Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Quatrième partie. Guadalajara et Monterrey : (re)construire un espace de centralité monumentale

Ouverture de nouvelles places : images, pratiques et acteurs

Volltext

Images et fonctions urbaines

1Sur les plans des deux principales métropoles régionales mexicaines, une grande place en longueur marque le coeur de la ville et rompt la continuité du plan en damier de l’espace historique. Mais les images urbaines, comme les fonctions des nouveaux espaces créés, sont néanmoins profondément distinctes. A Monterrey, si la Gran plaza n’est pas devenue un CBD réunissant les sièges des groupes industriels locaux, elle est aujourd’hui bordée d’édifices monumentaux des administrations et de services culturels. Ces immeubles sont moins hauts et moins denses que ceux apparaissant sur les premières maquettes mais ils construisent une image d’un coeur neuf pour une métropole moderne, qui peut être comparé à certains quartiers centraux de villes des Etats-Unis proches. Cependant, l’ostentation des sièges sociaux et des édifices des casas de boisa et des banques rassemblées dans le secteur des Corporativos du municipe de Garza García relativise cette première impression en replaçant les édifices localisés autour de la Gran plaza au niveau d’une architecture institutionnelle assez courante au Mexique. A l’exception du Marco, c’est plus la réunion sur un même site autour d’un immense espace ouvert d’immeubles d’administrations ou de services culturels que leur monumentalité ou la qualité de l’architecture qui fait de la Gran plaza un espace sans équivalent au Mexique.

2L’image de la Plaza tapatía est bien différente : de petits immeubles avec des commerces en rez-de-chaussée présentent une même image qui cherche par un traitement des façades, des couleurs, par le mobilier urbain, à recréer les signes d’un espace urbain historique. Les promenades reliant les diverses places peuvent être assimilées à de nouvelles rues piétonnes bordées d’espaces commerciaux. Les échelles sont aussi très différentes, la démesure de la Gran plaza et l’existence d’une perspective unique écrasent les quelques monuments historiques et la cathédrale, alors que dans le cas de Guadalajara non seulement les monuments mis en perspective sont plus massifs mais les espaces ouverts sont beaucoup moins amples et organisés en plusieurs places reliées par des promenades bordées de petits immeubles.

3A une autre échelle, on retrouve un traitement similaire des espaces publics : monuments intentionnels mobilisant les mânes des héros locaux et des fondateurs de la ville, fontaines et plans d’eau qui sont généralement absents des places traditionnelles. Générosité dans l’usage de l’eau qui dans le contexte de Monterrey prend une signification encore plus importante, soulignant la victoire de la ville contre la sécheresse du milieu. Le traitement des espaces est plus intimiste à Guadalajara, alors qu’à Monterrey les espaces ouverts dominent.

Pratiques urbaines : d’abord l’ouverture de jardins publics en centre-ville

4Le succès des nouveaux espaces d’activités créés autour des places est fort relatif. Mais dans les deux villes, les jardins, promenades et espaces publics sont amplement utilisés par la population. Les places sont devenues le lieu de promenade, de rencontres, de jeux d’enfants, mais aussi l’occasion de pique-niques et d’excursions de fin de semaine. Il s’agit essentiellement d’une appropriation des nouveaux espaces par des familles populaires. Dans les deux villes, les entretiens avec des responsables techniques font apparaître un double discours concernant cette appropriation : d’une part elle est présentée comme un succès de l’opération de rénovation, mais d’autre part, les responsables soulignent le danger d’une perversion de la qualité des nouveaux espaces par la difficulté de contrôler la prolifération à certaines heures et en fin de semaine de vendeurs - réellement ambulants - d’antojitos ou de glaces, types urbains qui constituent des signes des usages et des espaces populaires des centres, fort éloignés de la remise en ordre paysagère conçues par les concepteurs des nouvelles places.

5Situées à proximité de quartiers populaires du centre, les nouvelles places sont naturellement utilisées par ces populations mais aussi par des habitants de l’ensemble de la ville comme des parcs publics, la présence de fontaines et de plans d’eau, de nombreux bancs, la qualité du traitement et de l’entretien en font, dans les deux cas, des lieux de promenade recherchés. Cependant, cette fonction est problématique car elle ne correspond pas au type de réinvestissement des espaces urbains souhaités par les promoteurs des zones de rénovations. La fonction de lieu de diversion pour classes populaires est une fonction repoussoir, à l’image de la fréquentation le dimanche du parc de Chapultepec dans la ville de Mexico, par les familles et les employés de maison souvent évoquée comme exemple d’un type de fréquentation rejeté. Les commerçants ayant pris place le long de la Plaza tapatía se plaignent de la relative faiblesse du niveau des acheteurs en dépit de la grande fréquentation de la place, la proximité du marché renforçant ici la présence de la foule.

6Il faut rappeler qu’au Mexique, l’ensemble des espaces verts et des espaces publics aménagés fait l’objet d’une fréquentation dense. Dans d’autres contextes les urbanistes et architectes peuvent tenter d’apprécier l’efficacité des traitements des espaces par la densité de la fréquentation. Mais dans les villes mexicaines, la densité de population, la faible disponibilité d’espaces verts, l’exiguïté des logements et la recherche d’espace de diversion par les familles n’ayant pas les moyens de quitter la ville les fins de semaine créent en quelque sorte une pénurie d’espace disponible. Dans ce contexte une telle mesure n’est plus opératoire. Il est possible d’observer, dans certaines villes, l’installation de nombreuses familles pour un pique-nique du dimanche, sur des ronds points de voies rapides périphériques traités en pelouse, ou dans les jardins publics situés au sein de lotissements de classes moyennes ou aisées. De plus, quels que soient leurs aménagements, les parcs et jardins du centre sont amplement fréquentés par les familles populaires.

7Pour Guadalajara, on peut d’ailleurs considérer que la Plaza tapatía constitue la synthèse d’une double tradition locale : d’une part, l’ouverture de nouvelles places en centre-ville, et, d’autre part, la construction de parcs publics aux limites du tissu urbain dense. Il faut en effet rappeler le précédent de la « croix » de places mais aussi la création d’importants parcs publics dans les années 1960 ; parcs et jardins, qui contribuèrent à la réputation de qualité de l’espace urbain de Guadalajara. Au sud du centre, le parc Agua Azul, en limite de l’avenue Independencia, établit un espace de transition entre le secteur Libertad et les zones industrielles. Ce parc existant depuis le début du siècle fut réaménagé et étendu dans les années 1960 par la réalisation de la place Juarez sur 40 000 m2 de terrains de la gare. Au Nord, à la même époque fut ouvert le parc Alcalde, grâce au réaménagement d’une décharge sauvage.

8Pour les classes populaires ou les « gens de peu » (Sansot, 1992) l’ouverture de nouveaux espaces publics constitue une ressource à intégrer dans des pratiques familiales, qui réadaptent avec une grande facilité des espaces certes prévus pour la promenade, mais dont le traitement semble appeler plus le repli sur soi du promeneur affairé ou de l’acheteur de centre commercial que l’être ensemble bruyant et joyeux des familles en sortie du dimanche, suivies par leur cortège de vendeurs. On pourrait dire que tout espace vert, et même tout espace public ouvert est transformé par les pratiques en jardins publics, au sens de Pierre Sansot (1993), à l’opposé de la tendance inverse, de transformation des jardins publics en espaces verts, présente dans la pratique de nombreux architectes, en particulier en France.

9Alors que les espaces ouverts étaient limités aux anciennes places centrales dont le traitement monumental ne permettait pas toujours un usage de promenade et de diversion, et même si leurs concepteurs souhaitaient leur donner une autre signification, les nouvelles places constituent d’abord l’ouverture d’amples jardins publics au centre de la ville. En ce sens, les déclarations des gouverneurs à l’origine des projets se flattant d’avoir offert aux citoyens de la ville de vastes et agréables espaces publics aménagés, parsemés d’oeuvres d’arts et de monuments à haute valeur civique, ne sont pas seulement des justifications creuses. Malgré une intention, explicite ou implicite, d’éloigner l’image du centre populaire du coeur de la ville, il y a bien eu appropriation par les populations : une utilité sociale des nouveaux espaces créés peut donc être revendiquée.

10Les espaces ouverts créés ne sont pas seulement un élément de scénographie pour les monuments historiques et les nouvelles constructions, ils sont aussi au contact de la population. Malgré la rénovation, l’expulsion de fonctions urbaines populaires, la relégation, à Guadalajara, du marché à l’extérieur du plan masse, le centre est le lieu d’un contact entre une certaine forme d’expression des pouvoirs politiques et économiques, qui remodèle l’espace central, et la population des quartiers populaires. Les pratiques anciennes liées aux espaces détruits n’existent plus, mais une nouvelle fréquentation se met en place qui ne se limite pas à la fréquentation des services ou des commerces situés autour des nouvelles places.

Acteurs économiques locaux et espaces centraux

11L’analyse des actions d’aménagement des espaces centraux a permis de mettre en évidence des modalités différentes de relation entre acteurs publics et privés, mais aussi entre la société locale et l’espace urbain central. A Monterrey, la Gran plaza constitue, à l’exception de quelques rues piétonnes, la première action importante de réaménagement du centre, à Guadalajara la Plaza tapatía doit être analysée en continuité d’une série d’actions sur le centre depuis les années 1940. De plus les objectifs assignés aux opérations de rénovation sont différents : unifier la centralité politique et économique dans le cas de Monterrey et étendre un système de places centrales vers la partie populaire du centre tout en construisant un nouveau type de centre commercial à Guadalajara.

12On a noté les différences de structure des élites économiques locales, mais il faut aussi souligner les grandes différences de comportement dans leur relation à la ville et à l’espace urbain. Tout se passe comme si, pour les groupes de Monterrey, la ville était d’abord un espace de production. L’industrialisation précoce a instauré une imbrication entre espace de la production et lotissements ouvriers. Jusque dans les années 1970, une partie de l’espace central reste valorisée sur une base fonctionnelle comme espace d’inscription à la fois de certains services, des commerces et des pouvoirs publics même si des implantations dans les périphéries se sont développées depuis les années 1950. Mais, lorsque les stratégies d’entreprises poussent au regroupement des activités de gestion dans des sièges sociaux monumentaux, un nouvel espace est créé en périphérie à distance du centre de la ville. Le projet de la Gran plaza ne fut pas appuyé par les principales forces économiques de la ville, alors même que les pouvoirs publics souhaitaient inscrire les grands groupes dans un nouvel espace fonctionnel localisé au centre-ville, et fondaient une stratégie de mutation et de réinvestissement de l’ensemble de l’espace central sur l’effet d’entraînement de la présence des activités de direction autour d’une nouvelle place. Ce projet visait donc à réconcilier l’activité économique et le coeur de la ville, dans un contexte où la pauvreté du tissu urbain et la rareté des travaux d’aménagement du centre contrastaient très fortement avec le rang de la ville ; métropole industrielle souhaitant réaffirmer sa vocation internationale.

13Or, les groupes industriels ne semblent accorder à l’espace urbain dans son ensemble qu’une valeur d’usage. La qualité architecturale de leurs sièges monumentaux semble suffisante pour ancrer leur image et aucune valeur de prestige n’est liée à la qualité globale de l’espace urbain. La gestion urbaine de l’agglomération est laissée aux pouvoirs publics, même si certains hommes politiques locaux ont des liens importants avec les grandes familles industrielles. Les groupes possèdent la puissance financière et le poids nécessaire pour ne pas dépendre pour la promotion d’immeubles de prestige, des opportunités offertes par les pouvoirs publics. Leur essor et leurs activités reposent en grande partie sur leur bonne relation avec le gouvernement fédéral et non sur une connivence avec les gouvernements de l’Etat et les pouvoirs locaux que leur poids national leur permet d’affronter. Si les groupes de Monterrey entretiennent globalement de bonnes relations avec le pouvoir fédéral, ils n’ont jamais reculé devant des épreuves de force et des affrontements au niveau national ou local. Inversement les gouverneurs, dont certains se pensaient dans une étape de carrière nationale ascendante, ont à démontrer leur capacité d’autonomie par rapport aux groupes industriels, dans un jeu complexe qui passe souvent par une démonstration symétrique de leur capacité d’autonomie par rapport à la ville de Mexico.

14Par ailleurs, le projet de Gran plaza semble intervenir trop tard, non pas tant, on l’a vu, à cause de la crise de 1982, mais, parce que les décisions de localisation sont déjà prises et que d’autres investissements publics, plus importants que les fonds mobilisés pour la Gran plaza - et dont une partie provient de crédits fédéraux - accompagnent et rendent possible, par l’introduction de nouvelles voiries et de services, la construction d’une ville des affaires dans le municipe de Garza García.

15Plus récemment, on peut percevoir une réconciliation entre les acteurs économiques et l’espace central autour du Marco, et dans une moindre mesure des projets liés à CINTERMEX. Mais plus qu’un nouvel intérêt pour la Gran plaza et le tissu urbain dense, il s’agit vraisemblablement de la traduction des bonnes relations entre les représentants des pouvoirs économiques et des pouvoirs politiques pendant la période saliniste, caractérisées par un intérêt spécifique du pouvoir fédéral pour la ville de Monterrey. De plus, la participation privée est limitée et date d’une époque où la ville des affaires - secteur des Corporativos de Garza García - était en extension rapide. Plus de 10 ans après l’inauguration de la Gran plaza, la séparation entre les espaces d’inscription des pouvoirs publics et privés s’est renforcée, et la Gran plaza est devenue un espace de réorganisation et de mise en scène de l’inscription urbaine des pouvoirs politiques et administratifs.

16Alors que l’espace de référence des groupes de Monterrey semble être à la fois réduit au siège social, à l’usine et au lotissement de luxe, d’une part, et que, d’autre part, l’espace des affaires est étendu à tout le Mexique ou au monde entier, les élites locales de Guadalajara accordent une place plus importante à la ville comme symbole de l’harmonie de la société locale. A Guadalajara, les représentants de secteurs économiques beaucoup moins puissants, essentiellement liés à des anciennes familles de commerçants reconverties dans des productions industrielles pour desservir la ville et la région, dominent la scène locale, les entreprises étrangères concentrant leur relation avec les pouvoirs politiques sur l’aménagement des espaces de l’activité. L’identification entre les élites locales et l’espace urbain est ici beaucoup plus fort.

  • 1 Le Conseil de collaboration municipale, créé en 1943, deviendra un modèle pour la mise en place d’ (...)

17Daniel Vazquez (1990 : 171) rappelle qu’à Guadalajara, les élites traditionnelles se sont contentées de vivre bien en utilisant la terre ou le commerce comme source de rente, et qu’ils ont « fait essentiellement de leur ville, un lieu pour vivre ». Après une période de conflits pendant les premières années du régime issu de la révolution, la réconciliation a été possible grâce à des institutions de participation à la gestion de l’espace urbain1. L’intervention sur le centre s’est faite en harmonie avec les représentants de l’initiative privée. Les propriétaires mais aussi de nouveaux investisseurs contribuèrent à la constitution d’un nouvel espace. Certes, ce ne sont pas des fonctions centrales qui se localisent autour de la Plaza tapatía. Celle-ci est plutôt à analyser comme la constitution d’un centre commercial avec une modalité spécifique de promotion intégrant les propriétaires et les acteurs économiques locaux.

18Le centre historique et ses extensions vers l’ouest s’est maintenu non seulement comme un espace valorisé pour les activités commerciales et tertiaires, mais aussi dans les pratiques et dans une certaine mesure les stratégies de résidence. Alors qu’à Monterrey, la ville de la modernité et de l’essor économique s’est construite à distance du tissu urbain existant comme une annexe à l’implantation de lotissements de luxe, à Guadalajara ces fonctions se sont réparties dans l’espace urbain de l’ouest de la ville, à la périphérie mais aussi dans l’ouest de l’espace central. En ce sens, si l’opposition dans les représentations et les pratiques entre le centre valorisé et le centre populaire est très forte, une continuité notable existe entre le centre valorisé, et ses extensions à l’ouest, et les espaces périphériques de l’ouest de la ville.

19A Guadalajara, la tradition de coopération entre les secteurs privés et publics pour la qualité des espaces publics est d’une certaine façon pervertie par la réalisation de locaux commerciaux autour de la Plaza tapatía. Traditionnellement l’alliance entre acteurs publics et privés prenait la forme, d’une part, de l’ouverture de nouveaux espaces publics impulsant la valorisation du centre-ville et, d’autre part, de percées urbaines qui permettaient une valorisation immédiate de certains terrains sur lesquels intervenaient des promoteurs ou spéculateurs locaux. La Plaza tapatía unit ces deux traditions, en les intégrant au sein d’un nouveau type d’espace hybride public/privé, qui utilise les espaces monumentaux pour cadre d’un centre commercial situé en centre-ville. Les espaces libres ne sont pas fermés par des portes, comme dans les plazas de la périphérie ; mais ils sont néanmoins très strictement délimités par un traitement spécifique de l’image urbaine. De plus, cet espace est en grande partie géré par l’association des propriétaires qui financèrent 40 % du programme. L’espace de la Plaza tapatía est aussi hybrique par ses fonctions. Il y a bien reconstruction d’un tissu urbain qui par ses volumes et couleurs cherche à s’intégrer dans l’espace existant. Mais par son image, l’uniformité du traitement des façades et des espaces publics, celui-ci apparaît comme un quartier spécifique, tant par rapport à l’ouest du centre - où il est possible de trouver des bureaux dans des locaux de meilleure qualité - que par rapport à la zone de San Juan de Dios. Le pôle principal d’activités commerciales est rejeté derrière des façades qui sont restées pendant longtemps une simple mise en scène.

20A Monterrey, il existe bien un sous-espace du centre où se sont maintenues des fonctions commerciales plus valorisées (au sud ouest de la Gran plaza), mais le reste de l’espace central apparaît comme un espace à reconquérir. La dichotomie est ici très forte entre une ville des affaires et le centre où se maintiennent les représentants des pouvoirs publics. L’existence d’un nouvel espace de la centralité tertiaire et de commerce de haut de gamme stérilise la partie du centre qui était valorisée jusqu’au début des années 1980. Les anciennes tours de bureaux ne sont pas remplacées par des immeubles modernes - à l’exception d’un petit secteur hotelier - et une grande partie des activités de services liées à la vie des affaires ont migré vers Garza García.

21Analysée non plus à partir des discours et de l’intentionnalité proclamée mais en considérant les réalisations concrètes, la Gran plaza apparaît comme un dispositif de réaménagement de l’inscription des pouvoirs publics dans le centre, et la réintroduction d’une monumentalité au centre-ville, qui permet aux pouvoirs publics de rivaliser avec les espaces symboles de la puissance des groupes industriels et de ne pas accepter l’abandon total du centre et la structuration de l’agglomération autour d’une opposition caricaturale entre les sièges des pouvoirs publics localisés au sein d’un tissu urbain médiocre et dégradé, et la nouvelle ville moderne et financière au sein de laquelle les symboles des pouvoirs politiques sont inexistants.

Anmerkungen

1 Le Conseil de collaboration municipale, créé en 1943, deviendra un modèle pour la mise en place d’institutions similaires dans d’autres villes mexicaines.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540