Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

I - Les mutations économiques

Les réseaux d’entrepreneurs dans le nord du Mexique ont-ils besoin de l’État ?

Hélène Rivière d’Arc

Texte intégral

1La défiance vis-à-vis de l’État a existé au Mexique pendant les années quatre-vingt, tout comme dans les autres pays d’Amérique latine. Défiance vis-à-vis de sa politique économique et de son rôle comme entrepreneur et défiance vis-à-vis de sa capacité à procurer le bien-être.

2Sur le plan économique, le Mexique est un des pays qui a subi le plus vivement la critique libérale. Cette défiance a pris la forme d’une mise en question du parti au pouvoir, le PRI. On connait les mesures prises par Salinas de Gortari pour relégitimer les actions passées et le parti, tout en adoptant une politique dite moderne.

  • 1 Voir le n° 15, 1993, des Cahiers des Amériques latines, et notamment l’article de Viviane Brachet- (...)

3On connait assez bien aussi la situation économique du pays dite de sortie de crise, de la fin des annnées quatre-vingt : reprise de la croissance, contrôle de l’inflation malgré un peso surévalué, disent les économistes et les banquiers, balance commerciale qui accuse un déficit de plus en plus profond, ce qui provoque des réactions inattendues de la part du Gouvernement, comme l’augmentation soudaine de 2000 % des taxes sur les produits importés de Chine en mai 1993, vente des entreprises d’État. Le gouvernement du Président Salinas de Gortari a largement justifié sa politique économique dans de nombreux discours. En revanche, la pauvreté ne diminue guère et les politiques sociales publiques, nouvelles ou réadaptées suscitent d’importants débats1. Le Nord du pays en est partie prenante car la politique de l’État — très centralisatrice — a atteint au cours de l’histoire du xxe siècle, toutes les périphéries du pays.

4Cependant, si l’on se situe dans des durées différentes, on observe que :

  • c’est l’intervention de l’État qui, dans les années soixante a été à l’origine du décollage des industries mexicaines, en promouvant le Programme Frontalier ; ce programme était destiné à stimuler un marché local ;
  • les constructions sociales que nous allons décrire en les qualifiant de réseaux combinent l’héritage socio-culturel local (par exemple, l’existence de self-made men assez nombreux avec leurs pratiques d’allégeance) et des traits qui semblent faire partie de la panoplie de ceux qui expliquent la modernité universelle (communautés d’intérêts et concurrence par exemple).

5L’expansion de cette nouvelle zone de production frontalière s’appuie à la fois sur des facteurs exogènes et sur ces réseaux. Dans ces régions du Nord du Mexique, existe toujours le mythe du pionnier. C’est une filiation mythique assez récente : n’est-elle pas plus ou moins contemporaine de celle de l’Ouest américain, même si Turner ne pensait certainement pas au Mexique lorsqu’il voyait dans le monde de l’Ouest, individualiste et libre de toutes contraintes étatiques, l’espace propice au développement de “l’esprit du capitalisme”. Aujourd’hui, le mythe s’est déformé puisque le migrant ou l’immigré n’est plus du tout considéré comme un pionnier courageux mais plutôt comme un pauvre qui s’arrange pour accéder à un bout de terrain urbain en s’affiliant à une clientèle, autrement dit, qui contribue à transférer le type de relations sociales qu’il a héritées de son lieu d’origine. Sa mobilité n’est plus considérée sauf dans de rares cas bien personnalisés comme conquérante ; elle est considérée plutôt comme un moyen d’adaptation et de survie.

6L’affluence de migrants en milieu urbain explique l’érosion du mythe qui pourtant, et bien que déformé, continue de légitimer et justifier les élites locales. Il contient une forte dose de rejet de l’État. Et cela, bien que les positions acquises grâce à l’existence des réseaux permettent de faire appel à lui ou bien à l’une ou l’autre de ses instances locales, lorsque les intérêts de tel ou tel groupe sont en jeu. Ainsi a-t-on a fait appel à lui dans certaines circonstances ; mais quel que soit le milieu, pour ce monde frontalier, la manifestation la plus prégnante de l’État concerne avant tout l’abaissement ou le relèvement des droits de douane, les facilités ou les entraves à l’accès au sol urbain. Quant à l’État nord-américain, il est perçu surtout à travers son rôle de commanditaire de la répression sur les ponts, quand elle a lieu.

7Bref la société du Nord, en fonction de son histoire, semble avoir réuni mieux que d’autres, les conditions pour brûler les étapes. Ou bien peut-on dire qu’elle vit des télescopages comme celui de la tradition mexicaine de l’informalité avec la flexibilité post-fordiste.

LES RÉSEAUX

8Quelle est dans ce contexte la nature des réseaux qui contribuent à l’émergence de nouvelles entreprises ? Peuvent-ils être définis à une échelle territoriale ? Quelle est la part des facteurs endogènes et de la proximité géographique dans leur constitution ? Sont-ils efficaces et durables ? Sont-ils partie prenante du marché ou hors marché ? Ces questions se posent à propos de la frontière Chihuahua-Texas. Je ne donnerai dans ce texte que des éléments de réponse issus d’entretiens avec quelques dizaines d’entrepreneurs le plus souvent mexicains à Chihuahua et à Juarez.

9La question pertinente à poser et qui permet méthodologiquement de résumer les autres est peut-être celle-ci : l’architecture de ces réseaux sociaux pré-cède-t-elle le réseau créé par l’information, expression de la globalisation, et si oui, quel est son espace et comment s’est-elle construite ?

10Si l’on considère que ce sont les réseaux sociaux qui constituent les instruments clefs des synergies locales, des environnements au sens sociétal du terme, il est utile de se demander quelles sont les conditions de leur apparition et de leur efficacité. Pour cela, il convient, me semble-t-il, de restituer les héritages historique et culturel qui sont à l’origine de leur formation, les contraintes locales qui leur donne leurs particularités, irréductibilités de la frontière, représentations de l’espace par exemple... Et enfin, les limites de leur espace d’intervention.

Héritages

11Il existe deux groupes d’entrepreneurs, ceux qui héritent de fortunes constituées sur deux, trois générations ou plus dans le monde des affaires commerciales, agricoles, bancaires et parfois mais rarement industrielles. Le niveau de ces fortunes est généralement local. Il peut arriver qu’il soit bi-frontalier. Le prestige familial a parfois atteint une renommée nationale, soit grâce au développement des affaires du grupo (prestige d’Eloy Valhina et du groupe Chihuahua), soit grâce à l’imposition sur la scène nationale d’une personnalité (Antonio Bermudez, l’oncle, qui fut président de Pemex, puis chargé dans les années soixante du Programme Frontalier).

12Le deuxième groupe est composé de quatre sous-groupes :

  • Les personnes qui ont travaillé pour les précédents et qui à l’origine n’avaient pas de fortune. Elles ont su utiliser cette relation pour “s’installer à leur compte”. Utiliser cette relation a plusieurs sens : facilités pour l’obtention d’un crédit qui constitue l’une des difficultés majeures d’installation, pour l’obtention d’une clientèle ; appui pour la recherche d’un créneau, rampe de lancement pour une carrière politique locale, enfin.
  • Le deuxième sous-groupe, issu généralement de la classe moyenne salariée et parfois ouvrière, qui peut parfois se confondre avec le précédent, s’est soudé dans l’établissement où il a fait ses études. Sortir du Technologique de Monterrey constitue l’image de marque la plus prestigieuse et l’auto-reconnaissance la plus forte. Les instituts technologiques locaux viennent ensuite, mais aussi l’Université Nationale Autonome de Mexico et l’Université Ibéroaméricaine. Les membres de ce groupe ont souvent accompli la première étape de leur carrière professionnelle en maquila. Ils y ont noué des relations : ils ont appris à travailler en anglais ; ils ont repéré quelques créneaux industriels possibles parmi les besoins des entreprises en composants. Ils ont également compris quelle est l’efficacité de l’espace industriel pour les maquiladoras, autrement dit, dans quelles mesures et pourquoi à un moment donné et pour la livraison de tel produit, elles souhaitent avoir un fournisseur local. Cet espace est certes différent selon la branche d’activité, mais les possibilités d’ouverture aux fabriquants locaux d’intrants, ne semblent pas fonction de la taille ni de l’extension multinationale de l’entreprise. Certaines multinationales, par exemple Ford, Zénith et d’autres, font appel depuis peu à des producteurs d’intrants locaux, ou souhaitent faire venir leurs fournisseurs dans leur environnement géographique proche. Enfin et surtout, disent les représentants de ce groupe socio-professionnel, ils ont appris dans la maquila le just-in-time, perçu, semble-t-il lorsqu’il est maîtrisé, comme le sésame de la réussite.
  • Le troisième sous-groupe n’a pas de formation professionnelle de niveau supérieur. Formation technique ou secondaire seulement, parfois rien du tout. C’est l’habitude de la mobilité géographique individuelle qui a soutenu ses capacités de promotion sociale et professionnelle. Ces gens ont souvent travaillé comme ouvrier ou technicien aux États-Unis, à Los Angeles, à Dallas, ou tout simplement à El Paso. Revenus à Ciudad Juarez, assez familiarisés avec le système américain, connaissant l’anglais et des éléments de droit commercial américain, imprégnés du discours sur les normes internationales de qualité, munis d’un compte en dollars, ils investissent dans des branches plus ou moins proches de celle dans laquelle ils avaient travaillé. Le monde américain ne leur fait pas peur ; ils ont une idée des lieux qu’ils peuvent prospecter et de l’existence de concurrents. Ils ouvrent des sociétés filiales à El Paso qui s’occupent de toutes leurs opérations d’achat de matières premières (car ils achètent presque tout aux États-Unis ou font transiter leurs achats par le territoire américain) et de vente de leurs produits.
  • Il existe aussi — et c’est sans doute le groupe le plus nombreux — un groupe d’industriels plus traditionnels, eux-mêmes fils de petits entrepreneurs ou commerçants locaux ou venus d’états voisins (surtout de Torreón) formés souvent dans les instituts technologiques du nord, dont le marché local et régional (celui du Nord) représente l’ambition géographique. Ce groupe ne parle pas beaucoup l’anglais. Il a bénéficié surtout pour créer ou développer son entreprise du statut d’industrie frontalière, lancé au moment du Programme Frontalier des années soixante. C’est le plus inquiet face à la mise en application de l’ALENA ; ses réseaux se sont noués à l’intérieur des lobbies créés par l’État. Il peut donc négocier son appui aux candidats politiques locaux à travers les chambres et les associations industrielles et commerciales. Même si ce groupe semble actuellement en majorité paniste, il peut utiliser la CANACINTRA (Camara Nacional de la Industria, organisation officielle à laquelle adhère toute entreprise et par là-même, d’obédience plutôt priiste), pour faire passer certaines des revendications et des appuis qu’il propose. C’est sans doute grâce à l’intervention du lobby CANACINTRA que le statut d’industrie frontalière qui devait être supprimé en mai 1993, a été maintenu.

13Volià donc brièvement évoqué, la typologie de ceux que l’on pourrait qualifier de nouveaux entrepreneurs. On trouve fréquemment aujourd’hui des associations père/fils dans chaque catégorie de cette typologie. Cela peut apparaître comme culturellement lié aux formes mexicaines de reproduction de la petite entreprise. Mais cette explication n’est pas suffisante pour deux raisons : d’une part, ce modèle de reproduction n’est pas seulement mexicain ; d’autre part, ces petits chefs d’entreprise (père et fils associés) semblent très favorables à la réalisation d’un autre type d’association pour le développement duquel militent les promoteurs locaux d’un nouveau modèle industriel régional (chambres d’industries, associations, banques, départements de développement industriel publics et privés etc.), l’association ou le co-investissement avec une entreprise nord-américaine. Une grande variété d’associations possibles est évoquée. Il ne s’agit donc pas d’un repliement sous la chape protectrice que pourrait représenter la famille et/ou la nation. On ose envisager des relations économiques nouvelles fondées sur un réseau ; mais à la nouveauté de ces relations économiques, puisque le milieu est nouveau, s’articulent des relations sociales ou des formes de relations sociales héritées, même si certaines perdent de leur force, tandis que d’autres s’intensifient. Une des plus fortes est l’allégeance (y compris politique) aux groupes les plus puissants économiquement.

Contraintes locales qui donnent leur particularité aux réseaux

14La présence de la frontière constitue bien sûr l’élément à la fois constituant et irréductible de ces réseaux. Elle fixe la valeur concrète des localisations dans les zones urbaines par ailleurs presque contiguës. Elle est également au cœur de la représentation symbolique que se font les uns et les autres de l’espace local et de l’espace social auxquels ils appartiennent.

15Par valeur concrète des localisations, on peut entendre qu’il existe par exemple une réglementation plus stricte en matière de pollution, et plus décentralisée en matière de facilités d’implantation, du côté américain. En fonction de ces données, on est conduit à choisir le côté mexicain dans certains cas, et le côté américain pour ce qui concerne l’ouverture de sociétés commerciales puisqu’il est moins tatillon pour la réalisation des opérations financières d’importation de matières premières et d’exportation. Mais la frontière représente aussi une ligne de partage entre des infrastructures différentes, qu’elles soient privées, ou publiques locales (téléphone, communications, transports locaux, aéroports, etc.). Et cela à toutes les échelles spatiales : celle de l’agglomération urbaine, ou celle des états. Alors, dira-t-on et tout compte fait, pourquoi l’entrepreneur mexicain installe-t-il son industrie du côté mexicain de la frontière plutôt que du côté américain ? Le prix du terrain industriel n’est pas beaucoup plus élevé du côté américain, que le bail industriel y est plus long et les infrastructures meilleures.

16Cela signifierait-il que contrairement aux Asiatiques (Japonais bien sûr, Coréens et Chinois, à Los Angeles surtout mais aussi au Texas), l’entrepreneur mexicain n’est pas offensif ? Plutôt que de nommer l’identité ethnique d’un groupe pour mettre en valeur son efficacité, il est préférable de faire état des conditions locales. C’est en effet une politique volontariste, suscitée par le Programme Frontalier élaboré dans les années 1960 qui a été le moteur du développement de l’entreprise à la frontière ; la politique nationale mexicaine des bas salaires et le fonctionnement des réseaux locaux ont fait le reste. C’était d’ailleurs le but recherché.

17Cependant, la représentation de l’espace régional par les entrepreneurs mexicains, qu’ils appartiennent à l’une ou l’autre des catégories que l’on a présentées, peut également être révélatrice de leur comportement. Il existe une très forte tension entre leur perception du global et du local : le global, ce serait avant tout la reconnaissance des normes de qualité. Or avant d’y parvenir “complètement”, il y a conscience qu’il reste un long chemin à parcourir. Ce global est matérialisé par les États-Unis dans leur entier, et par la concurrence asiatique perçue moins en termes d’occupant du marché qu’en termes de fabriquant de qualité internationale. Le local, ce sont l’importation de matières premières, la recherche de crédit, la pression sur la douane etc., et aussi, à l’aval, un marché qui dépasse encore rarement les limites de la ville ou de l’état. Rappelons d’ailleurs qu’un fournisseur d’intrants aux maquiladoras est considéré comme un exportateur.

Limites de l’espace d’intervention des réseaux

18Ce niveau local est celui des réseaux. Ce que le réseau permet, c’est avant tout une aide à l’acquisition d’un savoir-faire, des facilités de crédit, l’engagement durable d’un client. Or ces opérations sont nettement circonscrites géographiquement. Elles ont lieu de part et d’autre de la frontière même si leur cours peut être influencé par des facteurs exogènes. En revanche, le problème du marché est un peu plus mystérieux : la production industrielle non “maquillée”, ou semi-“maquillée”, celle de l’entreprise mexicaine pour résumer de façon inexacte, serait-elle tellement infime qu’elle n’aurait pas à se poser de problème de marché ? Autrement dit, existerait-il un marché régional tellement neuf et dynamique (une trentaine d’années avec ses hauts et ses bas, mais avec une augmentation rapide et continue de la population) qu’il est largement prêt à absorber cette infime production et même beaucoup plus ? Il semble bien que certaines branches connaissent des difficultés sur le marché national et qu’elles ne soient pas offensives pour s’aventurer de l’autre côté de la frontière. C’est alors autour de ces savoir-faire un peu traditionnels que semble se construire un réseau nouveau : le réseau ethnique transfrontalier. Méprisées par les mexicains parce que composées de chicanos ou de pochos, les chambres de commerce et d’industries hispaniques du Texas envoient leurs adhérents nouer des liens au sud du Rio Grande. Cela apparaît encore un peu comme une honte au Sud du fleuve, du côté juarense. Mais il semble bien que ce type de réseau soit appelé à se développer. Le modèle aurait-il alors quelque chose de similaire au réseau indien (navajo semble-t-il) qui fait fabriquer tapis et couvertures chez ses frères indiens non pas de la Tarahumara mais d’Oaxaca pour les vendre à Santa Fé ou à Tucson ? En fait, il est intéressant d’essayer de répondre à la question : pourquoi ces réseaux se construisent-ils précisément aujourd’hui ? Certes, la légitimité ethnique d’un lobby ou d’un individu dans le fonctionnement politique et/ou économique local n’est pas chose nouvelle aux États-Unis. Elle fait partie de l’exercice de la démocratie locale. Pareille segmentation sociale est en revanche difficilement concevable dans la tradition mexicaine, notamment dans les groupes qui se considèrent comme l’élite locale (celui qui est parti aux États-Unis est-il par ailleurs un mauvais mexicain ou un pauvre mexicain ?). Le prestige est affaire complexe : le pionnier, celui qui, somme toute, contenait en germe “l’esprit du capitalisme” (selon Turner) est un ancêtre très proche dans la mémoire locale. Cela, de part et d’autre de la frontière bien que de façon certes différente. Le migrant d’aujourd’hui n’a pas de prestige. Ainsi le chicano ou le pocho est-il méprisé, même s’il dispose d’une fortune d’une ou deux générations derrière lui et même paradoxalement si son origine hispanique est ancienne. Verra-t-on cependant au nom du développement d’un certain “esprit post-fordiste du capitalisme” se constituer des réseaux ethniques transfrontaliers, dessinant une région qui irait de Torreón à Chihuahua, et de Las Cruces à El Paso ?

CONCLUSION

19On voit que les réseaux, dans certaines de leurs composantes, précèdent l’information. Ils fonctionnent sur un type de relations sociales héritées (allégeance vis-à-vis de puissants locaux). D’autres composantes, telle que l’acquisition de connaissances et de savoir-faire, résultent de l’aventure individuelle de certains (long séjour aux États-Unis, à Los Angeles, à El Paso, à Phoenix, à Dallas). Enfin, de nouveaux liens peuvent apparaître sous l’influence de l’héritage culturel nord-américain, c’est la légitimité du réseau ethnique. L’enchevêtrement et le télescopage de ces différentes formes débouchent sur l’affirmation de la spécificité de l’espace Chihuahua -Texas. Cela permet-il d’avancer dans la compréhension d’une “région qui gagne” ? Par rapport à d’autres régions de croissance, celle-là ne présente pas les caractéristiques d’une transformation de la société de masse en communautés flexibles qui serait une des conditions d’un démarrage nouveau. On dirait par contre qu’elle connaît simultanément et compte tenu du fait qu’elle a très peu de passé, toutes les étapes à la fois : logique des multinationales, logique informelle, flexibilité etc. Une autre caractéristique est la faiblesse de l’intégration industrielle locale et en contrepartie, l’émergence d’une couche d’entrepreneurs, grâce à l’allégeance sociale et la dépendance financière vis-à-vis des grands groupes. Une dynamique qui tient peut-être plus aux effets d’une multipolarisation qu’à un changement du modèle de développement national. Et enfin, une forte croyance dans la théorie des avantages comparatifs d’où la dialectique : nécessité de la frontière et utilisation de l’irréductibilité de certains phénomènes que suscite sa présence (par exemple l’utilisation intensive de la matière première constituée par les voitures cassées, un lien fort entre le formel et l’informel) et perspective de sa quasi-disparition en termes de relations économiques.

Notes

1 Voir le n° 15, 1993, des Cahiers des Amériques latines, et notamment l’article de Viviane Brachet-Marquez et Margaret Sherrader ainsi que le numéro de juin-septembre 1992 des Problèmes d’Amérique latine, en particulier l’article de Daniel Pécaut et Marie-France Prévôt-Schapira.

Auteur

Directeur de Recherche au CNRS-CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter