Caba (...)

24Une autre composante du secteur social joue un rôle très important à Chihuahua : il s’agit du C.D.P. (Comité de Défense Populaire), organisation qui s’est spécialisée dans les invasions de terrains destinés aux travailleurs sans logements, et dans la gestion (sociale, politique) des nouveaux quartiers qui résultent de ces invasions. Ce mouvement urbain s’est véritablement enraciné localement au cours de l’année 1968 lorsque, le 17 juin de cette année-là, 80 familles, se réclamant de “Lucha Inquilinaria”, se regroupèrent pour envahir les terres urbaines d’un riche propriétaire. Face au succès de cette première invasion et pour répondre aux besoins d’une population croissante de mal-logés, le CDP a organisé d’autres opérations d’envahissements de terres14, si bien qu’aujourd’hui on estime à 70.000 habitants la population vivant sur des terrains irréguliers envahis dans l’agglomération de Chihuahua. Se pose donc maintenant le problème de la régularisation de ces terrains puisque 75 % des familles installées ne détient toujours pas de titre légal de propriété.

25Le CDP contrôle socialement les populations qui se sont installées sur les terres envahies, c’est-à-dire que ce mouvement est parvenu à se créer une clientèle et une légitimité sociales à travers l’organisation d’opérations d’envahissements de terres. La tactique urbaine déployée à présent par le CDP consiste à gérer ce “patrimoine social” et notamment à se poser comme relais indispensable entre les différentes administrations et la population, pour ce qui concerne la satisfaction des demandes de cette dernière en matière de services, d’équipements et de statut légal d’occupation. Pour ce faire, la population est organisée en assemblées populaires par lesquelles s’expriment les demandes et qui déléguent leur pouvoirs d’action et de négociation à des représentants choisis au sein du CDP. De ce fait, ce dernier apparaît comme un interlocuteur légitime auprès des pouvoirs publics.

26Sur le plan des stratégies urbaines, si le gouvernement a adopté, au début des envahissements, une attitude répressive qui consistait à défendre par tous les moyens les intérêts des propriétaires fonciers lésés, il s’est ensuite posé comme intermédiaire entre ces derniers et les organisations populaires. Aujourd’hui le CDP négocie directement avec les propriétaires de terres ou avec les ejidatarios qui préfèrent vendre leurs terrains par crainte qu’une invasion ne les prive des dédommagements qu’ils peuvent retirer de la transaction. L’instauration d’un climat de négociation a permis de désamorcer nombres de conflits et d’atténuer le radicalisme du CDP.

  • 15 Ces marchés sont nommés “pasitos” en référence à la ville de El Paso d’où provient la majorité des (...)
  • 16 Pour bien comprendre comment fonctionne le caciquisme au sein du CDP, il faut savoir que le centre (...)

27A Chihuahua, le CDP a même élargi son champ d’action et d’influence jusqu’à contrôler les espaces sur lesquels s’opère le commerce informel de contrebande15 — ce qui lui permet, par la même occasion et grâce au système des “prélèvements informels obligatoires16”, de subvenir à certains de ses besoins financiers. Cette “entreprise officiellement informelle” bénéficie d’un soutien populaire car elle est présentée comme brisant le monopole du commerce officiel et des circuits de distribution traditionnels avec l’objectif de faire baisser les prix des marchandises importées. Malgré l’opposition de la Chambre de Commerce de Chihuahua, les pouvoirs publics antérieurement liés au PRI, ont dû céder à la pression du CDP afin d’éviter un affrontement qui leur aurait été préjudiciable sur le plan électoral. Cette stratégie de consensus n’a cependant pu empêcher l’échec électoral du PRI lors des élections de 1992.

CONCLUSION

28La capacité d’intégration du système mexicain — d’autant plus étonnante que la situation actuelle de crise économique ne prédispose pas au calme social — continue à s’exercer grâce au fait que le pouvoir politique est parvenu à instaurer une politique de consensus entre représentants syndicaux, chefs d’entreprises, responsables d’organisations populaires de masse et acteurs politiques ; ce consensus a jusqu’à présent abouti à la pacification des rapports sociaux locaux.

29Depuis 1992, divers éléments ont modifié la structure du système politique, qui concernent autant le territoire national que l’espace régional du Chihuahua :

  1. la victoire électorale du PAN en 1992 qui a conquis le gouvernement de l’État et les principales municipalités sur la base d’un programme de lutte contre la corruption institutionnelle, de plus grande justice sociale et d’une meilleure répartition des richesses régionales ; un tel programme a suscité l’adhésion d’une majorité des électeurs17 qui attend à présent sa mise en œuvre ; afin de dégager les moyens financiers nécessaires pour cela, les nouveaux responsables politiques sont en train d’instaurer une politique fiscale qui consiste à généraliser le paiement des impôts pour tous ceux — entrepreneurs ou particuliers — qui y sont légalement tenus, ce qui provoque de multiples réactions, notamment de la part de nombreux entrepreneurs — petits ou moyens — qui ne manquent pas d’effectuer un chantage sur l’emploi pour se soustraire au paiement de l’impôt ; par ailleurs, et contre toute attente, le gouvernement de l’opposition “paniste” a pu jusqu’à présent compter sur le soutien financier du gouvernement fédéral pour réduire l’énorme déficit hérité du gouvernement précédent18.
  2. la modification du statut de terres ejidales : elles pourront désormais, avec l’assentiment des assemblées qui les dirigent, être privatisées, ce qui devrait modifier l’exercice de la planification urbaine en permettant un contrôle plus effectif des autorités locales sur l’expansion périphérique des villes ; d’ores et déjà, les autorités de l’État de Chihuahua ont décidé, en 1992, d’accorder 2.000 titres de titularisation aux habitants des zones irrégulières19, et elles prévoient d’en délivrer encore 3.000 en 1993 ; une telle politique devrait permettre de désamorcer l’influence clientéliste du CDP qui reposait sur l’organisation d’opérations d’envahissement de terres et le contrôle politique des populations qui avaient participé à l’envahissement ; désormais, les nouveaux lotissements devraient être construits sur des zones prévues à cet effet, c’est-à-dire pourvues préalablement en services et infrastructures de base.
  3. la modification du statut de 1’INFONAVIT qui va devenir une banque et donc cesser d’être une agence publique de promotion immobilière, ceci afin de réduire la corruption liée au clientélisme, et d’accroître la construction de logements par une plus grande participation du secteur privé.
  • 20 tel est le sens de l’emprunt sur hypothèque (qui grève les terrains du “pasito” de Chihuahua) cont (...)
  • 21 Le Nord et le Centre bénéficiant des investissements liés à l’industrie d’exportation, tandis que (...)
  • 22 étant entendu que, si le Nord et le Centre resteront dirigés par les partis “libéraux” tandis que (...)
  • 23 Dans une telle perspective, la nouvelle frontière entre le nord et le sud serait “descendue” pour (...)

30D’autre part, une clarification des rapports sociaux locaux est actuellement à l’œuvre, qui devrait aboutir à préciser la situation de chacun des acteurs et notamment le rôle du CDP qui serait reconnu comme une entreprise commerciale — accessoirement à caractère social20. Ainsi, paradoxalement, l’alternance politique va permettre d’accroître les capacités d’intégration du système ; le soutien apporté au PAN par les instances fédérales — à travers des institutions bancaires telles que FONHAPO, BANOBRAS et FOVI — tend à prouver que le projet présidentiel de modernisation des structures économiques et politiques coïncide avec le programme mis en œuvre par le PAN dans l’État du Chihuahua. En ce sens, il paraît logique de supposer que le PRI saliniste (du nom de l’actuel président) est en train de jouer sur son alliance locale avec le PAN — alliance fondée sur la concordance des deux politiques libérales — dans le but de changer, c’est-à-dire de régénérer, le PRI fédéral ; à terme, il est permis de penser que l’échiquier politique des zones “développées” du nord et du centre du Mexique se réduira à une bipolarisation de type nord-américain — le PRI moderniste et le PAN se partageant le pouvoir de la même manière que les partis républicain et démocrate aux États-Unis —, tandis que le reste du pays sera capté par les partis de gauche “traditionnels” et principalement par le PRD. Ainsi la même dualité divisera le pays à la fois pour ce qui concerne les programmes liés à la politique industrielle21, et la structure politique qui fonde le partage local du pouvoir22 ; cette nouvelle configuration semble être une des conditions de l’intégration territoriale du Mexique à la zone nord-américaine, en même temps qu’elle institutionnalisera la situation géopolitique du Mexique comme pays à travers lequel passe la ligne de fracture entre le nord et le sud23.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALBA VEGA, Carlos, “El Empresariado Mexicano ante el Acuerdo de Libre Commercio con Norteamérica”, in Publication de El Colegio de Mexico, Mexico, 1991.

ALEGRIA. Tito. “La ciudad y los procesos trasfonterizos entre México y los Estados Unidos”, in Publicación semestral de El Colegio de la Frontera Norte, vol. 1, n° 2, juillet-décembre 1989, Tijuana, 1990.

CAMBEROS. Mario, BAROJAS Rosalia, “El problema de la vivienda en la frontera (Nogales, Sonora)”, in Estudios Demográficos y Sociales, n° 9, El Colegio de México. Mèxico, septembre-décembre 1988.

CARAMBURO VIZCARRA. Guillermo, “Características de la vivienda en Baja California (1980-1983)”, in Publicación del Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Autónoma de Baja California, Mexicali, mars 1984.

Collectif. “Dias de Lluvia : mas alla del espejismo, olas en el desierto”, ediciones del Gobierno del Estado de Chihuahua, 1991.

Collectif, “La Vivienda popular en Chihuahua”, Instituto de la Vivienda del Estado de Chihuahua, 1992.

HIERNAUX. Daniel. “Urbanización y autoconstrucción de vivienda en Tijuana “ in Publicación del Centro de Ecodesarrollo, Mexico, 1986.

REYGADAS, Luis, “Un Rostro moderno de la Pobreza : problemática social de las trabajadoras de las maquiladoras de Chihuahua”, ediciones del Gobierno del Estado de Chihuahua. 1992.

RIVERA GRANADOS, Angel, “Los asentamientos espontáneos en Mexicali”, in Publicación del Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Autónoma de Baja California, Mexicali, avril 1983.

SALAS-PORRAS, Alejandra. “Usines d’assemblage et bourgeoisies régionales” in Pouvoir Local, Régionalisme, Décentralisation (dir. par .J. Revel-Mouroz), CREDAL / IHEAL. Paris. 1989.

Notes

1 A Chihuahua, le capital de ce type d’entreprises provient pour 70% des USA, pour 20% d’origine mexicaine, el pour les 10% restants de pays asiatiques ou européens ; il faut également signaler que 99% des matières premières utilisées par les maquiladoras à Chihuahua est importé.

2 L’unique maquiladora où la rotation de main-d’œuvre est pratiquement inexistante, est installée à l’intérieur du pénitencier de la ville de Ciudad Juarez.

3 En 1970, il existait 18 parcs industriels dans tout le pays ; c’est à partir de 1980 que ceux-ci sont devenus une composante essentielle de la politique de décentralisation territoriale et de développement régional; aujourd’hui, 336 parcs ont été recensés au Mexique bien que seulement 119 d’entre eux soient enregistrés auprès de la SECOFIN, dont 60,1% de ces derniers sont contrôlés par le secteur public (national, étatique ou municipal).

4 Ainsi, le succès de la ville de Ciudad Juarez tient-il en particulier à l’existence de parcs industriels privés conçus spécialement pour l’installation de maquiladoras, tel ceux appartenant au groupe Bermudes ; d’autre part, de gigantesques projets d’aménagement urbain sont actuellement à l’étude qui devraient renforcer le processus de conurbation binationale ; parmi ceux-ci, il faut mentionner le projet de “Puente internacional Colombia”, dans l’État du Nuevo León et dont l’objectif est le développement urbain de 4 villes moyennes — qui devraient atteindre, pour chacune d’elles, des populations variant autour de 500.000 habitants — abritant 4 parcs industriels et reliées par une autoroute de 200 kilomètres au bord de laquelle seraient installées de nombreuses industries ; un autre projet binational concerne l’urbanisation intégrée de la ville de Santa Teresa-San Jerònimo, à proximité de Ciudad Juarez, qui devrait être dotée de multiples infrastructures et services pour accueillir 800.000 habitants ; ces derniers vivront côté mexicain et travailleront dans un grand parc maquiladora”, le tout financé conjointement par des capitaux bancaires et immobiliers mexicains et nord-américains.

5 Voir (Alegría, 1990), (Hiernaux, 1986), (Rivera, 1983), (Aramburo, 1984). (Camberas, 1988).

6 Dans ces parcs, et pour l’ensemble du secteur maquiladora, sont concentrés 29% des usines et 60% des travailleurs (cf. A. Salas-Porras, 1989) ; il faut également mentionner “l’attrait” particulier qu’exerce le Mexique concernant le prix de la terre, des services, des infrastructures et des installations qui est nettement meilleur marché que dans n’importe quel pays industrialisé ou même que dans de nombreux autres pays maquilador du Sud-Est asiatique.

7 Sauf lorsqu’il s’agit de cas jugés “d’utilité publique”, comme pour la construction de parcs industriels ou de grandes infrastructures routières devant desservir les zones industrielles ; pour ces programmes, tous les moyens financiers sont débloqués ainsi qu’autorisées certaines dérogations aux normes contenues dans le Plan d’Urbanisme qui permettent par exemple d’installer les parcs industriels à proximité immédiate des zones d’habitation.

8 Sans les cas d’urgence, les administrations savent comment se donner les moyens d’intervenir pour que soient satisfaites certaines demandes de logements. Ainsi, après la tempête du 22 septembre 1989, les habitants que l’on avait laissé envahir le lit des fleuves, ont-ils été submergés par des trombes d’eau (il est en effet tombé ce jour là 133 mm. en 2 heures) ; 48 d’entre eux sont morts et 1.500 maisons ont été détruites ; une année plus tard, 1.500 logements de substitution avaient été réalisés par les différents organismes publics (INFONA-VIT, FONHAPO) chargés de la reconstruction, grâce à un prélèvement obligatoire (décidé par le gouvernement local, en accord avec les partenaires sociaux : syndicats et chambres patronales) de 10% sur le montant des plus-values réalisées par les entreprises.

9 Il s’agit, en l’occurrence, des prêts FOVI (Fondo Nacional de la Vivienda para los Trabaradores) qui sont délivrés par les banques ; à titre de comparaison, pour 2 logements équivalents, celui de l’INFONAVIT reviendra à 60 millions de pesos tandis que l’autre, financé par le système FOVI, coûtera 200 millions de pesos.

10 Ainsi 50% des contrats de travail sont-ils des contrats individuels renouvelables, d’une durée de 20 à 28 jours ; le restant du personnel bénéficie de contrats collectifs de travail ; à Chihuahua, le personnel féminin des maquiladoras représente 66% de l’ensemble des employés, ce qui tendrait à prouver que la majorité de ces entreprises appartiennent à la première génération des maquiladoras qui utilise une main-d’œuvre peu qualifiée pour une production intensive ; néanmoins, 12 de ces entreprises sont de la deuxième génération qui se caractérise par des productions de hautes technologies à partir d’un outil de travail amplement robotisé.

11 Les cotisations sont perçues au niveau fédéral et redistribuées, après péréquation, à l’échelle des états fédérés ; il peut s’écouler 8 mois entre la réception des cotisations par le ministère des finances et leur retour, au niveau local ; ce délai est fortement préjudiciable en période d’inflation.

12 Dans la région nord, il n’est pas rare qu’existe un accord entre les entrepreneurs et les organisations ouvrières — pour la constitution duquel le gouvernement de l’état peut apporter sa médiation — afin d’empêcher que tout syndicat indépendant organise les travailleurs des entreprises d’assemblage ; quoiqu’il en soit, les syndicats “officiels” conservent toujours leur monopole (ainsi, par exemple, dans l’état du Chihuahua, ce monopole sur le personnel est exercé par la CTM qui négocie les contrats de travail avec les entreprises : à Ciudad Juarez, le pouvoir est partagé entre la CROC et la CTM...).

13 Il n’est pas rare que les promoteurs mexicains de parcs pour maquiladoras servent d’intermédiaires entre les chefs d’entreprises et les syndicats pour négocier localement des conventions collectives garantissant aux patrons la stabilité de leur main-d’œuvre.

14 Comme celles qui ont donné naissance aux quartiers Emiliano Zapata, División del Norte. Lucio Cabañas, Pablo Gomez, Che Guevara, Misael Luñes, Diego Lucero, Tierra Libertad. 2 de Octubre et 22 de Septiembre, cette dernière ayant eu lieu en 1990.

15 Ces marchés sont nommés “pasitos” en référence à la ville de El Paso d’où provient la majorité des marchandises de contrebande.

16 Pour bien comprendre comment fonctionne le caciquisme au sein du CDP, il faut savoir que le centre commercial de la contrebande à Chihuahua (le “pasito”), c’est-à-dire l’emprise foncière ainsi que les quelques 600 stands qui ont été construits, appartiennent au “lider” du CDP ; ce dernier reçoit chaque mois un loyer de la part de chacun de ses commerçants-locataires et lorsque l’un d’entre eux décide de céder son local, il doit verser à son propriétaire une quantité importante d’argent ; le nouveau commerçant est lui-même tenu de verser une somme équivalente au “lider” du CDP pour occuper l’emplacement commercial qui vient de lui être cédé ; à travers ce “racket”, le “lider” du CDP s’arroge les mêmes droits qu’un promoteur immobilier.

17 Issus autant des milieux patronaux que des couches populaires, ce qui prouve la nature populiste” d’un tel programme en même temps que l’état de crise de légitimité auquel en était arrivé le gouvernement précédent.

18 Selon “proceso” du 7 décembre 1992, le déficit cumulé serait de l’ordre de 100 milliards de pesos, dû principalement au coût de l’ambitieux programme de construction de routes à l’intérieur de l’État (et notamment la route qui relie les villes de Chihuahua et Ciudad Juarez).

19 selon les responsables de l’IVIECH, les lotissements irréguliers seraient au nombre de 48.000 dans tout l’État du Chihuahua, dont 22.000 pour la seule agglomération de Chihuahua.

20 tel est le sens de l’emprunt sur hypothèque (qui grève les terrains du “pasito” de Chihuahua) contracté, début 1992, par le “licier” du CDP auprès d’institutions bancaires pour payer ses dettes d’impôts.

21 Le Nord et le Centre bénéficiant des investissements liés à l’industrie d’exportation, tandis que le sud sera livré aux programmes d’assistance de type banque mondiale tels que les programmes de solidarité.

22 étant entendu que, si le Nord et le Centre resteront dirigés par les partis “libéraux” tandis que le Sud pourra être “concédé” aux partis de gauche, il semble évident que le pouvoir fédéral devra demeurer sous le contrôle des partis “modernistes” ; tel semble être actuellement l’enjeu des changements politiques mis en œuvre par l’actuel président, qui peuvent déboucher sur une alternance politique à la tête de l’État, à la condition que seuls les partis acquis à la modernisation puissent en bénéficier.

23 Dans une telle perspective, la nouvelle frontière entre le nord et le sud serait “descendue” pour prendre en compte l’ancrage des régions nord et centre du Mexique à l’Amérique du nord.

Auteur

Chargé de Recherche à l’ORSTOM – CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter