Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

I - Les mutations économiques

Flexibilité du travail et développement au Mexique : les leçons du boom économique de la région frontalière des États-Unis1

Jaime Alberto Marques-Pereira

Volltext

  • 1 Une version préliminaire de ce texte a été présentée au colloque “L’État et le marché en Amérique l (...)

1La forte croissance économique que connaît le Nord du Mexique depuis la fin des années soixante-dix préfigure-t-elle la restructuration productive nationale que devrait engendrer la stabilisation et le retrait de l’État menant à une régulation de l’économie par les forces du marché ? Faut-il voir dans la transformation de cette économie régionale, induite par l’investissement étranger en régime de zone franche, le gage d’une relance économique durable tirée par les exportations qui ouvrirait une nouvelle voie de développement en Amérique latine, et donc y voir également la preuve de la validité de la réforme économique mise en œuvre sous la pression du FMI depuis une dizaine d’années ? Quels enseignements peut-on tirer de cette réussite régionale qui, pour beaucoup, devrait permettre au Mexique de répéter l’expérience des pays asiatiques qui ont échappé aux bloquages du développement grâce à une stratégie de croissance reposant en partie sur la délocalisation industrielle ? Le Nord du Mexique préfigure-t-il la modernisation économique et politique du pays à laquelle devrait, dit-on, mener l’ouverture ?

2La réponse à ces questions appelle un renouvellement de l’analyse des politiques publiques qui permette de mieux cerner les enjeux de la globalisation pour l’Amérique latine. On essaiera de les éclairer en s’interrogeant sur le succès de la production flexible et sur l’évolution du travail dans cette région qui semble ainsi anticiper les effets de l’ouverture. On s’attachera d’abord à préciser les termes du débat plus général sur la restructuration productive et les problèmes de méthode qu’ils posent. Ensuite, on exposera les résultats d’une enquête sur l’innovation technologique et organisationnelle au Chihuahua qui nous amène à replacer la compétitivité des entreprises à la frontière dans une perspective à la fois régionale et nationale, et on rediscutera sur cette base des opportunités et des risques de la globalisation pour préciser les conditions et les chances d’une croissance durable dans ce nouveau contexte.

UN NOUVEAU PARADIGME PRODUCTIF AU SUD DU RIO GRANDE ?

  • 2 L’expression “maquilar” signifie traditionnellement sous-traiter. Par extention. elle désigne aujou (...)

3L’expansion des maquiladoras2 semble aller de pair avec une rénovation de la vie politique instituant un climat de coopération entre acteurs sociaux, et par là-même, une synergie entre la consolidation de la démocratie et le développement d’une économie régionale qui ne se limiterait plus aux seules activités nées de la délocalisation industrielle. La victoire de l’opposition libérale dans de nombreuses instances du pouvoir local ou régional, l’affirmation d’un syndicalisme d’entreprise, l’évolution plus rapide que dans le reste du pays de l’organisation du travail et de la production, l’émergence d’un nouveau groupe d’entrepreneurs ne craignant pas la concurrence étrangère, sont autant de signes d’un renouvellement profond du système politique et des structures économiques. La diffusion des innovations technologiques et la dynamique nouvelle des relations industrielles que l’on peut observer à la frontière conduisent ainsi à penser qu’il s’agit d’une “région qui gagne”, face à d’autres qui semblent rester en marge de la réorganisation spatiale de la production que l’intégration nord-américaine dessine depuis la fin des années soixante-dix.

4Une telle évolution paraîtra, bien sûr, naturelle à une pensée libérale qui soulignera les avantages comparatifs d’une économie en voie de développement dans une région frontalière du marché le plus solvable au monde. Elle verra par ailleurs dans l’ouverture que lui garantit depuis maintenant vingt ans son régime de zone franche les bases d’une consolidation simultanée de l’économie de marché et de la démocratie, et elle en fera le modèle que doit suivre le pays pour se rapprocher progressivement des niveaux de développement de son puissant voisin. La probabilité d’assister à un aussi bel épilogue de l’expérience maquiladora est sans doute moins évidente si l’on s’interroge sur la nature de la croissance qu’elle autorise. Il faut d’abord rappeller que cette success story ne contredit pas la critique du libéralisme qui responsabilise les politiques d’ajustement de la gravité de la crise des années quatre-vingt et des freins à la démocratie en Amérique latine. Les forts taux de croissance régionaux sont avant tout l’illustration de l’expansion des exportations qu’ont recherchée ces politiques pour assurer le service de la dette. La géographie, plus que les vertus du libéralisme, explique l’effet multiplicateur qu’a eu, dans un tel contexte, le voisinage des États-Unis.

5À ce titre, le Nord du Mexique constitue sans doute un cas d’espèce, mais son analyse n’en est pas moins riche d’enseignements à un niveau plus général, notamment en ce qui concerne les problèmes de répartition du revenu qu’induisent de nouvelles règles de la concurrence en imposant des réorganisations du travail et de la production. La question de la répartition est bien évidemment un des principaux enjeux des restructurations économiques qu’implique l’ouverture. C’est à ce niveau que se jouera la possibilité de voir la recherche d’une compétitivité internationale déboucher sur une dynamique de croissance qui ne se fonde pas seulement sur le développement des exportations mais soutienne par ailleurs un nouveau cycle d’élargissement du marché interne. Autrement, on voit mal comment cette croissance régionale, dont les variables locales paraissent essentielles, pourrait s’intégrer à une dynamique économique nationale.

  • 3 Voir sur ce débat. Benko, G. et Liepietz, A. (org.), Les régions qui gagnent, PUF, Paris 1992.

6L’idée de spécificité territoriale a acquis dernièrement, le sait-on, le statut théorique d’une variable déterminante de la restructuration productive. La région doit être, en ce sens, privilégiée comme champ d’observation des facteurs de la compétitivité car la globalisation redéfinit l’espace et les modalités de la régulation économique. A la perte d’efficacité des instruments traditionnels des politiques nationales, on oppose une interaction nouvelle entre les agents économiques qui serait d’autant plus efficace que la décentralisation donnerait à l’action publique les moyens de la faciliter. Les dynamiques d’organisation qui s’établissent localement, en tablant sur les opportunités économiques générées par la globalisation, apparaissent ainsi comme le support des gains de compétitivité. Certains verront dans cette interaction, et dans la redéfinition des rapports entre le privé et le public, un meilleur fonctionnement des marchés. D’autres les associeront, l’une et l’autre, à une régulation intermédiaire entre l’État et le marché qui conditionnerait l’émergence d’un système de production flexible, ou en feront même la base nécessaire à toute trajectoire de croissance, en posant alors l’hypothèse que la globalisation signifie tant sur le plan macro-économique que sociétal l’obsolescence du fordisme3.

  • 4 Il est important de rappeler que le rapport entre la théorie et l’histoire n’est pas pour autant éc (...)
  • 5 Wilson, P.A., Exports and Local Development. Mexico’s New Maquiladoras, University of Texas Press, (...)

7La question de la restructuration productive est ainsi abordée avec la même préoccupation normative qui avait amené à faire de la production en série, de l’organisation taylorienne et de l’élévation coordonnée de la productivité et des revenus du travail, une modalité de fonctionnement du capitalisme, et à la définir implicitement comme une étape de son évolution, tant au centre qu’à la périphérie de son régime international4. Envisagée à la lumière de telles hypothèses, la restructuration productive au Nord du Mexique doit-elle être considérée comme un cas d’école qui permettrait d’intégrer une nouvelle configuration post-fordiste du capitalisme à l’économie du développement de l’Amérique latine, comme on avait déjà tenté de le faire pour sa phase fordiste ? Plusieurs analyses, qui soulignent l’adaptation régionale à la concurrence internationale, plus rapide qu’ailleurs en Amérique latine, s’interrogent dans cette perspective sur la reproductibilité des modèles japonais et italien de reconversion industrielle5. Considérée sous cette optique, l’économie de cette région frontalière ne peut plus, bien évidemment, être perçue comme une enclave. Faut-il alors, à l’opposé, en faire un modèle de par sa capacité à apporter une réponse performante à l’ouverture économique et à renouveler ses avantages comparatifs, par exemple en termes de l’adéquation formation/emploi nécessaire au développement des nouvelles technologies ? Nombreux sont ceux qui voient en filigrane dans la restucturation productive à la frontière les contours d’un nouveau rapport Nord/Sud, les caractéristiques de cette croissance régionale constituant, à leurs yeux, un démenti de l’hypothèse d’une aggravation du retard technologique de l’Amérique latine qu’engendrerait la globalisation économique.

  • 6 Rivière d’Arc, H., Réseaux d’entrepreneurs au Chihuahua. Dans cet ouvrage.

8Sans doute, quelques filiales de firmes multinationales se rapprochent, voire dépassent dans certains cas, les indicateurs de compétitivité de leurs congénères dans les pays développés. En outre, l’intensification des relations transfrontalières peut suggérer la possibilité d’une homogénéisation économique qui, pour les défenseurs du grand marché nord-américain, pourrait s’étendre à terme à d’autres régions du pays. La constitution de réseaux d’entreprises, qui accompagne la croissance des flux de marchandises ou de capitaux, soulève effectivement la question d’un éventuel débordement du Sun Belt américain au sud de la frontière6. Cette redéfinition de l’espace économique régional anticipe sans doute certains effets probables de l’ouverture sur l’économie mexicaine, mais l’intégration économique transfrontalière — indéniable — n’est pas en elle-même l’indice d’un quelconque rapprochement des niveaux de développement, comme on a pu l’observer par exemple pour l’Espagne. L’optimisme des défenseurs de l’intégration économique continentale paraît, en tous les cas, quelque peu rapide face aux nouvelles donnes technologiques et organisationnelles, particulièrement si l’on prend en compte l’éclairage de la sociologie du travail. Plus encore que pour les pays développés, l’écart entre les modèles de référence et la réalité des restructurations qu’on peut oberver au Nord du Mexique pose le problème de savoir comment les changements font système et justifient l’hypothèse d’un nouveau paradigme socio-productif. C’est là, bien sûr, un préalable à toute prédiction des effets qu’on peut en attendre.

9Les nouvelles formes d’organisation de l’entreprise, que l’économie industrielle érige en norme de l’efficience productive, sont sans doute la condition nécessaire d’une insertion internationale moins appauvrissante que par le passé, mais certainement pas une condition suffisante. Elles ne sont pas, en elles-même, une voie royale menant forcément à une croissance durable. Les gains de productivité que procurent aux entreprises la flexibilisation de leurs systèmes productifs, mise en œuvre sous la pression de la concurrence, ne sont à l’évidence qu’un déterminant parmi d’autres des alternatives de développement que permet l’ouverture. La question n’est pas simplement résolue par une stabilisation macro-économique qui fournirait les conditions micro-économiques de la compétitivité. La diversité des formes de flexibilité observables démontre par ailleurs l’absence d’un quelconque one best way pour assurer l’élévation de la productivité, et donc l’impossibilité de penser un modèle de croissance sans tenir compte des variables sociétales de la mise au travail. Faire de la frontière Nord du Mexique une anticipation de l’avenir national n’a de sens que si l’analyse dont elle est l’objet éclaire, d’une part, les médiations par lesquelles peut s’imposer un nouveau paradigme productif et, d’autre part, les modalités de répartition du revenu que celles-ci permettront.

  • 7 Marques-Pereira, J., “Le développement est-il dans l’impasse ?”, in Rivière d’Arc, H. (org.), L’Amé (...)

10C’est dans cette perspective qu’on s’intéressera ici aux processus sociaux à l’œuvre dans la gestion du travail, et tout spécialement, à ceux qui concernent l’implication de la main-d’œuvre qu’exige l’adaptation de l’organisation productive aux nouvelles règles de la concurrence. On s’attachera à mettre en rapport ce qui change dans l’entreprise, ou dans son environnement immédiat, avec ce qui a changé au niveau national et international. Pour ce faire, on abordera la réorganisation du travail au-delà de la perception qu’en donne l’observation traditionnelle des changements dans l’atelier, en cherchant à préciser l’importance que revêt la régulation du marché du travail dans la restructuration productive. La dimension sociopolitique de cette régulation caractérise en grande partie la spécificité territoriale qui fait de la frontière Nord le tremplin de l’intégration du Mexique au grand marché nord-américain. Cette dimension constitue en fait le socle de sa compétitivité, ce qui revient à dire que celle-ci repose en fait sur une nouvelle forme de la modernisation conservatrice qui a toujours caractérisé le développement de l’économie de marché en Amérique latine7.

11La régulation du marché du travail ne peut être alors définie par l’opposition habituelle État/marché, ou marché/organisation, mais comme un processus simultanément marchand, institutionnel et social qui structure un système d’emploi local assujetti à des déterminations nationales et internationales. C’est également à ce niveau que se règle la répartition du revenu et que s’établissent ainsi des choix de société déterminant le régime de croissance. L’importance que revêt la restructuration productive à la frontière dans les stratégies nationales fait de la région un observatoire privilégié pour en évaluer la faisabilité et les limites. On concluera, en synthèse, que ces stratégies tablent en quelque sorte sur la compétitivité du sous-développement. Seule une évolution politique modifiant les règles de la répartition peut rompre ce cercle vicieux.

COMPÉTITIVITÉ RÉGIONALE ET RÉORGANISATION DU TRAVAIL AU CHIHUAHUA8

  • 8 Les informations utilisées dans cette partie ont été collectées au cours de missions effectuées dan (...)
  • 9 Pour une typologie plus détaillée voir Alba, C, Entre la economia y la politica : notas sobre los c (...)

12En l’état actuel des recherches qu’on a menées jusqu’à présent, plutôt que de tracer une typologie des innovations organisationnelles, on s’est préoccuppé de cerner, au-delà de leur diversité, la logique d’ensemble de la gestion du travail en s’appuyant sur une observation panoramique du milieu industriel au Chihuahua. Celle-ci a été réalisée en enquêtant auprès des organisations patronales et syndicales, des associations de quartier, des décideurs locaux de la promotion économique et de la gestion urbaine, et enfin auprès des ouvriers, des dirigeants ou des responsables du personnel d’une cinquantaine d’entreprises qui y sont perçues comme innovantes. Pour en dégager quelques lignes de force, on partira d’une distinction entre trois groupes d’entreprises9.

13D’abord, un premier constitué de petites et moyennes entreprises, fondées pour la plupart au cours de la dernière décennie et qui témoignent d’une diversification productive prenant racine dans l’ouverture, soit directement par la production de biens et services requis par la maquila ou d’autres pour lesquels il est possible d’être compétitif sur le marché nord-américain, soit indirectement par la diminution des coûts liés à l’abaissement des droits de douane sur les inputs importés, ou encore, de façon plus générale, grâce à une meilleure information économique (savoirs-faire, opportunités de marchés, financements, etc.) que favorise la croissance des échanges transfrontaliers, et même parfois des associations avec des partenaires du Sud-Ouest américain. La majorité de ces PME reposent avant tout sur le marché local dont l’expansion de la maquila a permis le développement acéléré. Nombre d’entre elles cherchent toutefois, sur cette base, à conquérir par la suite une clientèle nationale, nord-américaine ou même parfois latino-américaine. Il est également des cas, plus rares, de PME qui visent directement l’exportation. Dans l’ensemble, elles se développent surtout dans la métal-mécanique, le software et l’industrie légère de biens de consommation (agro-alimentaire, meubles, cuirs et chaussures). Un second groupe est constitué par les grandes entreprises exportatrices, choisissant le plus souvent le statut de maquila. Elles sont pour la plupart étrangères, et leurs principaux secteurs d’activités sont l’électronique, l’automobile et, dans une moindre mesure, la confection. Il faut ajouter un troisième groupe, également de grandes entreprises, constitué par un petit nombre de grandes industries nationales pouvant travailler pour l’exportation comme pour le marché intérieur (agroalimentaire, chimie, ciment, papier et bois, céramique). De façon générale, quel que soit le groupe auquel on se dépare, la concurrence impose aujourd’hui des réorganisations productives.

  • 10 Cf. De la Garza, E., Reestructuracion productiva y respuesta sindical en Mexico, UNAM/UAM, Mexico 1 (...)
  • 11 L’idée qu’il y aurait dans les restructurations productives une alternative au fordisme, devenu obs (...)

14La variation des formes de flexibilité observables au Chihuahua rappelle, à première vue, l’opposition entre une flexibilité qualifiée de “primitive” et celle dénommée de “post-fordiste” par laquelle la sociologie du travail au Mexique caractérise généralement l’évolution récente : la première se réfère avant tout au cas des PME mais est aussi étendue au cas des maquilas traditionnelles d’assemblage, c’est-à-dire aux entreprises dans lesquelles l’absence, ou la subordination, du syndicat signifie généralement qu’on n’y applique pas les règles conventionnelles, ni même parfois les droits sociaux, fixant les conditions d’usage de la force de travail dans la grande industrie mexicaine. C’est la remise en cause de cette gestion de la main-d’œuvre représentant l’héritage de la Révolution qui donnerait lieu, par ailleurs, à une nouvelle flexibilité, correspondant à une norme post-fordienne10. D’un point de vue économique, il faut cependant observer que ces différentes formes de gestion du travail ne structurent pas des segments du marché du travail dont les modes de fonctionnement seraient fondamentalement différents. Aussi, c’est plus par référence à sa régulation d’ensemble qu’on recherchera les sources de l’efficacité productive des réorganisations du travail. On est alors amené à relativiser l’idée d’un rapport capital/travail qualitativement différent de celui qui a prédominé jusqu’à présent au Nord du Mexique. Les pratiques relevant d’une flexibilité qualifiée de”primitive” et celles qui s’apparentent à une flexibilité nouvelle s’opposent à maints égards mais, en dépit de leurs différences, elles n’en révèlent pas moins les unes comme les autres une continuité de la régulation du marché du travail, qui conduit à penser que l’innovation organisationnelle dans la région, plus encore que dans les pays développés, ne serait qu’un néo-taylorisme11.

La permanence d’une très forte rotation et de la faible qualification de la main-d’ œuvre

  • 12 Voir Carrillo, J. et F. Contreras, O., Calificacion en el trabajo : analisis de la industria maquil (...)

15Aux innovations observables, il faut tout d’abord opposer le fait que la restructuration productive n’ait pas modifié le schéma dominant de mobilisation de la main-d’œuvre. La rotation très élevée n’a pas diminué, bien au contraire. Elle s’aggrave avec l’accélération de la croissance des maquiladoras depuis la dernière décennie, particulièrement dans une ville comme Ciudad Juarez où la diffusion des nouvelles technologies et des innovations organisationnelles est plus effective qu’ailleurs, à l’exception de Monterrey, capitale de l’État voisin du Nuevo Leon dont la tradition industrielle, déjà ancienne, a toujours été marquée par son voisinage avec les États-Unis. En outre, les changements dans la gestion du travail n’altèrent pas substantiellement la structure des qualifications ; tout au plus, assiste-t-on à une augmentation relative du nombre des techniciens12. Ces caractéristiques de la relation salariale, typiques de ce que recherchent les investisseurs des délocalisations, ne semblent donc pas affectées par le passage d’une sous-traitance de l’assemblage à celle de la fabrication.

  • 13 Voir Covarrubias V., A., La flexibilidad laboral en Sonora, El Colegie de Sonora/Fundacion Friedric (...)

16La contrainte de la concurrence induit certainement au Nord du Mexique une tendance générale à la modernisation économique mais ses conséquences sur les relations professionnelles sont très variables. On peut encore, par exemple, observer des formes d’organisation du travail rappellant le xixème siècle, comme le cas d’une forge à Ciudad Juarez qui s’est reconvertie comme sous-traitante d’une entreprise nord-américaine de meubles de jardin opérant à l’échelle du marché mondial. A l’opposé, se détache l’usine de moteurs de Ford dans la ville de Chihuahua, intégrée à un réseau productif conçu à l’échelle du grand marché nord-américain, et qui vient d’être réorganisée selon les principes japonais. Elle semble promise à devenir aussi emblématique que la première unité montée à Hermosillo, dans l’état voisin du Sonora, et dont les taux de productivité sont les plus élevés du groupe13. Il est, en tous les cas, évident à première vue que la réalité du changement, considérée dans son ensemble, n’est pas à l’image de l’inflation des discours modernisateurs sur la recherche de la qualité totale qu’affecte désormais au Chihuahua quelque décideur que ce soit.

  • 14 L’expansion de la maquila, de même que la possibilité pour les PME d’occuper des créneaux sur le ma (...)

17L’innovation se justifie généralement, aux yeux des entrepreneurs, par la nécessité du juste-à-temps et d’une plus grande fiabilité de la qualité. Les stratégies mises en œuvre pour relever ce défi sont, bien sûr, multiples. On peut d’abord différencier les grandes entreprises des PME. Pour les premières, elles renvoient plus, semble-t-il, à l’implication de la main-d’œuvre alors que pour les secondes, il s’agit surtout d’assurer la fidélisation d’un noyau dur de salariés. Dans un cas comme dans l’autre, la recherche de flexibilité interne se combine à une forte flexibilité externe, permettant de gérer l’incertitude tenant aux aléas de la demande, qu’il y ait ou non constitution d’un réel marché interne du travail14. Rares sont d’ailleurs les entreprises pour lesquels celui-ci recouvre une importance stratégique. Les nouvelles politiques du personnel (et les réponses que leur donnent les travailleurs) n’ont pas, en règle générale, changé le fonctionnement du marché du travail. Le petit nombre d’entreprises préoccupées de s’attacher leur main-d’œuvre ne peut pas être considéré comme un espace de flexibilité moderne qui remettrait en cause la régulation dominante du marché du travail en le segmentant.

  • 15 A l’exception de l’industrie du meuble pour laquelle la nécessité de s’ajuster à une norme nord-amé (...)

18Dans les PME, l’amélioration de la productivité est plus souvent recherchée par des améliorations techniques que par des innovations organisationnelles15. Les principales voies empruntées pour être compétitif sont, d’une part, le renouvellement des équipements - en les rachetant d’occasion à des entreprises nord-américaines dont les coûts sont devenus supérieurs à leurs concurrentes asiatiques ou mexicaines (et dont certaines en deviennent d’ailleurs les intermédiaires commerciaux), et d’autre part, une plus grande rationalisation de la production - en suivant le plus souvent les principes tayloriens les plus classiques lorsqu’il s’agit d’une production en série. Bien sûr, la modernisation technologique peut parfois exiger la formation d’une main-d’œuvre, qu’il faut alors mieux payer pour se l’attacher. C’est particulièrement vrai dans la métal-mécanique pour le travail d’usinage, d’autant plus s’il est réalisé avec des machines à commande numérique. Cela peut être également le cas pour les grandes entreprises, mais il s’agit là d’exceptions qui confirment la règle. La tendance générale pour ces dernières exprime surtout une recherche de gains de compétitivité reposant sur des innovations organisationnelles qui ne requièrent pas une fixation de la main-d’œuvre.

  • 16 Voir Colegio de la Frontera Norte et Universidad Autonoma de Ciudad Juarez, Industria Maquiladora y(...)

19Les très forts taux de rotation de la main-d’œuvre, qui caractérisent le marché du travail des villes de frontière, démontrent d’ailleurs par eux-même l’existence d’obstacles structurels à une organisation plus qualifiante du travail passant par une stabilisation de la main-d’œuvre qui deviendrait le principal vecteur de l’accroissement de la productivité. Une telle stratégie n’est adoptée que si la rotation empêche l’amélioration de la qualité nécessaire pour affronter la concurrence, ce qui semble rarement le cas. Pour les grandes entreprises, on peut même supposer le contraire. Les enquêtes représentatives de l’ensemble de la maquila confirment la priorité généralement donnée au contrôle de qualité alors que les chiffres globaux sur la rotation (qui sont en grande partie l’expression de cette catégorie d’entreprises, principale source de l’emploi urbain) ne démontrent, quant à eux, aucune tendance à la baisse16.

  • 17 Lipietz, A., Mirages et miracles, La Découverte, Paris 1984.

20Il y a bien sûr de nombreuses exceptions qui signalent par ailleurs l’importance relative des stratégies des firmes. La diversité des formes de flexibilité, parmi les maquiladoras ou les autres firmes exportatrices qui ne sont pas sous ce statut, se rapporte d’abord aux décisions des matrices mais, indépendemment des spécificités qui en résultent, les nouvelles formes de gestion du travail n’en reflètent pas moins l’état du marché du travail, comme l’illustre clairement l’opposition entre les usines locales de Chrysler et de Ford qu’on exposera à la suite. Dans un cas comme dans l’autre, s’impose l’hypothèse d’une modernisation conservatrice des relations professionnelles, conduisant à interpréter l’évolution actuelle de la gestion du travail en termes d’une permanence d’un taylorisme périphérique17, qu’il s’agit bien sûr de réformer. La réorganisation du travail qu’impliquent les formes nouvelles de concurrence s’inspire sans doute du modèle de référence que constitue désormais le toyotisme mais la réalité de sa mise en œuvre locale est bien loin de signifier une transition vers un système productif post-fordiste.

Post-fordisme ou taylorisme aménagé ?

21Les usines de Ford au Nord du Mexique se présentent comme celles qui appliquent au plus près les principes toyotistes. Pour améliorer l’intéressement, on s’attache chez Ford à réduire au maximum la rotation de la main-d’œuvre. La gestion du travail y est plus innovante si on la compare à l’évolution dominante, même si elle continue à faire appel aux ressorts du paternalisme. Celui-ci se matérialise cependant dans une politique de recrutement diamétralement opposée à la norme locale, par la préférence donnée à l’embauche de pères de familles plutôt qu’aux jeunes filles célibataires. La ressemblance avec le modèle Toyota s’étend à la gestion de la vie hors travail des employés. Comme dans la plupart des villes-usines, la localisation de l’entreprise est manifestement liée à la possibilité de produire un collectif de travail disposant des qualités sociales utiles pour augmenter la productivité. L’avantage de localisation ne se réduit pas à la proximité des USA, aux taux de salaires, ou aux avantages fiscaux et d’équipements urbains que la Ford de Chihuahua ou d’Hermosillo ont pu obtenir. Le rapport à la société et à l’économie régionales a d’autres dimensions que dénotent l’importance d’une sous-traitance à proximité et les particularités du marché interne du travail que met en place l’entreprise. Celui-ci favorise implicitement l’engagement des travailleurs dans des activités complémentaires à leur emploi principal, en général dans le secteur informel lié à l’automobile. En-deçà de la grille des qualifications codifiant les différences catégorielles, c’est sur cette base que semble s’organiser dans la pratique la mobilité interne des travailleurs, l’essentiel du recrutement se faisant au bas de l’échelle.

22Le rapport à l’environnement local que présente l’organisation productive chez Ford rappelle, bien sûr, ces formes de régulation intermédiaire qui, pour certains, structurent la nouvelle économie industrielle. Un tel modèle n’est certainement pas sans rapport avec les objectifs poursuivis par la Ford dans cette région du Mexique, mais contrairement à ce qu’il suggére, il est évident qu’on n’assiste pas ici à une redéfinition substantielle des normes sociales qui encadrent l’activité de travail. On retrouve sans doute dans l’organisation des ateliers, dans les relations avec la sous-traitance, dans la politique sociale avancée de l’entreprise, les principaux traits qui font du système de production flexible une manière de remédier à l’épuisement des sources de productivité du fordisme, mais la politique d’emploi de l’entreprise n’en tire pas moins avantage -autant si ce n’est mieux que d’autres stratégies de modernisation - des caractéristiques traditionnelles du marché local du travail, telles que la malléabilité de la force de travail favorisant son implication, le profit que peut tirer une entreprise des gains d’appoint ou des qualifications que leurs travailleurs peuvent obtenir dans les activités informelles, sans parler de la déconnexion entre l’évolution de la productivité et celle des salaires qu’est bien loin de remettre en cause l’octroi éventuel de primes individuelles.

23Même si, dans ce cas comme dans d’autres qu’on évoque ci-dessous, on ne recherche plus l’intensification maximale de l’usage de la force de travail qui faisait auparavant de la rotation élevée l’expression de l’exploitation sans bornes propre aux anciens ateliers d’assemblage, la “modernité” de la gestion du travail chez Ford s’apparente plus à une symbiose entre le neuf et l’ancien qu’à une rupture radicale avec le passé. Cette symbiose est d’ailleurs variable ; elle se retrouve également dans un autre cas de figure de l’adaptation à la concurrence dans le secteur automobile, comme celui de l’usine Chrysler dans la même ville, où l’essentiel de l’organisation taylorienne est maintenu. Ici, les gains de productivité s’obtiennent par des innovations organisationnelles qui se limitent à la recherche d’un consensus destiné à susciter l’intéressement du travailleur à la production. Elles relèvent exclusivement d’une politique de communication, sans même passer par des conventions qui lieraient les gains de productivité à des primes, ou qui s’attacheraient à diminuer la rotation. Celle-ci, de même que les bas salaires, sont ici perçus comme une donnée de l’environnement à laquelle s’ajuste la politique de l’entreprise.

24Si les rémunérations ne peuvent être relevées, dit-on, c’est moins par souci d’une compression des coûts qu’en vertu d’une entente entre l’association des maquiladoras et les autorités locales. La localisation de l’entreprise dans un quartier où elle a la certitude de toujours trouver une main-d’œuvre disponible dans la cohorte des jeunes qui arrivent sur le marché du travail (essentiellement féminine mais de moins en moins) est symptomatique de l’absence de toute préoccupation de fixation du personnel. La modernisation de la gestion du travail est cependant incontestable. Elle se manifeste dans tout ce qui permet de valoriser l’image que se fait le travailleur de sa place dans l’entreprise, et qu’on cherche à améliorer par la personnalisation des relations professionnelles ou par une responsabilisation au niveau des équipes du contrôle de qualité, en mesurant la productivité sur cette base.

25Le cas de Chrysler semble d’autant plus emblématique que, pour nombre d’entreprises, l’innovation organisationnelle se limite souvent à une rationalisation administrative visant, d’une part, à soumettre le pouvoir des cadres aux critères de l’efficacité et du mérite, souvent mis à mal par les liens clientélistes ou familiaux qui les unissent fréquemment aux propriétaires, et d’autre part, à mettre effectivement en œuvre une organisation taylorienne des ateliers. Cela peut s’observer à loisir dans les grandes entreprises nées du capital local, et tout particulièrement, dans le cas des maquiladoras mises sur pied par les promoteurs des parcs industriels. Le renouvellement des contrats de sous-traitance qui les lient aux donneurs d’ordre nord-américains est, dans les conditions de concurrence qu’a imposées la récession de la fin des années quatre-vingt aux USA, soumis à des réductions des prix, et donc des coûts, ainsi qu’à un respect plus strict des délais de livraison ou des normes de qualité programmées. Le plus souvent, il est vrai, l’application des principes tayloriens ne se fait plus comme autrefois ; la prescription du travail passe aujourd’hui par des méthodes plus participatives, qui permettent de la légitimer autrement que par un impératif technique justifiant le pouvoir de l’ingénieur et de la maîtrise.

  • 18 Les cimenteries locales ont vu leur marché croître rapidement avec l’urbanisation qu’a engendré la (...)

26Même si le cas de la Ford n’est pas unique, les réorganisations plus audacieuses que représente ce type d’entreprises ne permettent pas pour autant de poser l’hypothèse de l’émergence d’une norme post-fordienne d’organisation. Tout porte à croire que le travail en équipes, la polyvalence, l’individualisation de la rémunération, et l’implication de la main-d’œuvre deviendront probablement la règle sans qu’on assiste à une requalification du travail, ou à une réduction substantielle de sa rotation. Bien sûr, il y a des exceptions qui présentent une réorganisation impliquant l’élévation simultanée du niveau de qualification d’une majorité de la main-d’œuvre et de sa rémunération. On n’a pu repérer que deux entreprises dans ce cas, l’une de chimie et l’autre de ciment, mais il faut d’emblée souligner le caractére exceptionnel de ces industries de process dont les impératifs techniques actuels expliquent la nécessité d’éliminer désormais la rotation et d’élever les salaires18. Ce n’est pas là une règle générale lorsqu’on assiste à une “japonisation” plus ou moins effective de l’organisation, même lorsqu’elle se traduit par une volonté de stabiliser la main-d’œuvre.

27L’analyse de la gestion du travail impose donc de moduler sérieusement la vision du changement qu’en donne la nouvelle réthorique managériale. En règle générale, celui-ci se limite le plus souvent au plan de la symbolique mobilisée par les rapports de travail. Il s’agit avant tout de les gérer dans un climat plus coopératif qui place la discipline et le contrôle social sur de nouvelles bases de communication entre les ouvriers, la maîtrise et les cadres. Les représentations dominantes de l’activité de travail évoluent sans que ce soit également le cas des représentations de ce qu’elle vaut sur le marché. Sauf exceptions, les conditions d’embauche et de mobilité demeurent inaltérées. L’ouvrier doit savoir désormais ce qu’il fait et pourquoi il le fait, tout en demeurant mal rémunéré. Ce “changement dans la continuité” du système d’emploi annule les effets qu’aurait pu avoir à ce niveau la démocratisation. Il contribue, comme on le verra plus loin, à reproduire des représentations sociales qui vont de pair avec la faiblesse de la régulation institutionnelle du marché du travail dans la région. C’est là une raison de plus pour ne pas analyser la flexibilité dite “primitive” comme une réalité qui se limiterait aux cas des entreprises qui font penser aux descriptions de l’univers industriel d’autrefois. Sans doute, de tels cas de figure existent-ils encore, mais même s’ils ne sont pas si rares, de toute façon, ils ne sont plus la norme. Ce qui importe, c’est l’héritage d’un tel passé dans ce qui est nouveau. Il est un facteur essentiel de l’efficience productive.

La régulation du marché du travail

  • 19 La subordination syndicale dans la maquila au Chihuahua, qui a été négociée par le clan des promote (...)

28La tradition ne fait pas obstacle à une nouvelle organisation du travail mais semble, bien au contraire, la faciliter. S’il en est ainsi, c’est parce que la régulation institutionnelle du marché du travail régional n’est pas devenue aussi effective que dans le reste du pays en raison d’un mouvement syndical peu combatif. Sa subordination est généralement associée aux caractéristiques socio-démographiques de la main-d’œuvre (très jeune, jusqu’à tout récemment plutôt féminine, et issue essentiellement de familles de migrants). Celles-ci expliquent en fait pourquoi ne s’est pas imposée au nord du pays l’idée que l’État doit fixer des limites aux entreprises et normer les conditions d’usage de la force de travail. C’est en produisant un tel consensus que le régime politique populiste issu de la Révolution a encadré les ouvriers dans le carcan du corporatisme syndical dans les vieilles régions industrielles du pays. Ici, il n’avait pas lieu d’être, il ne sera présent qu’à titre exceptionnel, essentiellement quand l’entreprise appartient à des groupes économiques locaux ou nationaux dont les propriétaires sont sans doute enclins d’accepter les termes du consensus social correspondant aux compromis en vigueur dans le système politique national19.

  • 20 On a défini ailleurs ce concept par les représentations de l’emploi et du marché du travail, comme (...)

29En dehors d’un segment particulier du marché du travail, où la rareté de l’offre de travail qualifié pousse les salaires à la hausse, la régulation du marché du travail ne peut cependant pas se comprendre comme un simple mécanisme marchand d’ajustement des prix et des quantités, puisque la dynamique générale des salaires paraît être, à l’évidence, insensible à l’absence de chômage, même frictionnel. La modernisation des relations professionnelles n’a pas changé les données du problème ; elle s’accompagne d’un maintien des bas salaires et n’a d’ailleurs pas empêché la diminution de leur pouvoir d’achat au long des années quatre-vingt. La régulation du marché du travail régional ne peut donc être réduite ni à un processus institutionnel, ni à un ajustement marchand. Le poids des représentations sociales semble plus marquant. Ce qui domine, c’est en fait une régulation sociale du marché du travail20. On ne peut ici la caractériser que par opposition aux deux premières sans prétendre en démonter tous les rouages, ce qui exigerait de montrer par des enquêtes sur les trajectoires et les stratégies professionnelles comment ces représentations sont un facteur essentiel de la rotation et du prix de la main-d’œuvre.

  • 21 Ce n’est là pour l’instant qu’une impression générale qui s’est dégagée des discussions informelles (...)

30Une telle hypothèse s’impose à la lumière des conditions sociales dans lesquelles s’opère la réorganisation du travail. Le tableau qu’on vient d’en brosser suggère, en tous les cas, que l’asujettissement du travailleur en est une donnée première qui en marque les modalités. Cet asujettissement explique pourquoi la relative abondance de l’offre d’emploi ne pousse pas les salaires à la hausse, et pourquoi le caractère tendu du marché du travail n’a manifestement pas contribué à élargir le consensus sur lequel repose la capacité effective de médiation institutionnelle du syndicalisme. Dans un tel contexte sociologique, il n’est pas étonnant que les forts taux de rotation n’empêchent pas aujourd’hui, ni le travail en équipes qu’on met en concurrence pour améliorer le contrôle de la qualité ou la productivité, ni l’adoption d’une politique de communication, ou de primes individualisées de toute sorte, pour rendre crédible l’idée que tous sont des partenaires d’un projet qu’il faut mener à bien dans un contexte concurrentiel. Tout au contraire, les innovations organisationnelles sont vues sous un jour favorable non seulement dans le mouvement syndical mais aussi parmi les travailleurs concernés21.

  • 22 La gestion du travail dans les maquilas semble en fait indiquer que la fixation de la main-d’œuvre (...)

31On comprend alors que la forte rotation de la main-d’œuvre intrigue plus les économistes qui y verront, à juste titre, un obstacle à l’augmentation des qualifications qu’elle n’inquiète les gestionnaires qui, au pire, la perçoivent plutôt comme une variable de l’environnement à prendre en compte dans leurs stratégies22. La rotation n’est peut-être pas voulue par les entreprises mais elle leur est utile, c’est le moins qu’on puisse dire. Elle n’est pas seulement fonctionnelle en ce qu’elle permet d’élargir la faculté d’ajuster au mieux le volume de main-d’œuvre aux aléas de la demande, ou de soutenir un rythme accéléré de la chaîne de production. Elle manifeste par ailleurs une interaction sociale régulant le marché du travail, c’est-à-dire une organisation où se nouent des rapports marchands dont la référence est moins une réglementation du licenciement, manifestement peu contraignante, qu’une perception de l’offre et de la demande qui fait de la mobilité une donnée naturelle, au premier chef pour les ouvriers. Les représentations de la valeur du travail que véhicule cette interaction neutralisent, en quelque sorte, les effets potentiels sur le salaire d’une compétition par rapport au recrutement particulièrement vive. Le jeu de la concurrence est ainsi contrecarré par une norme sociale implicite réglant le niveau de rémunération du travail autour des moyennes nationales malgré des productivités plus élevées et l’absence d’année de réserve. La concurrence ne semble en fait se manifester que dans les politiques sociales des firmes. La sélection à l’embauche n’est possible, aux dires des responsables du personnel, que par une surenchère dans la concession d’avantages sociaux, leur donnant ainsi l’opportunité de souligner que leur gestion du travail, à cet égard, se rapproche de celle des pays développés.

  • 23 Cf. Liepietz, A., op. cit.
  • 24 Voir sur la question urbaine Rivelois, J., Organisation sociale et politique du logement, dans cet (...)

32Ils n’ont d’ailleurs pas tort. Le taylorisme dit “sanguinaire”, qui caractérisait les conditions d’usage du travail des activités d’assemblage de la première génération de délocalisation n’a apparemment plus lieu d’être. Utiliser cette image d’Epinal en ce qui concerne le Nord du Mexique serait aujourd’hui déplacé, même pour les maquilas où l’organisation taylorienne du travail fait encore des cadences l’enjeu du contrôle ouvrier. Cette métaphore23, était sans doute pertinente aux débuts de la maquila dans les années soixante-dix, mais elle ne correspond plus aux formes actuelles de contrôle social du travail, ni aux conséquences corporelles qu’elles peuvent avoir aujourd’hui. Même si ce contrôle ne repose plus sur une violence ouverte, le problème n’en continue pas moins de se poser. La préoccupation de rendre le travail plus supportable ne l’a pas éliminé, à en croire les enquêtes sur la santé des ouvrières de la maquila. On peut néanmoins faire l’hypothèse que l’usure outrancière de la force de travail renvoie moins désormais aux conditions de travail dans l’atelier qu’à la précarité de la reproduction familiale résultant des bas salaires et des conditions d’habitat populaire24.

  • 25 Cette hypothèse se base essentiellement sur la croissante masculinisation el l’élévation de l’âge m (...)
  • 26 Les variables non-économiques de la régulation du marché du travail ne peuvent dès lors être consid (...)

33Une régulation sociale, institutionalisée ou renvoyant à des normes implicites, se superpose donc à l’impact des variables démo-économiques de l’offre et de la demande de travail. Cela semble d’autant plus évident qu’il existe un stock de main-d’œuvre encore mobilisable pour l’emploi industriel sur lequel peut tabler l’investissement dans le futur (on peut le supposer au regard des caractéristiques socio-démographiques de la population active25). La régulation du marché du travail qui se joue entre les travailleurs, l’État et les entreprises apparait ainsi comme une dynamique qui engage autant des mécanismes marchands - l’ouverture économique est sans aucun doute la principale variable de l’offre d’emploi dans la région ; des mécanismes institutionnels réglant le partage de responsabilités entre l’État et les entreprises en matière de politique sociale, et des mécanismes de socialisation relevant plus de la coutume que de normes juridiques fixant les conditions d’usage du travail. Cette régulation du marché du travail n’est pas statique, elle doit être comprise dans la dynamique de la restructuration productive. Celle-ci la modifie, mais elle le fait sur la base d’une forme de socialisation du travail, héritée d’un passé qui précède la période de gloire du populisme. L’adaptation de la gestion du travail aux contraintes de la globalisation la réactualise. Ce qui change se pose donc en termes de l’interaction entre ces divers mécanismes régulatoires26.

LA COMPÉTITIVITÉ RÉGIONALE : UN ENJEU NATIONAL

  • 27 L’ouverture relative que représentait la porosité de la frontière (ou plutôt de l’autorité publique (...)

34Les explications les plus courantes de la réussite régionale font en général référence aux stratégies des firmes multinationales et à la capacité des acteurs locaux de saisir l’opportunité que leur offrait la perte de compétitivité de l’industrie américaine27. Même si ces facteurs rentrent sans aucun doute en ligne de compte, ils ne constituent qu’une analyse partielle. La frontière Nord du Mexique est bien sûr apparue comme une aire d’investissement idéale tout d’abord en raison des nouvelles modalités de la concurrence qui affectent les grands groupes nord-américains, mais l’évolution politique qui accompagne la réorientation de la gestion macro-économique au niveau national n’a pas moins compté dans les avantages comparatifs qu’a acquis la région comme terrain d’accueil des délocalisations. Elles ont l’une et l’autre permis que s’instaure un climat de confiance. Le risque-pays s’est encore atténué depuis que les acteurs politiques, susceptibles de garantir la permanence de ce climat favorable à l’investissement étranger, en ont fait une priorité gouvernementale avec l’Accord de libre-échange, érigé désormais en voie royale du développement. Le retournement des relations du Mexique avec son puissant voisin va de pair avec l’adhésion sans faille aux principes du néo-libéralisme dans la politique économique. Mais, au-delà du projet d’intégration, ce qui a compté avant tout, c’est la capacité gouvernementale de le mettre en œuvre.

  • 28 Marques-Pereira, J., Les limites de l’État en Amérique latine, Citoyenneté, intervention sociale et (...)

35L’amélioration de la conjoncture économique mexicaine à la fin des années quatre-vingt ne peut s’expliquer sans faire référence au système politique, et plus particulièrement à la force sociétale de l’État. La centralisation du pouvoir qui caractérise, depuis la Révolution, le système politique mexicain a permis de faire accepter les recompositions sociales qu’exigeait la restructuration économique induite par l’ouverture. La capacité d’organiser les intérêts socio-économiques de façon corporative au sein de l’État n’a pas seulement été un facteur-clé de la stabilisation économique, et plus particulièrement de la crédibilité de la politique de désinflation28. Cette capacité d’encadrement de la société aura été, en outre, décisive pour rendre légitime le nouvel ordre productif qui est en train de s’instaurer dans le cadre de l’intégration nord-américaine. La frontière Nord joue certainement à cet égard un effet de démontration dans le sens où la paix sociale plus facilement assurée que dans le reste du pays en fait désormais une référence nationale des nouvelles règles de répartition du revenu et d’organisation du travail. L’Eldorado qu’il représente pour tous ceux qui sont contraints à la migration contribue sans aucun doute à légitimer l’idée que la croissance et l’emploi riment avec l’ouverture, et donc avec la nécessité de remettre en cause le droit de regard du syndicat sur la prescription du travail.

36L’absence de consensus nécessaire à une régulation institutionnelle, qui aurait permis aux syndicats d’entrer dans la maquila, ou lorsqu’ils y furent admis, d’y jouer un autre rôle que celui de simple figurant symbolisant l’État protecteur, n’est pas étranger à celui qui permet aujourd’hui une flexibilité productive plus grande au Nord que dans le reste du pays. Ce qu’on observe par ailleurs dans les quelques grandes entreprises de capital local ou national où les syndicats étaient et demeurent partie prenante des décisions relatives à la gestion du travail, au point de conserver encore à l’heure actuelle le monopole de l’embauche, n’infirme pas une telle hypothèse. Dans un climat politique où la remise en cause de leurs relations autrefois privilégiées avec l’État a fortement sapé leur crédibilité, les syndicats voient désormais dans la médiation qu’ils peuvent fournir pour appliquer les principes nouveaux de flexibilité une occasion de redorer leur blason. Ce n’est là, en fin de compte, qu’un autre aspect du caractère conservateur de la modernisation des relations industrielles.

37L’héritage du corporatisme syndical a certes impliqué plus d’une fois l’usage de la violence pour remettre en question les rigidités de l’organisation du travail lorsque s’est affirmé le tournant néolibéral de l’action gouvernementale. On sait que cela a pu également être le cas au Nord du pays où, en dépit des efforts syndicaux pour garantir la paix sociale, celle-ci n’a pas toujours été, et n’est sans doute pas encore devenue, synonyme d’une gestion du travail non autoritaire ou non violente. Mais, au Sud comme au Nord, le corporatisme syndical fera de moins en moins obstacle à une gestion compétitive du travail. A la frontière, il est vrai, le problème ne s’est pratiquement pas posé, les syndicats n’étant généralement pas perçus comme un vecteur d’amélioration des conditions de travail, à l’exception de ces quelques grandes entreprises où l’on a dû tenir compte des acquis sociaux obtenus ailleurs, dans les régions où s’est faite l’industrialisation protégée par la politique de substitution des importations menée depuis les années quarante jusqu’aux nouvelles orientations des années quatre-vingt. Ces différences régionales s’estompent depuis lors, l’ouverture a conduit bon nombre de ces entreprises à remettre en question ces acquis. La contrainte de compétitivité au niveau micro-économique, à laquelle se sont ajoutés les effets de la politique de stabilisation macro-économique, ont ébranlé l’ancien pacte social qui avait fait du corporatisme syndical, tout au long de la période précédente, un pilier de la gestion du travail et de la légitimité de l’État.

  • 29 Voir Prévôt-Shapira. M.F.. L’avenir du syndicalisme mexicain, in Prévôt-Shapira. M.F. et Revel-Mour (...)

38Stigmatisés par les accusations de corruption, ou même quelquefois pour le clientélisme propre à leur rôle dans la redistribution de certaines des prestations sociales, les syndicats ne pouvaient qu’adhérer à la restructuration productive. Autrement, ils perdaient tout rapport organique avec l’État dans la mesure où sa légitimation se place de plus en plus sur le terrain des valeurs libérales. Ils n’avaient pas, dans un tel contexte, les moyens politiques de s’opposer à la régression salariale qu’ont impliquée les choix de stabilisation. L’amélioration de la productivité est perçue par tous comme une contrainte incontournable, sous peine de se retrouver balayé par la concurrence. Le caractère discrétionnaire du pouvoir qu’exercent les cadres syndicaux sur les employés ne pouvait alors que les acculer à emboîter le pas de la réforme économique libérale. Leur dépendance vis-à-vis de l’État, fondement des structures corporatives, les empêchait en effet d’engager une opposition frontale à la politique salariale. Toute mobilisation de la base ne pouvait que dénoncer ce marché de dupes et favoriser alors l’émergence d’un syndicalisme indépendant. Là où les travailleurs n’acceptaient pas la mise en œuvre de la flexibilité, la répression fut souvent brutale, déboucha sur des licenciements massifs et sur la fermeture, ou le déplacement d’usines vers des territoires socialement plus coopératifs, parvenant ainsi à endiguer le développement des mouvements contestataires qui mettaient en lumière l’effritement de la légitimité du corporatisme depuis la fin des années soixante-dix29.

  • 30 Quintero, C. Sindicalismo subordinado e industria maquiladora en Tijuana, Estudios Sociologicos VII (...)
  • 31 Idem

39La nature du nouveau pacte social, qu’a imposé l’orientation libérale du gouvernement aux instances nationales des syndicats, réduit bien évidemment à néant toute possibilité de voir la démocratisation consolider une régulation institutionnelle du marché du travail permettant de réduire la concentration du revenu. En ce qui concerne le Nord du pays, ce pacte cimente le statu quo. L’importance du rôle médiateur que conservent cependant les syndicats doit être soulignée, même à la frontière, en dépit des opinions négatives dont ils sont l’objet et que recensent la plupart des enquêtes30. L’absence de vie syndicale dans les ateliers, pouvant aller jusqu’à la méconnaissance de l’existence de contrats collectifs, est monnaie courante dans la plupart des maquilas, mais cela ne signifie pas pour autant que les syndicats soient perçus comme inutiles par les travailleurs. Les réorganisations du travail peuvent mobiliser une participation ouvrière par-dessus les syndicats, ce qui n’est pas si rare dans les maquilas où ils sont présents31, mais ils demeurent toutefois des intermédiaires politiques privilégiés dans le combat quotidien pour l’obtention des services collectifs dans les quartiers populaires. L’évolution de leurs rapports à l’État, au niveau national, en dépit d’une conflictualité plus évidente que par le passé, n’a pas remis en cause leur rôle à ce niveau. Même si on ne peut plus garantir par de tels moyens le monopole de la représentation politique des classes populaires qu’avait le parti gouvernemental à l’époque du populisme, il y a tout lieu de croire que les syndicats représentent autant qu’autrefois, même au Nord du pays, un enjeu électoral majeur.

40Envisagée sous cet angle, l’analyse de la flexibilité du travail soulève alors la question de la complémentarité fonctionnelle entre les changements qui s’opèrent dans l’ordre productif et dans l’ordre politique. Sa mise en œuvre semble aller de pair avec une citoyenneté restreinte qui s’institutionalise dans les réformes du système politique et de la politique sociale ; pour ne pas dire que l’une et l’autre se renforcent mutuellement. Leur interdépendance se lit dans les déterminants du consensus social dont la réorganisation du travail est l’objet. L’absence de chômage d’une main-d’œuvre, d’autant plus malléable qu’elle est constamment renouvelée par la migration, est bien sûr une première explication du consensus que peut susciter la nouvelle gestion du travail, mais les évolutions politique et économique nationales en constituent par ailleurs le soubassement. La restructuration productive qui fait aujourd’hui du Nord du Mexique une région compétitive ne peut se comprendre en dehors de ce nouveau pacte social au niveau national qui est une clé de voûte de la réforme économique libérale, mais à l’inverse, les implications nationales d’une délocalisation, qui ne concerne plus seulement désormais les villes de frontières et qui ne se limite plus à de simples activités d’assemblage, ne sont pas moins significatives.

41L’évolution récente de la maquila soulève, à cet égard, des questions qui sont rarement abordées dans la discussion sur ses avantages et ses inconvénients. On continue, bien sûr, d’opposer aux gains en devises ou en emplois la faible demande d’inputs locaux de la maquila, particulièrement dans les villes de frontière, où elle ne décolle pas d’une moyenne de 2-3 %, ou encore, le coût social trop élevé de cette forme de croissance à l’origine d’une société urbaine dont les conditions de vie sont rendues précaires par la politique de bas salaires ou par la dégradation écologique. Mais, le rappel de cette réalité passe vite au second plan lorsqu’on fait de la modernisation économique le signe d’une transformation structurelle autorisant tous les espoirs. Le nombre de robots et de cercles de qualités, ou l’alternance politique, sont sans doute des indicateurs d’une restructuration productive et d’une évolution politique substantielle mais ils ne constituent pas, en eux-mêmes, une quelconque preuve de la viabilité d’un développement reposant sur l’ouverture, pas plus qu’à eux seuls ils n’en éclairent le sens.

42L’analyse qu’on a fait de l’évolution du travail au Chihuahua ne remet pas directement en cause l’idée de la viabilité d’une sortie libérale de la crise, dont le Mexique pourrait faire figure de prototype, mais elle conduit à souligner le caractère pour le moins équivoque de la démocratisation qui la rend possible. On mesure ainsi la distance entre la discours et la réalité de la réforme libérale. L’idée même de dérégulation est particulièrement ambiguë car les restructurations productives dans la région frontalière ne sont pas réductibles à un effet mécanique de la concurrence. On peut douter qu’elles eussent été mises en œuvre sans la réorientation de l’action gouvernementale à laquelle on a assisté depuis la présidence De la Madrid, tant au niveau économique que politique. Loin de n’être qu’un simple retrait de l’État que traduisent les privatisations, cette réorientation démontre un renforcement de son emprise sur la société qui a conditionné la mise en route de l’intégration du Mexique au grand marché nord-américain. La prégnance des relations corporatistes entre l’État et la société sur laquelle repose cette emprise doit être alors considérée comme une variable déterminante de la configuration que peut prendre au Mexique la production flexible. L’image qu’offre la région Nord de la nouvelle interaction entre l’ordre politique et l’ordre économique qui se profile sur cette base porte à croire que le mode de développement qui peut en résulter est, certes, susceptible d’améliorer la compétivité, mais aussi qu’il ne résoudra en rien la question de l’exclusion sociale.

  • 32 Pécaud. D. et Prévôt-Shapira. M.F., La recherche d’une nouvelle légitimation : le Programme nationa (...)
  • 33 Expression lancée par Alain Liepitz lors de conférences à Hermosillo au Colegio de Sonora.

43S’il existe une complémentarité entre la démocratisation et l’ouverture économique, ce n’est pas celle qui reposerait sur la conciliation de l’efficacité et de l’équité que promettent les experts de l’ajustement structurel. Celle que l’on peut observer dans l’ordre productif au Nord du Mexique semble faire de la réorganisation du travail un terrain où se consolide une citoyenneté restreinte. Elle est un des lieux où peuvent s’imposer les valeurs libérales qui légitiment une politique économique tablant sur la concentration des revenus et une politique sociale qui distribue ses prestations au gré du clientélisme syndical traditionnel ou du nouveau clientélisme territorialisé que tissent les actions ciblées sur les quartiers pauvres, promues au rang d’un programme national de solidarité32. La référence incantatoire à l’efficience du modèle japonais dans les discours des décideurs au Nord du Mexique est, également à ce titre, pour le moins mystificatrice. La question que pose à l’analyse la distance observable entre le modèle et sa réalisation mérite alors d’être plaçée au centre du débat sur les opportunités de croissance, et pour certains de développement, qu’offrirait la nouvelle donne technologique. Le problème n’est pas tant que les nouvelles formes de gestion de l’entreprise n’y révèlent qu’une “japonisation de pacotille”33 mais de percevoir que les nouvelles formes d’organisation inspirées du modèle japonais permettent effectivement des gains de productivité parce qu’elles contribuent à rendre socialement acceptable cette citoyenneté restreinte. C’est ce qui leur permet de faire système, au sens où la sociologie du travail parle de système socio-productif, ce qui n’est pas sans conséquences sur le plan macro-économique.

44La compétitivité du Nord du Mexique est bien plus que le simple résultat d’une concurrence qui jouerait plus fort et depuis plus longtemps que dans le reste du pays du fait des régimes particuliers d’importation qui ont ponctué son histoire et de la zone franche qu’on y a institué dans les années soixante pour les activités exportatrices. La spécificité de la région ne tient pas simplement à une frontière où les salaires sont moins élevés d’un côté que de l’autre, ou à une capacité des acteurs à produire les externalités et les dynamiques organisationnelles ayant permis de les mettre à profit et de dépasser, par la suite, le stade de l’usine tournevis. Ces avantages comparatifs de la frontière ne constituent pas, en eux-mêmes, une explication de la compétitivité régionale. Le calcul économique relatif aux coûts et aux bénéfices respectifs des différentes alternatives de localisation de l’investissement, que les agents économiques ont pu établir à partir des signes du marché, ne peut être pris pour une donnée de départ. Ces avantages ne peuvent jouer que sur la base d’une nouvelle régulation économique et socio-politique qui se redéfinit à l’échelle de la nation, même si celle-ci peut, précisément grâce à eux, se consolider plus rapidement au niveau régional.

45En ce sens, il est alors pertinent de parler d’un modèle de frontière car ce qui s’y passe n’est pas irréductible à la particularité d’une situation géographique qui aurait imposé l’ouverture bien avant qu’elle ne le fût au niveau national. Depuis qu’on a fait l’option du libéralisme à Mexico, ce qui se passe là-bas au Nord recouvre en fait un double enjeu national, bien sûr celui de procurer des devises, mais aussi celui d’être un laboratoire emblématique de la réforme économique et politique qu’implique un tel choix. La frontière est un modèle réduit de ce que peut signifier une maquiladorisation du Mexique ou d’autres territoires.

LA FRONTIÈRE NORD DU MEXIQUE : UN MODÈLE DE LA COMPÉTITIVITÉ DU SOUS-DÉVELOPPEMENT

  • 34 O’Donell. On the State, Various Crisis and Problematic Démocratisations. Helen Kellog Institute for (...)
  • 35 Le retour de l’État est moins souvent l’objet, dans ce débat, d’une justification keynésienne que d (...)

46Les restructurations productives dans la région suggérent que la réforme libérale est viable dans la mesure où elles renforcent l’assise de sa légitimité. Le cercle “vertueux” qui s’y est formé entre les pratiques sociales à l’œuvre dans la gestion du travail et l’évolution politique va pour l’instant dans ce sens. Aussi, jusqu’à preuve du contraire, c’est moins sur la base de l’hypothèse pluraliste, que sur celle d’une démocratie à citoyenneté restreinte, toujours renégociable, où la délégation du pouvoir ne se fonde pas réellement sur la représentation politique34, qu’on peut évaluer les chances de la croissance au Mexique. Il faut alors reconsidérer le débat sur les sorties de crise en Amérique latine dans lequel on oppose aujourd’hui à la vision radicale du fameux consensus de Washington la nécessité d’un retour de l’État, ou du moins à des procédures institutionnelles intervenant dans la régulation marchande pour garantir l’équité et certaines conditions de l’efficacité économique35. Le débat sur la flexibilité en Amérique latine recoupe en fait celui sur le passage de la stabilisation à l’ajustement structurel. L’un et l’autre sont soumis à des grilles de lecture semblables sur un plan normatif, au-delà des différences entre une vision strictement techno-économique des contraintes de la globalisation et celle qui leur reconnaît également une dimension politico-institutionnelle. Au même titre que la démocratie constitue, dans cette dernière vision, une condition du développement en économie ouverte, la flexibilité n’est perçue comme le fondement des gains de compétitivité à plus long terme, permettant de stabiliser la croissance dans un contexte de globalisation, que si l’on voit se mettre en place une organisation plus qualifiante du travail et une réelle modernisation sociale des relations professionnelles.

L’ordre politique et l’ordre productif : quelle démocratie pour quelle croissance ?

  • 36 Voir Marques-Pereira, J., Les limites.... op. cit.

47La question de savoir s’il s’agit d’une “japonisation de pacotille”, au même titre que les principes du fordisme ont été dévoyés dans le passé par une structure sociale qui a fait reposer la régulation macro-économique sur la concentration des revenus, n’a en fait de sens que si on s’écarte d’une vision normative que produit la confusion entre deux registres d’analyse - celui des modèles et celui des faits. Sans doute n’est-il pas inutile de rappeler l’interaction entre l’ordre économique et l’ordre politique qui explique la montée en puissance et l’entrée en crise du mode de régulation qui a présidé à l’industrialisation latino-américaine et de souligner ainsi un héritage dont il faut tenir compte pour comprendre les enjeux macro-économiques de la gestion du travail par laquelle se réalise la restructuration productive. Cet héritage est celui d’un processus de normalisation du travail (dans le double sens du terme, juridique et sociologique) caractérisé par une efficacité relative des règles de la légalité étatique. La complémentarité entre le respect du droit et son contournement, ou son détournement, n’est pas seulement présente dans la régulation du marché du travail, elle est également au centre des médiations de nature clientéliste qui ont stabilisé les relations entre l’État et l’économie marchande capitaliste36.

  • 37 La différence qu’on a relevé, à ce propos, entre la maquila et la grande industrie mexicaine doit ê (...)

48L’histoire du travail a ainsi suivi, en Amérique latine, une trajectoire qui n’a pas permis à la croissance économique, pourtant très performante pendant un demi-siècle, de réaliser progressivement la fixation viagère de la population active dans le salariat qu’elle a signifié dans les pays développés. Le problème ne se pose pas seulement en termes de taux de salarisation plus faibles que dans les pays développés, ou des taux de couverture de l’assurance sociale dépendant du volume de l’emploi formel, mais aussi de la faiblesse de la régulation institutionnelle du marché du travail, c’est-à-dire de la faible capacité de l’État d’imposer son pouvoir normalisateur des conditions d’usage et de reproduction de la force de travail37. Les institutions de l’État-providence ont été peut-être mises sur pied en Amérique latine comme dans les pays développés mais la généralisation du salariat et du taylorisme y a été beaucoup plus limitée, tant au niveau du nombre d’actifs qu’en ce qui concerne l’évolution qualitative des rapports de travail, et elle n’a pas mené au même cercle vertueux entre l’élévation de la productivité et la croissance de la masse salariale qui aurait permis de faire de la consommation populaire le moteur de l’accumulation.

  • 38 L’efficience productive du taylorisme, et la longue stabilisation de la croissance économique qu’el (...)

49C’est, le sait-on, tout le contraire qui s’est produit : c’est la concentration du revenu, allant de pair avec les autres mécanismes d’exclusion relevant de l’ordre politique, qui a dynamisé la croissance en la faisant reposer sur une segmentation toujours plus accentuée des marchés. En comparaison avec les pays développés, le taylorisme, comme principe d’organisation industrielle, est ainsi un rouage de la régulation économique et sociale tout-à-fait différent38. La même conclusion s’impose pour les effets économiques des institutions sociales montées sur le modèle de l’État-providence. Le mode de développement qui en résultait a fait de la modernisation économique le vecteur de la reproduction du sous-développement que l’on peut aisément caractériser par le dualisme social qu’elle a produit. Aujourd’hui, sur le plan d’une cohérence systémique, on peut sans doute imaginer que les nouvelles technologies ou, plus largement, la restructuration productive qui accompagne la globalisation, peuvent être le socle d’une redéfinition progressiste de l’activité de travail. Mais la détermination en est sociétale et non pas technologique, autant aujourd’hui qu’hier. Une redéfinition d’une telle nature n’est manifestement pas à l’ordre du jour au Nord du Mexique puisque c’est, au contraire, une modernisation conservatrice qui est à la base du ressourcement de la productivité.

  • 39 Piore, M.J. et Sabel, CF., Les chemins de la prospérité, De la production de masse à la spécialisat (...)
  • 40 Revel-Mouroz, J., “La nouvelle frontière : au cœur de l’intégration aux États-Unis” in Prévôt Shapi (...)

50Les stratégies des firmes et des gouvernements pour faire face à la globalisation ne répondent pas seulement à une contrainte de compétivité qui ne laisserait aucune marge de manœuvre et imposerait une seule trajectoire possible, elles représentent également des choix de société que révèle précisément la flexibilité, telle qu’elle est mise localement en pratique. Quel sens y a-t-il, dès lors, à prendre l’innovation technologique et la réorganisation du travail qui accompagnent le boom économique de la frontière Nord du Mexique pour l’augure d’une sortie de crise par la voie d’une reconversion post-fordiste qu’engagerait une maquiladorisation de l’économie nationale dans la perspective du grand marché nord-américain ? La gestion du travail dans les grandes entreprises, désormais inspirée du modèle japonais, et l’organisation industrielle qu’échafaudent les partenariats de PME, entre elles ou avec les maquiladoras, le plus souvent avec l’appui des pouvoirs locaux, si ce n’est à leur initiative, sont, bien sûr. autant de dynamiques nouvelles configurant une restructuration productive qui n’est pas sans rappeler les principes de la spécialisation souple39. Certes, le Nord du Mexique, au même titre qu’il constitue au niveau géographique un pivot des restructurations territoriales de ce processus d’intégration40, représente sans aucun doute d’un point de vue économique un espace stratégique de la redéfinition nationale du rapport capital/travail qu’on mène à l’occasion de la globalisation. Mais, la projection qu’on peut en faire à la lumière des changements observés à l’échelle régionale suggére par ailleurs un mode de croissance reproduisant les caractéristiques traditionnelles du sous-développement. La régulation du marché du travail signale, au-delà des restructurations économiques, une continuité du modèle de croissance à l’image de celle des choix de société.

51La reconversion productive peut paraître post-fordiste à certains égards mais, pour jouer de la paraphrase (et ne pas prendre ses désirs pour des réalités), on dira que l’innovation technologique et organisationnelle ne trace pas nécessairement les chemins de la prospérité. La modernisation conservatrice de la gestion du travail qui accompagne au Mexique la transition d’une économie protégée à une économie ouverte est alors autant un signe tangible de la viabilité d’une sortie de crise néo-libérale de l’économie nationale qu’un indice de sa fragilité. Le Nord du pays en démontre, semble-t-il, la possibilité tant au niveau économique que socio-politique. A priori, il en fait donc le scénario le plus vraisemblable, au moins dans le court terme. Mais, à plus long terme, la complémentarité fonctionnelle entre l’évolution de l’ordre productif et celle de l’ordre politique, qui rend jusqu’à présent possible la réalisation du scénario libéral, est en fait une inconnue. La possibilité d’une croissance durable tirée par l’ouverture, consolidant tout à la fois marché et démocratie, est pour le moins soumise à de nombreux aléas. La dépendance d’une conjoncture internationale qui favorise actuellement les investissements étrangers est une épée de Damoclès aussi menaçante que l’a toujours été l’imprévisibilité des prix mondiaux des matières premières. En outre, préserver la compétitivité dépend - toutes choses égales par ailleurs - de la survie des mécanismes d’exclusion sociale hérités du passé. Un tel pari ne sera pas éternellement jouable et l’alternative économique qu’il représente est donc bien loin d’être inéluctable. Les marges de manœuvre pour mener à bien la reconversion productive dans une telle direction ne sont pas seulement étroites au niveau des équilibres macro-économiques, comme l’ont déjà démontré les difficultés de la désinflation, elles le sont également au niveau politique.

  • 41 La réalité latino-américaine, du fait de la contrainte externe et de l’héritage sociétal qui pèsent (...)

52La distance observable entre les nouveaux modèles d’économie industrielle et leur mise en œuvre impose en fait une contextualisation sociologique de leur capacité prédictive, et donc de ne pas confondre dans l’analyse la représentation et la réalité de la redéfinition des lignes de partage entre l’État et le marché sur laquelle on prétend généralement asseoir la croissance41. Le problème du rapport entre l’économie et la démocratie en Amérique latine parait être, à ce propos, l’objet d’un faux débat du fait de la vision normative par laquelle on l’envisage alors dans l’analyse de la réorganisation du travail et de l’intervention publique qui peuvent garantir le retour d’une croissance durable. On passe, en fin de compte, à côté de l’essentiel en réduisant le problème à la question de savoir si la possibilité d’un consensus social, dans l’entreprise et à un niveau plus global, est un sous-produit ou une condition préalable des restructurations économiques. La discussion sur les normes d’organisation du travail et d’intervention publique qui seraient les plus adéquates pour s’adapter à la globalisation, demeure ainsi déconnectée de l’économie réelle. L’efficience productive et le rôle de l’État qu’on peut observer au Nord du Mexique ne résultent pas vraiment d’une conformité à une normativité économique donnant des recettes de compétitivité. La norme qui s’impose effectivement est une production sociale qui renvoie à une histoire économique spécifique. Que la rhétorique qui sert aujourd’hui la normalisation du travail invoque le principe d’une économicité, à valeur universelle, n’est pas étonnant. C’est là, sans doute, une des raisons de l’efficacité de cette normalisation sur le plan symbolique à l’heure de la globalisation.

  • 42 Cette efficacité se révèle dans la fascination acritique vis-à-vis des nouveaux modèles d’économie (...)
  • 43 On mesure là le déficit théorique à combler pour comprendre le rôle de l’idéologie dans l’économie. (...)

53La régression salariale en Amérique latine n’empêche pas, en effet, la réthorique managériale sur la valorisation des ressources humaines d’y être aussi présente qu’ailleurs, mais elle n’est ici autre chose que le signe de son efficacité idéologique42 dans la légitimitation des restructurations productives et de la réforme de l’administration, qu’on prétend gérer désormais selon les critères de la qualité totale pour satisfaire les citoyens comme s’il ne s’agissait plus que d’un ensemble de consommateurs. L’hégémonie des valeurs libérales n’est cependant ni la garantie de l’implantation d’une démocratie libérale, telle qu’on se la représente en conformité de ce qu’elle est dans les pays développés, ni celle d’une redéfinition des fonctions de l’État et du marché, fidèle aux principes du libéralisme économique. Son application au Mexique engage sans doute de nouveaux rapports mais ceux-ci ne peuvent être analysés en termes de plus de marché et de moins d’État, pas plus qu’ils ne peuvent l’être en termes d’une nouvelle régulation intermédiaire entre le marché et l’État. La redéfinition du rapport État/marché n’est pas seulement une réponse à une contrainte économique mais aussi un impératif idéologique. La dérégulation est bien loin de se traduire par une moindre prégnance de l’État sur la société civile, ce qui n’est pas sans signification sur le plan de l’économie (pour autant qu’on évalue son importance à ce niveau autrement que par sa taille, mesurée par le nombre de lois ou d’entreprises publiques). Le Mexique est sans doute, à cet égard, un cas-limite, tant a été rapide, radical et décisif, le passage du nationalisme protectionniste à un libre-échangisme qui, à l’évidence, est un mode de gouvernement avant d’être une revendication des agents économiques43.

54Que la réalisation locale du modèle japonais s’écarte de sa version originale ne constitue pas, bien entendu, la preuve qu’elle ne puisse générer en Amérique latine ou ailleurs, un nouveau mode de régulation économique et sociale. Mais, le qualifier de post-fordiste prête encore plus à confusion que d’avoir dénommé fordiste celui qui a permis la poursuite de l’industrialisation avant la crise de la dette. La restructuration productive peut être une opportunité de développement mais elle n’y mène pas nécessairement, de même que l’avenir de la démocratie est loin d’être joué. La libéralisation des régimes politiques est sans doute une condition de la stabilisation, préalable à un retour de la croissance, mais elle peut fort bien signifier une démocratie qui limite la citoyenneté à une forme d’exercice des droits politiques mêlant compétition et clientélisme. Il est par ailleurs loin d’être évident qu’une telle réforme politique suffise à restaurer durablement la légitimité de l’État dont dépend la stabilisation du régime de croissance économique.

  • 44 Cf. Soria. V.M., Nouvelles politiques d’ajustement et re-légitimation de l’État au Mexique. Le rôle (...)

55Il faut rappeler, à cet égard, la fragilité du nouveau pacte social sur lequel repose le regain relatif de légitimité gouvernementale et l’amélioration de la conjoncture macro-économique au Mexique44. Elle est le talon d’Achille de la stratégie néo-libérale de sortie de la crise. Ce pacte social peut-il se maintenir dans un environnement économique qui, jusqu’à preuve du contraire, ne peut induire une meilleure répartition du revenu ? La viabilité d’un modèle de développement tiré par les exportations est, particulièrement au Mexique, conditionnée par la continuité d’un flux d’investissements directs. Celle-ci est, bien plus qu’auparavant, dépendante d’une légitimité gouvernementale dont la fragilité affecte la crédibilité de la politique économique. Il faut s’interroger sur la possibilité de garantir un tel pacte social une fois que se seront érodés les effets légitimants de la désinflation, ou ceux de la relative remise en cause par l’État des privilèges corporatifs ? La paix sociale à la frontière n’est pas nécessairement plus éternelle. Elle repose actuellement sur la croissance des opportunités d’emplois qui garantit une perspective de mobilité sociale, certes tempérée par la précarité générale des conditions de vie, mais néanmoins réelle pour une première génération de travailleurs industriels. Avec l’accord de libre-échange, cette croissance de l’emploi peut fort bien se diluer progressivement sur le territoire national. Ce n’est pas la diversification industrielle qu’a engendrée la maquila qui peut garantir par elle-même une alternative, et ainsi préserver la crédibilité d’une politique censée résoudre le problème du chômage pour laquelle le Nord a jusqu’à présent fait figure de gage d’efficacité.

Croissance exportatrice, délocalisation et répartition

56Faire des investissements de délocalisation un des moteurs de la croissance est logique face au resserrement de la contrainte externe. La nécessité de mobiliser de nouveaux moyens de paiement internationaux en ont fait une sortie qui allait de soi. Mais, faire des devises et des emplois que génèrent les délocalisations la preuve du bien-fondé des propositions libérales, revient à omettre de s’interroger sur les marges de manœuvre dont il faut tirer parti au-delà des réponses immédiates qu’a imposées dans l’urgence la gestion internationale de la crise de la dette. Si l’on réfléchit en termes de stratégies de développement, ce n’est là d’ailleurs qu’une interrogation minimale dictée par le caractère désormais incontournable de l’ouverture, indépendemment de toute évaluation des bienfaits que peut apporter la globalisation ou des risques d’involution sociale qu’elle peut signifier.

57Le service de la dette a provoqué en Amérique latine un développement pour ainsi dire “naturel” des exportations. Elles devenaient en quelque sorte le seul terrain d’investissement productif intéressant face à l’évolution chaotique que l’ajustement à conféré à la demande interne au cours des années quatre-vingt. En ce sens, les délocalisations, loin d’être une panacée, sont plutôt le signe d’une faible capacité de réponse du système productif à cette nouvelle conjoncture ; ce qui est le cas lorsqu’on n’est pas parvenu à développer dans le passé une offre interne qui puisse être aujourd’hui le fondement d’une compétitivité internationale. Comme le montre depuis la fin des années soixante-dix les performances du Brésil en la matière, le profit qu’on peut alors tirer de l’exportation est incomparable à celui de la délocalisation. Cela ne signifie pas, bien sûr, qu’elle ne soit pas une alternative envisageable. Mais, dans ce cas comme dans celui d’autres réponses possibles à l’évolution des relations internationales, se pose la question des modalités d’insertion que laisse l’économie mondiale à l’Amérique latine après lui avoir ôté toute latitude de recourir au protectionnisme. On aurait tort d’enterrer, pour autant, les anciens débats sur le développement. Le problème n’est évidemment pas celui d’un choix entre la poursuite de la substitution des importations et le développement des exportations industrielles, mais il n’en demeure pas moins celui d’une gestion de la contrainte externe qui rende possible une reprise de l’expansion du marché interne, nous ramenant ainsi au vieux problème de la répartition du revenu.

58La croissance régionale qu’a permise la maquila est souvent présentée, au-delà des clivages théoriques, comme l’exemple même de la modernisation économique que la globalisation rend viable en contraignant un nombre croissant d’entreprises des pays développés à la délocalisation. On peut, il est vrai, sans adhérer aux thèses libérales, voir dans la maquila une forme d’accès au marché mondial d’autant plus profitable qu’elle permettrait de réaliser bien plus que de simples activités d’assemblage. Une telle conclusion ne repose pas forcément, en effet, sur une argumentation qui se borne à mettre en avant les avantages comparatifs du coût de la main-d’œuvre ou de la logistique. Elle peut également s’appuyer sur une explication économique plus complexe qui renvoie à l’histoire régionale la plus grande capacité qu’ont certains territoires de s’adapter à la globalisation, le problème étant de savoir à quelles conditions les délocalisations auront des effets d’entrainement en aval ou en amont et induiront alors autre chose qu’une enclave industrielle, fût-elle de haute technologie. L’analyse de l’économie régionale du Nord du Mexique soulève à ce propos la question de l’intervention publique et amène à élargir la critique d’un retrait excessif de l’État qui voit dans la redéfinition de son rôle régulateur la condition de succès de la stabilisation et celle d’un retour de la croissance dans le cadre d’une ouverture contrôlée. Cette redéfinition exige autant une politique de la demande qu’une politique de l’offre.

59La globalisation, en modifiant la donne technologique, ouvre sans doute une alternative de développement jusqu’à présent inexistante, mais il n’y a là rien d’automatique. L’ouverture s’avère problématique au regard de la régression salariale qu’elle a provoquée jusqu’à présent. Le Nord du Mexique n’y a pas échapppé, bien qu’il n’ait pas connu la crise qui a sévi dans le reste du pays et qu’il affiche même une situation de plein-emploi. C’est donc sur la question des revenus qu’il faut, également dans ce cas, porter la critique des thèses libérales, mais on ne peut ici se contenter de justifier l’intervention publique en stigmatisant l’ingénuité (ou le machiavélisme) d’une position qui croit à une indexation mécanique du salaire sur la productivité si la concurrence est garantie. Le rapport entre répartition et accumulation, propre à cette croissance régionale, ne cadre apparemment pas avec le débat habituel sur la capacité ou non d’une procédure marchande à en faire le fondement de l’équilibre. La loi du marché produit manifestement dans ce cas des effets contraires aux postulats des uns et des autres. Ici. plus que nulle part ailleurs, on peut considérer qu’elle est respectée, mais la flexibilité salariale aboutit à une fixation des prix du travail qui demeure alors pour le moins mystérieuse dans une situation de plein-emploi. L’idée d’une équité du marché qui permettrait une croissance simultanée des profits et des salaires pouvant générer une progression de la demande interne est, à l’évidence, fort éloignée d’une telle réalité, et on ne peut pas plus en déduire que la répartition du revenu se réduise à une dialectique État/marché.

60La mise à jour des déterminants et des effets, locaux et nationaux, de la répartition du revenu qui caractérise cette économie régionale passe, on l’a vu, par une compréhension du rapport entre le social, le politique et l’économique. Souligner la nécessité de l’intervention publique pour garantir l’équité et pour faire de la répartition un levier de l’accumulation, paraît dès lors une conclusion un peu courte au vu des dimensions socio-politiques de la restructuration productive à la frontière. Le monde du travail y obéit à d’autres régulations que celles du marché ou de l’État, ce qui amène donc à reconsidérer les conditions d’une alternative de croissance qui rendrait compatible l’expansion des exportations et l’élargissement du marché interne. Celles-ci ne peuvent être identifiées à partir d’une analyse de la répartition qui fait de la conciliation de l’équité et de l’efficacité un problème de rationalité économique des choix publics et des choix privés. L’État n’est pas un agent collectif nécessairement plus rationnel, il n’est pas plus doué d’omniscience que les agents privés, il n’est juste qu’un champ de leur action dans l’espace public. Certes, l’indexation des salaires sur la productivité ne s’obtiendra pas dans une société latino-américaine, sans la pression ou du moins la caution de l’État et il est bien évident que la reprise de la demande interne est difficilement concevable sans une politique de revenus, sans parler d’autres interventions régulatrices indispensables pour garantir la rentabilité des investissements qui peuvent la soutenir, mais ces interventions ne sont pas des variables indépendantes.

61Le problème n’est pas seulement que les choix publics soient assujettis à des rapports de force — comme le rappellent ceux qui font de la consolidation de la démocratie la condition d’un nouveau cycle long de croissance dans une économie désormais ouverte —, mais aussi que la restructuration productive n’est pas sans conséquences sur la configuration des intérêts que l’action publique doit rendre compatibles. L’ajustement a modifié l’ordre social et politique qui institue les normes de répartition de la richesse. Il a été ainsi l’occasion de fournir une nouvelle légitimité à une vieille idée libérale, à savoir que toute redistribution dite politique serait antinomique d’un assainissement de l’économie qui la rende capable de produire par la suite le bien-être généralisé. La possibilité d’une alternative à la réponse que propose le libéralisme au défi de la globalisation est, pourrait-on dire, inversement proportionnelle à la force d’une telle croyance. Le problème se pose moins aujourd’hui par rapport à sa représentation théorique, au demeurant fort contestée (même les tenants de l’ajustement prôné par le FMI mettent maintenant de l’eau dans leur vin puisqu’ils le veulent désormais humain), mais par rapport aux représentations sociales à l’œuvre dans l’économie, et bien sûr, plus particulièrement sur le marché du travail.

62La discussion des alternatives de croissance ne peut avancer sans prendre en compte des répercussions qu’ont sur l’action publique les recompositions sociales accompagnant les restructurations productives en cours. L’exemple mexicain est, à cet égard, particulièrement révélateur si on l’envisage à partir de ce nouvel espace économique que la gestion libérale de l’ouverture a impulsé en transformant le Nord du pays, jusqu’alors resté à l’écart de la modernisation, en une économie industrielle ouvrant, pour certains, la voie d’un post-fordisme latino-américain. L’analyse qu’on en a fait ne pousse pas à un tel optimisme : elle montre que l’équité du libéralisme n’est pas seulement une utopie mais que l’ordre productif émergeant contribue néanmoins, du moins jusqu’à présent, à la rendre crédible. La nature de la flexibilité productive et salariale dans cette région frontalière confirme tout d’abord à quel point est risible l’idée d’une augmentation de la productivité altérant par elle-même l’inégalité de la distribution du revenu, mais elle signale également que la démocratisation ne la remet pas nécessairement en cause.

63La maquiladorisation de la région, et la perspective de son extension plus au Sud avec l’Accord de libre-échange nord-américain, est une transformation de l’économie qui détourne l’évolution politique d’un cours suceptible d’amener le retour de l’État, nécessaire à une reprise du marché interne. C’est là, sans doute, la principale leçon qu’il faut tirer des conditions de la croissance qui se réfèrent à la gestion du travail dans cette “région qui gagne”. L’accès aux nouvelles technologies et la réorganisation productive sont sans aucun doute possibles, et cette modernisation est d’ailleurs, à de nombreux égards, plus aisée que dans les pays développés en raison d’une régulation institutionnelle du marché du travail, dès le départ, peu effective. Mais, l’innovation peut fort bien s’avérer n’être en fin de compte que la nouvelle version d’une modernisation qui. une fois de plus, ne sera pas à même de rompre le cercle vicieux du sous-développement.

64Cette modernisation paradoxale pose des limites à la croissance de l’économie nationale dans la mesure où celle-ci peut difficilement reposer uniquement sur les exportations. Comme dans les versions précédentes de la modernisation conservatrice, la croissance ne peut que butter sur la régulation du marché du travail, dont l’investissement tire d’abord parti pour contourner l’étroitesse de la demande interne. L’analyse des enjeux macro-économiques des formes de mise au travail par rapport à leur détermination sociétale, locale et nationale, impose en premier lieu de contextualiser la norme économique par laquelle on définit l’efficience d’un nouveau système socio-productif, qu’elle soit pensée comme une loi historique ou pas. Mais aussi, dès lors, de relativiser cette efficience, car ce qui lui donne un avantage immédiat — une gestion du travail favorisant l’exportation — se transforme sur le moyen et le long terme en un obsatcle à une relance soutenue du marché interne. Avant toute chose, au niveau économique, par les modalités de répartition qui soutiennent cette gestion du travail, mais aussi au niveau politique, par la citoyenneté restreinte qu’institutionnalise une “concertation sociale” libérale réduisant bien entendu les chances d’un retour de l’État.

  • 45 Cf. Salama, P. et Valier. J., L’économie gangrenée, La Découverte. 1990.

65On retrouve là, finalement, le problème structurel qui s’était déjà manifesté dans l’épuisement de la croissance protégée d’autrefois. Contourner l’obstacle de l’étroitesse des marchés par l’aggravation de la concentration des revenus et par le recours à l’endettement, n’ont été que des expédients. Ils ont sans doute permis de poursuivre la croissance mais le temps d’efficacité d’une telle politique économique était compté. La formation d’une troisième demande au milieu d’une structure très polarisée qu’a autorisée la concentration du revenu depuis les années cinquante n’a levé que provisoirement les limites à l’accumulation. La réduction du coût du capital grâce à l’endettement a permis de continuer dans cette voie pour un temps, mais à quel prix : les effets récessifs du paiement de la dette et de l’ajustement déstabiliseront ce régime de croissance. Les raisons de base de l’épuisement de la substitution des importations doivent être dès lors perçues dans la longue durée. Elles renvoient en fin de compte à l’inadéquation structurelle de l’offre et de la demande globales d’un régime d’accumulation basé sur production de masse, ce qui précisément l’a amené à devenir “dévoreur de devises” lorsque les conditions internationales le permettait45.

66Cette contradiction économique plonge ses racines dans une inégalité sociale qui n’a pu être sérieusement ébranlée, comme elle le fut dans les pays développés dans l’entre-deux guerres, ouvrant ainsi la voie à la croissance redistributrice des trente glorieuses. Aujourd’hui, on est en quelque sorte revenu à la case départ : la croissance peut repartir dans certains pays en tablant sur une expansion des exportations industrielles ou de la consommation des couches à revenus hauts ou moyens, reposant l’une et l’autre sur le maintien des bas salaires, mais une relance soutenue du marché interne, loin d’être une séquence automatique, renvoie plus que jamais, a fortiori dans une économie ouverte, à la possibilité d’accords sociaux qui autorisent une politique de revenus, et au-delà, une politique industrielle. Celles-ci sont difficilement concevables sans que s’imposent de nouvelles règles institutionnelles de répartition de la richesse, au premier chef, de celle produite par les exportations.

Anmerkungen

1 Une version préliminaire de ce texte a été présentée au colloque “L’État et le marché en Amérique latine : nouvelles lignes de partage, nouvelles interactions”, organisé par le GREITD, l’AFSSAL. le CREPPRA. l’ERSI, 9-10 décembre 1993 à Chantilly.

2 L’expression “maquilar” signifie traditionnellement sous-traiter. Par extention. elle désigne aujourd’hui le régime juridique d’exemption d’impôts d’importation que peuvent obtenir les entreprises exportatrices. Les maquiladoras constituent un secteur très hétérogène, que ce soit par la taille, par le type d’activité ou le type d’entreprise qui va du simple atelier d’assemblage, à la fabrication complète ou partielle de biens par des filiales de multinationales. Pour une vue d’ensemble, voir la revue Froutera Norte, Tijuana ou Sklair. L.. Assembling for Development, The maquila industry in Mexico and the United States, Center of U.S.-Mexican Studies. University of California. San Diego 1993.

3 Voir sur ce débat. Benko, G. et Liepietz, A. (org.), Les régions qui gagnent, PUF, Paris 1992.

4 Il est important de rappeler que le rapport entre la théorie et l’histoire n’est pas pour autant éclairci, ce qui limite la possibilité de conférer aujourd’hui une valeur normative à l’analyse économique des restructurations productives. Les problèmes de méthode auxquels se heurte l’approche de la régulation économique pour cerner les alternatives de développement, susceptibles d’émerger de la crise du fordisme. le démontrent clairement. Le statut théorique attribué à la dimension sociétale de la régulation économique, celui d’une variable exogène de l’explication des interactions entre diverses dynamiques économiques, n’autorise en fait qu’une analyse limitée du temps économique. Les interactions envisagées se limitent à celles que permet la stabilité des compromis sociaux (Noël. A.. Cahiers de recherche sociologique, Les fils respectueux de l’économétrie, Régulation et problèmes contemporains, n° 17, UQUAM, Montréal 1991). L’analyse ex-post de la fonctionalité économique des dispositifs institutionnels ne peut bien sûr ignorer la variation de leurs configurations territoriales, mais elle ne permet pas d’en tenir compte dans la définition des normes de l’efficience productive et de l’intervention publique, ce qui en restreint bien entendu la portée. On voit mal comment l’impasse pourrait être levée sans considérer la dimension sociétale de l’économie comme une variable endogène. Les avancées qui ont pû être faites en économie industrielle et en économie du travail, en posant la question du rapport marché/organisation sous l’angle de l’individualisme méthodologique, trouvent d’ailleurs là également leurs limites, ce dont témoigne clairement la difficulté de théoriser une économie des conventions sans comprendre la mise en équivalence des savoirs sociaux et des savoirs économiques qui les enracinent dans l’histoire. La sociologie du travail se retrouve apparemment dans la même impasse lorsque les comparaisons internationales concluent à l’indétermination de l’innovation technique et organisationnelle (cf. Dossier-débat Systèmes productifs : les modèles en question, Sociologie du travail, XXXV 1/93, Paris). Ces problèmes de méthode dépassent, bien sûr, l’objet de cette étude, mais il fallait néanmoins y faire référence pour justifier la nécessité d’une approche de la flexibilité à partir de sa détermination sociétale, ici considérée comme l’expression régionale d’un capitalisme spécifique à l’aire culturelle latino-américaine.

5 Wilson, P.A., Exports and Local Development. Mexico’s New Maquiladoras, University of Texas Press, Austin 1992. voir également Shaiken, H., Mexico in the global economy, Center of U.S.-Mexican Studies, University of California, San Diego 1986.

6 Rivière d’Arc, H., Réseaux d’entrepreneurs au Chihuahua. Dans cet ouvrage.

7 Marques-Pereira, J., “Le développement est-il dans l’impasse ?”, in Rivière d’Arc, H. (org.), L’Amérique du Sud aux xixe et xxe siècles, Héritages et territoires, Armand Colin, Paris 1993.
On définit dans cet article la modernisation conservatrice, concept communément utilisé par la sociologie politique en Amérique latine, comme une forme de symbiose de la sphère privée et de la sphère publique, héritée du passé colonial, ce qui amène à conférer au rapport des agents économiques au droit un poids déterminant dans le développement qu’y suivra l’économie de marché. Les limites à la salarisation de la population active et l’importance de l’informalité du travail doivent être alors pris pour des traits structurants du capitalisme en Amérique latine et pas seulement comme des conséquences des régimes de croissance économique.

8 Les informations utilisées dans cette partie ont été collectées au cours de missions effectuées dans le cadre du projet “Chihuahua-Texas, un étrange voisinage”, coordonné par Carlos Alba et Hélène Rivière d’Arc, Colegio de Mexico et CREDAL. Il ne s’agit pour l’instant que d’une évaluation provisoire qui doit être complétée par la suite par les résultats d’une enquête par questionnaire appliqués à 120 entreprises du Chihuahua.

9 Pour une typologie plus détaillée voir Alba, C, Entre la economia y la politica : notas sobre los cmpresarios chihuahuenses, miméo, Colmex/Credal, Mexico/Paris 1993.

10 Cf. De la Garza, E., Reestructuracion productiva y respuesta sindical en Mexico, UNAM/UAM, Mexico 1993.

11 L’idée qu’il y aurait dans les restructurations productives une alternative au fordisme, devenu obsolète dans le contexte de la globalisation, n’est encore, jusqu’à preuve du contraire, qu’un postulat. Pour de nombreux observateurs, on ne peut les considérer comme une voie nouvelle de développement car elles peuvent aussi n’être, en fin de compte, rien de plus qu’une adaptation du taylorisme aux nouvelles contraintes économiques, et donc une forme de gestion de la crise du fordisme. Le nouveau paradigme productif peut effectivement apparaître comme un approfondissement du taylorisme dans la mesure où l’implication productive du travail pousse à l’extrême une logique d’intériorisation du contrôle social et ne remet pas en cause le monopole du bureau des méthodes sur la conception de l’organisation du travail. Cf. Boyer. R. et Durant, J.P., L’après-fordisme, Syros, Paris 1993.

12 Voir Carrillo, J. et F. Contreras, O., Calificacion en el trabajo : analisis de la industria maquiladora, Frontera Norte, vol. 4, n° 8, juil-déc 1992.

13 Voir Covarrubias V., A., La flexibilidad laboral en Sonora, El Colegie de Sonora/Fundacion Friedrich Ebert, 1992, p. 119-127.

14 L’expansion de la maquila, de même que la possibilité pour les PME d’occuper des créneaux sur le marché américain ou de substituer des intrants importés de la maquila, ne repose pas seulement sur les bas coûts de la main d’œuvre mais aussi sur les caractéristiques d’un marché du travail qui permet sans doute plus aisément qu’aux USA de pouvoir mettre en œuvre simultanément flexibilité interne et externe. La première est facilitée par des relations de confiance fondées sur le paternalisme le plus classique (voir Reygadas, L., Trabajo y cultura en las maquiladoras de la frontera Mexico-Estados Unidos. Communication au Ier congrès latino-américain de sociologie du travail, Mexico nov. 1993). La fidélisation des ouvriers formés repose plus souvent sur un tel héritage dans la culture du travail que sur de nouvelles modalités de contractualisation des rapports de travail formalisant une flexibilité interne. Toutefois, le contrôle de la qualité ne peut pas toujours se faire uniquement sur base de la fidélisation d’une catégorie restreinte du personnel, ou sur l’implication de la main-d’œuvre instable. Il peut parfois impliquer le paiement d’un sursalaire reconnaissant une qualification. En règle générale, cela semble le cas pour toute qualification technique qui exige un savoir-faire particulier. La forte mobilité du travail qui prédomine dans la région, associée à une insertion urbaine plutôt lâche, souvent récente, et à la possibilité ou au rêve d’une émigration aux USA, impliquent alors une politique active de rétention de cette main d’œuvre qualifiée.

15 A l’exception de l’industrie du meuble pour laquelle la nécessité de s’ajuster à une norme nord-américaine de qualité, et de délais de livraison en cas d’exportation, implique une réorganisation des ateliers et induit par ailleurs une tentative de mise en réseau des diverses PME de la branche, appuyés par les pouvoirs locaux qui mobilise dans ce but le conseil technique de la CEE et le soutien financier des banques.

16 Voir Colegio de la Frontera Norte et Universidad Autonoma de Ciudad Juarez, Industria Maquiladora y Mercados laborales, vol II. 1992.

17 Lipietz, A., Mirages et miracles, La Découverte, Paris 1984.

18 Les cimenteries locales ont vu leur marché croître rapidement avec l’urbanisation qu’a engendré la maquila. La présence d’une grande entreprise chimique à Ciudad Juarez s’explique d’abord pour des raisons de logistique de transport. Vu la précarité du réseau ferroviaire mexicain, il était plus avantageux de la localiser à la frontière pour produire du gaz de refroidissement vendu aux USA. Au départ fondée par un grand groupe national, elle a été rachetée il y a peu par un groupe financier texan après avoir été réorganisée. Ces deux entreprises ont toujours eu une politique de fixation de la main-d’œuvre s’appuyant sur la médiation du syndicat, conformément aux traditions corporatives de la gestion du travail dans la grande industrie mexicaine. L’entreprise chimique était par ailleurs contrainte d’adopter une politique sociale très active et d’offrir des salaires élevés pour empêcher la main d’œuvre qualifiée, qu’elle avait fait venir du Sud. d’émigrer aux USA. Plus récemment, la rénovation des équipements, rendue nécessaire pour se maintenir sur le marché nord-américain, l’a conduit à une gestion à la japonaise qui a généralisé cette politique à l’ensemble de la main d’œuvre. ce qui lui a permis d’éliminer complètement la rotation. Il en est de même pour une des entreprises du groupe cimentier qui a été modernisée pour s’attaquer au marché nord-américain. Les syndicats, loin de s’opposer à la flexibilisation, ont contribué activement à son application dans un cas comme dans l’autre. Les économies substantielles de personnel et la polyvalence, qu’ont permis l’adoption de nouvelles technologies, n’ont pas posé, semble-t-il, de problèmes majeurs.

19 La subordination syndicale dans la maquila au Chihuahua, qui a été négociée par le clan des promoteurs de parcs industriels, mériterait d’être analysée à la lumière du jeu politique des familles dominantes et des chefs syndicaux au niveau local, dans leur relation avec le pouvoir central.

20 On a défini ailleurs ce concept par les représentations de l’emploi et du marché du travail, comme élément déterminant de sa structuration et de son fonctionnement : “ce qui confère ce rôle déterminant aux représentations, à priori purement idéelles, des travailleurs, est le fait que, en l’absence de régulation institutionnelle, elles sont la base de la formulation des stratégies professionnelles, matrimoniales et résidentielles des travailleurs. C’est l’ensemble de ces stratégies, confrontées à celles des autres acteurs sociaux (principalement les employeurs) qui est à la base de la régulation du marché du travail.” Lautier, B. et Marques-Pereira, J., Représentations sociales et constitution du marché du travail. Employées domestiques et ouvriers de la construction en Amérique latine, Cahiers des sciences humaines, “L’État et le marché dans les pays en voie de développment”, ORS-TOM. Paris, sous presse.

21 Ce n’est là pour l’instant qu’une impression générale qui s’est dégagée des discussions informelles avec les travailleurs dans l’atelier ou à leur domicile. La question du plus grand respect de la dignité du travailleur qui n’est plus assimilé à une machine, lorsque sont appliqués les nouveaux principes d’organisation, revient dans toutes les conversations. Les termes exacts d’un tel consensus devraient être précisés par une enquête sur les représentations sociales du travail pour en analyser le sens et l’enjeu qu’il recouvre dans la régulation du marché du travail. Il faudrait particulièrement éclaircir comment la subordination peut revêtir des formes plus compatibles avec la reconnaissance de l’altérité et, vérifier l’importance à ce niveau de l’évolution des rapports de genre.

22 La gestion du travail dans les maquilas semble en fait indiquer que la fixation de la main-d’œuvre n’est une condition d’élévation de la productivité que dans la mesure où les qualifications sont socialement reconnues et prises en compte dans la rémunération, ce qui forcément n’apparait pas lors dans les mesures statistiques qu’on peut en faire puisque les qualités du travail ne sont pas formalisées.

23 Cf. Liepietz, A., op. cit.

24 Voir sur la question urbaine Rivelois, J., Organisation sociale et politique du logement, dans cet ouvrage.

25 Cette hypothèse se base essentiellement sur la croissante masculinisation el l’élévation de l’âge moyen de la main d’œuvre de la maquila, ce qui laisse donc supposer une croissance de l’offre de travail dans le futur plus rapide que l’augmentation de la population, voir Industria Maquiladora y Mercados laborales, op. cit.

26 Les variables non-économiques de la régulation du marché du travail ne peuvent dès lors être considérées comme de simples compléments institutionnels ou conventionnels d’une régulation marchande, elles dictent les termes de la négociation autant, si ce n’est plus, que la loi de l’offre et de la demande. La rencontre entre l’une et l’autre est bien plus qu’une simple interaction de choix individuels qui s’ajusteraient librement par des procédures marchandes ou organisationnelles. Ces choix sont socialement déterminés et il faut alors en conclure que la norme d’efficacité tient moins au respect d’une loi économique de l’offre et de la demande ou d’une rationalité administrative, qu’à une technique sociale de gouvernement (au sens de Michel Foucault). La flexibilité du post-fordisme, par opposition aux rigidités du taylorisme, n’est pas plus en elle-même une simple question de réorganisation du travail et de la production diminuant les coûts, les rebuts et les défauts ou permettant de coller à la variabilité de la demande. Ce qu’elle met en jeu c’est une nouvelle interaction entre ces divers mécanismes régulatoires, et il faut donc se poser la question de ses déterminations et de ses conséquences macro-économiques et politiques.

27 L’ouverture relative que représentait la porosité de la frontière (ou plutôt de l’autorité publique locale chargée de faire respecter les règles douanières) a dû être progressivement reconnue pour éviter de voir s’affirmer un régionalisme remettant en cause le pouvoir central. Le programme frontalier de développement dans les années soixante étend le régime de zone franche aux investissements étrangers à la suite des pressions des élites locales qui ne participaient pas au mouvement général de la substitution des importations.

28 Marques-Pereira, J., Les limites de l’État en Amérique latine, Citoyenneté, intervention sociale et croissance économique, Cahier des Amériques latines, n° 15, IHEAL, Paris 1993.

29 Voir Prévôt-Shapira. M.F.. L’avenir du syndicalisme mexicain, in Prévôt-Shapira. M.F. et Revel-Mouroz. J., Le Mexique à l’aube du prochain millénaire. IHEAL. Paris 1993. Voir également Bizberg. I., Ouverture commerciale, marché du travail et relations industrielles, Problèmes d’Amérique latine, n° 5, N.S., Paris, avril-juin 1992.

30 Quintero, C. Sindicalismo subordinado e industria maquiladora en Tijuana, Estudios Sociologicos VII : 21, Colegio de Mexico, Mexico, 1989.

31 Idem

32 Pécaud. D. et Prévôt-Shapira. M.F., La recherche d’une nouvelle légitimation : le Programme national de solidarité, Problèmes d’Amérique latine, spécial Mexique, n° 5, avril-juin 1992, Paris.

33 Expression lancée par Alain Liepitz lors de conférences à Hermosillo au Colegio de Sonora.

34 O’Donell. On the State, Various Crisis and Problematic Démocratisations. Helen Kellog Institute for International Studies, miméo, New York 1992.

35 Le retour de l’État est moins souvent l’objet, dans ce débat, d’une justification keynésienne que d’une argumentation fondée sur la nouvelle micro-économie. La nécessité et même l’urgence d’une redistribution du revenu n’en est pas moins soulignée, mais elle n’a ici d’autre but que de neutraliser les pressions politiques à l’origine des dérives populistes conduisant à des politiques économiques erratiques, ou à une croissance du type stop and go (cf. Sachs, J.D., Politicas economicas y conflicto distributivo, in Estudios Economicos, 5,2,1990, Colegio de Mexico. Mexico). Ce qui est mis principalement en avant, c’est une politique de l’offre qui ne limite pas l’État à la fonction de garantir l'éffectivité des contrats. L’État ou des accords privés de nature institutionnelle sont posés comme conditions d’une allocation plus efficiente des ressources. Celle-ci ne peut, dit-on, s’établir uniquement sur la base du marché car ce dernier est une procédure de coordination souvent défaillante, surtout si les enjeux se situent sur le long tenue, ce qui amène alors à faire de la démocratie une condition de l’ajustement structurel (cf. Bresser Pereira, L. et al., Economic Reform in New Démocracies, A Social-Democratic approach. Cambridge University Press, 1993).
Les dynamiques organisationnelles sont sans doute un aiguillon de la compétitivité au même titre que la concurrence mais la remise en cause d’une régulation institutionnelle du marché du travail ne se fait pas au bénéfice d’une régulation marchande, que compléterait désormais le partenariat entre les acteurs de l’entreprise, unis pour y faire face. La redéfinition du rapport privé/public que prône cet argumentaire, signifie dans la pratique en Amérique latine le renforcement d’une régulation sociale qui légitime les conditions de reproduction de la force de travail héritées du passé, ce qui soulève donc le problème de l’étroitesse du marché interne. Une politique de la demande semble de ce fait toujours nécessaire.

36 Voir Marques-Pereira, J., Les limites.... op. cit.

37 La différence qu’on a relevé, à ce propos, entre la maquila et la grande industrie mexicaine doit être relativisée. Elle ne signifie pas que la régulation institutionnelle plus effective de la seconde ne se double pas d’une application discrétionnaire des droits du travailleurs, qui caractérise d’ailleurs de façon plus ou moins généralisée le rôle du syndicat.

38 L’efficience productive du taylorisme, et la longue stabilisation de la croissance économique qu’elle a induit dans les pays développés, ne reposent pas tant sur une causalité mécanique entre l’élévation de la productivité et une structuration en opérations du processus productif mais sur un ensemble de processus sociaux dont l’organisation scientifique du travail n’était qu’un rouage qui leur a permis de faire système en définissant et justifiant tout-à-la fois un ordre industriel global. C’est en capitalisant ces résultats de la recherche en sociologie du travail que les économistes ont pu montrer que l’équilibre entre la croissance de l’offre celle et de la demande reposait donc sur une interaction entre l’ordre économique et l’ordre politique qu’ils ont cherchée à qualifier par diverses tentatives de modélisation de régulation fordiste. Au cœur de cette régulation, on sait que la configuration socio-politique qu’a aquise le rapport salarial dans l’histoire des trente glorieuses est apparue non seulement comme la clé de voûte d’un ensemble de processus sociaux et économiques qui ont convergé dans la progression de la productivité et de l’accumulation mais aussi comme l’institution centrale qui a rendu complémentaire la croissance de l’État-providence et d’une économie axée sur la consommation de masse.

39 Piore, M.J. et Sabel, CF., Les chemins de la prospérité, De la production de masse à la spécialisation souple. Hachette,, Paris 1989.

40 Revel-Mouroz, J., “La nouvelle frontière : au cœur de l’intégration aux États-Unis” in Prévôt Shapira. M.F. et Revel-Mouroz. J. (coord.). Le Mexique à l’aube du troisième millénaire. IHEAL. Paris 1993.

41 La réalité latino-américaine, du fait de la contrainte externe et de l’héritage sociétal qui pèsent sur la restructuration en cours de son économie, apporte au demeurant un éclairage grossissant de ce que peut devenir l’après-fordisme dans les pays développés, si l’on continue d’y accepter une dualisation de la société qui va de pair avec une prise de pouvoir de ceux qui contrôlent la distribution et la finance sur ceux qui contrôlent la production, et qui l’une et l’autre risquent de faire de la globalisation le vecteur d’une modernisation sans croissance (voir Palloix, C, Société et économie. Marchands et industrie, à sortir chez La Découverte.

42 Cette efficacité se révèle dans la fascination acritique vis-à-vis des nouveaux modèles d’économie industrielle qu’on tient pour la clé d’une reprise de la croissance au niveau national. Leur promotion prend d’ailleurs une allure quasiment militante dans les discours de nombreux acteurs collectifs tels que les organismes locaux de planification, les associations d’entrepreneurs, les commissions économiques des partis politiques dominants, voire même parfois chez les syndicats.

43 On mesure là le déficit théorique à combler pour comprendre le rôle de l’idéologie dans l’économie. Pour l’analyse de cette question dans le cas français, voir Théret. B.. O neoliberalismo come retorica econômica e mode de açao politica, Ciências Sociais Hoje. ANPOCS, Sao Paulo 1993.

44 Cf. Soria. V.M., Nouvelles politiques d’ajustement et re-légitimation de l’État au Mexique. Le rôle du “Pronasol” et de la privatisation des entreprises publiques, Revue Tiers Monde, n° 135, jui-sep 1993

45 Cf. Salama, P. et Valier. J., L’économie gangrenée, La Découverte. 1990.

Autor

Maître de conférence en sciences économiques, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle, chercheur au Credal.

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540