Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de développement technologique

 | 
Hubert Drouvot
, 
Gérard Verna

Introduction

Texte intégral

1Les transferts internationaux de technologie à destination des “pays en voie de développement” ont fait l’objet d’une quantité impressionnante d’articles et d’ouvrages au cours de la décennie 1970. Cette production littéraire abondante fut élaborée durant des années très propices à l’essor des ventes de savoir faire et de technologie. De nombreux pays du Sud s’engageaient alors dans d’ambitieuses politiques de développement industriel. Ils bénéficièrent de la bienveillance des entrepreneurs des pays industrialisés qui faisaient face dans leurs propres pays à une crise dans le secteur des biens d’équipement, ainsi que de celle des banquiers soucieux de trouver des emprunteurs dans une phase de surliquidité bancaire provoquée par l’abondance des eurodollars, puis des pétrodollars. (Morel & Saint Alary, 1988) Au niveau institutionnel, des pays tels que la France allaient proposer des crédits bonifiés, afin de compenser le choc pétrolier de 1973 par la vente d’ensembles industriels dans les pays de l’OPEP. Tous ces éléments expliquent la précipitation avec laquelle à cette époque les banquiers et les industriels occidentaux se sont engagés dans des opérations de transferts de technologie. Pour de nombreux pays du Tiers-Monde, les années quatre-vingt ont constitué au contraire une “décennie perdue”, la chute des cours des matières premières, la crise de la dette externe sont des facteurs qui ont provoqué un long déclin économique et social dans la plupart des pays d’Afrique et d’Amérique latine.

  • 1 Source : Banque mondiale : rapport annuel 1993

2Le tableau 0.11 indique de 1981 à 1992 les nombreuses évolutions négatives du taux de croissance du PIB par habitant dans plusieurs régions du Tiers-Monde. Pour l’Amérique Latine, par exemple, les taux de croissance de la consommation et de l’investissement, se sont effondrés à partir de 1980. Les politiques d’ajustement structurel fortement recommandées par les organismes internationaux et mises en oeuvre (avec plus ou moins de rigueur) dans les différents pays, ont grandement contribué à ces résultats ainsi qu’à la réalisation d’excédents commerciaux importants.

  • 2 Source : “Plan d’urgence pour l’Afrique”, MOCI, 24 juillet 1989 & D. Fortin : “L’Afrique subsahari (...)

3La chute des investissements, la réduction des importations et un transfert net négatif de ressources du Sud vers le Nord (37,6 milliards de dollars en 1989 à 42,5 milliards en 1990) sont autant d’indicateurs qui expliquent le peu d’intérêt manifesté par ces industriels occidentaux envers les ventes de technologie à destination des pays du Sud, au cours des années 1980. En Afrique Subsaharienne, alors que les apports privés français étaient encore positifs en 1985 de 300 millions de francs, ils chutèrent en 1987 avec un solde net négatif de 3,3 milliards de francs et en 1988, avec un solde net négatif de 4,2 milliards de francs en 19882.

TABLEAU 0.1. POURCENTAGES D’ÉVOLUTION DU PIB PAR HABITANT DE 1981 À 1992

TABLEAU 0.1. POURCENTAGES D’ÉVOLUTION DU PIB PAR HABITANT DE 1981 À 1992
  • 3 Comme dans le cas du Brésil, par exemple

4La principale réponse apportée à la crise économique et sociale des années 80 fût l’application d’une politique de libéralisation économique destinée d’une part à réduire les dépenses des États (politique de privatisation, réduction des subventions, licenciement de fonctionnaires) et d’autre part à développer le libre échange par la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires. Sur ce dernier point il s’agissait pour de nombreux pays latino américains d’une véritable rupture par rapport aux politiques de substitution aux importations traditionnellement adoptées depuis plusieurs décennies. Ces changements structurels ne sont pas neutres sur les opportunités de réaliser des transferts internationaux de technologie. Les privatisations ne vont elles pas anéantir les efforts réalisés par les entreprises publiques pour maîtriser des technologies dans des secteurs considérés comme stratégiques3 ?

TABLEAU 0.2. EVOLUTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR DE CINQ PAYS LATINO-AMÉRICAINS (EN MILUARDS DE DOLLARS) (EXPORTATIONS F.O.B ; IMP = IMPORTATIONS C.A.F)

TABLEAU 0.2. EVOLUTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR DE CINQ PAYS LATINO-AMÉRICAINS (EN MILUARDS DE DOLLARS) (EXPORTATIONS F.O.B ; IMP = IMPORTATIONS C.A.F)

5L’ouverture des frontières ne va-t-elle pas inciter les industriels occidentaux à réduire leurs engagements avec des partenaires locaux (joint venture, accords de licence) pour en revenir à une politique classique d’exportation directe ? A l’inverse, cette concurrence internationale accrue et ces politiques d’assainissement vont elles réorienter les flux de capitaux étrangers vers ces régions, qui avaient été délaissées au nom d’un redéploiement vers les pays solvables ? Ce retour des capitaux particulièrement flagrant depuis quelques années en Amérique latine est-il propice à l’essor des entreprises locales ?

6C’est dans le cadre de ce contexte très évolutif et incertain que nous présentons cette étude qui a pour objectifs :

  1. De faire une synthèse sur le contenu des concepts liés aux transferts de technologie et sur la problématique des opérations de transferts.
  2. De situer la place du transfert international de technologie dans la stratégie internationale des entreprises des pays industrialisés.
  3. A partir des désillusions et des limites des transferts de technologie réalisés au cours des années 70 (transfert de technologies traditionnel) de montrer la necessité pour les entreprises réceptrices de s’orienter vers des politiques plus globales fondées sur la mise en oeuvre de politiques de gestion technologique.
  4. D’insister sur la nécessité de créer des réseaux d’alliances et de coopération avec des partenaires nationaux et étrangers pour entreprendre un réel développement technologique et en définitive pouvoir prétendre à une véritable compétitivité internationale.

7Cet ouvrage prend appui sur deux champs conceptuels, dans la première partie, celui des transferts internationaux de technologie, et dans la seconde, celui du processus d’innovation. Dans le cadre des transferts de technologies, la dimension technologique est considérée comme un facteur exogène. Dans une perspective essentiellement spatiale, la réflexion porte sur la détermination des modes de diffusion entre pays en prenant en compte la politique des Nations et les comportements des oligopoles. Dans la littérature sur les transferts internationaux de technologie, le caractère exogène du progrès technique explique que la problématique se concentre sur l’acquisition d’un ensemble de techniques supérieures aux techniques utilisées par un pays ou une entreprise réceptrice.

8Notre intention est de montrer qu’il convient cependant de dépasser le mythe de la transmission naturelle des innovations par la simple mobilité des facteurs de production. Comme le souligne fort justement Colletis (1991) il n’y a aucune transmission automatique et un réel transfert de technologies nécessite la mise en œuvre d’un long processus d’assimilation et de création chez les récepteurs. Il convient donc de dépasser l’étude en terme d’échanges pour analyser les processus complexes et cumulatifs qui permettent de s’orienter vers la maîtrise des nouvelles technologies. La question alors posée devient moins celle de la nature des échanges et du choix des technologies à acquérir que celle de la viabilité des systèmes mis en place pour développer de véritables capacités d’innovation. Suite à la présentation des composantes et des limites des modes traditionnels de transferts de technologies, nous nous attacherons donc dans une deuxième partie à décrire les modes séquentiels et cumulatifs des politiques de développement technologique.

9Dans cette perspective, les caractéristiques de l’environnement local, les politiques des États et leurs cohérences avec les motivations des industriels sont autant d’éléments à considérer comme des conditions aux changements technologiques. Les rapports sociaux, et tout particulièrement les politiques d’éducation et de qualification, sont à appréhender dans la mesure où tout processus d’innovation prend sa source dans un déséquilibre dynamique, au sens de Schumpeter, qui remet en cause les stratégies et les structures des entreprises.

  • 4 Compte tenu de l’hétérogénéité des pays appartenant au “Tiers-Monde” nous parlerons indifféremment (...)

10Au dela de prétendre que l’innovation naît au centre (pays développés) et qu’elle se propage vers la périphérie, il importe de noter que l’assimilation des technologies dans les pays du Sud4 nécessite un certain degré de capacité technologique locale c’est-à-dire de détention d’une grande diversité de compétences et de connaissances. Cette notion de compétences requises nous conduit à poser comme préalable à toute politique de développement technologique, l’existence d’un système d’éducation bien établi, et nous faisons ici l’hypothèse que les transferts de connaissances se réalisent bien davantage entre universités et centres de recherches de différents pays que dans le cadre des opérations de vente de technologies associant des entreprises émettrices et réceptrices.

11Par ailleurs, l’État du pays d’accueil a un rôle primordial à remplir, et nous ne devons pas ignorer, surtout dans la vague actuelle de libéralisme, que celui-ci doit constituer un cadre institutionnel favorable en créant des externalités propices à l’essor de technologies endogènes. L’État a pour mission d’établir des interconnections entre les différents acteurs impliqués dans le développement scientifique et industriel d’un pays, les relations universités-entreprises sont à promouvoir dans le cadre d’un programme cohérent de politiques industrielles et des réseaux d’alliances associant des industriels. Des centres de recherche de différentes nationalités sont à constituer pour créer des synergies et pour supporter les aléas et les coûts toujours plus importants du progrès techniques.

Notes

1 Source : Banque mondiale : rapport annuel 1993

2 Source : “Plan d’urgence pour l’Afrique”, MOCI, 24 juillet 1989 & D. Fortin : “L’Afrique subsaharienne au bord du gouffre”, Le Nouvel Économiste, 2 mars 1990

3 Comme dans le cas du Brésil, par exemple

4 Compte tenu de l’hétérogénéité des pays appartenant au “Tiers-Monde” nous parlerons indifféremment de pays en voie de développement, de pays du Sud ou de pays de la périphérie. Remarquons toutefois que l’ampleur des compétences requises pour mettre en œuvre des politiques de développement technologique implique que notre réflexion concerne en premier lieu les “nouveaux pays industriels”, c’est à dire les pays déjà dotés d’une base industrielle assez diversifiée et d’un système d’éducation relativement avancé.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 0.1. POURCENTAGES D’ÉVOLUTION DU PIB PAR HABITANT DE 1981 À 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1654/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre TABLEAU 0.2. EVOLUTION DU COMMERCE EXTÉRIEUR DE CINQ PAYS LATINO-AMÉRICAINS (EN MILUARDS DE DOLLARS) (EXPORTATIONS F.O.B ; IMP = IMPORTATIONS C.A.F)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1654/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter