Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

III - Les mutations territoriales

Villes frontalières Mexique-États-Unis

Alain Vanneph

Texte intégral

Carte de la structure urbaine de l'espace San Diego-Tijuana

Carte de la structure urbaine de l'espace San Diego-Tijuana

1Par ses paysages, par sa longueur, par la violence des contrastes qu’elle affiche, par l’ampleur de ses phénomènes migratoires, la frontière méxicano-américaine constitue un véritable laboratoire géographique naturel.

2Parmi toutes les composantes dessinant la spécificité, l’importance et l’intérêt de cette région frontalière, l’originalité de l’organisation de l’espace, à travers en particulier la configuration particulière du réseau urbain des “villes jumelles” développées des deux côtes de la frontière, constitue un champ d’étude privilégié pour l’approche géographique. Dans la gestation de ce système socio-spatial original, les villes constituent, de par leur importance quantitative et de par la nature même de leur dispositif linéaire et gémellaire, un relais décisif, en tant que nœuds et interfaces des flux et interactions multiples qui transforment peu à peu un double espace modulaire en un espace réticulaire unique qui banalise et même tend à effacer la fracture politique.

3Une transformation qui s’opère à toutes les échelles, et d’abord, dans l’espace urbain lui-même.

4L’objet de cette étude sera de jeter les bases d’une réflexion sur cette évolution transfrontalière, à travers une double approche : ville et frontière, et frontière dans la ville...

VILLE ET FRONTIÈRE : L’ORIGINALITÉ D’UN RÉSEAU URBAIN, DU FRONTALIER, AU TRANSFRONTALIER

Des villes de frontier aux villes de boundary

5Lors de la création de la frontière de 1848, les régions de la frontière actuelle se caractérisent par leur marginalité, leur éloignement du centre politique et économique de la Nouvelle-Espagne. Faute de découvertes minières susceptibles de pallier cet effet de distance, l’occupation de l’espace par les espagnols se réduit à quelques foyers épars, avant- postes militaires (presidios) ou missions, constituant, aux côtés des cités des indiens Pueblo des exceptions, au cœur d’un espace sauvage délaissé, désertique et indien. Peu de traces matérielles authentiques demeurent donc de ce passé, y compris dans les centre-villes des quelques embryons urbains de l’époque. C’est donc sur une étendue fondamentalement pionnière (“frontier”) que s’est opérée la mise en valeur des deux côtés de la frontière, (“boundary”) à partir de la seconde moitié du xixe siècle...

6La grande originalité de ces villes, conforme à cet environnement pionnier, c’est la croissance rapide, la nature de “villes champignon”, associée à la faiblesse du peuplement rural, aggravée par l’hostilité des étendues désertiques qui courent partout le long de la frontière, de l’Atlantique, au Pacifique. A cette première originalité s’ajoute, à l’approche du xxe siècle, des particularités spécifiques de l’empreinte d’une frontière politique entre deux états-nation. Au rythme de la montée en puissance des nationalismes, notamment économiques. et de la mise en valeur spontanée ou stratégique de ces marges désertiques, la barrière se fait plus étanche. Le pointille frontalier, longtemps assez théorique, se matérialise en une véritable barrière, tronquant net les hinterlands diffus des centres urbains pionniers.

7Ce processus progressif de fermeture induit, des lors, deux évolutions urbaines parallèles. Il implique aussi une condensation des flux d’échange sur les quelques voies de passage autorisées et aménagées, c’est à dire, à l’Est sur les gués ou les ponts du Rio Grande. Une “bifurcation” de l’évolution s’instaure, à partir d’une situation de départ identique, induisant peu à peu une plus grande dissymétrie des nations, des régions et des villes. “On the one hand, US and mexican cities are the product of their own national culture s ; on the other hand they share a strategic location with their neighbouring urban settlements and increasingly are subject to social, economic, cultural, and even political forces that penetrates the international border.” (cf L. Herzog).

8La dissymétrie urbaine s’inscrit d’abord dans les formes de distribution dans l’espace. Obéissant aux mécanismes classiques (Christaller, Reilly...), les villes américaines s’épanouissent mieux sur des sites distants de la frontière, pour élargir au maximum leur aire de rayonnement. Ceci se reflété dans l’expansion métropolitaine de Los Angeles ou Houston, puis de Phoenix, au plus loin de la fracture politique, et dans la localisation intermédiaire des centres secondaires comme San Antonio, Tucson ou San Diego ; l’isolement justifiant l’exception d’El Paso. En revanche, au Mexique, c’est Monterrey qui fait exception, alors que la localisation dominante s’établit au plus près de la frontière. Tijuana. Mexicali, Ciudad Juarez, Nuevo Laredo, Reynosa et Matamoros poussent cette vocation frontalière jusqu’á développer un espace bâti “en entonnoir”, se répandant en largeur le long de la ligne internationale (cf carte Tijuana-San Diego).

9Plus concrètement encore, la dissymétrie s’inscrit dans le contraste des paysages urbains. Les “villes jumelles” sont de fausses jumelles, des lieux de différence, à la fois par rapport aux autres cités nationales non frontalières et l’une par rapport à l’autre. Cité latine et cité du tiers-monde d’une part, face à cité anglo-saxonne et nord-américaine d’autre part, on imagine combien l’opposition systématique de tous les caractères se traduit en contrastes caricaturaux des deux réalités urbaines, face-à-face, de chaque côté d’un simple grillage ou d’un fleuve étroit.

10Et pourtant, de la même manière que de la fermeture de la frontière a surgi par effet de filtre l’urbanisation des doublets, de cette différence de potentiel et de cette proximité ont surgi des complémentarités et des interactions qui, nées de la frontière, et développées par la frontière, aboutissent finalement à la remettre en cause... “Rio grande does not separate people... Along the entire border, towns are twins and siamese twins in some cases, for many interconnecting Communications” (Mc Williams, 1968).

Á la rencontre d’un troisième type ?

11L’interdépendance croissante, caractéristique des relations entre le Mexique et les États-Unis, atteint son apogée avec les villes jumelles frontalières, parallèlement à la multiplication des échanges de part et d’autre de la ligne internationale. L’opposition laisse place à la complementarité. Mais peut-être moins que leur diversité, leur densité ou leur volume, c’est la nature, et la nature systémique de ces relations qui doit être soulignée. Des relations de va-et-vient, des réactions en chaîne, des réciprocités, des rétroactions qui induisent le développement d’un véritable système urbain binational, et même transnational : “urbanisation has become a boundary transcending process” (Lawrence Herzog. when North meets South, p 249). Un jeu complexe de “non antagonic contradictions” (Raul Fernandez) tend à transformer les doublets en conurbations, et San Diego-Tijuana ou El Paso-Ciudad Juarez en métropole.

12Dans la constitution de ce modèle, les flux traditionnels de marchandises (1 000 camions par jour, par exemple, au poste douanier de Mesa de Otay), et leurs corollaires douaniers et fiscaux ont certes compté, mais dans un développement urbain de chaque côté de la rupture de charge, comme on peut l’observer par exemple dans les deux Nogales à partir du transport de bétail, et donc plutôt dans la complémentarité que dans l’interactivité.

13Il en est allé bien autrement avec les échanges migratoires dont le rôle a été important des deux côtés. Du côté américain, avec la fixation temporaire ou définitive de plusieurs millions de braceros et de leurs descendants dans le Sud-Ouest et particulièrement dans les villes frontalières (cf carte). Mais aussi, — et c’est un premier exemple de rétroaction du côté mexicain — les reconductions des clandestins interceptés dans les villes frontalières mexicaines, d’une part, et surtout d’autre part le rôle de “salle d’attente” (staging area) joué par ces mêmes villes pour les candidats à l’immigration aux USA avant leur passage effectif, ont nourri ces cités d’une population flottante importante (7 % de la population de Mexicali par exemple). Cette population, sans cesse renouvelée, mais aussi partiellement stabilisée, en fonction des délais imposés par le “filtrage” frontalier, et des retours successifs dans les mêmes relais entre la province d’origine et les USA, par le jeu des filières de migration, a peu à peu constitue une des sources de la croissance urbaine. qu’elle multipliait aussitôt par sa forte fécondité de classe jeune par excellence.

14Ces phénomènes cumulatifs, ce système d’interactions se sont trouvé encore plus confortés encore par le jeu complexe de l’industrie d’assemblage. Les usines s’inscrivent directement dans un champ régional de proximité. Elles privilégient les localisations complémentaires de part et d’autre d’une frontière vécue avant tout comme la limite des bassins de main d’œuvre. Au phénomène de ville jumelle se superpose un phénomène de “twin plants”, fixant sur le côté Nord, dans la ville la plus proche, au plus près des chemins de fer et des aéroports, les activités de complément amont et aval, des montages effectués sur le côté Sud. Citons par exemple le site Manimex à Reynosa, et son correspondant Manitex à Mc Allen. Des zones franches, en périmètre fermé font ainsi le pendant, côté USA, au liseré de 20 km hors douane établi sur le versant mexicain. 42 % des industries maquiladoras de Tijuana disposent d’une “twin plant” à San Diego. 15 % des industries de San Diego sont en relation d’affaires avec une maquiladora. et pour 60 % d’entre elles cette relation implique un recrutement spécifique de cadres et managers adaptés à cette Communication prioritaire.

15Avec les multiples activités liées indirectement, on obtient ainsi un effet en retour non négligeable sur les États-Unis, et donc une première forme de solidarité transfrontalière, avec une évaluation de 80 emplois crées (ou conservés) aux USA, pour 10 emplois dans les usines d’assemblage. A ce premier couplage au niveau de la main d’œuvre — qu’on pourrait d’ailleurs opposer à celui plus lointain et négatif résultant des délocalisations initiales — s’ajoute celui des mouvements quotidiens de la part des cadres américains ou asiatiques des maquilas, tirant profit de la proximité pour résider aux USA. Il n’y a donc plus seulement coexistence de part et d’autre, mais une forme de solidarité transfrontalière entre les villes-jumelles, et avec par les interconnexions industrielles un premier enchaînement des avenirs : “The maquilas help the two countries overcome differences by doing business together” (Angelica Becker).

16Dans le même domaine, la dominante High tech et Defense des industries de la Sun Belt, et donc de la sous-traitance mexicaine (on annonçait, pendant la guerre du Golfe, que 10 % des composants du missile Tomahawk étaient réalisées au Mexique...) engendre une sensibilité commune à la conjoncture : 30 % des entreprises d’Arizona travaillent en relation avec le Mexique, 30 % des exportations industrielles de l’état concernent les maquiladoras, tandis que, au total, 20 % des fournitures des maquilas proviennent de la région frontalière américaine (cf Silvers).

17L’évolution des deux côtés vers la mondialisation et les “flux tendus” débouche par ailleurs sur un recours croissant aux télécommunications, et sur la construction de réseaux transfrontaliers centres sur des villes de la frontière évoluant en nœuds stratégiques de Communication. Les “cities on Une” deviennent des “cities on-line”...

18Un phénomène typique de rétroactions en “boucle” se nourrit de cette fonction nouvelle qui s’impose à cause des besoins spécifiques de télé-gestion des maquiladoras et qui, à son tour, par son existence, peut faciliter la création d’autres usines d’assemblage ou d’industries du “Just-in-time”.

19C’est en particulier le cas pour Tijuana, ou, grâce au réseau téléphonique privé Telnor, la ville bénéficie du plus grand taux de digitalisation mexicain — et donc de la plus grande efficacité — avec 80 % contre 20 % de moyenne nationale pour les grandes villes. La basse-Californie atteint même d’autres records pour les petites villes avec 90 % pour Ensenada et San Luis Rio Colorado (cf Eduardo Barrera Herrera). Partout ailleurs sur la frontière mexicaine, la nécessité de liaisons internationales entraine la multiplication des services complémentaires à Telmex. On compte en moyenne 300 installations micro-ondes sur chaque cité frontalière (avec, ou sans autorisation officielle...), et on atteint 720 à Ciudad Juarez, “véritable téléport, capitale mondiale de la maquila et du by-pass”. A quoi s’ajoutent les télécommunications directes en canal privé via satellite. (cf Sanyo, Kenmex ou Matsushita, à Tijuana), et le réseau spécial “Red Superpuesta” que Telmex propose sur la frontière. Et naturellement les Communications locales cellulaires qui depuis El Paso, par exemple, couvrent toute la ville de Ciudad Juarez.

20Cette notion de “ville branchée” apparaît primordiale pour l’avenir. Elle constitue en effet un avantage comparatif (en équipement et en savoir-faire) en tant qu’un élément de culture de modernité et d’ouverture, conférant à la région frontalière, en liaison avec la proximité physique des équipements et du marché des USA, une qualité propre qui demeurera, même dans le cadre de l’ALENA.

21Parmi les autres flux alimentant de manière croissante l’interdépendance des villes jumelles, figure en bonne place, le tourisme. Celui-ci importe non seulement par son volume. Tijuana se targue d’être la ville la plus visitée du Monde, avec 65 millions de passages enregistrés en 1992, certes, mais seulement 4 % des “touristes” y passent une nuit. Non seulement par son mouvement en double sens, mais par la complexité et la rétroaction des relations transfrontlières qui se tissent autour de cette fonction, et des autres activités locales.

22Un système interactif sur les deux côtés s’instaure en effet associant tourisme, sous-traitance et commerce.des villes jumelles. Une part importante du tourisme anglosaxon vers le Mexique bénéficie ainsi aux villes frontalières nord-américaines. On le constate à San Diego ou transitent 25 % des futurs visiteurs de Tijuana. On le constate à Mc Allen ou les ressources hôtelières liées aux migrations hivernales des retraités de la manufacturing belt vers le Sud se trouvent confortées et complétées par le rôle de relais vers Reynosa, qui n’offre que 300 chambres d’hôtel, face aux 1 500 de la ville texane. Réciproquement, on observe que 57 % des visiteurs de Tijuana sont d’ascendance mexicaine... (cf Nora Bringas, citée in Olivia Ruiz).

23Le rôle du tourisme Commercial est tout aussi complexe. Aux achats classiques de souvenirs, aux utilisations de services (réparations et carrosseries automobile notamment) effectué par les citadins nord-américains sur le côté mexicain, et aux formes variées du “tourisme du vice”, font en effet pendant les opérations commerciales régulièrement pratiquées par les mexicains sur les villes US. C’est ainsi que les travailleurs pétroliers de Reynosa accomplissent en moyenne un voyage par semaine à Mc Allen pour leurs achats et que, selon SECOFI, 35 % des revenus de Reynosa sont dépensés aux USA. On retrouve la même proportion en Arizona, ou 30 % des salaires des maquilas frontalières se trouvent dépenses. Ce qui engendre à Tucson 28 millions de dollars d’achats mexicains par an, et sur la frontière même (Comté de Santa Cruz) 60 % du commerce de détail dépendant de la clientèle mexicaine (Pavlakovic). A San Diego, 90 millions de dollars sont dépenses chaque année par les travailleurs des usines mexicaines. A Nogales (Arizona), c’est 60 % du commerce de detail qui dépend des achats mexicains. Cette interdépendance créatrice d’une véritable “area of crossborder reciprocity” (L. Herzog) trouve une de ses meilleures illustrations dans la sensibilité de toute l’activité des villes américaines aux variations de parité du peso par rapport au dollar.

24Ainsi la dévaluation de la monnaie mexicaine en 1976 s’est traduite par une chute de 25 % des passages Texas-Tamaulipas. Les recettes commerciales de Mc Allen ont baissé de 1 %, alors que l’année précédente avait affiché une progression de 25 %. Symétriquement, le report d’achats sur le Mexique provoquait une hausse de 24 % des ventes de détail à Reynosa, induisant la première vague d’ouverture de supérettes, tandis que la seconde grande dévaluation, après 1982, amorçait le rattrapage du processus d’implantation des hypermarchés du côté mexicain. Jusqu’á lors les centres commerciaux périphériques des villes mexicaines se localisaient en fait... aux USA. ainsi Mc Allen en arrive à totaliser 22 grandes surfaces et 1,7 millions de dollars de ventes annuelles, ce qui lui confère, en volume, le 9e rang parmi les villes texanes et en superficie commerciale par habitant, selon les autorités locales (1988) le... deuxième rang dans le monde derrière Berlin !

25De la même manière, les ventes de détail à San Ysidro, le quartier frontalier de San Diego, chutent de 40 % après la dévaluation de 1976, et de 7,5 % après celle de 1982. Un décalage qui à sa manière apporté la preuve de l’enracinement profond des relations et des dépendances quasi structurelles des mexicains vis-à-vis de l’autre côté. Parallèlement, la ville nord-américaine, grâce à la sécurité assurée par les comptes en dollar, fait figure de “coffre-fort”, et de “city” pour l’ensemble de la conurbation : 15 banques sont présentes à Mc Allen (pour 80 000 habitants dans les limites administratives de la municipalité. El Paso conserve 0,8 million de dollars mexicains dans ses banques, tandis que 20 % de ses valeurs immobilières appartiennent à des mexicains (1988). Un cycle financier fonctionne donc à travers la frontière. avec toute une série de trafics et de réinvestissements qui vont au-delà d’un simple mouvement alternatif.

26On assiste en conséquence, à une spécialisatsion fonctionnelle des deux ville, à l’instar des quartiers d’une même métropole, ou à une spécialisation de quartiers à fonction binationale en lieu et place de deux quartiers nationaux. Ceci se reflété notamment dans le phénomène de CBD de la ville nord-américaine, associant ses entreprises locales, commerciales ou industrielles, aux bureaux annexes et parfois principaux d’entreprises mexicaines. En témoignent les 5 800 entreprises hispaniques établies à Mc Allen, qui vient ainsi au 4e rang aux USA pour les localisations d’activités mexicaines ou mexicano-américaines.

27La ville du Nord se spécialise également dans les services de haut de gamme, pour la clientèle locale et pour les élites mexicaines, services de santé par exemple, laissant à la cité du Sud les soins courants, utilisés y compris par les “mexican-américans”. La situation est encore plus complexe pour les accouchements, puisqu’une partie des futures mères mexicaines, malgré le cout, — et ceci ne concerne pas que l’élite la plus riche — n’hésite pas à faire naitre leur enfant du côté US, afin qu’il puisse bénéficier de la nationalité américaine...

28Quelques années plus tard 1’interconnexion se retrouve dans le système éducatif. Au niveau supérieur, la proximité géographique conforte les tendances mexicaines à la poursuite des études, en particulier au niveau doctoral, dans les universités américaines. Le cas de Tucson est ici très révélateur, non seulement parce que les quelque 300 étudiants mexicains présents constituent une des plus importantes colonies étrangères, mais parce que le nombre de ces étudiants oscille lui aussi très clairement en fonction de la parité peso/dollar (cf Silvers). De sorte que le secteur universitaire se constitue souvent en pionnier de la coopération institutionnelle entre les villes jumelles. En témoigne la double licence en Études Internationales établie conjointement par l’Université Autonome de Basse Californie et l’Université d’État de San Diego, avec une année dans le campus de Tijuana, une année à San Diego, et une troisième dans une Université du sud-ouest des États-Unis.

29Mais peu à peu d’autres niveaux d’enseignement sont touchés à cause, non seulement de la forte présence hispanique côté US, mais aussi de la fréquentation croissante de ces écoles par les enfants mexicains venus de l’autre côté. On l’observe à Calexico (cf Antonio Meza Estrada) ou, pour une population de la ville à 56 % hispanique, on recense 85 % d’enfants hispanophones dans les écoles. Les enquêtes ont démontré que 50 % de ces enfants résidaient à Mexicali, et appartenaient à des familles binationales (un seul parent américain). Elles ont aussi souligné la spécificité négative en termes de potentiel d’apprentissage de ces populations transfrontalières, y compris par rapport aux chicanos en place, dans la mesure ou ces “enfants-pendulaires” souffrent de fréquents rétards au moment de l’entrée en classe, en liaison avec les risques d’embouteillages lors du franchissement matinal de la frontière, et en fonction des difficultés de Communication, qui ne sont pas seulement linguistiques, mais géographiques, entre les enseignants et les parents de ces élèves. Le plus étonnant est que l’inverse existe aussi : de nombreux enfants bénéficiant de la double nationalité, mais dont les parents résident à Mexicali fréquentent, eux, les écoles mexicaines. Tout se passe comme dans une ville “normale”, lorsque les choix ou les nécessités interfèrent avec les “sectorisations” administratives ou logiques pour la scolarisation des enfants.

30Cette banalisation de la vie urbaine de Calexico-Mexicali le confirme à sa manière : l’effacement de facto de la frontière, transforme insensiblement la ville double en un ensemble unique qui tire de son hétérogénéité même une source de complémentarité et de cohésion. C’est bien un réseau complexe, dense et varié de relations croisées et d’interactions, de liens de réciprocité et de solidarité qui se développe, réalisant peu à peu grâce à ces relations frontalières devenues transfrontalières, un espace réticulaire dont les villes ne constituent pas seulement les nœuds, mais les champs les plus précis d’application. Au point que ces constructions en réseau finissent, à travers la multiplicité des flux et forces concentrées sur les deux villes, par revenir vers des formes modulaires d’unité de l’espace urbain.

LA FRONTIÈRE DANS LA VILLE

Vers la continuité territoriale ?

31L’américanisation du côté mexicain et surtout la mexicanisation croissante des villes frontalières américaines, y compris par les illégaux (ils étaient à 35 % urbains en 1985, ils le sont désormais à 90 %), constitue un facteur naturellement décisif dans la gestation des ces nouveaux territoires urbains (cf films). La population hispanique constitue 30 % de la population des comtes frontaliers (50 % si on exclut San Diego). Elle est majoritaire dans 16 de ces 25 comtes. Les formes de cette mexicanisation, dans l’habitat, les modes de vie, le “muralisme” même pour ne citer qu’un détail, la cuisine et surtout la langue et ses syncrétismes divers ne pourront être développés dans ce cadre.

32En revanche, il est nécessaire de rappeler toute l’importance que les échanges en termes d’énergie, d’eau ou de risques d’environnement commencent à jouer dans la réalité et surtout dans le dernier cas, dans la prise de conscience des solidarités inévitables entre les deux reflets urbains de la frontière.

33Cette globalité de la problématique urbaine se vérifie prioritairement dans le domaine de la pollution. Lorsqu’elle est atmosphérique, elle se joue naturellement de la frontière et des quelques mètres de distance représentées par la largeur du Rio Grande. Les émanations en provenance des usines de traitement minier disséminées sur le côte nord-américain, et présentes en particulier à El Paso, sont tenues pour responsables de 20 % de la pollution par le gaz sulfureux de l’Amérique du Nord. Le Nord du Mexique, et Ciudad Juarez notamment n’y échappent pas. Lorsqu’elle est fluviale, elle contamine souvent en sens inverse. C’est ainsi que la ville de Nogales (Arizona), située en aval sur la rivière homonyme, reçoit les eaux usées de sa jumelle frontalière de Nogales (Sonora). Il en va de même pour San Diego où le rio Tijuana trouve son embouchure, alors que les 3/4 de son bassin versant se situent à Tijuana. Dans ce dernier cas, la solidarité de fait se trouve confortée par la réciprocité et la multiplicité des échanges de nuisances ou de risques, dans la mesure où les courants marins de la bale tendraient en sens inverse à propager la pollution californienne vers la ville mexicaine, tandis que sur le plan atmosphérique, l’inversion diurne des brises dominantes envoie alternativement les “effluves” de la cite américaine vers Tijuana et les “parfums” exotiques de la ville mexicaine vers San Diego.

34L’explosion urbaine a d’abord été parallèle, indépendante et décalée dans le temps et l’espace sur les deux côtés de la frontière. Avec l’intensification des phénomènes migratoires, elle a évolué vers des formes graduelles d’interdépendance. Le processus actuellement en cours prolonge, approfondit et accélère cette tendance en s’orientant vers l’intégration transfrontalière.

35Trois observations peuvent symboliser cette progression, ce passage de la fission des cités jumelles, vers la fusion.

  1. L’incessant trafic de travailleurs mexicains, clandestin théoriquement, mais en fait banalisé, sur le Rio Grande, entre Ciudad Juarez et El Paso. L’expérience montre qu’il ne s’agit plus seulement de braceros, mais aussi, et surtout, de “commuters” illégaux, ces travailleurs frontaliers qui franchissent quotidiennement le fleuve à côté des passages officiels, et même de commuters légaux qui préfèrent ce transit pour gagner du temps par rapport au Pont International !
  2. La multiplicité des voyages de retour temporaire des hispaniques, avec des Stratégies d’achat des deux côtés, selon les produits, banalisant, là encore la frontière.
  3. La résidence de nombreux mexican-américans dans la ville mexicaine. On le constate dans les files d’attente matinales des véhicules en direction des USA, a Tijuana ou à Mexicali, avec la dominante de plaques d’immatriculation californiennes : il y a un choix d’installation sur le côté mexicain et non une obligation. Les Stratégies d’habitat deviennent elles-aussi transnationales et fonctionnent dans les deux sens. On peut même se demander à moyen terme dans quelle mesure les zones résidentielles littorales destinées à la clientèle nord-américaine entre Tijuana et Ensenada ne vont pas évoluer vers des habitats semi-définitifs de retraités et, au moins pour la partie septentrionale, des résidences principales, compte tenu du différentiel de prix, pour des frontaliers américains...

TIJUANA-SAN DIEGO, DANS LA MÉTROPOLE TRANSFRONTALIÈRE, DE NOUVELLES FRONTIÈRES ?

“San Diego think of itself as a border town,
but, in reality, it is part of the functionning metropolitan region of SanDiego-Tijuana.”
(L. Herzog, p. 208).

Une ville, deux villes ?

36La densification et la systématisation des échanges transfrontaliers se traduisent peu à peu dans l’organisation de l’espace urbain. Les premières formes sont anciennes. Relativement réduites, mais bien concrétés elles s’expriment notamment dans le quartier “international” de Tijuana, étiré entre la douane avec ses multiples échoppes de souvenirs et l’avenue principale ou se concentre la quasi totalité des touristes. L’américanisation du côté mexicain semble s’inscrire aussi dans le quartier du Rio, récemment reconstruit au détriment de la vieille ville de Tijuana. Les grandes avenues, les immeubles, les hôtels, les halls des centres commerciaux et les deux tours du Plaza dessinent des formes nouvelles pour la ville. Mais elles évoquent autant la modernité ou l’américanité que la transgression frontalière.

37En revanche l’empreinte mexicaine paraît plus forte dans l’architecture de San Diego. Beaucoup de villas, comme à La Jolla, de boutiques, et même certains immeubles anciens, comme la gare par exemple (Santa Fe Railroad Depot), ou récents comme le Plaza Center, affichent des matériaux ou des formes typiquement hispaniques. En réalité, elles ne traduisent ni un héritage antérieur à 1848, ni une mexicanisation récente, mais expriment un style “californien”, issu d’un parti pris architectural d’originalité par l’exotisme, grâce à des emprunts à des signes différents du modèle “anglo” de l’Est, sans être imposé ni même recherché comme valeur historique (”fantasy heritage”). Au contraire, on le vérifie dans les quartiers latinos, ou les apparences de la pauvreté (manque d’entretien notamment) imposent leur différence, bien plus que les marques de l’hispanité. Le “barrio Logan “ au sud du port en témoigne. Mais il témoigne aussi avec l’irruption récente des fresques murales dans la grande tradition de l’art mexicain, en particulier sur les piliers du viaduc Coronado, de changements récents.

38Cette évolution tient désormais à l’affirmation de la différence et à la volonté des chicanos d’afficher — et d’abord dans leur modèle urbain — leur opposition à l’hégémonie anglo. On sait que l’affirmation ethnique d’une minorité et ses Stratégies territoriales dépendent des rapports de force avec la société dominante. Dans le cas de San Diego la croissance démographique de la population hispanique (on compte 57 % de patronymes hispaniques dans la “city” de San Diego) constitue un phénomène récent qui, au grand dam de certains milieux anglos, modifie ce rapport, en plaçant la ville traditionnelle entre deux fronts “hispaniques” : celui de la frontière et celui des chicanos.

Une ville, deux villes ou trois ?

39A partir des deux places-fortes territoriales constituées par les ghettos latinos du Barrio Logan d’une part et de San Ysidro, contre la frontière, d’autre part, s’opère une mexicanisation des quartiers sud et est de San Diego. Elle profite de l’espace laissé ouvert par le tropisme spontané de la ville anglo vers la mer et vers le Nord, et de la proximité des emplois industriels et liés à la frontière. Le phénomène s’entretient ensuite et s’amplifie naturellement par l’effet de rejet ressenti par les anglos et par le jeu des filières de proximité créées.

40Les diverses cartographies des résidences des mexicano-américains, des lieux d’achat des mexicains, des lieux de travail des frontaliers dévoilent cette mexicanisation progressive du Sud de San Diego, et cette tendance à la coalescence des noyaux primitifs de Logan et San Ysidro, parallèlement à la transformation progressive de San Diego en véritable ville frontière : Le phénomène de métropolisation transfrontalière “transborder metropolis” (L. Herzog) se complète donc par un trait d’union spatial, avec la constitution d’un San Diego-sud, comme espace urbain de transition entre le San Diego californien et Tijuana. Tijuana ou inversement certains quartiers nord forment à leur tour une zone de transition americanisee : “In some ways, I 94, the interstate freeway running from east to west toward downtown San Diego serves more to divide hispanic or non hispanic San Diego, than does the international boundary...” (L. Herzog, p. 186).

41Dans une certaine mesure, l’urbanisation linéaire, la long de la côte de Basse Californie, entre Tijuana et Ensenada, avec les lotissements touristiques s’inscrit aussi en prolongement de ce mécanisme, en créant un symétrique méridional, et plus populaire, aux zones résidentielles balnéaires du Nord de San Diego. Le développement des terrains de golf dans cette zone témoigne bien de la fonction potentielle de réserve d’espace qu’elle peut jouer pour la promotion foncière et immobilière ; les golfs constituent en effet un facteur attractif primordial dans le nouveau modèle urbain écolo-sportif de Californie, au même titre que les différentiels de prix (le comté de San Diego totalise 70 terrains de golf...).

42A partir du moment ou toute l’évolution va dans le sens d’une diminution à plus ou moins long terme des derniers obstacles matériels, institutionnels ou psychologiques qui maintenaient encore certains freins, la banalisation de la frontière devrait confirmer et faire s’épanouir ces processus généralisés, à la fois modulaires et systémiques de métropolisation transfrontalière. Une évolution et un défi dont l’originalité et l’intérêt, à la fois humain, scientifique et politique suggèrent une portée qui dépasse bien largement le cadre local...

CONCLUSION

43A son échelle locale, l’évolution urbaine, de la bi-urbanisation vers la conurbation, apparaît comme emblématique et annonciatrice d’une évolution générale d’intégration mexicano-américaine au sein d’un ensemble régional transfrontalier (Mexamérica) et peut-être continental (ALENA) en gestation. Après avoir vécu face-à-face, puis côte à côte, les cité frontalières apprennent à vivre ensemble. Sous l’effet des mécanismes complexes d’interaction transformant les espaces modulaires anciens différenciés et indépendants en espaces réticulaires de plus en plus interpénétrés et fonctionnels, les anciens doublets frontaliers évoluent, de la coexistence pacifique, à la complexité active.

44Mais cette évolution ne va pas sans réticences, faiblesses et retards d’ailleurs également sensibles au niveau régional. L’échange dialogique ne débouche en effet que rarement sur des accords formels. La convergence ne mène qu’exceptionnellement à la coopération. Les mécanismes naturels ou spontanés, les forces du marche, l’emprise de la nécessité, et même de plus en plus les alliances familiales, induisent une communauté d’intérêts et une solidarité de fait, peu entérinée institutionnellement.

45Les quelques exemples répertoriés à propos de Tijuana-San Diego (cf Mesa de Otay et projet d’aéroport international) ne sont que l’exception qui confirme la règle, qui est celle de la séparation, sinon de l’ignorance réciproque, des pouvoirs municipaux, et de l’absence d’organismes de statut ou de fonction métropolitaine, que ce soit sur le plan de la gestion, de la planification ou même du diagnostic. Une illustration typique de ce décalage entre les forces du marché et l’espace politique apparaît dans le fait qu’il y a quelques années, il était impossible de trouver des cartes géographiques couvrant les deux côtés des doublets urbains, les cartes US se terminant au Sud, à la frontière, par un espace blanc, symétrique de celui laissé au Nord par les documents mexicains...

46Les habitudes, les intérêts politico-électoraux, les rivalités de pouvoir, s’opposent, même si ce n’est pas seulement sur la frontière..., à toute délégation de souveraineté et à tout risque de perte de pouvoir pour les élites politiques régnant sur les divers niveaux administratifs, tout comme pour les fonctionnaires nationaux ou locaux jaloux de leurs prérogatives.

47Un double décalage s’ajoute par ailleurs, spécifique, lui, de la frontière. Le premier tient aux degrés de démocratisation, avec le retard considérable du côte mexicain dans la qualité de la démocratie locale et particulièrement municipale. Le second tient au différentiel de compétences dans la gestion urbaine, en fonction notamment des différences de juridiction (comtes aux USA) et surtout de financement des entités territoriales des deux pays. Un effort considérable de rattrapage s’impose du côté mexicain pour envisager une cogestion relativement équilibrée : le seul budget “transports” de San Diego équivaut à 4 fois le budget total de Tijuana...

48En prenant en considération en particulier les problèmes d’eau, d’espace, d’environnement et de migration des villes américaines, les USA sont plutôt demandeurs de coopération et de “crossborder planning”. Il leur appartient de prendre conscience, déjà au niveau urbain, que le développement de la coopération et de l’intégration doit passer aussi par certaines formes de partage des ressources et de redistribution, à l’instar des métropoles classiques entre centre et banlieue, au profit des zones pauvres, en l’occurence mexicaines. On imagine la complexité du problème et les inconnues chronologiques entourant sa mise en solution, même si celle-ci est inéluctable, comme le souligne L. Herzog : “Boundary cities have become so functionnally intenvined, that their futures are inextrically bound, whether or not the two national governments are able to devise formal procedures in adressing border-related problems...

49Enfin, pour le présent se pose la question, sur le plan scientifique, du degré réel d’intégration des systèmes urbains transfrontaliers. Compte tenu du handicap résultant de la faiblesse des coopérations officielles, mais inversement, compte tenu de l’importance des interactions et des traductions spatiales observées, a-t-on, sur cette frontière, dépassé les niveaux d’intégration expérimentés en Europe ? Par exemple entre Lille-Roubaix-Tourcoing (France) et Courtrai (Belgique), entre Bâle (Suisse) et Mulhouse (France) ou entre Genève (Suisse) et Annemasse (France). Une étude comparative précise s’impose pour répondre. Il nous semble, au moins pour le cas de Genève-Annemasse, que le processus en soit encore au niveau de la juxtaposition de deux cités frontalières plutôt que de la configuration d’une métropole.

50Peut-être, mais à une échelle plus petite, faut-il plutôt rechercher dans la zone trinationale de Longwy (Luxembourg, Allemagne, France), et dans son projet d’Euroville une analogie avec les avancées de Tijuana /San Diego ou de “Paso del Norte “ ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALEGRIA Tito, 1990, “ Ciudad y transmigración”, in Frontera Norte n° 4. Vol. 2. Juil-Dec.

ALEGRIA Tito, 1989, “Ciudad y procesos transfronterizos”, in Frontera Norte n° 2, Juil-Dec 1989, Colegio de la Frontera, Tijuana. ACUNA Rodolfo, 1988, Occupied America. 476 p., Harper Collins, New York (USA).

BECKER Angelica, 1990, in People in business, p. 17, by Colin Flaherty, Vol. 1, n° 1, México business news, Janvier.

BIRDSALL Stephen. S., 1992, Regional landscapes of USA and Canada, John Wiley, New York.

BARRERA HERRERA, Eduardo, 1992, “De carreteras electrónicas a ciudades cableadas”, in Ciudades. Dinámica urbana regional a los 90’, n° 13, Janv.

CASTILLO Victor, 1992, Economia fronteriza y desarrollo regional, UABC, Mexicali Fernandez, Rauk. A., 1989, The mexican american border regiόn, University of Notre-Dame, Indiana.

HERZOG, Lawrence. A., 1990, When North meets South. Center for mexican american Studies, 290 p., Austin University Press.

MEZA ESTRADA, Antonio, 1989, “Educación y migración en la frontera Calexico-Mexicali”, p. 136/198, in Estudios fronterizos, Vol. 8, n° 18/19, Janv-avr., Mexicali.

RUIZ Olivia, 1992n “Visitando la matria...” p. 53/91, in Frontera Norte, Vol. 4, n° 7, Janv-Juin, Colegio de la Frontera, Tijuana.

PAVLAKOVIC Vera. et Hak-Hoon Kim, “Outshopping by maquilas employees” in Arizona Review, A. Silvers, Ed. Université d’Arizona, Tucson.

SILVERS. A.L., 1991, Tucson and México current economic links and the F.T.A, Office of economic development. International Program, City of Tucson.

Table des illustrations

Titre Carte de la structure urbaine de l'espace San Diego-Tijuana
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Université de Paris X - CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter