Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

Introduction

Les mutations économiques, socio-démographiques, territoriales et socio politiques

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

1Dans un Monde à la recomposition incertaine, le Mexique est aujourd’hui l’un des pays-clé où se joue l’instauration de nouveaux rapports Nord-Sud, État-Marché, Démocratie-Développement.

2Nouvelles relations avec les États-Unis, changement de modèle économique, évolution du système politique sont au centre d’une mutation mexicaine, dont l’orientation et le caractère présenté comme exemplaire pour le reste de l’Amérique latine demeurent cependant objet de controverse.

3Les changements actuels sont le résultat d’un long processus qu’ils ont pour but de rendre irréversible : ouverture des frontières entamée depuis 1965 grâce à l’autorisation donnée aux entreprises étrangères d’installer leus usines d’assemblage, les “maquiladoras”, côté mexicain, avec un statut de zone franche frontalière, entrée du Mexique dans le GATT en 1986, et enfin signature en décembre 1992 de l’accord de libre échange nord-américain, avec les États-Unis et le Canada, devant entrer en vigueur au 1er janvier 1994.

4Incontestablement la Frontière Mexique-États-Unis constitue ici un laboratoire dans les relations Nord-Sud. Cette Frontière apparaît comme un espace précurseur de la mutation touchant aujourd’hui l’ensemble de l’économie et du territoire mexicain.

5Dans ce modèle pionnier, les flux de capitaux, de travailleurs et de consommateurs au travers de la frontière internationale ont constitué des réseaux obéissant à des logiques jouant à plusieurs échelles :

  • logique globale du marché nord-américain croisée à celle de la délocalisation mondiale des activités industrielles,
  • logique contradictoire de la demande de travailleurs mexicains et de la lutte contre la migration illégale,
  • logique de complémentarité, voire de solidarité face aux conjonctures externes, au niveau local, entre villes-jumelles frontalières.

6Le nouveau paradigme de la production flexible à flux tendus a touché la Frontière avant de gagner le nord du Mexique, dont les réseaux productifs sont plus que jamais orientés vers les États-Unis, tandis que de nouveaux réseaux commerciaux et de services sont mis en place au Mexique par les entreprises nord-américaines à la conquête de parts de marché.

7Flux et accumulation de migrants, mexicanisation à l’intérieur des États-Unis, boom de l’industrie internationale de sous-traitance sont les traits marquants d’une Frontière qui par ailleurs tend à rejetter le centralisme de Mexico et est marquée par des conquêtes de l’opposition politique.

8A partir d’un modèle centraliste en crise, où la région de Mexico perd une partie de ses avantages comparatifs, l’articulation à l’économie mondiale et les investissements étrangers ouvrent donc de nouvelles perspectives aux espaces périphériques du Nord.

9L’objet de la table-ronde tenue les 9 et 10 novembre 1993, était de rassembler des éléments de compréhension des changements et parfois véritables mutations observés dans les zones de la Frontière Nord.

10Les textes présentés dans cet ouvrage sont des versions revues et corrigées des communications écrites présentées alors.

11Ce qui est ressorti de la table-ronde, c’est en particulier un débat autour de la question du ou des modèles frontaliers. La Frontière est-elle la zone pionnière où sont engendrés des phénomènes qui se généralisent ensuite dans le reste du pays ?

12Peut-on parler ainsi d’un modèle industriel frontalier, caractérisé par le système post-fordiste et le juste-à-temps, l’industrie d’exportation incarnée dans les maquiladoras, le surgissement d’un syndicalisme nouveau ? Les auteurs qui parlent de “maquiladorisation” de l’économie mexicaine toute entière intègrent bien ce concept de frontière pionnière et modèle.

13Dans le domaine socio-économique et démographique un modèle frontalier est-il identifiable à partir de l’hypothèse que le contact avec les États-Unis et la modernisation de l’économie créeraient une culture et des comportements particuliers qui expliqueraient par exemple une transition démographique plus avancée que dans le reste du Mexique.

14Comment différencier dans le ou les supposés modèles frontaliers ce qui relève du phénomène métropolitain (la Frontière et le Nord du Mexique concentrent leur population dans de grandes villes) et du phénomène frontalier proprement dit ?

15Mais peut-être plutôt que de modèle, ce qui suppose la mise en cohérence d’éléments reflétant la réalité, ne vaudrait-il pas mieux parler de caractéristiques d’un système frontalier ? Il apparaît que les travaux présentés ici sont en effet plus proches de l’explication du fonctionnement de systèmes que de la modélisation proprement dite, et qu’ils sont bien éloignés des modélisations de type économétrique et prospectives.

16Les différentes études et les débats de la table-ronde ont clairement identifié l’une des limites des recherches présentées : la prise en compte insuffisante du coté nord-américain de la Frontière. Des études binationales doivent être conduites dans d’autres étapes de la recherche

17Il faut retenir enfin que ces textes sont antérieurs aux évènements politiques et économiques qui ont marqué l’année 1994 (soulèvement dans le Chiapas le 1er janvier, assassinat du candidat du PRI à la présidence de la République en mars, dévaluation et crise financière en décembre) et remis en question la viabilité de la voie économique suivie et le pouvoir politique. Cette crise nationale semble cependant, comme la crise économique des années quatre-vingt, avoir un impact territorial hétérogène, les zones de la Frontière et du Nord exportateur conservant un dynamisme contrastant avec le reste du Pays.

18L’ouvrage est organisée en trois parties, qui regroupent des textes dans une géométrie différente de celle de la Table Ronde.

19La première partie, “ Mutations économiques”, est centrée sur le marché du travail, le développement d’un nouveau paradigme de production, les types d’organisation industrielle et de réseaux d’entrepreneurs, et sur le rôle essentiel joué par les systèmes de formation-capacitation.

20Jaime Marques Pereira (“Flexibilité du travail et développement au Mexique : les leçons du boom économique de la région frontalière des États-Unis”) s’interroge sur le succès de la production flexible et sur l’évolution du travail dans la région frontière, et cerne, au-delà de la diversité des innovations organisationnelles, la logique d’ensemble de la gestion du travail en s’appuyant sur une enquête menée dans le Chihuahua.

21Odile Castel (“Deux mondes industriels au Mexique : les grands groupes de Monterrey et les PME de Guadalajara”) étudie les comportements de groupes industriels dans un État frontalier (à Monterrey, dans le Nuevo Leon) où ils s’internationalisent, et dans un État du centre-Ouest (à Guadalajara, dans le Jalisco) où les PME s’oriente vers la sous-traitance pour les firmes étrangères régionales ; elle montre qu’une organisation industrielle du type de Monterrey (groupes intégrés, structure centralisée) peut encore être très dynamique, alors que de nombreux auteurs tendent à faire des districts industriels la nouvelle voie pour une organisation industrielle performante.

22Hélène Rivière d’Arc (“es réseaux d’entrepreneurs dans le Nord du Mexique ont-ils besoin de l’État ?”), relève que la société du Nord mexicain, en fonction de son histoire, semble avoir réuni mieux que d’autres les conditions pour brûler les étapes, et que ce sont les réseaux sociaux qui constituent les instruments clefs des synergies locales. A partir de l’étude de l’état de Chihuahua, elle identifie plusieurs groupes et sous-groupes de nouveaux entrepreneurs, de nouvelles relations économiques et sociales fondées sur des réseaux. Une nouvelle couche d'entrepreneurs dans cette région du Chihuahua (et du Texas) qui “gagne” émerge grâce à l'allégeance sociale et à la dépendance financière vis-à-vis des grands groupes. La région obéit simultanément aux logiques des multinationales, de la flexibilité et de l'informel.

23Jorge Carrillo et Jean Revel-Mouroz (“La liaison secteur éducatif et industrie maquiladora à la Frontière nord du Mexique”) analysent les changements dans l'articulation entre entreprises d'assemblage pour l'exportation, les “maquiladoras”, et systèmes de formation-capacitation des ouvriers, techniciens, cadres, ingénieurs, dirigeants. A partir d'enquêtes en Basse Californie et à Ciudad Juarez, ils montrent que l'industrie maquiladora est à la base d'une plus grande offre éducative dans le domaine technique et qu'en rétroaction l'existence d'une structure de formation adaptée est un facteur important de localisation industrielle et de développement local.

24Virginie Baby (“Formation technologique, recherche et entreprise : le cas de l'ITESM de Monterrey”) présente l'Institut Technologique et d'Études Supérieures de Monterrey, comme le fer de lance du Groupe industriel de cette ville dans la reproduction des couches dirigeantes, et la réponse aux demandes des entreprises de personnels très qualifiés. Le développement de la recherche appliquée a permis à l'ITESM de devenir chef de file d'un programme de contrôle de qualité pour l'entreprise Ford et ses sous-traitants au Mexique.

25La deuxième partie, “ Les changements socio-démographiques”, pose le problème de l'existence d'une identité démographique de la Frontière Nord, ce qui suppose de la replacer dans le cadre des dynamiques démographiques de l'ensemble du Mexique, d'un double point de vue, celui du régime démographique et celui de la migration internationale.

26Daniel Delaunay (“Quelques identités démographiques de la Frontera Norte mexicaine”), interroge le dernier recensement mexicain de 1990 sur les singularités et les identités des populations frontalières en construisant une “ébauche d'atlas” grâce à l'utilisation du Système d'Information Géographique mis en place par le COLEF et l'ORSTOM. Il identifie des espaces démographiques frontaliers traduisant la similitude de comportements, surtout reproductifs et migratoires, mais avec de nettes discontinuités fractionnant les 3 000 km de contact avec les États-Unis. Si la Frontière est souvent à la pointe des évolutions démo-économiques, les villes frontalières sont conformes aux tendances nationales.

27Marie Eugénie Cosio-Zavala (“Quelques résultats du recensement de population de 1990 : dimensions régionales de la transition de la fécondité au Mexique”) mène une analyse statistique et cartographique, notamment pour la nuptialité et la baisse de fécondité, concluant à la diversité des régimes démographiques des régions mexicaines. Le Nord, au-delà de l'axe Guadalajara-Monterrey, prend rapidement le relais des changements démographiques qui en général débutent dans la ville de Mexico et bénéficie d'un apport migratoire constituant un levier puissant de transformation.

28Carole Brugeilles (“Les sources de données pour une étude “régionale” de la fécondité dans le nord frontalier du Mexique”), pose le problème des études régionales en démographie, encore peu développées au Mexique. À partir d’une analyse critique des différentes sources, sources nationales (recensement. État civil, données du ministère de la Santé, enquêtes de fécondité) et sources spécifiques au Nord du Mexique (enquêtes démographiques, en milieu hospitalier, socio-économiques..), elle conclue à la possibilité de délimiter des espaces de relative homogénéité de la fécondité et d’expliquer les comportements différentiels à partir des itinéraires migratoires, des situations familiales, des conditions locales d’application des programmes de planification familiale.

29Norma Ojeda (“Perfil sociodemografico de la poblacion femenina en Tijuana y uso de servicios medicos en salud reproductiva : el caso del IMSS en Tijuana”) se propose de mettre en évidence certaines contradictions entre les niveaux de développement économique de la région frontière et le retard dans la production de bénéfices sociaux qui devraient résulter de ce développement. Observant un sous-groupe de travailleuses de Tijuana, elle démontre que si les femmes de la frontière ont des niveaux d’éducation et des taux de participation à la vie économique plus élevés qu’ailleurs, il y a relativement plus de femmes qui vivent dans des situations maritales leur procurant une protection légale moindre et une plus grande instabilité conjugale, situation encore plus généralisée à Tijuana que pour le reste de la frontière.

30Jorge Santibañez Romellon (“La Frontera Mexico-Estados Unidos como observatorio de flujos migratorios internationales”) présente de manière préliminaire une nouvelle stratégie d’observation des flux migratoires du travail entre le Mexique et les États-Unis, avec la mise en place d’un “observatoire frontalier”. Les migrants internationaux sont conceptualisés comme unités en mouvement dans un temps déterminé et sont captés au moment de leur déplacement dans une direction déterminée. Quatre populations sont observées : migrants venant du sud, migrants revenant des États-Unis, migrants venant des villes frontières mexicaines vers d’autres localités, migrants renvoyés par la patrouille frontalière. Cette méthodologie s’est révélée réellement applicable, et permet d’identifier les migrants en circulation, et d’éclairer certains phénomènes comme une segmentation des marchés du travail et des réseaux sociaux entre Ouest et Est et comme une claire différenciation entre migrants cherchant à travailler seulement à la Frontière ou seulement aux États-Unis.

31Guillermo Aramburo Vizcarra (“Transmigracion legal en la Frontera México-Estados Unidos”) analyse à partir de recherches menées dans neuf villes frontalières, une catégorie particulière de migrants, les transmigrants légaux ayant leur résidence au Mexique et travaillant aux États-Unis. Il met en valeur le rôle important de ces migrants dans le développement régional en raison du flux de devises qu’ils engendrent vers le Mexique et de leur part élevée dans la consommation dans les villes frontalières.

32Jorge Tamayo (“La “Modernizacion” mexicana y el previsible fin del estatu quo migratorio entre México y Estados Unidos”), soutient que le modèle ancien de migrations de travailleurs mexicains fonctionnant depuis 1965 au bénéfice des travailleurs illégaux et de leurs employeurs, avec finalement un laisser-faire des gouvernements, est sur le point de s’achever. La montée des actions conflictuelles traduit le fait que les États-Unis ont désormais la perception que la migration mexicaine met en péril leur système et que le seuil “d’acceptabilité” sociale est franchi. Les tendances à une croissance du contrôle sélectif des migrants pose au Mexique le problème de contenir son émigration en réactivant son économie, mais en tenant compte de certains effets destructueurs de l’ouverture économique.

33Annick Treguer (“Militarisation de la Frontière États-Unis-Mexique”), à partir d’observations faites dans les deux Nogales et à Nuevo-Laredo-Laredo, s’interroge sur les missions de la “Border patrol” et sur les causes et conséquences de la mentalité d’état de siège qu’elle relève à la frontière Mexique-États-Unis, à la veille pourtant de l’adoption de l’Accord de Libre échange nord-américain.

34La troisième partie, “Les mutations territoriales” porte sur différentes dynamiques qui modifient constamment l’organisation spatiale des zones de la frontière nord, et combine les approches géographique, économique et socio-poli-tiques pour expliquer les systèmes territoriaux observés. Une place importante y est donnée aux dynamiques urbaines caractéristiques de la zone frontière. Elle comprend également des éléments méthodologiques nouveaux visant à intégrer les dimensions de l’environnement dans l’analyse des mutations territoriales.

35Alain Vanneph (“Villes frontalières Mexique-États-Unis”), part de l’une des grande spécificité de la Frontière Mexique-États Unis, le système socio-spatial original des “villes-jumelles”, où les interactions multiples transforment peu à peu un double espace modulaire en un espace réticulaire unique qui banalise et tend même à efffacer la fracture politique. Sa première approche de “ville et frontière” montre le passage d’une situation d’évolution parallèle de doublets urbains dissymétrique à une dynamique de complémentarité et d’interaction où les relations deviennent systèmiques avec l’interrelation entre flux des migrations, des localisations industrielles, du tourisme commercial, de l’information et de l’éducation : c’est un véritable système urbain bi-national et même transnational qui est induit, avec une spécialisation fonctionnelle des villes de part et d’autre de la frontière. Une deuxième approche, celle de “la frontière dans la ville”, appliquée en particulier à la métropole transfrontalière de San Diego/Tijuana, insiste sur la “mexicanisation” des villes frontière nord-américaine et sur la globalité de la problématique de la gestion urbaine, notamment en termes de ressources en énergie et eau et en termes de risques pour l’environnement.

36Jean Rivelois (“Organisation sociale et politique du logement. La ville de Chihuahua à la Frontière Nord du Mexique”) étudie la ville de Chihuahua dont l’intérêt réside dans la décomposition-recomposition des structures locales politiques, sociales et spatiales sous l’effet d’un fort développement industriel impulsé principalement par les industries maquiladoras. Il analyse les interactions entre secteur public, secteur privé et secteur “social” face à la question de la planification urbaine, notamment pour la création de parcs industriels, de logements et pour la régularisation foncière. Les pouvoirs publics concentrent une grande part de leurs moyens dans le développement des parcs industriels, les groupes industriels demandent à l’institution parapublique INFONAVIT de construire les logements des travailleurs, tandis qu’une organisation de base comme le Comité de Défense Populaire contrôle socialement les populations qui s’installent sur des terres envahies. Par la pratique clientéliste publique, patronale, syndicale et sociale, le sytème mexicain manifeste sa capacité d’intégration, renforcée paradoxalement par l’alternance politique PAN/PRI à l’échelle locale.

37Michel Portais (“Frontière Nord-Sud et modèles spatiaux : Valle de Mexicali-Imperial Valley”) périodise un siècle d’aménagement du delta du Rio Colorado, pour expliquer les différences de paysages aujourd’hui flagrantes de part et d’autre de la frontière. Dans une première phase 1896-1935. la mise en valeur par irrigation se fait avec une emprise presque totale des réseaux de force centrés sur les États-Unis (capitaux, polarisation cotonnière, main d’œuvre chinoise..) ; dans une seconde période 1935-1982, la création d’une zone franche frontalière et l’application de la réforme agraire provoquent une dynamique de mexicanisation, d’intervention fédérale, de peuplement mexicain. Cependant le développement des maquiladoras dans les années soixante-dix pousse au retour à d’autres logiques d’organisation de l’espace. Logique des réseaux des grandes sociétés, des maquiladoras industrielles et agricoles et logique des groupes régionaux mexicains se superposent dans la constitution d’un ensemble “Grande Californie” où la présence démographique mexicaine tend à l’emporter (la région du delta du Colorado est déjà peuplée à 95 % de mexicains).

38Nora L. Bringas Rabago (“Frontera y Turismo o las Fronteras del Turismo”) analyse l’importance économique qu’a le tourisme pour le Mexique et pour la région frontalière en particulier, tant du fait du nombre des visiteurs que du volume des devises captées. Un fait majeur est que le quart des touristes entrant au Mexique est d’ascendance mexicaine, et que la moitié des touristes américains viennent des deux états frontaliers Californie et Texas, ce qui illustre l’importance du facteur proximité, encore plus important dans les villes de la frontière. Le poids économique du tourisme est méthodologiquement difficile à mesurer sur la frontière même, du fait qu’y coïncident tourisme classique et visites de courte durée dans les deux sens. Le bilan économique de ces échanges, saisi comme bilan des “transactions frontalières”, varie selon les villes de la frontière et est globalement négatif (aux dépens du Mexique), alors que le bilan du tourisme classique est positif.

39Alain Winckell et Michel Lepage (“Les études concernant la gestion de l’environnement frontalier Mexique-USA dans le SIGEF-Système d’Information Géographique de la Frontière Nord”) présentent un état d’avancement d’un projet d’évaluation des ressources renouvelables, de leur utilisation et de leur dynamique afin de réaliser un diagnostic de la gestion de l’environnement du côté mexicain de la frontière, en particulier d’évaluer les risques majeurs pouvant affecter la ville de Tijuana. Après avoir présenté les différentes données contenues dans les bases, les auteurs donnent quelques exemples de traitements infographiques, tels que modèle numérique de terrain, carte climatique californienne, topographie de ville, le cas de Tijuana, ou encore traitement combiné de l’humidité et de la végétation dans le delta du Colorado. Ces traitements montrent les nettes oppositions entre partie américaine et partie mexicaine dans différents domaines.

Auteur

Directeur de Recherche au CNRS/CREDAL co-responsable de l’ASP

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter