Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Quatrième partie. Guadalajara et Monterrey : (re)construire un espace de centralité monumentale

Introduction à la quatrième partie

Full text

« il s’agit (la Plaza tapatía) d’un clou planté au coeur de la ville, ....composé d’immeubles horribles qui n’intéressent personne », Ignacio Diaz Morales, architecte concepteur du premier projet de la Plaza tapatía, Guadalajara.

« La Gran plaza est six fois plus grande que le zócalo de Mexico, cinq fois et demie plus grande que la place du Vatican, cinq fois plus que la place Saint Marc, deux fois et demie plus grande que la place Rouge, ensemble, elles tiendraient presque dans notre place », Alfonso Martínez Domínguez, gouverneur de l’État de Nuevo Leon de 1979 à 1985, Monterrey.

1Au début des années 1980, deux nouvelles places ont été aménagées, par destruction du tissu urbain hérité, dans les centres-villes des deux plus grandes métropoles régionales mexicaines (Guadalajara, Monterrey). Plus que la simple ouverture de nouvelles places, il s’agit de la construction de nouveaux espaces centraux à vocation monumentale mais aussi administrative, tertiaire et commerciale.

2En février 1982, le président de la république José Lopez Portillo inaugura la Plaza tapatía, opération de rénovation reliant les places centrales de Guadalajara à l’hospice Cabañas à l’est du centre ; au total sept hectares et neuf îlots furent affectés. En décembre 1984, Miguel de la Madrid, inaugura la nouvelle place centrale de Monterrey. Cette Gran plaza - ou Macro plaza - occupe le centre d’une zone de rénovation de 40 hectares (31 îlots) et réunit les deux principales places du centre-ville.

3Ces deux projets réalisés à quelques années d’intervalle constituent les deux plus grandes opérations de rénovation et de création de nouveaux espaces publics au centre de villes mexicaines. Les similitudes sont nombreuses, dans les deux cas il s’agit de marquer l’avènement d’une nouvelle étape de l’histoire de la ville, de créer des espaces centraux à l’échelle de la croissance métropolitaine. De nouveaux espaces publics sont ouverts, à partir des places centrales historiques qui constituent le cœur de zones de rénovation. Les deux projets cherchent à mobiliser pour l’intervention publique des investissements privés. Toutefois, il faut souligner de grandes différences qui concernent le type de tissu urbain hérité, la structure urbaine, mais aussi les bases économiques et le contexte des relations entre les pouvoirs publics et les acteurs économiques. Ce chapitre se propose non seulement de présenter la genèse et les modalités de la mise en œuvre des deux projets, mais aussi de les replacer au sein des spécificités des tissus urbains et des modalités de l’intervention publique dans chacune des villes.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Terms of use: http://www.openedition.org/6540