Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

Introduction

La frontière Mexique-États Unis : un projet de recherche

Pierre Gondard

Texte intégral

1Cette Table Ronde des 9 et 10 novembre 1993 est un séminaire d’étape, prévu dans le contrat de projet passé avec nos organismes de recherche, CNRS-ORSTOM, et avec le MRT, aujourd’hui MESR, qui financent nos travaux.

2Voilà deux ans, nous avions proposé une Action Spécifique Programmée (ASP) au Comité de Pilotage ORSTOM/CNRS. Cette initiative correspondait à un souci de rapprochement institutionnel et de renforcement mutuel entre des équipes travaillant dans une même aire géographique, sur des thématiques complémentaires, avec une problématique commune. Notre projet a été retenu. Devant sa qualité, et peut-être son ampleur, le Comité de l’ASP nous a invité à le présenter au MRT pour tenter d’élargir, si peu que ce soit, la base de notre financement. Nous nous sommes engagés à organiser deux séminaires, un séminaire d’étape, la table ronde d’aujourd’hui, ainsi qu’un séminaire de rendu de projet et de conclusions.

3Notre recherche se fait en partenariat, c’est-à-dire non seulement en accord avec, mais en commun avec des collègues d’institutions mexicaines, principalement du Colegio de la Frontera Norte-COLEF et du Colegio de México-COLMEX. Trois collègues de l’ORSTOM et trois doctorants ORSTOM/Université de Paris X et Paris III sont accueillis depuis deux ans par le COLEF à Tijuana et à Monterrey. L’Université et le CREDAL ont par ailleurs d’autres accords avec d’autres partenaires, qui prévoient échanges et accueils réciproques. C’est donc, mieux qu’une heureuse coïncidence, une bonne coordination de ces moyens et un nouvel appui institutionnel de l’ORSTOM et du CNRS qui font que plusieurs collègues mexicains sont à Paris en ce moment et avec nous aujourd’hui. Cela correspond bien à notre volonté de recherche commune et enrichira la qualité de nos débats.

4Ces débats, que vont-ils être ? Je laisserai J. Revel-Mouroz présenter de façon plus détaillée les thèmes qui organisent notre recherche sur les populations et leurs migrations, sur l’espace et sa structuration, sur les pouvoirs et leur recomposition, pour faire simplement une remarque préliminaire. Votre sagacité de chercheur aura noté la différence entre le titre de l’ASP et celui de la Table Ronde. D’une part “La Frontière Mexique États-Unis, Processus d’Intégration et d’Internationalisation dans les Régions de la Frontière Nord et du Centre-Ouest Mexicain”, d’autre part “La Frontière Mexique/États-Unis : Mutations Économiques, Sociales et Territoriales”. Entre les deux, il y a un degré de moins : la Table Ronde est orientée sur l’observation des mutations en cours, l’ASP évoque l’intégration et l’internationalisation. Les mutations en cours, quelles sont-elles ? Vers où conduisent-elles ? Il s’agit bien d’une étape dans la réflexion.

5Quelle est cette frontière ?

6La Frontière entre le Mexique et les États-Unis : une ligne ou un espace ? Le champ dans lequel s’exerce le plus immédiatement les transformations que nous observons dans le processus d’intégration du grand marché Nord-Américain était circonscrit originellement à la région frontalière, celle des facilités douanières et des échanges de capital et de main-d'œuvre, le royaume des Maquiladoras. Avec la perspective de la signature prochaine du traité de libre-échange nord-américain, c’est tout le territoire mexicain qui se trouve concerné. Peut-on étendre à l’ensemble du pays la notion de frontière ? L’illogisme est évident, et pourtant...

7Au delà de l’association des trois pays du continent nord-américain, n’est-ce pas un lien structurel qui se crée entre pays du Nord et pays du Sud et qui fait, ou ferait, du Mexique dans son ensemble une “nouvelle frontière” entre le Nord et le Sud ? Cet ensemble n’est pas encore consolidé vers le Nord, que déjà des accords préférentiels veulent lier le Mexique, le Vénézuela et la Colombie au Sud. Lors d’une mission à Tijuana, des collègues, des amis mexicains se plaisaient à évoquer en forme de boutade la difficulté des classements internationaux conventionnels : le Mexique est-il un pays du Tiers Monde ? ou est-il “le dernier” pays du Premier Monde ?

8Nous voulons essayer de dégager des lois, de comprendre les processus à l’œuvre. L’élargissement dans son double sens d”’extension” et de “liberté”, de la frontière Mexique/États-Unis, est exemplaire à bien des égards. C’est pourquoi nous avons été amenés à travailler dans ce laboratoire des relations Nord/Sud. Quelle formalisation peut-on faire des processus en cours ? Quels modèles pourraient en rendre compte ?

Auteur

Directeur de Recherche à l’ORSTOM, Co-responsable de l’ASP

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter