Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

L’Instituto nacional de pesquisas da Amazônia INPA (Institut national de recherches en Amazonie)

Texto completo

1L’Instituto nacional de pesquisas da Amazônia (INPA) (Institut national de recherches en Amazonie) a été créé le 29 octobre 1952 par le décret n° 31 672, sous la présidence de Getúlio Vargas. Son but est de réaliser l’étude scientifique du milieu physique et des conditions de vie dans la région amazonienne, en vue d’assurer le bien-être des hommes et répondre aux exigences de la culture, de l’économie et de la sécuriré nationale pour toute l’Amazonie légale.

2Ces trente-cinq dernières années, grâce à la réalisation de recherches fondamentales et appliquées, l’INPA s’est attaché à rassembler des données et des informations pour rendre possible la constitution d’un inventaife des richesses naturelles de la région et la gestion cohérente et rationnelle d’un écosystème dont on reconnaît la fragilité ; l’Institut est parvenu à d’importants résultats dont témoigne un grand nombre de publications scientifiques.

3Sans doute, ces importants résultats ont été rendus possibles grâce aux contributions des institutions et des chercheurs étrangers d’Amérique latine, d’Amérique du Nord, d’Europe ou d’autres continents car, dans sa ligne de conduite, l’INPA a développé des accords de coopération internationale, notamment par exemple avec le Département de limnologie de l’Institut Max-Planck de la République fédérale d’Allemagne, la National science foundation (NSF) des Etats-Unis d’Amérique, l’Institut fiançais de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM), etc.

4La coopération technico-scientifique entre le Brésil et la France a pris forme en octobre 1975 à partir de l’accord signé entre le Conselho nacional de desenvolvimento científico et tecnológico (CNPq) (Conseil national de développement scientifique et technologique) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Cet accord a permis la réalisation d’une série de missions scienrifiques et de rencontres entre spécialistes des deux pays. Il a été complété le 2 janvier 1981 par un arrangement spécifique entre le CNPq et l’ORSTOM, mais déjà, depuis 1979, l’ORSTOM et l’INPA, à l’occasion d’une mission scientifique, avaient établi leur volonté d’intensifier la coopération et de renforcer les échanges scientifiques et technologiques entre les deux pays. Deux programmes principaux ont été identifiés dans cet arrangement : « l’étude des modifications écologiques dues à l’exploitation agro-sylvo-pastorale de la forêt », avec le Département d’écologie de l’INPA, et « l’étude et la gestion des ressources d’eau douce en Amazonie » avec le Département de biologie aquatique et de limnologie.

5Indépendamment des autres projets conduits avec l’ORSTOM, l’INPA a réalisé au moins deux programmes dans le cadre d’un accord entre le CNPq et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD). Le 30 août 1982, le CNPq signait cet accord avec ce qui était alors le Groupement d’études et de recherches pour le développement de l’agronomie tropicale (GERDAT), reconnaissant l’importance de la coopération entre le Brésil et la France en matière d’agronomie tropicale et de sciences annexes. Le CIRAD, établissement public à caractère industriel et commercial, créé le 5 juin 1984 pour assurer les activités de recherche en agronomie tropicale du GERDAT, reprit la gestion administrative de cet organisme. Dans le cadre de l’accord CNPq-CIRAD (GERDAT), le Centro de pesquisas de produtos florestais (CPPF) (Centre de recherches de produits forestiers) de l’INPA a réalisé un programme conjoint avec le Centre technique forestier tropical (CTFT) français concernant « l’étude et l’analyse des caractères technologiques des espèces (de bois) en Amazonie ». Le Departemento de silvicultura tropical (Département de sylviculrure tropicale) de l’INPA a aussi collaboré avec le CTFT pour le développement d’un programme intitulé « exploitation soutenue de la forêt tropicale humide ».

6L’intensification de la collaboration avec la France a été rendue possible grâce aux modalités suivantes de coopération : échange d’expériences, d’informations scientifiques et technologiques, publications et périodiques ; échange de scientifiques, chercheurs, techniciens et professeurs, permettant d’organiser des conférences, des cours et des séminaires ; perfectionnement et formation de ressources humaines à partir de programmes de spécialisation et de stages comprenant la participation de chercheurs français au programme d’études doctorales de l’INPA, où les professeurs intervenaient directement ou organisaient l’orientation des candidats à la maîtrise et au doctorat.

7Avec le Département d’écologie de l’INPA, le programme de recherche sur l’« étude des modifications écologiques dues à l’exploitation agro-sylvo-pastorale de la forêt » a débuté en mai 1979. Il se poursuit encore aujourd’hui. Les objectifs du programme sont : comprendre le fonctionnement du milieu naturel, en prenant en compte les paramètres physiques et biologiques environnants ; entreprendre le relevé, décrire les modifications de ce milieu sous l’influence de l’homme et analyser les conséquences de cet impact ; décrire les processus de reconstitution de ce milieu après l’intervention humaine ; appliquer les connaissances écologiques acquises dans l’exploitation rationnelle du milieu forestier.

  • * Forêt amphibie des régions inondées d’Amazonie (N. du T.).
  • Forêt en plaine alluviale inondée seulement une partie de l’année (N. du T.).

8Pour atteindre ces objectifs, différents types d’écosystèmes représentatifs de l’Amazonie centrale ont été sélectionnés en fonction de leurs caractéristiques naturelles et humaines : un écosystème de « terra firme » (terre ferme), à la Réserve biologique de Cuieiras (INPA) ; un « igapo »*, au Rio Cuieiras ; un système de « várzea » à l’Ile du Careiro. Les études et les observations effectuées dans ces écosystèmes, choisis pour leurs diversités, ont permis d’établir des conclusions comparatives concernant les relations entre l’homme et le milieu environnant d’Amazonie centrale.

9Les thèmes de recherche développés dans ce programme ont permis de couvrir d’une manière assez vaste, notamment les domaines de l’écologie, de la botanique, de la zoologie, de la pédologie, de l’hydrologie, de la phytopathologie, de l’ethnobotanique et de l’ethnologie.

10En huit ans, ce programme a donné d’importants résultats sur tous les thèmes de recherche et nombreuses ont été les perspectives ouvertes en fonction des objectifs définis, mais il convient d’approfondir encore certains points avant d’assurer, en conclusion, la synthèse des travaux.

11Dans le domaine de l’ichtyologie, la coopération franco-brésilienne a débuté de fait en 1979, avant la signature de l’arrangement CNPq-ORSTOM, grâce à la participation d’un ichtyologue du CNRS au programme de doctorat de l’INPA/FUA (Fundação Universidade do Amazonas) comme professeur visitant.

12Le programme « d’étude et de gestion des ressources d’eau douce en Amazonie » a été un des premiers mis en œuvre dans le cadre de l’arrangement CNPq-ORSTOM. Il a débuté en 1980 à l’occasion de la venue de deux chercheurs français pour une période de longue durée au Brésil. Actuellement, trois chercheurs et un technicien de l’ORSTOM travaillent à l’INPA en coopération avec les chercheurs brésiliens pour assurer un inventaire de l’ichtyofaune, entreprendre des études sur l’écologie de la pêche, y compris sa commercialisation et analyser l’influence du milieu sur les espèces de poissons d’eau douce. Ce programme ne comporte pas seulement une recherche spécifique mais présente plusieurs dimensions dans la mesure où les actions sont développées en relation avec d’autres projets institutionnels de l’INPA. La majorité d’entre eux sont réalisés en coopération avec Centrais elétricas do Norte do Brasil S.A. (ELETRONORTE) en vue de mettre en valeur les conditions du milieu environnant de ces régions où sont construites de grandes usines hydro-électriques comme, par exemple, Tucuruí et Trombetas dans le Pará et Uatumã en Amazonie. Ces deux dernières années, les activités développées dans le cadre de ce programme ont été concentrées sur un lac de « varzea », relié au fleuve Amazone (Lago dos Reis), près de Manaus, grâce à un projet interdisciplinaire financé en partie par la Communauté économique européenne auquel participent, outre l’INPA et l’ORSTOM, le Département de limnologie de l’Institut Max-Planck.

13Pour les deux prochaines années, il est envisagé d’élargir les thèmes de recherche en mobilisant un plus grand nombre de chercheurs brésiliens et français. Les principaux nouveaux thèmes abordés seront l’économie de la pêche, la biogéographie et l’analyse des caractères cytogénétiques des poissons.

14La demande croissante de bois tropical brésilien sur les marchés intérieur et extérieur exige d’augmenter le nombre restreint d’espèces actuellement commetcialisées. La recherche technologique concernant les bois d’Amazonie est indispensable pour ouvrir la voie à une bonne industrialisation et une bonne commercialisation des immenses ressources forestières de la région. On sait aujourd’hui que, chaque année, près d’un million et demi à deux millions d’hectares de forêt sont enlevés à la région amazonienne. Réoccuper cet immense territoire implique une disponibilité annuelle de cent cinquante à deux cents millions de mètres cubes de bois. Cependant, seule une partie de ces ressources, évaluées à dix milliards de dollars, est effectivement utilisée par l’industrie et contribue au développement de notre pays. La principale cause de la non utilisation rationnelle des ressources forestières disponibles réside dans la méconnaissance quasi totale des centaines d’espèces sylvicoles. L’exploitation brésilienne du bois est en effet limitée à un nombre restreint d’espèces qui sont en voie d’épuisement en raison d’une exploitation excessive. Renouveler mais aussi augmenter les possibilités actuelles et futures d’exploitation suppose la réalisation d’études permettant d’introduire une gamme d’espèces plus variées et mieux adaptées aux réalités hétérogènes de notre milieu forestier.

15A partir de ces constatations, un programme intitulé « étude et analyse des caractéristiques technologiques des espèces (de bois) en Amazonie » a été entrepris dans le cadre de l’arrangement CNPq-CIRAD (GERDAT). Les potentialités du CPPF de l’INPA et du CTFT du CIRAD ont été réunies pour caractériser technologiquement les espèces sylvicoles peu connues et/ou inconnues, et évaluer leur potentiel de commercialisation. Ce programme assure aussi la transformation industrielle pilote de certaines espèces d’arbres, et se trouve lié à des activités de promotion et de diffusion des bois d’Amazonie sur le marché national et le marché international.

16Les thèmes de cette recherche sont : caractérisation technologique d’un nombre pré-sélectionné de bois d’Amazonie peu connus, avec possibilité de commercialisation sur les marchés national et international ; étude de la transformation mécanique des espèces en produits finis divers ; promotion et commercialisation des bois amazoniens et des produits élaborés.

17Actuellement, les deux centres, le CTFT de France et le CPPF de l’INPA, ont mis au point un inventaire et établi des fiches techniques rassemblant le résultat des recherches sur les espèces amazoniennes étudiées et identifiées. Grâce à ces efforts de recherche et de valorisation des résultats, les deux centres ont permis d’introduire différentes espèces peu connues jusqu’alors dans les exportations de bois sur les marchés étrangers.

18Compte tenu des crises mondiales actuelles de l’énergie, la forêt devient une alternative plus rentable pour mettre en œuvre des solutions fondées sur l’utilisation des ressources végétales renouvelables. Ainsi, la forêt, considérée jusqu’alors comme un obstacle au développement d’une région, est aujourd’hui perçue comme une solution, non seulement aux questions énergétiques mais aussi à différents autres problèmes d’une nation.

19Comme la forêt est considérée comme intouchable, surtout la forêt amazonienne, qui d’ailleurs est assez bien protégée, on suppose que, à l’état naturel, elle risque de ne pas être assez productive, indépendamment de la préservation d’une partie d’entre elle, très utile, en tant que réserve biologique. En bonne logique, la maintenir intouchable signifie que l’on ne doit tien en extraire, ce qui n’améliore pas, au demeurant, son état naturel. A l’autre extrêmité, on constate que le déboisement non contrôlé, aux fins de mise en valeur agricoles ou tout simplement d’extraction, génère des ressources ; mais, dans un cas comme dans l’autre, du point de vue écologique, le solde est toujours négatif.

20Les premières expérimentations forestières en Amazonie datent de 1959-1960. Elles ont été effectuées dans la Réserve expérimentale de Curuá-Una, et testées pat les experts de l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) conformément à un accord signé avec le gouvernement brésilien. A Manaus, un premier travail comprenant des essais d’espèces sylvicoles a été effectué en 1964, à la Réserve forestière Ducke, de l’INPA. Pour différentes raisons, quasiment aucune des conclusions relatives à ces travaux pionniers, pourrant suffisamment anciens pour avoir une idée première du comportement de certaines des plus importantes espèces forestières d’Amazonie, ne se trouve mentionnée dans le monceau de publications qui caractérise la littérature brésilienne sur la forêt.

21Aussi, devant l’inévitable essor de la forêt pourvoyeuse de ressources et de produits alimentaires, ce qui implique une protection, l’INPA a développé des recherches forestières fondamentales. Même entreprises à une échelle pilote, ces techerches fournissent les moyens nécessaires pour déterminer un meilleur modèle d’exploitation soutenue de la forêt tropicale de « terra firme » (terre ferme). Certes, il n’est pas question de l’appliquer aux quelques deux cent quatre-vingt millions d’hectares de forêt amazonienne, mais au moins de le tester dans l’Etat d’Amazonas et, en conséquence, de prévoir la mise en oeuvre d’une politique plus réaliste d’exploitation de la forêt.

22Ce travail est en train d’être effectué grâce au programme « exploitation soutenue de la forêt tropicale humide de « terra firme » (terre ferme) », réalisé en coopération entre le CTFT de France, dans le cadre de l’arrangement international conclu entre le CNPq et le CIRAD (GERDAT). Ce programme de coopération a été signé en 1985 et un chercheur français se trouve au Brésil. En fonction des lacunes en matière de recherches forestières fondamentales dans la région amazonienne, de l’absence d’articulation entre les quelques recherches existantes et de la nécessité de les multiplier pour assurer le développement de la forêt, ce programme a pour principal objectif de devenir une base de référence pour les futurs projets de recherches forestières concernant l’essor de sylvicultures de peuplements d’espèces forestières natives de l’Amazonie. En ce moment, le programme est en phase d’évaluation de ce potentiel forestier tropical humide de terre ferme quantifié lors des deux dernières années.

23Les résultats obtenus jusqu’à présent confirment que la coopération technico-scientifique entre le Brésil et la France apporte des bénéfices très appréciables non seulement quant au niveau des connaissances des processus d’équilibre du milieu naturel et des effets de l’action de l’homme sur ce milieu, mais aussi, et principalement, en ce qui concerne la formation et le perfectionnement des spécialistes qui interviennent dans des disciplines dont l’importance est primordiale pour le développement de la région. En conséquence, notre désir est grand de poursuivre et renforcer cette coopération.

Fiche technique de l’INPA
1. Présentation de l’organisme
1.1. Instituto nacional de pesquisas da Amazônia (INPA) (Institut national de recherches en Amazonie).
1.2. Nature jutidique : organisme autonome de l’administration centrale.
1.3. Rattachement : ministère de la Science et de la technologie.
1.4. Objectifs : promouvoir et exécuter les études, les recherches scientifiques et le développement technologique en relation avec le milieu naturel environnant et avec les systèmes socio-économico-culturels de la région d’Amazonie ; mettre en œuvre et exécuter des actions de valorisation liées à l’application des connaissances scientifiques et technologiques du développement régional, conformément à la politique définie par le ministère de la Science et de la technologie (MCT).
1.5. Adresse : INPA
Alameda Cosme Ferreira, 1756
Caixa postal 478
69000 Manaus (AM) – Brasil
teleph direction générale 236 9800, 236 9899, 236 9050
PABX 236 9400, 236 9738
telex 092 2269
2. Personnel
2.1. Indications relatives au personnel scientifique et technique :
Docteurs : 46 ; maîtres : 109 ; licenciés : 126 ; pesonnel technique : 740. Total : 1 021.
3. Principaux secteurs géographiques d’intervention
L’INPA a vocation pour intervenir sur toute l’Amazonie légale, c’est-à-dire à Manaus et auprès des cellules de recherche du Rio Branco, Etat de l’Acre et Boa Vista, l’Etat de Roraima. Il développe des recherches dans toute la région amazonienne, avec une plus forte concentration dans les Etats d’Amazonas et Rondônia et dans le Tetritoire de Roraima.

Notas finales

* Forêt amphibie des régions inondées d’Amazonie (N. du T.).

Forêt en plaine alluviale inondée seulement une partie de l’année (N. du T.).

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540