Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

S'affirmer Lacandon, devenir patrimoine

 | 
Julie Liard

Remerciements

Full text

1Je tiens à remercier en premier lieu les personnes qui m’ont permis de réaliser cette étude.

2Celles qui m’ont accueillie avec générosité, qui m’ont donné de leur temps et qui m’ont accompagnée durant cette expérience de terrain à Lacanjà Chansayab au Chiapas. Je pense notamment à Ismaël, Chanuk, Lorena, Enrique, Vicente, mais aussi à Mario pour toutes ces magnifiques balades et à tous les guides lacandons des ruines de Bonampak pour leur disponibilité.

3Je remercie aussi tous ceux qui m’ont permis au Mexique de mener à bien cette magnifique expérience : ma grande amie Stéphanie Pitiddu ainsi qu’Émilie Flambeaux mais aussi Nicolas Olivos, professeur de l’ENAH (Escuela Nacional de Antropología e Historia), et Alix Bonneau. Je tiens à remercier les personnes avec lesquelles j’ai vécu au sein de cette maison des plus chaleureuses à San Cristobal de las Casas : la casa Junax. Merci aux anthropologues, à Tim Trench qui s’est rendu disponible pour mon étude ainsi qu’à Oscar Chanona et Stanislaw Iwaniszewski.

4Merci à mes directeurs de recherche, professeurs qui m’ont guidée, soutenue, écoutée durant mon étude : David Dumoulin, Christian Gros qui a permis l’obtention de la bourse de mobilité pour effectuer mon étude de terrain mais aussi merci pour ces inoubliables séjours à Trompette, enrichissants intellectuellement. Merci à Jean Foyer pour le sous-groupe Ersipal (Équipe de recherche société, identité et pouvoir en Amérique latine) qui m’a permis de préparer cette étude en amont et le travail de terrain au Mexique. Merci à l’anthropologue et professeure Capucine Boidin, pour son écoute et ses conseils durant les mois d’écriture.

5Je tiens à remercier très sincèrement Luisa Sanchez. Sans elle, ce mémoire n’aurait pas vu le jour. Merci pour ses conseils et ses qualités intellectuelles des plus stimulantes. Un grand merci à tous mes amis collègues de l’IHEAL avec lesquels j’ai vécu un cursus universitaire enrichissant. Je pense à Jessica Brandler qui a été d’un grand soutien amical et intellectuel, à Diego Padilla. Le soutien du comité de rédaction de la revue RITA créé avec des amies collègues m’a permis d’aiguiser mon sens critique et de concrétiser un projet scientifique collectif.

6Enfin j’ai eu le privilège, une année après, de parfaire cette étude auprès de Philippe Courtois, penseur libre, maître de la syntaxe qui a su dynamiser mes propos et rendre ma réflexion plus intelligible…

7Je crois que je ne trouverai pas les mots justes pour remercier ma famille qui m’accompagne dans mes choix et mes projets et Mohamed qui a su rester présent, m’apportant tout son soutien dans mes périodes d’angoisses, de doutes, de remises en question durant tous ces mois.

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540