Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les Hommes face aux sécheresses

 | 
Bernard Bret

4. Les autres réponses : ONG et organismes de recherche

Rapport de synthèse sur les actions des organisations non gouvernementales (ONG)

Henri Rouillé d’Orfeuil

Volltext

1La sécheresse occupe beaucoup de monde. Ce monde se consacre à trois types de fonctions ou d’actions : des actions d’interprétation, des actions d’intervention et des actions d’information. S’il n’est pas interdit à des « interpréteurs » d’informer ou d’intervenir et à un intervenant d’informer ou d’interpréter, il y a là des métiers différents qui normalement se complètent. Ainsi, les scientifiques et les militants des associations de solidarité rassemblés à l’occasion de ce colloque agissent à différents niveaux :

  • les scientifiques, en fait, se répartissent en deux catégories : ceux qui produisent de la « représentation » — ceux-là observent et interprètent (géographes, ethnologues, sociologues, économistes...)— et ceux qui produisent de l’innovation — ceux-là proposent des solutions (agronomes, vétérinaires...)—. Ils n’ont, bien sûr, pas les mêmes rapports avec l’intervention et les intervenants.

  • les « militants » non gouvernementaux se consacrent, eux, aux fonctions d’information et d’intervention avec, pour ce faire, comme partenaires, d’un côté l’« opinion publique » et, de l’autre, les acteurs directs, agriculteurs et éleveurs.

2La question fondamentale que nous nous poserons dans ce rapport est celle de la continuité ou de la discontinuité entre ces trois fonctions d’interprétation, d’intervention et d’information et, concrètement, celle de la coopération ou de la méfiance entre les acteurs qui se consacrent principalement à chacune d’elles.

3Nous envisagerons successivement l’état des relations actuelles, les conditions d’une continuité et présenterons les documents préparés pour cet atelier.

I- LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES -ONG -ET L’ACTION « D’INTERVENTION » CONTRE LA SÉCHERESSE :

4Les ONG interviennent directement ou indirectement (via des partenaires locaux) sur la dynamique des systèmes humains et naturels. A juste titre, certains scientifiques mettent en garde les associations sur la non neutralité de leurs actions. De fait, la réalité peut être présentée comme un système et interprétée comme un jeu dans lequel des acteurs munis de cartes qui leur sont spécifiques essayent de gagner en respectant des règles propres au jeu. Aujourd’hui, les acteurs et les cartes ne sont plus seulement endogènes. Les ONG, les administrations, les entreprises, les coopérations... jouent avec leurs propres cartes. Les acteurs locaux ont, bien sûr, tout intérêt à jouer des alliances avec ces acteurs-là, dont les cartes sont souvent autrement plus puissantes que les leurs. Il est donc bien clair à partir du moment où une ONG décide « d’intervenir » qu’elle participe à la dynamique du système concerné.

5Il est clair par exemple au Sahel que la « rente solidarité » apportée par les associations du Nord et la conditionnalité de sa distribution modifient considérablement l’équilibre des pouvoirs qui s’établit dans les sociétés sahéliennes. Les intermédiaires entre cette rente et les sociétés sahéliennes prennent aujourd’hui une importance parfois sans commune mesure avec celle des notables, des anciens pouvoirs coutumiers ou étatiques ; l’ancien émigré, l’ancien séminariste, l’ancien étudiant, le tiers-mondiste version sud qui connaissent les clés du discours des ONG du Nord peuvent acquérir des positions socialement stratégiques.

6Il est clair aussi que les messages techniques et le modèle schumpétérien propres aux multiples petits projets qui se multiplient dans le Sahel interfèrent lourdement sur les systèmes agraires et la gestion traditionnelle des facteurs de production.

7Le discours de la non-ingérence et da la neutralité est donc erroné. Le discours de l’interdépendance et de la solidarité qui remplace avec bonheur celui de la charité se développe. Il montre la meilleure appréciation que les associations ont des répercussions de leur intervention. Dans le jeu social qui se déroule « là-bas », les associations choisissent d’aider un partenaire dont la cause leur paraît plus juste et la stratégie mieux à même de contribuer à résoudre le problème qu’il faut affronter en l’occurrence la sécheresse, la famine, le sous-développement... Le choix d’une alliance se double d’un choix de principe, celui de défendre la démocratie en défendant le droit d’association.

8Les actions non gouvernementales et les associations qui les mettent en oeuvre sont très diverses. Les typologies sont nombreuses, elles peuvent être très détaillées. On présentera ici différents types d’attitudes que les ONG adoptent dans deux domaines clés : celui du contenu technique de leur intervention et celui de la relation de coopération qu’elles établissent avec leurs partenaires du Sud.

9― la définition des contenus techniques des interventions des ONG est un problème véritable pour des intervenants qui ne sont pas d’abord, et souvent peu, des « techniciens ». Plusieurs attitudes peuvent être observées.

  • le transfert de technologies bas de gamme : il existe une internationale des petites techniques véhiculées par les ONG. Ainsi, d’Haïti aux Philippines, du Burkina Faso au Nordeste brésilien, on assite à une valorisation de la traction animale, du semis en ligne, du filtre à eau, du foyer amélioré et de quelques autres thèmes majeurs... Sans nier la nécessité et l’importance des apports extérieurs, le réflexe non réfléchi de transfert est dangereux. Si les projets de coopération publique sont trop souvent des cimetières de matériel et d’équipement sophistiqué dont la maintenance est impossible, les projets de coopération privée sont les véhicules de toute une quincaillerie moins coûteuse, mais souvent tout aussi inadaptée.

  • . l’articulation avec les chercheurs-producteurs d’innovations sans être inexistante est relativement rare. La recherche et les acteurs non gouvernementaux communiquent très peu directement et rarement indirectement via toute une cascade d’organismes. Les produits de la recherche sont souvent présentés par leurs concepteurs mêmes comme peu fiables, ils sont lointains, complexes... De fait, ce sont plus les commerçants que les chercheurs qui les diffusent.

  • . l’élaboration « in situ » est souvent la seule voie mais elle est difficile. Elle exige une forte compétence technique et une relation avec le milieu suffisamment intime pour que le milieu lui-même élabore ses propres innovations.

10Le travail réalisé par l’ENDA (Sahel), par la FASE (Brésil), par le GRET (Haïti, Amérique Centrale, Thaïlande, Afrique de l’Est...) s’inspire d’abord de cette volonté de faciliter l’innovation endogène, cet effort précèdera la volonté de s’articuler avec la recherche ou de communiquer avec des expériences soeurs.

11— la place du partenaire et la nature de la relation qui s’établir avec lui fait apparaître deux grandes familles d’ONG : une famille d’ONG assistantialistes et caritatives qui considèrent l’autre comme une victime passive et écrasée par des maux qui les dépassent (le climat, l’État,...) ; une famille d’ONG solidaristes qui considèrent le partenaire comme un acteur de son propre combat.

12Il y a là deux filières qui interviennent très différemment et qui construisent des « représentations » différentes de la réalité qu’ils affrontent.

13Dans la filière caritative et assistantialiste, la sécheresse et les maux qu’elle provoque (désertification, famine, exode) permet une action auprès de l’opinion publique. Cette action permet de collecter des fonds qui seront transférés par des aides d’urgence. Le partenaire n’intervient qu’en fin de processus comme un consommateur passif d’aide. Tout le jeu consistera pour lui à tendre la main au bon moment et au bon endroit.

14Dans la filière solidariste, le partenaire et son action existent avant et hors de la relation de coopération ; on peut espérer qu’ils existeront après. Le public européen est sollicité en référence directement avec l’action qu’il convient de soutenir.

15En fait, la frontière reste un peu incertaine, d’autant qu’il n’est pas toujours facile de passer d’une forme à l’autre, qu’elle que soit la volonté des ONG. La forme assistantialiste s’accommode des généralisations et des représentations déjà bien ancrées dans la mentalité collective dès lors que l’on prononce les mots Afrique, sécheresse, faim, Tiers-Monde, coopération... Elle est plus facile à « médiatiser. »

II-LES ONG ET L’ACTION D’« INFORMATION ET DE SENSIBILISATION » SUR LA SÉCHERESSE :

16Le mot « sécheresse » comme les mots « désert », « famine », « Tiers-Monde », « coopération » évoquent des images. Les réalités correspondantes sont appréhendées au travers des représentations qui s’établissent et qui finalement s’imposent. En fait, les réalités disparaissent et même importent peu. On le sait depuis Platon et sa Caverne, mais aujourd’hui grâce à la communication de masse et particulièrement grâce à la télévision, le phénomène a pris une dimension planétaire ; plus d’un milliard de téléspectateurs ont regardé le concert BAND AID et ont vu des mots sécheresse, famine, Afrique, une certaine représentation. Malgré le développement considérable des communications, du transport, du tourisme, on n ’a sans doute jamais assisté à une telle coupure entre les réalités et les représentations qui en sont théoriquement données.

17En fait, la création des représentations est devenu affaire de professionnels. La publicité, la propagande et tout traitement de l’information à des fins utilitaires sont le contraire de la démarche scientifique qui cherche elle à annuler le subjectif, l’idéologique et les manipulations permettant à l’informateur d’obéir à une attente préalable. Dès lors qu’il s’agit de sécheresse, de famine, ou de Tiers-Monde, réalités qui nous sont étrangères, le rôle des informateurs devient primordial : ils exercent un véritable monopole sur la création des représentations que nous nous faisons des réalités, mais ce monopole porte sur la forme plus que sur le contenu. Le contenu, même si la forme le détermine en partie, reste l’objet d’une bagarre entre « intérêts » particuliers d’autant plus sévère que les enjeux idéologiques, politiques, culturels et financiers sont importants. Derrière Tiers-Monde, sécheresse, famine, Ethiopie, Sahel, Nordeste s’affrontent des intérêts considérables ; il n’est pas indifférent par exemple d’arriver à associer socialisme et famine ou occident et solidarité ; il n’est pas indifférent de savoir que les associations drainent une rente de solidarité qui s’établit autour de trois milliards de dollars, qu’un concert de rock, certes exceptionnel, organisé sous le signe de la sécheresse, de la faim et de l’Éthiopie représente 80 millions de dollars et que, selon l’image qui s’impose, ces masses financières vont s’orienter principalement vers certains pays, certains types d’actions et vers certaines catégories d’institutions...

18Comme nous l’avons vu précédemment deux camps majeurs s’affrontent aujourd’hui comme hier et essaient d’imposer des « représentations » qui leur soient favorables ; le camp des assistantialistes qui essaient d’imposer l’image de la « victime » et le camp des solidaristes qui voudraient promouvoir limage du « partenaire ». Cette opposition recouvre bien sûr une division profonde qui a une traduction idéologique, politique et culturelle. Il n’est pas indifférent de représenter un Tiers-Monde debout ou un Tiers-Monde assisté, lutteur ou vaincu, ni de percevoir la relation Nord-Sud comme une coopération ou comme une aide, ni de nous voir nous mêmes comme solidaires ou comme charitables. Il y a bien sûr des cohérences et des continuités dans la construction de ces représentations. Parfois cette cohérence prend des formes paradoxales ; les libéraux qui mettent en valeur le profil du gagneur, de l’entrepreneur, diffusent volontiers, s’agissant du Tiers-Monde, l’image du réfugié affamé, écrasé par la fatalité climatique et le poids d’un pouvoir étatique anthropophage. Les tiers-mondistes qui valorisent volontiers le partenaire doué d’initiative et pugnace présentent volontiers un européen perdant, face à la crise, ses certitudes anciennes. Il y a là une bataille à front renversé. Derrière ces « représentations » croisées se profile un affrontement idéologique et politique qui a pu se cristalliser à l’occasion de la création de la Fondation « Liberté sans frontières » et des réactions qu’elle a suscitées chez les tiers-mondistes historiques.

19L’image de la victime s’est renforcée ces derniers temps. Les mots sécheresse, famine, Afrique, Sahel, Éthiopie ont largement été réinterprétés par les campagnes lancées par Médecins sans frontières, BAND AID et, à la marge, par le « Paris-Dakar ». La très grave famine éthiopienne fut une répétition générale pour les États, l’ONU, les ONG et les médias. Chacun essayant de promouvoir une image et une interprétation de la situation dramatique qui n’est apparue au grand jour qu’en novembre 1984 alors que des appels au secours étaient lancés dès le mois de mars 1984 par les autorités éthiopiennes et la « Relief and Rehabilitation Commission », super ministère de la famine crée après la grande famine des années 1973/74. Députés, chanteurs, journalistes mobilisés et guidés par « Médecins sans frontières » ont pu servir de porte-voix tout au long de l’année 1985 à l’assimilation Afrique /camps de sinistrés. Les ONG de solidarité ont eu peu d’échos lorsqu’elles ont cherché à montrer des groupements villageois ou des groupes de femmes cherchant à lutter contre l’adversité.

20Si les ONG de solidarité ont eu une influence faible sur l’émergence des représentations de la sécheresse ou du Tiers-Monde qui s’imposent aujourd’hui, les scientifiques n’ont eu, de fait, aucun rôle. Les travaux de centaines de spécialistes (climatologues, hydrologues, agronomes, géographes, économistes, sociologues) qui se consacrent à l’étude de la sécheresse n’ont contribué en rien à façonner les images dominantes. La fixation de ces images est pourtant un enjeu majeur qui déborde largement le monde de la coopération et du développement. Ces images inscrites dans la conscience collective par les médias servent et serviront de plus en plus de soubassement ou de relais à la diplomatie, aux politiques de l’immigration, du tourisme et plus généralement à l’information sur le Sud et à la communication entre Nord et Sud.

21Force est de constater avec D. CHABROL que « ce sont les ONG en relation avec les médias qui ont en mains les cartes du jeu idéologique qui fixera la représentation du Tiers-Monde ; un Tiers-Monde assisté ou un Tiers-Monde debout » et que cette responsabilité exigerait d’autres ambitions que celle du « business » et de la propagande.

III-LA RELATION ENTRE LES ONG ET LA RECHERCHE :

22Les scientifiques expliquent à juste titre la diversité et la complexité des réalités humaines et naturelles alors que les « intervenants » et les « informateurs » pour agir et informer ont besoin de messages simples et généralisables. Il y a là une contradiction qui risque de marginaliser les milieux scientifiques. La recherche est face à une demande qui l’oblige à aller à la fois vers des simplifications et la généralisation des messages, leur visualisation et leur caractère mobilisateur.

Une « commande » pour la Recherche

des messages simples et généralisables

23Pour alimenter les actions d’intervention et d’information, la recherche doit passer du complexe au simple et du divers au général. Il ne peut s’agir pour elle d’ignorer la complexité et la diversité des milieux mais au contraire de prendre appui sur les travaux qui les consacrent et d’en dégager quelques messages simples et généraux. La Recherche ne peut participer véritablement à l’intervention et à l’information que si elle arrive au bout de son itinéraire à des concepts globaux et à des représentations simples ; « Paris et le désert français » de certains géographes de l’après guerre a permis de lancer une politique d’aménagement du territoire, le « centre et la périphérie » de certains économistes des années 50/60 a inspiré les combats économiques Nord-Sud des années 70... on se surprend à rêver que les agronomes arrivent à définir la « révolution agricole » qui pourrait inspirer intervention et information et sauver certaines régions du Tiers-Monde. On sait aujourd’hui que la révolution agricole européenne des xviii et xixème siècles tient à très peu de messages fondamentaux ; substitution de cultures fourragères légumineuses à la jachère et association de l’agriculture et de l’élevage. On ne voit pas pourquoi si on en revient à quelques fondements de la science agronomique, on n’arriverait pas aujourd’hui à délivrer de tels messages aux acteurs de base, ONG ou autres, qui sont dans les régions sahéliennes ou le Nordeste brésilien sur le front de la lutte contre la sécheresse. Simplification et généralisation sont des exigences que doivent se donner les organismes de recherche sinon les chercheurs eux-mêmes... les services de valorisation, de communication ou d’information devraient porter cette exigence collective.

des messages transmissibles et visualisables

24Aux exigences qui viennent d’être exprimées sur le fond correspondent des exigences sur la forme des messages et sur les modes de communication.

  1. entre acteurs, le mode de communication doit mettre en valeur l’échange plus que la prescription unilatérale. Les réseaux où chacun est à la fois émetteur et récepteur fonctionnent dès lors que chacun est actif, que ce soit au niveau de l’interprétation, de l’intervention, ou de 1’information. On cherchera à répondre aux questions communes, à la problématique qui fondent le réseau ; comment conserver ou transformer les légumes ou les fruits ? Quelles méthodes d’exhaure ? Comment résister à la sécheresse en milieu pastoral ?

  2. envers le « grand public », la forme de communication doit montrer les « acteurs » en action, trouvant un itinéraire nouveau pour résister à la sécheresse. L’« acteur », sa lutte, et notre possible appui constituent la trilogie de base qu’il convient inlassablement de montrer (plutôt que la trilogie « affamé », passivité, prise en charge extérieure). Ces itinéraires peuvent très facilement se visualiser : il y a autant de cas à montrer qu’il y a d’« acteurs », de « luttes » et d’« appuis ». La diversité, synonyme en l’occurrence d’ingéniosité peut réapparaître sur nos écrans. L’enjeu de cette communication est de tisser progressivement un vaste tissu de solidarité entre « acteurs » (collectivités territoriales, organisations professionnelles, associations) du Nord et du Sud.

des messages mobilisateurs

25Pour devenir une « politique », les produits de la recherche doivent être mobilisateurs, c’est-à-dire accessibles et appropriables par les acteurs. Ils doivent trouver place dans les « systèmes agraires » et dans le « mouvement social » existants ou envisageables. Autant dire que la recherche ne peut avoir seule la responsabilité de formuler ces messages. Il y a, à ce niveau, un nécessaire dialogue entre les acteurs et la volonté d’aboutir à un consensus minimal sur les actions à mener. Le Bureau de Suivi des ONG du Burkina Faso parle à ce propos des « trois luttes ». Nous sommes là au niveau du slogan, mais slogan comme formulation du consensus et non comme mot d’ordre unilatéral. Face aux incertitudes de l’avenir, un potentiel de mobilisation existe. Il suffit pour s’en persuader de parcourir le Sahel et de voir partout les villageois construire des ouvrages hydrauliques parfois impressionnants (cf. barrage de Soniaga au Burkina). Souvent cette mobilisation est préalable aux actions des pouvoirs publics ou des coopérations étrangères occupées à d’autres tâches plus traditionnelles. Pourquoi la recherche agronomique tropicale travaille-t-elle si peu sur le maraîchage alors que c’est depuis quelques années le pivot d’une véritable révolution agricole dans le Sahel ? Pourquoi travaille-t-elle si peu sur l’agriculture d’oasis, le stade ultime de l’évolution des « jardins » dans un environnement qui s’aridifie toujours davantage ? Si l’agriculture pluviale dépérit, si les hommes veulent rester dans la zone sahélienne, il faudra bien promouvoir le couple agriculture d’oasis-pastoralisme ; qui aide les sahéliens à opérer cette évolution ?

26De fait, les messages son peu prospectifs et donc peu mobilisateurs car c’est l’avenir qui intéresse les paysans.

Des actions communes entre Recherche et ONG

27Les quelques papiers qui ont été transmis par des organisations non gouvernementales au rapporteur de l’atelier rendent compte d’actions intéressantes et couvrent quelques pistes de collaboration entre les milieux associatifs et scientifiques. Ces textes sont ici cités et très sommairement commentés.

  1. Préparation de l’Exposition « Déserts » (la Villette - Association Antipodes-média) ; une exposition temporaire (6 mois en 1988 sur 1 400 m2) s’organise. Ce pourrait être l’occasion de mobiliser autour du thème « Déserts » l’ensemble des acteurs concernés. Il s’abit de donner une « représentation » des « Déserts » conforme aux réalités sans négliger les « imaginaires » bien présents dans nos traditions.

  2. Campagne Afrique Verte (Associations Frères des Hommes -Peuples Solidaires). Plutôt que privilégier les transferts Nord-Sud de grains par l’aide alimentaire, il est préférable d’aider à l’émergence de courants d’échanges entre régions excédentaires et régions déficitaires. Le renforcement des économies agricoles du Sud passe par la création de ces circuits et l’affirmation d’espaces économiques plus autonomes.

  3. Projet Solidarité Eau (une trentaine d’associations). Il s’agit, autour du thème de l’eau, de rapprocher l’offre de « projets » de groupes du Sud, des collectivités territoriales du Nord via les associations du Nord. Ainsi s’est constituée une « Bourse des Projets ». Actuellement une centaine de projets non gouvernementaux sont dans la bourse et déjà une vingtaine de projets ont été l’objet d’un intérêt des collectivités territoriales françaises.

  4. Exemples d’actions de coopération non gouvernementales au Sahel (Projets PODOR Sénégal) et dans le Nordeste (projets FASE), Association CIMADE). Les projets PODOR et FA-SE illustrent ce que peut être une coopération non gouvernementale entre partenaires du Nord et du Sud dans deux régions confrontées au drame de la sécheresse.

  5. La relation entre l’État et les ONG (Bureau de suivi des ONG-Présidence du Burkina Faso). La Présidence du Burkina Faso a créé un bureau de suivi des ONG qui sans interférer dans les relations qui s’établissent entre partenaires non gouvernementaux rappelle les priorités nationales et facilite l’échange entre l’État et le milieu associatif.

Autor

Groupe de Recherche et d’Échange Technologique

© Éditions de l’IHEAL, 1989

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540