Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Armées et pouvoirs en Amérique latine

Travaux et mémoires

Éditeur : Éditions de l’IHEAL

Lieu d’édition : Paris

Publication sur OpenEdition Books : 30 janvier 2014

Collection : Travaux et mémoires

Année d’édition : 2004

Nombre de pages : 220


Présentation

Après la vague de dictatures qui s’abat sur l’Amérique latine dans les années 1960-1970, les années 1980-1990 ont vu le reflux des régimes autoritaires avec les « transitions à la démocratie ». Mais, paradoxalement, les militaires sont restés des acteurs importants de la scène politique. D’abord, dans les pactes et les négociations avec leurs opposants: avec la fin de la guerre froide, et souvent face à des crises économiques et financières considérables, les militaires, las et/ou repus, remettent le pouvoir aux civils.

Mais les passations de pouvoir, bien que s’effectuant par l’organisation d’élections libres, auront un prix souvent élevé: impunité pour les crimes de la dictature et intangibilité des rapports économiques et sociaux. Puis, plusieurs militaires vont arriver au pouvoir légalement, par les urnes: le plus surprenant étant sans doute l’ancien dictateur Hugo Banzer en Bolivie, suivi par le plus controversé, Hugo Châvez au Venezuela.

Mais les forces armées peuvent également rester maître du jeu politique sans être en première ligne: ce fut le cas au Pérou avec le régime autoritaire civil de Fujimori ; c’est aussi vrai en Equateur mais sous une autre forme, plus complexe. Par ailleurs, les militaires se reconvertissent aujourd’hui dans l’économie avec les « complexes militaro-industriels » et dans les entreprises privées de sécurité. Ils se redéploient également vers les missions de police, de douane et de renseignement, sur le terrain de la lutte antiterroriste et contre le narcotrafic. Si, aujourd’hui, il n’y a ni espace ni projet de prise de pouvoir par les militaires, la question du rôle et de la place des forces armées dans les États se pose cependant avec acuité. Mais ces questions se posent comme en creux : à la fois présents et absents, les militaires restent comme une menace pour la société tant que celleci ne se sera pas emparé de la seule question qui vaille au fond : à quoi servent les militaires, sinon à faire la guerre ?


Sommaire

Renée Fregosi

Présentation

Première partie. L'armée au pouvoir

Renée Fregosi

La fin des coups d’état militaires en Amérique latine ?

Mutineries et coups manqués en argentine et au Paraguay dans les années 80-90

Deuxième partie. Les pouvoirs de l'armée

Bruno Revesz

Forces armées, subversion et démocratie

Pérou 1948-2001

Troisième partie. De nouveaux enjeux pour les forces armées?

Renée Fregosi

Postface

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.