Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chávez et l'Afrique

 | 
Camille Forite

Première partie. Contexte d’émergence de la politique africaine du gouvernement Chávez

Chapitre 1. Venezuela-Afrique : genèse de relations inscrites dans la tradition tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne

Texte intégral

  • 1 Voir la notion de « path dependency ».

1La politique extérieure du Venezuela de la Cinquième République (depuis 1999) est tributaire des acquis diplomatiques de la Quatrième République (1958-1999). La politique africaine du gouvernement Chávez en est symptomatique et s’inscrit dans le cadre théorique selon lequel le poids des habitudes est souvent le chemin emprunté par les diplomaties1.

  • 2 Philippe Hugon, Géopolitique de l’Afrique, Paris, Armand Colin, 2007, p. 22.

2Au milieu du xxe siècle, l’Afrique entame sa décolonisation. En proie à une multitude de conflits – selon Philippe Hugon « plus de 20 % de la population africaine est touchée par les guerres2 » – c’est un continent marginalisé par les économies prédatrices des pays occidentaux [Diouf, 1994 : 63-75], et ainsi exclu du commerce mondial [Smouts, 1991 : 270], l’Afrique ne semble pas présenter les attraits d’une coopération économique avec les pays du Nord. Aussi convient-il de se pencher sur la dimension politique de l’émergence de relations entre le Venezuela et l’Afrique.

  • 3 Constitution de 1961, Préambule.

3Le préambule de la Constitution de 1961 stipule que le Venezuela est un pays qui doit développer ses diverses identités pour mener à bien une politique extérieure à la fois andine, caribéenne, hémisphérique, tiers-mondiste et amazonienne3. Puisque le tiers-mondisme ambitionne de créer un front uni du Sud, la portée tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne de la Quatrième République s’impose comme un facteur explicatif de l’émergence d’une politique à destination de l’Afrique.

4Élément clé de compréhension de la politique africaine du gouvernement Chávez, dans quelle mesure l’évolution des relations avec l’Afrique est-elle liée – ou non – au mouvement tiers-mondiste et au développement d’une diplomatie vénézuélienne de type tiers-mondiste ? Afin de cerner l’ampleur de cette part tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne et sa position dans ce même Tiers Monde, il convient dans un premier temps d’analyser son identification et ses processus d’intégration aux organes économiques et politiques de celui-ci. On s’interrogera donc sur le lien entre les relations Venezuela-Afrique à travers l’analyse d’une corrélation entre l’évolution des relations Venezuela-Afrique, et l’évolution de l’activisme du Tiers Monde sur l’échiquier mondial puis à travers la transition d’une rhétorique tiers-mondiste vers l’émergence d’une politique africaine.

IVe République : l’identification au Tiers Monde

5Dans la chronologie de la politique extérieure vénézuélienne établie par Demetrio Boersner, la décennie 1968-1978 est celle de l’identification du Venezuela au Tiers Monde [Boersner, 1980 : 267-287]. À l’échelle régionale, elle coïncide avec l’identification des pays latino-américains dans leur ensemble. Alors qu’ils s’étaient toujours sentis historiquement liés au Vieux Continent européen et aux États-Unis du fait de la colonisation, ils réalisent qu’ils appartiennent au Tiers Monde et se rendent compte de leur communauté de destin avec les pays du Sud [Rouquié, 1987].

  • 4 L’OPEP compte aujourd’hui douze pays membres : le Qatar, la Libye, l’Algérie, les Émirats Arabes U (...)

6L’insertion économique du Venezuela dans le Tiers Monde, par le biais de l’OPEP4 et du Groupe des 77 (G77) et l’insertion politique par le biais du Mouvement des Non-Alignés (MNA) ont favorisé l’irruption du Venezuela dans le Tiers Monde tout en lui octroyant une position stratégique. La scène tiers-mondiste s’impose alors comme le premier lieu de rencontre du Venezuela avec le continent africain.

L’OPEP : le rôle stratégique du Venezuela dans le Tiers Monde

7Depuis le début du xxe siècle et la découverte d’importants gisements de pétrole dans le sous-sol vénézuélien, la politique extérieure du pays est en majeure partie déterminée par le secteur énergétique. Le préambule de la Carta Magna de 1961 stipule que le Venezuela est un pays caractérisé par sa manne pétrolière. Les élites politiques et économiques prennent tout de suite la mesure de l’importance du poids de négociation que l’or noir implique sur la scène internationale.

8Selon le politologue Carlos Romero, le système politique vénézuélien s’est forgé deux identités majeures : celle d’un pays démocratique dans un contexte régional en proie aux régimes militaires et celle d’un pays pétrolier qui bénéficie d’un instrument de pouvoir sur la scène internationale [Romero C., 1990 : 181-231]. À cet égard, on attribue à la diplomatie vénézuélienne le qualificatif de pétrodiplomatie, sur lequel il conviendra de revenir par la suite.

  • 5 Demetrio Boersner, « La politique extérieure du Venezuela : évolution et perspectives », Relations (...)
  • 6 Franck Bracho, « La diplomacia económica de Venezuela con otros países del Sur a partir del Grupo (...)

9En 1960, lors de la conférence de Bagdad, le ministre vénézuélien du Pétrole, Juan Pablo Pérez-Alfonso et le ministre saoudien Abdallah al Tariqi décident de créer l’OPEP, dans le but de préserver les intérêts des plus gros pays exportateurs de pétrole, ce qui fait dire à Demetrio Boersner qu’il y avait « un aspect de la politique extérieure du Venezuela qui était, déjà à cette époque, “tiers-mondiste”, l’aspect économique et surtout celui du nationalisme pétrolier5 ». Puisque cet organe est une plateforme de lutte contre l’hégémonie économique du Nord, il propulsa le Venezuela au cœur de la scène internationale. Dans les années 1970, « le Venezuela joua un rôle clé dans un tel jeu de forces, à cause de [sa] situation particulière de pays pont entre les différentes tendances au sein de l’OPEP, entre l’OPEP et le reste du Sud, et entre le Sud et le Nord6 », explique Franck Bracho.

10Mais l’ambition de l’OPEP dépasse les seuls desseins économiques. Elle veut également être une organisation à portée politique, qui défend le projet de création d’un Nouvel Ordre Économique International. La contribution du Venezuela à faire de l’OPEP une arme de lutte politique, en élargissant la problématique pétrolière à la problématique du dialogue Nord-Sud, a toujours été une priorité constante du gouvernement vénézuélien. Carlos Andres Pérez, lors de son premier mandat (1973-1978) ambitionne lui aussi de donner un sens plus politique à l’organisation, et les ressources pétrolières du Venezuela sont nationalisées en 1975. En 1979, Caracas organise la 55e réunion de l’OPEP durant laquelle le ministre vénézuélien du pétrole, Humberto Calderón-Berti, s’efforce de sensibiliser les pays membres sur les responsabilités du cartel vis-à-vis des pays du Sud. Il en résulte un accroissement des ressources du fonds d’aide aux pays les plus pauvres du globe [Bœrsner, 1980 : 285].

11Ne serait-ce que par son implication au sein de l’OPEP, le Venezuela occupe une position stratégique dans le Tiers Monde qui implique un style et une rhétorique diplomatiques à forte connotation tiers-mondiste. Le faciès politique que le Venezuela ambitionne de donner à l’OPEP est d’ores et déjà révélateur de l’activisme vénézuélien dans le Tiers Monde.

L’insertion aux mouvements politiques et économiques du Tiers Monde

12L’année 1964 est une année charnière : elle marque le début de l’insertion, à la fois politique et économique, du Venezuela dans le Tiers Monde. Pendant la dernière année du mandat de Rómulo Betancourt (1959-1964), il devient membre observateur du Mouvement des Non‑Alignés (MNA), et il intègre également en 1964, année de sa genèse, le Groupe des 77 (G77), organes d’expression des pays du Tiers Monde pour les négociations économiques avec les pays du nord, au sein desquels il a toujours occupé un rôle actif [Bracho, 1998 : 14].

  • 7 Rafael Leon Morales, ambassadeur et chef de la délégation vénézuélienne, lors de la troisième Conf (...)

13Le leader démocrate-chrétien, Rafael Caldera (1969-1973), impose une nouvelle ligne diplomatique qui s’articule autour de la notion de « Justice Sociale Internationale ». À la troisième Conférence des chefs d’État des pays non-alignés, le représentant vénézuélien déclare que la préoccupation du Venezuela de surpasser les problèmes du sous-développement a toujours été une constante dans la politique extérieure et que Rafael Caldera « est un fervent partisan de la thèse de la Justice Sociale Internationale et il souhaite que ce concept s’intègre rapidement aux instruments juridiques qui fixent l’action entre les peuples7 ». Cette notion part du postulat selon lequel l’ordre international est injuste puisqu’il est composé de pays industrialisés riches et de pays pauvres dépendants et fait ainsi de la recherche de justice internationale le leitmotiv de son orientation diplomatique. D’ores et déjà, la dialectique Nord-Sud fait son apparition dans la rhétorique vénézuélienne au détriment de la doctrine Betancourt qui promouvait la démocratie dans toute la région latino-américaine. Ainsi le Venezuela fait preuve d’une présence régulière aux conférences du MNA : le pays est présent en 1970, à la IIIe conférence des chefs d’État et de gouvernement, aux conférences ministérielles de New York et de Georges Town en 1972 et au IIIe sommet à Alger en 1973.

14En 1973, Carlos Andres Pérez suit la ligne diplomatique de son prédécesseur, et pérennise l’orientation tiers-mondiste de la politique extérieure du Venezuela. Il mène en fait une politique paradoxale lors de la conférence de Bagdad – ou consensuelle selon le point de vue – qui lui permet d’entretenir de bons rapports avec les acteurs capitalistes (grandes firmes, etc.) tout en poursuivant une logique d’intégration dans le Tiers Monde. Le gouvernement de Carlos Andres Pérez, se montre très actif au sein du G77. Il entend instaurer une coalition majoritaire de pays du Sud aux Nations unies, dans le but de créer un contrepouvoir fort. À la conférence Nord-Sud de Paris en 1975, à laquelle sont présents six pays latino-américains, africains et asiatiques, le Venezuela occupe une place centrale puisqu’il est choisi, sur désignation, comme porte-parole du Sud pour cet événement, qui témoigna d’un niveau inégalé de négociation économique entre le Nord et le Sud. L’internationaliste vénézuélien Manuel Pérez Guerrero, qui joua un rôle clé dans la projection du Venezuela au sein du G77, co-préside cette conférence.

  • 8 Franck Bracho, op. cit., p. 15.

15Pour Luis Herrera Campins, élu président en 1978, la recherche d’une troisième voie s’impose comme la finalité de sa politique extérieure. Le Venezuela doit s’autonomiser par rapport à l’antagonisme Est-Ouest en diversifiant ses alliances tant dans la région latino-américaine que dans tout le Tiers Monde. L’idée de justice sociale internationale qui, selon Herrera Campins, n’est compatible qu’avec le système démocratique, est ravivée pendant cette période. En 1979, les ministres des Affaires Étrangères des pays du pacte andin participent à la Conférence du MNA à La Havane. L’implication active du ministre vénézuélien des Relations Extérieures, José Alberto Zambrano Velasco, a constitué un élément essentiel de l’intégration du Venezuela au MNA en 1983. Outre cela, après le Pérou en 1971-1972, le Mexique en 1974-1975, le Venezuela est le troisième pays latino-américain à tenir la présidence du G77 en 1980-1981, position stratégique pour faire valoir ses revendications et s’imposer comme pays chef de file du processus militant. Ainsi Caracas organise et reçoit la conférence de haut niveau du groupe en mai 1981 sur la coopération économique Sud-Sud qui, selon Franck Bracho, « eut des résultats sans précédent dans les annales de l’histoire des relations Sud-Sud8 ». L’intensification de la coopération commerciale, technologique, agricole, financière et technique, ainsi que le renforcement institutionnel du groupe figurent comme autant de résolutions essentielles prises à cette occasion.

16En somme, la conjonction entre son activisme au sein du MNA et du G77 durant la Quatrième République, témoigne du rôle clé croissant joué par le Venezuela dans les organes politiques et économiques du Tiers Monde. Il a d’ailleurs été crucial pour le développement de relations avec l’Afrique.

Venezuela, Tiers Monde : une rencontre africaine

17En tant que membre fondateur de l’OPEP et membre actif des organisations politiques tiers-mondistes, le Venezuela jouit incontestablement d’une position stratégique dans le tiers-monde. Dans la deuxième moitié du xxe siècle, la diplomatie vénézuélienne s’est efforcée de développer une forte identité tiers-mondiste permettant l’établissement de relations indirectes avec le continent africain.

  • 9 Jorge Rondón Uzcátegui, « Las relaciones de Venezuela y África », Política internacional : revista (...)
  • 10 Ce comité auquel participe le Venezuela est chargé d’étudier et de s’exprimer sur l’évolution de l (...)

18Bien qu’il ne constitue pas en soi un organe du Tiers Monde, il est nécessaire de rappeler que l’émergence de relations avec l’Afrique est également liée au rôle actif du Venezuela au comité de décolonisation des Nations unies : « cette politique, de nature clairement bolivarienne, a été reconnue par un grand nombre de pays africains9 ». Preuve de l’implication du Venezuela dans ce processus, lors du comité des vingt-quatre10 des Nations unies, réuni en 1966, le représentant vénézuélien déclare :

  • 11 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1966, Caracas, 1966, p. 44-46.

« Nous croyons, au contraire qu’en leur qualité de mandatées, les Nations unies doivent poursuivre leur action, d’autant plus que les autorités d’Afrique du Sud ont déclaré ouvertement et en diverses occasions, qu’elles ne reconnaîtront pas la validité des décisions de la Cour Internationale de Justice qui ne concordent pas avec leur point de vue11 ».

19Pour Guy Martinière, c’est l’érection de l’éradication de la discrimination au rang des objectifs centraux de l’ONU dans les années 1960 qui pousse les diplomaties latino-américaines à condamner le régime de l’apartheid [Martinière, 1980 : 315]. Si l’activisme du Venezuela au sein du comité de décolonisation des Nations unies lui confère une image favorable en Afrique, ce sont les organes du Tiers Monde qui constituent les lieux de rencontre privilégiés avec ce continent.

20L’OPEP est un premier lieu de rencontre entre le Venezuela et l’Afrique puisque sous la Quatrième République, quatre pays africains sont membres de l’organisation : la Libye depuis 1962, l’Algérie depuis 1969, le Nigeria depuis 1971 et le Gabon depuis 1975 jusqu’en 1996.

  • 12 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1970, Caracas, 1970, p. xxxix.
  • 13 Demetrio Boersner, op. cit, p. 286.

21Les conférences du MNA et du G77 sont autant d’occasions pour le Venezuela d’établir des liens avec ses pairs africains. En 1970, le gouvernement mit en place la « Misión de Amistad y de Buena Voluntad » : celle-ci effectua une tournée africaine du 8 avril au 10 mai dans le but de représenter le Venezuela à la réunion préparatoire de la IIIe conférence des chefs d’État du MNA, qui eut lieu à Dar El Salaam, en Tanzanie. La délégation vénézuélienne se rendit au total dans huit pays africains : en Tanzanie, en Zambie, en Ouganda, au Kenya, en Éthiopie, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Nigeria. Parmi les objectifs de cette tournée, il s’agissait de promouvoir l’établissement de relations et la coopération avec des pays africains. Cette mission permit d’établir des relations diplomatiques avec quatre pays12. En 1973, le troisième sommet du MNA à Alger a été l’occasion pour le gouvernement vénézuélien d’envoyer une délégation en Afrique noire pour établir les premiers contacts avec la région. De la même façon, la présidence du Venezuela au G77 en 1980-1981, l’oblige à créer des liens avec les États africains afin d’adopter un même discours lors des grandes négociations à l’ONU. Selon Demetrio Boersner, à cette date, « les spécialistes du ministère des Affaires Étrangères du Venezuela préparent une stratégie diplomatique visant à créer et à multiplier les rapports de coopération économique, technique, culturelle et politique avec les pays de l’Afrique noire13 ».

22En somme, sous la Quatrième République, l’intégration et l’implication du Venezuela dans des organes économiques et politiques tels que l’OPEP ou le MNA, sont à la fois les témoins d’un activisme tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne et l’occasion pour le Venezuela de nouer ses premiers liens avec l’Afrique. Pendant ce demi-siècle, le Venezuela établit en parallèle ses premiers contacts bilatéraux avec des pays africains.

Venezuela, Afrique et Mouvement des Non-Alignés

23Cerner les caractéristiques de la politique africaine du gouvernement Chávez implique un retour sur la genèse et les modalités d’évolution des relations entre le Venezuela de la Quatrième République et l’Afrique. L’activisme tiers-mondiste vénézuélien sur la scène internationale est en corrélation avec l’émergence de relations entre le Venezuela et l’Afrique.

24Aussi convient-il de s’interroger dans un premier temps sur le lien qui existe entre évolution du mouvement tiers-mondiste sur l’échiquier mondial – en prenant le MNA comme « thermomètre » de l’activité du Tiers Monde – et évolution des relations entre le Venezuela et l’Afrique. Autrement dit, dans quelle mesure l’évolution des relations entre le Venezuela et l’Afrique est-elle liée à l’évolution du MNA et peut-être même en dépend-elle ? Cette analyse part du postulat selon lequel le Venezuela est un partenaire actif du Tiers Monde tout au long de la deuxième moitié du xxe siècle, comme cela a été montré précédemment, et que l’étude de l’activité du MNA sera plus éclairante – peut-être parce que plus « visible » – que l’étude du degré d’implication même du Venezuela dans le mouvement.

25Dans un second temps, il conviendra de s’interroger sur la nature même des relations du Venezuela avec l’Afrique, en essayant de statuer sur l’effectivité – ou non – de l’application pratique sur le terrain africain de la rhétorique tiers-mondiste vénézuélienne.

Diagrammes n° 1 et n° 2.

Diagrammes n° 1 et n° 2.

Source : diagrammes (non-cumulatif et cumulatif) réalisés à partir de données du document « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.

1950-1999 : pour une rhétorique tiers-mondiste ?

  • 14 « Relaciones Internacionales Venezuela-África : 2005-2008 », publication du ministère des Relation (...)

26Avant l’arrivée d’Hugo Chávez à la présidence et le début de la Cinquième République, le Venezuela développe des relations diplomatiques avec 32 pays africains14. Si cet accroissement est, de toute évidence, lié à l’acquisition des indépendances africaines durant la seconde moitié du xxe siècle, il est aussi et surtout étroitement lié à l’évolution du poids du MNA sur la scène internationale.

27Il est possible de mettre en exergue cette corrélation par le découpage de l’évolution des relations entre le Venezuela et l’Afrique – mesurée par l’établissement des relations diplomatiques – en trois étapes successives : 1950-1964, 1965-1994 et 1994-1999. L’analyse de la souscription d’accords de coopération, qui va plus loin que l’établissement formel de relations diplomatiques, permettra de cerner la matérialisation – ou non – d’une politique africaine sous la Quatrième République.

  • 15 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1948-1952, Caracas, 1952, p. xv et p. xxi.
  • 16 Notons tout de même qu’avec le Liberia, l’Éthiopie et l’Égypte sont les seuls États africains indé (...)

28Les années 1950-1964 correspondent aux timides prémices d’un rapprochement avec l’Afrique, avec pour leitmotiv la thématique pétrolière. En 1949, la Junte Militaire de Gouvernement organise une mission spéciale au Moyen-Orient et en Égypte15 afin d’établir un rapprochement avec cette région du monde. À cette occasion, la délégation vénézuélienne invite les gouvernements visités à se rendre à la Convention Pétrolière organisée par Caracas. C’est en fait avant la Quatrième République, et plus précisément en 1950, sous le régime militaire orchestré par Marcos Pérez Jiménez, que le Venezuela tisse ses premiers liens avec le continent africain. Cette période est caractérisée par une forte modernisation du pays, notamment dans le secteur pétrolier qui voit ses exportations passer de 990 millions de dollars en 1949 à 2 milliards en 1957 [Langue, 1999 : 290]. En 1950, l’Égypte et l’Éthiopie emboîtent le pas de la coopération16. S’ensuivent 15 années d’absence de contact. Cette période correspond parallèlement à la naissance du mouvement tiers-mondiste avec, en toile de fond, le mouvement de décolonisation. En avril 1955, la première Conférence de Solidarité Afro-Asiatique – plus communément appelée Conférence de Bandung – qui réunit des représentants de 29 pays dont le Maréchal Tito, Nehru, Chou En-Lai, Soekarno et Nasser, lance l’idée de création du MNA [Amin, 2004 : 157‑173]. L’afro-asiatisme ne s’est pas encore étendu à la région latino-américaine, dont aucun pays n’est présent à Bandung. Le Venezuela est ainsi en retrait sur la scène tiers-mondiste jusqu’à la création de l’OPEP en 1960. Si les prémices de rapprochement avec le continent africain coïncident avec le fait que l’Égypte et l’Éthiopie sont les seuls États indépendants à cette date avec le Liberia, ils peuvent également être imputables aux intérêts pétroliers de la diplomatie vénézuélienne des années 1950.

  • 17 Il convient tout de même de noter que le « vide relationnel » du gouvernement post-dictature de Ró (...)
  • 18 « Relaciones internacionales : Venezuela-África ; 2005-2008 », op. cit., p. 12.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., p. 13.
  • 21 Ibid., p. 14.
  • 22 Ibid.
  • 23 « Relaciones internacionales, Venezuela-África : 2005 – 2008 », op. cit., p. 15.

29La longue période allant de 1965 à 1994 constitue la deuxième étape d’évolution des relations Venezuela-Afrique. Elle correspond à l’approfondissement des relations entre les deux espaces, qui coïncide parallèlement avec la période « faste » du MNA. Bien que caractérisé par de nombreuses divisions internes, le mouvement parvient à former un bloc homogène, ce qui lui confère un poids de négociation conséquent dans les grandes institutions internationales. Il jouit ainsi d’une grande visibilité [Colard, 2003 : 154] sur l’échiquier mondial et s’impose comme la troisième voie dans un contexte international caractérisé par l’antagonisme Est-Ouest. En outre, les années 1960-1970 sont marquées par l’intrusion de l’Amérique latine dans le Tiers Monde. L’acquisition du statut de membre observateur du MNA en 1961 (sommet de Belgrade) de la Bolivie, du Brésil et de l’Équateur et en 1964 (sommet du Caire) du Venezuela, préfigure la conférence Tricontinentale de La Havane en 1966 qui réunira les trois continents du Sud, dans un autre registre, cette fois autour de leurs organisations révolutionnaires [Brieux, 1966 : 19-43]. Suite à cela, c’est en 1965, sous le mandat de Raul Leoni (1964-1969), que le Venezuela entreprend une véritable diplomatie à destination de l’Afrique17. Cette année-là sont établies des relations diplomatiques avec la Guinée, le Ghana, le Maroc, le Liberia, la Tunisie, le Nigeria et la Libye18. Cinq années plus tard, en 1970, le successeur de Raul Leoni, Rafael Caldera lie le Venezuela à l’Ouganda, au Sénégal, au Kenya et à la Côte d’Ivoire19. En 1971, il poursuit sur cette lancée avec l’Algérie. Successivement en 1974, 1975, 1976 et 1978, Carlos Andres Pérez tisse les premiers liens avec la Gambie, le Gabon, le Mali et la Zambie20. À Luis Herrera Campins de prendre la relève en 1979 avec le Zimbabwe, en 1981 avec la Guinée Équatoriale, le Rwanda et la Tanzanie et, en 1982, avec la République Arabe Sahraouie21. Son successeur, Jaime Lusinchi, établit respectivement en 1983 et 1986 des contacts avec le Lesotho et l’Angola22. Le ralentissement des relations sous ce mandat peut être imputable aux importants scandales de corruption interne qui caractérisent la période et qui monopolisent les préoccupations du gouvernement sur la scène intérieure [Langue, 1999 : 390]. En revanche, le sursaut des relations avec l’Afrique pendant le second mandat de Carlos Andres Pérez met le Venezuela en relation avec la Namibie, les Comores, le Sierra Leone et le Togo en 1990, puis avec le Bénin et le Cameroun en 1991, et enfin avec l’Afrique du Sud en 199323. Ces 30 années voient l’émergence d’une croissance importante et d’un maintien régulier des relations entre le Venezuela et l’Afrique. De 1994 à l’arrivée d’Hugo Chávez à la présidence de la République, la corrélation avec le MNA se perpétue puisque l’affaissement soudain des relations avec l’Afrique concorde avec la « crise d’identité » que traverse le mouvement dans les années 1990. La fin de l’antagonisme Est-Ouest avec la chute du mur de Berlin en 1989 et l’écroulement de l’URSS en 1991, les divisions du Tiers Monde entre pays plus ou moins pauvres, la mondialisation, les nouvelles menaces (terrorisme, armes nucléaires), et l’absence de leader, sont autant de facteurs explicatifs de cette crise [Colard, 2003 : 155-157]. Cette période se traduit par l’établissement de relations diplomatiques avec un seul pays africain : les Seychelles en 1999, sous le deuxième mandat de Rafael Caldera.

30Le Libro Amarillo de 1969 souligne l’intérêt pour le Venezuela d’amplifier sa présence diplomatique sur le continent africain afin d’accroître sa coopération économique avec celui-ci :

  • 24 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1969, Caracas, 1969, p. xli.

« La Chancellerie a continué à travailler sur la possibilité d’élargir ses relations avec le continent africain, afin d’assurer la présence du Venezuela dans le plus grand nombre de pays intégrés dans le concert des nations libres et indépendantes, ce qui bénéficiera à la politique internationale du pays, à travers les démarches diplomatiques qu’ils réaliseront, mais aussi afin de chercher à effectuer une percée économique sur les marchés africains24. »

31Bien qu’il soit indéniable que, jusqu’en 1999, la politique extérieure du Venezuela témoigne d’un intérêt croissant à l’égard du continent africain, statuer sur l’émergence d’une politique africaine du Venezuela relève d’un autre défi. En effet, le déploiement régulier de contacts diplomatiques ne s’accompagne pas – ou très peu – d’entreprises de coopération, quel que soit le secteur.

  • 25 « Venezuela y África : las nuevas relaciones », publication du vice-ministère pour l’Afrique, Cara (...)

32La conclusion d’accords de coopération, qui va plus loin que l’établissement de relations diplomatiques, est réduite et irrégulière. Il faut attendre 1977 pour que les premiers accords de coopération voient le jour, soit 17 ans après l’établissement des premiers contacts. Ils seront sporadiques tout au long de la Quatrième République, puisque seulement 11 accords sont souscrits pendant cette cinquantaine d’années25. De plus, sur les 32 pays africains en relation avec le Venezuela avant 1998, seulement six d’entre eux sont intégrés dans un processus de coopération, dont le Sénégal, l’Égypte, l’Algérie, la République Arabe Sahraouie, la Namibie et le Nigeria. Pour les autres pays africains, les relations avec le Venezuela ne dépassent pas le stade de l’établissement de relations diplomatiques. Aussi, le hiatus qui existe entre l’établissement des relations diplomatiques et la souscription d’accords de coopération ne permet pas de statuer sur l’existence d’une politique africaine sous la Quatrième République.

Tableau n° 1. Accords souscrits par pays pour la période 1950-1998

Tableau n° 1. Accords souscrits par pays pour la période 1950-1998

Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministere pour l’Afrique, 2008.

  • 26 Cité dans Carlos A. Romero, Jugando con el globo, la política exterior de Hugo Chávez, Caracas, Ed (...)
  • 27 Andrés Serbin, « Cuando la limosna es grande. El Caribe, Chávez y los límites de la diplomacia pet (...)

33Ajouté à la corrélation entre évolution du MNA et établissement de relations diplomatiques avec l’Afrique, cet état de fait suggère que l’intérêt nouveau que porte la diplomatie vénézuélienne à l’Afrique sous la Quatrième République se limite dans les faits à une affaire de « rhétorique tiers-mondiste ». Aussi, malgré l’intérêt croissant que le Venezuela porte à l’Afrique jusqu’en 1999 et son ambition de développer un processus de coopération, ces données ne permettent-elles pas de statuer sur l’émergence d’une véritable politique africaine. La discordance entre le discours et la pratique est ici significative. Ce constat concorde avec l’analyse selon laquelle le Venezuela a traditionnellement adopté une diplomatie ambivalente qu’Elsa Cardozo qualifie de « las dos manos »26. En effet, elle « oscille entre un internationalisme plus tiers-mondiste et orienté vers les thèmes commerciaux de coopération Nord-Sud et d’intégration, et un régionalisme hémisphérique consacré à l’ouverture économique et à la démocratisation. » Selon Andres Serbin, le Venezuela se caractérise par « sa condition de pays démocratique, pétrolier et clairement aligné sur l’Occident durant la Guerre froide, et à la fois de pays en développement, tiers-mondiste, à vocation caribéenne, andine et amazonienne27 ». La dimension tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne est donc ambiguë puisque dans les faits elle semble se limiter à une affaire de rhétorique, ce dont témoignent les relations africaines.

34La corrélation entre évolution des relations entre le Venezuela et l’Afrique et l’activisme du MNA sur la scène internationale devient de plus en plus évidente. La politique extérieure du Venezuela à destination de l’Afrique est marquée par la dimension tiers-mondiste de la diplomatie vénézuélienne. Cependant, l’accroissement régulier des relations depuis la moitié du xxe siècle permet-il d’évoquer l’émergence d’une véritable politique vénézuélienne à destination de l’Afrique avant l’année 2005 qui est, quant à elle, marquée par un accroissement sans précédent de ces relations ? Avec pour dessein de cerner les contours de la politique africaine de Chávez, il convient à présent de s’interroger sur la nature des relations entre le Venezuela et l’Afrique jusqu’en 2005.

De la rhétorique tiers-mondiste aux prémices d’une politique africaine : la transition de 1999-2004

35D’ores et déjà, la corrélation entre évolution de l’activisme du MNA et évolution de l’établissement des relations diplomatiques se perpétue, pendant cette période, ce qui confirme l’hypothèse d’une continuité entre la Quatrième et la Cinquième République.

  • 28 Deux facteurs peuvent expliquer le sursaut relationnel entre 1990 et 1994 qui ne concorde pas avec (...)

36La période qui s’étend de 1999 à 200428, soit la première moitié du premier mandat d’Hugo Chávez, est en continuité avec le deuxième mandat de Rafael Caldera. Le MNA demeure encore largement affaibli par la chute du mur de Berlin et les relations avec l’Afrique s’en ressentent. Le Venezuela n’établit de relations diplomatiques qu’avec le Burkina-Faso en 2003 et ne crée ni n’implante aucune nouvelle ambassade en Afrique. La diplomatie chaviste semble largement marquée par la conjoncture internationale du MNA et s’inscrit, de ce fait, en continuité avec la diplomatie de la Quatrième République.

37Cependant, la souscription croissante d’accords de coopération témoigne d’une mutation par rapport à la période précédente, obligeant à nuancer le propos d’une nette continuité. En effet, sur les 29 accords souscrits entre 1950 et 2004, seulement 11 d’entre eux sont conclus avant l’arrivée d’Hugo Chávez au pouvoir.

Diagramme n° 3. Évolution de la souscription d’accords de coopération de 1950 à 2004

Diagramme n° 3. Évolution de la souscription d’accords de coopération de 1950 à 2004
  • * Bien que la Ve République ne soit approuvée par référendum qu’en 2000, le parti pris a été d’inclu (...)

Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
Note **

38À l’établissement de relations diplomatiques avec un seul pays s’ajoute la souscription de 18 accords de coopération sur ces cinq années [cf. tableau n° 2 ci-dessous], ce qui contraste nettement avec les 11 accords du demi-siècle précédent. Huit pays africains sont intégrés dans un processus de coopération avec le Venezuela à savoir : le Maroc, le Nigeria, la Libye, le Sénégal, l’Égypte, l’Algérie, la République Arabe Sahraouie et le Mali. Bien que l’analyse d’une corrélation entre MNA et relations Venezuela-Afrique ait permis d’établir une distinction nette d’évolution des contacts entre le premier et le second mandat d’Hugo Chávez, le tableau des accords de coopération permet de nuancer ce propos.

Tableau n° 2. Accords de coopération souscrits entre 1999 et 2004

Tableau n° 2. Accords de coopération souscrits entre 1999 et 2004

Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministere pour l’Afrique, 2008.

  • 29 Ce plan définit les objectifs et les grandes lignes de la politique gouvernementale pour la périod (...)
  • 30 Créé lors du IXe congrès du MNA à Belgrade en 1989, le G15 se voulait un contrepoids aux grandes i (...)
  • 31 Créé en 1986, le Groupe de Rio réunit tous les pays latino-américains. Il est essentiellement une (...)
  • 32 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2000, Caracas, 2000, p. 213.
  • 33 Carlos Romero, « Le Venezuela : une société en mutation », Problèmes d’Amérique latine, n° 69, été (...)

39L’émergence d’une politique africaine sous Chávez n’est certes pas la conséquence de l’arrivée de ce dernier au pouvoir mais la période qui s’étend de 1999 à 2004 peut être considérée comme transitoire. Elle s’inscrit à la fois dans la lignée de la rhétorique diplomatique de la période précédente tout en amorçant une phase d’approfondissement des relations africaines. Elle constitue la transition entre un intérêt africain de type « rhétorique tiers-mondiste » et les prémices de déploiement d’une véritable politique africaine. Ce découpage chronologique, qui détermine le passage d’une étape transitoire de 1999 à 2004 à une phase d’approfondissement des relations, au développement d’une politique à destination de l’Afrique, correspond à une analyse plus globale des étapes de la politique extérieure d’Hugo Chávez. Edmundo González Urrutia découpe la politique extérieure du Venezuela en deux étapes [Gonzalez Urrutia, 2006 : 159-171]. La première, de 1999 à 2004, suit la ligne diplomatique traditionnelle en s’appuyant sur le Plan de Développement Économique et Social de la Nation 2001-200729 qui sera « avorté » en 2004 par l’adoption du « socialisme du xxie siècle ». La deuxième étape se présente comme un projet politique qui dessine les nouveaux contours de la politique extérieure. Dans sa partie intitulée « Équilibre International », ce plan définit les objectifs et les stratégies de la politique extérieure. Ainsi, le Venezuela projette de renforcer sa souveraineté nationale et de promouvoir un monde multipolaire équilibré, en œuvrant à l’implantation de la démocratie participative, des droits de l’homme, et de la pacification régionale. Il ambitionne également de promouvoir l’intégration de la région latino-américaine, notamment économique sur la scène internationale et de consolider et diversifier ses relations internationales, en encourageant la coopération Sud-Sud. À ce titre, l’article 5.3.2 stipule que « le renforcement des relations entre les pays latino-américains, africains et asiatiques deviendra possible dans la mesure où les organismes de consultation et de concertation, comme le Groupe des 15 (G15)30, le Groupe des 77, le Mouvement des Pays Non-Alignés, et le Groupe de Rio31, perfectionneront leurs mécanismes de consultation. Le Venezuela donnera un appui significatif pour que cela soit possible ». Dans ce sens, les premières années d’accession au pouvoir d’Hugo Chávez sont marquées par la présidence du Venezuela au sommet du MNA en Jamaïque, le sommet de l’OPEP de 200032 (où le Venezuela joua un rôle clé sur lequel il conviendra de revenir) et la Réunion de Haut Niveau sur la Pauvreté, l’Équité et l’Exclusion Sociale. Dans les objectifs, mention est faite d’un rapprochement avec l’Afrique tandis que, dans la partie qui concerne les stratégies à adopter pour rendre effectives ces ambitions, l’Afrique est passée sous silence. Le Venezuela doit intensifier ses relations avec l’Asie, le Moyen-Orient, la France, la Russie, la Chine, l’Iran et l’Europe Orientale. Cet état de fait souligne un peu plus l’ambivalence d’une diplomatie qui ne se donne pas les moyens de ses ambitions. Bien qu’elle définisse non pas deux mais trois étapes qui concordent avec les mutations politiques internes, l’analyse de Carlos Romero va dans ce sens. La période 1999-2000 correspond à la transition avec l’avènement de la nouvelle Constitution, la période de 2000 à 2004 se réfère à la maturation du nouveau modèle chaviste, tandis que celle qui s’étend de 2004 à nos jours peut être définie comme celle de l’exécution de son nouveau modèle sociétal33 [Romero C., 2007]. Quoi qu’il en soit, Edmundo González Urrutia et Carlos Romero s’accordent à établir une mutation de la politique extérieure du Venezuela aux abords de 2004-2005.

40La période ainsi qualifiée de « transitoire » est éclairante à plusieurs niveaux. Elle permet d’établir le lien qui existe entre politique intérieure – autour de laquelle s’élabore le projet extérieur – et les éléments de conjoncture internationale. Le timide approfondissement des relations avec l’Afrique résulte d’une concordance entre la crise du MNA, qui implique l’établissement de relations diplomatiques avec un pays seulement, et la transition vers un projet intérieur plus abouti dont l’accroissement des accords de coopération est l’exemple.

41En somme, l’identification et l’insertion du Venezuela au sein du Tiers Monde, par le biais des organisations économiques et politiques, ont constitué le cadre d’un rapprochement avec le continent africain. La position stratégique de membre fondateur de l’OPEP et les sommets du MNA ont été l’occasion de nouer des contacts diplomatiques concrets avec des pays d’Afrique. La corrélation entre l’activisme du MNA et l’accroissement des relations est symptomatique de cet état de fait. Cependant, l’intérêt que porte le Venezuela à l’Afrique tout au long de la Quatrième République semble relever d’une « rhétorique tiers-mondiste », puisqu’il n’aboutit que sporadiquement à une coopération effective. Bien qu’il ne soit pas emblématique de l’émergence d’une réelle politique africaine, le premier mandat d’Hugo Chávez illustre la transition vers un projet politique tangible à destination de l’Afrique, dont l’année 2005 constitue le point culminant.

Notes

1 Voir la notion de « path dependency ».

2 Philippe Hugon, Géopolitique de l’Afrique, Paris, Armand Colin, 2007, p. 22.

3 Constitution de 1961, Préambule.

4 L’OPEP compte aujourd’hui douze pays membres : le Qatar, la Libye, l’Algérie, les Émirats Arabes Unis, le Nigeria, l’Équateur, l’Arabie Saoudite, l’Irak, l’Iran, l’Indonésie, le Koweït, l’Angola et le Venezuela.

5 Demetrio Boersner, « La politique extérieure du Venezuela : évolution et perspectives », Relations internationales, automne 1980, n° 23, p. 276.

6 Franck Bracho, « La diplomacia económica de Venezuela con otros países del Sur a partir del Grupo de los 77 », Política internacional, revista venezolana de asuntos mundiales y política exterior, n° 49, janvier-mars 1998, p. 14-22.

7 Rafael Leon Morales, ambassadeur et chef de la délégation vénézuélienne, lors de la troisième Conférence des chefs d’État des Pays non-alignés, à Dar El Salaam en 1970. Texte original : « es un fervoroso partidario de la tesis de la Justicia Social Internacional, y su deseo es que este concepto debe encontrar pronta acogida en los instrumentos jurídicos que fijan la acción entre los pueblos ».

8 Franck Bracho, op. cit., p. 15.

9 Jorge Rondón Uzcátegui, « Las relaciones de Venezuela y África », Política internacional : revista venezolana de asuntos mundiales y política exterior, 1987, p. 16-19.

10 Ce comité auquel participe le Venezuela est chargé d’étudier et de s’exprimer sur l’évolution de la situation en Afrique du Sud.

11 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1966, Caracas, 1966, p. 44-46.

12 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1970, Caracas, 1970, p. xxxix.

13 Demetrio Boersner, op. cit, p. 286.

14 « Relaciones Internacionales Venezuela-África : 2005-2008 », publication du ministère des Relations extérieures, Caracas, le 14 octobre 2008.

15 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1948-1952, Caracas, 1952, p. xv et p. xxi.

16 Notons tout de même qu’avec le Liberia, l’Éthiopie et l’Égypte sont les seuls États africains indépendants en 1950, ce qui a, de toute évidence, favorisé l’établissement de relations diplomatiques.

17 Il convient tout de même de noter que le « vide relationnel » du gouvernement post-dictature de Rómulo Betancourt (1959-1964) peut aussi s’expliquer par la prépondérance des préoccupations internes de l’après dictature et de la consolidation démocratique.

18 « Relaciones internacionales : Venezuela-África ; 2005-2008 », op. cit., p. 12.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 13.

21 Ibid., p. 14.

22 Ibid.

23 « Relaciones internacionales, Venezuela-África : 2005 – 2008 », op. cit., p. 15.

24 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 1969, Caracas, 1969, p. xli.

25 « Venezuela y África : las nuevas relaciones », publication du vice-ministère pour l’Afrique, Caracas, novembre 2008, p. 6-7.

26 Cité dans Carlos A. Romero, Jugando con el globo, la política exterior de Hugo Chávez, Caracas, Ediciones B, 2006.

27 Andrés Serbin, « Cuando la limosna es grande. El Caribe, Chávez y los límites de la diplomacia petrolera », Nueva Sociedad América latina en tiempos de Chávez, septembre à octobre 2006, n° 205, p. 81.

28 Deux facteurs peuvent expliquer le sursaut relationnel entre 1990 et 1994 qui ne concorde pas avec l’hypothèse d’une corrélation entre MNA et l’évolution des relations avec l’Afrique. En premier lieu, Carlos Andres Pérez s’autoproclamait leader du Tiers-Monde, ce qui expliquerait l’attention portée aux relations avec le continent africain. En second lieu, il convient d’évoquer le temps de la mutation politique internationale. La chute du mur et de l’URSS ont des conséquences qui ne sont pas nécessairement immédiates.

29 Ce plan définit les objectifs et les grandes lignes de la politique gouvernementale pour la période 2001-2007.

30 Créé lors du IXe congrès du MNA à Belgrade en 1989, le G15 se voulait un contrepoids aux grandes instances économiques telles que l’Organisation Mondiale du Commerce ou encore le G8. Il compte aujourd’hui 18 pays membres, à savoir : l’Algérie, l’Argentine, le Brésil, le Chili, l’Égypte, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, la Jamaïque, le Kenya, la Malaisie, le Mexique, le Nigeria, le Pérou, le Sénégal, le Sri Lanka, le Venezuela et le Zimbabwe.

31 Créé en 1986, le Groupe de Rio réunit tous les pays latino-américains. Il est essentiellement une instance de consultation.

32 Libro Amarillo (Memoria y Cuenta del MRE) 2000, Caracas, 2000, p. 213.

33 Carlos Romero, « Le Venezuela : une société en mutation », Problèmes d’Amérique latine, n° 69, été 2007.

Notes de fin

* Bien que la Ve République ne soit approuvée par référendum qu’en 2000, le parti pris a été d’inclure 1999 dans cette période. Cette année est plus symptomatique de la transition vers la Ve République qui est en gestation que la période précédente.

Table des illustrations

Titre Diagrammes n° 1 et n° 2.
Légende Source : diagrammes (non-cumulatif et cumulatif) réalisés à partir de données du document « Relaciones internacionales de Venezuela y África : 2005-2008 », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/178/img-1.jpg
Fichier image/, 238k
Titre Tableau n° 1. Accords souscrits par pays pour la période 1950-1998
Légende Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministere pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/178/img-2.jpg
Fichier image/, 74k
Titre Diagramme n° 3. Évolution de la souscription d’accords de coopération de 1950 à 2004
Légende Source : diagramme réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministère pour l’Afrique, 2008.Note **
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/178/img-3.jpg
Fichier image/, 45k
Titre Tableau n° 2. Accords de coopération souscrits entre 1999 et 2004
Légende Source : tableau réalisé à partir de données du document « Venezuela y África : las nuevas relaciones », vice-ministere pour l’Afrique, 2008.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/178/img-4.jpg
Fichier image/, 67k

© Éditions de l’IHEAL, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540