Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pierre Monbeig, un géographe pionnier

 | 
Martine Droulers
, 
Hervé Théry

Le sens de cet ouvrage

Hervé Théry

Texte intégral

1Ce livre en hommage à Pierre Monbeig n’est pas un de ces ouvrages de « Mélanges », où les disciples rassemblent, pour en faire l’hommage à un Maître, leurs articles sur des sujets variés, plus ou moins en rapport avec ceux qu’il a traités au cours de sa carrière.

  • 1 Travaux et Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine n° 34 1981, Paris.

2D’abord parce que Pierre Monbeig avait explicitement refusé que l’on en organisât un de son vivant, préférant suggérer l’organisation d’un colloque. Il est caractéristique de sa modestie qu’il ait préféré faire porter l’attention, plutôt que sur sa personne, sur le thème central de sa vie de chercheur, les frontières pionnières : de ce colloque est sorti le livre Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux1, un livre utile aujourd’hui encore.

3Ensuite parce que ceux qui ont travaillé avec lui, et beaucoup appris de lui, ceux qui ont cheminé à ses côtés ou qui lui doivent leurs débuts de chercheurs, ceux qui ont passé avec lui de belles heures de recherche et d’amitié, ont préféré mettre l’accent cette fois sur l’homme et son œuvre, en profitant de ce qu’il ne soit plus là pour le leur interdire, d’une boutade ou d’une remarque ironique.

  • 2 Ce nombre se trouve être aussi le code qui désigne, dans la nomenclature du CNRS (LA111, puis UA111 (...)

4Car cet homme et cette œuvre le méritent. Il était de bon ton naguère de dire que s’il avait eu un rôle majeur d’orientation, d’administration et d’organisation de la recherche, comme directeur scientifique du Cnrs, comme directeur de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, du DEA Amérique latine, des Cahiers des Amériques latines, il n’avait guère écrit, ni eu un rôle actif de chercheur. Ceux qui l’ont approché de près savent qu’il avait eu au moins un rôle indirect, en les stimulant, en les orientant, en les mettant sur des pistes nouvelles. Et en préparant ce livre nous avons eu la surprise de constater que son œuvre écrite était loin d’être aussi mince qu’il le disait lui-même : la bibliographie que l’on trouvera ci-dessous recense 111 titres2, et il n’est pas sûr qu’elle soit vraiment exhaustive. On notera que la liste que Pierre Monbeig avait préparée vers la fin de sa vie n’en comptait que 68, car il n’avait guère le souci de recenser minutieusement le moindre de ses écrits pour préparer des dossiers de candidature à ceci ou à cela. De la même façon, il a fallu recourir à huit versions de son curriculum vitae trouvées dans ses papiers pour reconstituer l’impressionnante liste de ses fonctions, titres et qualités, une liste que lui-même n’a jamais pris la peine de composer.

5De ces recherches initiales est sortie la structure de ce livre. Après avoir établi les éléments factuels sur sa vie et son œuvre, nous avons voulu les replacer dans leur temps, ce que font plusieurs témoignages, et ce que Pierre Monbeig fait lui-même : on trouvera ici la retranscription d’une conversation qu’il avait eue avec Claude Bataillon, lequel préparait alors un article sur les années de formation des géographes de cette génération.

6La partie principale de l’ouvrage est constituée d’articles portant directement sur l’œuvre de Pierre Monbeig : relisant les articles qu’il a consacrés, au long de sa carrière, aux thèmes qui lui étaient chers, nous avons essayé de dégager, avec le recul du temps, les lignes de force et la postérité de ces pages éparses, mais au total nombreuses et fortes. Pour chacun des thèmes est republié un article de Pierre Monbeig, inédit en français ou mal diffusé, ce qui permettra au lecteur de se faire par lui-même une idée de leur actualité ou de leur valeur comme document déjà historique, de se convaincre de la justesse du titre de cet ouvrage : par bien des aspects Pierre Monbeig n’a pas été seulement un géographe des pionniers, mais aussi un géographe pionnier.

7Puis, comme la carrière de Pierre Monbeig a été variée, nous nous sommes efforcés d’en évoquer quelques facettes, de montrer son rôle d’homme d’influence dans quelques domaines choisis. Enfin, le dernier mot lui revenant, trois de ses textes inédits concluent l’ouvrage : deux d’entre eux avaient été préparés pour des circonstances solennelles, son cours inaugural au CNAM et l'Aula Magna qu’il donna pour le cinquantenaire de l’Université de São Paulo, en 1984. Soigneusement écrits, ces textes ne ressemblent que d’assez loin aux conférences qui ont été prononcées, comme en témoigne l’enregistrement de l'Aula Magna : une fois encore il avait choisi de se dégager de son texte, préféré se laisser porter par l’auditoire, jouer de l’humour et du charme pour faire passer en souriant quelques idées importantes.

8C’est pourquoi, afin de lui rendre un hommage qui soit bien dans sa manière, nous avons voulu placer en exergue de ce livre un petit texte sans prétention scientifique, un petit texte brésilien qui l’aurait, nous l’espérons, amusé. Il s’agit d’un texte de samba, les paroles de la chanson qui a remporté au Carnaval de Rio, en 1972, le prix du défilé des écoles de samba. Pierre Monbeig aurait certainement approuvé le sens général, une apologie du métissage, de la rencontre culturelle qui a formé le Brésil après les dures heures de l’esclavage. Mais il se trouve de surcroît présent dans cette chanson, car l’auteur en appelle, à l’appui de sa thèse, à l’autorité d’un Professor Pierre, qui a de bonnes chances d’être Pierre Monbeig. Comme rien ne permet d’affirmer le contraire, et comme aucune autre hypothèse n’est mieux établie, c’est en tout cas ce que ses amis ont choisi de penser.

Etnia Brasileira
Negro trabalhava
na lavoura do senhor
mas não dava resultado (bis)
negro não tinha valor

A ai ai ai ai o meu senhor
A ai ai ai ai o meu senhor
O professor Pierre afirmou
que o Brasil é tropical (bis)

E o branco superou
com a sua cultura
elemento de cor
indio negro africano
êle assim conquistou

Negro trabalhava
na lavoura do senhor
mas não dava resultado (bis)
negro não tinha valor

A ai ai ai ai o meu senhor
A ai ai ai ai o meu senhor

Quando os Brancos e os Negros
se cruzaram
deram origem à riqueza
e uma influencia geral
na literatura brasileira
nossa dança nossa raça
rico pais tropical

L’ethnie brésilienne
Le Nègre travaillait
dans les champs du maître
mais ça ne marchait pas (bis)
le Nègre ne valait rien

A ai ai ai ai mon maître
A ai ai ai ai mon maître

Le professeur Pierre l’a affirmé,
le Brésil est tropical (bis)

Et le Blanc l’a emporté
grâce à sa culture
sur les peaux colorées
Indiens, Nègres africains
et ainsi les a soumis

Le Nègre travaillait
dans les champs du maître
mais ça ne marchait pas (bis)
le Nègre ne valait rien

A ai ai ai ai mon maître
A ai ai ai ai mon maître

Quand les Blancs et les Noirs
se sont métissés
ils ont fait naître la richesse
et transformé
la littérature brésilienne
notre danse, notre race
et ce riche pays tropical
Carnaval 1972. Défilé des écoles de samba
Ecole Canarinhos de Engenhoca

Notes

1 Travaux et Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine n° 34 1981, Paris.

2 Ce nombre se trouve être aussi le code qui désigne, dans la nomenclature du CNRS (LA111, puis UA111), le laboratoire fondé par Pierre Monbeig, et dont il a été longtemps le directeur.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1491/img-1.jpg
Fichier image/, 1,9M

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter