Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Brésil : vingt ans de coopération

 | 
Luiz Claudio Cardoso
, 
Guy Martinière

II. Institutions et organismes brésiliens

Le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico CNPq (Conseil national de développement scientifique et technologique)

Texte intégral

Introduction

1Créé en 1951 comme organisme de consultation et de financement rattaché à la Présidence de la République, le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq) (Conseil national de développement scientifique et technologique) a été transformé, en 1974, en fondation, dépendante de la Secretaria do planejamento (Secrétariat à la planification) de la Présidence de la République.

2En 1985, lors de la création du ministère de la Science et de la technologie, le CNPq a été rattaché à ce ministère. Les principales attributions du CNPq sont : conseiller le ministère de la Science et de la technologie dans la formulation, l’exécution, le suivi, l’évaluation et la diffusion de la politique nationale de science et technologie ; promouvoir, inciter et financer le développement, l’acquisition et la maintenance de l’équipement de la recherche scientifique et technique ainsi que la formation des ressources humaines qualifiées dans tous les domaines de la connaissance ; promouvoir, créer et soutenir les mécanismes de collecte, d’analyse, chargement, diffusion et échange des données et informations sur le développement de la science et de la technologie ; réaliser directement la recherche scientifique et technique par l’intermédiaire des institutions qui lui sont rattachées ; appuyer et promouvoir les activités de coopération internationale en science et technologie, aussi bien en ce qui concerne l’échange des chercheurs et l’élaboration de projets et programmes conjoints de recherche qu’en ce qui a trait à la formation des ressources humaines ; assurer les services et l’assistance technique dans tous ses domaines de compétence.

3En 1975, la coopération avec la France dans le domaine scientifique et technique est empreinte d’une intense activité lorsqu’un accord est signé entre le CNPq et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). A partir de 1980, les résultats significatifs recueillis au travers de cette coopération permettent la signature de six nouvelles conventions en moins de trois ans.

4Au total, aujourd’hui, le CNPq entretient des relations entérinées par des accords de coopération scientifique et technique avec les institutions françaises suivantes : le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ; le Comité d’études sur les formations d’ingénieurs (CEFI) ; l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) ; l’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (ORSTOM) ; la Formation internationale aéronautique et spatiale (FIAS) ; le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) ; le Centre d’études supérieures des matières premières (CESMAT).

5L’ensemble de ces sept instruments de coopération reflète les intérêts de la communauté scientifique et technique nationale ; il facilite aussi bien la mise en oeuvre de programmes de formation et de spécialisation des ressources humaines en France, que l’échange des chercheurs et la réalisation de programmes conjoints de recherche.

Brefs commentaires sur les accords signés

  • 1 Souligné dans le texte (N. du T.)

6Comme nous l’avons déjà souligné, après la signature du premier accord avec le CNRS, dont le vaste objectif était de mettre en œuvre des projets de techerche dans tous les champs de la connaissance1 en assurant essentiellement l’échange de chercheurs, d’autres accords ont été signés par la suite avec l’objectif de toujours privilégier les domaines prioritaires correspondant aux intérêts des deux pays afin que les résultats puissent contribuer à accélérer le processus de développement scientifique et technique national.

7Un accord a été signé en 1980 avec le CEFI ; son objectif est de former ou de perfectionner la formation des ingénieurs brésiliens en leur faisant suivre un enseignement de spécialité et de doctorat dans les grandes écoles et institutions de formation et d’enseignement de haut niveau en France.

8L’année suivante, un accord est signé avec l’INSERM afin de stimuler le développement de recherches conjointes dans les domaines de la santé, de la recherche médicale er de l’hygiène.

9La même année, nous avons signé un accord avec l’ORSTOM, en vue de développer les recherches conjointes dans les domaines des sciences de la vie et de la santé, les recherches agronomiques et les sciences humaines et sociales.

10Toujours en 1981, un accord est signé avec la FIAS ; son objectif est de renforcer les institutions reliées au complexe aéronautique et spatial brésilien, au moyen d’attributions de bourses d’études dans des centres de recherche et des organismes français d’enseignement afin d’obtenir la possibilité de suivre des cours de perfectionnement, de spécialisation ou de doctorat. Cet accord permet aussi l’organisation de cours et cycles de conférences au Brésil.

11En 1982, un accord est signé avec le Groupement d’études et de recherche pour le développement de l’agronomie tropicale (GERDAT) — actuel CIRAD — pour renforcer le développement conjoint des recherches dans le domaine de la recherche agronomique.

12Le septième et dernier accord actuellement existant est signé lui aussi en 1982, en vue de renforcer la formation et la spécialisation, au niveau post-doctoral, des ingénieurs des mines, géologues et économistes qui travaillent dans le secteur minier. L’accord, signé avec le CESMAT, permet de faciliter l’intégration d’étudiants et de professionnels brésiliens dans les grands centres français d’enseignement et de recherche de ce secteur, comme l’Ecole des mines de Paris, l’Ecole des mines de Nancy ou l’Ecole de géologie de Nancy.

Bilan et perspectives

13Nous allons présenter maintenant un rapide bilan de la coopération entreprise depuis la signature de ces accords et faire quelques commentaires sur les perspectives à venir. Ces remarques sont établies à partir des deux grandes lignes d’action du CNPq, replacées dans un contexte international, à savoir la formation des ressources humaines et la réalisation de projets conjoints de recherche.

La formation des ressources humaines

14L’accord signé avec la FIAS présente des caractéristiques spécifiques relatives à un domaine notoire d’intérêt stratégique ; pendant les six années où il a été en vigueur, cet accord a procuré aux organismes concernés des ressources matérielles et financières pour assurer la réalisarion de programmes de formation professionnelle et de perfectionnement de quarante-neuf techniciens brésiliens en France. Il a permis aussi d’organiser au Brésil, conjointement avec les organismes brésiliens, des cycles spécialisés de haut niveau, facilitant le séjour de quinze spécialistes français pour la seule année 1987, chargés d’assurer des cours et des cycles de conférences, soit un total d’une cinquantaine de cours depuis la signature de l’accord.

15Pour mieux mettre en valeur l’excellence de cette coopération, il convient de souligner que la France, dont l’industrie aéronautique et spatiale est une des plus avancées d’Europe, a été le premier pays développé à proposer, de façon formelle et institutionnelle, l’accueil en stages de spécialistes brésiliens dans ses laboratoires et ses centres industriels et de recherches.

16De leur côté, les accords signés avec le CEFI et le CESMAT, depuis leur origine, ont permis la formation de plus de deux cents spécialistes et docteurs dans les domaines respectivement des sciences de l’ingénieur (y compris le domaine des forêts) et des technologies minières. Les perspectives d’utilisation de ces outils diplomatiques sont très intéressantes, en particulier l’accord signé avec le CEFI, en raison de l’effort entrepris actuellement pour augmenter de façon substantielle la formation des ressources humaines dans les domaines stratégiques définis par le ministère de la Science et de la technologie, à savoir l’informatique / micro-électronique, les biotechnologies, les nouveaux matériaux, la chimie fine et la mécanique de précision.

17Dans cette perspective, il est envisagé, pour l’année 1988, d’augmenter au moins de cent pour cent le nombre des boursiers qui devront être envoyés en France dans le cadre des programmes mis à exécution avec le CEFI et le CESMAT.

18Différents détails relatifs à la répartition annuelle et par secteurs de spécialité de ces boursiers sont précisés dans les tableaux reproduits en annexe (tableaux n° 2 et n° 3).

Les programmes conjoints de recherche

19Dans le cadre des accords signés par le CNPq, la coopération scientifique et technique avec la France s’est révélée extrêmement profitable. Ce fait peut être attesté par la publication de centaines d’articles scientifiques dans des revues de diffusion nationale ou internationale, résultat de projets et programmes conjoints de coopération. Des informations détaillées concernant quelques exemples de cette coopération sont présentées dans la quatrième partie de cette contribution intitulée « exemples de coopération ».

20De plus, il faut dire, aussi bien de la part du Brésil que de la France, que les préoccupations de faire un bilan concret des actions entreprises et des résultats obtenus devient de plus en plus perceptible.

21Sur le plan intérieur, en général, une telle préoccupation du CNPq se reflète déjà dans son plan de programmation triennale des objectifs (Plano de metas) établi pour les années 1987-1989. On peut lire dans ce document qu’« en contrepartie de la priorité accordée à la demande émanant de positions définies a priori, le CNPq devra améliorer les mécanismes d’accompagnement et d’évaluation, selon des critères qui relèvent des normes de qualité et tenant compte des conséquences pour le progrès de la science dans le pays ».

22Sur le plan de la coopération internationale, cette préoccupation s’est trouvée concrétisée sous forme d’une proposition transmise par le CNRS au CNPq en vue de mettre en œuvre un programme intitulé « Bilan, perspectives et banque de données de coopération Brésil-France ».

23D’un autre côté, il est souhaitable de perfectionner le processus de définition et de mise en œuvre des programmes de coopération qui permettent une interaction plus étendue, notamment lorsque l’on aborde les domaines stratégiques mentionnés plus haut.

24Jusqu’à aujourd’hui, plus de quatre cents chercheurs ont directement participé à des projets conjoints de techerche réalisés grâce à l’appui des accords signés entre le CNPq et le CNRS, le CIRAD, l’INSERM et l’ORSTOM (cf. tableau n° 1).

Exemples de coopération

25A titre démonstratif, voici des informations concernant trois programmes conjoints de recherche.

Interaction de la radiation avec les atomes, les molécules et les solides

26Le programme de coopération CNPq - CNRS sur le thème « interaction de la radiation avec les atomes, les molécules et les solides » est en cours de réalisation depuis 1983 ; il a été établi à l’issue de contacts entre chercheurs brésiliens et le professeur Claude Cohen-Tanoudji (du Collège de France et de l’Ecole normale supérieure) lors de la visite de ce dernier au Brésil.

27Les critères de choix du sujet présentent un intérêt considérable qui se réflète sous de multiples aspects : a) de ne pas impliquer l’utilisation d’équipements lourds, permettant la participation d’équipes de recherche relativement peu nombreuses ; b) disposer d’un excellent potentiel de formation de chercheurs, facilitant l’acquisition d’un perfectionnement solide et varié, aussi bien théorique qu’expérimental ; c) exercer une intense activité de recherche fondamentale tout en reprenant aussi d’importantes applications techniques (instrumentation laser, télécommunications, métrologie) ; d) identifier un domaine dans lequel la France occupe une position internationale d’avant-garde dans la recherche, qui intéresse plusieurs groupes au Brésil…

28Il était prévu, dès le début, d’inclure dans ce programme trois groupes français et deux groupes brésiliens, mais la participation s’est accrue progressivement. Il y a actuellement cinq groupes participants en France et quatre au Brésil, dépendant des institutions suivantes : Ecole normale supérieure, Université de Paris-Nord, Centre d’études nucléaires de Saclay, Ecole polytechnique, Laboratoire Aimé-Cotton, Université catholique pontificale de Rio de Janeiro, Université fédérale du Pernambuco, Institut de physique et de chimie de São Carlos de l’Université de São Paulo (USP), Université fédérale de Santa Catarina. D’autres institutions, très intéressées par ce programme, ont développé certaines activités, y compris le Collège de France. Ce programme a aussi obtenu une aide complémentaire des ministères français et brésilien de l’Education, du ministère français des Affaires étrangères et du Fundo de incentivo a pesquisa técnicocientífica (FIPEC) (Fonds d’incitation à la recherche technique et scientifique) du Banco do Brasil.

29Les activités suivantes ont été développées jusqu’à présent :

  • publication de différents travaux de recherche en collaboration, aussi bien théoriques qu’expérimentaux parmi lesquels on peut relever des travaux dans les domaines suivants : a) théorie et réalisation expérimentale du premier micromaser à deux pho-tons (Ecole normale supérieure et Université carholique pontificale de Rio de Janeiro

  • PUG/RJ) ; b) travaux expérimentaux en spectroscopie libre à effet Duppler avec ondes évanescentes et conjugaison de phase dans les vapeurs résonantes (Univetsité de Paris-Nord et Université fédérale de Pernambuco) ; c) théorie des états confinés (« squeezed ») du champ électromagnétique (Ecole normale supérieure et PUC/RJ) ;

    • 2 En français dans le texte et souligné par l’auteur (N. du T.)

    séjours au Brésil d’un coopérant2 français pour travailler au Centro de pesquisa e desenvolvimento (CPqD) (Centre de recherche et développement) de Telecomunicações brasileiras S.A. (TELEBRAS), sur un programme de lasers semi-conducteurs, d’un grand intérêt technique. D’autres conséquences technologiques sont attendues en métrologie ;

  • réalisation, en 1983 (motivée par le programme) d’un colloque franco-brésilien sur le thème : « Métodos oticos em física atômica, molecular e da materia condensada » (Méthodes optiques en physique atomique, moléculaire et de la matière condensée) à la PUC/RJ, avec la participation de huit scientifiques français parmi les plus renommés dans ce domaine, et des chercheurs et étudiants de toutes les institutions brésiliennes concernées.

30L’intérêt soulevé par ce programme, considéré comme un modèle par le CNRS, a conduit la France à proposer qu’il soit transformé en un PICS (programme international de coopération scientifique), le premier de ce type à être mis en œuvre avec le Brésil. Du côté français, cette transformation aurait pour conséquence d’augmenter les ressources du CNRS grâce à l’appui financier du ministère français des Affaires étrangères, doublant les investissements réalisés.

Programme de chimie et catalyse

31L’échange entre le Brésil et la France existe depuis les années soixante-dix, au moment où la section de chimie de l’Instituto militar de engenharia (IME) (Institut militaire d’ingénierie) a convié des professeurs français de l’Université de Paris VI à participer à la création d’un laboratoire de recherche fondamentale dans le domaine de la catalyse et à assurer la formation de son personnel, aussi bien en France qu’au Brésil.

32A partir de cette action délimitée entre ces deux organismes, la coopération s’est élargie, depuis 1982, à cinq laboratoires français (soit un total de cent cinquante à cent soixante docteurs appartenant au CNRS et professeurs d’Université) et dix-huit groupes universitaires brésiliens. Toute cette action est coordonnée dans le cadre du plan programmé de catalyse sous la direction du professeur Martin Schmal de la Coordenação dos programas de pos-graduação em engenheria (COPPE) (Coordination des programmes de doctorat en ingénierie) de l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ).

33Depuis lors, dix missions dans le sens France-Brésil et seize dans le sens Brésil-France ont été réalisées, afin d’assurer surtout le perfectionnement du personnel et l’approfondissement de la connaissance des techniques en catalyse.

34Quel est le résultat de cet effort conjoint ? Outre une excellente compréhension mutuelle (des efforts méritoires sont entrepris des deux côtés pour apprendre la langue du partenaire), outre la tenue de dizaines de séminaires et la participation à des cours spécialisés, l’assistance technique lors de la mise au point de nouvelles techniques, le transfert de produits chimiques et les discussions relatives à l’analyse des résultats de recherche, on peut indiquer, en cette fin d’année 1987, que, depuis 1982, cinq docteurs brésiliens ont été formés en France, près de vingt publications ont été référencées par Chemical abstracts, trente à quarante communications ont été présentées lors de réunions nationales et plusieurs travaux ont été soumis aux expertises des congrès internationaux.

35Avec le développement de la coopération, l’opération catalyse, du côté brésilien, a pu bénéficier du soutien d’autres agences de financement comme la Financiadora de estudos e projetos (FINEP) (Agence de financement d’études et de projets), la Fundação de amparo a pesquisa do Estado de São Paulo (FAPESP) (Fondation d’aide à la recherche de l’Etat de São Paulo) et la Coordenação de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior (CAPES) (Coordination de perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur), ainsi que de l’aide des services scientifiques de l’ambassade de France.

36On prévoit bienrôt la création d’un centre de catalyse à la COPPE/UFRJ, Centre d’excellence en catalyse, ce qui permettra d’assurer une meilleure autonomie au sec-teut de la catalyse, surtout de mieux prêter attention au besoin en personnel qualifié qui augmente considérablement depuis ces dernières années.

L’Homme du Piauí du Sud-Est : de la préhistoire à aujourd’hui. L’interaction entre l’homme et le milieu naturel

371978 marque le début d’un très intéressant programme de coopération scientifique entre le Brésil et la France, dont l’objectif est le développement des recherches archéologiques interdisciplinaires dans le Sud-Est du Piauí, plus précisément le municipe de São Raimundo Nonato.

38Le titre exact du programme montre à la fois son amplitude et son défi : étudier « l’Homme du Sud-Est du Piauí. De la préhistoire à nos jours. L’interaction entre l’homme et le milieu naturel ».

39Outre le CNPq, les organismes et institutions brésiliennes participant à ce programme sont : l’Université fédérale du Piauí, le Secrétariat d’Etat à l’Education du Piauí, la CAPES, l’Institut Oswaldo Cruz, l’Université d’Etat de Campinas et le Museu paulista de l’Université de São Paulo. Du côté français, ce sont l’Ecole des hautes études en sciences sociales, le CNRS et le ministère des Affaires étrangères.

40Grâce à cette coopération, il a été possible d’acquérir différents équipements modernes d’intérêt général pour les recherches et d’effectuer un échange de spécialistes dans les différents domaines concernés, favorisant ainsi leur échange de connaissances et de services spécialisés.

41La formation d’une équipe nationale, capable de poursuivre les travaux commencés, a été un des objectifs à atteindre dès le début. Actuellement, deux chercheurs de la Fundação Universidade Federal do Piauí (FUFPI) (Fondation de l’Université fédérale du Piauí) et un de l’Université de Sao Paulo sont en train de préparer leur doctorat en France, dans le cadre de cette coopération.

42Outre la fourniture d’un matériel suffisant pour la soutenance de plus de quinze mémoires de maîtrise et thèses de doctorat dans les deux pays, les recherches entreprises par la Mission franco-brésilienne du Piauí ont créé de nombreuses retombées profitables à la communauté locale.

43La découverte de parasitoses isolées parmi les populations rurales de cette région a permis d’entreprendre des études concluant à l’origine d’infections causées par l’« Ancylostoma duodenale » et le « Necator Americanus ». Un programme d’aide à ces populations est en cours de réalisation.

44La création du Parc national de la Serra de Capivara, constituée à partir de données fournies par les recherches archéologiques, ouvre de nombreuses perspectives pour la création d’un complexe touristique, ce qui provoquera à coup sûr une mutation du cadre économique régional.

45L’une des nombreuses conclusions auxquelles les recherches scientifiques ont permis d’aboutir est même révolutionnaire : le Nordeste brésilien était habité 39 200 ans avant notre ère. Il est donc nécessaire de réviser les théories du peuplement de l’Amérique, sujet qui constitue à lui seul un défi à la science.

46Les chasseurs-collecteurs et les agriculteurs cétamistes qui ont vécu dans le passé ont laissé un legs important dans cette région du Piauí, soit des peintures et des gravures, soit des restes d’ossements, des urnes funéraires, des pierres taillées et polies, le tout dispersé dans plus de deux cent soixante-dix sites archéologiques déjà répertoriés, dont plusieurs ont déjà été fouillés.

  • 3 « caatinga » : petite forêt d’arbustes broussailleux et épineux du Nord-Est sub-aride (N. du T.).

47La présence de traces d’animaux de mégafaune, comme par exemple, un paresseux géant, un cheval américain, un tatou géant, montre l’existence de conditions climatiques et de milieux naturels différents de ceux que l’on connaît aujourd’hui de cette région, où la végétation dominante actuelle est la « caatinga »3.

48Etudier et conserver tout ce matériel est une tâche difficile qui nécessite des efforts conjugués, comme ceux qu’accomplissent actuellement l’Université fédérale du Piauí, le CNPq et le ministère français des Affaires étrangères.

49Retrouver la mémoire de l’homme est une entreprise qui dépasse les limites d’une nation.

50CNPq / Service de la coopération internationale décembre 1987

Tableau 1 — Nombre de boursiers en doctorat et de spécialités envoyés en France dans le cadre de l’accord CNPq-CEFI au début de chaque année scolaire

Tableau 1 — Nombre de boursiers en doctorat et de spécialités envoyés en France dans le cadre de l’accord CNPq-CEFI au début de chaque année scolaire

Tableau 2. Formation des ressources humaines. Accord CNPq-CESMAT Nombre de boursiers envoyés en France par niveau d’étude et domaines de connaissance au début de chaque année scolaire

Tableau 2. Formation des ressources humaines. Accord CNPq-CESMAT Nombre de boursiers envoyés en France par niveau d’étude et domaines de connaissance au début de chaque année scolaire

Tableau 3. Programmes conjoints - Echanges de chercheurs avec la France, par accord et année d’exécution

Tableau 3. Programmes conjoints - Echanges de chercheurs avec la France, par accord et année d’exécution
  • 4 Selon les accords avec le CIRAD et l’ORSTOM, les chercheurs sont des chercheurs permanents ; le rap (...)

Note *4

  • 5 De la région — Etat — de Pará (N. du T.).
  • 6 En anglais dans le texte (N. du T.).

Fiche technique du CNPq
1. Présentation de l’organisme
1.1. Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPq) (Conseil national de développement scientifique et technologique) ;
1.2. Nature juridique : fondation ;
1.3. Organisme rattaché au ministério da Ciência e tecnologia (MCT) (ministète de la Science et de la technologie) ;
1.4. Adresse : CNPq - Administração central
Av W/3 Norte quadra 507 - Bloco B - Ed. CNPq
CEP 70 740 - Brasília - DF – Brasil
Av. W/3 Norte - Quadra 511 - Bloco A - Ed. Bittar II
CEP 70 570 - Brasília - DF – Brasil
Caixa postal 11 1142
teleph (061) 274 1155
telec (061) 1089 et 1076
Adtesse télégraphique : Pesquisas
2. Attributions et ressources
2.1. Il est de la compétence du CNPq d’aidet le ministre de la Science et de la technologie dans la formulation, l’exécution, l’accompagnement, l’évaluation et la diffusion de la politique nationale de science et technologie, notamment :
— promouvoir et soutenir le développement et l’équipement de la recher-che scientifique et technique et assurer la formation des ressources humaines qualifiées dans tous les domaines de la connaissance ;
— réaliser, directement ou indirectement, la recherche scientifique et technique et organiser les ressources humaines destinées à ctéer de nouveaux champs de connaissance ou qui relèvent des nécessités spécifiques de secteurs d’intétêt national ou régional ;
— promouvoir, créer et maintenir en bon fonctionnement les mécanismes de collecte, analyse, chargement, diffusion et échange de données et d’information relevant du développement de la science et de la technologie ;
— proposer et appliquer les normes et instruments de soutien et d’incitation aux activités de techerche et de développement, de diffusion et d’assimilation des connaissances scientifiques et techniques ;
— promouvoir la mise en oeuvre d’accords, de programmes et de projets d’échange et de transfert de technologie entre organismes publics et privés nationaux ;
— proposer au ministre de la Science et de la technologie la réalisation d’accords, programmes et projets d’échange, dans le domaine de la science et de la technologie, avec des organismes étrangers et internationaux ;
— appuyer et promouvoir les réunions de nature scientifique et technique et y participer ;
— offrir ses services et prêtet son assistance technique dans tous les domaines de compétence ;
— prêtet assistance dans l’achat et l’importation d’équipements et de matériels pour son utilisation dans des activités de recherche scientifique et technique, en accord avec la législation en vigueur.
— De 1986 à 1987, les ressources du CNPq ont pratiquement doublé : elles sont passées de 117,5 millions de dollars US à 230,7 millions. Les ressources destinées aux bourses d’étude ont fait un bond de 54,6 millions de dollars US en 1986 à 119,3 millions en 1987.
3. Unités de recherche
3.1. Instituto de matemática pura e aplicada (IMPA)
L’IMPA (Institut de mathématiques pures et appliquées) a été créé par le CNPq en 1952, en vue de stimuler la recherche scientifique et l’enseignement dans le domaine des mathématiques pures et appliquées, et pour favoriser la diffusion et le perfectionnement de l’esprit et de la culture mathématiques dans le pays. Entre 1957 et 1967, l’IMPA est devenu un pôle d’influence au niveau national en assurant des cours de perfectionnement aux chercheurs de différentes régions du Brésil, en publiant des monographies et en développant son programme d’accueil aux professeurs visitants. Les activités institutionnelles d’études doctorales (pos-graduação) ont débuté en 1962 ; de 1962 à 1986, deux cent cinquante-neuf mémoires de maîtrise et quatre-vingt-cinq thèses de doctorat ont été délivrés. Le corps des chercheurs permanents de l’IMPA comprend quarante docteurs. En outre, quarante à cinquante professeurs visitants séjournent chaque année à l’Institut. Six à huit docteurs et dix à douze maîtres sont formés par an. Les stages d’été, de niveau post-doctoral, attifent annuellement une soixantaine de spécialistes, dont la plus grande partie vient de tout le Brésil et dix à quinze d’entre eux d’autres pays latino-américains.
3.2. Museu paraense Emílio Goeldi (MPEG)
Le MPEG (Musée paraense5 Emilio Goeldi) est tattaché au CNPq depuis 1955, avec un parc zoobotanique de cinquante-deux mille mètres carrés en plein centre de Belém. Le pavillon Ferreira Penna se dresse au milieu du parc, véritable carte postale du musée Goeldi, construit en 1879 ; en dépit de nombreuses « adaptations » auxquelles il fut soumis depuis 1955, il conserve son air noble et antique, accueillant des expositions temporaires. Le thème retenu pour sa réouverture au public, en 1987, était : « La science des Mêbêngôkre : alternative contre la destruction ».
Dans une phase d’intenses activités, « le Musée, selon son directeur, Guil-hermo de La Penha, s’attache à promouvoir et sauvegarder le pattimoine de l’Amazonie, constituant une banque de données dynamique qui pourvoit en subsides la réalisation d’activités scientifiques contribuant effectivement à la définition d’une politique autosuffisante de développement de la légion ».
L’institution assure aujoutd’hui son expansion autour de deux assises matérielles — outre le parc zoobotanique, il existe un campus de recherche à la périphérie de Belém — ; elle structure ses activités de recherche autour de quatre grands départements scientifiques : sciences humaines, y compris archéologie, anthropologie et linguistique ; zoologie ; botanique et le nouveau département de programmes et projets qui téanime le front des recherches concernant les sciences de la terre. Le musée a entrepris deux grands programmes interdisciplinaires relatifs à l’analyse des impacts d’environnement, à Catajas et au Xingú.
3.3. Museu de astronomia e ciências afins (MAST)
Le MAST (Musée d’astronomie et sciences connexes), inauguré le 8 mars 1985, à São Cristovão dans l’Etat de Rio de Janeiro, est le musée brésilien le plus récent. En 1982, un petit groupe de personnes lançait le projet « Mémoire de l’astronomie et sciences connexes », afin de réunir des insttu-ments, des équipements et des documents dispersés sur le campus de l’Observatório nacional (Observatoire national) et dans divers autres lieux. Finalement, surgit le MAST, officiellement créé par le CNPq, avec trois principaux objectifs : récupérer et diffuser des ensembles de matériels concernant la mémoire scientifique du Brésil, assurer la diffusion scientifique et la ptoduction des connaissances en histoire des sciences. Actuellement, il rassemble un immense potentiel documentaire, un musée à ciel ouvert, profitant des immenses possibilités offertes par le campus de l’ancien Observatório nacional, où l’on trouve des coupoles et des instruments d’observation ainsi que du matériel pédagogique installés depuis 1985, mais susceptible de transposer les actions du MAST dans des locaux offerts par une grande agglomération.
Le MAST a lancé en 1987 un grand projet : ttansporter sur les plages, en plein été, des modules de démonstration de phénomènes concernant les sciences. De plus, un laboratoire d’informatique est en train d’être installé.
3.4. Labotatório nacional de computação científica (LNCC)
Le LNCC (Laboratoire national de calcul scientifique) a pour objet la recherche et le développement des méthodes mathématiques et de calculs dans les domaines scientifiques et dans les sciences de l’ingénieur, afin de saisir les réalités concrètes, et prévoir les méthodes de calcul scientifique des unités de recherche du CNPq et des autres unités appartenant au Sistema nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (SNCTD) (Système national de développement scientifique et technique). Le LNCC a actuellement trois projets en cours, susceptibles d’élever le niveau des moyens disponibles de calcul pour la communauté scientifique nationale : l’acquisition d’un super-ordinateur, l’installation d’un réseau d’ordinateurs reliant les différentes unités de recherche du ministère de la Science et de la technologie et, enfin, la connexion du LNCC au téseau international Bitnet, qui rassemble près de deux mille centres de calcul appartenant aux institutions de recherche de plusieurs pays dans le monde.
3.5. Laboratório nacional de astrofísica (LNA)
Le LNA (Laboratoire national d’astrophysique) dépend directement de l’Observatório nacional (ON) (Observatoire national) dont il est une unité associée. Il a pour objet la réalisation d’observations astronomiques et le développement de l’insttumentation à un niveau de qualité internationale, en veillant à obtenir et promouvoir les moyens nécessaires aux bonnes conditions de travail de la communauté scientifique de ce domaine, en assurant la coordination de l’astronomie brésilienne, aux fins d’éviter la déperdition des forces et le redoublement des activités. Le choix du site accueillant un observatoire brésilien d’astrophysique a été décidé entre 1965 et 1972 et a fait l’objet d’une étude conjointe de l’Observatório nacional (ON), de l’Instituto astronômico e geográfico de l’Université de São Paulo (IAG/USP), de l’Instituto tecnológico de aeronáutica (ITA) et de l’Université fédérale du Minas Gerais (UFMG) : plus de quinze sites dans la région centte-ouest du Brésil ont été examinés, entre les degrés vingt et trente de latitude sud. Le site finalement retenu, le Pico dos Dias (1860 m) offre une possibilité d’observations astronomiques de quatre heures et demi par nuit et se trouve entte les municipes de Brasópolis et de Piranguçi, au sud du Minas Gerais. La première observation a été effectuée le 22 avril 1980. Le LNA accueille chaque année près de ttente astronomes et étudiants en provenance d’autres institutions qui ont obtenu les moyens pour réaliser une cinquantaine de projets. De nombreuses thèses et travaux publiés dans les principales revues étrangères ont été entrepris à partir de ces observations.
3.6. Laboratório nacional de luz síncroton (LNLS)
Le LNLS (Labotatoire national de rayonnement synchrotron) créé par le CNPq/MCT et installé à Campinas, a pour objet de concevoit, construire, aménager et faire fonctionner un anneau de stockage d’électrons et ses équipements périphériques en vue de la production de radiation électromagnétique d’intensité élevée et spectre large (dans le domaine de l’infrarouge jusqu’aux rayons X).
Le LNLS est un laboratoire national. Ce qui signifie que ses équipements de recherche sont ouverts à tous les chercheurs, ingénieurs et techniciens qualifiés susceptibles de les utiliser. Contrairement aux laboratoires actuellement existants dans les universités et instituts de recherche qui sont au service presque exclusif des groupes locaux, le LNLS aspire à stimuler les opportunités nouvelles de recherche, avec des équipements de pointe, auprès des chetcheuts et techniciens de tout le Brésil.
3.7. Observatório nacional (ON)
L’ON (Observatoite national) a été créé le 15 octobre 1827 par décret-loi, signé pat Dom Pedto I. L’Observatório nacional, rattaché au CNPq, organe du MCT, a fortement imprégné des travaux reconnus internationalement tout au long de ses cent soixante années d’existence, notamment la détermination de la parallaxe solaire, lors du passage de la planète Vénus devant le disque du soleil, en 1882.
Outre ses activités notables dans le domaine de la recherche fondamentale, l’ON a entrepris d’importants travaux d’application, notamment la délimitation des frontières, la confection de cartes géographiques, l’aide à la navigation et effectué des relevés magnétiques, en particulier ceux des vallées du Sao Francisco et du Paraíba. L’ON a aussi été chargé de situer et de délimiter le lieu de la future capitale du Brésil, étude qui définit, à Goiás, le Quadrilatère de Cruls et qui, plus tard, devait être à l’origine de la construction de Brasilia.
En relation avec les fechetches dans les domaines de l’astronomie, de l’astrophysique et de la géophysique, l’ON assure le Service de l’heure légale brésilienne, en fonctionnement régulier et continu depuis 1850, éla-bore le réseau gravimétrique fondamental et les cartes magnétiques et envisage l’installation, à Santa Maria, dans l’Etat du Rio Grande do Sul, d’un radio-interféromètre à synthèse d’ouverture opérant à 150 MHz sur une base de 5 km.
3.8. Centro brasileiro de pesquisas físicas (CBPF)
Le CBPF (Centre brésilien de recherches physiques) a été fondé en 1949 à l’initiative d’un groupe de scientifiques brésiliens. A cette époque, les difficultés pour doter l’Universidade do Brasil (l’Université du Brésil) à Rio de Janeiro, d’une part d’une activité et d’un climat de recherche appropriés au développement de la physique au Brésil, d’autre part d’un enseignement universitaire scientifique moderne, ont fait du CBPF une institution pionnière en Amérique latine, aussi bien dans les domaines de la recherche que dans l’enseignement de doctorat.
Actuellement, un premiei prototype d’un mini-super-ordinateur conçu et construit au Brésil est en fonctionnement au CBPF. Appelé ACP, signe de « Advanced computer programme »6 il a été élaboré dans le cadre du Programme de physique expérimentale des hautes énergies et en collaboration avec des physiciens et des ingénieurs nord-américains du Laboratoire Fermi-lab, dans l’Illinois.
3.9. Centro de estudos em política científica e tecnológica (CPCT)
Le 14 novembre 1984, la Comissão de coordenaçao técnica e científica (CCTC) (Commission de coordination technique et scientifique) du CNPq a approuvé la constitution d’un Núcleo de pesquisas de política científica e tecnológica (NCT) (Groupe de recherches de politique scientifique et technologique), qui résultait de la transformation de la Coordenação de estudos (CET) (Coordination des études) en une unité rattachée directement à la présidence du CNPq. Les travaux initiés par le CET (1975) et poursuivis ultérieurement par le NCT, ont atteint leur intensité maximum lors de la création et du renforcement du Centro de estudos em política científica e tecnológica (CPCT) (Centre d’études de politique scientifique et technologique) le 2 avril 1986, à son tout organisé et structuré comme Unidade de pesquisa (Unité de recherche) du CNPq à partir du 30 novembre 1987.
Le CPCT a pour objet d’aider le MCT, le CNPq et les autres organismes du Sistema nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (SNDCT) (Système national de développement scientifique et technologique), en mettant en oeuvre les éléments nécessaires à l’analyse de l’action de l’Etat, à savoit la programmation, la présentation et l’évaluation des politiques de développement scientifique et technologique. Le CPCT doit aussi conseiller le MCT et ses départements pour tout ce qui se réfère aux questions nouvelles qui se font jour et aux perspectives concernant les domaines de la science et de la technologie.
3.10. Instituto brasileiro de informação em ciência e tecnologia (IBICT)
Créé en 1954, sous le nom d’Instituto brasileiro de bibliografia e documentação (IBBD) (Institut brésilien de bibliographie et documentation), l’IBICT (Institut brésilien d’information en science et technologie) est le principal instrument de l’action du CNPq dans le secteur de l’informação em ciencia e tecnologia (ICT) (Information scientifique et technique).
Agissant directement, au moyen de ses propres services, ou assurant les conditions pour faire en sorte que d’autres institutions soient en mesure de fournir des informations aux personnes qui les sollicitent, l’IBICT développe ses activités en soutenant la programmation et le développement des services spécialisés d’information scientifique et technique ; en garantissant la maintenance des services qui ont la possibilité de produire et de localiser des informations dans le pays ou qui sont en relation avec des institutions similaires à l’étranger, ceci afin de faciliter l’accès aux documents primaires, surtout grâce au Programa de comutação bibliográfica (COMUT) (réseau de banque de données bibliographiques) établi en collabotation avec le Coor-deneção de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior (CAPES) (Coordination de perfectionnement du personnel de l’enseignement supérieur) du ministère de l’Education, et au Catálago coletivo nacional de publicações seriadas (CCN) (Catalogue collectif national des publications en séries). Ces deux derniers instruments constituent un véritable registre de la production scientifique publiée dans les périodiques brésiliens et permettent l’accès aux banques de données scientifiques et techniques nationales et étrangères. L’IBICT doit aussi assurer le développement des ressources humaines et des systèmes informatisés permettant de traiter les informarions bibliographiques ; il doit définit les normes et modèles techniques des services d’information et, en outre, promouvoir la diffusion de la culture scientifique dans l’ensemble du pays.

Notes

1 Souligné dans le texte (N. du T.)

2 En français dans le texte et souligné par l’auteur (N. du T.)

3 « caatinga » : petite forêt d’arbustes broussailleux et épineux du Nord-Est sub-aride (N. du T.).

4 Selon les accords avec le CIRAD et l’ORSTOM, les chercheurs sont des chercheurs permanents ; le rapport mois/chercheurs n’a donc pas raison d’être.

5 De la région — Etat — de Pará (N. du T.).

6 En anglais dans le texte (N. du T.).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 — Nombre de boursiers en doctorat et de spécialités envoyés en France dans le cadre de l’accord CNPq-CEFI au début de chaque année scolaire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1747/img-1.png
Fichier image/, 27k
Titre Tableau 2. Formation des ressources humaines. Accord CNPq-CESMAT Nombre de boursiers envoyés en France par niveau d’étude et domaines de connaissance au début de chaque année scolaire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1747/img-2.jpg
Fichier image/, 48k
Titre Tableau 3. Programmes conjoints - Echanges de chercheurs avec la France, par accord et année d’exécution
Légende Note *4
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1747/img-3.png
Fichier image/, 11k

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540