Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les phénomènes de frontière dans les pays tropicaux

 | 
Centre de recherche et de documentation sur l’Amérique latine

Première partie. Situation des fronts pionniers dans le monde tropical

La colonisation des terres neuves en Afrique Tropicale : réflexions sur quelques travaux récents

Jean-Pierre Raison

Testo integrale

  • 1 Citons normalement le Séminaire internation sur les Migrations en Afrique de l’Ouest, tenu en janv (...)
  • 2 Mon analyse se fondera principalement sur les travaux suivants :
    J. Boutrais : La colonisation des (...)

1Le thème des migrations de la population rurale en Afrique tropicale a connu ces dernières années un regain d’actualité : attention tenant aux circonstances, comme la crise de sècheresse au Sahel ou les troubles politiques, avec leur cortège de paysans sinistrés et réfugiés ou réaction à un état de fait, l’accélération des migrations ? Je reviendrai sur ces points. Quoi qu’il en soit, les populations africaines, qu’on imaginait trop facilement, après la phase de mise en place des groupes ethniques, sinon toujours profondément ancrées au sol, du moins fermement établies sur leurs territoires, apparaissent aujourd’hui comme toujours animées d’une remarquable mobilité et ne se dirigeant pas uniformément vers les villes, dans un exode rural accéléré. Tandis que se multiplient les colloques sur le thème des migrations1, dont l’apport reste souvent de niveau général sinon de type théorique, apparaissent depuis quelque temps les résultats d’un certain nombre de travaux détaillés, portant sur d’importantes régions de l’Afrique francophone. Ils doivent peu à la mode, ayant été entrepris de plus longue date, principalement à l’initiative de l’O.R.S.T.O.M. qui, dès 1964, avait mis à l’étude les phénomènes de colonisation des terres neuves : mais ils semblent venir d’autant mieux à leur heure qu’ils peuvent largement contribuer à une vision nouvelle des choses2.

2Un trait commun à ces travaux est qu’ils portent un intérêt tout particulier aux mouvements que, faute de mieux, on a convenu d’appeler « spontanés », c’est-à-dire qui ne sont pas directement commandés par des entreprises de lotissement et de mise en valeur d’espaces limités, régis par des logiques essentiellement techniciennes. Si J. Boutrais étudie les quelques « casiers » où l’on s’est efforcé d’installer en piémont ou en plaine des montagnards du Nord Cameroun, ou si je n’ai pu manquer de cerner rapidement les traits des opérations de développement gouvernementales dans le Moyen Ouest malgache, c’est essentiellement en référence à des mouvements plus vastes par lesquels les paysans, certes poussés ou tirés par les circonstances, mettent en valeur, voire organisent, l’espace sans guère d’interférences extérieures. Traditions et circonstances peuvent concourir à expliquer ce fait : fréquente réticence des géographes français à se pencher sur des entreprises dont l’organisation systématique offre peu de prise aux analyses classiques ; manque de goût aussi des praticiens pour les enquêtes de chercheurs indépendants. Il n’est pas douteux non plus que, en effectifs déplacés comme en production réalisée, les entreprises planifiées ou organisées représentent seulement une infime partie des mouvements de colonisation en terres neuves, une fraction plus minime qu’en Asie ou en Amérique latine.

3L’essentiel n’est pas là, je pense : il est dans l’optique générale qu’ont adoptée la plupart des auteurs. Pour eux, en définitive, l’étude de la colonisation des terres neuves n’est pas une fin en soi, mais elle est l’occasion de considérer plus globalement grâce à un révélateur particulièrement actif, l’état d’une société, de ses rapports au sol et à l’espace, de ses relations avec les autres sociétés rurales, et, à une échelle plus vaste, son degré et son mode d’articulation avec l’économie marchande. L’objet essentiel de l’analyse n’est pas l’espace, la terre conquise, mais le corps social dont font partie les hommes qui l’occupent. Science des hommes habitants et aménageurs, plus que science des lieux : telle parait être pour les auteurs, la géographie.

4On comprend dès lors pourquoi le cadre essentiel d’analyse est le plus souvent l’ethnie, considérée presque autant dans son pays d’origine que dans les terres nouvelles où elle vient s’associer bien souvent à d’autres groupes. A la seule exception du travail de P. Lena, exclusivement consacré à une zone de conquête pionnière, et qui fait d’ailleurs large part à l’étude des dynamismes différentiels en fonction des origines géographiques, la totalité des analyses est centrée sur un groupe ou un ensemble de groupes très proches voisins. Il n’y faut voire nulle nostalgie, et encore moins un tribalisme latent. Le fait est seulement que le groupe ethnique reste, en milieu rural plus qu’ailleurs, le cadre de vie normal, le fondement de l’organisation sociale et spatiale, même dans les régions d’immigration complexe, et c’est seulement par son intermédiaire qu’on peut saisir les processus de changement actuels, jusques et y compris les conditions de son éventuel dépassement. A l’évidence, et prenant là nettement le contre-pied de trop d’aménageurs, tirant la leçon de trop d’échecs, les géographes n’ont pas voulu voir dans les terres neuves des tables rases, mais au contraire des espaces riches d’une double histoire, avec toutes les interférences que cette situation provoque : celle – et souvent plus riche qu’on ne le croyait – de la terre d’immigration elle-même, celle des groupes qui viennent aujourd’hui l’occuper.

  • 3 H. ENJALBERT : Paysans noirs, les Kabrés du Nord Togo. Bordeaux. Cahiers d’Outre-Mer. IX-34. 1956. (...)
  • 4 P. GOUROU : Leçons de géographie tropicale. Paris-la-Haye. Mouton, 1971, 324 p. in « Problèmes géo (...)

5C’est dire que la part faite aux faits passés n’est ni négligeable ni gratuite, me semble-t-il. L’élément primordial n’y est pas, et l’on pourrait s’en étonner, l’étude des causes historiques de la disparité des densités, qui permet aujourd’hui le développement des migrations. C’est sans doute que, pour une part, cette histoire était déjà faite : on a beaucoup écrit sur l’insécurité dans l’Afrique précoloniale, sur la tendance au resserrement autour de noyaux plus solidement organisés ou sur la volonté d’entassement dans des sites préférentiels qui permit à des sociétés acéphales de résister par leur seule masse. A bien des égards même, les études récentes remettent en cause, ou du moins nuancent des schémas un peu hâtivement bâtis. Un des apports les plus importants, à mon sens, du travail de Boutrais sur les montagnards du Nord Cameroun est l’analyse qu’il développe des qualités écologiques particulières des monts du Mandara (qualité des sols, pluviométrie plus sûre qu’en plaine), qui en faisaient somme toute, dans un état donné de la technologie, des sites agricoles privilégiés. Cela rejoint des observations pertinentes faites, il y a un quart de siècle, par H. Enjalbert, à propos du massif kabyè3. Certes, il y a eu des montagnards réfugiés, mais, comme le montre fort bien Boutrais, d’autres groupes sont d’authentiques enfants des rochers, qui se montrent aujourd’hui infiniment moins aptes que les autres à l’émigration. On a de même longtemps pensé que l’accumulation des hommes dans la partie la plus élevée et apparemment la plus ingrate des Hautes Terres centrales malgaches relevait, écologiquement, de l’absurdité, et ne pouvait se justifier que par une histoire guerrière. P. Gourou avait déjà fort bien senti que l’explication était courte, et il avait tenté de trouver une autre justification dans la plus forte densité des vallons cultivables en riz4. Il m’a bien semblé que, sans être négligeable, ce facteur était insuffisant : beaucoup mieux douées qu’on ne l’a souvent cru, les terres peuplées tirent surtout leur avantage de pentes aux sols bien structurés, dont l’utilisation convenait mieux, de surcroît, que celle des zones planes aux cultivateurs munis d’une bêche.

6Ce retour à des justifications par les potentialités naturelles ne saurait évidemment être érigé en système : le pays mossi ne jouissait certes d’aucun avantage écologique particulier ; tout juste peut-on dire que pour ses habitants il n’était pas plus mauvais qu’un autre, puisque ceux qui le quittent aujourd’hui paraissent rechercher aux environs des sols semblables. En tout état de cause, il n’y a point déterminisme, mais tout au plus sollicitation : de bons sols ont été négligés, ce que seuls permettent de comprendre les événements historiques ou les processus sociaux.

  • 5 J.Y. MARCHAL : La colonisation agricole au Moyen Ouest malgache. La petite région d’Ambohimanambol (...)

7Un des apports essentiels d’une étude historique, qui mérite d’ailleurs d’être poursuivie, est la mise en valeur des flux et des reflux qui n’ont cessé de battre les rives des zones de peuplement les plus denses. Ce qui était déjà parfois pressenti est désormais présenté de façon plus systématique, et sur une échelle de temps plus large. Sans doute ne s’est-il pas toujours agi de purs progrès ou reculs du peuplement lui-même : pour la royaume mossi, l’espace périphérique était plutôt zone d’exploitation dont le cœur du pays vivait, pour une partie, par la razzia, le tribut ou le commerce. Mais ces contacts établissaient déjà, par points, des relations que la migration devait ensuite utiliser, voire de premiers établissements qui ont pu polariser les mouvements ultérieurs, comme le montre J.Y. Marchal pour Aribinda, dans la région de Djibo, au Nord du Mossi, sur la route des caravanes de sel. Dans d’autres cas, on a pu assister à de véritables progressions du peuplement qui, même ultérieurement remises en cause, ont joué un rôle notable dans la suite des événements par des modalités très diverses. C’est parfois, à proprement parler, par l’exploitation d’un capital accumulé par des générations antérieures : ainsi pour les parcs d’Acacias albida et de Karité, sites préférentiels de nouveaux établissements, comme on le note dans le Seno, au pied de la falaise de Bandiagara, comme dans la plaine de Koza, au cœur des monts du Mandara, ou sur certains des piémonts qui séparent ceux-ci du Diamaré. Des phénomènes de même ordre ont pu être décelés dans le Moyen Ouest malgache, où la colonisation du xxè siècle a parfois profité des aménagements rizicoles réalisés durant les deux siècles précédents5. Plus souvent néanmoins, dans cette région, l’héritage est plus désincarné et réside surtout dans le réseau de points fortifiés, structurant l’espace, et que les nouveaux venus se réapproprient.

8Ce qui me parait plus généralement original dans les travaux récents est l’importance accordée à la mobilité africaine durant l’époque coloniale, qui avait été jusqu’alors pour une bonne part laissée dans l’ombre. L’administration française, en établissant la paix, en délimitant les territoires, n’avait-elle pas, passé le remue-ménage des premières années, fixé les populations ? N’était-elle pas la seule à pouvoir les mobiliser en fonction de ses objectifs ? On n’a certes pas négligé cet aspect de la politique coloniale : B. Lucien-Brun, notamment, montre fort bien quelle importance a eu l’action de l’administration dans l’établissement de la colonisation kabyè au Sud de Sokodé ; non seulement elle a mis en route, et d’abord contre le gré des populations, un mouvement qui devait largement dépasser (et non contredire) ses objectifs initiaux, mais elle a donné un caractère tout particulier aux secteurs où elle a pris l’initiative qui, par leurs gros villages, mais plus encore par le statut foncier, tout proche de l’appropriation individuelle, contrastent largement avec les zones d’expansion ultérieure.

  • 6 J.P. LAHUEC : « Le peuplement et l’abandon de la vallée de la Volta blanche, en pays bissa (sous p (...)
  • 7 J.P. LAHUEC : « Le peuplement et l’abandon de la vallée de la Volta blanche, en pays bissa (sous p (...)

9Mais les faits essentiels ne sont sans doute pas là : plus importante parait bien avoir été la migration volontaire, véritable acte de refus. Elle n’a pas seulement consisté, ce qui était déjà connu, dans le départ à l’étranger, au Ghana notamment pour les Togolais et Voltaïques, mais aussi dans la constitution d’aires-refuges sur le territoire même, loin des regards de l’administration : le fait semble particulièrement important en pays mossi et bissa, qu’il se concrétise aux marges de groupes voisins, en fonction des alliances, ou dans des milieux jugés malsains, comme la vallée de la Volta blanche, ravagée par l’onchocercose6. A un moindre degré sans doute, et selon des modalités assez sensiblement différentes, le même phénomène s’est produit à Madagascar avec des départs importants vers les concessions agricoles et minières des Européens, exploiteurs et protecteurs à la fois, ou dans les « angles-morts » du réseau administratif, comme les confins de l’Imerina et du Vakinankaratra. Or ces aires-refuges jouent dans la mobilité ultérieure un rôle appréciable à deux titres au moins. D’une part, elles peuvent continuer par la suite à constituer des foyers d’appel puis d’expansion en tache d’huile, lors les conditions y sont favorables ; mais d’autre part, et peut-être surtout, elles sont des catalyseurs du mouvement : la mobilité crée la mobilité, et, une fois mis en route, un groupe est plus apte à se déplacer hardiment que ceux qui n’ont pas déjà opéré un premier glissement hors de leur terroir. J.P. Lahuec notamment montre bien comment les groupes de réfugiés dans la vallée de la Volta, en la quittant ensuite en masse pour des raisons sanitaires, ont donné une impulsion notable à la mobilité bissa7.

10D’un dernier point de vue, l’histoire socio-politique devrait à mon sens éclairer d’un jour plus cru le déroulement des migrations contemporaines. Ce qui frappe en effet dans celles-ci c’est la persistance de leur caractère différentiel à l’intérieur d’un même groupe. On connait, parfois même on exagère, le caractère démographiquement sélectif de la migration : elle est pour une bonne part, mais pas uniquement, le fait de jeunes. On met trop l’accent, et j’y reviendrai, sur leur caractère de sélection sociale : ce ne sont pas en fait, et loin de là, les plus pauvres qui toujours s’en vont. Par contre, on voit mieux maintenant que certains « pays » ou certaines fractions de régions émigrent plus que d’autres, sans que ces contrastes très marqués puissent être justifiés par des facteurs attractifs ou répulsifs très spécifiques. J’ai déjà signalé, d’après Boutrais, les fortes différences entre les divers petits massifs du Mandara, et la distinction entre « vrais » et « faux » montagnards mériterait d’être creusée. De façon très nette aussi, le Sud du pays kabyè émigre plus que le Nord, l’Ouest du Mossi beaucoup plus que l’Est. Sur les Hautes Terres malgaches, la répartition est moins schématique, et une carte du taux de migration aurait tout l’aspect d’une mosaïque. La situation par rapport aux principaux espaces libres peut être un facteur d’explication : il est valable en partie pour l’Ouest du pays merina. Mais la justification est un peu faible, car la distance a rarement arrêté les migrants. Dans la mesure toutefois où elle joue, la proximité spatiale peut gagner à être assortie d’un certain degré de proximité sociale avec la population d’accueil : comme l’a bien montré l’enquête sur les mouvements des Mossi, cette proximité ne doit pas être trop grande, car dans ce cas les premiers venus sont vite absorbés, et ne peuvent former des noyaux de condensation de l’immigration ; mais, trop marquée, la différence sociologique bloque toute velléité de mouvement.

11Il peut néanmoins y avoir, à mon sens, à cette diversité des situations locales des justifications dont les racines historiques sont plus profondes. Il m’a bien semblé qu’en Imerina le degré de mobilité locale était souvent inversement proportionnel à l’élévation du statut social déterminé par la monarchie pour chaque groupe territorial qui est en même temps groupe de parenté. Quand bien même est tombée la structure politique qui avait défini le rang, celui-ci a subsisté et, pour les mieux classés se maintient une chance supérieure d’accéder à l’éducation, à la ville, ou du moins aux rapports avec elle, qui rend moins attirante l’émigration vers les terres neuves. Ce type d’explication est sans doute assez spécifique à la société merina : il ne peut en tout cas nullement s’appliquer à des sociétés acéphales ; mais il me semble au moins montrer l’intérêt d’une approche des problèmes par la conjonction de l’histoire et de l’anthropologie politique.

12De cet intérêt pour le passé il ne faudrait pas retirer le sentiment d’une pérennité des causes ou même des mécanismes des migrations. Celles-ci ont pris un tour franchement actuel : elles sont fondées largement sur des facteurs récents comme l’accroissement démographique, l’entretien ou l’accentuation des sous-développements régionaux, la concentration et la polarisation de l’économie marchande en un nombre limité de points. Mais, même les mouvements les plus modernes d’apparence, ne s’affranchissent pas toujours des canaux, des structures anciennes : seul le grand bouleversement du Sud-Ouest ivoirien apparait largement an-historique. A l’inverse, les migrations qui sont pour une bonne part de survie et de reproduction des sociétés, à l’Ouest du pays mossi ou de l’Imerina par exemple, restent logiquement beaucoup plus orientées vers le passé.

13C’est sans doute selon les mêmes perspectives qu’il faudrait aborder le problème de l’inégale aptitude à la mobilité des différents groupes ethniques, peu étudié somme toute ces dernières années. Qu’il soit inutile de le considérer sous l’angle de la psychologie des peuples, point de vue subjectif s’il en est, et changeant selon les circonstances, tout chercheur en était convaincu d’avance ; la thèse de Lucien-Brun en apporte une belle illustration concrète. Nul groupe ne semble plus replié sur lui-même, plus « craintif » en un sens, devant les espaces vierges, que le groupe kabyè ; il n’en a pas moins peuplé le centre du Togo. La référence aux formes d’organisation sociale et aux conflits internes qu’elles portent en elles ne conduit à aucune réponse univoque, elle non plus. Certes, on s’est plu à souligner que le caractère très contraignant de l’autorité des ainés en pays mossi provoquait une sorte de « révolte » des cadets, incitant à la mobilité d’abord et au départ temporaire en Côte d’Ivoire, qui peut être une première étape de la mise en mouvement ; mais à elle seule cette contradiction interne ne suffirait pas à entretenir et amplifier les migrations. Celles-ci n’apparaissent pas, en effet, comme une solution au conflit : l’apport d’argent extérieur qu’elles provoquent n’a pas permis de rompre les mécanismes de contrôle foncier et social ; l’émigration définitive ne s’affranchit pas délibérément de ceux-ci.

14Il est vain, d’autre part, de rechercher un rapport systématique entre formes d’organisation socio-spatiale et tendances au mouvement. Nulle société ne parait plus ancrée à ses territoires ancestraux que la société merina, constituée en groupes de localité, définis d’abord selon l’origine géographique, le rattachement à un tombeau. Or les Merina sont néanmoins remarquablement mobiles : non seulement, ils peuvent s’établir ailleurs pour leur vie entière, tout en restant rattachés à une tombe au pays, mais ils se montrent parfaitement aptes à constituer de nouveaux groupes territoriaux sur de nouvelles terres, selon un mécanisme lent sans doute (deux générations au moins sont normalement nécessaires) mais d’autant plus efficace. Le principe du rapport entre définition sociale et insertion spatiale, concrétisé par l’endogamie de groupe qui fut elle-même un choix historique dans le fonctionnement du système de parenté, joue comme norme d’organisation territoriale et non pas comme facteur d’immobilité. Si les Merina, en définitive, ne colonisent leurs terres neuves qu’avec lenteur, c’est essentiellement parce que leur région d’origine leur offre d’autres possibilités, par la relative activité de ses centres urbains, parce que leur scolarisation particulièrement poussée et ancienne leur ouvre encore des perspectives d’emploi à l’échelle de l’ensemble de l’ile. De ce point de vue, Kabyè et Mossi sont évidemment dans une situation toute différente.

  • 8 G. PONTIE : Les Guisiga au Sud de Maroua (Etude des structures sociales). Yaoundé. O.R.S.T.O.M., 2 (...)

15Il n’est pas surprenant que les géographes aient attaché une place particulière aux variations régionales et locales de la mobilité ; on peut, avec quelque raison, penser qu’ils ont moins clairement mis l’accent sur ses variations selon l’âge et le statut. De fait, une des meilleures études sur ce point est sans doute celle du sociologue G. Pontié, qui porte sur les Guiziga du Nord du Cameroun8. On peut néanmoins tirer des études géographiques un certain nombre d’enseignements importants. Le fait majeur me parait être que la colonisation des terres neuves n’est pas du tout le propre de jeunes hommes détachés de leur société par suite de conflits internes. Certes à propos des Kabyè, Lucien-Brun montre bien que la poursuite de la progression du groupe vers le Sud doit beaucoup aux départs de jeunes gens qui n’acceptent plus la trop rude tutelle du chef de famille ; mais ce mouvement, qui consiste de plus en plus dans une occupation interstitielle au sein de zones déjà bien peuplées, ne s’affranchit pas d’étapes inévitables dans un cursus : départ temporaire, travail comme salarié agricole rattaché à un patron, et acquisition très progressive de l’autonomie. Plus généralement, l’établissement comme chef d’exploitation en terres neuves est l’aboutissement d’un procès de migration complexe, passant par d’autres formes de mobilité, saisonnière et temporaire, parfois même, à l’origine, journalière. Ceux des montagnards du Nord Cameroun qui s’aventurent dans le Diamaré ont d’abord commencé par descendre quotidiennement cultiver en piémont leurs champs d’arachide, avant d’y établir leur demeure. Tous les exploitants du Moyen Ouest malgache, ou peu s’en faut, ont été saisonniers agricoles dans cette région, ce qui leur a permis d’y établir un indispensable réseau de relations sociales. Mais la familiarisation avec la zone d’établissement, tant du point de vue agronomique que du point de vue social, n’est peut-être pas l’essentiel. Ce qui compte au moins autant, à mon sens, c’est l’accumulation d’un certain capital monétaire et sociologique, indispensable à la réussite.

16On oublie trop souvent, en effet, que l’installation sur des terres vierges est une opération coûteuse et délicate ; pour s’en convaincre, il suffirait pourtant de considérer la masse de subsides que les entreprises de colonisation planifiée doivent attribuer à leurs protégés. Il faut bien sûr pouvoir survivre avant les premières récoltes, mais aussi disposer des bras nécessaires au défrichement, ou de l’argent pour payer des travailleurs, posséder les semences et les boutures pour les premiers champs. Banalités sans doute, mais trop oubliées, et contraintes certaines, surtout pour les premiers venus car, une fois établi un réseau d’accueil, l’immigrant démuni peut trouver des appuis, des salaires qui assurent d’abord sa subsistance, sans toutefois garantir sa réussite. Les études menées dans le Sud-Ouest ivoirien ont tenté de préciser l’apport initial des immigrants et de le mettre en relation avec l’état actuel de leurs exploitations. Les résultats sont extrêmement parlants : les planteurs baoulé, dont l’investissement moyen au départ a été de 90.000 francs C.F.A., ont des surfaces productives d’environ 11 hectares, un rendement en cacao de 730 kilogs à l’hectare ; malgré un travail très intense, les Voltaïques, qui n’ont investi à l’origine que 33.600 francs par exploitation, ont une surface moyenne de 3,76 hectares, des rendements de 250 kilogs. On doit ajouter que la première installation supposant toujours entente avec les premiers occupants, même dans les régions les plus faiblement peuplées, les hommes d’âge trouvent plus aisément un terrain d’entente avec les maîtres locaux de la terre.

17Aussi les pionniers sont-ils le plus souvent des hommes déjà mûrs qui, dans leur pays même, accéderaient normalement au statut de chef d’exploitation autonome, et qui ont, au cours d’un complexe processus de migration, accumulé un capital d’expérience et de ressources. Celles-ci peuvent aussi provenir d’autres formes de mobilité, simultanément pratiquées par d’autres membres du groupe : on a ainsi noté, chez les Mossi, que réussissaient mieux sur les terres neuves de l’Ouest voltaïque ceux qui pouvaient compter sur les apports d’émigrés temporaires en Côte d’ivoire. Mais l’âge et ce qui lui est plus ou moins lié, le contrôle d’une cellule sociale, ne sont pas toujours un critére suffisant ; la chance de la mobilité n’est pas donnée à tous. Ainsi en Imerina apparait-il que les plus pauvres, c’est-à-dire surtout les descendants d’esclaves, trop tenus au pays par la nécessité de nourrir leur famille au jour le jour, ne participent guère aux déplacements saisonniers à distance ; de préférence salariés au pays, à des taux de misère, ils ignorent très souvent les terres neuves.

18De ce point de vue déjà, on voit donc comment la migration définitive, loin d’être révolutionnaire, reste liée aux processus classiques du fonctionnement social. Les terres neuves africaines peuvent apparaitre conservatrices, voire archaïques, à plus d’un point de vue. Fait frappant d’abord : nul ne s’est encore véritablement affranchi des régies foncières traditionnelles ; partout, l’installation suppose accord des maitres de la terre, même dans le Sud-Ouest ivoirien, où pourtant la distance semble maximale entre les défricheurs, hardis manieurs de tronçonneuses, et les Bakwé disséminés dans la forêt, chasseurs qui ne se livrent guère que depuis un demi-siècle à une sommaire riziculture sur brûlis. Jamais, semble-t-il, l’accord des autochtones ne résulte d’une quelconque démission devant la masse immigrante ; bien au contraire, l’afflux qui suit les premières arrivées provoque des réactions, souvent trop tardives, et la mise en place de stratégies de préservation foncière. L’accord initial peut avoir diverses justifications ; ce sont souvent d’anciennes alliances entre groupes – dans le cas de migrations proches – comme pour les Mossi qui, à Djibo, profitent de leurs rapports avec les Kurumba qu’ils avaient un temps accueillis chez eux. Plus souvent sans doute joue simplement le fait que les premiers immigrants ne sont pas des concurrents : l’espace bakwé semblait indéfini ; les Mossi, qui recherchaient les sols légers, n’inquiétaient pas d’abord les Samo, qui préféraient des sols plus lourds, plus proches des vallées. C’est donc souvent sans grande réticence que les premiers venus ont pu être accueillis avec le statut d’hôte.

19Il importe toutefois d’établir des nuances à un tableau qui ne doit pas relever de l’idylle. L’attitude des groupes d’accueil varie considérablement selon des facteurs historiques et selon les modalités de l’organisation sociale et spatiale. Marchal, notamment, présente toute une gamme de cas dans son étude de la sous-préfecture de Tougan. Il montre comment les Mossi n’ont pas été volontiers reçus par les Samo Matya : ceux-ci avaient gardé mauvais souvenir des raids des cavaliers de Ouahigouya ; de surcroît, groupés en semi serré, les villages ne laissaient guère d’interstices à la pénétration mossi, et la chefferie de terre, établie au niveau du groupe de villages, était assez apte à lui résister. Rien de tel par contre chez les Samo Maya, plus dispersés, ou chez les Marka, islamisés, dont chaque chef de famille peut céder une fraction de sol sans arbitrage d’un chef de terre. Pour peu, d’autre part, que l’écologie et les techniques attribuent un caractère stratégique au contrôle de certains types de sol, l’établissement de nouveaux venus est sinon totalement bloqué, du moins soumis à des conditions beaucoup plus rudes. Ainsi dans le Diamaré camerounais, où la culture du coton ne peut être menée de façon satisfaisante que si l’on dispose aussi de sols de karal où le sorgho repiqué peut être cultivé en saison sèche, le contrôle de ces terres permet aisément aux premiers occupants, islamisés, de limiter la venue des immigrants « montagnards » ou de la soumettre à des obstacles tels que, la nécessité d’acheter des parcelles.

20Pas plus que le premier établissement n’est totalement indifférent aux vieilles alliances ou, en tout cas, aux formes classiques de la sociabilité, la poursuite de l’immigration ne s’affranchit nettement des modes usuels d’organisation sociale. De façon quasi générale, elle reste fidèle à communauté d’origine, non seulement ethnique, mais plus précisément locale. Cela se comprend assez aisément dans le cas où l’expansion spatiale n’est qu’une reconquête, ce qui se produit notamment sur les piémonts du Mandara, ou dans la plaine de Koza, strictement répartis entre les petits groupes ethniques, voire entre des fractions de ceux-ci. Mais Lucien-Brun a bien montré la très remarquable homogénéité des villages kabyè du centre togolais, sur la base du této, clan territorial. Il en va très sensiblement de même dans l’ouest et le sud-ouest voltaïques, et sans doute, fût-ce à un moindre degré dans les fractions du sud-ouest ivoirien qu’a étudiées Léna. Le phénomène n’est pas aussi net dans les terres neuves malgaches où il faut, pour le repérer, descendre au moins au niveau du hameau ; encore n’y est-il que tendanciel, ou réalisé peu à peu par le remaniement du contenu des lieux peuplés.

21Cette mobilité sociale et spatiale des immigrés n’est d’ailleurs pas spécifique du pays malgache. On la retrouve très précisément à l’œuvre dans les franges pionnières mossi, selon des modalités fort comparables. Des deux côtés, on note le rôle important joué par les fondateurs de villages pour attirer auprès d’eux et accueillir les nouveaux venus ; une hiérarchie sociale s’établit, fonction pour partie du moins de la date d’arrivée : qui n’a pas réussi à s’agréger une clientèle ou à se faire bien voir d’un « patron » devra tenter sa chance ailleurs ou s’en retourner. Il est sûr que le poids des premiers établis est inégal : il est sans doute plus sensible là où l’installation suppose entente avec de premiers occupants, ce qui est le cas en Haute-Volta, dans le Sud-Ouest ivoirien ou au Togo central, mais pas dans le Moyen Ouest malgache, ni, du moins dans les mêmes formes, au pied des monts du Mandara. Mais partout, peu à peu, se réalise un rééquilibrage par lequel les unités d’habitat gagnent en cohésion, sur les critères de l’origine et de la parenté. Ce faisant, tend à se réaffirmer le rôle de l’ainesse, et l’on peut, dans une bonne mesure, assister à la reconstitution de hiérarchies d’apparence traditionnelle.

22Il est de fait que beaucoup de mouvements de colonisation peuvent être pris pour des tentatives de reproduction sociale, voire franchement pour des retours en arrière. Tel est le cas, notamment, à Madagascar et en Haute Volta. Dans les franges mossi, comme dans une partie au moins du Moyen Ouest malgache, la hiérarchisation sociale fait table rase des échelons supérieurs, définis par les anciennes monarchies, nyakomse d’une part, andriana de l’autre, pour s’établir seulement selon des critères lignagers, pré-monarchiques. Même retour en arrière dans l’économie rurale : partir sur les terres neuves, c’est renouer avec l’état ancien, où les greniers étaient pleins de mil ou de riz, les troupeaux de bovins abondants et féconds ; bien souvent les ambitions paraissent n’être pas plus grandes, ou du moins ne pas vouloir s’exprimer autrement.

23Les formes d’utilisation et d’organisation de l’espace témoignent de la même tendance à conserver l’essentiel des usages. Certes, au fur et à mesure qu’ils progressent vers le Sud, les Kabyè remplacent le sorgho par le maïs, mais ils restent fondamentalement ce qu’ils souhaitent être au pays même : des planteurs d’ignames. Dans le Sud-Ouest ivoirien, le contraste est évident entre les groupes pour les cultures vivrières ; 80 % des Dioula et des Mossi cultivent uniquement du riz, 20 % y ajoutent des ignames, et les proportions sont exactement inverses pour les Baoulé, dont 80 % se nourrissent de l’igname seule. Faut-il dire que Merina et Betsileo du Moyen Ouest restent primordialement des cultivateurs de riz ? Partout sans doute, sur les terres neuves, la gamme des cultures se schématise, mais dans toute la mesure où l’écologie le permet, elle n’est pas bouleversée. De même, autant que possible, et sauf lorsqu’un changement technologique intervient, c’est aux mêmes types de sols que les émigrés restent fidèles : les études sur les franges pionnières mossi en donnent de remarquables exemples.

  • 9 P. LENA, in op. cit. p. 65.

24Plus frappante peut-être encore est la fidélité à certaines formes d’organisation du terroir. Peu de cas plus frappants que ceux mis à jour par Léna dans le Sud-Ouest ivoirien. Les Ivoiriens du Nord et une bonne part des étrangers, surtout les musulmans, tendent à s’y grouper en grands campements, souvent centrés sur une mosquée à partir desquels leurs défrichements progressent en tache d’huile, ce qui limite très vite leur capacité d’extension, sauf à parcourir de grandes distances, et les met en mauvaise posture pour s’assurer de réserves foncières, dans une ambiance générale de course à la terre. On ne peut s’empêcher de voir là une reproduction, dans un milieu pourtant totalement étranger, des gros villages soudaniens avec leurs terroirs en auréole. Les Baoulé se comportent tout différemment. Ils s’établissent en campements petits ou moyens, disposés en fonction des pistes, dont chacune est l’axe central du territoire organisé par un des premiers venus. « Le nouvel arrivant est placé loin des autres campements afin de réserver l’espace interstitiel... Ensuite cet espace sera progressivement comblé au fur et à mesure des arrivées, mais en prenant soin de ne pas tasser les campements afin que chacun dispose d’une longueur de piste satisfaisante permettant d’installer ses plantations tout au bord de la piste »9. Comportement d’hommes que la forêt n’effraie pas, et qui usent de stratégies spatiales déjà mises au point sur les franges baoulé et dans les régions de première émigration.

  • 10 G. SAUTTER, art. cit. p. 32.

25G. Sautter souligne de même la reconstitution de leur agencement agraire par les Mossi des terres neuves voltaïques. A la première phase, où l’ensemble des parcelles défrichées initialement constitue une seule et vaste auréole, succède assez rapidement un deuxième temps où réapparait le couple classique des champs quasi permanents, proches des habitations, et des champs temporaires, dits « de brousse ». « Seule, la résistance foncière des communautés autochtones entrave ou retarde la réalisation du modèle »10.

26Faut-il, toutefois, se hâter de conclure de façon simple et voir dans l’expansion spatiale une simple reproduction des sociétés ? Dans le domaine du visible lui-même, cela n’est pas général. Lucien-Brun montre comment les Kabyè, dans le centre Sud, se plient aux normes d’habitat (forme des maisons, mais aussi taille des agglomérations) qui sont celles de leurs hôtes Kpessi et Ifé, mêmes lorsqu’elles ne leur sont pas imposées par les nécessitées d’une colonisation intercalaire. Du moins peut-on dire que, globalement, le monde des terres neuves ne crée guère de formes spécifiques et que sa seule originalité est dans la schématisation.

27Il en va tout différemment, semble-t-il, dans l’organisation sociale. Certes, la tendance au respect des schèmes est grande, surtout là où l’économie marchande est peu active, ce qui est le cas sur les périphéries merina et mossi, faiblement associées aux grands courants d’échange. Même ailleurs, les terres neuves ne suscitent guère pour l’heure de mutations ou de créations culturelles. Les montagnards du Mandara ne semblent pas s’islamiser rapidement. Les Kabyè, certes, respectent les usages de leurs hôtes et y participent dans la mesure nécessaire, mais ils conservent langue et organisation sociale, restent rituellement tournés vers le pays. Il faut évidemment se méfier d’observations sur une courte durée. Comment pourrait-on escompter que se réalise en à peine plus de deux lustres un début de fusion sociale des groupes immigrés en pays bakwé ? Mais je gage qu’elle ne se fera pas vite. Je crois en effet que la conservation des spécificités est une condition essentielle de la réussite d’une migration de masse. Très nombreux sont sans doute les cas d’individus qui se sont assimilés à la société hôte : ils sont par nature invisibles et, s’étant adaptés, ils n’ont pu être les noyaux de condensation nécessaires à l’immigration d’autres compatriotes. Dans le cas de zones de terres neuves à peuplement complexe, le maintien des particularismes est une arme pour conserver les avantages acquis.

28Les mutations dans les contrées pionnières sont d’un autre ordre : elles consistent surtout dans l’apparition de contrastes économiques qui sont aussi des contrastes sociaux. Même dans des régions relativement peu animéees comme l’Ouest mossi ou merina, une place est faite aux plus entreprenants, fussent-ils de statut modeste. L’initiative économique n’est pas nulle ; il est à noter, par exemple, qu’une fraction de la colonisation mossi s’effectue à partir de petits centres semi-urbains, qu’elle est une extension dans le monde agricole de dynamismes d’abord exprimés dans l’artisanat ou le commerce. A fortiori, la tendance à la manifestation des inégalités se fait très sensible là où la production agricole est largement commercialisée : les Kabyè qui, toujours placés près des voies de circulation, vendent aisément leurs ignames aux commerçants des villes, les Baoulé et les Mossi du Sud-Ouest ivoirien qui trouvent à écouler leur cacao, voire leurs produits vivriers, ne forment plus à aucun titre, sur les terres neuves, une paysannerie égalitaire. Si pour une bonne part on utilise les formes traditionnelles de l’autorité parentale, c’est pour affirmer sa suprématie économique, et l’on procède aussi par d’autres voies : prestations de travail sans réciprocité, « prêts » de terre qui sont un moyen de les faire aménager par les nouveaux venus, emploi de salariés-clients, sous-payés, etc.

29Cela suppose que les terres neuves soient un lieu où la réussite économique est possible. Tel est bien le cas, avec de multiples nuances. Dans le Moyen Ouest malgache et l’Ouest mossi la richesse reste limitée sans doute : elle n’excède pas, le plus souvent, une sorte de bien-vivre tiré de l’agriculture et de l’élevage seuls, ce qui n’est manifestement plus possible au pays d’origine. Le tableau que Boutrais dresse pour le Nord du Cameroun est même plus sombre ; à le lire, il semble bien que les montagnards ne sont guère plus à l’aise dans les plaines que sur leurs massifs, mais c’est que leur mouvement les entraine vers des pays en un sens plus urbains, où la dépense est plus facile, tandis que Merina et Mossi tendent plutôt au contraire à se replonger dans la campagne profonde. Il en va tout autrement en Côte d’Ivoire ou au Togo, semble-t-il.

30Plusieurs études ont tenté de mesurer les effets de la migration sur la pratique culturale, l’extension des exploitations, leurs revenus. Dans la quasi totalité des cas, les exploitations des terres neuves sont sensiblement plus étendues que celles des vieux pays : une seule exception, médiocrement convaincante d’ailleurs, le Nord du Cameroun, selon Boutrais, mais celui-ci compare la taille moyenne des exploitations d’un terroir largement étendu en piémont avec les résultats de « casiers » encadrés dont on a lieu de penser qu’ils n’attirent pas les individus les plus dynamiques. Lucien-Brun estime que les exploitations des émigrés (3 hectares environ) sont trois fois plus grandes que celles des Kabyè restés au pays. Dans les terres neuves mossi, les superficies cultivées par famille seraient deux fois plus grandes qu’en zone d’émigration et atteindraient 8 à 9 hectares en « vitesse de croisière ». Les surfaces cultivées sont bien logiquement plus faibles, dans le Moyen Ouest malgache (1,5 à 2 hectares), en raison de la pratique d’une riziculture au moins sommairement irriguée, mais la variation avec les régions d’origine est tout à fait de même ordre : une multiplication par 2 ou par 2,5 de la taille des exploitations par rapport aux secteurs les plus peuplés.

31A cette augmentation des surfaces correspond, bien entendu, une limitation des soins culturaux, car le matériel disponible évolue généralement peu, sinon en Moyen Ouest où la charrue est très largement répandue. Lucien-Brun conclut pour sa part que les Kabyè du Togo central consacrent deux fois moins de temps à la culture d’un hectare que leurs frères restés au pays. La disproportion n’est pas moindre à Madagascar où, suivant les cultures, on peut estimer que les paysans du Moyen Ouest travaillant deux ou trois fois moins que ceux de leurs parents des Hautes Terres qui utilisent aussi la charrue. Or, de façon générale, les rendements obtenus sont plutôt supérieurs, même sur des terroirs occupés depuis plusieurs décennies. Culture extensive donc, et rentable : est-elle pour autant destructrice ? Sur ce point, il convient sans doute de porter un jugement nuancé. Il faut laisser à part les rizières de vallée du Moyen Ouest malgache, qui s’améliorent, en « se faisant », au fil des années. Ailleurs, la question n’est pas résolue : Lucien-Brun s’insurge contre trop d’écrits où les Kabyè sont présentés comme des « massacreurs » de sols, et il tend à penser que, pour le moment du moins, seul le couvert végétal a souffert. Mais n’est-ce pas un premier stade de la décadence ? L’absence de toute fumure et la brièveté des jachères en Moyen Ouest y laisse mal augurer de l’avenir ; sur les franges mossi, la culture semble assez prédatrice. Enfin, les études consacrées au Sud-Ouest ivoirien présentent un point de vue pessimiste : le défrichement incontrôlé de la forêt obère l’avenir. De façon générale, on peut du moins estimer que la dégradation n’est pas immédiate, et qu’un laps de temps appréciable existe, qui permettrait de mettre sur pied une politique d’amélioration des techniques.

32Les résultats financiers de l’émigration souffrent moins la contestation. De façon assez générale, le niveau de vie des émigrés est sensiblement amélioré. La seule note discordante est apportée par Boutrais, qui ne l’étaie malheureusement pas par des chiffres. Le plus fort différentiel est observé par Lucien-Brun, pour qui le revenu monétaire brut des familles d’émigrés kabyé serait de l’ordre de 60 à 80.000 francs C.F.A. (à la fin des années soixante), contre moins de 5.000 au pays, mais on ne sait trop dans quelle mesure il intègre à ces deux chiffres le rapport des activités hors de l’exploitation. Les Mossi des terres neuves gagneraient trois fois plus que ceux du pays. Le cas du Moyen Ouest malgache est assez spécifique : les revenus monétaires bruts, de l’ordre de 60 à 70.000 francs C.F.A. au début des années soixante-dix, y semblent au mieux égaux à ceux des ménages ruraux dans le vieux pays ; mais il est frappant de constater qu’ils sont pour la plus large part (65 à 75 %) tirés de l’exploitation, alors que celle-ci n’assure guère que 30 à 40 % des revenus au « pays des ancêtres ». Le départ en terres neuves est une plongée dans le milieu rural, tandis que les zones d’émigration sont peuplées de minifundiaires qui subsistent difficilement (car ils doivent acheter une large part du riz qu’ils consomment) en pratiquant mille petits métiers, et souvent en se situant à la tâche.

33Mais les moyennes peuvent être trompeuses : les terres neuves en effet sont bien souvent des zones où s’accentuent les inégalités. J’estime pour ma part qu’en Moyen Ouest malgache plus de la moitié de la population vit dans une extrême pauvreté sinon dans la misère ; une main d’œuvre largement exploitable par les plus aisés, pour peu que les conditions économiques favorisent un accroissement de la production des zones de peuplement récent. Car, à la seule exception des études sur le Sud-Ouest ivoirien, les recherches ont été réalisées avant que ne se retourne nettement la conjoncture. A l’époque, les prix d’achat des produits vivriers, un des principaux articles de vente sur ces fronts pionniers, restaient dans l’ensemble assez bas ; ils ont aujourd’hui très considérablement augmenté, et j’ai pu observer, en 1977, combien le Moyen Ouest malgache répondait à cette évolution en étendant avec grande rapidité la culture du riz pluvial. Le contraste entre régions d’émigration et pays d’immigration s’est donc très probablement accru, et en même temps, peut-on penser, les clivages à l’intérieur du monde pionnier. Il est sans doute intéressant de noter que sur le front de défrichement ivoirien, les cultures vivrières rapportent plutôt plus à l’hectare que les cultures de plantation.

34La conjoncture économique pourrait bien donc aggraver un écart entre les deux pôles du mouvement, que celui-ci a sans doute déjà contribué à creuser. Un des apports nouveaux des études est en effet, à mon sens, de souligner d’une façon claire les conséquences, et notamment les conséquences négatives, du mouvement d’émigration pour les pays de départ. Jusqu’alors, me semble-t-il, et peut-être cela correspondait-il d’ailleurs à la situation, le départ vers les fronts pionniers n’avait pas paru sensiblement affecter les zones de départ. Je reconnais avoir été de ceux qui en ont longtemps minimisé les effets. Or ceux-ci sont aujourd’hui indéniables.

  • 11 En 1970, à peine plus de 5 % des Kabyè résidaient en ville.

35En matière démographique d’abord. Laissons de côté le cas des Hautes Terres malgaches : l’émigration vers les terres neuves reste faible au sein d’une population qui a d’autres centres d’attirance. Mais ailleurs ? Un cas extrême, et peut-être conjoncturel, est représenté par les monts du Mandara, où l’administration a imposé la descente sur les piémonts ou en plaine de tous les habitants des massifs bordiers ; dans la région de Mora, les hauteurs ne conservent que 70.000 habitants, tandis que plus de 80.000 sont descendus. Sans doute des remontées sont-elles encore possibles, mais elles ne sont pas systématiques. Prenons des situations plus normales, en pays mossi et kabyè : des deux côtés la population stagne. Certes, le Mossi ne perd pas seulement des hommes au bénéfice des terres neuves, et en tout cas pas des seules terres neuves voltaïques ; le Kabyè par contre n’avait pratiquement pas encore connu l’exode rural à l’époque où Lucien-Brun effectuait ses recherches11. D’ores et déjà, on peut constater que l’émigration pionnière peut très largement contribuer à stopper l’élan démographique des régions de départ lorsque celles-ci manquent franchement de ressources propres.

36Il y a plus, et qui se marquera sans doute de façon plus claire dans les années à venir. Si l’établissement en terres neuves n’affecte pas systématiquement les plus jeunes hommes, il est bien rarement le fait de vieux, et, globalement, la combinaison migratoire dont il n’est le plus souvent qu’une des manifestations (et cela même ne pourra que se marquer davantage) affecte prioritairement les classes d’âge les plus fécondes. On a pu clairement le mesurer en pays mossi : dans l’Ouest, le plus touché, 50 % des hommes de 15 à 39 ans sont absents, et déjà 25 % dans l’Est ; de surcroît, même dans le cas de migrations, présumées temporaires, vers la Côte d’Ivoire, les femmes sont de plus en plus participantes. Il n’est donc nullement absurde d’imaginer, dans des délais assez proches, une baisse absolue de la population dans les zones de départ, ce que nul ne concevait il y a peu de temps encore, faute de recul, et sans doute dans une situation de moindre mobilité.

37Or la démographie a des effets très forts sur la vie rurale et plus globalement sur l’activité économique. Ici encore, les monts du Mandara représentent un cas limite : Boutrais y a admirablement montré que, dans l’état actuel de la technologie, ils ne peuvent être que très peuplés ou vides et désolés. Lorsque la densité y tombe au dessous d’un certain seuil, l’admirable réseau des terrasses n’étant plus intégralement entretenu, l’érosion se déchaîne sur les exploitations abandonnées, puis très vite sur les terres voisines. A ceux qui demeuraient il ne reste plus qu’à partir à leur tour. Il n’y a pas seulement lieu de regretter la mort d’admirables paysages qui étaient aussi, somme toute, de bons terroirs : la gangrène s’étend plus loin, car les eaux sauvages, à la suite, n’épargnent pas les piémonts. Lucien-Brun n’a rien noté de tel en pays Kabyè : de fait, les massifs y sont moins escarpés, les sols plus résistants à l’érosion ; l’aménagement des pentes n’a jamais été aussi finement poussé. Mais on remarque néanmoins dans cette région une très nette perte de dynamisme : les travaux du sol sont plus négligés, la fumure est de plus en plus parcimonieuse ; un ressort parait s’être brisé.

38La stabilisation, voire l’atténuation de la pression démographique est, à l’heure présente, d’autant moins un facteur favorable à la mise sur pied de politiques de croissance que les émigrés ne paraissent pas apporter de contribution économique appréciable à la vie de leur terre natale. Culturellement fidèles, ils restent économiquement inefficients. On ne cesse de se plaindre, dans les Hautes Terres centrales malgaches, de la pingrerie des originaires partis en Moyen Ouest. On voit mal à vrai dire dans quelles activités productives ils auraient pu jusqu’à présent investir ; leur action ne pourrait se manifester que de façon indirecte, s’ils participaient au développement d’activités urbaines qui ont, sans nul doute, des effets positifs dans les campagnes elles-mêmes. Mais comment y seraient-ils préparés ? On voit encore plus mal comment, faute d’animation économique, les Kabyè émigrés auraient pu contribuer au développement de leurs massifs. Tout juste pouvaient-ils ne pas se contenter de bâtir de belles demeures et verser des pensions à leurs vieux parents !

39Au demeurant, il est probable que plus d’une société pose de sérieuses barrières à une éventuelle activité économique des émigrés. Cela est, en tout cas, attesté pour le pays mossi. Les communautés paysannes y ont toujours strictement distingué richesse et rang, et les anciens y sont, dans l’ensemble, parvenus à maintenir hors des circuits monétaires, dont les émigrés sont largement maitres, les mécanismes de reproduction de la société. L’apport d’argent ne permet de se procurer ni femmes ni terres ; il n’assure aucune promotion. Les économies accumulées à l’extérieur, si elles ne sont pas dépensées de façon quelque peu somptuaire, autorisent seulement à se lancer dans des activités commerciales ou artisanales ; elles peuvent aussi être placées dans les terres neuves voltaïques. Mais rien n’irrigue l’agriculture du vieux pays mossi.

40Sans doute les exemples que j’ai pu citer ne permettent-ils pas de tirer des conclusions générales. Un tout autre point de vue apparaitrait sans nul doute si nous disposions de travaux du même type sur l’émigration des Bamiléké, membres d’une société où la promotion individuelle par la richesse est de très vieille tradition. Il n’en reste pas moins vrai que, dans un très grand nombre de cas, la détente démographique consécutive aux migrations ne débouche sur aucune perspective : pour qu’il en soit autrement, il faudrait la volonté conjointe des émigrés, de la population stable et des pouvoirs publics. Faudrait-il s’étonner que cette conjonction ne se produise pas ? Dans le monde dit « traditionnel », elle impliquerait une profonde rupture, au lieu de lentes évolutions ; dans le secteur dit « moderne », elle supposerait un tout autre projet politique, une conception du développement auto-centré et régionalisé où les zones enclavées de fort peuplement ne seraient plus de simples réservoirs de main d’œuvre pour l’agriculture d’exportation ou l’approvisionnement des villes. A contrario, on peut avoir quelques motifs de penser que le dynamisme autonome du pays bamiléké, si solidement ancré soit-il dans les normes du groupe, est aussi un détournement sur le plan économique d’une rébellion qui a échoué. Et cet exemple, s’il n’est sans doute pas unique, parait très spécifique.

41Ces remarques générales, à partir d’études qui me paraissent, une fois tenu compte des spécificités régionales et nationales, au total remarquablement convergentes, conduisent à quelque inquiétude. Vues à travers le prisme des migrations, les sociétés rurales africaines semblent certes tout à fait capables d’un dynamisme propre : elles conquièrent l’espace, assurent pour l’heure un appréciable accroissement de la production. Mais, à long terme, vers quels horizons vont-elles ? Les migrations, qui ont de réels effets démographiques, n’ont ni directement ni indirectement, dans la grande majorité des cas, des conséquences positives sur les régions de départ. La conquête de terres neuves, si elle n’a pas les effets destructeurs immédiats qu’on a souvent dénoncés, est néanmoins, dans le contexte technique et économique actuel, sans nul doute périlleuse pour le potentiel écologique. On a pu penser que ces mouvements avaient du moins un double intérêt, puisque, tout en accroissant immédiatement la production, ils donnaient aux pays africains un délai de réflexion et de préparation à une véritable politique de développement rural. On ne voit pas qu’elle se dessine.

42Certes, on peut largement compter sur les capacités d’adaptation des sociétés rurales, sur leur aptitude à intensifier leur agriculture lorsque l’accroissement de population fera sentir ses effets. Mais les limites de l’action autonome des paysanneries sont patentes. Je ne crois pas que, dans l’état actuel de destructuration sociale, de bouleversement des projets individuels et collectifs qui résulte du contact avec les civilisations industrielles, on ait la moindre chance de voir se reconstituer ces agencements agraires subtils qui ont fait l’admiration des géographes, mais qui, surtout, ont assuré la pérennité des communautés rurales. D’autre part, dans la situation actuelle de l’économie et des techniques, les paysans africains et malgaches me paraissent confrontés à deux risques : ou bien ils parviennent à acquérir un certain nombre des instruments de la technologie moderne, mais ce sont en général ceux qui, dans la charrue à la tronçonneuse ou au tracteur, permettent l’extension des cultures et non une intensification productive et ménagère ; ou bien, faute de moyens ou d’initiative, ils restent confinés à la technologie ancienne, et, au fil de la croissance des densités et de l’appauvrissement des sols, ils ne peuvent que retomber dans les ornières de la productivité décroissante et de la paupérisation.

43A court terme du moins, la première hypothèse parait la plus probable, car il semble que se déclenche un nouveau stade de la mobilité africaine. Les études soulignent l’accélération des phénomènes de migration ; la seule note discordante est apportée par Lucien-Brun, mais ses enquêtes sont les plus anciennes, et il sera intéressant de voir quelles conclusions se dégageront du travail d’actualisation qu’entreprend actuellement A.M. Pillet-Schwartz. De surcroît, la mobilité s’accompagne d’un appétit croissant de terres, qui peut conduire à une saturation très rapide de ce qui reste de terres neuves. Les travaux réalisés dans le Sud-Ouest ivoirien sont particulièrement éloquents : non seulement, au rythme d’immigration actuel, le pays bakwé (moins de 1 habitant au kilomètre carré dans les années soixante) aura atteint dès 1982, 23 habitants au kilomètre carré (la densité actuelle du Centre Ouest), mais avant même cette date la terre manquera pour les nouveaux venus. Phénomène spécifiquement ivoirien ? le « boom » du Sud-Ouest parait exceptionnel même pour ce pays ; on note que, de plus en plus nombreux, sont ceux qui s’affranchissent du procès de migration classique, passant par le salariat saisonnier ou temporaire, et qui cherchent à s’approprier directement de la terre.

44Plus significatives peut-être sont de multiples remarques faites notamment dans les secteurs de modernisation agricole, des observations éparses qu’il conviendrait de systématiser : alors qu’il y a une dizaine d’années seulement les paysans ne se souciaient pas même de mettre en culture les surfaces qu’on leur proposait, presque par tout aujourd’hui ils tendent à dépasser largement les normes. D’où vient ce changement ? J’y verrais pour ma part deux types de causes. Il me semble d’abord que beaucoup d’Africains prennent aujourd’hui conscience de ce que leur espace n’est pas illimité (et d’une certaine manière ces limites sont apparues lors de la crise du Sahel) ; il convient dès lors de s’assurer dans les plus brefs délais une marge de sécurité foncière, pour soi-même et sa descendance. Un deuxième facteur renforce la tendance : le renversement de la conjoncture économique rend beaucoup plus rentable la pratique de l’agriculture extensive, typique des terres neuves. Elle n’est plus aujourd’hui l’apanage des seuls milieux ruraux : de plus en plus nombreux sont les citadins qui investissent dans la terre une part appréciable de leurs revenus. Administrative et commerciale à l’origine, la bourgeoisie tente maintenant d’affirmer sa mainmise foncière. Fin des terres neuves – et de l’espoir de promotion qu’elles recèlent –, risques nets de prolétarisation, dégradadation accélérée du capital foncier me paraissent aujourd’hui vraiment entrer dans les perspectives africaines. Il n’est que temps de passer de façon systématique à un deuxième stade d’études, déjà amorcé, et de rechercher comment canaliser et tempérer ces dynamismes.

Note

1 Citons normalement le Séminaire internation sur les Migrations en Afrique de l’Ouest, tenu en janvier 1979 à Ouagadougou.

2 Mon analyse se fondera principalement sur les travaux suivants :
J. Boutrais : La colonisation des plaines par les montagnards au Nord du Cameroun (mont du Mandara). Paris. O.R.S.T.O.M. 1973, 279 p.
Pour l’étude des rapports entre les montagnards et les plaines environnantes, il convient aussi de se référer aux travaux d’A. Hallaire, notamment :
Les monts du Mandara au Nord de Mokolo et la plaine de Mora. Étude de géographie régionale. Yaoundé. O.R.S.T.O.M., 1976, 101 p. multigr. +cartes h.t.
Hodogway (Nord Cameroun). Un village de montagnards en bordure de plaine. Paris. O.R.S.T.O.M. 1971. 84 p. + cartes h.t.
J.P. LAHUEC et J. Y. MARCHAL : Mobilité du peuplement bissa et mossi. Paris, O.R.S.T.O.M. 1977, 149 p.
P. LENA, F. MARTINET, J.F. RICHARD et A. SCHWARTZ : Le dynamisme pionnier dans le Sud-Ouest ivoirien. Ses effets sur le milieu forestier. Paris. O.R.S.T.O.M. 1977, 246 p., multigr.
B. LUCIEN-BRUN : La colonisation des terres neuves du Centre Togo par les Kabré et les Losso. Paris. O.R.S.T.O.M, 1974. 293 p. multigr.
J.P. RAISON : Terre des ancêtres, espace des vivants. Stabilité et mobilité des populations rurales dans les Hautes Terres centrales malgaches et leur pourtout occidental. 1.550 p. dact. Thèse de Doctorat d’Etat, dont la soutenance est prévue en 1980.
G. REMY : Enquête sur les mouvements de population à partir du pays mossi. Rapport de synthèse. Paris, O.R.S.T.O.M., 1977. 2 tomes. 159 p. multigr, où l’auteur présente les principales conclusions de la grande enquête pluridisciplinaire qu’il a dirigée. G. SAUTTER nous a d’autre part permis de consulter un article encore inédit, 42 p. dact., qui constitue une réflexion d’ensemble particulièrement dense sur les résultats de ces recherches.

3 H. ENJALBERT : Paysans noirs, les Kabrés du Nord Togo. Bordeaux. Cahiers d’Outre-Mer. IX-34. 1956. p. 137-180.

4 P. GOUROU : Leçons de géographie tropicale. Paris-la-Haye. Mouton, 1971, 324 p. in « Problèmes géographies de Madagascar » (p. 82-85).

5 J.Y. MARCHAL : La colonisation agricole au Moyen Ouest malgache. La petite région d’Ambohimanambola (sous-préfecture de Betafo). Paris. O.R.S.T.O.M. 1974. 122 p. + cartes h. t.

6 J.P. LAHUEC : « Le peuplement et l’abandon de la vallée de la Volta blanche, en pays bissa (sous préfecture de Garengo ». in LAHUEC et MARCHAL, op. cit. p. 3-90.

7 J.P. LAHUEC : « Le peuplement et l’abandon de la vallée de la Volta blanche, en pays bissa (sous préfecture de Garengo ». in LAHUEC et MARCHAL, op. cit. p. 3-90.

8 G. PONTIE : Les Guisiga au Sud de Maroua (Etude des structures sociales). Yaoundé. O.R.S.T.O.M., 267 p. Multigr.

9 P. LENA, in op. cit. p. 65.

10 G. SAUTTER, art. cit. p. 32.

11 En 1970, à peine plus de 5 % des Kabyè résidaient en ville.

Autore

© Éditions de l’IHEAL, 1981

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista