Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de développement technologique

 | 
Hubert Drouvot
, 
Gérard Verna

Partie I. Composantes et limites des modes traditionnels de transfert de technologie

Chapitre I. Le concept de technologie

Texte intégral

“A part quelques exceptions notables, les transferts de technologie n’ont généralement pas été des succès”
(Madu, 1989)

1. DÉFINITIONS DE LA TECHNOLOGIE

1Le terme de technologie est très employé, mais paradoxalement sa signification est très variée. Les définitions de la technologie sont nombreuses (Dussauge P. & Ramanantsoa, 1985), et à titre d’illustration citons quelques définitions. La technologie est définie comme “l’étude des outils, des procédés et des méthodes employés dans les diverses branches de l’industrie” par le dictionnaire Larousse et comme “un ensemble de procédés méthodiques fondés sur des connaissances scientifiques employées à la production” par le Le petit Robert.

2Pour Mansfield (1970) c’est “un ensemble de connaissances sociales concernant les arts industriels” et Mélèse (1972) la considère comme un sous-système d’une entreprise et la définit sur le plan opérationnel, c’est-à-dire aux niveaux des ateliers de production, la force de vente, etc.

3Pour Nicolas et Tronchon (1979) : “La technologie est une réflexion sur la technique”, c’est-à-dire “un discours sur l’explication de la technique et les données de sa mise en œuvre”.

4Salerni (1979) la caractérise comme étant “un complexe de techniques, machines, instruments utilisés pour transformer les matières premières et les informations… Elle contient dans sa structure… une partie des informations, nécessaires au processus de transformation. Les informations devant être élaborées par le travail humain”.

5D’après Hawthorne (1971), “La technologie est un ensemble de procédés méthodiques fondés sur des connaissances scientifiques employé à la production”. Judet et Perrin (1971) définissent “la technologie comme un ensemble complexe de connaissances scientifiques, de machines et d’outils mais aussi de maîtrise systématique d’une organisation efficace de la production”.

6Bizec (1981) la désigne comme “l’ensemble des méthodes et de l’outillage nécessaires pour fabriquer, utiliser et faire des choses utiles”.

7Enfin, Le Duff et Maisseu (1991) la décrivent comme “l’ensemble cohérent organisé des techniques, outils, matériaux, méthodes et savoir faire, toutes applications du contenu des sciences employées à des fins le plus souvent économiques, dans le but de produire des biens ou des services marchandes”.

8Nous venons ainsi d’énumérer un certain nombre de définitions portant sur la technologie. Chaque auteur définit ce concept d’une manière plus ou moins précise, certaines définitions ayant un sens plus large que d’autres. Nous pourrions continuer à citer d’autres définitions, mais notre intention n’est pas de constituer un catalogue exhaustif. L’intérêt est de se rendre compte qu’elles sont nombreuses et que nous retrouvons néanmoins dans la plupart les termes d’outils, de machines, de connaissances scientifiques et des méthodes qui sont destinés au processus de production ou de transformation. Retenons donc que le concept de technologie est un ensemble complexe de connaissances, de moyens et de savoir faire, organisé pour une production.

9Selon Ribault, Martinet & Lebinois (1991) la technologie n’a de sens que pour un résultat dont la réalisation repose nécessairement sur ces trois composantes : connaissances - moyens - savoir faire.

10Pour notre étude, nous retiendrons surtout la définition de Judet et Perrin qui réunit les trois aspects principaux :

  • les connaissances de nature technique, aspect le plus apparent et le plus immédiat ;
  • la technologie incorporée dans des biens, essentiellement les machines ;
  • l’organisation des différents éléments du procédé de production qui détermine le succès ou l’échec de toute tentative d’industrialisation. Ce troisième élément constitue la technologie de gestion, c’est-à-dire l’art, la capacité de faire la synthèse de tous les moyens de production.

11La technologie apparaît donc à la fois comme une réflexion sur les techniques au sens traditionnel du terme (procédé, etc.) et la façon de s’en servir, c’est-à-dire “la manière de l’intégrer dans le processus de production” (Jehl, 1977). Du fait de ce troisième élément, il apparait que la technologie n’est pas un produit simple à acquérir.

12Cooper et Sercovitch (1971) ont constaté que pour les pays en voie de développement la difficulté est double. “En plus du problème de l’acquisition des connaissances techniques, il y a celui de l’acquisition de la capacité d’utiliser ces connaissances”.

2. LE CONCEPT DE SYSTEME TECHNOLOGIQUE AU NIVEAU MICRO ÉCONOMIQUE

13Baranson (1975) classifie les éléments de la technologie en trois catégories :

  • la conception du produit : depuis un article simple jusqu’à une pièce automatique très compliquée,
  • les techniques de production : par exemple méthodes, instructions de fabrication, élaboration d’outillage, spécifications des matériaux, etc.
  • le système de gestion d’entreprise : par exemple plans, divers systèmes de contrôle technique (concernant le marketing, le contrôle financier, etc.), contrôles et tests de qualité, entretiens et réparations des équipements, techniques de changement de machines.

14Hawthorne (1971) distingue les éléments de la technologie en y incluant des techniques de management, et les caractérise par leurs fonctions.

15Atamer (1980) en développant les trois types de technologies proposés par Perrin (1980) a considéré la technologie en termes de “système technologique”.

TABLEAU 1.1 : ÉLÉMENTS DE TECHNOLOGIE

TABLEAU 1.1 : ÉLÉMENTS DE TECHNOLOGIE

16Afin de mieux comprendre ce concept, nous nous proposons de reprendre l’analyse de Perrin. L’auteur propose de distinguer les éléments de technologie suivant trois types d’opposition. (Cf. le tableau 1.2)

17Premier type : Non organisé – Organisé

18Il s’opère autour de la notion d’organisé. Le terme organisé se réfère à la disponibilité des connaissances, à la possibilité pour chacun de pouvoir se procurer ces informations, par exemple en acquérant des publications et des ouvrages spécialisés.

19Deuxième type : Non codifiable – Codifiable

20C’est l’opposition qui permet de différencier le savoir-faire de la connaissance qu’il est possible de décrire dans un texte, par exemple les descriptions figurant dans un brevet.

21Troisième type : “Software” – “Hardware”

22Au “software” correspond le savoir-faire et la connaissance, tandis que le “hardware” comprend les produits technologiques.

23L’étude concernant les problèmes de transfert de technologie doit donc concevoir la technologie en tant que système technologique. Atamer (1980) définit ainsi la technologie comme “un complexe de connaissances technologiques, de connaissances techniques, de savoir-faire technique et de produits technologiques. ”

24Plus récemment, Morin (1985) a proposé une définition de la technologie qui s’apparente à cette approche, pour lui : “La technologie est l’art de mettre en oeuvre dans un contexte local et pour un but précis, les sciences, techniques et régies générales qui peuvent entrer dans la conception des produits et procédés de fabrication, la commercialisation, la fonction achat, les méthodes de gestion et de management, les systèmes d’information”. Cette définition se rapporte à la notion de système technologique dans la mesure où elle inclut les différents types de technologies utilisés par les entreprises, à savoir les technologies de produit, de procédé et de management. Elle nous paraît ainsi être très adaptée au transfert de technologie qui implique deux entreprises, l’une émettrice, l’autre réceptrice. La société réceptrice pouvant exiger, selon le niveau de ses propres compétences des apports plus ou moins vastes dans les domaines de la conception des produits, de la gestion de la production et des autres composantes de la gestion de l’entreprise.

TABLEAU 1.2 : LES COMPOSANTES D’UN SYSTEME TECHNOLOGIQUE AU NIVEAU MICRO-ÉCONOMIQUE

TABLEAU 1.2 : LES COMPOSANTES D’UN SYSTEME TECHNOLOGIQUE AU NIVEAU MICRO-ÉCONOMIQUE

3. DE LA TECHNIQUE AU SYSTEME TECHNIQUE : L’AGRÉGATION SYNERGIQUE DES TECHNOLOGIES

25Même si nous retenons, pour envisager la problématique des transferts internationaux de technologie une approche basée sur la notion de système technologique, nous voudrions également nous référer aux travaux de Le Duff et Maisseu (1991). Dans “Le management technologique” ces auteurs proposent un ensemble de définitions permettant de situer les différents niveaux d’analyse. En partant du plus spécifique et en allant vers le plus générique, ils définissent ainsi les quatre concepts suivants :

  • La technique : Ensemble de procédés ordonnés fondés sur des connaissances scientifiques qui sont employés à l’investigation et à la transformation de la nature pour produire une oeuvre ou obtenir un résultat déterminé. Une technique s’insère dans une technologie dont elle est une application concrête.
  • La technologie : Fonds de la connaissance théorique (Know why) et pratique (Know how) existant à un moment donné dans un système concernant les arts industriels.
  • La métatechnologie : Agrégation synergique de plusieurs technologies mises en oeuvre pour l’élaboration et la production d’une famille de produits, de biens ou de services.
  • Le système technique : C’est un ensemble structuré et en mouvement des métatechnologies, un réseau hiérarchisé de technologies génériques et de technologies d’application.

26Dans cet esprit, Le Duff et Maisseu présentent les composantes du système technique caractéristique du xxi° siècle, (tableau 1.3 ci-dessous)

27Aït El Hadj (1989) s’est également interrogé sur le contenu des technologies génériques qui concernent les activités des entreprises à “haute technologie”, ses divers domaines, et les types d’application et les produits qui en découlent sont représentés dans le tableau 1.4.

28Pour l’auteur, le système technologique qui s’instaure, se caractérise par l’abstraction et la dématérialisation, le remplacement de l’énergie et de la matière par l’information et par une nouvelle liberté par rapport à l’espace et au temps, ce dernier point conduisant à un nouveau degré de mondialisation. Le passage et parfois la rupture entre deux systèmes technologiques proviennent du fait que toute technique possède dans des conditions de milieu spécifique une limite absolue.

TABLEAU 1.3 : SCHÉMA SIMPLIFIÉ PARTIEL DU SYSTEME TECHNIQUE DU XXI° SIECLE

TABLEAU 1.3 : SCHÉMA SIMPLIFIÉ PARTIEL DU SYSTEME TECHNIQUE DU XXI° SIECLE

Source : Sciences et techniques, n° spécial mai 1986

29Une autre remarque est importante dans l’optique d’un travail relatif aux transferts internationaux de technologie : “une société ne peut connaître une mutation technologique, sans que les formes de l’organisation du travail et de l’entreprise, les modes de consommation, les formes de régulation étatique et même la configuration mondiale de la puissance ne changent”. Ceci met en évidence la nécessaire transformation des politiques de formation et de gestion du personnel lors de l’incorporation de nouvelles technologies. Cet impératif est souvent négligé par les entrepreneurs des pays en voie d’industrialisation et cette situation constitue un des principaux facteurs d’échec des opérations de transfert.

30Ait El Hadj évoque aussi dans cette phrase les relations technologie/société, et cela nous permet d’introduire, au delà de l’approche qui considère la technologie comme un agrégat de techniques, une conception qui place la technologie à l’intérieur de rapports sociaux et qui intègre les spécificités de l’environnement culturel et politique. Face aux problèmes posés aujourd’hui dans l’élaboration de politiques technologiques suite à l’évolution de contexte international, l’approche conventionnelle de la technologie est certainement dans l’incapacité de rendre compte des réalités du transfert de technologie et cela pour deux raisons majeures. D’une part, elle néglige l’interaction entre les sciences et les techniques. D’autre part, elle élimine l’environnement social dans lequel les sciences et techniques se développent, et le rapport qui, d’emblée, s’établit entre eux. La prise en compte de ces facteurs, ne permet pas de considérer la technologie comme une simple marchandise, elle oblige de se référer aux conditions de sa production et donc à la complexité du rapport capital et travail (Lachtar, 1986).

TABLEAU 1.4 : LE 3EME SYSTEME TECHNOLOGIQUE

TABLEAU 1.4 : LE 3EME SYSTEME TECHNOLOGIQUE

4. LA TECHNOLOGIE COMME SYSTEME SOCIO-TECHNIQUE

31Plusieurs auteurs, comme Madeuf (1981) ou Emmanuel (1982) considèrent abusive l’utilisation du terme “technologie” comme synonyme de technique. Sur ce point Perrin (1983) est fort explicite : “La technologie est la connaissance organisée, formalisée des techniques”. Pourtant, la distinction entre ces deux termes est rarement respectée dans le langage courant : “technologie” est tout à propos substitué à “technique”. La contamination du mot anglais “technology” est sûrement à l’origine de cette confusion. Cette observation de Perrin mérite deux commentaires :

  • L’utilisation du terme “technologie” dans le langage courant s’explique par la volonté de faire preuve d’érudition.
  • Concernant l’utilisation de ce terme dans le langage technique l’identification de technique à technologie est non seulement une question de sémantique par contamination de l’anglais mais aussi liée à la nature sous jacente des enjeux politiques et économiques.

32Ce débat portant sur la définition de la technologie n’est pas superflu car selon que l’on considère la technologie comme une technique ou pas, des positions différentes sont prises vis-à-vis du processus de transfert. Rappelons, en effet, que le transfert est un processus de modification du récepteur en fonction du contenu et qu’il nécessite la prise en compte de la dimension sociale. Pour Viegas (1984), du point de vue théorique, cette conception de la technologie comme système socio-technique dérive de l’élargissement des études sur la bureaucratie de Weber et de l’analyse de l’entreprise comme système. Ces études ont montré que la tâche principale de l’analyse de l’entreprise est celle de la considérer comme un “système social complexe, en tenant moins compte des différences individuelles entre les protagonistes que des rôles qu’ils sont amenés à jouer, du fait de leur situation dans le système” (Emery & Trist, 1978).

33L’entreprise n’est pas un système fermé, suffisamment indépendant pour que l’on puisse se permettre d’analyser la plupart de ses fonctions par rapport à sa structure interne et non à son environnement externe. “Ce n’est pas par hasard que le mot “technologie” n’est apparu qu’après la révolution industrielle et que la problématique du transfert de technologie ne s’est posée que depuis quelques décennies. En fait : la technologie a déserté l’atelier. En débordant les clôtures des usines, elle est devenue un système ouvert, autrement dit, un système dont les éléments sont en permanence en état de perméabilité avec l’environnement, en exerçant une influence sur celui-ci et en subissant son influence. En même temps, elle est un reflet de l’environnement, elle détermine des rapports avec les éléments qui l’entourent”. (Viegas, 1984).

34C’est dans ce sens que l’on affirme que la technologie n’est pas neutre. Elle reflète, mais en même temps conditionne, les rapports de production, les relations de travail et de pouvoir, les goûts et les aspirations des individus. “C’est à partir de ces liens, que sont énoncés les divers concepts de technologie adaptée, technologie douce, technologie intermédiaire, technologie radicale, technologie autonome” (Drouvot, 1981). On ne peut pas considérer la technologie en dehors des liens qu’elle tisse avec la société ou avec le groupe social dans lequel elle s’insère. “Chaque objet technique est la pétrification des rapports sociaux qu’il contribue à la fois à instaurer, à perpétuer, à modifier… Le transfert d’un objet technique d’une société vers une autre a, donc, une signification sociale… Il n’est donc pas étonnant que le transfert de technologie soit au centre des rapports de dépendance des pays sous-développés par rapport aux pays industrialisés” (Perrin, 1983).

35Pétrification des rapports sociaux, la technologie est, donc, un élément de la culture, c’est-à-dire, de “l’ensemble de systèmes symboliques par lesquels les hommes vivant en société s’orientent par rapport à leur milieu et définissent leur rapport avec leurs semblables” (Parsons, 1979). Les questions posées par les échecs des transferts de technologie et par l’inadaptation des formes de technologie aux conditions de l’environnent naturel et social ont fait ressortir l’aspect culturel de la technologie. “Pour que les technologies soient auto-soutenues, elles doivent être incorporées à la tradition culturelle d’un peuple. La tradition culturelle dans une technologie donnée, c’est-à-dire la disponibilité en ressources humaines expérimentées, en quantité et en qualité nécessaires, est un facteur essentiel, sans quoi il est impossible de détenir actuellement n’importe quel type de technologie…” (Zuffo, 1983-1).

36Oublier le contenu culturel de la technologie, c’est vouer à l’échec les efforts de transfert et d’acquisition technologique :

37Les causes des échecs des transferts de technologie, proviennent le plus souvent d’une insuffisante intégration des valeurs culturelles et sociales des pays récepteurs aux projets de vente d’ensembles industriels. Quant aux technologies appropriées, Sachs (1980) précise qu’aucune technique ne saurait être dissociée du contexte socio-économique qui la produit, ni de celui de son application… Toute technique porte le code génétique de la civilisation qui l’a produite… Il n’y a pas de techniques absolument bonnes, car leur évaluation doit tenir compte des conditions écologiques, sociales, politiques, culturelles où s’inscrit l’opération projetée”.

38Une étude de l’OCDE (1982) associe également les aspects techniques et juridiques au contexte culturel : “Il faut noter que si la technologie se matérialise dans des réalisations techniques comme des machines ou des ensembles industriels, sous la forme de supports à caractères juridiques comme les brevets, licences ou contrats de fournitures de know-how, elle peut prendre également l’expression d’un savoir, d’une pratique, et, à la limite, d’une culture, qui finit par être si diffuse que l’on cesse d’y prêter attention. Pourtant, c’est de cette “culture” que dépend finalement le bon fonctionnement d’un ensemble technique donné… La technologie est, en fait, l’utilisation de la connaissance scientifique par une société donnée, à un moment donné pour résoudre des problèmes concrets de son développement en s’aidant surtout des moyens qui sont à sa disposition, compte tenu de sa culture et de son échelle de valeurs”.

39Le contenu culturel de la technologie est expliqué par Zuffo (1983-2) comme le choix du vecteur technologie permettant de produire des biens pour la satisfaction des besoins humains. “Considérons un bien donné à produire. Normalement il existe plusieurs fonctions technologiques pour le produire. Le poids des paramètres et des variables qui composent cette fonction dépend du niveau culturel et du milieu social, il est ainsi dépendant du moment historique considéré. En considérant les technologies comme “quelque chose en plus”, celles-ci, quand elles sont vraiment absorbées, appartiennent à la tradition culturelle d’un peuple et il est impossible de les distinguer d’autres manifestations culturelles ou artistiques. Seulement dans ce cas-là la technologie est devenue autochtone. Nous disons que l’achat ou le transfert pur et simple d’une technologie nécessite que le pays acquéreur ait formé les ressources humaines non seulement pour l’implanter mais aussi pour la transformer en l’optimisant et l’adaptant aux conditions locales”.

40On comprend, alors, le bien fondé de la définition de technologie proposée par Madeuf (1981) pour qui la technologie est “un ensemble de pratiques sociales qui transforment les connaissances scientifiques en savoir faire utilisé dans la production”. Dans ces conditions “le processus de création technique est un processus complexe où l’état des connaissances joue un rôle permissif, mais où les conditions socio-économiques sont déterminantes”.

41Pratique sociale et savoir faire collectif, la technologie dépasse la logique micro-économique de l’entreprise pour s’insérer dans le système d’éducation, formel ou informel, dans la politique scientifique et industrielle de la collectivité et dans son système de valeur et de culture. Si la technologie est une pratique sociale, le transfert de technologie l’est encore davantage car, durant son processus, il met vis-à-vis deux partenaires, un émetteur et un récepteur, qui ont le plus souvent des cultures technologiques très différentes et dont les objectifs ne sont pas toujours conciliables.

42En conclusion à cette analyse du concept de technologie, le tableau 1.5 synthétise, par différents cercles, la vision plus ou moins globale de cette notion. Les trois niveaux qui apparaissent dans ce tableau doivent être intégré dans l’étude des transferts de technologie. La troisième dimension, c’est-à-dire les relations “technologie société” a une importance capitale dans la réussite des accords passés avec des entreprises situées dans des environnements culturellement et économiquement très distincts de ceux des pays industrialisés. Une réelle acquisition de connaissances technologiques importées est fonction des diverses caractéristiques de l’environnement socio-politique.

43Toujours dans l’optique de la technologie perçue comme système socio-technique, remarquons que la technologie n’est pas neutre, car elle véhicule un certain rapport de production, des modes de consommation, et des rapports de domination (dépendance technologique et financière). Les évolutions technologiques peuvent être appréhendées selon trois perspectives : technique (sciences des ingénieurs, acquisition d’un savoir faire collectif), économique (impact sur la croissance à la productivité) et sociale (profits, emploi, qualifications et conditions de travail).

TABLEAU 1. 5. DIFFÉRENTS NIVEAUX DU CONCEPT DE TECHNOLOGIE DANS UNE PERSPECTIVE SOCIO-ÉCONOMIQUE

TABLEAU 1. 5. DIFFÉRENTS NIVEAUX DU CONCEPT DE TECHNOLOGIE DANS UNE PERSPECTIVE SOCIO-ÉCONOMIQUE

TABLEAU 1.6. LES RELATIONS “TECHNOLOGIE-SOCIÉTÉ

TABLEAU 1.6. LES RELATIONS “TECHNOLOGIE-SOCIÉTÉ

44Tout un champ de réflexion s’est développé pour définir les orientations sur les choix technologiques des pays du Tiers Monde qui s’engagent dans des processus d’industrialisation. La modernisation de ces pays se fonde essentiellement sur l’importation de technologies issues des pays développés et dans cette situation de dépendance, la question est de savoir comment ces pays peuvent produire ou adapter des technologies appropriées à leurs nécessités spécifiques et aux ressources dont elles disposent (Barbieri, 1989).

45Sans vouloir trop nous attarder sur ce débat qui a par ailleurs perdu une certaine actualité avec le déclin des investissements dans le Tiers Monde au cours de la decennie 80, notons que tous choix objectif doit d’abord partir de la question “technologie appropriée à quoi ? ” et que, selon Jequier (1976), les divers critères à considérer peuvent être : le degré de complexité, le rapport capital/travail, le degré de nuisance et les impacts sur l’écologie, les ressources utilisées (nationales ou importées) et le degré d’autonomie et d’auto suffisance.

46Mais, comme le rappelle Emmanuel (1982) le critère essentiel reste le critère de productivité, et ce critère peut justifier dans le Tiers Monde, l’adoption des technologies les plus sophistiquées afin de produire au moindre coût et de satisfaire une demande à très faible pouvoir d’achat et très sensible aux niveaux de prix. Le concept de technologie appropriée, bien que très répandu, ne recouvre donc pas de définition largement acceptée, il reste donc très contingent aux particularités spécifiques de chaque environnement.

47Compte tenu de cette ambiguïté, Teitel (1978) a préféré opter pour la démarche inverse qui consiste à définir les technologies non adaptées au pays du récepteur à partir des critères suivants :

  • Les besoins et préférences de marchés locaux et consommateurs ne sont pas convenablement pris en compte.
  • La technologie est basée sur l’utilisation de matériaux importés avec peu d’utilisation des produits disponibles localement.
  • La technologie, n’est pas adaptée à la taille du marché local.
  • La main d’oeuvre locale disponible est insuffisamment utilisée.
  • Les techniques exigées, ne sont pas disponibles localement et ne peuvent pas être enseignées rapidement.
  • Une utilisation excessive de capital et d’équipements importés.
  • La technologie ne peut être transférée qu’avec un coût élevé.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1.1 : ÉLÉMENTS DE TECHNOLOGIE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre TABLEAU 1.2 : LES COMPOSANTES D’UN SYSTEME TECHNOLOGIQUE AU NIVEAU MICRO-ÉCONOMIQUE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre TABLEAU 1.3 : SCHÉMA SIMPLIFIÉ PARTIEL DU SYSTEME TECHNIQUE DU XXI° SIECLE
Légende Source : Sciences et techniques, n° spécial mai 1986
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre TABLEAU 1.4 : LE 3EME SYSTEME TECHNOLOGIQUE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1656/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre TABLEAU 1. 5. DIFFÉRENTS NIVEAUX DU CONCEPT DE TECHNOLOGIE DANS UNE PERSPECTIVE SOCIO-ÉCONOMIQUE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1656/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre TABLEAU 1.6. LES RELATIONS “TECHNOLOGIE-SOCIÉTÉ
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1656/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter