Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Armées et pouvoirs en Amérique latine

 | 
Renée Fregosi

Deuxième partie. Les pouvoirs de l'armée

Venezuela : La « République bolivarienne » d'Hugo Chavez et l'instabilité démocratique

Daniel van Eeuwen

Volltext

  • * Professeur de science politique IEP Aix-en-provence. Directeur du CREALC.

1Note portant sur l'auteur*

AFFICHE DE PROPAGANDE POUR HUGO CHÁVEZ DANS LES RUES DE CARACAS. CLICHÉ : ALAIN MUSSET.

2Depuis son indépendance au début du xixe siècle et jusqu'au milieu du xxe siècle, le Venezuela a été principalement gouverné par des militaires comme le général conservateur José Antonio Paez jusqu'en 1864, puis après l'instauration du fédéralisme, le libéral Antonio Guzman de 1870 à 1888, ou les caudillos de l'État andin du Tachira au tournant du siècle. De 1910 à 1935, le dictateur Juan Vicente Gomez « administre [le pays] comme s'il s'agissait d'un immense domaine agricole » (Barthelemy, 1995 : 413-423).

LES GOUVERNEMENTS CIVILO-MILITAIRES AU CŒUR DE LA MODERNISATION POLITIQUE VÉNÉZUELIENNE

3Un soulèvement d'universitaires, d'intellectuels, d'ouvriers et de quelques militaires voit, en 1928, l'émergence d'une « génération » de futurs dirigeants issus de nouvelles classes moyennes urbaines.

4À partir de 1936, toujours sous la conduite de chefs d'État issus des forces armées, mais désormais élus selon de nouvelles règles constitutionnelles s'amorce un cycle de lutte contre le caudillisme et le gouvernement personnel. Les dirigeants militaires « démocrates » pratiquent l'ouverture politique et le parti d'Action démocratique (AD) fondé en 1935 va participer à la vie publique à partir de 1941. Son chef, Romulo Betancourt, prend la tête d'une junte révolutionnaire civilo-militaire après le renversement du président Medina le 18 octobre 1945.

5Les forces armées qui se sont employées à éradiquer les vestiges d'un militarisme féodal, adhèrent à l'effort de modernisation institutionnelle et économique, tandis que l'AD entend procéder à une « atténuation sociale-démocrate du développement capitaliste » (Arvelo Ramos, 1998).

6Un État interventionniste est mis en place, il procède à une réforme agraire, entreprend une politique éducative en direction des masses et incorpore aux rouages de l'État une nouvelle centrale syndicale émanant du parti d'Action démocratique, la Confédération des Travailleurs vénézuéliens (CTV). Une Assemblée nationale constituante, élue au suffrage universel secret et direct, élabore une nouvelle Constitution qui prévoit que le président de la République sera, lui aussi, désormais élu au suffrage universel et direct.

7De nouveaux partis sont créés, dont le COPEI (Comité d'Organisation politique électoral indépendant, démocrate-chrétien), en janvier 1946. L'AD et le COPEI vont désormais rythmer la vie politique vénézuélienne.

8En décembre 1947, l'écrivain Romulo Gallegos, candidat de l'AD, remporte les élections présidentielles. Mais la tendance au monopole partisan des adecos (membres de l'AD) et des difficultés dans la gestion du pays que les militaires imputent aux civils conduisent au renversement du président Gallegos par l'armée le 24 novembre 1948. Le colonel Marcos Perez Jimenez va bientôt exercer un pouvoir dictatorial tournant le dos aux engagements fondamentaux de 1945 en matière de modernisation et de participation politique. Il refusera notamment de tenir compte des élections favorables à l'opposition à la fin de 1952. À son tour, il est renversé le 23 janvier 1958 par un soulèvement des forces armées agissant conjointement avec les secteurs populaires et étudiants.

9On voit ainsi que, de 1830 à 1958, les militaires n'ont cessé d'être présents sur la scène politique. Et, selon José Vicente Rangel, la participation conjointe des civils et des militaires au pouvoir du 18 octobre 1945 au 23 janvier 1958, en passant par le 24 novembre 1948, serait une constante de l'« étape moderne de la politique vénézuélienne » (Vicente Rangel, 1999). Les événements qui se sont déroulés entre le 4 février 1992 et le 6 décembre 1998 conduisant du putsch au soutien populaire lors de l'élection présidentielle, pourraient s'inscrire dans la même logique.

10On note aussi que les prédécesseurs militaires de l'actuel président Hugo Chavez, qui naît le 28 juillet 1954, ne forment pas un corps homogène. Ils sont issus de plusieurs secteurs : tenants d'une dictature hostile aux civils et à la quête démocratique entreprise depuis 1936, ou partisans au contraire de la modernisation du système politique. Ces derniers, formés au sein de l'Académie militaire, différent des colonels et généraux de montoneras (« troupes rebelles ») ou des caudillos du Tachira venant, à cheval, s'emparer du pouvoir à Caracas.

1958-1998 : DU PACTE DES ÉLITES CIVILES A L'ÉCHEC DU MONOPOLE BIPARTISAN

11Les trois premiers présidents d'après 1958 éviteront le sectarisme des années 1945-1948. Un pacte dit « de Punto Fijo » scellera l'accord entre les élites politiques, économiques, et syndicales qui régira le système vénézuélien pendant 40 ans. Six des huit élections présidentielles verront le pouvoir passer de l'AD au COPEI et inversement, soit une alternance apparente. L'Action démocratique se résout au partage avec d'autres partis, mais bientôt tous ensemble, prenant la volonté des directions partisanes pour la volonté générale, dévoieront le projet démocratique au profit d'un « despotisme bi-partisan ».

12Pendant un quart de siècle (1958-1983), un modèle économique « rentier » permettra de procéder à une certaine redistribution des énormes revenus du pétrole, dont l'exploitation commencée en 1918 fournit l'essentiel de la richesse nationale depuis la Seconde Guerre mondiale (en 1945, le Venezuela est le premier exportateur et sa production dépasse de 73 % celle de l'ensemble du Moyen-Orient).

13Dans les années 50, après la nationalisation et la création de « Petroleos de Venezuela » (PDVSA), la richesse pétrolière sera canalisée vers l'État qui créera de nombreuses entreprises publiques coûteuses et improductives. Les partis au pouvoir adoptent les mêmes politiques : clientélisme grâce aux prébendes et privilèges accordés aux travailleurs d'un secteur public et d'une bureaucratie hypertrophiés, subventions aux produits de première nécessité et assistance aux plus pauvres en échange de leurs votes (Castells, 1999).

14Avec la hausse des cours en 1973, qui coïncide avec l'élection du président adeco Carlos Andrés Perez (1974-1979), il entre dans le pays, selon Manuel Caballero, universitaire et éditorialiste du quotidien El Universal, « tant d'argent que l'on ne sait pratiquement pas quoi en faire ». La consommation des classes moyennes (automobiles, whisky) explose, l'industrie de la construction et la réalisation d'infrastructures routières par l'État deviennent des secteurs-clés. Cette appropriation privée de ressources publiques nourrit la spéculation foncière, immobilière et bancaire, ainsi que le blanchiment des gains de la corruption. Le pays ne diversifie pas son économie et reste dépendant de sa matière première (Reverchon, 1999).

L'amorce de la crise

15À partir de 1983, la chute des cours des hydrocarbures entraînera une crise à laquelle le président Carlos Andrés Perez pensera pouvoir remédier en adoptant, lors de son second mandat (1989-1993), des politiques néolibérales, avant que son successeur Rafael Caldera, investi en 1994, ne recherche un impossible « modèle alternatif » et que s'amorce en octobre 1997 une nouvelle baisse des cours du brut.

16L'année 1983 voit aussi la création par un groupe de jeunes officiers, dont Hugo Chavez, qui en deviendra le leader, du Mouvement bolivarien révolutionnaire 200 (MBR-200), ainsi dénommé car l'on célèbre le 2e centenaire de la naissance du Libérateur.

17C'est au sein de cette « loge » militaire que se prépareront, à partir de 1988, conjurations et programmes de la décennie suivante.

18La dégradation de la situation économique combinant endettement extérieur, dissociation des taux de change au profit des privilégiés, épuisement des réserves monétaires et appauvrissement des couches populaires allait conduire le président Carlos Andrés Perez (« CAP ») à adopter un « programme-choc » inspiré du néo-libéralisme cher au FMI. Ces mesures d'austérité surprirent une population qui avait réélu un président auréolé de la prospérité d'un premier mandat au cours duquel il avait répandu la manne pétrolière. La hausse des prix du transport sera le détonateur d'une émeute urbaine à Caracas le 27 février 1989, soit moins de 10 jours après l'annonce du plan d'ajustement et 25 jours à peine après la prise de fonctions de « CAP ».

19Le Caracazo, qui s'étendra à d'autres villes, verra les plus pauvres saccager et piller les commerces, dresser des barricades et incendier des véhicules. L'état de siège décrété, c'est l'armée qui sera appelée à engager une répression brutale dont le bilan, officiellement de 350 victimes, dépassera sans doute les 1 000 morts.

20Le groupe d'officiers auquel appartient Hugo Chavez ne pardonnera pas aux dirigeants civils de les avoir conduits à cette brutalité pour mettre un terme aux désordres nés de leur incurie et à une « révolte légitime ». Le futur président déclarera : « J'ai vu de mes yeux des enfants, des femmes et des vieillards mutilés, criblés de balles de fusils et de mitrailleuses. »

21Dix ans plus tard, en décembre 1999, lorsque la foule se servira dans les conteneurs alimentaires du port de La Guaira éventrés par un cataclysme, les militaires n'interviendront pas, tout en donnant la chasse à d'autres pillards (Caroit, 1999 : 4).

22Tandis que le gouvernement de technocrates formés dans les universités nord-américaines poursuivait la mise en œuvre de son programme -notamment la privatisation des services publics, la vérité des prix et la suppression des subventions - la corruption et le blanchiment de l'argent dont le Venezuela est devenu une plaque tournante prennent de l'ampleur. L'un des pourfendeurs les plus actifs de l'effondrement de la morale publique sera José Vicente Rangel, journaliste, ancien candidat de gauche aux élections présidentielles, et futur ministre des Affaires étrangères, puis vice-président du président Chavez (Barthelemy, 1995 : 421).

4 février 1992 : une dénonciation fondatrice

23C'est donc au nom de la lutte contre la démocratie corrompue que dans la nuit du 3 au 4 février 1992, un groupe d'officiers parachutistes emmenés par le commandant Hugo Chavez tente un putsch techniquement mal conçu et mal exécuté, qui échoue au bout de quelques heures. Une deuxième tentative aura lieu, toujours sans succès, le 27 novembre 1992.

24Hugo Chavez, qui va être emprisonné 2 ans et 2 mois avant d'être libéré en 1994 par le président Caldera au nom de la réconciliation nationale, déclare qu'il a échoué « pour l'instant » (por ahora) et il confiera après son élection que son plus grand regret est de n'avoir pas atteint ses objectifs le 4 février (4/F/92).

25Quatorze projets de décrets du futur « Conseil général national », sorte de Comité de Salut public, révèlent les conceptions institutionnelles des putschistes : dissolution du Congrès national, de la Cour suprême de Justice et du Conseil de la Magistrature, absence de contrepoids à l'exécutif, exclusion de ceux qui ont servi les anciennes administrations - coupables avérés ou « signalés comme tels » (Ramires Rojas, 1998). Contre l'équilibre de pouvoirs séparés prôné par Montesquieu, pourtant cher à Bolivar, le MBR 200 se rattache à une « doctrine constituante » rousseauiste de la volonté générale, à une « vraie démocratie participative », préférée aux faux-semblants du régime représentatif. Un système politique alternatif se dessine, dont on retrouvera nombre de traits dans le projet de Constitution que proposera le président Chavez en 1999. Quoi qu'il en soit, cette tentative de coup d'État, comme la destitution en 1993 de Carlos Andrés Perez pour détournement de fonds publics, révèlent à quel point le modèle mis en place en 1958 est épuisé.

L'épuisement du modèle de 1958

26Le système politique vénézuélien reposait, comme nous l'avons indiqué, sur l'accord de Punto Fijo d'octobre 1958 entre les trois grands partis dont l'AD et le COPEI, qui s'engageaient à soutenir le président élu et à se répartir les postes de la République. L'alternance au pouvoir souvent qualifiée de « loi du Pendule » (ley del Pendulo) assurera la stabilité institutionnelle pendant une quinzaine d'années, garantira un régime des libertés et régulera la vie politique en excluant le Parti communiste mais en incluant les secteurs radicaux pour mieux les isoler.

27À partir de 1973-74, la circulation des élites s'interrompra et lorsqu'en 1989, l'AD se succèdera à elle-même - avec Carlos Andrés Perez pour la seconde fois -, le pacte ne produira plus que des effets pervers.

28Les appareils partisans centralisés (roscas) et le petit groupe de dirigeants cooptés (cogollos) désignent les candidats, évacuent les débats idéologiques, tout en créant un État parallèle le plus souvent à leur profit et en exerçant un monopole absolu sur l'activité politique et sociale qui écarte de toute participation la société civile vénézuelienne.

29La fonction publique est bien évidemment nommée par les partis, les juges - parfois rémunérés par des associations d'avocats et objets d'interventions politiques constantes - perdent leur indépendance malgré la création en 1969 d'un Conseil de la Magistrature ; le principal syndicat, enfin, apparaît comme une courroie de transmission de l'AD.

30Outre le Pacte, le deuxième pilier du système est la Constitution de 1961 qui définit notamment les Forces armées comme apolitiques et non délibérantes, donc privées du droit de vote. La rotation des postes de commandement traduira la méfiance des gouvernants opposés à une direction stable et professionnelle de l'institution militaire.

31Cette captation du pouvoir par les élites bipartisanes éloignera le pays du projet d'approfondissement de la démocratie qui s'est fait jour en 1945 (Caballero, 1998).

32La réponse des partis à la crise et leur stratégie se révèleront inadaptées. Ils estiment qu'il suffit de laisser s'exprimer Hugo Chavez et Irene Saez – une ancienne reine de beauté au sommet des sondages avant l'élection présidentielle en 1998 - et que ceux-ci s'effondreront d'eux-mêmes.

33L'absence de mobilisation populaire en faveur des insurgés du 4 février 1992 les amène à conclure que le rejet du système n'est pas avéré et que l'impulsion de quelques réformes - comme la décentralisation, seul succès des 15 dernières années - est suffisante pour se maintenir au pouvoir.

34La machine partisane balaiera les mécontentements et, si nécessaire, les dates des élections seront modifiées. À la fin des années 80, pour tenter de récupérer une légitimité fortement affectée, certains dirigeants avaient proposé des réformes visant à démocratiser leurs organisations, mais ils s'arrêteront en chemin. Ainsi, les primaires fermées destinées en 1992 à choisir le candidat présidentiel adeco permettront aux cogollos qui concentrent les ressources et peuvent manipuler les fichiers des membres de continuer à exercer toute influence (Eeuwen, 1995).

35Alors qu'une Commission pour la Réforme de l'État (COPRE) formule des recommandations depuis 1984, que la réunion d'une Assemblée constituante est réclamée depuis 1989 par le Frente Patriotico de Luis Miquilena - futur président chaviste de la Constituante élue en 1999 - et qu'une réforme constitutionnelle est prête depuis mi-1992, la « cogollocratie » décidera finalement de ne rien changer. Ce refus de s'adapter, de réviser profondément les orientations à long terme pour s'en tenir à la seule tactique électorale, associé à la corruption croissante des structures et à l'impunité des prévaricateurs finiront par décourager jusqu'aux militants des organisations, incapables de se réformer. Les signes de désaffection vont alors se multiplier.

36En décembre 1992, aux élections régionales et municipales émerge la Cause Radicale (Causa R) née chez les métallurgistes communistes des rives de l'Orénoque. Son leader, le syndicaliste Andrés Velasquez, devient gouverneur du riche État de Bolivar et l'instituteur noir Aristóbulo Isturiz remporte la mairie de Caracas. Or « Causa R » n'a ni organisation, statuts ou cartes d'adhérents ; ses dirigeants affirment : « Pas de Congrès chez nous... Nous discutons et nous décidons » et ses slogans, clairement antipartis, sont en faveur d'une « démocratie radicale et participative », thème qui sera aussi celui de Chavez.

37Aux présidentielles de décembre 1993, Rafael Caldera va arriver en tête. Fondateur du COPEI, déjà président de 1969 à 1974, il avait affirmé devant le Congrès, après le putsch du 4 février 1992, qu'« on ne peut demander à un peuple qu'il s'immole lui-même au nom de la démocratie ».

38En rupture avec son parti, misant sur l'impact de son image personnelle et notamment de son honnêteté, il comprend qu'il faut élargir sa base politique. Il se présente comme candidat d'une coalition incluant le PC, le Mouvement vers le Socialisme (MAS), des transfuges de l'AD et de la Convergence nationale (Convergencia) formée par les dissidents du COPEI.

39Quant à Andrés Velasquez, il obtient 22 % des suffrages et arrive en quatrième position. Après s'être essayés en 1989 au « vote croisé », choisissant des candidats de partis différents aux présidentielles et aux législatives, les Vénézuéliens, cette fois-ci, refusent la monopolisation du pouvoir et optent à 54 % pour des candidats qui n'appartiennent pas au système traditionnel ou qui ont apparemment rompu avec lui. L'AD et le COPEI, avec moins de 46 % des votants, perdent près de la moitié des suffrages qu'ils recueillaient au cours des trois premières décennies de puntofijismo.

40Aux présidentielles du 6 décembre 1998, les deux grands partis s'effondrent et l'ensemble des forces non-chavistes ne recueille plus que 44 %. Ce score se réduira à 29 % lors du vote sur l'adoption de la Constitution en décembre 1999.

L'effondrement du système

41Si Hugo Chavez l'emporte c'est donc tout d'abord que les hommes et les institutions sont discrédités, que le système politique « moribond », selon ses termes, doit être remplacé et refondé autour de nouveaux acteurs et de son bébé (El muchachito), une nouvelle Constitution. Pour 78 % des Vénézuéliens, la responsabilité de la situation incombe aux partis qui se partagent le pouvoir et qui ont, d'après l'ancien putschiste, dilapidé la richesse pétrolière.

42« CAP », l'ancien président, reconnaîtra un peu tard : « Nos partis ne sont plus que des coquilles vides ». « Ils ont vieilli avec nous du fait de la prolongation de notre leadership (et) portent une énorme responsabilité dans tout ce qui s'est passé » (Andrés Perez, 1999), sans s'être encore rendu compte qu'ils sont morts de mort naturelle.

43Le second facteur de succès est la perte de toute dimension éthique des dirigeants : impunité, corruption - y compris de l'Administration Caldera -vécue au quotidien par ceux qui « arrivant à l'hôpital n'y trouvent ni coton, ni iode, ni seringues parce qu'ils ont été volés » (Vicente Rangel, 1999 : 2-3).

44Enfin, le système économique ne fonctionne plus, les indicateurs traduisent la récession et les inégalités deviennent abyssales, 10 % des Vénézuéliens détenant la moitié de la richesse nationale.

45Le taux de croissance est négatif (- 0,8 %). La richesse nationale continue à reposer sur les rentrées pétrolières (avec 3,3 millions de barils par jour, le pays est le premier fournisseur des États-Unis), mais les cours sont au plus bas depuis 25 ans et les recettes ont chuté de 7 milliards de dollars en un an. Le déficit budgétaire, dont la fraude fiscale constitue près des deux tiers, atteint 10 % du PIB. La dette extérieure est de 23 milliards de dollars tandis que les avoirs déposés à l'étranger représentent quatre fois ce montant (90 milliards de dollars). Les faillites frauduleuses mettent à bas le système bancaire.

46L'inflation avoisine 30 %, les taux d'intérêt 40 % et le bolivar a perdu en 15 ans plus des neuf dixièmes de sa valeur par rapport au dollar.

47Le chômage officiel est de l'ordre de 16 %, mais la moitié des Vénézuéliens sont employés dans le secteur informel en crise lui aussi, dont 20 % ne percevant pas le minimum légal. Ce dernier fixé à 172 dollars ne couvre au demeurant que 45 % des besoins alimentaires de base. Le fonctionnement des services publics - routes, écoles - est de plus en plus déficient, alors que le secteur sanitaire s'est dégradé à l'extrême et que les lois Caldera ont réduit la protection juridique et sociale des travailleurs. Une vague d'occupation de terres rurales et de constructions urbaines se développe. Et surtout, une étude révèle que le PIB par habitant est inférieur à ce qu'il était en 1968 (Caroit, 1999). Les pauvres représentent, selon Hugo Chavez, 80 % de la population, soit les couches populaires mais aussi des classes moyennes dont le pouvoir d'achat a chuté de 60 % en 15 ans.

48Face à une crise économique extrêmement grave et à une crise politique apparemment insoluble, les attentes de la société vénézuélienne sont certes contradictoires, mais elle est mûre pour se confier à un leader charismatique.

HUGO CHAVEZ : UNE ÉNIGME AU POUVOIR

49Quelle est la personnalité de celui qui est élu en décembre 1998, tirant profit de cette situation critique et du total discrédit des partis traditionnels ?

  • 1 Cette année-là, à l'âge de 20 ans, Hugo Chavez entre à l'Académie militaire.

50Fils d'instituteurs, né le 28 juillet 1954, formé à l'Académie militaire et à l'Université où il eut la réputation d'être un « boulimique curieux de tout jusqu'à une certaine confusion », Hugo Chavez croit sans doute que sa destinée, fixée par Dieu, est de transformer radicalement son pays. Simon Bolivar est son véritable héros, au point de vouloir fonder une République bolivarienne et de rebaptiser le Venezuela1.

L'idéosystème « bolivarien »

51Mais l'idéosystème « bolivarien » qu'il construit est un « arbre aux trois racines » (Alcaraz, 2000 : 65-84). Il repose sur la pensée du Libertador, et sur celle de Simon Rodriguez, précepteur de Bolivar, et d'Ezequiel Zamora, chef d'un mouvement social paysan contre l'oligarchie de Caracas pendant la Guerre fédérale (1859-1867).

52Hugo Chavez propose le découpage suivant de l'histoire vénézuélienne : à la première République (1811-1814) marquée par la déclaration de l'Indépendance succède la deuxième (1814-1819) qui voit Bolivar libérer Caracas. La troisième, « République de la Grande Colombie » fondée au Congrès d'Angostura en 1819, est selon Hugo Chavez, l'âge d'or, pendant lequel Simon Bolivar exerce le pouvoir et inspire les nouvelles institutions jusqu'à sa mise à l'écart par l'oligarchie créole de Caracas et le général Paez en 1830.

53Depuis lors, pendant plus d'un siècle et demi jusqu'en 1999, les idéaux bolivariens ont été trahis par une quatrième République oligarchique corrompue. Il faut donc adopter une nouvelle Constitution qui institutionnalise une « Révolution bolivarienne, pacifique et démocratique », fondant ainsi une cinquième République. Le président vénézuélien rebaptisera, le 30 juillet 1997, son mouvement MBR-200 en Mouvement Ve République (MVR).

54Selon lui, la cause fondamentale des crises qui frappent le pays est la perte de la morale et de la vertu collectives chères à Bolivar. Au nom d'un humanisme chrétien laïcisé, Hugo Chavez entend conduire une entreprise d'expiation collective des fautes (« Nous n'avons pas su semer le pétrole »), de rédemption des péchés qui ont produit la honte de la misère sociale et la douleur du peuple, et de purification par l'éradication de la corruption.

55La Constitution de 1999 - qui remplace celle de 1961 - instaure un « Pouvoir Citoyen », inspiré du « Pouvoir moral » réclamé par Simon Bolivar en 1819, et regroupant un ensemble d'institutions : procureur général de la République, contrôleur général de la République, défenseur du Peuple placé sous le contrôle d'un Conseil moral républicain. Ce Pouvoir Citoyen contrôle le pouvoir judiciaire et la Commission judiciaire de l'Assemblée nationale constituante est chargée de la révocation des juges corrompus.

56Se référant à l'idéal de justice sociale de Simon Rodriguez, Hugo Chavez aspire à une démocratie sociale au sein de laquelle les citoyens ont un droit à la santé et à l'éducation, et les Indiens, en particulier, à l'intégration par l'école. Il oppose à l'État de droit un « État de justice », « norme transcendantale qui a un sens pour les pauvres », appelle à la solidarité, à la fraternité, et à l'instar de « la morale bolivarienne [qui] va plus loin que la morale chrétienne... à aimer votre prochain plus que vous-même » ou encore, comme « Bolivar, notre père... né riche » à consacrer sa fortune à aider les pauvres.

57Afin de modifier les bases idéologiques de la société, Hugo Chavez renvoie à une identité originelle et mythique des guerres d'Indépendance et à une conception thomiste selon laquelle « Tout le pouvoir vient de Dieu, mais par le peuple ». Il insiste sur la nécessité de l'unité d'un « Peuple-Nation », source exclusive de légitimation.

58La notion de « Peuple Souverain » implique la critique de la démocratie représentative, des partis politiques, et la reconnaissance du droit à l'insurrection prôné par Ezequiel Zamora. Chef de soldats paysans en lutte contre le pouvoir central, ce dernier symbolise « la haine de l'oligarchie et la revendication d'une fusion entre le Peuple et son armée » (Alcaraz, 2000 : 70).

59Pour Hugo Chavez, « la légitimité populaire est plus importante que le respect du droit » (Alcaraz, 2000 : 78), protecteur des puissants. En conflit avec la Cour suprême de justice, il l'a remplacée, dans la nouvelle Constitution, par un Tribunal suprême de Justice, élu à la majorité des deux tiers par l'Assemblée nationale constituante.

60Selon une deuxième acception, le « Peuple Souverain » se confond avec le « Peuple Classe » los de abajo, les pauvres, les marginalisés et les exclus, mais l'aspiration à l'unité se substitue à la lutte des classes.

61Le discours du président vénézuélien dénonce l'oligarchie et les organisations qui l'incarnent comme instigatrices d'un complot remontant au Pacte de Punto Fijo en 1958 et visant à créer « cette fausse démocratie » qui empêche le Peuple d'exercer le pouvoir.

62Décrite en termes guerriers, l'histoire vénézuélienne se caractérise par une lutte perpétuelle entre « les patriotes, soldats et citoyens unis qui servent la cause du peuple » - au demeurant partisans de l'adoption de la « Constitution bolivarienne » proposée par Hugo Chavez - et « les oligarques, leurs alliés dans les médias et l'Église, les corrompus », les partis et les syndicalistes de la CTV, tous partisans du « non » au referendum constitutionnel (Alcaraz, 2000 : 80-81). Cette construction de l'ennemi contre le peuple, « communauté imaginée », au sens de Benedict Anderson, correspond bien à l'un des ressorts du populisme.

63Quant à l'armée, elle est le « Peuple en armes », formée de « soldats-citoyens » et de « citoyens-soldats », engagés dans la bataille pour le processus démocratique et le développement, concrètement impliqués par les soins aux pauvres dans les hôpitaux de caserne, la construction d'écoles dans les quartiers populaires et la vente de biens alimentaires à des prix inférieurs à ceux du marché (Alcaraz, 2000 : 83). La logique fondatrice, selon laquelle le développement fait « partie de la défense nationale » ou en constitue l'objectif même, rejoint celle des militaires péruviens de l'ère velas-quiste après 1968, voire celle de Bolivar - puis Ezequiel Zamora - déclarant que « les soldats et leurs chefs sont les éléments les plus purs du processus révolutionnaire » (Alcaraz, 2000 : 84) pendant et après les guerres d'Indépendance. Elle implique que les Forces armées vénézuéliennes, entrent en politique au service d'un projet national.

64Cette « politisation » de l'armée constitue aujourd'hui l'un des points faibles du système chaviste, nombre d'officiers généraux n'acceptant pas cette sortie des casernes décidée par l'un des leurs.

65En sus des personnalités historiques qui l'inspirent, Hugo Chavez aime à citer aussi bien Rousseau que Jésus, Gramsci que la vie des Saints. Ses amitiés sont diverses, de Fidel Castro à Carlos Menem et au sociologue argentin fascisant Norberto Ceresole. Il souhaitera même inviter à sa prestation de serment l'ancien dictateur Perez Jimenez. Il puise aussi des maximes de sagesse orientale dans un petit recueil d'un jeune Argentin, Lucas Estrella, intitulé l'Oracle du guerrier.

66Celui qui se faisait appeler « le centaure des Llanos » est décrit par ses détracteurs comme « autoritaire, violent et inflexible ». Il est au contraire pour ses proches, un homme « ouvert, conciliant, intelligent, sensible et drôle » (Abellard, 1999), véritable organisateur et habile tacticien. Doté d'une extraordinaire capacité de communication et d'adaptation de ses messages aux auditoires, sincère, persuasif et charismatique pour certains, il apparaît à d'autres comme un faux naïf, un « charmeur de serpents » qui parvient à anticiper ce que ses interlocuteurs souhaitent entendre.

67Si sa truculence est un atout permettant aux secteurs populaires de se reconnaître dans son langage, le verbe est aussi son point faible, d'autant qu'il a « un penchant pour l'offensive verbale ». Selon Luis Miquilena, son ancien ministre de l'Intérieur et éminence grise jusqu'en 2002, il est « esclave de la parole » et lorsqu'il est « pris d'incontinence verbale » il « scandalise beaucoup » par son ton guerrier et justicier (Kauffmann, 2003 : 11).

68Lorsqu'on l'interroge sur les variations de son discours, il affirme qu'il ne change pas mais que ce sont les circonstances qui diffèrent, le militaire au béret rouge et au fusil ne pouvant tenir les mêmes propos que le chef d'État. Il se dit « conséquence » et non « cause » du processus de refondation, ne se reconnaît d'idéologie qu'humaniste et bolivarienne, revendique comme idéaux le patriotisme, la bonne gouvernance et la droiture morale (Chavez, 1999).

69Les hésitations ou contradictions de son projet économique seraient le fait du pragmatisme. En revanche, il affirme qu'il ne vacillera pas dans sa volonté de chasser les « voleurs de quarante ans », de faire table rase du passé condamné comme dans celle d'assurer la participation citoyenne des « plus humbles » à la vie publique. « Si être populiste, c'est avoir le souci du peuple », alors ¡I s'accepte populiste. Tout comme il se dit « révolutionnaire » mais « pacifique et démocrate ».

DU TRIOMPHE ÉLECTORAL À L'ÉPREUVE DE FORCE (DÉCEMBRE 1998 - DÉCEMBRE 2002)

70Après son élection en décembre 1998, Hugo Chavez a convoqué et remporté plus de 5 scrutins : référendum sur la convocation d'une Assemblée constituante (avril 1999), puis élection de ses membres (juillet 1999) et adoption de la Constitution (décembre 1999), « méga-élections » de juillet 2000 (présidentielles, législatives, élection des gouverneurs puis des conseillers municipaux), enfin referendum de décembre 2000 sur la réorganisation des syndicats. Le score d'avril 1999 est de 80 %, il de situe à 59 % en 2000 lors de la « relégitimation » du président pour un mandat de 6 ans et le « Pôle patriotique » chaviste remporte alors 70 % des sièges de la désormais unique Assemblée législative.

71À la fin de l'année 2000, lors de la consultation dénoncée comme « coup d'État syndical » par l'OIT (Organisation internationale du Travail), le « oui » l'emporte encore à 59 % mais l'abstention atteint près de 70 % et le syndicat non gouvernemental va emporter aux élections d'octobre 2001 la présidence de la CTV.

72Le 10 décembre 2001, c'est un président dont la popularité s'est érodée, mais encore fort d'un tiers d'opinions favorables face à des adversaires divisés et dépourvus de véritable leader, qui affronte la première grève générale de l'opposition.

73En avril 2002, il sera chassé du pouvoir pendant 48 heures (Eeuwen, 2002). Le 11, au troisième jour d'une grève générale et de manifestations à l'appel de la confédération patronale FEDECAMARAS et de la puissante CTV, suite à un conflit au sein de la compagnie pétrolière PDVSA, de violents affrontements font 19 morts à Caracas. Dans la nuit, des officiers de haut rang cherchent, sans succès, à obtenir la démission du président et l'emprisonnent. Le 12, le patron des patrons, Pedro Carmona, est désigné à la tête d'un gouvernement civilo-militaire autoproclamé ; il dissout l'Assemblée nationale et destitue les membres de la Cour suprême. Le 13, tandis qu'Hugo Chavez est transféré dans une île des Caraïbes, des milliers de ses partisans reprennent le palais présidentiel, et Carmona s'enfuit avant d'être arrêté. Le vice-président assume la présidence avant que Chavez ne reprenne ses fonctions à l'aube du 14 avril.

Polarisation de la société et « paix armée »

74Aussitôt après le coup d'État, le président - reconnaissant certaines erreurs - a nommé des ministres en charge de l'économie moins interventionnistes et, à la tête de PDVSA, l'ancien secrétaire général de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP), Ali Rodriguez. Outre une commission d'enquête parlementaire sur les événements sanglants du 11 avril, des commissions de dialogue, nationale et régionales, ont été mises en place. Mais, en l'absence de représentants des bastions de l'opposition patronale et syndicale, elles n'ont pas fonctionné. Une sorte de haine de classes et le rejet viscéral de la personne de Chavez par ses adversaires - dont certains tenants d'une solution à la chilienne - ont rendu impossible tout débat politique et fait apparaître, aux yeux de nombre d'observateurs, la recherche de solutions négociées comme une « cause perdue », même si l'Organisation des États américains s'est efforcée d'organiser des négociations.

75Le 2 décembre 2002, l'opposition a lancé la quatrième grève générale en un an. Elle s'est achevée le 3 février 2003 et au terme de ces 63 jours de paralysie du pays, notamment de l'industrie pétrolière, dont les installations ont été militarisées, et d'affrontements sans bain de sang, le président tacticien semble l'avoir emporté. Mais les événements qui se sont succédés depuis fin 2001 ont leur origine dans une polarisation de la société vénézuélienne, qui contribue à son tour à alimenter une crise politique, laquelle paraît déboucher sur une impasse. Et la trêve peut être jugée bien fragile, dès lors qu'aucun des camps en présence n'est disposé à des concessions.

76Les partis qui s'étaient partagé le pouvoir depuis 1958 et le syndicat CTV lié à l'AD, ainsi que l'ancienne oligarchie, ont été désignés comme les ennemis de la « Révolution bolivarienne » mise en œuvre par Chavez. Les anciennes élites, dont la FEDECAMARAS s'est fait le porte-parole, ont dénoncé les 49 décrets du 12 novembre 2001 qui instaurent une réforme agraire (dans un pays où 1 % de la population possède 60 % des terres cultivables), une limitation de la pêche industrielle et de nouveaux impôts sur les transactions bancaires et les terres inexploitées, mesures qui constitueraient autant « d'atteintes à la propriété privée » et « d'étatisations totalitaires ». Les grands médias, violemment anti-chavistes et la hiérarchie de l'Église catholique - stigmatisée par le président - ont renforcé l'opposition.

  • 2 « Chavez rides high, for now », The Economist, 19/4/2003, p. 44.

77Celle-ci, même si elle semble s'être élargie, est éclatée et ne dispose d'aucun leader dont la popularité soit supérieure à celle d'Hugo Chavez. En panne de véritable stratégie et même de réflexion politique, voire démoralisée après l'échec de la grève2, la « Coordination démocratique », qui regroupe les anti-chavistes des partis politiques et de la société civile ou le très actif dirigeant de la CTV, Carlos Ortega, pourrait se rassembler pour obtenir la tenue d'un référendum visant à révoquer celui qu'elle considère comme un « dictateur castro-communiste élu ». Mais les opposants les plus intransigeants ne se rallient pas à cette « solution » constitutionnelle.

78Hugo Chavez, quant à lui, ne dispose pas d'une base politique solide. Son Mouvement Ve République (MVR) n'a qu'une courte majorité à l'Assemblée et compte désormais des dissidents, tandis que les partis de gauche alliés ont quitté la coalition gouvernementale. Les Forces armées, qui apparaissaient divisées entre quelques 20 % de fervents chavistes, autant d'anti-chavistes et 60 % de militaires « institutionnalistes », ont été ressoudées.

79En février 2002, des officiers avaient appelé à la démission du président pour avoir trahi ses engagements et politisé une institution militaire non exempte de corruption. Puis, en octobre, d'autres dissidents de la ligne dure s'étaient déclarés en « rébellion légitime » contre les atteintes « aux principes démocratiques... [et aux] droits de l'homme » et avaient appelé à la désobéissance civile. Mais une épuration de grande ampleur a été opérée parmi les officiers généraux liés au coup d'État, et après la grève le président Chavez a célébré « l'unité civils-militaires » qui fonderait, selon lui, sa « Révolution bolivarienne ».

80Il a invité ses opposants à préférer à la voie des armes un « renversement légal » par une consultation populaire, qu'il estime constitutionnellement impossible avant le milieu de son mandat en août 2003.

81Cette échéance pourrait toutefois être repoussée, d'autant qu'un nouveau Conseil électoral national doit être mis en place. Et le chef de l'État pourrait toujours provoquer une élection présidentielle anticipée ou se représenter s'il était contraint à la démission.

82Il a repris en main l'entreprise pétrolière PDVSA, dont il a remplacé les dirigeants et licencié 800 grévistes - soit 30 % des effectifs - qualifiés de « pétroterroristes », « saboteurs », ou agents de « la conspiration pétrolière des élites blanches ». Il a divisé la société en deux pour casser le pouvoir du siège central de cette firme qu'il considère, non sans raison, comme « un État dans l'État ». Il a aussi fait arrêter le représentant du patronat, Carlos Fernandez, et fait rechercher le leader syndical de la CTV, Carlos Ortega. Il a, dans le même temps, recommencé à « appeler le peuple à se mobiliser pour défendre la révolution bolivarienne » contre les « tentatives criminelles » des « comploteurs, fascistes » qui cherchent à « déstabiliser la démocratie », « éliminer le gouvernement » par la force, « déclencher une véritable guerre civile », voire l'assassiner.

83Le régime dispose de milliers de « Cercles bolivariens », dont le nombre a doublé depuis la tentative de coup d'État. Décrits par le gouvernement comme des associations de proximité organisant la solidarité entre les citoyens et jugés peu efficaces par nombre d'observateurs, ils pourraient toutefois constituer, au sein des quartiers populaires, des réseaux de défense contre une nouvelle tentative de renversement du président. Ils effraient les habitants des quartiers résidentiels, qui dénoncent des milices armées par le régime pour attaquer les riches et s'arment à leur tour.

84Les secteurs populaires soutiennent, pour l'heure, Hugo Chavez qui leur apparaît comme l'un des leurs, du fait de ses origines modestes, et qui voient en lui « le Seul Espoir pour les pauvres » « le Sauveur », voire « l'Envoyé de Dieu ».

85Son sort, s'il est, certes, largement dans les mains des militaires est donc aussi étroitement lié à sa capacité, incertaine, de mettre en œuvre des réformes sociales concrètes pour répondre aux attentes des Vénézuéliens les plus pauvres (le secteur informel compte 54,3 % de la population).

86Or, dans le domaine socio-économique, le bilan est contrasté. Le « plan Bolivar 2000 » s'est traduit par la construction d'écoles et de routes, ainsi que par des campagnes d'alphabétisation, de vaccination et de réduction des prix des produits alimentaires sur les « marchés bolivariens ». Ceux-ci sont implantés dans les quartiers populaires et souvent inaugurés par le chef de l'État. Par ailleurs, des aides à la construction sont accordées aux plus mal logés. Le budget de la santé a, dans une période initiale, été doublé, permettant de réduire la malnutrition et la mortalité infantile, tandis que la suppression des droits d'inscription dans les écoles publiques entraînait la scolarisation de 600 000 enfants supplémentaires. Les droits des Indiens sur leurs terres communautaires ancestrales, ainsi que leurs langues, ont été reconnus, et une réforme agraire a été annoncée.

87Mais la « Révolution » s'est-elle pour autant produite ? Selon l'historien Angel Ziems, elle serait « invisible », à l'exception de l'accession au pouvoir d'un président n'appartenant pas à l'élite « créole ». Et surtout, la situation économique s'est dégradée au point d'affecter même les plus pauvres.

Récession et politique économique erratique

88En 2001, la croissance s'est ralentie (2,7 %) du fait d'une baisse des recettes pétrolières conjuguée à la fuite des capitaux et au recul des investissements étrangers, dus tous deux à l'instabilité politique.

89Confronté à une amorce de récession, à la perte de centaines de milliers d'emplois et à une diminution des réserves de change de 7 milliards de dollars entre janvier 2001 et début 2002, le président Chavez a annoncé en février 2002 une réorientation de la politique économique marquée par une hausse de la pression fiscale (notamment des impôts directs) et un flottement du bolivar. Pour freiner la baisse du pouvoir d'achat, notamment des classes moyennes, il a augmenté de 20 % le salaire minimum en avril 2002. Mais, fin mai, il a relevé le taux de la TVA. Ces mesures traduisent l'hésitation entre l'austérité budgétaire réclamée par l'opposition, mais lourde de conséquences sociales, et une reprise de la dépense publique au profit des plus défavorisés. L'absence de stratégie économique claire ou de résultats concrets (persistance du chômage notamment) est l'une des causes de l'hostilité croissante des chefs d'entreprise à partir de décembre 2000 ainsi que de l'érosion progressive du soutien des classes moyennes (Auzouy, Quenan, 2003).

90En mars 2003, le gouvernement va opérer un « virage interventionniste » instaurant un contrôle des changes et des prix des principaux produits de base et adoptant des mesures d'austérité visant à compenser la chute des recettes fiscales.

91Car la grève a aggravé la récession : la chute du PIB - de l'ordre de 8 % en 2002 - pourrait atteindre 15 % en 2003.

92Le bolivar s'est fortement déprécié passant de 800 pour 1 dollar au début de 2002 à 1 598 au cours officiel fixé en mars 2003 et même à 2 800 sur le marché parallèle.

93Si l'excédent commercial et celui de la balance courante s'accroissent à cause d'une baisse des importations de 30 % en 2002, les réserves de change ont diminué du fait d'une importante fuite de capitaux estimée à 15 milliards de dollars en 2001-2002.

94L'inflation, qui avait été réduite de plus de la moitié depuis 1998 (12,3 % en 2001), s'est accélérée, atteignant 34,1 % en rythme annuel au début de 2003, tandis que se creusait le déficit budgétaire et que se profilaient d'importantes échéances de la dette publique interne en 2003 et 2004.

95Par ailleurs, si les exportations de pétrole ont repris après la fin de la grève, l'économie du pays demeure étroitement dépendante des hydrocarbures et soumise à tout retournement de la conjoncture pétrolière internationale, car le gouvernement n'a nullement œuvré à une diversification structurelle.

96En définitive, les données du conflit politique intérieur pourraient bien être bouleversées par la crise économique si au chômage, à l'inflation, à la hausse de la criminalité s'ajoutait une très forte baisse de pouvoir d'achat (estimée à 30 % en 2003), menaçant la base populaire du chef de l'État, dont l'horizon international s'est, par ailleurs, assombri.

Conflit aggravé avec Washington

97Au plan extérieur, le président Chavez a continué à affirmer l'indépendance de la politique de son pays, sa critique de la mondialisation libérale, son attachement à un monde multipolaire, ainsi que le double axe pétrolier et latino-américain de sa diplomatie, source de conflit avec Washington (Romero, 2002 : 99-125).

98À la Conférence internationale sur le financement du développement, organisée par les Nations unies, en mars 2002, à Monterrey, puis lors du Deuxième Sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne, d'Amérique latine et des Caraïbes (UE-ALC), en mai, à Madrid, il a dénoncé le « venin mortel » de l'ajustement structurel imposé par le Fond monétaire international (FMI), la « surdose de libéralisme » et la « globalisation [...] chemin de l'enfer ». Au Troisième Sommet des Amériques, en avril 2001, à Québec, il avait été le seul à exprimer des réserves, à la fois sur « la démocratie représentative [...] qui a conduit à la pauvreté 80 % du peuple vénézuélien » et sur la future Zone de Libre-Échange des Amériques (ZLEA) qui, selon lui - comme pour les Brésiliens - n'est « pas une destinée manifeste ». Washington reproche au président vénézuélien, outre une amitié - affichée -, avec Fidel Castro, sa visite à Saddam Hussein, ses déclarations sur les « civils innocents tués par les États-Unis en Afghanistan », ou encore son soutien aux « narco-terroristes » des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), combattues par les États-Unis dans le cadre du « plan Colombie ».

99Accusé de fournir une protection aux FARC en territoire vénézuelien, Chavez dément et rétorque que c'est le gouvernement colombien qui laisse agir « en toute impunité » les paramilitaires des Forces d'Autodéfense unies de Colombie (AUC) (Wilson, 2003). Toutefois, à l'issue d'une rencontre entre les deux chefs d'État en avril 2003 après des semaines d'incidents frontaliers, le président Alvaro Uribe a affirmé que son homologue s'était engagé à empêcher toute incursion au Venezuela. Une telle coopération viserait notamment à priver de base arrière les FARC engagées dans une offensive pour reprendre aux AUC la région frontalière du Nord-Est, riche en champs de coca et stratégiquement importante (Wilson, 2003). Neuvième producteur et cinquième exportateur mondial de pétrole, le Venezuela était aussi, avant la grève, le troisième fournisseur des États-Unis.

100Chavez a poursuivi une diplomatie pétrolière déjà ancienne mais a réactivé son rôle au sein de l'OPEP. Le pays n'a guère profité de la flambée des cours de novembre 2002 à mars 2003, car la grève a rapidement paralysé sa production. Celle-ci a repris et le Venezuela qui dispose d'un quota de production de 2,82 millions de barils/jour, a appuyé les décisions du cartel à l'issue de la réunion de Vienne du 24 avril 2003 visant à réduire l'offre pour maintenir les cours du baril de Brent entre 24 et 25 dollars.

101Cette fourchette satisferait aussi bien les pays producteurs que les pays consommateurs, même si l'Administration Bush souhaite un prix de 20 dollars pour favoriser la reprise économique aux États-Unis. Washington s'est inquiété de l'interruption des livraisons vénézueliennes qui affectait ses stocks, au début de la crise irakienne, alors que lors de la première guerre du Golfe, le président Carlos Andres Perez avait compensé la baisse des livraisons du Proche-Orient. La question de la stabilité des approvisionnements est appelée à demeurer centrale dans la relation entre le Venezuela et les États-Unis même si une réorganisation mondiale des marchés pétroliers est en cours.

102Le coup d'État manqué a révélé une aggravation des tensions avec Washington. Tandis que l'Organisation des États américains (OEA), le Groupe de Rio et le Quai d'Orsay condamnaient « l'atteinte à l'ordre institutionnel », l'ambassadeur des États-Unis à Caracas y voyait une « action légitime » et le porte-parole de la Maison blanche déclarait qu'il ne s'agissait pas d'un coup d'État mais d'une « crise provoquée par le gouvernement Chavez ». Quant à Condoleezza Rice, conseillère du président George W. Bush pour la Sécurité nationale, elle menaçait, en espérant que Chavez « avait bien reçu le message ».

103Lors de la longue grève de décembre 2002-février 2003, des voix discordantes se sont fait entendre, au Département d'État et à la Maison blanche, prônant tantôt des élections anticipées. Il ne saurait donc être exclu qu'en cas de chaos au Venezuela, Washington renoue avec ses pratiques de destabilisation, fussent-elles à haut risque.

LA CRISE VÉNÉZUÉLIENNE AU CŒUR DE L'INSTABILITÉ DÉMOCRATIQUE EN AMÉRIQUE LATINE

104Le départ anticipé d'Hugo Chavez ou son échec à terme renverraient le Venezuela aux blocages institutionnels et sociétaux antérieurs à son élection. Même si certains analystes estiment qu'une éventuelle revanche des forces politiques et syndicales de « l'Ancien Régime » oligarchique ne pourrait faire table rase de l'irruption des nouveaux acteurs populaires, faire l'économie d'un nouveau projet d'inclusion sociale et de lutte contre la pauvreté, ni faire l'impasse sur le renforcement institutionnel des mécanismes de participation démocratique - dont la reconstruction de véritables partis politiques.

105Mais quel que soit l'avenir politique du chef d'État vénézuelien, sa présidence controversée illustre les difficultés auxquelles est confrontée la démocratie en Amérique latine.

106Les systèmes politiques latino-américains sont discrédités par la corruption, l'aggravation des inégalités et la montée de l'insécurité. Les gouvernants élus après la fin des régimes autoritaires ont été confrontés, au cours des années 80, puis à nouveau à la fin des années 90, aux crises financières et à la récession économique. Les attentes des citoyens en matière de démocratie sociale et d'amélioration de leurs conditions d'existence ont été déçues.

107Partout, le bipartisme - souvent ancien - est entré en crise : élection du libéral dissident Alvaro Uribe en Colombie, apparition d'un tiers parti en Uruguay, au Costa Rica, voire au Paraguay, sans compter la faillite de la classe politique en Argentine ou sa défaite au Venezuela. Ailleurs, c'est le parti dominant qui laisse la place au multipartisme (Mexique) ou une situation pluripartisane qui évolue vers une polarisation (Chili, voire Brésil), sans compter les situations ou un pacte entre adversaires historiques vise à conserver l'exclusivité du pouvoir au détriment de nouvelles forces politiques (Nicaragua, Uruguay) ou à éviter la déstabilisation du chef de l'État (Pérou).

108La faiblesse des exécutifs est souvent extrême, du fait que les électeurs choisissent un président auquel ils refusent une majorité parlementaire, le dispositif constitutionnel entraînant alors une paralysie mutuelle.

109Vicente Fox au Mexique, Francisco Flores au Salvador, Alejandro Toledo au Pérou, ou encore Lucio Gutiérrez en Équateur sont ainsi dans l'incapacité de faire aboutir d'indispensables réformes politiques ou fiscales. Les présidents guatémaltèque, nicaraguayen, panaméen, sont confrontés à une opposition au sein de leur propre parti et Eduardo Duhalde en Argentine n'a dû sa survie qu'à une négociation constante avec les gouverneurs de provinces. Quant à « Lula », au Brésil, il est contraint, comme ses prédécesseurs, de rassembler une coalition parlementaire qui peut s'avérer versatile.

  • 3 Enquête Latinobarómetro Santiago (Chili), réalisée dans 17 pays d'Amérique latine en avril-mai 200 (...)

110Dans ces conditions, il n'est pas surprenant, comme le révèle un sondage de l'Institut Latinobarómetro3, que 50 % seulement des Latino-Américains s'affirment démocrates convaincus. Même si une large majorité refuse le retour aux solutions autoritaires - y compris en Argentine malgré l'ampleur de la crise -, le discrédit des partis politiques comme le rejet des privatisations sont généraux. Confrontés à des politiques d'ajustement structurel néolibéral qui, tout en rétablissant certains indicateurs macro-économiques, ont eu un coût social extrême, les opinions souhaitent une nouvelle régulation par l'État. Mais les plus pauvres se déterminent le plus souvent en fonction de la pénurie, de l'injustice et de la dégradation des conditions sanitaires et éducatives. À une offre politique « rationnelle » et au demeurant trop peu différenciée qui ne leur semble pas proposer de solutions à l'exclusion et à la misère, ils préfèrent le discours messianique de celui qui parle leur langage ou qui promet d'en finir avec la misère ou la discrimination.

111S'il s'avérait que l'ère Chavez devait s'achever, celle de Lucio Gutiérrez, soutenue par les Indiens, s'est ouverte en Équateur, le dirigeant des cocaleros boliviens, Evo Morales, est arrivé en deuxième position à l'élection présidentielle de juin 2002, tandis que les promesses invraisemblables et le populisme hâbleur de Carlos Menem ont continué à séduire des secteurs significatifs de l'électorat argentin.

112En revanche, le changement sans rupture proposé par le nouveau président brésilien et son Parti des Travailleurs pourrait, en cas de succès dans la difficile conciliation entre rigueur gestionnaire des grands équilibres économiques et respects des engagements envers les couches populaires, offrir une alternative exemplaire à l'Amérique latine.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Abellard Alain, 1999, « L'ex-putschiste, qui a conquis le pouvoir par les urnes, reste une énigme politique », dans Le Monde, édition du 05/08.

Alcaraz Emmanuel, 2000, Les stratégies discursives de légitimation d'un dirigeant populiste : le cas du président vénézuélien Hugo Chavez, mémoire de DEA de Science politique comparative, IEP d'Aix-en-Provence, Aix-en-Provence.

Andrés Perez Carlos, 1999, Noticias Aliadas. [On-line]. vol 36, n° 31 [30.08.1999]. http://noticias-aliadas.com.

Arvelo Ramos Alberto, 1998, El dilema del chavismo. Una incógnita en el poder. Ensayos políticos para personas que detestan a los politicos, Caracas, El Centauro ediciones.

Auzouy Béatrice, Quenan Carlos, 2003, « Venezuela : une reprise en main musclée », dans Flash Marchés Emergents, CDC-IXIS, n° 2003-04.

Barthelemy Françoise, 1995, « Venezuela », dans Encyclopedia Universalis, Paris, Encyclopedia Britanica, pp. 413-423.

Caballero Manuel, 1998, La crisis de la Venezuela contemporanea 1903-1992, Caracas, Monte Avila.

Castells Manuel, 1999, « Venezuela : globalización y democratia », dans El País, édition du 06/09.

Caroit Jean-Michel, 1999, Le Monde, édition du 21/12.

Chavez Hugo, 1999, dans El País, édition du 25/10.

Chavez Hugo, 2002, « Il n'y a aucun risque de coup d'État militaire contre moi. Zéro ! », Interview par Jean Krauze, dans Le Monde, édition du 27/02.

Eeuwen (Van) Daniel, 1995, « La sélection des candidats présidentiels au Venezuela », dans Cahiers des Amériques Latines, n° 9, pp. 115-122.

Eeuwen (Van) Daniel, 2002, « Venezuela. Le président Chavez en péril » dans Thierry, de Montbrial, Philippe Moreau Defarges (dir.), Ramses 2003, IFRI, Paris, Dunod, pp. 315-317.

Kauffmann Sylvie, 2003, « Au Venezuela, la vie sous Chavez », dans Le Monde, édition du 23-24/02.

Ramírez Rojas Kléber, 1998, Historia documental del 4 de febrero, UCV, Asamblea Legislativa del Edo Miranda, Caracas.

Reverchon Antoine, 1999, « Le Venezuela, victime du yoyo de l'or noir », dans Le Monde, édition du 04/05.

Romero Carlos A., 2002, « La politique extérieure de Chavez et l'Union européenne », dans Daniel van Eeuwen (dir.), L'Amérique latine et l'Europe à l'heure de la mondialisation. Dimensions des relations internationales, CREALC-IEP/Aix, Karthala, pp. 99-125.

Vicente Rangel Carlos, 1999, « Foro », dans Venezuela Analitíca. [On-line], vol 36, n° 31 [30.08.1999]. http://analitica.com.

Wilson Scott, 2003, dans Courrier International, édition du 24-29/04, p. 22.

Anmerkungen

1 Cette année-là, à l'âge de 20 ans, Hugo Chavez entre à l'Académie militaire.

2 « Chavez rides high, for now », The Economist, 19/4/2003, p. 44.

3 Enquête Latinobarómetro Santiago (Chili), réalisée dans 17 pays d'Amérique latine en avril-mai 2002, publiée par The Economist, 1 7/8/2002, pp. 41-42.

Endnoten

* Professeur de science politique IEP Aix-en-provence. Directeur du CREALC.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift AFFICHE DE PROPAGANDE POUR HUGO CHÁVEZ DANS LES RUES DE CARACAS. CLICHÉ : ALAIN MUSSET.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1887/img-1.jpg
Datei image/, 2,5M

© Éditions de l’IHEAL, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540